L’Encyclopédie/1re édition/PROSOPOGRAPHIE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  PROSOPITES
PROSOPUM  ►

PROSOPOGRAPHIE, s. f. (Art orat.) c’est-à-dire image, portrait, description, peinture : tantôt on appelle cette figure hypotypose, & tantôt éthopée. Elle peint les vices des hommes.

L’hypocrite en fraude fertile
Dès l’enfance est pétri de fard ;
Il sait colorer avec art
Le fiel que sa bouche distile ;
Et la morsure du serpent
Est moins aiguë & moins subtile,
Que le venin caché que sa langue répand.

Rousseau.

Elle peint leurs vertus :

Tel fut cet empereur sous qui Rome adorée
Vit renaître les jours de Saturne & de Rhée,
Qui rendit de son joug l’univers amoureux ;
Qu’on n’alla jamais voir sans revenir heureux ;
Qui soupiroit le soir, si sa main fortunée
N’avoit par ses bienfaits signalé la journée.

Boileau.

Elle peint les faits.

De son généreux sang la trace nous conduit ;
Les rochers en sont teints ; les ronces dégoutantes
Portent de ses cheveux les dépouilles sanglantes :
J’arrive, je l’appelle, & me tendant la main,

Il ouvre un œil mourant, &c. Racine.

Elle les peint d’une maniere sublime ; témoin cet autre morceau du même poëte.


Quel carnage de toutes parts !
On égorge à la fois les enfans, les vieillards,
Et la fille & la mere, & la sœur & le frere ;
Le fils dans les bras de son pere :
Que de corps entassés ! Que de membres épars
Privés de sépulture !
  (D. J.)