L’Encyclopédie/1re édition/RÉDUIT

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  RÉDUIRE

RÉDUIT, s. m. (Archit.) c’est un petit lieu retranché d’un grand, pour le proportionner, ou pour quelque autre commodité, comme les petits cabinets à côté des cheminées & des alcoves. Daviler.

Réduit, en terme de Fortification, est une espece de petite demi-lune, construite dans la demi-lune ordinaire. C’est proprement un corps-de-garde retranché, dont les murailles ont des creneaux. L’usage du réduit est de donner une retraite sûre aux soldats lorsqu’ils se trouvent obligés d’abandonner la demi-lune, ou qu’ils ne peuvent plus y soutenir l’assaut. Etant retirés dans le réduit, ils causent beaucoup d’obstacles aux logemens que l’ennemi veut faire dans la demi-lune qu’ils viennent d’abandonner.

Il y a des places, telles que Landau, le neuf-Brissac, &c. dans lesquelles les réduits ont un rempart & un parapet comme la demi-lune.

Réduit est encore, en terme de Fortification, un bastion dont on fortifie la gorge du côté de la place, & qui a le même usage que la citadelle ; ou en général un espace fortifié, tant contre la ville, que contre la campagne. Lorsque les villes sont fort grandes & fort peuplées, le réduit occupe la partie de la ville opposée à la citadelle. Le terrein de la campagne, opposé au réduit, doit être exactement fortifié, parce qu’autrement l’ennemi pourroit attaquer d’abord le réduit, & se rendre maître ensuite de la ville, laquelle n’est point fortifiée contre cet ouvrage. On trouve des réduits à Strasbourg, à Lille, &c. ils ont une espece de garnison particuliere, avec un commandant, des bâtimens nécessaires pour la garnison, & des magasins de guerre & de bouche, &c. Lorsque la ville n’est pas assez grande pour qu’on y construise une citadelle, on se contente d’y faire un réduit, qui a le même usage. C’est ainsi qu’on en a usé à Landau. Voyez Citadelle.