L’Encyclopédie/1re édition/RAMEAU

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  RAMÉADES
RAMÉE  ►

RAMEAU, s. m. (Jardinage.) se dit d’une jeune branche.

Rameau, (Anatomie.) se dit de la subdivision des vaisseaux. Chaque artere se divise en différentes branches, & chacune de ces branches se subdivise en plusieurs rameaux.

Rameau, (Fortificat.) ce mot se dit des mines & de leurs divers conduits qui s’appellent aussi branches, canaux, retours, araignées, galeries. Les rameaux partent ou du chemin couvert, ou du fossé, & prolongent jusqu’au pié du glacis, ou même quelquefois jusque sur des ouvrages hors du glacis. De ces rameaux principaux il s’en tire d’autres à droite & à gauche sur le glacis, & le long du chemin couvert. On ne peut se parer de l’effet de ces mines qu’en découvrant leurs rameaux. Il faut toujours prendre le dessous de ces rameaux, sans quoi on n’est jamais en sûreté. Dict. milit.

Rameau, (Hydraul.) est une veine, un filet d’eau qui se détache d’une source ; ce peut être encore une pierrée droite faite en forme de patte d’oie, pour ramasser le plus d’eau que l’on peut.

Rameau, (Hist. & Généalog.) il se dit dans les généalogies de diverses branches qui sortent d’un même tronc. Cette illustre famille s’est divisée en plusieurs rameaux dont les uns se sont portés en France, les autres en Italie.

Rameaux, s. m. pl. (terme de Mines.) ce mot se dit des mines d’or, d’argent & d’autres métaux qui se trouvent dans les mines, & qui sont plus ou moins abondantes en minérai. (D. J.)