L’Encyclopédie/1re édition/REMOUS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  REMOULEUR

REMOUS, s. m. (Phys.) mouvement particulier qu’on observe dans l’eau des fleuves.

Il y en a de deux especes ; le premier est produit par une force vive, telle qu’est celle de l’eau de la mer dans les marées, qui non-seulement s’oppose comme obstacle au mouvement de l’eau du fleuve, mais comme corps en mouvement, & en mouvement contraire & opposé à celui du courant du fleuve : ce remous fait un contre-courant d’autant plus sensible que la marée est plus forte. L’autre espece de remous n’a pour cause qu’une force morte, comme est celle d’un obstacle, d’une avance de terre ; d’une île dans la riviere, &c. Quoique ce remous n’occasionne pas ordinairement un contre-courant sensible, il l’est cependant assez pour être reconnu, & même pour fatiguer les conducteurs de bateaux sur les rivieres. Si cette espece de remous ne fait pas toujours un contre-courant, il produit nécessairement ce que les gens de riviere appellent une morte, c’est-à-dire des eaux mortes, qui ne coulent pas comme le reste de la riviere, mais qui tournoient de façon que quand les bateaux y sont entraînés, il faut beaucoup de force pour les en faire sortir. Ces eaux mortes sont fort sensibles dans toutes les rivieres rapides au passage des ponts. La vitesse d’une riviere augmente au passage d’un pont, dans la raison inverse de la somme de la largeur des arches à la largeur totale de la riviere.

L’augmentation de la vitesse de l’eau étant donc très-considérable en sortant de l’arche d’un pont, celle qui est à côté du courant est poussée latéralement & de côté contre les bords de la riviere, & par cette réaction il se forme un mouvement de tournoiement, quelquefois très-fort. Lorsque ce tournoiement causé par le mouvement du courant, & par le mouvement opposé du remous, est fort considérable, cela forme une espece de petit gouffre ; & l’on voit souvent dans les rivieres rapides à la chûte de l’eau au-delà des arrieres-becs des piles d’un pont, qu’il se forme de ces petits gouffres ou tournoiemens d’eau. Hist. nat. gen. & part. t. I.