L’Encyclopédie/1re édition/REPOUSSOIR

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

REPOUSSOIR, s. m. instrument de Chirurgie, dont on se sert pour arracher les chicots des dents ; c’est une tige d’acier, longue d’environ deux pouces, cimentée dans un manche d’ivoire ou d’ébêne, fait en poire, pour appuyer dans la paume de la main. L’extrémité antérieure de la tige est terminée de deux façons, ce qui fait deux especes de repoussoirs. A l’un c’est une gouttiere oblique, longue d’environ huit lignes, qui finit par deux petites dents. A l’autre ce sont deux especes de crochets, tournés à contre-sens, terminés aussi par deux petites dents garnies d’inégalités. Avec le premier repoussoir, dont on porte les dents sur le chicot, le plus bas qu’il est possible, on le fait sauter : avec le second on peut aussi repousser le chicot ; mais avec le crochet tourné en-dedans, on peut l’attirer à soi & l’enlever. Voyez la fig. 1. Pl. XVI. & fig. 13. Pl. XXV. Avec un bon pélican, manié avec adresse, on peut se dispenser de l’usage du repoussoir. Voyez Pélican.

Repoussoir d’arrête, est un instrument imaginé par feu M. Petit, de l’académie royale de Chirurgie, pour pousser les corps étrangers qui se trouvent engagés dans l’œsophage. Nous en avons donné la description au mot Cannule. En ôtant l’éponge qui est à l’extrémité de cet instrument, il peut servir à faire entrer dans l’estomac des bouillons ou autres alimens liquides. (Y)

Repoussoir, s. m. terme d’ouvriers & artisans, instrument rond, ordinairement de fer, de douze ou quinze pouces de long, & de diametre à proportion qui sert à repousser des chevilles & à les faire sortir des trous de tarieres où elles ont été placées. Les Charpentiers & les Menuisiers ont de ces sortes de repoussoirs, pour repousser ce qu’ils appellent les chevilles de fer qu’ils ne mettent pas à demeure, mais pour assembler leur bois. Les repoussoirs des Serruriers, dont les Menuisiers se servent aussi, sont courts & moins gros ; ce ne sont que de petites verges de fer, qui servent aux Menuisiers à démonter la menuisierie d’assemblage, & aux Serruriers à détacher les fiches, les couplets, & autres semblables ouvrages qui sont placés en bois.

Les Tailleurs de pierre & les Sculpteurs ont aussi des repoussoirs, mais qu’ils emploient à un usage bien différent que les autres ouvriers ; ce sont des ciseaux de fer, de seize à dix-huit pouces de longueur, avec lesquels ils poussent des moulures, Savary. (D. J.)

Repoussoir, (Bij.) c’est un morceau d’acier, d’un pouce & demi ou deux pouces, dont la partie ab est juste & aisée, & de la grosseur du trou du calibre, & l’extrémité be juste de la grosseur du trou du charnon ; il faut que toutes ces parties soient bien au centre les unes des autres & sur un même axe, & que la face xy soit bien plane & bien perpendiculaire à l’axe ; on fait entrer ce bout dans le trou du charnon ; la face appuye sur l’épaisseur du charnon, & la fait sortir quand on frappe avec un marteau sur l’extrémité du repoussoir.

Repoussoir, en terme de Bijoutier, ce sont encore des especes de cizelets, qui servent à repousser par-dessous les reliefs qu’on avoit enfonces en les cizelant par-dessus.

Repoussoir, est une espece de cheville de fer, qui est égale de grosseur dans toute sa longueur, qui n’a point de pointe & a une tête plate à un bout, comme un épaulement qui sert lorsqu’on a enfoncé les chevilles dans quelque trou, à les en faire sortir en frappant sur la tête avec le marteau. Voyez les fig. Pl. du Charpentier.

Repoussoir, outil de gaînier, c’est un petit poinçon de la longueur de deux pouces, menu, emmanché d’un petit morceau de bois de la grosseur d’un pouce, & long à-peu-près de même ; la pointe du poinçon est creusée un peu en-dedans de la grosseur de la tête des petits cloux d’ornement ; ce repoussoir sert aux Gaîniers pour poser les derniers cloux en faisant entrer la tête dans le creux du poinçon, & posant la queue dans les trous qu’ils ont fait sur leurs ouvrages. Voyez les Pl. du Gainier.

Repoussoir, s. m. (Maréchal.) espece de gros clou, pour chasser & faire sortir les cloux du pié, lorsqu’on veut deferrer un cheval. Soleysel. (D. J.)

Repoussoir, en Peinture, est une grande masse d’objets privés de lumiere, placée sur le devant d’un tableau, qui sert à repousser les autres objets, & les faire paroître fuyans.

Le repoussoir est un lieu commun de composition, dont les habiles gens ne font plus d’usage, à-moins qu’ils ne sachent si bien en prétexter la nécessité dans leur tableau, qu’on ne s’apperçoive pas que c’est un secours.