L’Encyclopédie/1re édition/ROB

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  ROA

ROB, s. m. (Pharmac.) nom qu’on donne aux sucs des fruits dépurés & cuits, jusqu’à la consomption des deux tiers de leur humidité. On fait des robs de coings, de mûres, de baies de sureau, d’aloës, d’acacia, de réglisse, de berberis, &c. pour diverses maladies. Le suc de groseilles rouges confit, se nomme rob de Ribé. A l’égard du suc des raisins dépurés, il s’appelle particulierement sapa, quand il est cuit jusqu’à la consomption des deux tiers ; & ce sapa est presque en consistance de syrop : mais quand il n’est cuit que jusqu’à la consomption du tiers, on le nomme defructum, & c’est ce que le peuple appelle vin cuit ; quand on le cuit jusqu’à une consistance approchante des électuaires mols, il prend le nom de resiné, & alors on l’employe à diverses confitures.

Le mot rob est aujourd’hui reçû dans les boutiques des Apoticaires, quoiqu’originairement il soit arabe ; il signifie dans cette langue un simple suc, desséché au soleil ou sur le feu.

On trouvera dans la chimie de Boerhaave, d’excellentes regles sur la préparation & l’usage des robes, des sapa, des végétaux. (D. J.)