L’Encyclopédie/1re édition/SÉCULARISATION

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
◄  SECULAIRE

SECULARISATION, s. f. (Gram. & Jurispr.) est l’action de rendre séculier un religieux, un bénéfice ou lieu qui étoit régulier.

Pour parvenir à la sécularisation d’un religieux, il faut obtenir un bref du pape, qu’on appelle bref de sécularisation.

On ne doit point séculariser les monasteres ni les religieux, sans des raisons importantes, & sans avoir obtenu à cet effet un brevet du roi, qui permet de demander au pape la sécularisation.

Les bulles de sécularisation doivent être communiquées à l’évêque du lieu, avant d’être fulminées ; il faut ensuite qu’elles soient revêtues de lettres-patentes, & registrées au parlement. Voyez les mémoires du clergé, tome IV. (A)

Sécularisation, (Hist. mod. polit.) dans le tems que les dogmes de Luther & des réformateurs eurent été adoptés par un grand nombre de princes d’Allemagne, un de leurs premiers soins fut de s’emparer des biens des évêques, des abbés & des moines, qui étoient situés dans leurs états. L’empereur Charles-Quint n’ayant pu venir à bout de réduire les Protestans, ni de faire restituer à l’Église les biens qui en avoient été démembrés ; lassé d’avoir fait une guerre longue & sans succès, il convint que chacun des princes protestans demeureroit en possession des terres ecclesiastiques dont il s’étoit emparé, & que ces biens seroient sécularisés, c’est-à-dire ôtés aux gens d’église. L’Allemagne ayant été déchirée par une guerre de 30 ans sous les regnes de Ferdinand II. & de ses successeurs, on fut encore obligé de recourir à des sécularisations, pour satisfaire les parties belligérantes ; en conséquence par le traité de Westphalie qui rendit la paix à l’Allemagne, on sécularisa un grand nombre d’évêchés & d’abbayes en faveur de plusieurs princes protestans, qui ont continué à jouir de ces biens jusqu’à ce jour, malgré les protestations des papes qui ne vouloient point donner les mains à de pareils arrangemens.

Les immenses revenus que possedent un grand nombre d’évêchés & d’abbayes d’Allemagne, fournissoient une maniere facile de terminer les disputes sanglantes qui déchirent souvent les princes & les états séculiers dont le corps germanique est composé. Il seroit à desirer que l’ont eût recours à la sécularisation pour tirer des mains des ecclésiastiques, des biens que l’ignorance & la superstition ont fait autrefois prodiguer à des hommes, que la puissance & la grandeur temporelles détournent des fonctions du ministere sacré, auxquels ils se doivent tout entiers.