L’Encyclopédie/1re édition/SÉLEUCIE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  SELEUCIDES

SÉLEUCIE, (Géog. anc.) Seleucia ; il y a plusieurs villes qui ont porté le nom de Séleucie ; on en comptoit jusqu’à neuf, ainsi nommées par Seleucus Nicator.

La plus considérable est 1°. la Séleucie sur le Tigre, Seleucia ad Tigrim. Seleucus la bâtit dans la Mésopotamie, l’an 293 avant J. C. à quarante milles de Babylone, sur la rive occidentale du Tigre, vis-à-vis de l’endroit où est aujourd’hui Bagdad. Elle devint bientôt une très-grande ville ; car Pline, l. VI. c. xxvj. dit qu’elle avoit six cens mille habitans. Elle attira dans son sein tous ceux de Babylone ; sa situation étoit des plus heureuses ; Seleucus en fit la capitale de toutes les provinces de son empire au-delà de l’Euphrate, & le lieu de sa résidence, quand il venoit de ce côté-là de ses états, comme Antioche l’étoit en-deçà de l’Euphrate. Ainsi les Babyloniens se jetterent en foule à Séleucie, d’autant plus que les digues de l’Euphrate s’étant alors rompues, avoient rendu le séjour de Babylone très-incommode.

D’ailleurs Seleucus ayant donné son nom à cette nouvelle capitale, & voulant qu’elle servît à la postérité de monument à sa mémoire, lui accorda des privileges fort au-dessus de ceux de toutes les villes de l’Orient, afin de la rendre d’autant plus florissante. Il y réussit si bien, que peu de tems après la fondation de Séleucie, Babylone se trouva déserte & sans habitans, disent Pline, Strabon & Pausanias ; c’est pour cela qu’elle est nommée par quelques auteurs Seleucia Babylonis. Ammian Marcellin, l. XXIII. c. xx. la peint en deux mots, ambitiosum opus Nicatoris Seleuci.

Elle fut prise par Lucius Verus, ou plutôt par Cassius son général, & ruinée contre la foi du traité. Elle ne fut rétablie qu’après le tems de Julien ; elle devint un archevêché dans le quatrieme siecle, & fut de nouveau ruinée dans le huitieme. Ses prélats eurent les premiers la qualité de catholiques ou archevêques autocéphales ; mais ayant embrassé le nestorianisme, ils transférerent leur siege à Bagdad, & sont aujourd’hui ceux qu’on nomme patriarches nestoriens.

Diogene surnommé le babylonien naquit à Séleucie sur le Tigre. Josephe, l. I. c. ij. nous apprend qu’il fut précepteur de cet Antipater, qui fit relever les murs de Jérusalem.

2°. Séleucie, ville de la Perside dans l’Aymaïde. C’étoit, selon Strabon, l. XI. une grande ville située sur le fleuve Hédyphonte qui est l’Hedypnus de Pline.

3°. Séleucie, lieu fortifié dans la Mésopotamie, près du pont Zeugma, sur l’Euphrate. Il en est parlé dans Polybe, l. V. c. xliij. & dans Strabon, qui dit, l. XVI. que Pompée donna ce lieu à Antiochus, roi de Commagène.

4°. Séleucie-Trachée, en latin Seleucia-Aspera, ville de la Cilicie-Trachée, sur le fleuve Calycadnus. On la nommoit Holmia, avant que Seleucus Nicator lui eût imposé son propre nom.

Cette ville fut libre sous les Romains, & elle conserva cette liberté sous les derniers empereurs de Rome. Nous le voyons dans une médaille de Philippe l’arabe, σελευκέων τῶν πρὸς κα. ἐλευθέρας, & dans un de Gordien, σελευκέων τῶν πρὸς καλύκαδνον ἐλευθέρας, Seleuciensium, qui ad Calycadnum sunt, liberæ (civitatis).

Etienne le géographe, & la plûpart des écrivains ecclésiastiques mettent la Séleucie-Trachée dans l’Isaurie, & l’appellent Séleucie d’Isaurie, parce que de leur tems l’Isaurie comprenoit une grande partie de la Cilicie. Cette ville fut en effet métropole de l’Isaurie, dans le patriarchat d’Antioche. Elle est aujourd’hui dans la Caramanie, & entierement délabrée. On l’appelle Séleschie.

5°. Séleucie de Pisidie, Seleucia-Pisidiæ, ville de l’Asie mineure dans la Pisidie ; & comme la Pisidie s’étendoit jusqu’au mont Taurus, cette ville fut encore nommée Seleucia ad Taurum. Elle est aujourd’hui ruinée.

6°. Séleucie-Piérie, Seleucia-Pieria, ville de Syrie sur la mer Méditerranée, vers l’embouchure de l’Oronte. Appien l’appelle par cette raison Séleucie sur la mer. S. Paul & S. Barnabé étant arrivés dans cette ville, s’y embarquerent pour aller en Chypre, actes. c. xviij. Nous avons un grand nombre de médailles de cette ville. M. Vaillant les a recueillies. Séleucie-Piérie étoit de la premiere Syrie, dans le patriarchat d’Antioche. C’est aujourd’hui un village nommé Séleucie-Jelberg, à l’embouchure de l’Oronte dans la mer.

7°. Séleucie sur le Belus, Seleucia ad Belum, ou Seleuco-Belus, ville de la haute Syrie. Voyez Seleuco-Belus.

8°. Séleucie, ville de Célésyrie ; c’est la ville de Gadara située au-delà & à l’orient de la mer de Tibériade. Seleucus Nicator la fit appeller de son nom.

9°. Séleucie de Pamphylie, ville de la Pamphylie, à laquelle le même Seleucus donna son nom pour l’avoir bâtie.

Josephe, antiquit. l. XIII. c. xxiij. & ailleurs, parle aussi d’une Séleucie, ville de la Gaulanite située sur le lac Semechon.

Enfin Pline, l. V. c. xxix. dit qu’on donna le nom de Séleucie à la ville de Tralles ou de Trallis en Lydie. (D. J.)