L’Encyclopédie/1re édition/SALINS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  SALINES
SALIQUES  ►

SALINS, (Géogr. mod.) ville de France en Franche-Comté, dans une vallée, entre deux montagnes, sur le ruisseau de Forica, à six lieues au midi de Besançon. Elle est défendue par le fort Saint-André. Il y a quatre paroisses & trois chapitres. Les peres de l’Oratoire y ont un college. Cette ville prend son nom du sel qu’on y fait avec le feu, & dont on fournit la province & une partie de la Suisse. Long. 23. latit. 46. 57.

Lisolas (François baron de) né à Salins en 1613, s’attacha aux intérêts de la maison d’Autriche, à laquelle il rendit de grands services par ses négociations & par ses écrits. Il fut employé dans tous les traités les plus importans, & mourut en 1677, un peu avant les conférences de Nimegue. Son principal ouvrage est intitulé Bouclier d’état & de justice, dans lequel il entreprit de réfuter les droits que Louis XIV. prétendoit avoir sur divers états de la monarchie d’Espagne. Cet ouvrage plut beaucoup à la maison d’Autriche, & fut d’autant plus desagréable à la France, qu’elle étoit mal fondée dans ses prétentions. (D. J.)

Salins, terme de Pêche ; sorte de pêcherie formée de filets que l’on peut rapporter à l’espece des hauts parcs. Les mailles des rets qu’ils nomment salins sont de deux sortes ; les plus larges mailles ont un pouce en quarré, & les plus serrées ont seulement neuf lignes aussi en quarré.

La pêche avec les rets nommées salins doit être regardée comme une espece de haut parc, de perches & de filets à queue ou fond de verveux ; les pêcheurs qui s’en servent les tendent ordinairement à l’embouchure des canaux ou des achenaux ; pour cet effet ils plantent d’un bord & d’autre trois ou quatre perches hautes d’environ dix à douze piés, comme sont les rets des hauts parcs ; le bas du ret est aux deux côtés ; sur la perche qui est près de terre est amaré un petit bout de ligne pour pouvoir lever le filet dans le premier instant que le jussant commence à se déclarer ; les pêcheurs soit à pié, soit avec les filadieres, levent aussitôt chaque bout du filet qu’ils amarent au haut des perches, au pié desquelles le ret est arrêté de maniere qu’ils arrêtent tout le poisson que la marée a fait monter ; on y prend des mulles, des lubines, des aloses, des galles & gasts, & autres semblables poissons ronds & longs.

Cette sorte de pêcherie ne se faisant ordinairement que durant les chaleurs des mois de Juin, Juillet & Août, est très-nuisible à la multiplication du poisson, sur-tout si on se sert de mailles serrées, mais avec des rets d’un calibre de 15 à 18 lignes environ, & sans enfouir le bas du filet. Cette espece de pêche pourroit être innocente ; ce rets est de l’espece de ceux que les pêcheurs bas normands placent entre les rochers.

On appelle aussi salins des sortes de fouannes qui ont sept branches ou dents ébarbelées ; celle du milieu l’est des deux côtés, & les six autres seulement du côté de dedans ; elles ont une douille de fer, & sont emmanchées d’une perche d’environ deux brasses de long. Voyez Fouanne, dont les salins sont une espece.

Salins, cour des (Hist. de la Rochelle.) on nommoit autrefois à la Rochelle la cour des salins, une jurisdiction qui y fut établie vers l’année 1635, avec un impôt très-fort sur les sels de Brouage & de l’île de Ré. La cour des salins fut supprimée quelque tems après ; mais le droit subsiste encore presque en entier.