L’Encyclopédie/1re édition/SEMESTRE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SEMESTRE, s. m. (Gram. & Jurispr.) en terme de palais, est le service que les officiers de certains tribunaux font seulement pendant six mois : les officiers du grand-conseil, ceux de la chambre des comptes de Paris, & de la cour des monnoies servent par semestre. Il y a aussi quelques parlemens qui sont semestres, c’est-à-dire où les officiers servent de même par semestre. Quand il s’agit d’enregistrement, d’ordonnances, édits ou déclarations, ou de quelque affaire qui intéresse toute la compagnie, on assemble les deux semestres, c’est-à-dire toute la compagnie. (A)

Semestre, dans l’Art militaire, est en France une permission qui s’accorde alternativement aux officiers, de s’absenter de leurs compagnies pendant le quartier d’hiver.

Les semestres ont été différens, selon les différentes conjonctures. Après la paix de Nimegue, il fut fait une ordonnance le 20 Août 1679, qui permettoit à la moitié des officiers de l’infanterie de s’absenter pendant les mois de Septembre, Octobre & Novembre ; & à l’autre moitié pendant les mois de Décembre, Janvier & Février suivans, à condition de servir tous ensemble pendant les six autres mois.

En 1681, il fut permis aux deux tiers des officiers de cavalerie, infanterie & dragons, de s’absenter pendant Novembre, Décembre, Janvier & Février ; pour l’autre tiers s’absenter l’année suivante pendant les quatre mêmes mois, avec l’un des deux tiers qui avoit eu congé l’année précédente.

En 1682, il fut permis au tiers seulement desdits officiers, de s’absenter pendant ces quatre mois, de maniere qu’en trois années consécutives, tous les officiers pussent successivement profiter de ce congé. Cette derniere disposition a subsisté depuis. Code militaire de Briquet. (Q)