L’Encyclopédie/1re édition/SEPT

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  SEPS
SEPTA  ►

SEPT, (Arithmétiq.) nombre impair composé de six & un, qui en chifre arabe s’écrit ainsi, 7 ; en chifre romain, de cette maniere, VII ; & en chifre françois de compte, de cette sorte, bij. Le Gendre. (D. J.)

Sept, (Critiq. sacrée.) ce nombre étoit très-cher aux Juifs, qui le regardoient superstitieusement comme un nombre mystérieux, à cause du sabbat qui revenoit le septieme jour, de la septieme année consacrée au repos de la terre, & des sept semaines de sept années qui formoient leur jubilé ; de-là vient que pour s’accommoder à leurs préjugés, le nombre sept se rencontre si souvent dans l’Ecriture ; sept églises, sept chandeliers, sept branches au chandelier d’or, sept lampes, sept étoiles, sept sceaux, sept anges, sept trompettes, sept phioles, sept têtes de dragon, sept diadêmes qu’elles portent. Ainsi le nombre sept est choisi par préférence pour tout autre nombre indéterminé. En voici de nouveaux exemples. Cela vous est plus avantageux que d’avoir sept fils, Ruth, iv. 15. c’est-à-dire, plusieurs fils. Le paresseux croit être plus habile que sept hommes qui parleroient par sentences, prov. xxvj. 16. c’est à-dire que plusieurs personnes éclairées.

En conséquence, ce nombre étoit consacré aux cérémonies de la religion : les amis de Job offrirent un sacrifice de sept veaux & de sept béliers ; David, dans la solemnité de la translation de l’arche, crut qu’un pareil sacrifice seroit le plus agréable qu’il pût offrir au seigneur ; Abraham lui en avoit donné l’exemple, en faisant présent à Abimélec de sept brebis pour être immolées en holocauste sur l’autel, à la face duquel il avoit contracté alliance avec ce prince.

Remarquez aussi que ce nombre sept étoit affecté chez les payens, tant à l’égard des autels que des victimes qui devoient être immolées ; c’étoit une espece de rit, tiré de l’art magique, suivant lequel le nombre sept étoit un nombre mystérieux, consacré aux sept planetes, & qui avoit la vertu, à ce que prétendoient les magiciens, d’en tirer les génies, pour les faire descendre sur la terre. (D. J.)