L’Encyclopédie/1re édition/SERPENTINE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  SERPENTIN
SERPER  ►

SERPENTINE, s. f. (Hist. nat. Litholog.) ophites, serpentinum marmor. marmor zoeblicense. Pierre du genre de celles qu’on appelle ollaires, qui est ordinairement verte ou grise, remplie de taches noires ou blanches ; elle est douce au toucher, peu dure & facile à tailler ; M. Pott la met au nombre des pierres argilleuses, à cause de la propriété qu’elle a de se durcir dans le feu, & de ne point faire effervescence avec les acides. Par ces qualités la serpentine differe essentiellement du marbre, & l’on voit que c’est à tort que quelques naturalistes l’ont mise dans ce genre ; peut-être qu’ils ont été trompés par des marbres dont la couleur pouvoit être la même que celle de quelques serpentines. Son nom lui vient de ce qu’elle ressemble à la peau d’un serpent.

La serpentine se trouve sur-tout à Zoeblitz en Misnie ; voilà pourquoi on l’a quelquefois nommée marmor zoeblicense. La facilité avec laquelle cette pierre se taille fait qu’on en forme une infinité de vaisseaux, de boîtes, d’écritoires, &c. que l’on transporte fort loin.

On a été autrefois dans le préjugé de croire que la serpentine avoit la vertu de déceler les poisons ; mais il ne faudroit conseiller à personne d’en faire l’expérience.

On voit par ce qui précede, que cette pierre, à l’exception des couleurs & des accidens, ne differe en rien de la pierre de lard & des autres pierres ollaires. Voyez Ollaires.

Serpentine, (Maréchal.) langue serpentine. Voyez Langue.