L’Encyclopédie/1re édition/SICULES, les

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SICULES, les, (Géog. anc.) peuples originaires des confins de la Dalmatie ; ils vinrent après les Liburnes s’établir en Italie. Ces Sicules formoient une nation nombreuse qui s’empara d’une partie considerable du pays ; ils peuplerent l’Ombrie du milieu, la Sabine, le Latium, & tous les cantons dont les peuples ont été connus depuis sous le nom d’Opiques. En comparant quelques passages d’Hérodote, de Thucydide, de Platon & d’Aristote, on voit clairement que les noms de Sicules & d’Opiques étoient deux noms généraux qui comprenoient tout ce qui s’étend depuis le Tibre jusqu’à l’extrémité orientale de l’Italie, à l’exception de ce qu’en ont occupé les Liburnes. Ces deux noms généraux furent peu-à-peu abolis par les ligues particulieres des Sabins, des Latins, des Samnites, des Œnotri & des Itali, qui se formerent dans la suite. Les Sicules qui passerent en Sicile, sont les seuls qui ayent conservé leur ancien nom, que cette île a reçu d’eux. Nous avons la date précise de ce passage des Sicules dans l’île : Hellanicus de Lesbos, historien plus ancien que Thucydide, & même qu’Hérodote, donnoit pour époque à cet évenement la vingt-sixieme année du sacerdoce d’Alcyonée, prêtresse d’Argos : ce qui répond à l’an 80 environ avant la prise de Troie, marqué par Philiste, auteur sieilien ; c’est-à-dire à l’an 1364 avant l’ére chrétienne, selon la chronologie de Thucydide. (D. J.)