L’Encyclopédie/1re édition/SODOMIE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  SODOME
SODORE  ►

SODOMIE, s. f. (Gram. & Jurisprud.) est le crime de ceux qui commettent des impuretés contraires même à l’ordre de la nature ; ce crime a pris son nom de la ville de Sodome, qui périt par le feu du ciel à cause de ce désordre abominable qui y étoit familier.

La justice divine a prononcé la peine de mort contre ceux qui se souillent de crime, morte moriatur ; Lévitique, ch. xx.

La même peine est prononcée par l’antheritique, ut non luxurientur.

La loi cum vir au code de adult. veut que ceux qui sont convaincus de ce crime soient brûlés vifs.

Cette peine a été adoptée dans notre jurisprudence : il y en a eu encore un exemple en exécution d’un arrêt du 5 Juin 1750, contre deux particuliers qui furent brûlés vifs en place de Grève.

Les femmes, les mineurs, sont punis comme les autres coupables.

Cependant quelques auteurs, tels que Menochius, prétendent que pour les mineurs, on doit adoucir la peine, sur-tout si le mineur est au-dessous de l’âge de puberté.

Les ecclésiastiques, les religieux, devant l’exemple de la chasteté, dont ils ont fait un vœu particulier, doivent être jugés avec la plus grande sévérité, lorsqu’ils se trouvent coupables de ce crime ; le moindre soupçon suffit pour les faire destituer de toute fonction ou emploi qui ait rapport à l’éducation de la jeunesse. Voyez du Perray.

On comprend sous le terme de sodomie, cette espece de luxure que les Canonistes appellent mollities, & les Latins mastupratio, qui est le crime que l’on commet sur soi-même ; celui-ci lorsqu’il est découvert (ce qui est fort rare au for extérieur) est puni des galeres ou du bannissement, selon que le scandale a été plus ou moins grand.

On punit aussi de la même peine ceux qui apprennent à la jeunesse à commettre de telles impuretés ; ils subissent de plus l’exposition au carcan avec un écriteau portant ces mots, corrupteur de la jeunesse. Voyez les novelles 77. & 141. du Perray, des moyens can. ch. viij. Menochius, de arbitr. cas. 329. n. 5. M. de Vouglans, en ses Instit. au Droit criminel, page 510. (A)