L’Encyclopédie/1re édition/SORCELLERIE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SORCELLERIE, s. f. (Magie.) opération magique, honteuse ou ridicule, attribuée stupidement par la superstition, à l’invocation & au pouvoir des démons.

On n’entendit jamais parler de sortileges & de maléfices que dans les pays & les tems d’ignorance. C’est pour cela que la sorcellerie régnoit si fort parmi nous dans le xiij. & xiv. siecles. Les enfans de Philippe le Bel, dit M. de Voltaire, firent alors entre eux une association par écrit, & se promirent un secours mutuel contre ceux qui voudroient les faire périr par le secours de la sorcellerie. On brûla par arrêt du parlement une sorciere qui avoit fabriqué avec le diable un acte en faveur de Robert d’Artois. La maladie de Charles VI. fut attribué à un sortilege, & on fit venir un magicien pour le guérir.

On vit à Londres la duchesse de Glocester accusée d’avoir attenté à la vie d’Henri VI. par des sortileges. Une malheureuse devineresse, & un prêtre imbécille ou scélerat qui se disoit sorcier, furent brûlés vifs pour cette prétendue conspiration. La duchesse fut heureuse de n’être condamnée qu’à faire une amende honorable en chemise, & à une prison perpétuelle. L’esprit de lumiere & de philosophie, qui a établi depuis son empire dans cette île florissante, en étoit alors bien éloigné.

La démence des sortileges fit des nouveaux progrès en France sous Catherine de Médicis ; c’étoit un des fruits de sa patrie transplantés dans ce royaume, On a cette fameuse médaille ou cette reine est représentée toute nue entre les constellations d’Aries & Taurus, le nom d’Ebullé Asmodée sur sa tête, ayant un dard dans une main, un cœur dans l’autre, & dans l’exergue le nom d’Oxiel. On fit subir la question à Côme Ruggieri florentin, accusé d’avoir attenté par des sortileges à la vie de Charles IX. En 1606 quantité de sorciers furent condamnés dans le ressort du parlement de Bordeaux. Le fameux curé Gaufrédi brûlé à Aix en 1611, avoit avoué qu’il étoit sorcier, & les juges l’avoient cru.

Enfin ce ne fut qu’à la raison naissante vers la fin du dernier siecle, qu’on dut la déclaration de Louis XIV. qui défendit en 1672, à tous les tribunaux de son royaume d’admettre les simples accusations de sorcellerie ; & si depuis il y a eu de tems-en-tems quelques accusations de maléfices, les juges n’ont condamné les accusés que comme des prophanateurs, ou quand il est arrivé que ces gens-là avoient employé le poison.

On demandoit à la Peyrere, auteur des préadamites, mais qui d’ailleurs a composé une bonne histoire de Groenlande, pourquoi l’on parloit tant de sorciers dans le nord qu’on supplicioit ; c’est, disoit-il, parce que le bien de tous ces prétendus sorciers que l’on fait mourir, est en partie confisqué au profit des juges.

Personne n’ignore l’histoire de l’esclave affranchi de l’ancienne Rome, qu’on accusoit d’être sorcier, & qui par cette raison fut appellé en justice pour y être condamné par le peuple romain. La fertilité d’un petit champ que son maître lui avoit laissé, & qu’il cultivoit avec soin, avoit attiré sur lui l’envie de ses voisins. Sûr de son innocence, sans être allarmé de la citation de l’édile Curule qui l’avoit ajourné à l’assemblée du peuple, il s’y présenta accompagné de sa fille ; c’étoit une grosse paysanne bien nourrie & bien vétue, benè curatam & vestitam : il conduisit à l’assemblée ses bœufs gros & gras, une charrue bien équipée & bien entretenue, & tous ses instrumens de labour en fort bon état. Alors se tournant vers ses juges : Romains, dit-il, voilà mes sortileges, veneficia mea, quirites, hæc sunt. Les suffrages ne furent point partagés ; il fut absous d’une commune voix, & fut vengé de ses ennemis par les éloges qu’il reçut. (D. J.)