L’Encyclopédie/1re édition/SURPRENDRE, TROMPER, LEURRER, DUPER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  SURPRENANT
SURPRISE  ►

SURPRENDRE, TROMPER, LEURRER, DUPER, (Synonym.) faire donner dans le faux, est l’idée commune qui rend ces quatre mots. Mais surprendre, c’est y faire donner par adresse, en saisissant la circonstance de l’inattention à distinguer le vrai. Tromper, c’est y faire donner par déguisement, en donnant au faux l’air & la figure du vrai. Leurrer, c’est y faire donner par les appas de l’espérance, en la faisant briller comme quelque chose de très-avantageux. Duper, c’est y faire donner par habileté en faisant usage de ses connoissances aux dépens de ceux qui n’en ont pas, ou qui en ont moins.

Il semble que surprendre marque plus particulierement quelque chose qui induit l’esprit en erreur ; que tromper dise nettement quelque chose qui blesse la probité ou la fidélité ; que leurrer exprime quelque chose qui attaque directement l’attente ou le desir ; que duper ait proprement pour objet les choses où il est question d’intérêt & de profit.

Il est difficile que la religion du prince ne soit pas surprise par l’un ou l’autre des partis, lorsqu’il y en a plusieurs dans ses états. Il y a des gens à qui la vérité est odieuse, il faut nécessairement les tromper pour leur plaire. L’art des grands est de leurrer les petits par des promesses magnifiques ; & l’art des petits est de duper les grands dans les choses que ceux-ci commettent à leurs soins. Girard, Synonymes françois. (D. J.)

Surprendre un cheval, (Maréchal.) c’est se servir des aides trop brusquement : c’est aussi approcher de lui lorsqu’il est à sa place dans l’écurie, sans lui parler auparavant, ce qui lui fait peur & le porte à ruer.