L’Encyclopédie/1re édition/TÉNARE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

TÉNARE, s. m. (Mythologie.) comme à moitié de la hauteur de ce promontoire de la Laconie, il se trouvoit un abîme ou prodigieuse caverne dont l’entrée étoit très-obscure, tenariæ fauces, il n’en fallut pas davantage aux poëtes pour en faire le soupirail des enfers, où Pluton donne des lois, rex ferreus orci, stigii dominator averni. Là, disent-ils,

Là regne en un morne silence
Ce tyran aux séveres traits,
Près de la beauté dont l’absence
Causa tant de pleurs à Cérès ;
La douleur, la faim, le carnage,
Le desespoir, l’aveugle rage
Sont ses ministres odieux,
Que pour plaire au roi du Ténare
Se disputent l’honneur barbare
De mieux peupler les sombres lieux.

Orphée, si nous en croyons les mêmes poëtes, pénétra par le soupirail du promontoire de Laconie dans les profondes demeures du tartare, & enchanta tous les habitans par les accords de sa lyre,

C’est par-là qu’un mortel, forçant les rives sombres
Au superbe tyran qui regne sur les ombres

Fit respecter sa voix ;
Heureux, si trop épris d’une beauté rendue,
Par un excès d’amour il ne l’eût point perdue
Une seconde fois.

Hécatée de Milet a eu une idée fort raisonnable, quand il dit que cette caverne du ténare, servoit apparamment de repaire à un gros serpent, que l’on appelloit le chien des enfers, parce que quiconque en étoit mordu, perdoit la vie ; mais Hercule trouva le moyen de le tuer & de le faire voir à Eurysthée. (D. J.)

Ténare, (Géog. anc.) Tænaria, promontoire au midi du Péloponnèse, entre le golfe de Messénie & celui de Laconie, avec une ville de même nom. Ptolomée, l. III. c. xvj. appelle le promontoire Tænaria, & la ville Tænarium.

Le promontoire Tænarum, dit Pausanias, Lacon. cap. xxv. avance considérablement dans la mer, & au bout de quarante stades, on trouve la ville de Caenopolis, dont l’ancien nom étoit Tænarum.

Il y avoit outre cela un célebre temple de Neptune sur le promontoire Taenarum : Fanum Neptuni est Tenari, dit Cornélius Népos, quod violare nefas dicunt Græci. Strabon ajoute que ce temple étoit dans un bois sacré ; Pausanias nous apprend que ce temple étoit en forme de caverne, & qu’au-devant on voyoit la statue de Neptune. Ces deux derniers auteurs rapportent la fable qui vouloit que ce fût par-là qu’Hercule fût descendu aux enfers.

Le promontoire est nommé aujourd’hui le Cap de Matapan, & la ville Tænarium pourroit bien être le port des Cailles, Porto-Caglie.

On tiroit autrefois du mont Ténare du crystal de roche, & d’autres pierres dures ; les Grecs disent que les veines en sont encore fécondes, & que les habitans ne les négligent, que pour ne pas attirer les Turcs chez eux. (D. J.)