L’Encyclopédie/1re édition/TABAXIR

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  TABATIERE
TABEA  ►

TABAXIR, s. m. (Mat. méd. des Arabes.) Avicenne désigne par le nom tabaxir, la cendre des racines de cannes à sucre brûlées, & les interpretes ont rendu ce mot tabaxir, par celui de spode ; mais, selon les apparences, ce spode prétendu, que l’on n’apportoit en Europe qu’en petite quantité des pays orientaux, étoit une espece de sucre encore impur, & non raffiné ; & c’est aussi ce qu’a prouvé Saumaise dans son traité du sucre. Il n’est donc pas surprenant que les Arabes, & ceux qui les ont suivis, aient donné tant d’éloges à ce spode pris intérieurement ; car ils avoient été trompés par la couleur de cendre, & par le rapport des marchands, qui disoient que cette poudre de couleur cendrée, avoit été tirée des roseaux ; & de-là on s’est persuadé que c’étoit de la cendre de roseaux ; Bachin appelle plus justement tabaxir, la canne à sucre, arundo saccharifera, le maraba des Indiens. Voyez Maraba. (D. J.)