L’Encyclopédie/1re édition/TALEMELIER, Talmelier, Tallemandier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  TALED
TALENT  ►

TALEMELIER, Talmelier, Tallemandier, s. m. termes synonymes, qui signifioient anciennement boulanger, en latin talemetarius seu talemarius.

Il y a lieu de croire que ce mot talemetarius venoit de taleâ metari, compter sur une taille, parce qu’en effet de tout tems les Boulangers sont dans l’usage de marquer sur des tailles de bois la quantité de pain qu’ils fournissent.

Les statuts donnés par S. Louis aux Boulangers de Paris, & leurs lettres de maîtrise, leur donnent la qualité de Boulangers talemeliers. L’ordonnance du roi Jean, du pénultieme Février 1350, tit. II. art. 8. dit que nuls boulangers ou talemeliers ne pourront mettre deux sortes de bles dans le pain ; & art. 9. que les prud’hommes qui visiteront le pain, ne seront mi talemeliers. Le tit. 4. des talemeliers & pâtissiers porte, art. 1. que toute maniere de talemeliers, fourniers & pâtissiers, qui ont accoutumé à cuire pain à bourgeois, le prépareront ès maisons desdits bourgeois, & l’apporteront cuire chez eux. Dans une autre ordonnance du même roi du 16 Janvier 1360, il est parlé des taillemeliers, sur quoi M. Secousse a noté en marge qu’il y a taillemandiers dans la premiere des deux copies de cette ordonnance envoyées de Montpellier, & que ce sont les Pâtissiers, ce qui peut en effet convenir aux Pâtissiers dans les endroits où ils étoient confondus avec les Boulangers. Il est encore parlé des talmeliers, qui sont les Boulangers, dans une ordonnance de Charles V. du 9 Décembre 1372 ; les pâtisseries, appellées talemouses, ont pris leur nom des talemeliers. (A)