L’Encyclopédie/1re édition/URINAUX

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  URINAL
URINE  ►

URINAUX, (Chimie.) vaisseaux distillatoires, employés par les chimistes pour distiller les mixtes, dont les parties étant aisées à mettre en mouvement par leur volatilité, ont besoin d’être retenues aux parois & au fond du vaisseau, pour ne pas s’échapper. Les anciens alchimistes, comme Raimond Lulle, ont nommé ces sortes de vaisseaux urinaux ; les Allemands & les Hollandois les ont appellés kolven, & les François cucurbites à long col. On donne à ces vaisseaux une figure conique, ou bien une figure sphérique, diminuant insensiblement de grosseur, & se terminant par un long tube.

On conçoit facilement que les parties élevées par l’action du feu, heurtent contre les parois inclinées de ces vaisseaux, en sont arrêtées & repoussées, & retombent vers le fond : ainsi celles qui se meuvent avec le plus de difficulté, montent rarement tout-à-fait au haut, & par conséquent ne s’échappent pas avec les autres. A l’égard de ces vaisseaux, il faut encore observer que plus leur fond est large, & l’ouverture supérieure par où les parties sont arrêtées & repoussées, & plus la séparation des parties les plus volatiles d’avec celles qui le sont moins, s’operera facilement. En troisieme lieu, il faut aussi faire attention à la hauteur de ces vaisseaux, plus ils seront hauts, plus les parties les moins volatiles auront de peine à se sublimer. (D. J.)