L’Encyclopédie/1re édition/VIEILLESSE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

VIEILLESSE, (Physiolog.) le dernier âge de la vie ; M. de Voltaire le peint ainsi :

C’est l’âge où les humains sont morts pour les plaisirs,
Ou le cœur est surpris de se voir sans desirs.
Dans cet etat il ne nous reste
Qu’un assemblage vain de sentimens confus,
Un présent douloureux, un avenir juneste,
Un triste souvenir d’un bonheur qui n’est plus.
Pour comble de malheurs, on sent ce la pensée
Se déranger tous les ressorts,
L’esprit nous abandonne, & notre ame éclipsée
Perd en nous de son être & meurt avant le corps.

Mais comment arrive cet affreux dépérissement de toute notre machine ? C’est ce que je vais indiquer d’après l’auteur de l’histoire naturelle de l’homme.

Le depérissement, dit-il, est d’abord insensible ; il se passe même un long terme avant que nous nous appercevions d’un changement considérable, cependant nous devrions sentir le poids de nos années, mieux que les autres ne peuvent en compter le nombre ; & comme ils ne se trompent pas de beaucoup sur notre âge, en le jugeant par les changemens extérieurs, nous devrions nous tromper encore moins sur l’effet intérieur qui les produit, si nous nous observions mieux, si nous nous flattions moins, & si dans tout les autres ne nous jugeoient pas toujours beaucoup mieux que nous ne nous jugeons nous-mêmes.

Lorsque le corps a acquis toute son étendue en hauteur & en largeur par le développement entier de toutes ses parties, il augmente en épaisseur ; le commencement de cette augmentation est le premier point de son dépérissement, car cette extension n’est pas une continuation de développement ou d’accroissement intérieur de chaque partie, par lesquels le corps continueroit de prendre plus d’étendue dans toutes ses parties organiques, & par conséquent plus de force & d’activité ; mais c’est une simple addition de matiere surabondante qui enfle le volume du corps, & le charge d’un poids inutile. Cette matiere est la graisse qui survient ordinairement à 35 ou 40 ans, & à mesure qu’elle augmente, le corps a moins de légereté & de liberté dans ses mouvemens ; il n’acquiert de l’étendue qu’en perdant de la force & de l’activité.

Les os & les autres parties solides du corps ayant pris toute leur extension en longueur & en grosseur, continuent d’augmenter en solidité ; les sucs nourriciers qui y arrivent, & qui étoient auparavant employés à en augmenter le volume par le développement, ne servent plus qu’à l’augmentation de la masse ; les membranes deviennent cartilagineuses, les cartilages deviennent osseux, toutes les fibres plus dures, la peau se desseche, les rides se succedent peu-à-peu, les cheveux blanchissent, les dents tombent, le visage se déforme, le corps se courbe, &c.

Les premieres nuances de cet état se font appercevoir avant quarante ans ; elles croissent par degrés assez lents jusqu’à soixante, par degrés plus rapides jusqu’à soixante-dix. La caducité commence à cet âge de soixante-dix ans ; elle va toujours en augmentant ; la décrépitude suit, & la mort termine ordinairement avant l’âge de quatre-vingt-dix ans la vieillesse & la vie.

Lorsque l’os est arrivé à son dernier période, lorsque les périostes ne fournissent plus de matiere ductile, alors les sucs nourriciers se deposent dans l’intérieur de l’os, il devient plus solide, plus massif & spécifiquement plus pesant ; enfin la substance de l’os est avec le tems si compacte, qu’elle ne peut plus admettre les sucs nécessaires à cette espece de circulation qui fait la nutrition de ses parties ; dès-lors cette substance de l’os doit s’altérer, comme le bois d’un vieil arbre s’altere, lorsqu’il a une fois acquis toute sa solidité. Cette altération dans la substance même des os est une des premieres causes qui rendent nécessaire le dépérissement de notre corps.

Plus la force du cœur est grande & agit long-tems, plus le nombre des vaisseaux diminue, & plus les solides sont forts : d’où il arrive que la forcé des solides devient immense dans l’extrème vieillesse ; enfin les canaux trop résistans ne peuvent être étendus davantage par les liquides, toutes les parties doivent tomber dans une ossification sans remede. On a bien raison de se moquer de ces charlatans, qui se vantent de pouvoir écarter cette ossification par des élixirs fortifians. La méthode de Médée qui, par des alimens & des bains émolliens, nourrissoit, humectoit les corps desséchés, étoit au-moins une idée plus raisonnable.

Les cartilages qu’on peut regarder comme des os mous, reçoivent, ainsi que les os, des sucs nourriciers qui en augmentent peu-à-peu la densité, à mesure qu’on avance en âge ; & dans la vieillesse, ils se durcissent presque jusqu’à l’ossification, ce qui rend les mouvemens des jointures du corps très-difficiles, & doit enfin nous priver-de l’usage de nos membres extérieurs.

Les membranes dont la substance a bien des choses communes avec celle des cartilages, prennent aussi à mesure qu’on avance en âge plus de densité & de sécheresse ; celles, par exemple, qui environnent les os, cessent d’être ductiles dès que l’accroissement du corps est achevé, c’est-à-dire dès l’âge de dix-huit à vingt ans ; elles ne peuvent plus s’étendre, elles commencent à augmenter en solidité qui s’accroît à mesure qu’on vieillit ; il en est de même des fibres qui composent les muscles & la chair ; plus on vit, plus la chair devient dure.

Il est donc vrai qu’à mesure qu’on avance en âge, les os, les cartilages, les membranes, la chair, & toutes les fibres du corps acquierent de la sécheresse & de la solidité : toutes les parties se retirent, tous les mouvemens deviennent plus lents, plus difficiles ; la circulation des fluides se fait avec moins de liberté, la transpiration diminue, la digestion des alimens devient lente & laborieuse, les sucs nourriciers sont moins abondans, & ne pouvant être reçus dans la plûpart des fibres devenues trop solides, ils ne servent plus à la nutrition. Ainsi la seve de l’homme manque aux lieux qu’elle arrosoit.

La vieillesse arrive encore nécessairement par la dégénération des fluides contenus dans le corps humain, & dont l’influence sur son économie n’est pas une vérité douteuse ; ces liqueurs n’étant que des parties passives & divisées ne font qu’obéir à l’impulsion des solides, dont leur mouvement, leur qualité, & même leur quantité dépendent, Dans la vieillesse, le calibre des vaisseaux se resserre, les filtres secrétoires s’obstruent, le sang, la lymphe & les autres humeurs doivent par conséquent s’épaissir, s’altérer, s’extravaser, & produire tous les vices des liqueurs qui menent à la destruction. Telles sont les causes du dépérissement naturel de la machine. Les muscles perdent leur ressort, la tête vacille, la main tremble, les jambes chancellent ; l’ouie, la vue, l’odorat s’affoiblissent, & le toucher même s’émousse.

Impitoyablement flétrie, reconnoissez-vous dans cet état cette beauté ravissante à qui tous les cœurs adressoient autrefois leurs vœux ? Triste à l’aspect d’un sang glacé dans ses veines, comme les poëtes peignent les nayades dans le cours arrêté de leurs eaux ! Combien d’autres raisons de gémir pour celle chez qui la beauté est le seul présent des dieux ! Une tête grise a succédé à ces cheveux d’un noir de geais, naturellement bouclés, qui tantôt flottoient sur des épaules d’albâtre, & tantôt se jouoient sur une belle gorge qui n’est plus. Ces yeux qui disoient tant de choses sont ternes & muets. Le corail de ces levres a changé de couleur ; sa bouche est dépouillée de son plus bel ornement ; aucune trace de cette taille légere, si bien proportionnée, & de ce teint qui le disputoit aux lis & aux roses ; cette peau si douce, si fine & si blanche n’offre aux regards qu’une foule d’écailles, de plis & de replis tortueux. Hélas, tout chez elle s’est changé en rides presque effrayantes ! le cerveau affaissé sur lui-même ne laisse passer que lentement ces rayons d’intelligence & de génie qui causoient votre admiration ! Telle est la décrépitude du dernier âge.

Cependant que ce triste hiver n’alarme point ceux dont la vie s’est passée dans la culture de l’esprit, dans la bienfaisance & dans la pratique de la vertu ! Leurs cheveux blancs sont respectables. Leurs écrits, leurs belles actions le sont encore davantage. C’est à ces gens-là, si rares sur la terre, que la brillante & florissante jeunesse doit des égards, des hommages & des autels. (Le chevalier de Jaucourt.)

Vieillesse, (Morale.) la vieillesse languissante, ennemie des plaisirs, succédant à l’âge viril, vient rider le visage, courber le corps, affoiblir les membres, tarir dans le cœur la source de la joie, nous dégoûter du présent, nous faire craindre l’avenir, & nous rendre insensible à tout, excepté à la douleur. Ce tems se hâte, le voilà qui arrive ; ce qui vient avec tant de rapidité est près de nous, & le présent qui s’enfuit est déja bien loin, puisqu’il s’anéantit dans le moment que j’écris ce petit nombre de réflexions, & ne peut plus se rapprocher.

La longue habitude tient la vieillesse comme enchaînée ; elle n’a plus de ressources contre ses défauts ; semblable aux arbres dont le tronc rude, noueux s’est durci par le nombre des années, & ne peut plus se redresser ; les hommes à un certain âge ne peuvent presque plus se plier eux-mêmes contre certaines habitudes qui ont vieilli avec eux, & qui sont entrées jusques dans la moëlle de leurs os. Souvent ils les connoissent, mais trop tard ; ils gémissent en vain, & la tendre jeunesse est le seul âge où l’homme peut encore tout sur lui-même pour se corriger. « On s’envieillit des ans, dit Montagne, sans s’assagir d’un pouce ; on va toujours en avant, mais à reculons. Il feroit beau être vieil, continue-t-il, si nous marchions vers l’amendement ; mais le marcher de cet âge est celui d’un yvrogne, titubant, vertigineux ; c’est l’homme qui marche vers son décroit ».

On doit cependant se consoler des rides qui viennent sur le visage, puisqu’elles sont l’effet inévitable de notre existence. Dans l’adversité, les peines de l’esprit & les travaux du corps font vieillir les hommes avant le tems. Dans la prospérité, les délices d’une vie molle & voluptueuse les usent encore davantage. Ce n’est qu’une vie sobre, modérée, simple, laborieuse, exempte de passions brutales, qui peut retenir dans nos membres quelques avantages de la jeunesse, lesquels, sans ces précautions, s’envolent promptement sur les aîles du tems.

C’est une belle chose qu’une vieillesse étayée sur la vertu. Castricius ne voulant point permettre qu’on donnât des ôtages au consul Cnéius Carbon, celui-ci crut l’intimider, en lui disant qu’il avoit plusieurs epées ; & moi plusieurs années, répondit Castricius. Une pareille réponse a été faite par Solon à Pisistrate, par Confidius à Jules César, & par Cesellius aux triumvirs. Ils ont tous voulu faire voir, en parlant ainsi, que quelques années de vie qu’on avoit encore à parcourir ne valoient pas la peine de faire naufrage au port. (Le chevalier de Jaucourt.)

Vieillesse, (Mytholog.) elle étoit, selon Hésiodore, fille de l’Erébe & de la Nuit. Athénée prétend qu’elle avoit un temple à Athènes. (D. J.)