L’Encyclopédie/1re édition/WEISSEMBOURG ou WEISSEMBOURG en

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

WEISSEMBOURG ou WEISSEMBOURG en Warg w, (Géog. mod.) en latin Sebusium, ville de France dans l’Alsace, au pays de Wasgaw, vers les frontieres du palatinat, sur la riviere de Lauter, à 6 heues au sud-ouest de Landau, à 10 au sud-ouest de Philisbourg, & à 108 de Paris. Elle est chef-lieu d’un baillage, & a été libre & impériale.

Elle s’appelle Weissembourg en Wasgaw, pour la distinguer d’une autre ville aussi nommée Weissembourg, qui est du cercle de Franconie, & qui est connue sous le nom de Weissembourg en Nordgaw. Beatus Rhenanus prétend que Weissembourg en Wasgaw a été la demeure des anciens Sebusiens, & qu’elle en a retenu le nom. Ce qui est constant, c’est que cette ville est ancienne ; elle étoit connue au septieme siecle, lorsque Dagobert, roi de France, y fonda un monastere où sa fille Irmine est enterrée, & auquel il donna de très-grands biens, entr’autres la seigneurie de Weissemberg & d’autres villes du voisinage, qui sont venus au pouvoir des comtes Palatins du Rhin, & de quelqu’autres princes.

Le même roi Dagobert fit présent à l’église de Weissembourg d’une couronne d’argent doré, dont la circonférence étoit de 24 piés. On en a fait depuis une semblable en cuivre, & elle est suspendue dans la grande église.

En 1626, la ville fut enfermée de murailles par l’abbé Frédéric. Son successeur Edelin la fit entourer d’un fossé, & la fortifia de quelques boulevards. Dans la suite, les habitans ayant obtenu divers privileges, se rendirent indépendans des abbés, & furent reçus au nombre des villes libres & franches de l’empire avant le quinzieme siecle.

Louis XIV. prit Weissemboarg en 1673, & la fit démanteler. Elle fut réunie à la France avec les autres villes de la préfecture en 1680, & le traité de Ryswick a confirmé cette réunion. Long. 25. 38. latit. 40. 3. (D. J.)

Weissembourg, (Géog. mod.) ou Weissembourg en Nordgaw, petite & chetive ville imperiale d’Allemagne, dans le cercle de Franconie, sur le Rednitz, à six lieues au nord de Donnawert. Long. 28. 23. latit. 48. 37.

Merklinus (George-Abraham), médecin, naquit à Weissembourg en Franconie, l’an 1644, & mourut en 1702, âgé de 58 ans. Ses principaux ouvrages sont 1°. tractatus de ventositatis spine sævissimo morbo. 2°. Lindenius renovatus, Nuremburgæ 1686, in-4°. 3°. Tractatus physico-medicus de incantamentis. Il a encore parsemé de quantité d’observations médicinales fort mauvaises, les éphémérides des curieux de la nature. Le p. Nicéron l’a pris pour un homme illustre, & a donné son article dans ses mémoires, tom. XIII. p. 179 & suiv. (D. J.)

Weissembourg, (Géog. mod.) ou Albe-Julie, petite ville de Transilvanie, capitale d’un comté, près de la riviere d’Ompay, qui se joint au-dessous à la Marisch. Elle a été la résidence des princes de Transilvanie, & est épiscopale. Son évêché fut érigé en 1696, par le pape Innocent XII. Long. 42. latit. 46. 30.