100%.png

L’Entrée de la Reyne et de Messieurs les Enfans de France à Bourdeaulx

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


L’entrée de la Reyne et de Messieurs les enfans de France, Monsieur le Dauphin et le Duc d’Orléans, en la ville et cité de Bourdeaulx, à grans honneur et triumphe, le XXVII de juillet.

1530



L’entrée de la Reyne et de Messieurs les enfans de France, Monsieur le Dauphin et le Duc d’Orléans, en la ville et cité de Bourdeaulx, à grans honneur et triumphe, le XXVII de juillet.

Le très chrestien roy Françoys, premier de ce nom, estant en sa bonne ville et cité de Bourdeaulx, où avoit sejourné depuis le septiesme jour de juing1, qu’il estoit arrivé en la dite ville, le second jour du mois de juillet, environ neuf heures de nuyt, adverty par le seigneur de Montpezat2 de la venue de très chrestienne princesse dame Alienor, royne de France, douairière de Portugal, seur de l’ampereur romain, aussi de la recouvrance très heureuse de très haults, très puissans princes Messieurs les dauphin et duc d’Orléans, congratulant et remerciant la puissance divine de la grace à luy faicte comme très chrestien, vray pilier de foy, aisné fils de l’Eglise, tout soubdain, espris d’une fervente joye, estant en sa chambre, tendans les yeux devers les cieulx, prosterné à genoux, les mains jointes, larmoyant, demeura quelque espace de temps sans pouvoir aucune chose dire, jusque à ce que le cœur luy dessera ; commença à dire une briefve oraison, tout autre que mon simple et rude sens ne sauroit descripre, contenant en substance ce que s’ensuyt : « Dieu eternel, createur de tout l’humain lignage, qui en ce monde m’as mis et créé à ton image, et m’as institué sur la terre par ta benignité et clemence pour regir et gouverner ton peuple au royaulme de France, quel loz, quel honneur, quelle grace pourray-ge te rendre du bien et joye que de toy je reçoy ? Certainement, si telle chose j’osoye ou vouloye entreprendre, ce seroyt à moy chose impossible ; pourquoy, editeur du tout, je te supplie très humblement qu’il te plaise begninement recepvoir ma voulenté en excuse de mon pouvoir. Ce faict, vindrent devers le dit seigneur plusieurs grands princes de son sang : c’est assavoir, très haults et puissans prince le roy de Navarre, reverendissime cardinal de Lorraine, Messieurs les ducs de Vandomoys, compte de Sainct-Pol3, Guise, accompagnez de plusieurs grans seigneurs ; ausquelz seigneurs declara les bonnes nouvelles, et, de commun accord, de joye commencèrent à lermoyer, et, depuis revenuz, remercièrent Dieu de la fortune prospère ; et soubdain commencèrent à sonner les cloches, tronpestes, clerons, haultboys, au devant le logis du roy et par toute la ville, mesmement la grant cloche d’icelle, où avoit este donné le signe especial, l’artilherie par si grand impetuosité, que ciel et terre le tout s’assembloit. Ce tumulte parechevé, commencèrent feux à esire allumez, tellement que par toute la ville de Bourdeault on eust dict : « Voylà Bourdeault en semblable ruyne que la cité de Troye quant fut ruynée par les Grecz. » Les carfours garnis de tables rondes, vin, viandes, menestriers jouans de leurs instrumens par une si doulce melodie. Finablement, toute ycelle nuyt vous n’eussiez veu par les rues que flambeaulx allumez, festins, excès de peuple crians uniquement : « Vive le roy ! France ! » Et seroit chose bien difficile de narrer ne rediger par escript, ne autrement, la joye qu’icelle nuyt et les troys jours ensuyvans furent faictz, et entre autres ce soir le reverendissime cardinal de Sens4, legat et chancelier de France ; les ambassadeurs des roys d’Angleterre, Portugal ; le lendemain, tiers jour du dit moys, le reverendissime cardinal Trivolse et les Florentins, firent leurs feux de joye, tenans table ronde en rue à force vin, viandes, à tous venans, qu’est chose incredible de la joye qu’en ces jours fut menée, tant en general qu’en particulier. Et, le iiij. du dit moys, le roy, adverty que la reyne, ensemble mes dits seigneurs ses enfants, estoyent partys de Bayonne pour s’en venir devers luy, accompaignes de plusieurs princes, seigneurs, tant du royaulme qu’estrangiers, se transporta en la ville de Roquefort5, qu’appartient au roy de Navarre, en laquelle le dit seigneur roy de Navarre avoit faict preparer toutes choses necessaires au cas en une abbaye de nonnains. Près ce dit lieu de Roquefort6 furent cellebrées les nopses solennellement du dit seigneur et de la dite dame Alienor7. Ce faict, partirent du dit lieu et s’en vindrent en la ville de sainct Macaire8 le neufiesme jour du dit moys, et le lendemain, dixiesme, au bourg de Podensac9, qui est deux lieues par deçà tirant vers la ville de Bourdeaulx, où sejournèrent jusqu’au lendemain matin, unziesme du dit moys, que se disposèrent de partir pour venir en la dite ville et cité de Bourdeaulx. Le dit jour unziesme du dit moys, les soubz maire et jurez de la dite ville et cité de Bourdeaulx, qui auparavant avoyent faict asseoir sur troys gros bapteaux trois belles et plaisantes maisons, entre lesquelles en avoit une faicte par singularité, laquelle estoit environnée de belles galleries ; au dedans laquelle maison avoit une belle salle et garde-robe, le tout tendu de damas cramoisi et blanc, et le plancher de tapis en verdure ; les fenestres garnies de riches vitres, qu’il faisoit bon voir. Les autres deux maisons estoient pareillement avec chacun leur garderobbe tendues de taphetas rouge et blanc, et le plancher comme la première. Environ l’heure de deux heures après mynuit, firent equiper les dits bapteaux, ensemble douze autres garnis de mariniers et pillotes vestus d’habillemens de blanc et rouge, pour conduire les dites trois maisons pour porter le roy, la royne et mes dits seigneurs le dauphin et duc d’Orleans. Pareillement deux gallées gorgiasement acoutrés d’estandars, banières, et environ quatre-vingts autres bapteaulx, la pluspart couverts de tapisserie, au dedans desquels estoient les gentils hommes suyvans la court. Les enfans, gens de metier de la dite ville, et autre populaire en grand nombre, garnis d’artilherie, tambourins et suysse, et autres instrumens musiquaulx, demenants grande joye, lesquels recommencèrent à naviguer tellement, qu’en peu de temps furent au devant le dit lieu de Podensac, auquel lieu arivez, le roy, la royne, mes dits seigneurs les enfans se misdrent sur l’eau. Et croyez que à l’embarquer la ville de Rioms10, qui est au devant le dit lieu de Podensac et aultres places estans sur la rivière, firent merveilles de canoner, après avoir reçeu la ligne de ladite ville de Rioms, qu’à ce estoit comise, laquelle apartient à monsieur le grand escuier de Navarre, messire Frederic de Foix, qui en cestuy affaire avoit bien voulu pourvoir, comme vray serviteur du roy. Le roy, la royne, mes dits seigneurs les enfans, se mirent en la maison que avoit eté construite pour la royne, accompaignez du roy de Navarre, messieurs les ducs de Vendosmoys, Nemours, comptes de Sainct-Pol, Guise et autres grans seigneurs, et les autres princes et seigneurs ès dites deux maisons, gallées et autres bapteaulx. Les gens de mestiers et autres abillez de livrées ; c’est assavoir : les apoticaires avec leurs estandars, enseigne dorée, et leurs mortiers, faisans grand bruyt, lesquels estoient vestus de satin et damas gris, et tant faisans grans exclamations : Vive le roy ! la royne ! messieurs ses enfans ! ayans grans cruches d’yppocras, qu’ils distribuèrent avec grans boytes de confitures à chacun qu’en demandoit ; les cousturiers, vestus de satin et taffetas noir semez de croix blanches ; les chaustiers de tafetas changeant, en bel ordre ; les orphevres, vestus de satin viollet et noir, doublé de incarnat nervé de cordons d’argent, ayant chacun une chaine d’or en leur col ; les armuriers, de plusieurs couleurs, chacun à son plaisir ; et, en oultre, les potiers d’estain en bel ordre, aïant leurs sayons de rouge couverts de fleurs de lys avec ung dauphin en fasson d’orphaverie qu’il faisoit bon voir. Et generallement la ville avoit faict eriger ung grant pont au devant la porte du Laillau pour la descente. Auquel lieu descendirent la royne, messieurs les enfans, au devant desquels se presentèrent pour la ville monseigneur l’amiral, maire et capitaine de la dite ville, acoultré de son manteau chapperon, my party de drap d’argent et velour cramoisy, doublé de satin cramoisy ; les soubs maire, clers et autres juratz avec leurs manteaulx de damas cramoisy et damas blanc ; lequel dict seigneur admiral fit pour la dite ville à la dite dame, mes dits seigneurs, une courte harengue si bien troussée. Après la dite harengue, la dite dame fut mise dedans une litière que portoyent deux mules, que deux paiges d’honneur conduisoient, le tout couvert de drap d’or frisé11. Et soudain fut mis dessous, par les dits juratz, ung poyle de drap d’or, à franges d’or, riche à merveille, que six des ditz jurez portoyent ; et à l’entrée de la porte se presenta le reverendissime cardinal de Sens, legat et chancellier de France, accompaigné des reverendissimes cardinaulx de Lorraine, Trivolse et Turnon, et saize evesques, grand nombre d’abbés, parthenothaires et autres gens d’eglise, lequel fit une belle et eloquente harengue, où la dicte dame prit un grand plaisir. Ce faict, après que la dite dame et mes dits seigneurs furent entrez au dit portal, la court de Parlement, les quatre presidens, revêtus de leurs chappes et mortiers, et tous les conseillers, vestus d’escarlate, se presentèrent, lesquels firent la reverence à la dite dame et mes dits seigneurs, après lequel salut monsieur messire Françoys de Belcier, chevalier, premier president, en une gravité, fit à la dite dame et seigneurs, pour la dite court, une harengue ; et ycelle parachevée, commencèrent à faire la procession ecclesiastique de toute la ville, puis les gens de metier, chascun en son ordre. Après marchoit monsieur le prevost avec ses archiers, puis les Suisses du roy avec force tambourins et phiphres ; puis marchoient les trompettes, clerons, haultboys du roy, tous abillez des couleurs du dit seigneur, les heraults et roys d’armes les testes nues. Après marchoient messieurs de la court de Parlement, consequemment les cent gentils hommes de l’hostel avec leurs haches et bec de fauchon12 ; après marchoient messieurs le daulphin et duc d’Orleans, accompagnez de messieurs les ducs de Vendosmes, Nemours, de Sainct-Pol, Nevers, Guise, La Trimoulle, et autres grans princes desquels je ne say les noms ; et après marchoient messieurs le grand maistre vicomte de Turainne et autres seigneurs. Après ceste trouppe de gentils hommes marchoit le roy de Navarre, avec les reverendissimes cardinaulx dessus nommez, et puis mon dit seigneur le legat chancellier. Après venoist la litière de la dite dame, conduicte comme dessus, laquelle suyvoient les dames, tant de France que d’Espaigne, deux à deux, une de France, une d’Espaigne, jusques à vingtz cinq ou XXVI de chascun cousté, que faisoit bon voir. Après marchoient en bel ordre tous les archiers de la garde du roy, et après grand multitude de gentils hommes faisans guider chevaulx sur le pavé, que s’estoit merveilhes. Et en cestuy estat marchèrent jusques à l’eglise Sainct-André, metropolitaine de la dite ville, où par le clergé fut honorablement receu la dite dame et Messieurs13 ; et, après avoir rendu graces à Dieu en l’ordre que dessus, marchèrent vers leur logis. Est assavoir que toutes les rues estoient tendues de riches tapisseries14 ; avoit esté dressé sur la fin du carrefour de Lombrière ung grand echarffault en fasson d’arc triomphant. Au mylieu avoit ung pavillon, riche à merveille, au dedans duquel y avoit ung personnaige en chaire, acoultré d’abit royal, tenant septre ; à dextre et senestre, deux autres personnages en chaire, representans messieurs les Dauphin et d’Orleans, au dessus desquelles, mesmement sur celle du roy, estoyent les armes du roy, de la royne, soubs ung timbre imperial, et au dessoubs ung escripteau où avoit : Veni sponca mea veni de libano et coronaberisti. Pareillement sur les dits seigneurs, les dites armes, escript : Euntes ibant et flebant, et, de l’autre part : Venientes, aut venient cum exultatione. Du cousté de la representation de monsieur le dauphin, y avoit une jeune fille, nommée la Ville de Bourdeaulx, à genoux, qui tenoit ung cœur où estoient les armes de la ville, lequel s’ouvroit et apparoissoit semé de fleurs de lys, et avoit un personnage, accoutré en homme de justice, qui se nommoit Conseil vertueulx, près duquel estoit ung escript : Et me Dominum, fili mi, et regem ; et à la porte Beguère y avoit ung riche eschaffault sur lequel estoit edifié ung lit si richement acoultré de drap d’or, velour cramoisy et broderie, que merveilles, et sur icelluy estoit en fasson d’une acouchée une belle fille nommée Amour ; aux deux coustez, deux autres belles filles, richement acoultrées, nommées Raison et Justice ; au pié du lict, ung bers, si richement acoultré que possible est de faire, au dedans lequel estoit une fille de l’age de quinze jours nommée Paix, pour laquelle avoit en une chaste assise une très belle fille, très richement acoultrée, nommée Aliance, qui avoit ung esmouchart en sa main dont chassoit les mouches ; aussi bersoit la petite fille en fasson de nourisse, laquelle jouhoit si très bien son personnage que l’on pourroit souhaiter. Au dessus lequel echaffault avoit ung escripteau denotant le mistère. Or prions à Dieu pour, la conclusion, tout ainsi que par une Alienor15 jadis furent commencées les grans guerres et divisions au royaulme de France, que, au contraire, ceste vertueuse dame Alienor, nostre rayne, puisse si bien ouvrer qu’elle fille le lyen de pair entre les princes crestiens, qu’il puisse aller contre les juifs meschreans de nostre foy catholique ! Amen16.


1. « Le roy partist pour aller au devant de ses enfants, avec grand nombre de seigneurs, monta sur l’eau le lundy au soir et alla jusqu’à Langon, et de là passa à Bazac (Bazas) et autres lieux, comme Rochefort, Marsant, et parmy les landes de Bourdeaux, où il s’arresta jusques à tant que la royne et messieurs ses enfants fussent arrivés. » (Journal d’un bourgeois de Paris ; Société de l’hist. de France, p. 414.)

2. M. de Montpesat, gentilhomme de la chambre du roi, avoit laissé la nouvelle reine Eléonore, le dauphin et le duc d’Orléans à Saint-Jean-de-Luz, et etoit venu de « nuict, sur chevaulx de poste, à Bourdeaux », apporter au roi la nouvelle de leur approche. (La prinse et delivrance du roy, venue de la royne, seur aisnée de l’empereur, et recouvrement des enfants de France, par Séb. Moreau. Arch. curieuses, 1re série, t. 2, p. 433. V. aussi Mémoires de Martin du Bellay, coll. Petitot, 1re série, t. 18, p. 97.) Le roi fut si joyeux de la nouvelle « qu’il donna au dit sieur de Monpesat… l’office de greffier au parlement de Tholose, qui, pour lors, etoit vacante par le trepas du feu greffier, qui valoit à vendre dix à douze mil escuz. » (Séb. Moreau, p. 434.)

3. François de Bourbon, comte de Saint-Pol, frère du duc de Vendôme, dont le nom précède le sien, et qui étoit lui-même frère du roi de Navarre.

4. Le cardinal Duprat, qui avoit dirigé toute l’affaire de la rançon du roi, et contre le payement de laquelle on avoit, en échange, accordé la liberté des deux jeunes princes donnés en otages. Il s’étoit acquitté de cette tâche en trop zélé ministre, il avoit payé en pièces qui n’étoient pas de poids ; mais les commissaires de l’empereur, qui avoient l’éveil, n’avoient accepté qu’après sûre vérification ; or, il s’en manquoit de 40,000 écus, qu’il fallut rapporter. C’est ce que Martin du Bellay, p. 94, appelle « quarante mille escus pour la tare de l’or. » Sébastien Moreau avoue lui-même qu’il s’en falloit beaucoup que toutes les pièces données d’abord fussent de bon aloi. (Arch. curieuses, 1re série, t. 2, p. 416.)

5. Roquefort, chef-lieu de canton du département des Landes, arrondissement de Mont-de-Marsan.

6. « L’abbaye de Verrières, dit Sébastien Moreau, deux lieues par delà de Mont de Marsan, qui est aussy au dit roy de Navarre. » La rencontre se fit, dit Martin du Bellay, p. 97, « entre Roquefort de Marsan et Captieux, en une petite abbaye, auquel lieu, une heure devant le jour, le roy et la royne furent espousez. »

7. « Ils arrivèrent bientôt, dit encore Séb. Moreau, en la ditte abbaye, en l’eglise de laquelle s’estoit deja appresté reverend père en Dieu monseigneur l’evesque de Lisieux, grand aumônier dudit seigneur, lesquels, après qu’ils se furent repousés en ordre, allèrent en la ditte eglise, qui estoit assez tard, et lors le dist evesque les espousa, et après s’allèrent mettre à table pour soupper. Ils feirent la chière telle que bien s’en sçauroit dire, aprez se retirèrent ensemble pour prendre le plaisir de marriage l’un avec l’autre, que je ne dechiffreray autrement, en le laissant penser aux lecteurs et auditeurs. »

8. Chef-lieu de canton du département de la Gironde, arrondissement de la Réole.

9. Chef-lieu de canton de l’arrondissement de Bordeaux.

10. Rions, commune de l’arrondissement de Bordeaux, canton de Cadillac. Ce qu’on lit dans le Journal d’un bourgeois de Paris, p. 416, sur cet embarquement, confirme ce qui se trouve ici, mais à beaucoup de détails près : « La royne, avec les seigneurs et dames, y est-il dit, se meirent sur la marine, entre Langon et Bourdeaulx, en basteaux painctz et dorez magnifiquement, et avoit moult de pièces d’artillerie grosses, qui faisoient merveilleuses tempestes, et force navires, tant marchands que de guerre, tous fort bien équipés. »

11. « À l’entrée de la porte, lit-on dans le Journal d’un bourgeois de Paris, fust apprestée la lictière et muletz de la reyne, tous couverts de drap d’or frizé. »

12. Sorte de hallebarde qui faisoit donner à ceux dont elle étoit l’insigne le nom de gentilshommes à bec de corbin. Les contrôleurs généraux des finances eurent, jusqu’à la révolution, un attribut du même genre. « M. de Fourqueux, lit-on dans les Mémoires secrets, t. 35, p. 14, est decidement revêtu du titre de contrôleur general et porte la canne à bec de corbin, attribut de la dignité, dont il a plus besoin qu’un autre. »

13. « La dite royne, écrit le bourgeois de Paris dans son Journal, avoit sur elle un ciel d’or frizé, vestue à la mode espaignolle, ayant en sa teste une coiffe ou crespine de drap d’or frizé, faicte de papillons d’or, dedans laquelle estoient ses cheveulx, qui luy pendoient par derrière, jusques aux tallons, entortillez de rubbens ; et avoit un bonnet de velours cramoisy en sa teste, couvert de pierreries, où y avoit une plume blanche, tendue à la façon que le roy le portoit ce jour. Aux oreilles de la ditte dame pendoient deux grosses pierres, grosses comme deux noix. Sa robbe estoit de veloux cramoisy, doublée de taffetas blanc, bouffant aux manches, au lieu de la chemise, les manches de la robbe couvertes de broderies d’or et d’argent. Sa cotte estoit de satin blanc à l’entour, couverte d’argent battu, avec force pierreries ; et y estoit le chancelier de France, Du Prat, qui la receut pour le roy, accompaigné de plusieurs cardinaulx et prelatz ; y estoient aussy les ambassadeurs de Venise, Ferrare, Anglelerre, et plusieurs princes, seigneurs et dames de France, entr’autres Mme de Nevers. »

14. « Et depuis la dicte porte, écrit le bourgeois de Paris, jusques à la grande eglise Sainct-André, estoient les rues tendues ; y furent joués mistères, et y avoit trois grands theatres elevez en hault, où estoient les armes du roy et de la royne. »

15. Eléonore de Guienne, d’abord reine de France, comme femme de Louis VII, puis reine d’Angleterre, après avoir épousé Henri II. On sait que la querelle soulevée au sujet de l’Aquitaine, qu’elle avoit apportée en dot à son nouvel époux, et que le fils du premier ne vouloit pas rendre, fut la première cause d’une guerre interminable entre la France et l’Angleterre.

16. « Touctes ces bonnes chères faictes, dit Séb. Moreau, et qu’il commençoit quelque peu à se mouvoir de la peste, dont audit Bourdeaux sont subjects, à cause de la marine, partirent et passèrent les deux rivières, assavoir la Garonne et la Dordogne, et s’en allèrent prendre aeir beau et triumphant ; c’est l’aeir d’Angoulème. » Là, les fêtes recommencèrent. On en trouve la description dans une pièce volante, indiquée au portefeuille 226–227 de la collection Fontainieu, et reproduite textuellement au t. 6, p. 291–298, de l’édition des Mémoires de Martin et Guillaume du Bellay-Langey donnée par l’abbé Lambert.