L’Image du monde/Texte de l’Image du Monde

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par O. H. Prior, Librairie Payot & Cie (p. 57-204).

L’IMAGE DU MONDE
DE
MAITRE GOSSOUIN

Version en prose
(Texte du manuscrit fr. 574 corrigé d’après d’autres manuscrits.)

[F° 1 a] [a] Ci commence [1] li chapitre du roumanz [2] mestre Gossouin [3] qui est apelez ymage du monde.

Ce [4] livre de clergie, que l’en apele l’ymage dou monde, qui est translatez de [5] latin en rommanz [6], contient ·lv· chapistres et ·xxviii· [F° 1 b] figures, sanz quoi li livres ne porroit estre legierement entenduz, qui est devisez en ·iii· parties, dont la première partie contient ·xiiii· chapistres et ·viii· figures, sanz le prologue.

Li premiers chapistres [F° 1 c] parole de la poissance de Dieu. Li seconz, pour quoi Diex fist le monde. Li tierz, pour quoi Diex forma [7] homme a sa samblance [8]. Li quarz, pour quoi Diex ne fist houme [9] tel qu’il ne peüst pechier [10]. Li quinz, pour quoi et comment les ·vii· arz furent trouvées, et de lor ordenence [11]. Li sisiesmes, des trois manieres de genz [12] que li philosophe poserent au monde, et comment clergie vint en France. Li septiesmes, de la manière des ·vii· arz. [F° 1 d] Li oictiesmes [13], de nature comment ele oevre et quel [14] chose ce est. Li nueviesmes, de la fourme du firmament. Li disiesmes, comment les quatre elemenz [15] i sunt [16] assis. Li onziesmes, comment la terre se tient en mi le monde. Li douziesmes, quele la reondesce de la terre est. Li treziesmes, pour quoi Diex fist le monde reont. Li quatorziesmes, de l’ineleté du cours du firmament et des vii planetes.

[F° 2 a] Ci commencent les chapistres de la seconde partie, dont il en y a ·xix· et ·ix· figures.

Li premiers chapistres est comment la terre est devisée en diverses parties et quel [17] part ele est habitée. Li seconz est de la mapemonde [18], et ou ele commence. Si i est d’Aise la grant, et de paradis terrestre, et ou il siet. Et d’Inde, et de la diverseté [19] des genz. Et des pierres des contrées d’Aise la menour ; des genz et des poissons et des arbres [F° 2 b] qui la sont. Li tierz est d’ [20] Europe et de ses regions. Li quarz, d’Aufrique et de ses contrées. Li quinz, des ylles et de leur choses. Li sisiesmes, des diversetez d’ [21] Europe et d’Aufrique ; et la maniere des bestes et des oisiaus [22] qui i sont. Li septiesmes, d’aucunes choses communes. Li oictiesmes, ou enfers siet, et quel [23] chose ce est. Li nueviesmes, pour quoi et comment l’yaue court par mi la terre [F° 2 c]. Li disiesmes [24], pour quoi yaue douce et salée, noire et chaude et envenimée sourt. Li onziesmes, ou la mappemonde fenist, et si i est des diverses fontainnes [25]. Li douziesmes, comment la terre croulle [26] et fent. Li treziesmes [27], comment la mer devient salée. Li quatorziesmes, de l’air et de sa nature. Li quinziesmes, comment nues, pluies, gelées, nois, grelles, tempestes, esparz, et tonnoires [28] aviennent. [F° 2 d] Li seziesmes est comment li vent naissent. Li diseseptiesmes est du feu et des estoiles [29] qui samblent courre [30] et cheoir, et du dragon, et que ce est, et dont ce vient. Li diseoictiesmes, du [31] pur air, et comment les ·vii· planetes i sont assises. Li disenueviesmes, des [32] estoiles et de la concordance de tout le firmament.

Ci commencent li chapistre [33] de la tierce partie, dont il en y a [F° 3 a] ·xxii· et ·ix· figures.

Li premiers chapistres est comment il est jour et nuit [34] ; et pour quoi l’en ne voit les estoiles de jourz [35], et le soleill de nuit [36]. Li seconz, comment la lune reçoit diversement lumiere. Li tierz, comment les eclypses de la lune aviennent. Li quarz, des eclypses du soleill [37]. Li quinz, de l’eclypse qui avint a la mort Jhesu Crist. Li sisiesmes, de [38] la ver-[F° 3 b]tu du ciel et des estoiles. Li septiesmes, comment l’en mesura le monde, et pour quoi. Li oictiesmes, du roy Tholomeu [39] et des autres philosophes. Li nueviesmes, comment [40] l’en sauva les clergies pour le deluge. Li disiesmes, comment l’en retrouva les clergies après le deluge. Li onziesmes, des merveilles que Virgiles fist par astronomie. Li douziesmes est [41] pour quoi et comment monnoie fu establie. Li treziesmes, des [42] philosophes qui cerchierent le monde pour aprendre. [F° 3 c] Li quatorziesmes est de philosophie, et de la reponse Platon [43]. Li quinziesmes, combien la terre a de lonc environ, et d’espés par mi. Li seziesmes, combien la lune et li solaus [44] contiennent de grant et de haut, chascun [45] en droit soi. Li diseseptiesmes, de [46] la grandeur et de la [47] hautesce des estoiles. Li diseoictiesmes [48], del nombre des estoiles et des ymages que eles forment en eles el ciel. Li disenueviesmes [49] [F° 3 d] de la grandeur du firmament et du ciel qui est desus. Li vintiesmes, du ciel cristalin et du ciel empiré. Li vinteuniesmes, du celestiel paradis et de son estre. Li vintedeusiesmes, c’est li darreains. Si i [50] est li recors, ou la recapitulations des choses devant dites est.

Ci commence l’ymage du monde.

Qui bien veult savoir et en-[F° 4 a] tendre cest livre pour savoir et pour aprandre [51] comment il doit vivre et soi contenir en cest sicle [52] [* 1], dont il vaudra mieulz [53] touz les jours de sa vie, si lise tout premierement et tout ordenéement, si qu’il ne lise riens avant, devant ce qu’il entendra bien ce qui est devant. Et ainsi porra il savoir et entendre cest livre.

Ore donques, qui veult entendre a cest commandement, il porra aprandre [54] en cest li-[F° 4 b]vre grant partie de la faiture du monde, et comment il fu faiz par nature de Dieu et acompliz, et pour quoi il fu establiz ; dont il nous fist si trés grant bonté, li douz sires, que nous n’eüssiens [55] riens esté [56] neant plus que ce qui onques ne fu.

Si prions au commencement de cest livre a Dieu le pere tout poissant [57] que il [58] nous doint entendre tel bien et tel science aprendre et retenir qui nous maint et conduie en paradis, [F° 4 c] la ou il est, et que nous en puissons [59] conquerre s’amour et sa grâce.

Si commencerons tout avant [60] du glorieus Dieu souverain et de sa puissance [61].

  1. — B, C : commencent.
  2. — B : romanz.
  3. — B : maistre Gossonin ; C : Gosson.
  4. — B : cest.
  5. — B : du.
  6. — B : roumanz ; C : roumant.
  7. — B : fourma.
  8. — B : semblance.
  9. — B : home.
  10. — « qu’il ne peüst pechier » manque dans A.
  11. — B : ordenance.
  12. — B : des gens.
  13. — B : oictismes.
  14. — B : quele.
  15. — B : element.
  16. — B : sont.
  17. — C : et en quelle.
  18. — B : mappemonde.
  19. — B : diversité.
  20. — B : de.
  21. — B : de.
  22. — B : oisiaux.
  23. — B : quele.
  24. — B : diesiesmes.
  25. — B : fontaines.
  26. — B : Li douziesmes est comment la terre croule.
  27. — Li treziesmes est.
  28. — B : espars et tonnaires.
  29. — B : estoilles.
  30. — B : semblent coure.
  31. — B : est du.
  32. — B : assisses. Li desenueivesmes est des.
  33. — B : chapistres.
  34. — B : jours el nuiz.
  35. — B : jour.
  36. — B : nuiz.
  37. — B : soleil.
  38. — B : est de la.
  39. — B : Tholomen.
  40. — B : est comment.
  41. — A : Li onziesmes, pour quoi...
  42. — B : li treiziesmes est des...
  43. — A : Pilaton.
  44. — B : soleil
  45. — B : chascune.
  46. — B : ...est de.
  47. — B : la manque.
  48. — B : diseoctiesmes.
  49. — B : disenueivesmes.
  50. — B : i manque.
  51. — B : aprendre.
  52. — B : siecle.
  53. — B : miex.
  54. — B : aprendre.
  55. — B : n’eüssons.
  56. — B : esté manque.
  57. — B : puissant.
  58. — A : quel il.
  59. — B : empuissons.
  60. — A : commencerons ront avant.
  61. — B : poissance.
  1. * La forme graphique i pour ie est fréquente en anglo-normand et autres ; Stimming en donne de nombreux exemples : Bœve de Haumtone (Halle a/S 1899), p. 202 : pice ; milz ; li (lætum) ; grivement ; de même Suchier, Altfranz. Gram. (Halle a/S 1893). p. 47 : pechith ; Vie de saint Auban (Halle 1876), p. 47 : fichi, etc. ; Lais de Marie de France (Halle a/S, 1900) p. 62 : pice, sentir. — Le scribe de A écrit « matire » f° 26 D, passim ; « eslivent » f° 89 B.
  1. Vers d’après Arundel 52. [F° 1 aF° 4 c = Vers 1-30].

i [a].
Cist chapistres parle de [1] la poissance Dieu.

Quant Diex fist [2] le monde au commencement, il ne li en estoit nul mestier. Car autretant avoit il devant comme il ot après. Car Diex fu devant et sera touz jourz [3], sanz fin et sanz commencement [b]. Donques ne s’en amenda il de riens. Car [F° 4 d] il ne li failli onques nulle chose.

Tout voit, tout tient en sa main. Il n’ot onques ne faim, ne soif, ne tans, ne mois, ne heure. Ainz demuere [4] tout adès en touz biens. Car a lui n’afiert ne tost ne tart ; quen qui onques, fust [5] ne qui ja soit li [6] est touz jourz [7] devant les ieulz [8], autresi bien li loing comme li près. Tout ausi bien veoit [9] il le monde ainz qu’il feüst [10] faiz, comme [11] fait orendroit [c].

Et se il n’eüst onques fait le monde, autre-[F° 5 a]tant vausist il adonques comme il puet jamais mieulz [12] valoir. Car autrement ne fust il pas Diex, se il ne seüt [13] [* 1] tout et veïst tout, quanque jamais [14] estre peüst. Car ainsi feüst il defaillanz et nonpoissanz [15] d’aucune chose, et de tant fust il hons mortels [d].

Mais sa nature n’est pas tele. Car il est Diex entierement, sanz commencement et sanz fin. Nulle ne li est viez ne nouvele ; ainz li est touz jourz [16] bele et fresche ; et touz biens [17] sont siens [18] [F° 5 b] a droiture et par nature s’en vount [19] [* 2] a lui. Car de lui viennent touz [20] et muevent et a lui tienent [21] leur droit chemin.

Il n’avra ja cure de nul mal ; car sa bontez est toute pure et saintisme et sainne et nete [22], sanz nul mal. Car li mal li sont contraire, et pour ce couvient [23] il qu’i [24] [* 3] se traient en sus de lui et de [25] touz ses biens. Car ce n’est [26] fors que [27] fiens et ordure. Si le couvient [28] descendre en parfont.

Et li biens couvient [29] aler contremont devant [F° 5 c] Dieu, qui est cler [30] et purs [31] et nez. Et li maus [32], qui est obscurs et laiz et tenebreus seur [33] toute rien, laist [34] [* 4] le bien et descent aval.

Car ce couvient il par nature, ausi comme l’en voit de l’ordure du vin qui est mis el vaissel, que li laiz se depart du bel, si que li bons demeure en haut et la lie demeure au fonz, qui est mauvaise. Et li bons vins [35] qui demeure en haut devient touz jours clers et nez ; et li mauvais [36], qui est au fonz, [F° 5 d] devient touz jours obscurs et laiz. Et de tant comme li bons devient plus clers, de tant retient la lie plus d’ordure et de maleürté et d’obscurté [37].

Tout ausi [38] est il du [39] bien et du mal. Car li maus couvient descendre en lieu tenebreus et orrible et plain de toute douleur ; et li biens couvient estre amont devant Dieu, ou tuit [40] li bien sont. Et com plus esclarcist li biens devant Dieu et plus s’esjoist, tant a li maus [F° 6 a] plus d’oscurté et de douleur en enfer, ou il est touz dis et sera tant comme Diex sera en paradis, ou Diex a touz biens devant soi et adès les avra sanz painne et sanz annui. Touz les a et touz les enlumine, sanz nulle defaute [41] et sanz nul termine.

Diez puet tout faire et tout redeffaire [42] sanz soi muer de riens qui soit. Car il peut [43] tout et tout consent. Nulle riens ne se prent a lui. Il est estables [44], sanz movement [45], et tuit mouve-[F° 6 b]ment viennent de lui.

Cent mile anz ne li montent mie a la cent milliesme part d’une seule heure de cest monde, n’a toz cels [46] qui en [47] paradis sont, dont li mendres qui la demeure a plus de bien en une seule heure et de joie et de deduit [48] et de soulaz et d’onneur [49], dont jamais [50] ne sera [51] lassez, que nus hons ne porroit penser ne ne savroit en cent ·M· anz, se il tant pooit durer et fust li plus soutils qui onques fust ne qui jamais soit et [F° 6 c] i pensast au mieulz [52] qu’i [53] peüst [e].

De cele grant gloire est Diex touz sires, comme Diex qui tout set et tout voit quanque fu et quanque iert [54].

Et tout a, quanque affiert a lui. Onques ne li failli nus biens ; adès [55] les a devant lui. Ne ne fu onques biens [56] ne jamais n’iert, qui [57] ne fust devant Dieu pourtrait avant qu’i feïst [58] le monde.

Ore oez pour quoi Diex fist le monde.

  1. — B : Ci premiers chapitres parole de...
  2. — B : fist manque.
  3. — B : jours.
  4. — B : demeure.
  5. — B : tout quen qui onques fu.
  6. — A : il.
  7. — B : jours.
  8. — B : ieux.
  9. — B : voit.
  10. — B : que il fust.
  11. — B : comme il.
  12. — B : comment il puet jamès miex.
  13. — B : seüst.
  14. — B : jamès.
  15. — B : fust il defaillans et nonpoissans.
  16. — B : jours.
  17. — B : et tuit bien.
  18. — B : sien.
  19. — B : vont.
  20. — B : viennent tuit.
  21. — B : tiennent.
  22. — B : saine et neite.
  23. — B : convient.
  24. — B : qu’il se..
  25. — A : de manque.
  26. — B : est manque.
  27. — B : que manque.
  28. — B : convient.
  29. — B : convient.
  30. — B : clers.
  31. — B : pur.
  32. — B : maux.
  33. — B : suer.
  34. — B : lait.
  35. — B : vins manque.
  36. — B : mauveis.
  37. — B : oscurté.
  38. — B : ainsi.
  39. — B : dou.
  40. — B : tout.
  41. — B : deffaute.
  42. — B : redesfaire.
  43. — B : puet.
  44. — B : estable.
  45. — B : mouvement.
  46. — A, B, C, N : ne tuit cil... Ce passage est corrigé d’après les manuscrits Sloan 2435, Arundel 52, Harley 4333, qui donnent tous « n’a toz cels ».
  47. — B : em.
  48. — A : duit.
  49. — B : d’ouneur.
  50. — B : jamès.
  51. — A, B, C, N : ne seront ; Sloan, Arundel, Harley : sera.
  52. — B : miex.
  53. — B : qu’il.
  54. — B : sera.
  55. — B : nul bien, et tout adès... N : adès les a touz.
  56. — B : nul biens.
  57. — B : qui tout...
  58. — A : avant qu’i feust le... B : avant qu’il feïst le monde. Or... C : avant qui le fist le... N : avant qu’il feïst le...
  1. * seüt : la chûte de l’s en angln. est confirmée : eüt (habuisset), deüt, etc. (Stimming, o. c. p. 226.)
  2. * vount : forme angln., Suchier, Altfranz. Gram., p. 66. Ex : doune, ount, fount Stimming. o. c. p. 192. Voir f° 11 d « fount ».
  3. * « qu’i » = qu’il : cette forme se présente fréquemment soit dans le m. A, soit dans B, cf. pour A f° 6 c, 8 c, 11 b, etc. ; pour B f° 17 d, 93 a, etc. Les exemples sont nombreux dans d’autres textes : Chevalier du Papegau (Halle 1897), p. 11. 29, 32. 9 etc. ; fréquent aussi dans le Narbonnais (ed. Suchier).
  4. * laist : P. I. de laire ou laiir. Ex. : Huon de Bordeaux (Paris, 1860) v. 5839, laist. — Vie de saint Gilles (Paris, 1881) v. 1595, leist.
  1. [F° 4 cF° 6 c = vers 31-132.]
  2. « car Diex... commencement. » Sydrach Ad. 240.
  3. « Car lui... orendroit. » Sydrach Ad. 1 — S. 115.
  4. « car autrement... mortels. » Sydrach Ad. 208 — S 324.
  5. « Cent mile... peüst. » Sydrach Ad. 239 — S 594.


ii [a].
Pour quoi Diex fist le monde.

[Fo 6 d] Diex fist le monde a sa volenté, pour ce qu’il i peüst avoir aucune chose qui feust [1] [* 1] tele qui ses biens peüst desservir, se [2] il ne perissoit en lui. Et pour ce establi il cest monde ; non pas pour ce que miex l’en fust, ne qu’il en eüst nul besoing, mais il le fist par charité et par sa trés grant debonnaireté. Car il vouloit [3], comme bons, qu’autres partist a lui et a ses biens, et que toute autre creature, chascune selonc [4] sa nature, se sen-[Fo 7 a]tist de sa puissance, selonc ce que a lui apertenist [5] [b].

Ainsi volt establir cest monde que tel chose en peüst issir qui entendre et savoir peüst la noblece [6] de son pooir et de sa sapience et dou [7] bien qu’i [8] fist pour homme terrien, si qu’il le peüst servir en tele maniere que, par lui, peüst desservir les biens que pour lui avoit faiz.

Si devons moult amer celui qui nous fist et forma, et bon gré savoir, quant nous avons [Fo 7 b] tel pooir par lui que, se nous le voulons amer, nous serons seigneur de touz ses biens [9]. Or l’amons donques, si ferons que sage, ou nous [10] i avrons damage grant. Car se nous perdons touz icès biens que Diex a faiz pour nous, ja pour ce Diex riens n’i perdroit.

Il les fist [11] pour ce que nous les aions, puis que nous les savons desservir et qu’il nous en [12] a donné le sens et le pooir.

  1. — B : fust.
  2. — B : si.
  3. — B : voiloit.
  4. — B : solonc.
  5. — B : apartenist.
  6. — B : nobleice.
  7. — B : du.
  8. — B : que il.
  9. — B : de « et bon gré » jusqu’à « ses biens », manque.
  10. — B : non.
  11. — B : fist manque.
  12. — B : en manque.
  1. * feust : I. S. de « estre ». Ex. : Chronique du Mont Saint Michel (Paris, 1883) vol. 1 p. 241, feust. — Stimming, o. c. p. 180, feust.
  1. [Fo 6 dFo 7 b= vers 133-168.]
  2. « Diex fist... apertenist. » Sydrach Ad. 240 — S 234.153. — Saint Augustin. Liber de diligendo Deo, ch. II (Patrologia t. 40.) V. Introduction p. 32.


iii [a].
Pour quoi Diex forma homme [1] a s’ymage et a sa samblance.

[Fo 7 c] Quant Diex fourma houme [2], il le volt faire a sa samblance, pour ce qu’il eüst remenbrance de ses biens, si qu’il en eüst et qu’il les peüst desservir tout par droit vers son creator [3]. Car il li fist si grant amour que sor touttes [4] autres creatures le fourma [5] a sa figure et a sa samblance. Et li dona [6] naturelment tout le plus gentill entendement pour lui amer et pour lui connoistre que nulle [7] riens peüst avoir, pour ce que [Fo 7 d] il peüst partir [8] a ses biens plus que nulle autre creature [b].

Ne onques Diex ne fist pour autri [9] [* 1] tant de biens comme il fist pour houme [10], mais que [11] il les weille [12] [* 2] desservir ; et se non, il est bien droiz que il s’en dueille. Car cil ne fait a Dieu point de bonté, qui [13] fait bien pour avoir sa grace et s’amour. Car il fait son preu meïsmes plus qu’il ne fait l’autrui, et tout le bien [14] s’en vient par lui. Et pour ce le fait bon amer et ser-[Fo 8 a]vir [15].

Car moult se puet [16] clamer chaitis et las qui dessert par sa folie que il pert cele haute gloire par son pechié qui ne li monte riens. Et n’en a en la fin fors que honte ; et le tire aps lui en tel [17] lieu ou il n’a fors que painne et ire et douleur [18], dont jamais delivré ne se verra tant comme il vive [19].

Ainsi a celui la grant joie perdue qui rendue li deüst estre [20], se ne fust par son pechié qui li tolt. Et sires en fust se il vousist, se il se fust [Fo 8 b] maintenuz en bien faire et il se fust gardez et tenuz de faire mal. Car qui bien fait, il a tant d’onneur [21] que li ange en font leur seingneur [22] devant Dieu et roi coronné [c]. Dont cil se puet bien pour beneüré tenir qui tant fait en terre, tant comme il vit, qu’i [23] puisse cele honeur [24] conquerre et avoir. Et faire le puet chascuns [25] hons tout par soi se il [26] veult. Or se praingne au quel [27] que il voudra. Car il le puet bien gaaingnier ou perdre.

  1. — B : home.
  2. — B : forma home.
  3. — B : ver son creatour.
  4. — B : fist amour si grand que seur toutes...
  5. — B : forma.
  6. — B : donna.
  7. — B : nule.
  8. — B : pour ce qu’il peüst a partir...
  9. — B : autrui.
  10. — B : homme.
  11. — B : qu’il.
  12. — B : veille. C : vueille.
  13. — B : qu’il.
  14. — B : touz li biens.
  15. — B : servir et amer.
  16. — A : peuet.
  17. — B : tel manque.
  18. — B : paine et douleur et ire.
  19. — N : il vive ; A : li vive.
  20. — B : qui li deüst estre rendue.
  21. — B : ouneur.
  22. — B : seigneur.
  23. — B, N : qu’il.
  24. — B : honneur.
  25. — A : chascū ; B : chascuns.
  26. — A : se li veult.
  27. — A : quel manque.
  1. * autri. Ex. : William de Wadington, Manuel des péchés, cité par Toynbee (Oxford, 1892), p. 250, autri. — Nombreux exemples dans Stimming (o. c. p. 210) ; Vising, Dial. angln. (Upsale, 1882) p. 86 ; Suchier, Altfr. Gram. p. 35.
  2. * W en angln. représente soit v, soit vu (Suchier Altf. G. p, 12 ; Stimming o. c. p. 220. — Psautier de Metz (Prologue) : welt, wellent (lorrain).
  1. [Fo 7 bFo 8 b = Vers 169-214.]
  2. « Quant Diex... creature. » Sydrach S. 235. — Saint Augustin, De Trinitate XIV 12 (Patrol. t. 42). Voir Introduction, p. 32.
  3. « Car qui... coronné. » Sydrach Ad. 40.


iiii [a].
[Fo 8 c] Pour coi Diex ne fist houme [1] tel qu’i [2] ne peüst pechier.

Damlediex [3] donna le pooir a l’oume [4] de faire sa voulenté [5], ou bien, ou mal, lequel que il vousist. Car, s’il eüst l’oume [6] tel fait qu’il ne peüst [7] faire fors que bien, il li tousist aucune chose de son pooir. Car il ne peüst faire mal quant [8] il li pleüst. Car ainsint [9], vousist ou non, feïst il touz jourz bien sanz raison. Car ce ne fust mie par lui qu’il feïst le bien, mais par autre qui [Fo 8 d] l’en eüst a force entalenté et donnée la voulenté [10]. Et cil par cui il le feïst en desservist le guerredon, non pas lui. Car petit dessert qui par force d’autrui fait servise [b]. Qui me merroit [11] demain en prison pour bien faire maugré moi, je ne le tendroie mie a sage ; car il me feroit desraison.

Et nostre sires eüst bien fait, se il vousist, houme tel qu’il ne peüst [12] mal faire. Mais il ne desservist ja tel [13] biens comme il fait orendroit [Fo 9 a] en nul tens [14] du monde. Et pour ce fist nostre seigneur tels genz [15] qu’il peüssent plus de bien avoir. Ja autrement n’en eüssent tant.

Se Diex a fait les anges tels qu’il [16] ne pueent pechier mortelment ne mal faire, ja si grant don ne si haut [17] ne desserviront comme les houmes [18] [c].

Mais qui bien voudroit desservir, il devroit servir voulentiers [19] de cuer entier et par trés grant amour celui qui tel le fist pour plus haut honnor [20] conquerre.

[Fo 9 b] Si voult Diex que li hons fust tels que il peüst par droit desservir [21] autant de bien, endroit soi, comme il meïsmes en avoit. Et li donna sens et raison d’avoir entention vers lui. Car par droit servir le devroit. Si est moult fols [22] qui ne se porvoit [23] de bien faire tant comme il vit. Car tous [24] li biens que chascuns fera sera [25] sien. Et si avra por [26] ·i· bien ·c· biens, et por [27] ·i· mal ·c· mals.

Car moult est fols celui qui cuide faire a [Fo 9 c] Dieu bonté de son bien de nulle riens qui soit, quant il le fait et quant il se tient de mal faire, fors que tant que Diex l’en tient [28] plus chier et miex l’en aime [29]. Car se touz li mondes se perdoit, ja pour ce Diex n’en vaudroit pis, ne nus [30] des biens qui sont [31] en son pooir [d].

Se tuit li saint qui ont esté au monde, et qui jamais i seront, n’eüssent onques fait nul bien et dampné se fussent trestuit, ja por [32] ce Diex mains de de-[Fo 9 d]duit n’en eüst ne pis n’en vausist, ne riens nule qui feust en [33] paradis.

Mais li saint furent sage et preuz et viguereus de faire leur pourfiz [34] ; comme cil qui bien aperçurent que li siecles ne valoit riens [* 1]. Si orent plus chier a souffrir mal et offrir leur cors a tourment et a martire et avoir honte et laidure pour l’amour de Dieu, en cest siecle qui si pou dure, et avoir les biens de paradis a touz jours que avoir aise mua-[Fo 10 a]ble au cors pour avoir la painne pardurable. Si n’orent cure de tels biens qui riens ne valoient en la fin. Ainz [35] pristrent le frain as denz pour aquerre le trés haut sens de paradis. Et moult y a de ceuls [36] qui les tindrent pour fols [37] au monde, qui orendroit ont bien les cols chargiez de ce dont il sont delivrés. Car il sont herbergiez en paradis.

Et encore tient on maint sage a fol [38], qui ne prisent gaires leur paroles.

[Fo 10 b.] Maint sage sont orendroit en paradis que, s’il prisassent les fols [39] diz et les paroles des genz [40], tant comme il furent au monde, il n’eüssent pais [41] fait ce qu’il firent ; ausin [42] comme font orendroit moult de gent [43] qui tant couvoitent [44] a avoir le los de cest siecle pour la parole des fols [45], qu’il en laissent a faire les biens de Nostre Seigneur [* 2] ; don [46] li saint firent bien leur preu [* 3], car il ne laisserent [47] pas, pour les deliz du siecle, a servir Dieu pour a-[Fo 10 c]voir paradis, ou il ont joie et toute honneur, comme cil qui seigneur en sont [48] et seront sanz fin. Et s’il eüssent autrement fait, il eüssent touz jourz [49] honte et laidure en enfer ou touz les maus [50] que l’en porroit deviser sont.

Si est merveilles [51] de cest monde, comment [52] ce est que tant de gent sont qui soufferrient [53] plus de painne pour le los des genz [54] conquester ou pour amasser avoir, qui si pou de tans leur demeure et qui en une [Fo 10 d] seule heure leur faut, que il ne feroient pour conquerre les biens de Nostre Seigneur, qui ja ne faudront, que li saint ont en lor baillie pour un poi de dure vie qu’il [55] souffrirent en cest monde, qui ne samble que delit a ceuls qui de cuer s’i metent. Et leur est avis en la fin que il ont paradis pour noient [56].

Et tout ausin [57] le puet avoir chascuns, et estre communs des biens Dieu, et avoir la joie de paradis, se il ne perist en lui meïsmes. [Fo 11 a] Mais cil qui desirrent [58] la gloire de ce [59] monde, il s’en empirent tant qu’il ne pueent nul bien aprendre ne entendre a leur sauvement. Si ont plus chier l’aisement du cors, dont il sont si tost hors mis et menez a douleur et a painne [60], qu’il ne font l’aise de l’ame qui touz jourz [61] dure. Ne ne prisent [62] riens, sens ne savoir d’oume [63], s’il ne se set avoir au siecle et se il n’a avoir assez par coi il soit alevez au siècle. Ainz dient qu’i est ni-[Fo 11 b]ces et fols [64], pour ce qu’il ne sieut [65] leur malices [* 4].

Mais tuit cil sont [66] maudit [67] de Dieu par la bouche le roi David, qui se painnent [68] de plaire au monde pour nulle rien qu’il sachent [69] faire. Car cel orgueill est vaine chose per [70] [* 5] quoi l’en empire l’ame. Dont [71] David dist el sautier : Maudit sont, dist il, trestuit cil et confus comme gent d’essill, qui au monde plaissent de riens. Car de touz biens il s’ostent [72], et se descordent de Dieu, puis qu’il sont [Fo 11 c] en tel estat qu’i s’acordent au monde et a ses delices. Car Diex les a touz en despit, et leur escondit sa grace, pour ce qu’il quierent le los du monde ou il fu pour fols tenuz [73].

Et puis dist Diex en l’evangile : que cil seront beneüré qui avront [74] le monde en despit et qui seront des genz haÿz et degetez et escharniz [75] comme foul pour l’amour de moi et de mon non. Car il avront el ciel le guerredon.

Car ce puet on [Fo 11 d] tout clerement [76] veoir, se Diex meïsmes ne ment et veritez n’est fausetez, que ceuls [77] a cui li mondes [78] plaist, et qui le los du monde veulent avoir, il ne puet estre qu’i [79] ne s’en duelent [80]. Pour ce est cil fols [81] qui point en quiert avoir. Car tuit cil sont [82] en mauvais point qui point en quierent ne pourchacent [* 6]. Car li dyable [83] les chacent en enfer, qui en fount doulereus [84] conroi. Ja ni avra si cointe roi ne conte, ne duc [Fo 12 a] si puissant que li dyables n’en face autretant comme du plus vill et du plus povre qui viengne en enfer, s’il fait tant qu’il le tiengne en son pooir. Tuit cil qui la vont, et roi et prince et conte, devienent [85] tuit ribaut. Dont l’en dist en reprouver : Moult [86] se doit plaindre de ses mais qui ci est rois et la ribaus [87]. Car il puet conquerre en paradis plus noble roiaume que en terre.

Car qui sert Dieu [88] [* 7] en ce [89] siecle, tant comme il est vis, il en est [Fo 12 b] plus honnorez [90] en paradis que tuit li roy [91] ne furent onques au monde. Or le servons donques et laissons le mal a tant ester [92].

Puis que vous avez oÿ ci devant [93] por coi [94] Diex fist le monde, et pour coi il fist l’oume [95], si vous dirons aps la fourme del [96] monde, selonc sa façon, et comment il est faiz tout environ. Mais il est raisons que nous dions avant des ·vii· arz et de leur [97] raisons et comment eles furent trouvées par ceus [98] qui s’aperçurent [Fo 12 c] de bien. Car par les ·vii· arz set [99] l’en les faiz du monde et comment il est. Si en devons parler avant, pour miex entendre ce que nous dirons après.

  1. — B : homme.
  2. — B : qu’il.
  3. — B : Damediex.
  4. — B : l’omme.
  5. — B : volenté.
  6. — B : si eüst l’omme.
  7. — A : puet.
  8. — B : tant qu’il.
  9. — B : ainsinc.
  10. — B : volenté.
  11. — B : metroit.
  12. — B : fait homme tel se il vousist qui ne peüst.
  13. — B : tels.
  14. — B : temps.
  15. — B : les genz.
  16. — B : qui.
  17. — B : « ne si haut » manque.
  18. — B : hommes.
  19. — B : volentiers.
  20. — B : honneur.
  21. — A : asservir.
  22. — A : flos.
  23. — B : pourvoit.
  24. — B : touz.
  25. — B : sera manque.
  26. — B : et si ara pour.
  27. — B : pour.
  28. — B : le tient.
  29. — B : aimme.
  30. — B : nul.
  31. — B : soit.
  32. — B : pour.
  33. — B : fust em.
  34. — B : preufiz ; N : proufiz.
  35. — A : Aiz ; B : Ain ; N : Ainz.
  36. — B : cels ; N : ceus.
  37. — B : fouls ; N : fous.
  38. — B : foul ; N : foul.
  39. — B : fouls.
  40. — B : gens.
  41. — B : pas.
  42. — B : aussi.
  43. — B : gens.
  44. — B : couveitent.
  45. — B : fouls.
  46. — B : dont ; A : don. Cette orthographe est confirmée. Cf. p. 80, note**.
  47. — B : laissierent.
  48. — B : qui en sont seigneur.
  49. — B : jours.
  50. — B : mals.
  51. — B : merveille.
  52. — B : comme.
  53. — B : soufferoient.
  54. — B : gens.
  55. — B : que il.
  56. — B : neant.
  57. — B : aussi.
  58. — B : desirent.
  59. — B : cest.
  60. — B : paine.
  61. — B : jours.
  62. — B : prise.
  63. — B : d’omme.
  64. — B : qu’il est fouls et nices ; C : qu’il est nice et fol.
  65. — B : que il ne sieut ; C : qu’il ne sieut ; A : qu’il sient.
  66. — B : « sont » manque.
  67. — B : maudist.
  68. — B : painent.
  69. — B : sache.
  70. — B : par.
  71. — A : Oont.
  72. — B : Car il s’ostent de touz biens.
  73. — B : ou il fu tenuz pour fols.
  74. — A : aururont.
  75. — B : haÿ et degeté et ladi et escharni...
  76. — B : plainement
  77. — B : faussetez, que cels.
  78. — B : a qui le monde.
  79. — B : qu’il ne
  80. — B : duillent.
  81. — B : fouls.
  82. — B : son.
  83. — B : dyables.
  84. — B : chace et boute en enfer qui en fait dolereus.
  85. — B : deviengnent.
  86. — B : reprovier : Moult.
  87. — B : roi, et la ribauz.
  88. — A : Du.
  89. — B : cest.
  90. — B : plus sires.
  91. — B : rois.
  92. — B : ester a tant.
  93. — B : ... avez devant oÿ.
  94. — B : pour quoy.
  95. — B : et pour quoi Diex fist l’omme.
  96. — B : du.
  97. — B : leurs.
  98. — B : ceuls.
  99. — B : sest.
  1. * « Mais... riens » : Mais les saints furent sages et braves et ardents à chercher leur salut, comme ils savaient bien que ce monde n’est qu’une chose vaine (ne valait rien).

    Sloan fo 80 c :

    Mais li saint furent bon et preu
    et bien sorent faire lor preu,
    com cil qui aperchiurent bien
    que li siecles ne valoit rien.

  2. * « Et encore... Seigneur » : Et pourtant ces gens (on) prennent maint sage pour un fou parce qu’il n’a pas grande opinion de leurs paroles. Il y a maint sage au paradis maintenant qui n’y serait pas arrivé (qui n’eussent pas fait ce qu’ils firent) s’il avait écouté les folles paroles des gens pendant qu’il était sur cette terre. Pourtant beaucoup de gens agissent maintenant de telle façon qu’ils convoitent la louange de ce monde par la bouche des fous au point de cesser de faire le bien (les commandements de Notre Seigneur).
  3. * « don... preu » : sous ce rapport les saints firent bien leur profit.
  4. * « Ne ne prisent... malices » : Ils n’apprécient ni le sens ni le savoir d’un homme s’il n’a pas de biens sur cette terre et s’il n’a pas de biens temporels au moyen desquels il puisse s’élever en ce monde. Aussi l’appellent-ils sot et fou parce qu’il n’imite pas leurs méchancetés.
  5. * « per » : cette forme se retrouve à plusieurs reprises dans le ms. A : fo 59 a, fo 95 b, fo 114 c. Elle est confirmée par de nombreux exemples : Serments : « per dreit » ; St Léger : st. xvii « toth per enveia, non per el ». Sermons de St Bernard (Paris, 1841) p. 537 : « Il se combat en sa conversation et per paroles et per exemples ». Papegau (Halle, 1897) p. 17. 32 « maillié dehors per semblant ».
  6. * « Pour ce... pourchacent » : C’est pourquoi celui-là est fou qui cherche à en avoir. Car tous ceux qui en cherchent ou en désirent sont mal avisés.
  7. * Nous n’avons pu relever un autre exemple de Du pour Dieu, quoique le changement de ieu en u soit fréquent en angln. : ju, fu, milu, estru, lu, etc. (Suchier, Altf. Gram. p. 56. — Stimming, o. c. p. 204.)
  1. [Fo 8 cFo 12 c = Vers 215-412].
  2. « Damlediex... servise. » Sydrach Ad. 208. S 115, 201. Saint Augustin. De Libero Arbitrio (Patrol. t. 32 col. 1221) ii-1. Voir Introduction p. 32.
  3. « Se Diex... houmes. » Sydrach Ad. 40.
  4. « Car moult... pooir. » Sydrach Ad. 453.


v [a].
Pour quoi [1] et comment les ·vii· arz furent trouvées. Et de leur ordre.

Or dit [2] cis livres, qui est d’astronomie estraiz, comment li sage philosophe ça en arriere [3] voudrent enquerre la manière du monde, comment il estoit faiz. Dont moult de genz s’en merveilloient

[Fo 12 d]. Et quant li mondes fu faiz et compassez, il i ot assez de genz ; si regarderent li pluseur le firmament qui tournoit [4] tout entour le monde et se mouvoit. Moult se merveillierent comment ce pooit estre. Si en veillierent par maintes nuiz et par mainz jourz [5]. Lors prenoient a regarder les estoiles [6] qui se levoient vers oriant et s’esmouvoient [7] environ par desus leur teste [8].

Cil n’entendoient a mangier [9] ne a leur ventres emplir, comme font [Fo 13 a] les bestes qui ne quierent fors leur pasture, si comme font orendroit cil qui n’ont cure fors de vivre comme pourciaus et de couchier a aise [10] en leur mols liz [b] ; ainz veilloient par maintes nuiz, et ne lor annioit pas ; anz [11] leur embellissoit moult de ce qu’il veoient [12] le firmament si noblement mouvoir.

Et veoient les estoiles mouvoir jusqu’a [13] tant que eles se couchoient contre oriant par d’autre part [14] [* 1] l’une [Fo 13 b] plus tost que l’autre. Ainsi regardoient en tour le firmament, jusques [15] au jour qu’il reveoient le souleill [16] lever au matin vermeill et cler [17] qui montoit la moitié du jour et en l’autre moitié descendoit, tant que il s’aprochoit du [18] couchier qui faisoit aprochier [19] la nuit. Et lors revenoient les estoiles [20] en leur deduit, tant que li souleulz [21] revenoit qui enluminoit tout le [22] jour, et [Fo 13 c] s’en aloit son droit chemin tant qu’il repairoit au matin arrieres.

Après regarderent de la lune qui estoit une commune chose et au monde apparoit diversement. L’une foiz estoit reonde, et l’autre demie, ausi [23] comme s’ele fust trenchie par mi le milieu. Et après devenoit cornue. Et ainsi s’en aloit toute defaillant [24], tant que l’en n’en veoit point. Après rapparoit [25] cornue, et puis demie, et puis toute [Fo 13 d] plainne, si comme ele estoit devant, et ausi [26] entiere.

Lors sorent il bien par leur sens qu’ele s’aprochoit [27] du souleill [28] jusques a tant qu’ele estoit endroit lui, et puis s’en departoit [29], et après s’en esloingnoit plus et plus, tant qu’ele [30] estoit ausi [31] ensus du souleill [32] comme ele avoit esté devant. Et lors s’an [33] raloit aprouchant. Puis s’en raloit [34] et revenoit, toute [35] nuit et toute jour tourniant et faisant son tour avec [36] [F° 14 a] le firmament tout en tour, ausi [37] comme ele fet [38] encore orendroit sanz remuer.

Mès [39] les genz qui orendroit sont pensent plus a leur lasses de pances [40] emplir et engressier [41], qui si tost viennent a pourreture, por [42] leur norreture vilaine [43] qui les livre a painne [44] et a honte.

Cil ne faisoient pas ainsi. Car il ne queroient menger [45] [* 2] fors seulement qu’il peüsent [46] alegier leur fain pour leur cors soutenir [47] et tenir en [Fo 14 b] santé, si qu’il se peüssent aidier de leur sens, si comme il deüssent, pour venir a la droite voie de la gloire Dieu. Et lors en vivoient plus longuement ·XX· [48] ou ·XXX· que [49] ne font orendroit ·C· [50] par leur fole contenance et vaine [* 3] ; il n’entendent pas bien la parole que Jhesu Crist dist au dyable, quant il le cuida tempter par son barat, quant il li dist qu’il feïst de [51] pierres pain et qu’il en manjast [52]. Et Diex li dist tantost que li hons ne vivoit [Fo 14 c] pas de pain seulement, ainz vit de toute la parole qui de la bouche Dieu vient [c].

S’il entendoient bien ceste parole, il en retendroient [53] plus volentiers les paroles qui viennent de Dieu. Mès les granz [54] rentes que il ont et les granz tresors leur apeticent leurs vies, par leurs [55] mengiers qui trop leur nuisent ; si que nature ne les peut soufrir [56], dont il couvient que il muirent [57] plus tost. Ainsi leur emble leur avoir, ou il se delitent [Fo 14 d] et fient, leur [58] cuers et leur sens tout ensemble, si qu’il sevent pou a la mort quant [59] il doivent mourir [60]. Dont pluseur [61] en sont mort et dampné [62] qui ne se pouoient [63] conseillier ne ne savoient quant il en avoient plus grant mestier.

Il ne vivoient pas autresi comme cil qui pour eus [64] oster de peril [65] s’estudioient en clergie et usoient leur vies en tele [66] maniere qu’il vouloient [67] leur cors soutenir [68] seulement tant comme il seroient au siecle, [Fo 15 a] si comme cil qui bien savoient que pou leur durroit ceste vie ; si n’avoient d’autre chose envie, fors que d’aprendre tele science dont il peüssent connoitre le souverain roy [69] tout puissant qui tout avoit fet [70] de sa main.

Si penserent bien en leur sens, comme gent qui estoient de noble pourpens, que ja [71] connoissance n’avroient ne de Dieu, ne de sa poissance, se il n’enqueroient avant en ses euvres [72], tant comme il en pourroient [73] savoir. [Fo 15 b] Car ja bien ne connoitra l’en le mestre, se l’en ne connoist [74] son estre avant, et ses euvres [75] queles eles sont. Car par les euvres [76] connoist on l’ouvrier et comment il peut [77] estre. Et pour ce se voudrent essaier aus euvres [78] Dieu premierement por plus legierement avoir connoissance de son pouoir [79] et de sa vertu. Et quant plus porroient savoir de ses euvres [80] et de ses sens, tant avroient il meilleur volenté d’amer leur createur, et meil-[Fo 15 c]leur pourpens [81], qui avoit fet si noble chose comme estoit le ciel qu’il veoient, les estoiles qui reluisoient par mi, et ses autres vertuz merveilleuses dont il le prisoient plus. Et tant comme plus le prisoient, [et] plus le servoient volentiers. Car ce estoit [82] toute leur entention et toute leur [83] raison de Dieu connoistre.

Car il savoient bien de verité que Diex leur avoit donné sens pour raison et nature enquerre des choses de la terre [Fo 15 d] et de celes du ciel, tant que il en peüssent plus savoir. Car autrement n’i eüssent [84] il ja pensé, que nus [85], tant soit sages ne discrez [86], ne pourroit [87] entendre de ses haus [88] secrez ne de ses miracles se il meïsmes non[* 4]. Car il set [89] tout par droiture ; mès [90] de celes qui par nature sont faites en [91] ciel et en terre [92] peut [93] bien li hons enquerre aucune raisons, se il est de bon sens et il met son temps [94] en clergie aprendre.

Et puis que cil orent [F° 16 a] reison [95] enquise et aprise par leur grant estuide pour quoi touz li mondes estoit [96] faiz et compassez [97], si comme vous avez oÿ [98] ci devant, si penserent que bien pourroient [99] savoir raison d’aucunes choses, puis qu’il en avoient reison [100] du tout puissant de savoir en partie, au mains de celes que il pouoient [101] veoir aus ieulz, combien que il [102] fussent loing.

Ausi [103] voudrent il raison savoir de ce qu’il veoient mouvoir les estoiles du firmament et de ce que [F° 16 b] il reluisoient si cler ; et ce fu [104] ce qui les mist premierement en estuide d’enquerre la science que il ne savoient. Si sorent bien que il enquerroient plus tost des choses qu’il veoient que de celes dont il ne veoient nules. Et pour ce furent il esmuz [105] de savoir et d’enquerre ce qu’il orent veü par maintes foiz mouvoir le firmament [106] si en vouloient savoir la verité. Et distrent que moult bon faisoit savoir ce qu’il [107] plaisoit a Dieu, et savoir de ses naturels euvres [108], [F° 16 c] pour miex croire que il fust Diex touz puissanz. Car l’en ne puet savoir ne trouver nulles raisons de Dieu, fors que par ses euvres [109].

Li vrai [110] preudoume [111] ancien qui bien s’apenserent de ce, n’orent cure de nul autre avoir fors que d’aprendre la pure science. Il ne furent mie couvoiteus [112]. Si n’orent cure d’avoir amasser. Ainz en i ot moult de ceuls [113] qui s’aperçurent de leur avoir, comme sages [114] que il furent [115], que tant i por-[F° 16 d]roient penser aucunes foiz, ou pour garder le, ou pour metre [116] cure au despendre a mesure, ou pour assez d’autres besoingnes que cil ont qui volentiers amasent [117], si que leur avoir leur [118] peüst bien tolir le loisir d’aprendre [* 5]. Si s’en departoient en tele maniere que li uns le getoit en la [119] mer, li autre le clamoient quite, et s’en aloient ausi comme hermites. Et li autre le departoient [120] as povres. Et li autre le laissoient en tele [F° 17 a] maniere comme il leur estoit avis qu’il en [121] pensassent mains. Et n’en [122] retenoient seulement que pour leur user. Et voloient bien tenir [123] aucunes genz pour les servir [124], si qu’il ne les couvenist a nule chose [125] entendre fors qu’a aprendre [126] et a estudier. Si fesoient faire lor mesons [127] ensus de gent, ausi [128] comme religions [129]. Et se metoient en tels lieus qu’il s’assambloient ensamble ·iii· foiz ou ·iiii· la se-[F° 17 b]maine pour euls [130] soulacier et esbatre. Et rendoit chascuns raison de [131] ce que chascuns avoit trové et aprins [132], et tant qu’il avoient esprouvé que voirs [133] estoit. Et faisoient maistre de celui qui plus en savoit et qui plus estoit de grant sens. Si l’eslisoient par consentement de chascun. Et cil leur recordoit [134] leur raisons, oiant touz les conpaingmons, et recordoit [135] a touz ensamble [136] ce que chascuns avoit dit [137]. Si que chacuns s’i a-[F° 17 c]cordoit, et si metoit chascuns en escrit [138] ce que li maistres leur avoit dit [139].

En tele maniere furent premierement les clergies controuvées et avancies. Tant penserent et tant estudierent qu’il [140] sorent de par Dieu, de cui toute la science naist et vient, grant partie de ce qu’il en est. Mais ce ne fu mie en pou de tans ; ainz [141] i mistrent moult lonc tans, et moult i estudierent et entendirent [142]. Et cil qui furent pre-[F° 17 d]merain, tout ce qu’il entendoient et savoient metoient en escrit au miex qu’il [143] leur estoit avis ; pour ce que cil qui après venissent, qui s’en vousissent entremetre [144], eüssent leur escriz et queissent touz jourz après ausi [145] comme il avoient fait. Tot [146] ce qu’il trouverent et virent mistrent tout en compiloisons. Et tant firent chascun a leur tans que il mistrent plus de ·ii·m· anz [147] avant qu’il eussent aquises les ·vii· arz [148] [F° 18 a] et mises ensamble.

Mais il tindrent a bien emploié le travaill [149] et la paine qu’il i mistrent. Car il savoient par leur sens et par leur clergie quant qu’il avenoit en terre par nature, quant il i voloient metre [150] leur cure. Si ne se merveilloient pas, quant aucun cas merveilleus avenoit en ciel ou [151] en terre. Car il savoient bien enquerre la raison pour coi c’estoit, puis qu’il avenoit par [152] nature. Si en amoient Dieu plus[F° 18 b] quant il veoient si merveilleuses vertuz. Si en veillerent [153] par maintes nuiz, a grant joie et a grant estuide de ce qu’il trouvoient si haute chose.

Dont il s’amenderent tant envers Dieu qu’il connoissoient verité et laissoient la vanité de cest siecle qui pou vaut, pour avoir la joie qui ja ne faudra. Dont maint philosophe qui furent en morurent [154] a tort et sanz raison, pour ce qu’il annonçoient droitu-[F° 18 c]re as granz seingneurs, et leur blasmoient leur mauvaistiez, et ce qu’il faisoient a pluseurs tort. Et leur preeschoient droiture et verité. Et cil qui croire ne les voloient et qui honte avoient de ce qu’il [155] les blasmoient, si les fesoient metre en prison, ou il les fesoient [156] ocire a martire [157], pour ce que il leur moustroient [158] verité dont il estoient certain. Ausi [159] comme firent les sainz et les saintes qui souffrirent mort et passion [160] pour [F° 18 d] la loi Jhesu Crist qu’il vouloient [161] essaucier.

Si i ot de tels phylosophes qui par leur sens prophecierent le saint tens [162] de la venue Jhesu Crist. Si comme Virgiles le dist qui fu au tens [163] Cesar de Roume [164]. Dont mainte [165] gent en furent puis meilleur que il n’avoient esté devant [166] [d]. Car il dist c’une nouvele lingniée [167] s’estoit eslessiée du ciel en haut, qui feroit vertuz en terre, dont li dyables seroit vaincuz. Dont sainz [168] Pols qui [F° 19 a] vit ses escriz [169], qui moult les prisa, dist, a cuer iracu [170] pour ce qu’il n’avoit esté crestien : Ha ! quel je t’eüsse rendu a Dieu se tu eüsses vescu tant que je feusse [171] a toi venuz.

Autres phylosophes y ot dont chascun [172] dist moult de bons moz et de merveilleus [173]. Mès nous ne poons pas dire orendroit touz les biens qu’il en porent dire. Car il furent preudomme [174] et vaillant, quant il mistrent avant clergie. Car, se ne fust par cler-[F° 19 b]gie, l’en ne seüst que Diex fust. Car s’il ne [175] fussent si preudome [176] comme il estoient, jamès [177] ne fust si grant clergie comme il est orendroit. Et si peüst l’en bien encore trover [178] après, s’il [179] feussent [180] autretel comme il estoient adonques [181], qui premierement trouverent [182] clergie [* 6] ; mès ele vet [183] orendroit toute a noient, si qu’a pou qu’ele ne perist. Car les gens [184] ne voient goute que cil qui deüssent entendre a bien et les autres aprendre et ensaingnier et donner [F° 19 c] essample de bien fere [185], ce sont cil [186] qui mains font de bien. Et ce est par leur folie. Car nus ne tient clergie ps [187] ne ne s’i alie a droit [* 7]. Il n’en quierent fors avoir la lie. Car nus ne quiert mès [188], fors tant avoir qu’il ne puisse [189] avoir conquester. Et quant il a avoir assez [190], si vaut pis que devant. Car leur avoir les a si seurpris qu’il ne peuent [191] entendre [192] a autre chose.

Il en y a maint povre qui volentiers aprendroient s’il en avoient le [F° 19 d] pouoir [193]. Si n’i peuent ausi [194] entendre, pour leur vies ou il n’ont ou prendre, et n’ont de quoi avoir nul livre. Ains [195] leur couvient querre leur vivre et gaaingnier [196]. Car li riche ont tout saisi, et li povre en sont nu [197] et souffraiteus.

Si sont maint riche clerc qui ont les grans mons de livres d’uns et d’autres richement atornez [198], pour ce que l’en les tiengne a sages et a bons clers ; car il n’en quierent [199] plus avoir que le los des gens [200]. Et [F° 20 a] font ausi comme le koc [201] qui gratoit dedenz le fumier la ou il queroit sa viande. Tant grata en cel fumier qu’il trouva une gemme riche et precieuse qui getoit grant clarté. Lors la laissa a regarder [202] et plus n’en fist ; et la [203] laissa tantost ester, car il ne demandoit point de gemme. Car il amoit miex aquerre sa viande. Autresi est il de mainz [204] riches clers couvoiteus qui ont les precieus livres richement ator-[F° 20 b]nez [205] et bien, qui ne les font fors regarder par defors [206], tant comme il sont nouvel, pour ce qu’il leur samblent bel [207]. Si les regardent ·ii· foiz ou ·iii· aucunes foiz, ne plus n’en font que les regarder, puis se tournent tantost d’autre part [208]. Si pensent de leur ventres emplir et d’acomplir leur fouls desirriers [209]. Et assez pourroient [210] aprandre se il entendre i vouloient [211]. Car il en ont bien le pouoir [212].

Et porroient [F° 20 c] bien autressi [213] faire comme cil firent ça en arrieres, qui par leur sens et par leur bonne [214] maniere [215] trouverent premierement les clergies. Mais il ont foul [216] entendement. Et pour ce perissent les arz [217], si qu’a painnes [218] sevent [219] il leur parz [220] qui est li premiers livres [221] de gramaire, qui est la premiere des ·vii· arz [222]. Ainz boutent les arz [223] en leur males, et se prennent [224] tantost a lois ou a decretales. Et deviennent avo-[F° 20 d]caz et mires pour couvoitise de gaaingnier [225] avoir ou li dyables se mire. Et ne le font enquore [226] pas tant pour aprandre [227] comme il font pour gaaingnier [228] l’avoir.

Et a Paris a une maniere de clers qui ont tel coustume que il veullent [229] avoir le renon d’estre maistres clamez pour euls prisier et aloser. Si ont plus chier a pou savoir, et que il aient le non de maistre, que il ne feroient a estre bon clers sainz [230] avoir le [F° 21 a] non de maistre [231]. Mais il sont clamez maistres a tort. Car vanitez les maistrie si, qu’il sevent pou de verité. Car tantost comme il ont le non de maistre, si laissent la clergie, et se prennent a gaaignier, autresi comme font [232] marcheanz ou courratiers.

Et ainsi ont [233] maint au siecle le non de maistre qui pou sevent de raison et de bien. Car cil qui orendroit couvoitent [234] ce, ne sont pas maistre [235] selonc droit. [F° 21 b]. Car cil s’ordenerent autrement aus arz [236], qui premierement les trouverent. Il entrerent premierement en gramaire pour atraire raison en leur ordrenance [237] ; et puis logique, pour prouver et pour demoustrer le faus et le voir. Après trouverent retorique pour droiture que moult amerent. Et puis trouverent arismetique [238] pour estre es [239] choses plus aperz. Puis trouverent geometrie, pour toute maistrie mesu-[F° 21 c] rer [240] et compasser. Et puis trouverent la science de musique pour metre concordance en toutes choses ; après i mistrent l’entendement d’astrenomie [241]. Car par lui furent il esmeü [242] d’avoir vertu et science.

Tout en tele maniere ordenerent les ·vii· arz cil qui premierement les controuverent. Et sont ainsi entrelacées [243] que eles ne peuent [244] estre aprises l’une sans [245] l’autre entierement, ne parfaitement savoir [F° 21 d] les premiers sans [246] les darreniers, ne les darreniers sans [247] les premiers. Qui une en veult a droit entendre, il li couvient aprendre de toutes, ou autrement n’en puet [248] l’en savoir ne faus ne voir apertement [* 8]. Car l’une est a l’autre si commune, qu’il couvient de chascune savoir.

Mès [249] l’en ne quiert orendroit que tant aprendre que l’en en puisse [250] deniers avoir. Et font a blasmer de ce dont cil font a lo-[F° 22 a]er qui premierement s’i travaillierent. Dont il nous est si grant [251] mestiers de ce que nous avouns escriptes a ce pou que [252] nous [253] en savons [* 9]. Car se clergie feust [254] perdue, l’en n’eüst ja riens seü de Dieu ne que Diex feust [255], ne jamès les genz ne seüssent quel [256] chose il deüssent miex fere [257]. Si fust tout [258] li mondes dampnez, dont nous fusiens nez de male heure [259] [* 10]. Car riens ne fust seüe par hommes [260], ne que [261] par bestes mues [* 11].

Et tout [262] [F° 22 b] li biens est seüz orendroit, et tout [263] venuz des [264] ·vii· arz que cil trouverent par leur sens. Car par ce orent il porpensement [265] de Dieu amer et sa vertu, et que Diex est touz jours et sera sans [266] fin. Si le crurent plus de foi, si comme en la loy [267] ancienne. Mès [268] orendroit perissent les clergies par nos envies et par noz maus [269], si que pou en ont retenu et uns et [270] autres. Car nus n’i ose mès [271] entendre pour les riches medisans, mauvès [272] et en-[F° 22 c]vieus, qui nul bien ne veulent [273] aprendre. Et s’il voient aucun entendre a clergie dont il ne puisse estre riche, de quoi il soient a aise, tantost le [274] veulent gaber et escharnir.

Mès [275] ainsi les veult [276] cil loer qui est et leur mestre [277] et leur sire et a qui [278] leur mesdire plest [279], tant qu’il leur [280] en rendra si grant loier [281] qu’il seront seür d’avoir toutes males aventures en enfer le puant, la ou il se gaberont de eus meïs-[F° 22 d]mes et diront que il furent nez de male heure quant il n’apristrent ce qu’il durent aprendre.

La lesseront il ceuls [282] ester, qui plus amerent a conquester clergie que le foul savoir dont il assemblassent les grans [283] avoirs et les [284] granz richesces ; et sachent que tout [285] ceus [286] qui pour avoir muable lessent leur tens [287] de bien aprendre sont asseür de mal atendre après la mort [* 12]. Car, par leur avoir [288], la clergie faut ; si qu’a pou que [F° 23 a] ele [289] n’est perie. Et ce qui orendroit en est [290] seü vient [291] et nest [292] de la cité de Paris plus que de nule [293] autre cité.

  1. — B : quoy.
  2. — B : dist.
  3. — B : arrieres.
  4. — B : tournioit.
  5. — B : jours.
  6. — B : resgarder les estoilles du ciel.
  7. — B : s’esmovoient.
  8. — B : testes.
  9. — B : mengier ; N : mangier.
  10. — A : « a » manque.
  11. — A : annoit ; B : leur annioit pas. Ainz... ; N : leur anuioit pas. Ainz.
  12. — A : noient.
  13. — B : estoilles mouvoir jusques a...
  14. — A, B, N : par d’autre part ; cf. aussi fo 100 a, c, 101 b.
  15. — B : dusques.
  16. — B : soleill.
  17. — B : cler et vermeill.
  18. — B : s’aprouchoit de.
  19. — B : aprouchier.
  20. — B : estoilles.
  21. — B : soullielz.
  22. — B : li.
  23. — B : aussi.
  24. — B : desfaillant.
  25. — B : reparoit.
  26. — A : ansi ; B : aussi.
  27. — B : s’aprouchoit.
  28. — B : soleill.
  29. — B : despartoit.
  30. — B : que ele.
  31. — B : aussi.
  32. — B : soleill.
  33. — B : s’en.
  34. — B : aloit.
  35. — B : revenoit ainsi toute...
  36. — B : avoec.
  37. — B : aussi.
  38. — B : fait.
  39. — B : mais.
  40. — A : lasses de pances.
  41. — B : encressier.
  42. — B : porreture, pour...
  43. — B : vilainne.
  44. — B : douleur.
  45. — B : mengier ; N : mangier.
  46. — B : qu’il en peüssent ; N : qu’il peüssent.
  47. — B : sostenir ; N : soustenir.
  48. — A, B, N, C : .XX. anz.
  49. — C : qu’ilz ne font.
  50. — A, B, N, C : et.
  51. — B : des.
  52. — B : mengast.
  53. — B : retrendroient.
  54. — B : grans.
  55. — B : apetice leur vies par les...
  56. — B : puet souffrir.
  57. — B : qu’il muerent.
  58. — B : leurs.
  59. — B : seuvent moult pou a la mort et quant...
  60. B : morir.
  61. — B : pluseurs.
  62. — B : morz et dampnez.
  63. — B : pooient.
  64. — B : euls.
  65. — B : perill.
  66. — A : teles : il y a évidemment ici une faute de copiste, l’angln. n’offrant aucun cas parallèle.
  67. — B : voloient.
  68. — B : sostenir.
  69. — B : connoistre le souurain roi.
  70. — B : auroit fait.
  71. — B : que il ja...
  72. — B : avant de ses œures.
  73. — B : emporoient.
  74. — B : connoistra l’en le maistre, se l’en le connoist.
  75. — B : avant son estre et ses œures...
  76. — B : oures.
  77. — B : puet.
  78. — B : as œures.
  79. — B : pooir.
  80. — B : œures.
  81. — B : meilleur pourpens et meilleur volenté d’amer leur creatour.
  82. — B : car s’estoit.
  83. — B : lor.
  84. — A : n’y heüssent il... ; C : n’y heussent.
  85. — A : nus hons.
  86. B : discres.
  87. — B : porroit.
  88. — B : hauz.
  89. — B : soit.
  90. — B : mais.
  91. — B : el.
  92. — B : en la terre.
  93. — B : puet.
  94. — B : tans.
  95. — B : raison.
  96. — B : est.
  97. — A : compasset.
  98. — B : .
  99. — B : porroient.
  100. — B : raison.
  101. — B : pooient.
  102. — B : as ieux con bien qu’il...
  103. — B : aussi.
  104. — B : et fu ce...
  105. — B : esmeüz.
  106. — B : le firmament mouvoir.
  107. — B : ce qui.
  108. — B : œures.
  109. — B : œures.
  110. — B : vrais.
  111. — B : preudomme.
  112. — B : couveiteus.
  113. — B : cels.
  114. — B : sage.
  115. — A : furgent.
  116. — B : meitre.
  117. — B : ceuls ont qui voulentiers les amasent.
  118. — A : « leur » manque.
  119. — B : « la » manque.
  120. — B : despartoient.
  121. — B : i.
  122. — A : ne.
  123. — B : retenir.
  124. — B : gens pour els servir ; C : pour eulx servir.
  125. — B : s’il qui les convenist a nules choses.
  126. — B : fors que aprendre.
  127. — B : faisoient faire leur maisons.
  128. — B : aussi.
  129. — C : religieux.
  130. — B : els.
  131. — B : raison, selonc s’entention de...
  132. — B : apris.
  133. — B : vers.
  134. — B : recordent.
  135. — B : leur recordoit.
  136. — B : « ensamble » manque.
  137. — B : dist.
  138. — B : escript.
  139. — B : dist.
  140. — B : qui.
  141. — B : ains.
  142. — B : i entendirent et estudierent.
  143. — B : qui.
  144. — B : entremeitre.
  145. — B : aussi.
  146. — B : tout.
  147. — R : deux mil et quatre cens ans.
  148. — B : ars.
  149. — B : travail.
  150. — B : meitre.
  151. — B : et.
  152. — B : pas.
  153. — B : veillierent.
  154. — B : moururent.
  155. — B : qui.
  156. — B : faisoient mettre emprison ou ils les faisoient.
  157. — B : ocirre a martyre.
  158. — B : mostroient.
  159. — B : aussi.
  160. — B : martyre et mort ; « passion » manque.
  161. — B : volloient.
  162. — B : temps.
  163. — B : tans.
  164. — B : Romme.
  165. — B : maintes.
  166. — B : devant esté.
  167. — B : lignie.
  168. — B : saint.
  169. — B : escripz.
  170. — b : irascu.
  171. — B : fusse.
  172. — B : philosophes i ot dont chascuns.
  173. — B : merveillieus.
  174. — B : preudoume.
  175. — B : si ne.
  176. — B : preudomme.
  177. — B : iamais.
  178. — B : trouver.
  179. — A : et s’il...
  180. — B : se il fussent.
  181. — B : adouques.
  182. — B : troverent.
  183. — B : mais ele va.
  184. — B : « gens » manque ; N : genz.
  185. — B : faire ; N : fere.
  186. — B : cels ; N : ceus.
  187. — B, N : près ; C : pris.
  188. — B : mais ; N : mès.
  189. — B, N : savoir, qu’il en puissent... ; C : avoir, qu’il en puisse...
  190. — B : il a assez avoir...
  191. — B : pueent ; N : pouent.
  192. — A : endre.
  193. — B : pooir.
  194. — B : pueent pas aussi.
  195. — B : ainz.
  196. — B : leur vivre querre et gaaingnier.
  197. — B : si en sont et nu...
  198. — B : aournez.
  199. — B : querrent.
  200. — B : genz.
  201. — B : coc.
  202. — B : commença a resgarder.
  203. — B : ainz la...
  204. — B : mains.
  205. — B : atourneiz.
  206. — B : font que resgarder par dehors.
  207. — B : nouvel et frès, pour ce qui samblent bel.
  208. — B : tornent d’autre part tantost.
  209. — B : fols desierriers.
  210. — B : porroient.
  211. — B : aprendre se il i voloient entendre.
  212. — B : pooir.
  213. — B : autresi.
  214. — B : bonnes.
  215. — B : manieres.
  216. — B : fol.
  217. — A : le arz ; B : ars.
  218. — B : paines.
  219. — B : sciuent.
  220. — B : pars.
  221. — B : livre.
  222. — B : ars.
  223. — B : ars.
  224. — B : prennet.
  225. — B : gaaignier.
  226. — B : encore.
  227. — B : aprendre.
  228. — B : gaaignier.
  229. — B : voulent.
  230. — B : sanz.
  231. — B : maistrie.
  232. — B : font autres...
  233. — B : en ont.
  234. — B : couveitent.
  235. — B : maistres.
  236. — B : as ars.
  237. — B : ordenance.
  238. — B : arimetique.
  239. — B : as.
  240. — B : mesure.
  241. — B : astronomie.
  242. — B : esmeüz.
  243. — B, N : entrelaciées.
  244. — B : pueent ; N : povent.
  245. — B, N : sanz.
  246. — B : sanz.
  247. — B : sanz.
  248. — B : ne puet.
  249. — B : mais.
  250. — B : que il en puissent.
  251. — B : granz.
  252. — A : a ce que pou nous... ; B, N : avons, a ce pou que...
  253. — B : nous ; N : nos.
  254. — B : fust.
  255. — B, N : fust.
  256. — B : que ; N : quel.
  257. — B : faire.
  258. — B : touz.
  259. — B : de « dampnez » à « Car » manque ; N : dampnez, dont nos fussons nez de male heure. Car... ; A : huere.
  260. — B : houme ; N : home.
  261. — A : ne quel ; B : « quel » manque ; N : ne que.
  262. — B : touz.
  263. — B : touz.
  264. — B : de.
  265. — A : porpenserement ; B, N : pourpensement.
  266. — B : sanz.
  267. — B : loi.
  268. — B : Mais.
  269. — B : nons maus et nons envies.
  270. — B : retenu ne uns ne.
  271. — B : mais.
  272. — B : mesdisanz, mauvais.
  273. — B : voulent.
  274. — A : les.
  275. — B : Mais.
  276. — B : veut
  277. — B : maistres.
  278. — B : sires et a cui.
  279. — B : plaist.
  280. — B : « leur » manque.
  281. — B : loer.
  282. — A : sens ; B : laisseront il ceuls ; C : laisseront il ceulx.
  283. — B : granz avoirs.
  284. — B : « les » manque.
  285. — A : tout ceus (Schwan-Behrens. Altf. gr. II p. 163) [Ex. n. pl. Lais de Marie de France p. 82 v. 207 (Halle, 1900), id. p. 85 v. 297, etc.].
  286. — B : sachiez que touz cels.
  287. — B : laissent leur tans.
  288. — B : par leur sens et leur avoir.
  289. — B : qu’ele.
  290. — B : ce qui en est orendroit.
  291. — C : en est ce vient.
  292. — B : naist.
  293. — B : nulle.
  1. * « Par d’autre part » se retrouve dans la plupart des mss. Il s’agit, semble-t-il, du vieil emploi de la préposition par jointe à certaines prépositions, surtout à celles qui commencent par de. Cf. par devers, par decosté, par dessous. « Par de treis parz les assaillirent — E par treis lieus les envaïrent. » Chron. des Ducs de Normandie (Paris, 1836). « Karles li rois de France, qi lor vient en aïe — S’est ambatuz an l’ost par de l’autre partie ». Chanson des Saxons (Paris, 1839, II 126).

    Par est aussi confirmé par la mesure des vers dans la première rédaction. Sloan, fo 81 d : Contre oriant par d’autre part. Cf. Burguy II 358.

  2. * -er pour -ier se trouve à plusieurs reprises dans ms. A (coucher 46 a, 100 a ; priser 113 a ; cuider 119 d). C’est une forme angln. (Suchier Altf. G. p. 47.) Ex. : abeisser, chevaler, manger, Lais de Marie de France (Halle, 1900) ; chevaler : aler, Estorie des Engleis par Gaimar. V. 5651 ; manger, Bœve de Haumtone, V. 408 (Halle, 1899).
  3. * Ms. Sloan f° 82 b.

    ...Dont li .xxx.
    vivoient lors plus longement
    que ne font orendroit li cent
    par contenance vaine et fole.
    N’entendent...

    Les mss. prose ont tous la même leçon. Caxton rend ce passage comme suit : « Ils

    vivaient alors 20 ou 30 ans de plus que ne le fait de nos jours un sur cent par sa conduite folle et vaine. » La leçon de la rédaction en vers est claire. Il faut omettre « anz » après .xx. et le sens ressort clairement comme suit : « 20 ou 30 d’entre eux vivaient alors plus

    longtemps que, de nos jours, une centaine d’êtres dont la conduite est folle et vaine. »

  4. * « Car autrement... non » : Car autrement ils n’auraient jamais pensé que personne, quelque sage ni discret qu’il fût, pût jamais comprendre Ses secrets ni Ses miracles sauf (sinon) Lui-même.
  5. * « Ainz... d’aprendre » : Il y eut beaucoup de ces sages qui s’aperçurent, à propos de leurs trésors, qu’ils perdaient tellement de temps à penser comment ils devraient faire pour les garder ou les dépenser avec mesure ou les rassembler, que ces trésors leur enlevaient le loisir de travailler.
  6. * « Car s’il... trouverent clergie » : Car s’ils n’avaient pas été aussi sages qu’ils l’étaient, jamais il n’y aurait eu autant de science qu’il y en a maintenant. Et l’on pourrait encore bien en découvrir si les hommes de nos jours étaient semblables à ceux qui découvrirent les sciences autrefois.
  7. * « Car... a droit » : Car personne ne (tient en estime) prise la science et ne s’y applique comme il le devrait.

    Nous avons choisi la leçon des mss. B, N pour résoudre l’abréviation du ms. A. C dit « pris », Sloan « pas » : ni l’une ni l’autre de ces leçons n’éclaircit la question. « Pris » (lat. pretium) aurait ici le sens d’ « estime ».

    Sloan f° 84 a : Car nus clergie pas ne tient
    Sloan f° 84 a : ne nus a droit ne s’i alie.

    Cf. f° 25 a, où l’expression « tenir clergie près » est répétée, mais sans abréviation. Cela décide la question en faveur de « près ».

  8. * « Et sont... apertement » : l’accord des pronoms et des adjectifs est le même dans tous les mss. en prose. La version en vers ne differe pas non plus.

    Sloan 2435, f° 84 d :

    Et sunt ensi entrelaissies
    qu’il ne puent estre sorpies
    l’une sens l’autre entirement
    ne savoir si parfetement
    les premerains sens les darrains
    ne celes sans les premerains.
    Qui l’une en violt a droit entendre
    de toutes li covient aprendre.
    Autrement ne puet on...

    La même leçon se retrouve dans tous les mss. en vers de la première rédaction (cf. Fant o. c. p. 60, sq.).

  9. * « Et font a blasmer... nous en savons. »

    Manuscrit Sloan 2435 :

    Et por ce font plus a blasmer
    De ce dont cil font a loer
    Qui s’entraveillerent premiers.
    Dont il nous est si granz mestiers
    De ce qu’escrites les avons,
    Et cel po que nous en savons.

    Variante d’après Arundel 52 :

    De ço qu’escrites les avons
    Iço pou que nous en savons.

    Ce passage obscur n’est pas facile à expliquer. On s’attendrait peut-être à une leçon telle que « Dont il nous est si grand mestiers que nous avouns escript ce pou que nous en savons. » Mais la forme « escriptes » est confirmée par la version en vers.

    Même la correction « de ce que nous les avouns escriptes iço pou que nous en savons » offre des difficultés.

    Le sens de la phrase est probablement le suivant : Et ils (les mauvais clercs) méritent d’être blâmés pour ce dont ceux qui travaillèrent d’abord aux sept arts (i) méritent d’être loués. Nous avons si grand besoin de ces arts que nous avons mis par écrit le peu que nous en savons.

  10. * La forme ue pour eu est fréquente. Ex. : Ponz-suer-Saigne, pruedons, suel (Suchier, Altf. G. p. 31). Nous ne pouvons cependant confirmer huere, et, le cas étant isolé dans le ms. A, nous corrigeons : heure.
  11. * « Car... mues » : Car alors les hommes n’auraient rien su, pas plus que des animaux muets.
  12. * « La... mort » : Là (en enfer), ceux qui ont préféré les sciences aux folies qui servent à acquérir les richesses laisseront ces fous (ceuls) : Et que tous ceux qui préfèrent les biens temporels aux sciences sachent qu’ils sont assurés d’un triste sort après leur mort.
  1. [Fo 12 c — 23 a = Vers 413-929.]
  2. « Et quant... mois liz. » Sydrach Ad. 208. Neckam II 173 ; De Laudibus 10.
  3. « la parole... vient. » S. Matthieu IV 4.
  4. « Si i ot... devant » (cf. Introduction p. 33). Saint Augustin Epistolarum classis IV. Epistola 258 (Patrol. t. 33 col. 1073).


vi [a].
Des [1] trois manieres de gens [2], et comment clergie vint en France.

Clergie regne orendroit a Paris, si comme ele fist a Athenes, une cité de grant noblesce.

Li philosophe, qui lors estoient et qui les autres devoient aprendre et ensaingnier [3], ne poserent selonc leur sens que trois manieres de gens [4] au monde : ce furent [F° 23 b] clers et chevaliers et laboureeurs [5] de terres. Li gaaingneeur [6] de terres [7] doivent querre aus [8] autres ·ii· ce que mestier [9] leur est pour vivre au monde honnestement [10]. Et li chevaliers les [11] doivent garder et deffendre [12] comme bon serjant, que il ne facent [13] tort les uns aus [14] autres. Et li clers [15] doivent ensaingnier [16] ces ·ii· manieres de genz et les doivent adrecier de leurs euvres [17], si que nus ne face chose dont il perde [18] Dieu ne sa grace.

[F° 23 c] Ainsi poserent trois manieres de genz ça en arrieres li sage philosophe [19] au monde [b], comme cil qui bien sorent que nul [20] ne pourroit metre [21] son courage a ce qu’il peüst estre bien sages [22] a droit en ·ii· aferes [23] ne en trois. Car il n’avint onques jour du monde que clergie et chevalerie et laboureeurs [24] de terre peiïsent [25] estre bien seües [26] a nul jour de leur vies par ·i· seul home [27], ne aprises, ne retenues. A l’une des trois seulement cou-[F° 23 d]vient penser, qui a droit la veut [28] aprendre. Et pour ce poserent ·iii· manieres de genz, sans [29] plus, en terre li philosophe. Car il vouloient enquerre droite verité.

Et queroient une cité au monde ou il peüssent [30] miex estre et demourer pour enquerre l’estre [31] de clergie, et pour eus [32] meïsmes adrecier, et pour ensaingner [33] les autres. Dont Athènes fu jadis une ; et la avoient leur commune et leur assamblée, et la regna premiere-[F° 24 a]ment chevalerie avec [34] la clergie. Et puis s’en vint a Romme qui orendroit est de grant regnon [35]. Et chevalerie revint après, qui adès se tenoit près de li. Et puis s’en renvint [36] en France, ou chevalerie a grant pouoir [37], plus qu’en [38] nul lieu du monde. Et ainsi habunde [39] li uns en [40] l’autre. Car chevalerie [41] suit touz jourz [42] clergie la ou ele va adès.

Dont li rois de France doit estre joians et liez [43], quant de son roiau-[F° 24 b]me [44] puet nestre tel seigneurie [45] comme est science de clergie, ou chascuns puis [46] sens humains, ne pour ce mains n’en i remist [47] il pas [* 1]. Car c’est ausi comme la fontainne [48] qui touz jours sort, et plus loing court [49] et plus est saine. Et que plus court li ruisiaus de la fontaine loing [50], tant y a il plus d’yaue et tant en puet l’en plus prendre a son besoing. Tout autresi vous puis je dire que Paris [F° 24 c] est la fontainne [51] ou l’en peut [52] plus puisier science que en autre lieu, qui avoir i peut [53] demourance. Et puis que il est ainsi que clergie est en France si avanciée, donques en devroient savoir par raison les hoirs de France, se il daingnioient [54]. Car ausi [55] comme li souleus [56] est li plus biaus des estoiles [57], et tant fet nestre [58] de biens au monde, pour la bonté qui habonde en lui ; autresi [59] doit miex valoir li rois des autres gens et plus a-[F° 24 d]voir [60] de sens et de clergie, si qu’il puisse, par sa vaillance, reluire entre les autres gens [61], et par l’essample de son bien fere [62], que il verront en lui, se puissent [63] a droit conduire et atraire a Dieu. Et ainsi seroit il rois a droit, et ci et en paradis. Si seroit bien droit [64] et raisons qu’il meïssent entente [65] a aprendre tele clergie que il ne perdissent seigneurie [66] aps ceste vie mortel. Car par nature et par lingnage doivent il tuit [67] amer clergie [et] touz jours aprendre.

[F° 25 a] Car Charlemaine [68] ama moult philosophie [69] et avança en France de son pouoir [70], et retenoit touz les bons clers que il pouoit [71] avoir avec [72] lui, et les mandoit par tout la ou il les savoit. Mainte paine [73] ot et maint annui pour essaucier sainte crestienté. Ne onques pour ce ne vout [74] lessier [75] que il ne tenist clergie près [c]. Et touz jours aprenoit volentiers, et d’astronomie sot assez, si comme l’en treuve en sa vie, et moult fu amez. en Lo-[F° 25 b]heraine. Car il i demoroit [76] volentiers ; et encore y a de ses joiiaus [77] biaus et riches que il donna aus yglises [78], comme preudoume q[ue] il [79] fu. Car il ama moult Dieu et son non. Et se panna [80] moult toute sa vie d’amener clergie en France. Et encore [81] i est ele et regne par sa proesce [82]. Si en est moult bien avenu aus [83] rois qui sont venuz aps lui. Car il a conquesté a touz jours sens et clergie en la cité de Paris.

Or doint Diex [84] qu’ele [85] s’i tiengne [86] et que [F° 25 c] la vile en puisse estre maintenue. Car se clergie s’en aloit de France, chevalerie s’en [87] iroit après, comme [88] ele a toz jours fet [89]. Car touz jours se tient près de lui [90]. Si la retiengne li rois de France pour son preu. Car il porroit bien perdre son riaume [91], se clergie se departoit [92] de France. Car Diex l’en desavanceroit, qui avancié l’a et essaucié sus [93] touz autres rois.

Si resont [94] en France unes autres gens [95] qui en nostre tens i sont ve-[F° 25 d]nu [96]. Ce sont freres [97] meneur [98] et jacobins qui se sont mis en religion pour l’amour de Dieu pour aprendre et pour entendre a Dieu servir. Dont Diex nous en a fet [99] si grant honnour que il [100] retiennent toute la fleur de clergie en leur ordre pour adrecier et pour essaucier sainte crestienté par leur estuide et par leur travail [101]. Car il ont mout [102] grant pensée de servir Dieu toute leur vie et d’aprendre clergie et [F° 26 a] sens, comme cil qui ont tout le monde guerpi. Si me semble que il [103] font autresi comme firent cil qui ça an [104] arrieres se mistrent en leur encloitre [105] en sus de gent pour miex enquerre verité du ciel et de la terre. Si en a Diex fet granz [106] bontez a ceus [107] qui en leur [108] citez les ont, et en leur chastiaus [109] et en leur viles. Car il ne servent pas de guile ne de barat ; ains [110] se painnent de sermouner [111] pour les autres genz me-[F° 26 b]ner a bien et a voie de verité et seuffrent souvant [112] grant mesaise pour meitre a aise [113] les autres genz. Car je croi bien que, se ne [114] fust pour [115] leur bontez et par leur ensaingnemens, que crestientez [116] fust orendroit maubaillie et essillie [117] de mescrandise [118] et d’erreur.

Si se tiennent en ce qu’il ont empris [119], comme cil qui ont mis jus toutes les richesces [120] du siecle, sans retourner arrieres ; si en ont mout bone [121] maniere [* 2]. Car il [F° 26 c] se sont mis a povreté pour Dieu et pour ses sainz [122], et mains autres qui sont au monde, qui prennent essample a ceus [123] qu’il voient qui bien font.

Si en devons Dieu gracier et adrecier noz cuers a bien faire, tant que par droit nous puissions [124] aler el sain [125] [* 3] ciel par [126] nostre bienfait, dont [127] Diex nous doint si bon pouoir de deservir [128] que nous en soions parçonniers.

Mès [129] puis que vous avez oÿ raconter com-[F° 26 d]ment les ·vii· arz [130] furent trouvées, et par qui, si en lessiez atant ester, si vous diré qu’eles font et qu’eles sevent fere [131]. Car d’eles vient touz [132] humains sans [133] et toutes euvres [134] que l’en fet [135] des mains, et toutes prouesces, et toutes aperteces [136], et touz biens, et toutes humilitez. Et pour ce weil [137] je en ma matire [138] descrivre l’euvre [139] de chascune, et puis de nature, et puis du monde, comment il est fet [140] a la reonde.

Mès nous dirons [141] avant des ·vii· arz que [F° 27 a] l’en ne doit pas oblier [142].

  1. — A : De.
  2. — B : genz.
  3. — B : ensaignier.
  4. — B : genz.
  5. — B : laboureours.
  6. — B : gaaigneeur.
  7. — B : terre ; A : tres.
  8. — B : as ; A : querre a aus...
  9. — B : mestiers.
  10. — B : honestement.
  11. — A : le.
  12. — B : desfendre.
  13. — B : face.
  14. — B : as.
  15. — B : clerc si ; N : les clers si.
  16. — B : ensaignier.
  17. — B : leur œures ; N : leur ouevres.
  18. — B : perdent ; N : perde.
  19. — B : li sages philosophes ; N : les sages philosophes.
  20. — B : nus.
  21. — B : n’i porroit meitre.
  22. — B, N : « sages » manque
  23. — B : afaires.
  24. — A, B : laboureeurs ; N : laboureus.
  25. — B : terres peüssent.
  26. — A : senes, B : senez.
  27. — B : homme.
  28. — B : il veult.
  29. — B : sanz.
  30. — A : penssent.
  31. — B : l’eitre.
  32. — B : euls.
  33. — B : ensaignier ; « ensaingner » cf. note p. 69.
  34. — B : avoec.
  35. — B : renon.
  36. — B : revint.
  37. — B : pooir.
  38. — A : « en » manque : q nul...
  39. — B : habonde.
  40. — B : a.
  41. — A : Car lerie.
  42. — B : sieut touz iours.
  43. — B : liez et ioianz.
  44. — B : roialme.
  45. — B : seingnorie.
  46. — B : puisse ; « puis », cf. note f° 97 a.
  47. — B : remest.
  48. — B : aussi comme la fontaine.
  49. — B : sourt, et que plus court loing.
  50. — B : court loing le ruisel de la fontainne.
  51. — B : est orendroit la fontaine.
  52. — B : puet.
  53. — B : puet.
  54. — B : daingnoient.
  55. — B : aussi.
  56. — B : souleuls.
  57. — B : de toutes les estoiles.
  58. — B : fait naistre.
  59. — B : autressi.
  60. — B : genz et plus savoir.
  61. — B : genz.
  62. — B : faire.
  63. — B : puisse.
  64. — B : drois.
  65. — B : leur entente.
  66. — B : seingnorie.
  67. — B : touz.
  68. — B : Charlemaines.
  69. — B : phylosophie.
  70. — B : de tout son pooir.
  71. — B : pooit.
  72. — B : avoec.
  73. — B : painne.
  74. — B : voult.
  75. — B : laissier.
  76. — B : i demouroit.
  77. — B : ioiaus.
  78. — B : as eglyses.
  79. — B : qu’il.
  80. — B : peinna.
  81. — A : euquore.
  82. — B : prouesce.
  83. — B : as.
  84. — B : « Diex » manque.
  85. — B : que ele.
  86. — A : se tiengne.
  87. — B : « s’en » manque.
  88. — B : ausi comme.
  89. — B : touz iours fait.
  90. — B : li.
  91. — B : roialme.
  92. — B : departoit.
  93. — B : seur.
  94. A : seront.
  95. — B : genz.
  96. — B : qui i sont venuz en nostre tans.
  97. — B : frere.
  98. — B : menour.
  99. — B : fait.
  100. — B : « honnour que il » manque.
  101. — B : travaill.
  102. — B : moult.
  103. — B : samble qu’il.
  104. — B : en.
  105. — B : encloistre.
  106. — B : a fait Diex grant...
  107. — B : ceuls.
  108. — B : lor.
  109. — B : chatiaus.
  110. — B : ainz.
  111. — B : sermonner.
  112. — B : sueffre souvent.
  113. — B : « a aise » manque.
  114. — B : se ce ne.
  115. — B : pour.
  116. — B : crestienté.
  117. — B : et assaillie.
  118. — B : mescreandise.
  119. — A : enempris.
  120. — B : richeces.
  121. — B : moult bonne.
  122. — B : sains.
  123. — B : ceuls.
  124. — B : puissons.
  125. — B : saint.
  126. — B : par nostre bonté et par...
  127. — A : dom ; B : donc.
  128. — B : pooir de desservir.
  129. — B : mais.
  130. — B : ars.
  131. — B : par cui, si en laisserons atant la parole ester, si vous diré que eles font et qu’eles sevient faire.
  132. — B : tout.
  133. — B : sens.
  134. — B : oevres.
  135. — B : fait.
  136. — B : apertetez.
  137. — B : vueill.
  138. — A : « ma » manque ; B : matieir.
  139. — B : l’uevre.
  140. — B : il est faiz.
  141. — B : vous dirons.
  142. — B : oublier.
  1. * « ou chascuns... pas » : où chacun puise l’intelligence humaine sans qu’elle s’épuise (sans que pour cela il en reste moins).
  2. * « Si se... maniere » : Ainsi ils persistent dans ce qu’ils ont entrepris après avoir abandonné tous les biens de ce monde ; il leur en revient beaucoup de mérite.
  3. * Sain : la chute du t, soit final, soit médial, est très commune. Cas paral. dans ms. A : main 88 B ; son (sunt) 82 d, 113 c ; don 10 b ; etc. — Ex. : Sain Fursi (Le Miroir par Robert de Gretham) [Paul Meyer, Romania, 1886, t. XV, p. 304] ; sen (Boève v. 956, etc.) [Halle 1899] ; sein Gabriel (C. d. Roland v. 2847) [Heilbronn. 1878].
  1. F° 23 a — 27 a = Vers 930-1126.
  2. « Li philosophe... philosophe au monde. » Sydrach S. 212, 313, 393. Neckam II. 21.
  3. « Car Charlemaine... près. » Sydrach S. 572. — Neckam II. 174.


vii [a].
Ce est [1] gramaire.

La premiere des  ·vii· arz si est gramaire, dont il n’est pas seü le quart au tens [2] d’orendroit. Sanz laquele riens ne vaut guieres qui veult entendre de clergie. Car sanz li ne peut [3] nus apren-[F° 27 b]dre, que gramaires si est fondemens et commencemens [4] de clergie.

Ce est la porte de science [5], par quoi [6] l’en vient a sapience de clergie. Ce est cele [7] qui ensaingne a fourmer parole, soit en latin ou en roumanz ou en touz autres langages parlans [8]. Et qui bien savroit [9] toute gramaire, il savroit fere [10] et dire toute parole. Et par parole fist Diex le monde. Car parole est au monde sentence.

Ci après est logique [11].

[F° 27 c] La seconde art [12] si est logique, qui est appellée [13] dyalectique. Ceste si preuve faus et voir, et preuve par quoi l’en cognoist et bien et mal [14]. Et qui [15] savroit toute logique, il prouveroit et bien et mal sanz doutance [16]. Car par bien fu criez et fez [17] paradis, et [F° 27 d] par mal fu establiz enfer.

Ce est retorique [18] .

La tierce art a non retorique [19], qui est et droiture et raison et ordenance de parole, que ele ne soit pour fole tenue. Car li droit [20], par quoi li jugement sont fet [21], et qui, par raison et par droit, sont esgardé [22] en [F° 28 a] court de roi [23] et de baron, viennent de rectorique.

De cest [24] art furent decretales estraites, et lois et decrez qui ont mestier [25] en toutes causes et en touz droiz.

Qui bien savroit rectorique, il connoitroit [26] et tort et droit. Par fere [27] tort est li hons perduz et dampnez, et par fere [28] droit est sauvez et a l’amour de Dieu [29].

Ce [30] est arismetique.

[F° 28 b] La quarte art si a non arismetique.

Ceste art si vient après rectorique, et est mise en mi les ·vii· arz. Car sanz li ne peut [31] estre nulle des ·vii· arz assise parfaitement ne bien seüe entierement, devant que l’en sache ceste [32] art. Car toutes i prenent [33] [F° 28 c] garde ne ne pueent estre sanz lui [34]. Et pour ce fu ele mise en [35] milieu des ·vii· arz, et illuec tient son nombre. Et de li viennent tuit li nombre [36] par quoi [37] toutes choses queurent et vont et viennent. Car nulle riens n’est sanz nombre. Mais poi voit comment ce puet estre qui n’a esté maistre des ·vii· arz [38], tant qu’il en sache a droit dire la verité [39]. Mais nous ne poons pas orendroit [F° 28 d] tout [40] raconter ne dire. Car qui veult tel [41] chose espondre, il li couvient moult savoir de glose.

Qui bien savroit arismetique [42], il veroit ordenances [43] en toutes choses. Par ordenance fu faiz li mondes [44], et par ordenance sera desfaiz.

C’ [45] est geometrie.

La quinte a a non [46] geome-[F° 29 a]trie, qui a astronomie plus vault [47] que nule [48] des autres. Car par li est ele mesurée, et par lui [49] est compassée. Et mesure toute riens ou il a mesure. Par lui [50] puet l’en savoir le cours des estoiles [51] qui touz jours [52] vont, et la grandeur du firmament et [53] du souleil [54] et de la lune et de la terre ; par li [55] set on la verité de toutes choses et la quantité [56] de toute rien, ja si lointaingne ne sera, pour tant que l’en la puisse veoir as ieulz [57].

[F° 29 b] Qui bien entent geometrie, il voit mesure en toutes maistrises [58]. Car par mesure fu li mondes faiz [59] et toutes autres choses hautes et basses et parfondes [60].

Ce est [61] musique.

La sisiesme si est musique, et se fourme [62] d’arismetique.

[F° 29 c] De ceste art de musique vient toute atemprance, et de ceste art s’avance [63] fisique. Car, ausi [64] comme musique acorde toutes choses qui se descorderent [65] en eles [66] et les ramaine a concordance, tout autresi se painne phisique [67] de ramener a point nature qui se desnature et se desatempre en cors humain, quant aucune maladie l’encombre. Mais ele n’est mie du nombre [68] des ·vii· arz de philosophie. Ainz est ·i· me-[F° 29 d]stier qui se donne [69] a cors d’oume [70] saner, et de soi garder de maladie, tant comme il est en vie. Et pour ce n’est ele mie liberaus. Car ele sert de guerir cors humain [71] qui aucunes [72] foiz porroit [73] bien perir. Et nulle [74] riens n’est liberaus ne franche qui naist de terre. Et pour ce, science qui sert a cors humain pert sa franchise ; mais [75] celes qui servent a l’ame desservent [76] au monde liberal non [* 1]. Car l’ame doit estre liberaus, [F° 30 a] si comme chose qui est de noble estre, comme cele qui vient de Dieu et a Dieu s’en veult [77] revenir. Et pour [78] ce sont les arz liberaus. Car il [79] [* 2] font l’ame toute franche, et ensaingnent [80] quanque l’en doit faire [81] proprement en chascune chose. Et ce est la droite reson pour quoi [82] ele a non arz [83] liberaus. Car ele fait l’ame liberaus [84], et de tout mal la delivre [85].

De ceste est musique commune, qui s’acorde a chascune si bien que par li furent les [F° 30 b] ·vii· arz concordées si comme eles durent. De ceste sont estraiz touz les chanz [86] que l’en chante en sainte eglise [87], et toutes les acordances de touz les estrumenz qui ont divers acordemenz et [88] divers sons [89], et ou il a raison et entendement d’aucunes choses [90]. Qui set la science de musique, il set l’acordance de toutes les [91] choses. Et toute la creature qui se painne [92] de bien faire se ramainne [93] a concordance [94].

Ce [95] est astronomie.

[F° 30 c] La septiesme, si [96] est astronomie qui est de toute clergie la fins [97]. Ceste ensaigne [98] raison par quoi [99] l’en doit enquerre de [100] choses de la terre et du ciel, de celes qui sont faites par nature, ja si lointaingnes ne seront. Et qui bien set astronomie, il set metre [101] rai-[F° 30 d]son en toutes choses. Car Nostre [102] Sires fist toutes riens [103] par raison, et donna son non a chascune riens.

Par ceste art furent premierement emprises et enquises toutes autres sciences de decrez et de devinité [104], par quoi toute crestienté [105] est convertie a droite foi de Dieu amer et servir le roi tout puissant a cui [106] tout li biens se donne et alie, qui toute astronomie fist, et le ciel et la terre et le souleill et la lune et les estoiles, comme cil qui est li [F° 31 a] verais gouvernierres et li vrais voiles de gouverner tout le monde et adrecier [107]. Ne riens ne peut durer sanz lui. C’est li verais [108] astronomiens ; car il set tot [109], et les biens et les maus, comme cil qui astronomie fist, que l’en soloit jadis pour amie [110] tenir. Car c’est une art de si trés noble estre que, qui en porroit estre bien sages, il porroit connoistre a droit comment li mondes fu compassez [111] [* 3] et assez d’autres choses. [F° 31 b] Car c’[112] est la science par quoi [113] l’en connoist miex et plus a droit toutes [114] riens.

Par li seule furent trouvés [115] les autres ·vi· qui sont nommées devant [116] ; et sanz eles ne porroit nus savoir a droit d’astronomie, tant fust sages ne poissanz [117]. Tout ausi comme une hache ou ·i· autre outill de maçon sont li estrument [118] par quoi il forme [119] sa besoingne [120] et de quoi il fait son mestier, tot [121] autresi par droit majestire [122] sont les autres [F° 31 c] ·vi· estrument [123] et fondement d’astronomie.

Et li preudoume [124] ça en arriere, et roi et prince et duc et conte et autre grant seigneur [125], par leur sens et par la [126] bonne maniere qui estoit en euls, metoient toute leur painne et tout leur labour en savoir les arz [127] de clergie pour d’astronomie entendre [128]. Et tant i entendirent qu’il en sorent assez par la volenté de Dieu. Car il sorent mainz granz afaires qui avenoient par le monde. Si ne [F° 31 d] prisoient riens les choses qui avenoient en terre, comme cil qui bien en savoient la raison.

Si estoit coustume au tens de lors que se nus fust sers a autres genz [129], ne nus hons bas, ne nus vilains, tant fust plains de grant avoir ne de richeces [130], n’osoit il riens aprandre [131] des ·vii· arz pour les gentils hommes qui tuit en vouloient entendre [132] le principal, pour ce qu’il fussent liberal et franc. Et par ceste raison leur mistrent il a non les [F° 32 a] ·vii· arz liberaus.

Et a droit les nommerent liberaus. Car eles [133] sont si franches que il [134] rendent l’ame toute franche a Dieu. Et sont ordenées si a droit et données si entierement que l’en n’en peut [135] riens oster ne riens metre, tant s’en seüst entremetre, tant fust sages. Car se l’en en remuoit riens qui i soit, eles seroient toutes desfigurées. Car eles sont si a droit faites que nus hons qui soit en tout le monde, tant fust de [F° 32 b] parfonde escience, ne paien, ne [136] juif, ne crestien, n’i peut [137] riens ne muer, ne oster, ne contrester de rien.

Et qui savroit a droit les ·vii· arz, il seroit creüz en toutes lois. Car il n’est nus qui contrester le pouist [138] de chose qu’il vousist prouver, fust faus ou voir. Car il prouveroit par vive raison quanqu’il voudroit et droit et tort [139]. Si est cil fouls qui cuide savoir nulle [140] chose a droit qui apar-[F° 32 c] tiengne a clergie, pour nulle chose qui aviengne [141], se n’est par miracle [142] de Dieu qui tout peut faire, se il ne set des ·vii· arz. Car tout ne li vaudroit nient [143] a ce qu’il peüst moustrer riens, ne prouver a droit ne faus ne voir [* 4]. Car eles sont creües en toutes les lois la ou eles sont leües.

Et si n’est nus, tant soit de diverse loi [144] ne de divers language [145], que, s’il converse avec [146] autres genz [147], pour qu’il sache riens des ·vii· [F° 32 d] arz [148] a droit, ne prouver de leur usage ne [149] de lor [150] parz nulle chose qui soit, qu’il [151] ne soit creüz comme sages [* 5]. Ne ja ne sera paiens si divers que crestiens ne juif le peüst contredire de riens [152] de chose qu’il ne vousist dire ne prouver. Et [153] ne sont pas decretales ne lois que aucunes genz tiennent a males les constitutions qui y [154] sont, pour ce qu’autres les font et tiennent [* 6]. Car toutes les lois se tiennent as ·vii· [F° 33 a] arz ; et toutes les croient et retiennent [155], la ou il a genz qui riens en sachent. Car toutes resons [156] qui vienent des ·vii· arz sont voires en toutes causes et en toutes resons [157] par touz lieus. Car ce ne sont pas muables sciences que [158] touz jours sont estables et veraies [159].

Mais nous en laisserons a tant a [160] parler ; car vous en avez oÿ [161] ça devant souffissaument [162]. Si vous dirons de nature aps et briément que ce est. [F° 33 b] Car Diex la cria premierement ainz [163] qu’il feïst autre chose qui apartenist au monde. Si en devons premierement parler et dire que ce est pour deviser le monde après et descrire. Car li firmamenz muet par nature [164], et toutes les choses qui ont mouvement [165]. Ele muet les estoles [166] [* 7] et fait luire, et fait naistre et vivre quanqu’ele veut [167]. Et pour ce que toutes les genz ne sevent pas bien que ce monte, aloingnerons [168] un poi [F° 33 c] noustre matire pour faire entendre qu’est nature et comment ele œuvre [169], pour mieulz entendre la faiture du monde, que [170] nous vous dirons après se vous en voulez [171] entendre les resons [172]. Si metez painne au retenir.

  1. — B : Ci est li arz de.
  2. — B : tans.
  3. — B : puet.
  4. — B : fondemenz et commencemenz.
  5. — A : des creance.
  6. — B : quoy.
  7. — B : celle.
  8. — B : parlanz.
  9. — A : savroitt.
  10. — B : et faire.
  11. — B : Ci est li arz de logique (« après » manque).
  12. — B : Li seconz arz.
  13. — B : apelée.
  14. — B : de « et preuve » jusqu’à « et mal » manque.
  15. — B : Et qui bien.
  16. — B : doute.
  17. — B : faiz.
  18. — B : Ci est rectorique.
  19. — B : rectorique.
  20. — B : les droiz.
  21. — B : les jugemenz sont faiz.
  22. — B : par droit et par raison sont esgardez.
  23. — B : roy.
  24. — B : ceste.
  25. — B : mestiers.
  26. — B : connoistroit.
  27. — B : faire.
  28. — B : faire.
  29. — B : Dieu entierement.
  30. — B : Ci.
  31. — B : puet.
  32. — B : cest.
  33. — B : prennent.
  34. — B : li.
  35. — B : el.
  36. — B : de « et de li » jusqu’à « nombre » manque.
  37. — A : « quoi » manque.
  38. — B : ars.
  39. — B : sache a dire la droite verité.
  40. — B : tout ci.
  41. — B : tele.
  42. — B : arimetique.
  43. — B : verroit ordenance.
  44. — B : le monde.
  45. — B : Ci.
  46. — B : La quinte a non...
  47. — B : vaut.
  48. — B : nulle.
  49. — B : li.
  50. — B : li.
  51. — B : estoilles.
  52. — B : jourz.
  53. — B : de « et du souleil » jusqu’à « chascune chose » [f° 30 a] manque.
  54. — N : soulleil.
  55. — N : lui.
  56. — N : cantité.
  57. — N : aus ieuz.
  58. — N : mestrises.
  59. — N : fez.
  60. — N : pfondes.
  61. — N : « ce est » manque.
  62. — N : forme.
  63. — A : s’avan ; C : s’avance ; N : s’avance ; R : procede ; S [f° 79 b] : est descendue.
  64. — N : aussi.
  65. — N : toute chose qui se descorde.
  66. — N : soi.
  67. — N : paine fisique.
  68. — A : nomble ; C : nombre ; N : nombre.
  69. — N : done.
  70. — N : ome.
  71. — N : de cors humain garir.
  72. — N : aucune.
  73. — N : pourroit.
  74. — N : nules.
  75. — N : mès.
  76. — N : deservent.
  77. — N : veut.
  78. — N : por.
  79. — C : ilz ; R : ils ; N : il.
  80. — N : enseingnent.
  81. — N : fere.
  82. — B : raison pour quoy.
  83. — B et N : ars.
  84. — N : ele fet l’ame liberal.
  85. — B et N : la delivre de touz maus.
  86. — B : chans ; N : chanz.
  87. — B et N : eglyse.
  88. — N : « et divers sons » jusqu’à « d’aucunes choses » manque.
  89. — B : son.
  90. — B : « d’aucunes choses » manque.
  91. — B et N : « les » manque.
  92. — B et N : paine.
  93. — B et N : ramaine.
  94. — B : a concordance veraiement.
  95. — B : Ci.
  96. — B : « si » manque.
  97. — B : qui la fins de toutes clergies est.
  98. — A : « ensaigne » manque ; B : ceste ensaigne.
  99. — B : quoy.
  100. — B : des.
  101. — B : meitre.
  102. — B : noustre.
  103. — A : « riens » manque.
  104. — B : divinité.
  105. — B : crestientez.
  106. — B : qui.
  107. — A : li vrais voiles et li verais gouvernierres de tout le monde gouverner et adrecier.
  108. — B : vrais.
  109. — B : tout.
  110. — A : « amie » manque.
  111. — A : compasserz.
  112. — B : ce.
  113. — B : coi.
  114. — B : toute.
  115. — B : trouvées.
  116. — B : devant nommées. ; N : nomées.
  117. — B : puissanz ; N : poissanz.
  118. — B : les instrumenz ; N : les estrumenz.
  119. — B : fourme ; N : forme.
  120. — B : besoigne ; N : besoingne.
  121. — B et N : Tout.
  122. — A : droit maiesture ; B et N : maiestire ; C : droite maistrie. Sloan : droit maiestire.
  123. — B : estrumenz.
  124. — B : les preudommes.
  125. — B : arrieres, et rois et princes et contes et autres granz seigneurs ; N : arrieres, et rois et princes et dus et contes et autres granz seigneurs.
  126. — B : leur.
  127. — B : ars.
  128. — B : pour entendre d’astronomie.
  129. — B : gens.
  130. — B : richeises.
  131. — B : aprendre.
  132. — A : « entendre » manque ; B : entendre en voloient.
  133. — B : il.
  134. — Voir notes f° 30 a, 56 c sur il.
  135. — B : puet.
  136. — A : ne ne.
  137. — B : puet.
  138. — B : qui le pouist contrester ; N : qui le peust contrester.
  139. — B : et tort et droit.
  140. — B et N : nule.
  141. — B : nule ; N : nules choses qui avieignent.
  142. — B : se cen n’est pas espetial miracle... puet ; N : se n’est par miracle... ; A : se n’est pas ; C : ce n’est par.
  143. — B : noient.
  144. — B : loy.
  145. — B : langages.
  146. — B et N : avoec.
  147. — B : gens.
  148. — B : « arz » manque ; A : « arz » répété deux fois.
  149. — B et N : usage et de...
  150. — B et N : leur.
  151. — B : qui ; N : qu’il.
  152. — B : de riens contredire.
  153. — B : Ce.
  154. — B : i.
  155. — B et N : retiennent. ; A : retenient : cette forme n’est pas confirmée par d’autres ouvrages et est isolée dans le manuscrit A.
  156. — B : raisons.
  157. — B : raisons.
  158. — « que » : cf. note f° 123 b du texte.
  159. — B : sont veraies et estables ; C : maiz sunt touz jours estables...
  160. — B : tant en parler.
  161. — B : oï.
  162. — B : souffisaument.
  163. — B : la fist premierement et cria ainz.
  164. — B : Car par nature muet li fîrmamenz.
  165. — B : qui mouvement ont.
  166. — A : estoles ; B : estoiles.
  167. — B : veult.
  168. — A : alomgnerons.
  169. — B : ovre.
  170. — B : de que.
  171. — B : volez.
  172. — B : raisons.
  1. * « Et pour ce... non » : C’est pourquoi la science qui s’occupe du corps humain perd sa noblesse ; mais celles qui s’occupent de l’âme méritent en ce monde le nom de «  libérales ». — La leçon de la rédaction en prose est confirmée par la rédaction en vers :

    Sloan f ° 87 c : Mais celes qui a l’ame servent
    Sloan f ° 87 c : liberal non au mont deservent.

  2. * Nous trouvons quatre fois dans le texte du ms. A il où nous nous attendrions à trouver eles (nom. pl. fem.). Les deux premiers cas (fos 30 a et 32 a) s’expliquent par le genre de « arz » qui, dans notre texte, est tantôt masc. tantôt fem. ; de plus, il est confirmé par les ms. B et N. Les deux autres cas se trouvent fos 56 c et 82 b. Cf. note fo 56 c.
  3. * Compasserz : cette forme est isolée dans le ms. A, et n’est pas confirmée par d’autres ouvrages.
  4. * « Car tout... voir » : Car tous ses efforts seraient inutiles pour le mettre à même de montrer quoi que ce soit et de prouver avec autorité le vrai et le faux.
  5. * « Et si... sages » : Il n’y a pas un seul homme, quelque différents que soient son langage et ses coutumes, qui, s’il parle à d’autres gens et sache quoi que ce soit à propos des vii ars sans rien connaître des coutumes ou de quoi que ce soit qui concerne ces gens, ne soit considéré par eux comme sage.
  6. * « Et ne sont... et tiennent » : Et ce (les 7 arts) ne sont pas des lois et décrets dont certaines gens considèrent les règles (qui s’y trouvent) comme mauvaises parce que ce sont d’autres gens qui les font et les observent.

    La construction est la même dans la rédaction en vers.

    Sloan f ° 88 c :

    Ne sunt pas lois ne decretales
    qu’autres gens tenroient a males
    les constitutions qui sunt
    pour ce qu’autres tienent et font.

  7. * O pour oi se trouve assez souvent en Bourgogne, en Lorraine et en angln. pour que nous n’hésitions pas à garder « estole ». Cf. Stimming, o. c. p. 200 (mo, damosele).
  1. F° 27 a - 33 c = Vers 1127-1404.

    La description des sept arts se trouve dans Neckam II. 173.


viii [a].
De nature, comment ele oevre et que ce est.

Damediex fist tout premierement nature. Car ce est [1] la chose par quoi toute riens dure et vit qui desouz le ciel est ordenée [2]. Sanz na-[F° 33 d]ture ne peut [3] riens naistre, et par li [4] vit toute [5] riens née [6]. Et por [7] ce la couvint [8] premierement estre [9], qu’ele norrist [10] les genz et assaisonne, et s’abandonne la ou Diex veult [* 1]. Ele oevre diversement [11]. Nature fait ausi comme la hache au charpentier. Quant li charpentiers oevre de son mestier, la hache ne fait que trenchier. Et celui qui la tient la dresce quel part que il veult. Et par la hache est l’oevre assouvie [12] et [F° 34 a] faite selonc [13] la maniere de l’ouvrier. Tout autresi [14] se donne nature et habandonne [15] la ou Diex veult [b]. Car toute riens est faite par lui [16], si comme Diex la veult pourtraire. Et oevre en tel [17] maniere que se ele [18] faut a l’une, ele recuevre a [19] l’autre.

Riens en vain ne fait nature [20] ; ele oevre en tel [21] maniere qu’ele ne toult a nulle riens son plain [22]. Car entiere est touz jourz s’oevre selonc ce qu’ele trueve matere [23] [* 2]. [F° 34 b] Soit en genz ou en bestes, touz jourz est ses afaires genz, comme cele [24] qui riens ne fait qui de riens soit contraire a Dieu. Et la ou matere [25] defaut, si laisse a ouvrer ; et que plus y a matere, et plus œuvre [26] ; si comme l’en voit d’aucunes bestes, dont les unes naissent [27] a ·ii· testes ou a ·vi· piez ou a ·i· mambre mains qu’il ne doit [28] avoir et que sa fourme ne li remambre [29]. Aussi en [F° 34 c] voit l’en de tels souventes foiz qui sont presque tout failli ; et li autre [30] sont plenteureus et habondant de [31] leur fruit. Tout ausi revoit l’en souvent [32] avenir a aucunes genz [33] que, quant il naissent, il naissent a tout [34] ·vi· doiz en une main, et les autres a ·i·, ou a ·ii·, on a ·iii· mains [35] ; ou il leur faut ·i· mambre tout entier, dont il valent pis, selonc ce qui apartient au monde. Et en un autre ra si grant habondance [F° 34 d] de matere en cors ou en membre [36], autre chose que fourme [37] humaine n’i met [38]. Car [39] il li faut ou piez ou mains ; ou [40] il naist souvent a moins ou a plus [41] ; ou il a une jambe ou ·i· braz, l’un plus lonc que l’autre.

Si ravient a ·i· autre autre chose : Car li uns est noirs et li autres est blans ; li uns est granz et li autres petiz. Li uns devient preudoume [42] et sage, et li autres fouls et mauvais ; li uns se tient sages [F° 35 a] en sa jœnnesce [43], et en sa vielliesce [44] devient fouls. Li uns est sages vielz [45] et juenes, et li autres est fouls toute sa vie, et juene et vieill. Les uns sont cras et les autres sont maigres. Les uns sont malingeus et les autres santeis [46]. Les uns sont grelles [47], les autres si sont gros [48]. Les uns sont [49] vistes, les autres moulz [50] et lasches. Les uns sont tardis, les autres hastis. Les uns sont hardiz, les autres sont couarz. Les uns sont boi-[F° 35 b]teus, les autres sont boçuz, et les autres sont bien faiz en touz endroiz. Uns granz hons est souvent mal faiz, et uns petiz est bien faiz et bien avenanz. Car il n’a mambre [51] qui ne soit a [52] sa droite taille, tant comme il apartient a son [53] cors. Uns biaus enfes devient souvent laiz, et li laiz devient souvent [54] biaus. Li uns veult moult avoir de ses voulentez [55] et li autres en veult pou. Chascuns a son talent et a son apetit. Uns petiz hons engendre sou-[F° 35 c]ventes foiz ·i· grant [56], et uns bien granz souvent ·i· petit. Uns petiz [57] hons enprent [58] souventes foiz une grant chose a faire que uns bien granz n’oseroit enprendre [59]. Li uns muert tost, li autres tart. Et li autres vit tant que par aage se part [60] [* 3] du siècle, selonc ce que nature li dure par la voulen[61] de Dieu.

Si revoit l’en sovent [62] en genz, que li un [63] entendent a clergie, et li autre [64] entendent a [F° 35 d] autre mestier, ou a charpentier, ou a maçon, ou a fevre, ou a aucun autre mestier ou il met son tans. Car chascuns s’i donne [65] selon son sens. Car, a autre mestier que nature ne [66] li donne ne savroit entendre, dont il se seiïst entremetre si bien comme de celui ou sa nature li trait. Si a ·i· autre d’autre maniere qui se met et [67] adonne [68] a faire pluseurs choses que nus autres ne porroit ne ne savroit faire ; car [F° 36 a] sa nature pas ne li donne [69]. L’un bee en bas et l’autre [70] en haut. Si voit l’on [71] que il avient souvent que li hons avient la ou il bee a avenir, et autre foiz n’en vient [72] a chief. Ainz li tourne [73] tout a contraire et a meschance [74], si qu’a painnes peut [75] venir a chief de chose que il vueille [76] mener a fin. Et uns autres fet [77] maintes choses dont uns autres ne porroit [78] ne ne savroit faire. Car tant a de diversetez en gent [79], et [80] de faiture [F° 36 b] et de voulenté [81], que l’en ne porroit trouver en nulle terre du monde ·ii· hommes qui s’entreressamblassent, tant les seüst l’en querre, qu’il ne se diversifiassent [82] de cors, ou des [83] membres, ou de vis, ou de sens, ou de faiz, ou de diz. Car sa puissance est si diverse qu’il n’est riens qui ait naissance, qu’il n’ait en lui aucune chose dont uns autres n’a riens en soi [84], ja soit ce que nulle dessevrance n’i puisse nus hons aparcevoir.

[F° 36 c] Tele est la vertuz de nature, ou maint bon clerc ont mis leur cure et leur entente [85] a ce que il puissent mieuz dire et plus briément [86] [* 4] que est nature [87]. Si en dist tout premierement [88] Platon, qui fu de mout [89] garant renommée, que c’est une outrée poissance en choses, qui fait naistre samblant par samblant selonc ce que chascune peut estre [c]. Si peut [90] l’en entendre [91] ce par ·i· homme [92] c’uns autres engendre, et par bestes, et par plantes, et par se-[F° 36 d]mences qui selonc leur samblances [93] naissent, et selonc [94] leur façon. Itant en dit [95] Platon, qui fu granz clers[96]. Et puis en redit Aristotes, qui sont [* 5] clerc fu [97], que ce estoit principiex qui donnoit vertu es [98] choses de mouvoir et d’ester, a cui Diex donna tel pooir et tel force ; si comme l’en voit quant aucune chose se remue qui se peut [99] ester et mouvoir [d]. Aristotes, qui ce en dist, enquist maint livre de natures [100]. [F° 37 a] Et puis en redistrent pluseur [101] [* 6] autre philosophe que ce est [102] vertuz de chaleur qui fait chascune chose estre ; si n’en dirai autre chose orendroit. Cist ensuivirent [103] mieuz [104] Platon que Aristotes. Ainsi en distrent leur samblant. Si en distrent assez selonc ce que chascuns en [105] pooit dire.

Mais nus qui soit ne puet contredire ne savoir que ce est, fors Diex qui tout set et tout voit, et qui premierement le volt [106] establir pour acomplir toutes cho-[F° 37 b]ses. Si peut [107] l’en bien par ce savoir que Diex est de moult [108] grant puissance [109] et moult est grant chose de lui, quant il fist tel chose sanz painne qui est de si pesant affaire [110]. Et pour ce volt [111] il lui meïsmes faire l’oume [112], pour ce que il fust si poissanz [113] et qu’il eüst tels sens en lui qu’il seüst par nature ce qui grever li [114] porroit a l’ame et nuire envers Dieu. Car s’il se veult a droit conduire, il peut [115] bien a ce mener so[n] cuer, que nature ne le peut [116] [F° 37 c] grever en nule [117] maniere.

Et pour ce furent trovées [118] les ·vii· arz pour oster les mauvaises pensées qui pueent conduire l’omme [119] a mort, que l’en les peut [120] destruire par les arz. Et ainsi peut [121] l’en muer son mauvais estat par ensaingnement de bon maistre. Et pour ce, fait bon estre entre les bons ; car l’en i aprent bien a faire. Si est sages qui fait son preu en tel maniere qu’i [122] en ait mieulz [123] aps la mort et que Diex le preingue [124] en gré ; si [F° 37 d] avra fet [125] plus son preu que de l’autrui ; ce sache certainnement [126]. Car il en avra tout le bien.

Et moult est fouls qui tant aimme son cors qu’il en oublie a sauver s’ame que Diex li presta pour ravoir la arrieres ; et il fet [127] tant que maufez [128] l’a par son pechié. Cil qui ce fait [129], si fait autresi comme li mauvais serjanz a cui li sires bailla ses besanz pour monteploier en bien. Mais il ne le fist mie bien, comme cil qui estoit de male [F° 38 a] foi. Dont li sires le chaça ensus de lui. Nonques puis n’ot que honte et reprouche, si comme l’evangile le nous raconte [e]. Tout ausi [130] sera il de ceuls qui laissent le grain pour la paille. Ce sont cil [131] qui laissent leur ames perir pour le delit de leur cors, dont touz les maus [132] leur viennent.
Mais atant se taist ici endroit [133] li contes [134] des ·vii· arz et de nature, pour deviser la faiture du monde, comment il est par nature faiz et pourtraiz [135] de Dieu qui [F° 38 b] par son saint commandement fist le monde, et tout ce qui i apent. Et tout fait fu [136] a sa volenté et a son devis. Or oiez ce que nous vous en dirons [137].

  1. — B : c’est.
  2. — B : qui est ordenée desouz le ciel.
  3. — B : puet.
  4. — B : lie ; N : lui.
  5. — A : toutes.
  6. — B : « née » manque.
  7. — B : pour.
  8. — B : couvient ; N : covint.
  9. — B : « estre » manque.
  10. — B : car ele norrist ; N : car ele nourrit.
  11. — B et N : touz jourz diversement.
  12. — B : assovie.
  13. — B : solonc.
  14. — B : autressi.
  15. — B : habonde.
  16. — B : li.
  17. — B : tele.
  18. — B : s’ele.
  19. — B : en.
  20. — B : Nature ne fait riens en vain.
  21. — B : tele.
  22. — B : ne toult son plain a nulle riens.
  23. — B : matiere ; A : mate’.
  24. — B : genz ses afaires, comme celle.
  25. — B : matiere.
  26. — B : oevre.
  27. — A : laissent.
  28. — A : « qu’il ne doit » répété deux fois.
  29. — B : remembre.
  30. — B : autres.
  31. — A : et.
  32. — B : souventes foiz.
  33. — B : aucune gent.
  34. — B : touz.
  35. — B : moins.
  36. — B : mambre.
  37. — B : forme.
  38. — A : iumet.
  39. — B : Ou.
  40. — B : Car.
  41. — B : a plus ou a moins.
  42. — B : preudomme.
  43. — B : jonnesce.
  44. — B : vieillesce.
  45. — B : vieulz.
  46. — B : santeys.
  47. — B : grailles.
  48. — A : grox.
  49. — B et N : « sont » manque.
  50. — B : mouls.
  51. — B : membre.
  52. — B et N : de.
  53. — B : sont ; N : son.
  54. — A : « laiz, et li laiz devient souvent » manque.
  55. — B : volentez.
  56. — B : .i. grant homme.
  57. — B : petit.
  58. — B : emprent.
  59. — B : n’oserent emprendre.
  60. — A : se par.
  61. — B : volenté.
  62. — B : souvent.
  63. — B : que les uns.
  64. — B : et les autres.
  65. — B : se donne.
  66. — B : « ne » manque.
  67. — B : « se met et » manque.
  68. — B : donne.
  69. — B : nature ne li donne pas.
  70. — B : l’uns bee en bas et li autres.
  71. — B : voit on.
  72. — B : ne vient.
  73. — B : torne.
  74. — B : mescheance.
  75. — B : painne puet.
  76. — B : qu’il veille.
  77. — B : fait.
  78. — B : porroit riens faire.
  79. — B : genz.
  80. — B : « et » manque.
  81. — B : volenté.
  82. — B : diversefiassent.
  83. — B : de.
  84. — B : lui.
  85. — B : antente.
  86. — A : briesment.
  87. — B : qu’il peüssent mieulz dire que est nature, et plus briément.
  88. — A : prierement.
  89. — B : moult.
  90. — B : puet estre. Si puet...
  91. — B : entedre.
  92. — b : houme.
  93. — B : semblances.
  94. — B : selon.
  95. — B : dist.
  96. — B : qui granz clers fu.
  97. — B : qui fu son clerc.
  98. — B : as.
  99. — B : puet.
  100. — B : nature.
  101. — A : pluseure.
  102. — B : pluseurs autres philosophes que c’est.
  103. — B : ensiverent.
  104. — B : mieulz.
  105. — A : ne
  106. — B : voult.
  107. — B : puet.
  108. — B : « moult » manque.
  109. — B : poissance.
  110. — B : a faire.
  111. — B : voult.
  112. — B : l’omme.
  113. — B : puissanz.
  114. — B : le.
  115. — B : puet.
  116. — B : puet.
  117. — B : nulle.
  118. — B : trouvées.
  119. — B : pueent l’oume conduire.
  120. — B : puet.
  121. — B : puet.
  122. — B : qu’il en...
  123. — B : miex.
  124. — B : praigne.
  125. — B : fait.
  126. — B : certainement.
  127. — B : fait.
  128. — B : mauffez.
  129. — B : qui fait ce.
  130. — A : tout aut ausi ; B : aussi.
  131. — B : ceuls.
  132. — B : mauls.
  133. — B : « endroit » manque.
  134. — B : le conte.
  135. — B : portrait.
  136. — B : fu fait.
  137. — B : devisserons.
  1. * « Et por ce... veult » : Il était convenable qu’elle fût créée la première, parce qu’elle nourrit les gens et les fait venir à point ; et elle se livre là où Dieu le veut.

    Sloan f ° 89 a :

    Pour ce la covient premiers estre ;
    les gens norist, les gens sesone ;
    et la u Dex violt s’abandone.

  2. * L’orthographe ordinaire du ms. A est « matire » (f° 26 passim). Seule la position de l’abréviation fait supposer une forme « matere », forme bien connue en angln., et que nous retrouvons dans f° 34 b. Nous mettons donc « matere ».
  3. * Cf. f° 26 c n. Ex. de « par » : par (Ipomedon, v. 3316, cité par Stimming, o. c. p. 222). Toutefois la forme « par » étant isolée dans le ms. A, et l’exemple de Stimming se rapportant à « part » L. partem, nous rétablissons le t.
  4. * Le ms. A donne ordinairement « briefment », mais « briément » se trouve f° 33 a.
  5. * Sont : Cette forme se retrouve fos 74 a, 82 b. Elle est confirmée par des exemples et des parallèles : Stimming, o. c. p. 223 sunt [suum] (Ipomedon v. 3233) ; seint [sanum] ; dunt [donum], etc.
  6. * « pluseure » n’est pas confirmé par d’autres textes, et la forme est isolée dans A. Toutefois l’addition d’un e muet, surtout après r, est commune en angln. Cf. Suchier, Vie de St. Auban p. 39 (prisone, avale, forestes », etc.) ; Stimming o. c. p. 183 (mure, foreste, avante, bele, etc.).
  1. [F° 33 c38 b = Vers 1405-1619.]
  2. « Damediex... veult. » Ce passage est discuté dans l’introduction (v. Introd. p. 34).
  3. « Si en dist tout... peut estre. » Platon, Gorgias. Boèce, cité par Albert le Grand : Sum. Theol. VII. 30 (vide Introd. p. 34).
  4. « Et puis en redit... mouvoir. » Aristote. Physique 2. 1. 192 b. 14 ; 2. 1. 193 a. 28. Métaphysique 11. 3. 1070 a. 6 (vide Introd. p. 34 s.).
  5. « Cil qui ce fait... nous raconte. » St Luc XIX, 12 ; St Matthieu XV. 14.


ix [a].
De la fourme du firmament.

Diex forma [1] le monde tout reont, autresi comme est une pelote qui est toute reonde, et le ciel tout reont qui environne la terre de toutes parz entierement sanz nulle defaute, tout ensement comme l’escaille de l’oef qui environne l’aubun [2] tout [F° 38 c] entour. Et ausi [3] li ciels avironne [4] ·i· air qui est seur [5] celui air, qui a non hester en latin [* 1] ; c’est autretant a dire comme pur air et net [b], car il fu faiz de nesteé et de pure purté

Cil airs s’i resjouist nuit et jour de resplendeur perpetuel ; et est si clers et reluisanz [6] que, se uns hons estoit demouranz [7] la, il verroit tout, et unes choses et autres, quanqu’il y avroit, de l’un des chiés jusques a l’autre, ausi legierement, ou plus, comme uns [F° 38 d] hons feroit ça jus a terre devant ses ieulz un seul pié loing de lui, ou mains enquore [8], s’il en avoit mestier. Tout autressi [9] vous di, qui la seroit il porroit veoir tout entour [10] ausi bien de loing comme de près, tant est cil airs et clers et nez [11].

De celui hester prennent les anges [12] leur cors et leur elles, quant Nostre Sires les envoie en terre en message [13] a ses amis, quant il leur veult demoustrer aucune chose. Et pour ce samblent [14] [F° 39 a] il estre [15] si cler [16] as hommes pecheeurs [17] de ça jus, que leur oeill ne pueent souffrir la resplendeur, ne regarder cele grant clarté [18], comme cil qui d’oscurté sont [19] plain ; c’est a dire plain de pechiez dont il sont tuit empli. Si en est avenu maintes foiz que, quant li ange estoient venu a aucun homme [20] en aucun lieu pour la volenté [21] de Dieu annoncier, que, tant dis comme li anges parloit a lui, il se cheoit a terre [22] ausi comme endormiz. Et li estoit [F° 39 b] avis qu’il n’ooit la parole de l’ange fors autresi comme en sonjant. Et estoit touz muz sanz parler jusques a tant que li anges s’en repairoit arrieres [c]. Lors li preudons se resveilloit, qui bien se remembroit [23] du dit que li anges li avoit annoncié. Ausi [24] vous di je certainement [25] que nus hons corporels ne s’i porroit soustenir en nulle maniere. De cele clarté est la lumiere [26] qui est ps du saint ciel la sus, dont nous sommes si en sus mis. Car nulle [F° 39 c] chose corporel ne s’i porroit soustenir en nulle maniere [27] pour quoi [28] il fust de riens pesant. Ne nus oisiaus, tant soit volanz, ne se porroit la soutenir [29], que il ne le couvenist [30] venir aval, ausi comme une pierre, jusques a l’air ou il porroit reprendre [31] son voler, se il n’estoit esbahiz de [32] descendre. Car nus n’i porroit demourer, se ce n’estoit esperituel chose ; ne point n’i avroit de son vivre [33]. Car neant plus que li poissons [F° 39 d] peut [34] vivre en cest air ou nous soumes, ne lui soustenir, que moult tost morir [35] nel couvenist, et moult tost periroit [36] se il n’estoit adès norriz [37] en l’yaue [38], tout autresi vous di je de nous que nous ne nous porrions mouvoir en cel air perpetuel, ne vivre, ne demourer, tant comme [39] nous aions cors mortel.

  1. — B : fourma.
  2. — B : l’aubunt.
  3. — B : aussi.
  4. — B : environne.
  5. — B : sur.
  6. — B : et si reluisanz.
  7. — B : demoranz.
  8. — B : encore.
  9. — B : autresi.
  10. — A : encor.
  11. — B : naiz.
  12. — B : angres.
  13. — B : mesage.
  14. — B : samblant.
  15. — B : « estre » manque.
  16. — B : clers.
  17. — B : pecheours.
  18. — B : ne cele grant clarté regarder.
  19. — B : « sont » manque.
  20. — B : houme.
  21. — B : voulenté.
  22. — B : lui.
  23. — B : ramembroit.
  24. — B : aussi.
  25. — B : certainement.
  26. — A et R : « De cel eclarté est la lumiere » manque.
  27. — A : nulle cho maniere.
  28. — B : quoy.
  29. — B : soustenir.
  30. — B : covenist.
  31. — B : resprendre.
  32. — B : du.
  33. — A : niure.
  34. — B : puet.
  35. — B : mourir.
  36. — A : proit ; B : periroit.
  37. — B : norrir.
  38. — B : l’iaue.
  39. — B : comment.
  1. * « Et ausi... latin » : Et le ciel environne un air, appelé éther en latin, qui est au-dessus de l’air terrestre (celui air).

    La leçon de la rédaction en vers est plus simple et plus claire :

    Sloan f° 90 c :

    Tot ensi li cieus avirone
    un air qui est desous cest air
    qui en latin a non ether,
    c’est a dire purs airs et nès.

  1. [F° 38 b — 39 d = Vers 1620-1697.]
  2. « Diex forma... air et net. » Sydrach Ad., 121, S 118 ; Neckam I. 3 ; De Laud. 5.
  3. « De celui... repairoit arrieres. » Neckam I. 3 ; Honorius August. Imago Mundi I. 67 et 53 (Patrologia t. 172) ; Bède. Liber vari. quaest. 9 ; St-Grégoire le Grand, Moralia l. 28 ch. 1. (V. Introd. p. 35.)


[a].
Comment li quatre element sont assis.

Cele clarté dont nous vous avons dit [1], qui air espirituel [2] a non, dont [F° 40 a] li ange prennent leur atornement, environne tout entour les ·iiii· elemenz que Diex fist et assist l’un par [3] dedenz l’autre. Ce est feus et airs et yaue et terre, de coi li uns se serre en l’autre, et li uns l’autre soustient en tele maniere que la terre se tient en mi [b]. Li feus, qui est premierement, enclot cest [4] air ou nous sommes, et cist airs enclot l’yaue après, qui entour la terre se tient. Tout ausi [5] comme l’en voit de l’œf que li aubuns [F° 40 b] enclot le moieul ; et en mi le moieul a ausi [6] comme une goute de cresse [7] qui ne

Fig. 1.
Fig. 1.


se tient de nulle part ; et la cresse, qui la se tient, n’i touche de nulle part [8] [* 1] [c].

Par tel esgart et autresi [9] est la terre assise en mi le ciel si igalment qu’autresi [10] est ele loing du ciel en haut comme en bas. Ausi [11] comme est li poinz du [12] compas, qui est mis el milieu du cercle [13], c’est [14] a dire qui el plus bas est assis. Car, de toutes fourmes qui sont faites [F° 40 c] a compas [15], est touz jourz plus bas [16] li poinz dou [17] milieu. Et ausi sont li ·iiii· element entierement assis [18] li uns en l’autre si que la terre est tout en mi, qu’autretant a touz jourz du [19] ciel desouz li comme il apart [20] [* 2] desus. Ceste figure en moustre [21] la devision ; si i prenez garde. (Fig. 1.)

  1. — B : dist.
  2. — B : esperituel.
  3. — B : « l’un par » manque.
  4. — B : cel
  5. — B : aussi.
  6. — B : aussi.
  7. — B : gresse.
  8. — B : de nulle part n’i touche.
  9. — B : autressi ; N : autresi.
  10. — B : igaument que autressi ; N : igaument qu’autresi.
  11. — B et N : aussi.
  12. — B et N : d’un.
  13. — A : clergie ; B : cercle.
  14. — B : Ce est.
  15. — B : qui a compas sont faites.
  16. — A : pas.
  17. — B et N : du.
  18. — B : element assis entierement.
  19. — B : que autretant a touz jourz communement du...
  20. — B : de « part desus » jusqu’à « Autresi iroient » [f° 41 c] manque ; N : comme il a par desus ; A, C, R : comme il apart desus.
  21. — N : mostre.
  1. * « li aubuns... touche de nulle part » : Le blanc de l’œuf enclôt le jaune. Et au milieu du jaune se trouve une goutte de graisse qui n’est fixée nulle part. Et cette goutte de graisse se tient au milieu librement sans toucher au blanc.
  2. * « apart » du verbe « aparoir » peut se justifier (cf. Suchier. Altfr. Gram. p. 23 ; Partonop. de Blois (cité par Burguy) : part (= lat. paret) v. 6380.) — De plus ce mot n’altère pas le sens de la phrase. — Il semble pourtant que la leçon de N (il a par desus) est la plus correcte : c’est celle des deux rédactions en vers.

    Sloan f ° 91 c : tous jors com il a par desus.
    Harley f° 40 c : toz jors com ele a par desus.

  1. [F° 39 d40 c = Vers 1698-1732.]
  2. « Cele clarté... en mi. » Neckam I. 16 ; Honorius Aug. o. c. I. 3.
  3. « Tout ausi comme... nulle part. » Sydrach Ad. 121, S. 118 ; Honorius Aug. o. c. I. 1 Philolsophia Mundi IV. 1 (Patrol. t. 172) ; Abailard, Hexaemeron (Patrol. t. 178, col. 735 d. 736 a) ; Gervaise de Tilbury, Otia Imper. I. 1, éd. Leibnitz (Hanover, 1707).


xi [a].
Comment [1] la terre se tient en mi le monde.

[F° 40 d] Pour ce que la terre est pesanz [2] plus que nus des autres elemenz, se tient ele plus en milieu [3] ; et ce qui est legier se tient entour lui [4] [b]. Car qui plus poise plus bas trait, et quanque poise atrait a lui [* 1]. Et pour ce nous couvient [5] il joindre a li, et tout ce qui de li est atrait.

Se tel chose peüst [6] [* 2] a-[F° 41 a]venir qu’il n’eüst riens seur terre, ne yaue, ne autre chose qui destornast [7] la voie quel part que l’en alast, l’en pourroit [8] aler environ toute la terre, ou homme [9], ou beste, sus et jus, quel part qu’il voudroit, ausi [10] comme une mouche iroit entour une pomme [11] reonde ; autresi pouroit [12] aler ·i· homme [13] par tout le monde, tant comme la terre dure, par nature tout entour [14] [c], si que quant il vendroit desouz nous [15], il li sambleroit que nous fussienz desouz lui [16], si [17] [F° 41 b] comme il feroit de lui a nous [18]. Car il tendroit ses piez devers les nostres et la teste tout droit vers le ciel, ausi comme nous [19] faisons [20] ci, et les piez devers [21] la terre. Et s’il aloit adès avant devant lui, il iroit tant qu’il revendroit au lieu dont il parti premierement. Et ainsi [22] fust que par avanture ·ii· houmes [23] se departissent li uns de l’autre, et s’en alast adès li uns [24] vers oriant, li autres vers occident [25], si qu’il alassent igaument andui, il couvendroit [F° 41 c] qu’il s’entrencontrassent desouz le lieu ou il se murent. Et puis revendroient andui au lieu dont il partirent premierement. Car lors avroit chascuns fait [26] ·i· tour entour [27] la terre par desoz [28] et par desus, ausi [29] comme entour une roe qui seroit toute coie [30] sus terre [d].

Autresi iroient il entour la terre comme cil qui adès se trairoient [31] droit vers le milieu de la terre. Car ele serre touz pois envers li. Et que plus poise et plus a-[F° 41 d]trait, et plus près se tient du milieu. Car que [32] plus chieve l’en la terre en parfont, et plus la trueve l’en pesant.

Et pour entendre ce que je vous ai devisé ci devant des aleüres des mouches [33] entour la poume [* 3], et des honmes [34] entour la terre, ainsi entierement le pouez veoir [35], et la maniere et la façon [36], par ces ·ii· figures qui ci vous sont representées, se vous avez entendement en vous. (Fig. 2 et 3.) [F° 42 a] Mès pour la chose mieulz entendre et plus clerement, pouez vous prendre ·i· autre [37] essample : Se la terre estoit parciée [38] parmi le milieu droit, si que l’en veïst parmi le [F° 42 b] ciel desouz nous, et l’en getoit une pierre dedenz ou une plomée [39] bien pesant, quant ele vendroit ou [40] milieu de la terre, ele se tendroit illuec droit que plus ne porroit avaler, neant plus qu’ele porroit monter en haut ; fors tant que par ce qu’ele [41] cherroit de si haut, li donroit son pois aucun pooir, si qu’ele cherroit plus en parfont [e]. Mais tantost revenroit [42] amont, tant qu’ele seroit arrieres el milieu de la terre. Ne jamès [43] ne se mouvroit d’iluec, [F° 42 c] car lors seroit ele igaument par tout en sus du firmament qui adès tourne et jour et nuit [44]. Et par la vertu de son tour ne peut riens aprochier [45] de lui qui soit pesanz [46]. Ainz s’en trait touz [47] jourz [48] ensus. Dont vous pouez [49] veoir

Fig. 2 et 3.
Fig. 2 et 3.
la nature et entendre par ceste figure qui ci est [50]. (Fig. 4.) [F° 42 d] Et

se la terre estoit parciée [51] en ·ii· lieus [52], dont l’un pertuis feïst trenchiée [53] en l’autre, autresi comme une croiz, et ·iiii· houmes [54] fussent tout droit as

Fig. 4.
Fig. 4.


·iiii· chiés de ces [55] ·ii· pertuis, li uns desouz et li autre desus ; si getast chascuns [56] sa pierre dedenz, quele que ele fu [57], ou grant ou petite, chascune venroit jusques [58] el milieu de la terre sanz jamais [59] remover [60] d’illuec [61], se l’en ne l’en traioit a force. Et s’en tendroient [62] tout environ l’une en l’au-[F° 43 a]tre pour prendre [63] lieu, chascune devers le milieu [64] de la terre.

Et se les pierres estoient d’un pois, si venroient [65] tout a une foiz ausi [66] tost l’une comme l’autre. Car nature n’en feroit autre chose. Et vendroit l’une vers l’autre, si comme il apert ci endroit en ceste figure ici [67]. (Fig. 5.) [F° 43 b] Et se lor [68] pois n’estoient igal du lieu la ou eles cherroient, ce [69] qui

Fig. 5.
Fig. 5.


seroit plus pesant si se tendroit plus tost vers le milieu [70] de la terre, et les autres seroient tout entour li [71], si comme ceste figure, qui ci est, demoustre [72]. (Fig. 6.) Et si i en porroit l’en tant geter [73] que les pertuis seroient tuit plain [74], [F° 43 c] aussi comme il furent devant, si comme vous [75] veez en ceste figure. (Fig. 7.) Si vous en souffise [76] atant. Si parlerons d’autre chose après.

  1. — N ; comant.
  2. — N : pesant.
  3. — N : plus bas el milieu.
  4. — N : li.
  5. — N : por ce nos covient.
  6. — A : peut ; N et C : peüst.
  7. — N : destournast.
  8. — N : porroit.
  9. — N : home.
  10. — N : aussi.
  11. — N : pome.
  12. — N : porroit.
  13. — N : home.
  14. — N : tout entour par nature.
  15. — N : nos.
  16. — N : que nos fussons desouz li.
  17. — A : « si » répété deux fois.
  18. — N : a nos de li.
  19. — N : aussi comme nos.
  20. — A : faisions ; C : faisonz ; R : faisons ; N : fesons.
  21. — A : piez de ; C : deverz ; R : devers ; N : desus.
  22. — N : Et se einsi.
  23. — N : homes.
  24. — A et N : li uns ; C : ly un.
  25. — N : ocident.
  26. — N : auroit fet chascun.
  27. — N : tout entor.
  28. — N : desouz.
  29. — N : aussi.
  30. — N : quoie.
  31. — A : traioient ; B : trairoient ; N : treroient.
  32. — B : qui.
  33. — B : mousches.
  34. — B : houmes.
  35. — B : ainssi le pouez entierement veoir.
  36. — B et N : « et la maniere et la façon » manque.
  37. — B : une autre.
  38. — B : percie.
  39. — B : plommée.
  40. — B : el.
  41. — B : que ele.
  42. — B : revendroit.
  43. — B : jamais.
  44. — B : torne et nuit et jour.
  45. — B : apreuchier.
  46. — B : pesant.
  47. — A : tot jourz.
  48. — B : jouz.
  49. — B : vous en pouez.
  50. — Il manque ici un feuillet à B. Il y a aussi une interversion de feuillets comme suit : Dans B le folio 39 d finit « qui ci est ». Le feuillet suivant (f° 40 a) commence avec « tient maintes regions », ce qui correspond au f° 49 D dans le ms. A, et finit (f° 40 c) « de son vivre pour les ma... » [= f° 50 d dans le ms. A]. F° 41 A dans le ms. B commence « terre est reonde » [= f° 43 c dans le ms. A], et finit (f° 42 c) « et si parest si granz que » [= f° 45 d dans le ms. A]. F° 43 a dans le ms. B commence « Et en la fin de ceste » [= f° 47 d dans le ms. A], et finit (f° 44 d) « nommées tient chascune » [= f ° 49 d dans le ms. A]. F° 45 A dans le ms. B commence « ...les bestes qui » [f° 50 d dans le ms. A]. « ... les » dans 45 a (ms. B) est la seconde moitié du mot « ma... » à la fin du f° 40 c (ms. B). Les folios doivent ainsi être dans l’ordre suivant : 41, 42, 43, 44, 40, 45. Mais il manque deux folios : l’un entre f° 39 et f° 41 [= dans le ms. A f° 42 d « Et se la terre... » jusqu’à 43 c « deviserons comment la... »] ; l’autre entre f° 42 et f° 43 [ = dans le ms. A f° 45 d « trestoute la terre qui est... » jusqu’à 47 c « vous veez ci desouz ».
  51. — N : perciée.
  52. — N : leus.
  53. — N : feïst tranchiée ; C : feïst trainchie ; N : feïst tranchiée ; R : fst trenchie ; A : feüst trenchiée.

    Sloan f° 92 C :

    Et s’en ·ii· lius estoit partie,
    dont ·i· pertrius feïst trenchie
    et l’autre ensi comme une crois...

    Harley f° 41 B :

    Ou s’en dous leus estoit parcie,
    dont ·i· pertus feïst tranchie
    a l’autre ausi com une croix...

  54. — N : homes.
  55. — N : des.
  56. — N : chascun.
  57. — N : fust.
  58. — N : dusques.
  59. — N : jamès.
  60. — N : removoir.
  61. — N : d’ilec.
  62. — N : se tendroient.
  63. — N : por prandre.
  64. — N : mileu.
  65. — N : vendroient.
  66. — N : aussi.
  67. — N : ci.
  68. — N : leur.
  69. — N : cele.
  70. — N : mileu.
  71. — N : tout entour li seroient.
  72. — A : demoustree ; N : si comme en ceste figure ci est demoustré ; C : vouz demoustre ; R : demoustre.
  73. — N : jeter.
  74. — N : touz plains.
  75. — N : vos.
  76. — N : vos en soufise.
  1. * « quanque... a lui » : tout ce qui pèse attire vers soi.
  2. * La forme ordinaire du ms. A est « peüst » (fos 1 c, 5 a, etc). « Peut » serait donc une forme isolée. Pour cette raison nous mettons « peüst », quoique la chûte de l’s puisse être justifiée par de nombreux exemples en angln. (Stimming, o. c, p. 226).
  3. * Poume se trouve dans A et B. La forme est répétée plusieurs fois : fos 43 d, 66 a. Elle est confirmée par de nombreux exemples. C’est une forme commune en angln. (Suchier, Altfr. G. p. 66. Stimming. o. c. p. 192). Cf. Adam de la Halle, Robin et Marion (Monmerqué et Michel, Paris, 1879) p. 102 s. v. 146 : poumes.
  1. [F° 40 c43 c = Vers 1733-1846.]
  2. « Pour ce que... entour lui. » Neckam II. 48.
  3. « ausi comme... tout entour. » Neckam II. 48 ; Honorius Aug. o. c. l. 5.
  4. « Et ainsi fust... sus terre. » Neckam II. 48. Philos. Mundi IV. 3.
  5. « Se la terre... en parfont. » Neckam I. 16 ; Vincent de Beauvais, Speculum Naturale (Douai, 1624, vol. 1) VI. 7 (v. Introd. p. 36) ; Adélard de Bath, Quaestiones Naturales. Quaest. 49 : Si perforatus foret terrae globus lapidi injecto quorsum fieret casus. (Louvain, 1480.) (V. Introd. p. 36.)


xii [a].
Quele la reondesce de la terre est.

Or oez donques après ; si vous [1] deviserons comment [2] la terre est reonde. Qui porroit tant monter en haut [F° 43 d] en l’air qu’il peüst esgarder la

Fig. 6.
Fig. 6.
Fig. 7.
Fig. 7.
terre par vaus et par plains [3], la hautesce de [4] granz montaingnes et les

granz valées parfondes et les granz ondes de mer et les granz flueves li sambleroient mains paroir envers la terre que ne feroit un cheveill d’oume desus une poume ou desus son doit. Mais ne montaingne ne valée, tant soit haute ne parfonde, ne tout [5] a la terre sa reondesce [b] : neant plus que la gale laisse a estre reonde por [F° 44 a] ses espingnons. Car il couvient que la terre soit reonde pour estre i [6] plus de genz. Si vous dirons après pour quoi [7] il couvient que li mondes soit reonz.

  1. — N : vos.
  2. — N : commant.
  3. — N : plaingnes.
  4. — B : des.
  5. — B : toult.
  6. — B : y.
  7. — B : coi.
  1. [F° 43 c44 a = vers 1847-1866.]
  2. « Qui porroit... sa reondesce. » Neckam, De Laud. 5. Honorius Aug. o. c. I, 5. Ce passage est mentionné dans l’Introduction p. 36.


xiii [a].
Pour quoi [1] Diex fist le monde reont.

Diex forma [2] tout reont le monde. Car de toutes formes [3] qui sont, tant aient manieres diverses, ne pueent estre si plenieres [4] ne tant pourprendre [5] par nature comme fait la figure qui est reonde. Car c’est la plus ample de toutes les figu-[F° 44 b]res [6] [b]. Dont vous pouez tel essample prendre : Car il n’est nus [7], tant soit sages ne soutis en oevre, ne tant i sache entendre, qu’il peüst faire, pour nulle riens, d’autretant de merrien un vaissel de fust [* 1], ou de pierre, ou de metal, qui fust ausi amples, ne qui tant tenist en nul endroit, comme feroit le [8] reonz.

Ne figure que nus feïst ne se pourrait ausi mouvoir de nulle part, n’ausi tost [9] avoir son tour en nul sens [F° 44 c] que l’en puisse entendre, que il nel couvenist [10] pourprendre autre lieu que celui devant, fors seulement que la reonde qui tout entor [11] se puet mouvoir sanz avoir autre lieu, que ele ne pouroit [12] autre avoir que le premier, ne passer une seule roie dou lieu ou ele se tient [* 2]. Dont vous en [13] pouez veoir la nature par une figure quarrée metre desus une [14] reonde. Si les faites tourner [15] andeus [16], [F° 44 d] les angles de cele qui ne seroit pas reonde prendroient divers lieus que la reonde ne quiert pas. Et ce pouez vous veoir par ces trois figures qui ci sont. Dont l’une si est reonde tout environ, et les autres ·ii· si [17] sont quarrées. (Fig. 8.) Enquore [18] y a une autre chose, que il n’a riens

Fig. 8.
Fig. 8.


[F° 45 a] desouz le ciel enclos, tant soit de faiture diverse [19], qui ja se peiïst si tost mouvoir par nature comme feroit la reonde. Et pour ce fist Diex le monde reont, qu’il se peüst miex [20] acomplir et amplir de toutes pars [21]. Car il n’i voult riens laissier vuit, et voult qu’il tournast et nuit et jour [22]. Car il couvient avoir mouvement el ciel qui tout fait mouvoir. Car touz mouvemenz viennent du ciel. Si li couvient isnelement mouvoir. Et sanz le ciel ne [F° 45 b] puet riens mouvoir qui soit. Si vous dirons ci après de son mouvement.

  1. — B : quoy.
  2. — B : fourma.
  3. — B : fourmes.
  4. — B : plaineres.
  5. — B : porprendre.
  6. — B : Car de toutes les figures c’est la plus ample.
  7. — B : nus hons.
  8. — B : li.
  9. — B : n’aussi tout.
  10. — B : convenist.
  11. — B : entour.
  12. — B : porroit.
  13. — B : « en » manque.
  14. — B : metre desouz une...
  15. — B : torner.
  16. — B : audeus.
  17. — B : « si » manque.
  18. — B : encore.
  19. — B : de diverse faiture.
  20. — B : mieulz.
  21. — B : parz.
  22. — B : tornast et jour et nuit.
  1. * « qu’il peüst... de fust » : il n’y a pas d’homme qui puisse faire, d’aucune manière, avec la même quantité de matière, un vaisseau de bois ou de pierre...
  2. * « Ne figure... tient » : Aucune figure que l’on puisse tracer ne pourrait se mouvoir ni tourner dans aucun sens que l’on puisse imaginer sans qu’elle doive prendre une position différente de sa position précédente : sauf la figure ronde qui peut faire son tour sans changer de place, et qui peut rester à sa première place sans en bouger d’une ligne.
  1. [F° 44 a45 b = Vers 1867-1918.]

    Le chapitre XIII dans le ms. Arundel contient les vers de 1867 à 1902. Le chapitre XIV commence au vers 1903. De plus, dans le ms. en vers il manque un passage qui correspond à la page 44 d de la rédaction en prose, depuis « Et ce pouez... » à « ... si sont quarrées ».

  2. « Diex forma... figures. » Sydrach Ad. 158.

xiv [a].
Des mouvemenz [1] du ciel et des ·vii· planetes. Et de la petitesce de la terre envers le ciel.

Diex donna mouvement au ciel qui si tost vait, et si apertement [2], que nus ne le porroit penser. Mais il ne le [3] vous samble pour [4] sa grandeur. Ne qu’il sambleroit a un homme, se il [5] veoit de bien loing un cheval courre par desus une grant [6] montaingne, il ne li sambleroit [F° 45 c] mie qu’il alast le pas seulement. Et que plus seroit loing de lui, mains tost li sambleroit aler.

Et li ciels si est si ensus de nous, que se une [7] pierre estoit la sus, ausi haut comme les estoiles sont, et fust la plus pesant de tout le monde, de plon ou de metal, et preïst a cheoir de tout en haut, ce est chose prouvée et seüe qu’ele ne seroit pas cheoite jusques a cent anz, tant est loing de nous [b]. Et si [F° 45 d] parest si granz [8] que trestoute [9] la terre qui est entour n’a point de grandeur envers le ciel [10], neant plus que avroit [11] le point el milieu [12] du plus grant compas ne el plus grant cercle [13] que l’en porroit faire [14] en terre. Et se uns hons [15] estoit la sus el ciel, et il regardoit [16] vers terre ça [17] jus, et la terre fust toute ardant tout entour ausi [18] comme charbons ardanz, ele li sambleroit plus petite que la mendre estoile qu’i veoit [19] el [F° 46 a] ciel de terre ça jus, et fust en montaingne ou en valée [c].

Et pour [20] ce puet l’en bien savoir que tost couvient movoir le ciel [21], a ce qu’il li couvient faire [22] ·i· tour [23] entour la terre, que de jour que de nuit [24]. Si comme l’en peut [25] apercevoir par le souleil que nous [26] veons au matin lever vers oriant et coucher [27] vers ocidant [28]. Et puis après a l’endemain le reveons au matin en oriant. Car lors a il parfait [29] ·i· tour que l’en claime [F° 46 b] jour naturel, qui contient en lui jour et nuit [d]. Ainsi [30] va et vient li soleuls que [31] ja n’avra repos. Ne ja ne finera d’aler avoec [32] le ciel, ausi [33] comme le clou qui est fichez [34] en une roe, qui tourne quant ele tournoie. Mais, pour [35] ce qu’il a mouvement contre le tour du firmament, si vous [36] dirons une autre reson : se une mousche [37] aloit entour une roe qui se tournast, si que la mousche [38] alast encontre, la roe l’enmenroit [39] a-[F° 46 c] vec lui, si que la roe avroit fait mainz tours avant que la mousche [40] eüst fait [41] ·i· tour, et qu’ele eüst alé tout entour la roe jusques au premier point [e]. Si entendez que en autele maniere va la lune et li soulaus [42] par une voie qui est commune as [43] ·vii· planetes qui sont el ciel, qui toutes [44] vont par cele voie adès [45] devers oriant, et li ciels [46] tourne [47] en ocident, si comme sa nature le mainne [48] [f]. Mès ci se fenist ceste premiere [F° 46 d] partie pour [49] deviser en la seconde la terre et la forme du firmament.

  1. — B : del mouvement.
  2. — B : qui si tost et si apertement vait.
  3. — B : « le » manque.
  4. — B : nous samble pas pour...
  5. — B : s’il.
  6. — B : une moult grant...
  7. — B : que s’une.
  8. — N : grant.
  9. — B : de « trestoute » jusqu’à « vous veez ci desouz » [f° 47 c] manque.
  10. — N : n’a envers le ciel point de grandeur.
  11. — N : qu’avroit.
  12. — N : melieu.
  13. — A : clergie ; C, N, S et R : cercle.
  14. — N : fere.
  15. — N : homs.
  16. — N : regardast.
  17. — N : « ça » manque.
  18. — N : aussi.
  19. — N : qu’il voit.
  20. — N : por.
  21. — N : le ciel mouvoir.
  22. — N : covient fere.
  23. — N : « tour » manque.
  24. — N : que de nuit que de jourz.
  25. — N : puet.
  26. — N : soulleil que nos.
  27. — « coucher » cf. note f° 14 a.
  28. — N : en oriant et couchier devers ocident.
  29. — N : parfet.
  30. — N : Einsi.
  31. — N : soulleil ; C : souleil qui (« que » cf. note f° 123 b).
  32. — N : avec.
  33. — N : aussi.
  34. — N : fichiez.
  35. — N : Més por.
  36. — N : vos.
  37. — N : mouche.
  38. — N : mouche.
  39. — N : enmanroit.
  40. — N : mouche.
  41. — N : fet.
  42. — N : le soulleil et la lune.
  43. — N : aus.
  44. — N : totes.
  45. — N : tout adès.
  46. — N : li ceus.
  47. — N : torne.
  48. — N : maine.
  49. — N : por.
  1. [F° 45 b46 d = Vers 1919-1996.]
  2. « Et li ciels... loing de nous. » Sydrach Ad. 152. S. 120.
  3. « Et se uns... ou en valée. » Neckam I. 5 (v. Introd. p. 37).
  4. « Car lors... nuit. » Sydrach S. 492 ; Neckam I. 10 ; Philosophia Mundi II. 28.
  5. « Se une mousche... premier point. » Neckam I. 9 ; Honorius Aug. I. 68 (v. Introd. p. 37).
  6. « Si entendez... mainne. » Sydrach S. 492 ; Neckam I. 9 ; Honorius Aug. I. 68.



SECONDE PARTIE
i [a].
Ci commence [1] la seconde partie. Comment [2] la terre est devisée, et quel part ele puet estre habitée [3].

Puis [4] que la terre est si petite comme nous vous [5] avons ci devisé, petit poons [6] prisier ses biens envers ceuls [7] du ciel, ne que l’en fait [8] fiens envers fin or, ne envers gemmes [9]. Car il ne valent riens en la fin. Mais pour [10] ce qu’il [F° 47 a] nous [11] est avis, ci la ou nous [12] soumes [13], qu’ele est granz [14], si la deviserons [15], si comme nous savrons, briefment [16].

Puis que vous [17] avez entendu comment [18] la terre est reonde comme une pomme [19] de toutes parz, dont il n’est pas habitée la quarte partie, que l’en sache, de nulle [20] gent du monde, et n’est habitée qu’en [21] ·i· quartier tant seulement, si comme li philosophe l’enquistrent qui i mistrent grant painne [22] et grant estuide, et pour ce la [F° 47 b] deviserons nous [23] tout environ en ·iiii· parties. Dont vous [24] pouez prendre essample, se vous [25] voulez, par une pomme [26] qui seroit partie par mi en ·iiii· quartiers tout droit de lonc et de lé par moitiez, et vous [27] en pelissiez ·i· quartier, et estendissiez [28] la peleüre, pour [29] mieulz [30] veoir et entendre la façon, en plainne [31] terre ou en vostre main toute entiere : tant [32] est de la terre habitée. Dont l’une moitiez [33] est clamée oriant et l’autre ocident. Et la lin[F° 47 c]gne qui les depart andeus est clamée la droite lingne de midi. Et ce pouez [34] [* 1] vous prouver par ces trois ·iii· figures que vous [35] veez ci desouz. (Fig. 9, 10 et 11.) [F° 47 d] Et en la fin de ceste lingne [36], si

Fig. 11.
Fig. 11.


comme ele vait a lingne [37] droitement, poons veoir une cité qui a non [38] Aaron [39] [b]. Ele siet el milieu du monde, et fu toute reonde faite. La fu trouvée astronomie [40] premierement par grant maistrie [41] [* 2] et par grant

Fig. 9 et 10.
Fig. 9 et 10.
sens. Cil lieus est diz li droiz midis [42], car il est assis en [43] mi-[F° 48 a]lieu

du monde. Li autres chiés de cele lingne qui se lingne [44] devers senestre est apelez septentrion, et prent [45] son non des ·vii· estoiles [c], et tourne vers l’autre montaingne qui mainne les mariniers par la mer [d]. En l’autre lingne qui est en [46] milieu que midis tranche par mi, en la fin devers oriant, si

Fig. 12.
Fig. 12.


comme dient li aucteur, est paradis terrestre, ou Adans fu jadis faiz et criez. Cil lieus est apelez [47] oriant, car de la nous naist li soulaus qui [F° 48 b] nous rent le jour environ le monde [e]. Et li autres chiés a non ocident [48] ; car li jours y faut et oscurcist quant li soulaus gist cele part. Ainsi et [49] par ceste raison ont non [50] les ·iiii· parties du monde. Li premiers contient oriant ; li secons, ocident [51] ; li tierz, midis ; et li quarz, septentrion. Et vous pouez entendre ce que l’en vous ensaingne par ceste figure ci qui [52] le vous moustre. (Fig. 12.) [F° 48 c] Ces ·iiii· lieus que je vous devise, qui sont assis en ·i· quartier de toute la terre du monde, si doivent avoir reonde fourme, car raisons et nature donne que toz [53] li mondes soit reonz. Et pour ce entendez de cest quartier ausi comme se il fust touz arreondiz.

Or faisons donques [F° 48 d] de cest quartier un cercle qui soit touz reonz et touz entiers [54], et le metons en mi cele lingne [55] qui ensaingne [56] oriant et ocidant [57], pour metre les parties a droit que ceste figure vous [58] ensaingne ci après [59], si [60] comme vous pouez veoir apartement sanz nulle defaillance qui puist estre [61]. (Fig. 13.) Après soit chascune [F° 49 a] partie

Fig. 13.
Fig. 13.


tournée vers son non en terre, dont chascune sera la quarte partie. Si en soit ceste figure ensaingnement et [62] demoustrance [63] certainne et [64] veraie [65] : (Fig. 14.)

Trestouz li lieus qui est habitez el monde est [66] devisez en ·iii· [67] parties. Et pour ce couvient il par ceste raison une autre devision fere [68]. Dont la [F° 49 b] partie qui est vers [69] oriant soit Aise la Grant apelée. Et est dite Aise d’une royne [70] qui fu dame de cele region, qui ot a non Aise. Et

Fig. 14.
Fig. 14.
Fig. 15.
Fig. 15.
autretant tient celui lieu d’espace comme font les autres ·ii· [71]. Et pour ce est

ele apelée Aise [72] la Grant. Et dure dès septemtrion jusques a midi [73] [f], si comme ceste figure le [74] vous moutre [75] ici [76] : (Fig. 15.) [F° 49 c] L’autre partie si est Europe. Et prist son non d’un roi [77] qui ot a non Europes qui fu sires de la terre. Et pour ce fu ele ainsi apelée. Et dure d’ocident [78] jusques en septentrion [g]. Et [79] marchist environ Aise la Grant. L’autre

Fig. 16.
Fig. 16.

partie si est Aufrique qui s’estent dès midi jusques en ocident [80]. Et est Aufrique nommée [81] d’enfer. Et vaut a [82] autant a dire comme aportée [h].

Ainsi est la terre devisée [83] en ·iii· parties. Dont ceste figure est devise-[F° 49 d]ment sanz nulle doute (Fig. 16.)

De ces trois parties du monde qui sont nommées tient chascune maintes régions et maintes contrées dont nous dirons [84] auques les nons et les nons des bestes qui sont plus communes el pays. Et en dirons les fourmes [85] d’aucunes, de celes qui sont plus veues d’ou-[F° 50 a]mes. Et dirons communement des genz du pays, et des bestes et des poissons ; si comme nous devise li livres dont est prise ceste mapemonde.

  1. — N : commance.
  2. — N : comant.
  3. — N : ele est habitée.
  4. — N : « P » manque.
  5. — N : vos.
  6. — N : povons.
  7. — N : ceus.
  8. — N : fet.
  9. — N : envers gemmes ne envers fin or.
  10. — N : Mès por.
  11. — N : nos.
  12. — N : nos.
  13. — N : sommes.
  14. — N : grant.
  15. — A : diverserons ; N, S et C : deviserons.
  16. — N : briément.
  17. — N : vos.
  18. — N : commant.
  19. — N : pome.
  20. — N : nule.
  21. — N : que en.
  22. — N : paine.
  23. — N : nos.
  24. — N : vos.
  25. — N : prandre essemple se vos.
  26. — N : pome.
  27. — N : vos.
  28. — N : estandissiez.
  29. — N : por.
  30. — N : mieuz,
  31. — N : plaine.
  32. — R et Caxton : Le passage depuis « tant est... » jusqu’à « ... ci desouz » manque.
  33. — N : moit.
  34. — N, C et S : pouez ; A : et ce pouz vous.
  35. — N : vos.
  36. — B : ligne.
  37. — B : ligne.
  38. — B : qui a a non.
  39. — Arundel : Arim.
  40. — B : fu astronomie trouvée.
  41. — A : maistre ; B, C : maistrie.
  42. — B : miedis.
  43. — B : el.
  44. — B : « qui se lingne » manque.
  45. — B : septemtrion. Qui prent...
  46. — B : el.
  47. — B : clamez.
  48. — B : occident.
  49. — B : « et » manque.
  50. — B : ont a non.
  51. — B : occident.
  52. — B : figure et qui...
  53. — B : tout.
  54. — B : touz entiers et touz reonz.
  55. — B : ligne.
  56. — B et N : qui saingne.
  57. — B : occident.
  58. — B : figure ci vous...
  59. — N : de « ci après... » jusqu’à « ... puist estre » manque.
  60. — B : de « si... » jusqu’à « veoir » manque.
  61. — B : « qui puist estre » manque.
  62. — N : de « et demoustrance... » jusqu’à « ... veraie » manque.
  63. — B : demonstrance.
  64. — B : « certainne et » manque.
  65. — B : vraie.
  66. — B : qui sont el monde habitez si est.
  67. — A et R : ·iiii· (cf. f° 49 c) ; Caxton, S. : ·iii· ; N : quatre.
  68. — B : faire.
  69. — B : devers.
  70. — B : roine.
  71. — B : deus.
  72. — B : apelée certainement Aise.
  73. — B : jusques au lieu du midi.
  74. — B : figure ça le...
  75. — B : moustre.
  76. — B : « ici » manque.
  77. — B : roy.
  78. — B : occident.
  79. — B : Et si.
  80. — B : occident.
  81. — B : nommé.
  82. — B : « a » manque.
  83. — B : est devisée la terre.
  84. — B : deviserons.
  85. — B : nons.
  1. * « pouz » : cette forme est isolée dans le ms. A. Nous ne pouvons la confirmer par des exemples pris d’autres textes. Nous rétablissons donc l’« e ».
  2. * Le changement de -ie en -e est angln. (Suchier. Altfr. G. p. 47, Stimming. o. c, p. 201.) Toutefois « maistre » pour « maistrie » n’est pas confirmé, et est isolé dans le ms. A. Nous mettons « maistrie ».
  1. [F° 46 d50 a = Vers 1997-2125.]
  2. « poons veoir... Aaron. » Ce passage est mentionné dans l’Introduction, p. 37-38.
  3. « Li autres... estoiles. » Isidore, Etym. XIII. 11. 11, XIII. 1. 6 (Patrol. t. 81-84). (V. Introd. p. 38.)
  4. « tourne... mer. » (V. Introd. p. 38.)
  5. « En l’autre... le monde. » Genèse II. 8 ; Isidore, Etym. XIII. 1. 4.
  6. « Et est dite... a midi. » Isidore, Etym. XIV. 3. 1. ; Honorius Aug. I. 8.
  7. « Et prist... septentrion. » Isidore, Etym. XIV. 4. 1 ; Honorius Aug. I. 22.
  8. « L’autre partie... aportée. » Isidore, Etym. XIV. 5. 2 ; Vincent de Beauvais, Speculum Hist. I. 76 ; Honorius Aug. I. 32 (v. Introd. p. 38).


ii a [a].
De paradis terrestre et des ·iiii· fluns qui en issent.

La primere [1] region d’Aise la Grant si est paradis terrestre. C’est uns lieus qui est plains d’aise et de joie et de soulaz, si que nus qui laienz soit ne puet envieillir [2] ne mal avoir en nulle maniere du monde [b]. Laienz est li arbres [F° 50 b] de vie. Et qui en avroit mengié du fruit, il ne morroit jamais nul jour [c]. Mais nus hons n’i porroit aler se Diex ou anges ne l’i menoit. Car il est touz clous de feu ardant tout entor [3], qui vait flambant jusques as nues [d].

Laienz sourt une fontainne qui est devisée en ·iiii· fluns. Dont li uns des fluns a non Phisons ou Ganges [4], et est ainsi apelez, et s’encourt par Inde [5] et loing et près [e]. Et sourt du mont qui est apelez Ortobares, qui siet devers oriant [F° 50 c] et chiet en la mer d’ocident [f].

Li autres fluns si a non Gyon [6], ou Nilus ; rentre en terre par un petit pertuis, et s’en court par dedenz la terre, et tant qu’il resourt en la longue mer qui environne toute Ethyope ; si qu’il se donne en ·vii· parties et vait courant par Egypte, tant qu’il rechiet [7] en la grant mer [g].

Tygris et Eufrates, les autres ·ii· fluns, sourdent [8] en Hermenie près d’une grant montaingne environ [9], qui a non mont Parthoacus. Et [F° 50 d] vont ces deus fluns par maintes granz contrées jusques a tant qu’il encontreencont la mer moienne ou il se fierent, si comme leur natures le requirent [10] [h].
De ça paradis terrestre tout environ a moult de divers lieus sanz nul retour. Car nus hons n’i pourroit [11] habiter ne trover [12] point de son vivre, por [13] les males bestes qui la sont fieres et cruieuses et des maintes guises [14]. La sont li jaiant et li chenillieu [15] qui deveu-[F° 51 a]rent tout et menjuent ausi comme font leu et mainte autre male beste sauvage [16] [i].

  1. — B : premiere.
  2. — B : enviellir.
  3. — B : entour.
  4. — B : Ougages ; C : Onagagez ; R et Caxton : Ungages ; S : Phisons ; Additional : Phisons ou Ganges ; A : Ongages ; N : Onganges.
  5. — B : Ynde.
  6. — S : Jehans ; Addit. : Jehans ; R : Gron ; N : Gyon.
  7. — B : chiet.
  8. — B : resourdent.
  9. — B : « environ » manque.
  10. — B : requierent.
  11. — B : porroit.
  12. — B : trouver.
  13. — B. pour.
  14. — B : cruieuses de maintes manieres et de maintes guises.
  15. — B : chevillieu ; B : chevelluz.
  16. — B : autre fiere beste et male, sauvage et cruel.
  1. [F° 50 a — 51 a = Vers 2126-2169.]
  2. « La primere region... du monde. » Genèse III ; Isidore, Etym. XIV. 3. 2 ; Honorius Aug. I. 9.
  3. « Laienz... nul jour. » Genèse II. 9 ; Isidore, Etym. XIV. 3. 2 ; Honorius Aug. I. 9.
  4. « Mais nus hons... as nues. » Genèse III. 24 ; Isidore, Etym. XIV. 3. 2 ; Honorius Aug. I. 8.
  5. « Laienz sourt... et près. » Genèse II. 10, II. 13 ; Isidore, Etym. XIV, 3. 3, Etym. XIII. 21. 8 ; Neckam II. 2 ; Honorius Aug. I. 9, I. 10.
  6. « Et sourt... d’ocident. » Orosius Histor. I. 2 (Mons Oscobares) (Patrol. t. 31) ; Honorius Aug. I. 10. V. Introduction p. 39.
  7. « Li autres fluns... grant mer. » Genèse IL 13 ; Neckam II. 2 ; Honorius Aug. I. 10 ; Solin 32 (éd. Biponti, 1794) ; Isidore Etym. XIII. 21. 7. V. Introduction p. 39.
  8. « Tygris... requirent. » Solin 37 ; Orosius, Histor. I. 2 (Parchoatras) ; Isidore, Etym. XIII. 21. 10. Honorius Aug. I. 10. V. Introduction p 39.
  9. « Car nus hons... sauvage. » Honorius Aug. I. 10.


ii b [a].
D’Ynde et de ses choses.

Après vient la contrée d’Ynde qui prent son non d’une yaue qui a non Ynde qui sourt devers septemtrion [1]. Ceste est close [2] tout entour de la grant mer qui l’avironne [b].

En Ynde siet une ille qui a a non Probane [c], ou il a ·x· citez et maintes autres viles, ou il a chascun an ·ii· estez et ·ii· yvers, et sont si a-[F° 51 b] trempez [3] que il y a touz jourz [4] verdure [d]. Et a toz [5] jourz es arbres et fueilles [6] et fruit et fleurs ; et est plenteureuse d’or et d’argent, et moult eureuse d’autres choses.

La sont les granz montaingnes [7] d’or et de pierres precieuses et d’autres tresors assez [8]. Mais nus hons n’i ose aprouchier pour les dragons et pour les gripons [9] sauvages qui ont cors de lyons volanz, qui emporte [10] bien ·i· homme tout armé a tout son cheval quant il le peut [11] [F° 51 c] atraper [e].
Si y a mainz [12] autres lieus si douz et si delitables et si esperituels que, se [13] uns hons estoit dedenz, il diroit que ce seroit paradis [14].

  1. — B : septentrion.
  2. — B : clouse.
  3. — B : atemprez.
  4. — B : jours.
  5. — B : et a touz.
  6. — B : jours as arbres et fuilles...
  7. — B : les très granz montaignes.
  8. — B : d’assez.
  9. — B : grifons.
  10. — B : enporte.
  11. — B : puent.
  12. — B : mains.
  13. — B : ce.
  14. — B : uns paradis.
  1. [F° 51 a51 c = Vers 2170-2195.]
  2. « Après vient... l’avironne. » Isidore, Etym. XIV. 3. 5 ; Neckam, De Laud. III. 1021 ; Honorius Aug. I. 11.
  3. « En Ynde... Probane. » Orosius, Histor. I. 2 ; Honorius Aug. I. 11.
  4. « ou il a... verdure. » Isidore, Etym. XIV. 6. 12 ; Honorius Aug. I. 11.
  5. « La sont... atraper. » Gervaise de Tilbury, Otia Imper. II. 3 ; Isidore, Etym. XIV. 3. 9 ; Honorius Aug. I. 11.

ii c [a].
Des diversitez [1] d’Ynde.

En Ynde si a une moult grant montaingne que l’en apele mont [2] Capien, et est une grant region. Illec [3] sont une gent sanz bien et sanz savoir que Alixandres encloust [4] la dedenz. Et sont la gent Goz et Magoz [5] qui menjuent char toute crue d’ommes et de bestes comme gent [F° 51 d] mescreues [b].

Ceste Ynde dont nous vous [6] parlons si [7] tient [8] ·xiiii· [9] regions ; et en chascune de ces regions a moult de gent [10].

Si y a si granz bois et si hauz qu’il aviennent [11] jusques as nues. Et la sont unes genz qui sont cornuz et n’ont que ·ii· coutes de grant, et s’en vont ensamble par granz [12] compaingnies, et se combatent souventes foiz contre les grues qui les assaillent [13]. Mais dedenz ·vii· anz enveillissent [14] et s’en vont de vie a mort. [F° 52 a] Cele gent ont a non Pygmain et sont ausi petit [15] comme nains [c].

Vers cel pays de la croist li poivres touz blans. Mais la vermine i est si grant [16] que, quant l’en le veult oster et cueillir, il i couvient bouter le feu pour oster la vermine. Et quant il est ainsi [17] brullé, si le trueve l’en tout noir et tout crespé [d].

Autres genz y ra que l’en apele Groing et Bragman, qui sont plus biaus que ceuls que nous avons nommez, qui pour [F° 52 b] garantir [18] la vie d’autrui se metent mourir [19] en ·i· feu ardant [e].

Si i ra enquore une autre maniere de gent que, quant leur peres et leur meres et leur autres parenz, que, quant il sont vieill et il sont près de mourir, il les tuent et sacrefient soit a tort ou a droit, et en menjuent la char [f].

Et tiennent a chaitis et a eschars touz ceuls qui ce ne font des [20] leur parenz. Car il le tiennent a grant honneur et a largesce et a grant bien. Et pour ce le fait chas-[F° 52 c]cuns du sien [21] parent.

Vers oriant ra une autre maniere [22] [* 1] de gent qui aorent le souleill tant seulement [23], et le tiennent a dieu pour les granz [24] biens qui viennent par lui, et pour ce [25] qu’il ne voient au monde nule [26] si bele [27] chose ; et pour ce le [28] croient comme dieu [g].

Autres genz y a qui sont touz veluz, qui menjuent touz cruz les poissons et boivent la mer salée [h].

Si ra devers celé contrée meïsmes unes genz qui sont moitié [F° 52 d] bestes et moitié houmes [i], et autres genz qui ont ·viii· doiz en ·i· pié [j].

Si i ra moult d’autres bestes orribles qui ont cors d’oume [29], et ont teste [30] de chien, et ont si granz [31] ongles qu’il arrestent quanqu’il tiennent. Et se vestent de piaus de bestes. Et ont autele voiz comme abaiement de chiens [32] [k].

Si i resont li cyclopien qui passent le vent de courre, et n’ont seulement que -i- pié dont la plante est si longue et si large qu’il s’en aombrist et cuevre [33] [F° 53 a] autresi [34] comme d’une targe, pour le chaut, quant il vient sur lui [l].

Une autre maniere de gent i ra qui n’ont que .i. œill, et l’ont en mi le front si vermeill et si cler que ce samble feu ardant [m].

Si i ra une autre maniere [35] de gent qui ont le vis et la bouche en mi le piz [36], et ont ·i· œill en chascune espaule ; et leur avale le nés aval [37] en la [38] bouche ; et ont soies desus le musel ausi comme pourciaus [39] [n].

Si ra vers le flueve de Ganges une [F° 53 b] gent estranges et courtoise [40] qui ont droite figure d’oume, qui de l’odeur [41] d’une pomme se vivent tant seulement. Et se il [42] vont loing en aucun lieu, la pomme leur a tel mestier que, s’il sentoient aucune mauvaise puor [43] sanz la poume [44], il mourroient [45] tantost [o].

  1. — B : diversetez.
  2. — B : montaingne qui a non mont...
  3. — B : illuec.
  4. — B : enclot.
  5. — A : Margoz ; C et S : Magoz.
  6. — B : « vous » manque.
  7. — B : « si » manque.
  8. — B : contient.
  9. — A, B, C et N. Aussi R et Caxton : ·xiiii· ; Addit. ·xxiii· ; S : ·xxiiii· ; Arun del : ·xiiii· (cf. f° 60 a). V. Introduction p. 39.
  10. — B : genz.
  11. — B : aviengnent.
  12. — B : grans.
  13. — B : assallent.
  14. — B : envieillissent.
  15. — B : petiz.
  16. — B : grans.
  17. — B : ainssi.
  18. — B : « garantir » manque.
  19. — B : morir.
  20. — B : de.
  21. — B : chascun de son.
  22. — B : maniere ; A : maniēre.
  23. — B : qui aorent tant seulement le soulleil.
  24. — B : grans.
  25. — B : « ce » manque.
  26. — B : nulle.
  27. — B : belle.
  28. — A : pour ce qui (mot barré) le... ; B : et pour ce le...
  29. — B : d’omme.
  30. — B : testes.
  31. — B : grans.
  32. — B : d’un chien.
  33. — A : cruevre : forme isolée et pas confirmée par d’autres textes. Cf. f° 31 a n.
  34. — B : autressi.
  35. — B : manire.
  36. — B : pis.
  37. — B : « aval » manque.
  38. — B : en mi la...
  39. — B : porciaus.
  40. — B : cortoise.
  41. — B : l’oudeur.
  42. — B : s’il.
  43. — A : puer ; B : puor ; G : pueur.
  44. — B : pomme.
  45. — B : morroient.
  1. * L’abréviation est sans doute une erreur ici : « manienre » n’est pas confirmé et est isolé dans A.
  1. [F° 51 c53 b = Vers 2196-2276.]
  2. « En Ynde... mescreue. » Pseudo-Callisthène. V. Alexander the Great (ed. Budge, Cambridge, 1889) p. 150, 151 ; Gervaise de Tilbury, Otia Imper. II. 3 ; Honorius Aug. I. 11. V. Introduction p. 39.
  3. « Si y a... nains. » Homère, Illiade III. 3 ; Strabon XV. 1. 57 ; Solin 52 et 10 ; Gervaise de Tilbury, Otia I. II. 3, p. 911. — Honorius Aug. I. 11.
  4. « Vers cel pays... crespé. » Solin 52 ; Isidore XVII. 8. 8 ; Honorius Aug. I. 11 ; Gervaise de Tilbury, Otia I. II. 3, p. 911.
  5. « Autres genz... ardant. » Solin 52 ; Gervaise de Tilbury, Otia Imp. II. 3, p. 911. Sydrach S. 77 ; Honorius A. I. 11.
  6. « Si i ra... la char. » Solin 52 ; Gervaise de Tilbury II. 3, p. 911 ; Honorius Aug. I. 11.
  7. « Vers oriant... dieu. » Isidore Etym. XIV. 3. 12. Sydrach S, 11.
  8. « autres genz... salée. » Lettre d’Alexandre à Aristote ; Solin 52 ; Gervaise de Tilbury II. 3 p. 912 ; Honorius A. I. 11.
  9. « Si ra... houmes. » Saint Jérôme, Vie de saint Paul ; Honorius Aug. I. 12. V. Introduction p. 39.
  10. « et autres genz... pié. » Solin 52 et Honorius Aug. I. 12.
  11. « Si i ra... chiens. » Solin 30, 52 ; Isidore, Etym. XI. 3, 15 ; Gervaise de Tilbury II. 3 p. 912 ; Honorius Aug. I. 12.
  12. « Si i resont... sur lui. » Solin 52 ; Isidore, Etym. XI. 3, 25 ; Honorius Aug. I. 12. V. Introduction p. 40.
  13. « Une autre maniere... ardant. » Isidore XI. 3. 16, XIV. 6. 33 ; Honorius Aug. I. 12 ; Sydrach S. 11.
  14. « Si i ra une autre... pourciaus. » Solin 31, 52 ; Isidore, Etym. XI. 3. 9 ; Honorius Aug. I. 12.
  15. « Si ra vers... tantost. » Solin 52 ; Honorius Aug. I. 12 ; Jacques de Vitry, Hist. Hier. (Douai. 1597) c. 92.


ii d [a].
Des serpenz et des bestes d’Ynde.

En Ynde a serpenz [1] qui sont de [2] tel force qu’il deveurent et prennent a force les cers et les dains [b].

Si i ra enquore une autre [F° 53 c] beste que l’en apele centicore, qui a cornes de cerf en mi le vis, et a le [3] piz et les cuisses [4] de lyon ; et a granz oreilles et piez de cheval et a bouche reonde, et a le musel ausi comme le chief d’un tuel [c], et a les ieulz bien près l’un de l’autre [d], et a la voiz bien près ausi comme ·i· homme [5] [e].

Une autre beste i ra moult fiere, qui a cors de cheval et teste de sanglier [6]. Et a keue d’[7] olifant, et a ·ii· cornes qui sont d’un coute de grant, [F° 53 d] dont il met l’une desus son dos en demantres [8] qu’il se combat de l’autre. Il est noirs et est moult orrible beste, et est moult penible en eaue [9] et en terre [f].

Si i resont toriaus qui sont touz blans et ont grosse teste, et ont la bouche si large que la fendeüre dure de l’une oreille [10] jusques a l’autre. Et a cornes qu’il remue si entour lui [11], que nus ne le puet dompter [g].

Une autre maniere de bestes ra en Ynde que l’en apele manthicora ; si a vis d’oume, et a [F° 54 a] ·iii· ordenées [12] de denz en [13] la bouche. Si a ieulz de chievre et cors de lyon [h], et a keue de scorpyon [14], et a voiz de serpent qui par son douz chant atrait la gent et deveure [i]. Et est plus isnele d’aler que n’est uns oisiaus [15] de voler.

Si i ra bues qui ront [16] les piez touz reonz. Et ont en [17] milieu du front ·iii· cornes [j].

Si i ra une autre beste de moult biau cors qui est apelée monotheros [18], qui a cors de cheval et piez d’olifant [19], teste de cerf et voiz clere et haute, [F° 54 b] et grant keue, autele comme truies [20] les ont. Et a une corne en mi le front qui a ·iiii· piez de longueur [21], droite et ague autresi comme ·i· espié, et tranchant [22] comme raseoir. Et quanqu’ele ataint par devant, deront tout et tranche [23] par mi [k].

Et vous di par verité que, se est [24] prise par nul enging, si se laisse mourir [25] par desdaing [l].

Mais ele ne peut [26] estre prise [27], fors que par une pucele virge que l’en li met en son devant par la [28] ou ele doit passer, qui [F° 54 c] soit bien et cointement parée. Lors s’en vient la beste vers la pucele moult simplement, si [29] s’endort en son gyron. Et lors la prent l’en en dormant [m].

En Ynde ra unes autres bestes granz et fieres qui ont couleur ynde, et ont cleres taches parmi le cors. Si sont si forz [30] et si males que nus nes [31] ose aprochier [32]. Et les apele l’en en cest pays tygres [n]. Et courent de si grant [33] randon que, quant li veneeur [34] i vont pour prendre [F° 54 d] autres bestes qui i sont, il n’eschaperoient jamais [35] de illuec, se il ne getoient par la voie, la ou il vont, mireoirs [36] de voirre. Et quant il voient leur ymages, si cuident que ce soient leur faons. Si vont tout entour, et tant, qu’il brisent les mireoirs [37] as piez, tant vont entour. Lors ne truevent riens illec [38]. Et ainsi s’en eschapent ceuls [39] qui la sont. Et aucunes [40] foiz est avenu de ces bestes que eles pensent tant a [F° 55 a] leur figures remirer, et en sont aucunes foiz si esprises que l’en les porroit bien prendre toutes vives [o].

Si i ra enquore [41] unes [42] autres bestes que l’en apele castoires ; si ont tele nature en eles [43] que, quant l’en les chace pour prendre, si se chastrent as denz de leur genetaires et les laissent [44] cheoir a terre [p]. Car il sevent [45] bien que l’en ne les [46] chace pour autre chose.

Si i ra une petite beste ausi [47] comme une souriz ; et a une petite bouche ; et est nom-[F° 55 b]mée musqualiet [q].

Cele part sont les arbres ses qui parlerent a Alixandre [r].

Une autre beste y a, que l’en apele salemandre, qui se paist de feu et norrist. Et cele salemandre porte une lainne dont l’en fait dras et ceintures [48] qui ne pueent [49] [* 1] ardoir en feu [s].

Si i ra unes souriz qui sont ausi granz comme chaz et ausi couranz. Devers oriant sont les lyons [50] qui ont plus de force el piz devant et en touz les membres qu’autres bestes [F° 55 c] n’ont. Si viennent paistre [51] au tierz jour que il ont faonné [52] leur faons, ausi comme s’il estoient resuscitez [53] de mort. Et quant il dorment, il tiennent les ieulz ouverz [54] ; et quant li veneeur les chacent, il [55] cuevrent la trace de leur piez a leur [56] keue. Il ne greveront ja home s’il ne sont courrouciez ; et qui que les assaille, il se desfandent [57] [t]. Quant cil qui les [58] garde bat ·i· chien devant euls, si le criement et [F° 55 d] doutent et le connoissent [59] bien [u]. Et la lyonnesse a, la premiere année, ·v· faons. Et puis ·i· mains chascun an ; jusques a sa [60] fin vait sa porture [61] declinant [v].

Une autre beste y a qui est petite ; et si est si cruieuse que nule [62] beste n’est seüre devant li [63] ; et a tele nature que li lyons la doute et fuit ; car ele l’ocit [64] souventes foiz [w].

Une autre beste converse et repaire cele part, qui est de diverses coleurs [65] par taches blanches et noires et verz [66] [F° 56 a] et yndes et jaunes, ausi comme s’ele feust [67] painte. Et est cointe et gente ; et est apelée panthere [x]. Et naist si grant douceur de se bouche quant ele alaine [68], que les bestes vont après li pour la douceur qui ist de son cors, fors le serpent a cui cele douceur grieve si qu’il en meurt sovent [y] [69]. Et quant cele beste est [70] aucune foiz saoulée de sa venoison qu’ele a trouvée, si se dort [71] ·iii· jours touz entiers. Et quant ele s’esveille, [F° 56 b] si [72] rent une odeur si [73] douce, qui ist de sa bouche hors, que les bestes y courent [74] tantost comme il la sentent [z].

Cele beste n’a c’une foiz [75] faons. Et quant ele doit faonner, si a tele destrece [76] et tele angoisse qu’ele ront et despiece ses marriz [77] as ongles, tant que les faons en sont hors. Mais jamais [78] n’avront plus de faons quant eles sont ainsi [79] descirées [aa].

Si y a une maniere de jumanz qui conçoivent du vent, et sont en une contrée qui a [F° 56 c] non Capadoce. Mais il [80] [* 2] ne durent que ·iii· anz [ab].

Cele part sont li olyfant, unes bestes qui sont granz et forz [81] et conbatanz. Et quant [82] l’en leur moustre le sanc devant euls, si en sont plus courageus et plus forz et s’enbatent [83] en touz lieus et en toutes batailles [ac]. Seur ces olyfanz se souloient [84] combatre les genz d’Ynde et de [85] Perse. Car ·i· [86] porte bien une grant tour de fust, plainne de gent armée, quant ele est bien fermée desus son dos [ad]. Si ont ·i· [F° 56 d] bouel par devant, grant et large, dont il menjuent [87]. Et en prennent bien ·i· houme et deveurent en poi d’eure [ae].

Les genz Alixandre qui fu rois et bons clers de grant maniere, qui s’en ala par maintes terres [88] pour enquerre et pour cerchier [89] les aventures, plus qu’il ne [90] faisoit pour conquerre, quant il se dut combatre a ceuls qui les olyfanz avoient duiz et apris de combatre en plainne terre, si fist faire vaissiaus d’arain [F° 57 a] en fourme d’oumes [91], et les fist emplir de feu ardant ; et les metoient [92] devant euls pour combatre vers [93] cele gent qui estoient seur les olyfanz [94]. Et quant li olyfant getoient leur boiaus dont il tuoient la gent, si s’ardoient touz les boiaus ; tant qu’il les en orent si duiz, qu’il n’osoient aprouchier les houmes pour [95] la samblance de leur façon. Car il cuidoient qu’il fussent ausi chaut comme cil [96] estoient qui [F° 57 b] plain estoient de feu [97]. Et ainsi eschiva cel perill Alixandres, qui fu moult sages, et conquist cele sauvage gent, et donta [98] si les olyfanz [99] qu’il n’osoient faire mal as houmes [af].

Olyfant vont moult simplement et moult acordéement [100] ensamble. Et, quant il s’entrencontrent, il baissent les chiés les uns contre les autres, ausi comme s’il [101] s’entresaluassent [ag].

Il sont de moult froide nature ; dont il avient que, quant l’en met sus la dent de l’-[F° 57 c]yvoire [102] ·i· drap linge et charbons ardanz desus, que li drap linge n’art pas ; ainz estaint li charbons [103] tantost comme l’en le met desus, por [104] la froidure qui est en lui [ah].

Il n’ont faons c’une foiz en lonc tans, et les portent [105] ·ii· anz en leur ventre. Et vit ·iii· cenz anz [ai].

Il doute la souriz et la coulevre et toute [106] vermine. Se la couluevre [107] s’aert a lui [108], si l’abat et l’ocit [109]. Ele repont ses faons es illes ou il n’a boz ne couluevres, et fa-[F° 57 d]onne adès dedenz yaue. Car s’il chaoient près de terre, jamais ne se releveroient. Car leur os sont touz entiers et roides sanz jointes [110] dès le ventre jusques as piez [aj].

Quant il dort [111] si est apuiez a ·i· arbre, et dort en estant. Et li veneeur [112], qui vont cerchant les arbres a coi [113] il s’apuie quant il dort, si le trenchent et sient [114] par desouz, si [115] qu’il ne chiet pas. Et quant li olyfanz [116], qui riens n’en set, se veult dormir, s’a-[F° 58 a]puie [117] a l’arbre qui est encisez [118], si chiet jus et ne se puet sus relever. Lors brait et crie et pleure et gemit [119] ; tant qu’aucunes [120] foiz viennent autres olyfanz [121] seur lui pour lui aidier. Et quant il ne le [122] pueent [123] redrecier, si braient et crient et font grant duel. Et li petit qui [124] vont entour si le soulievent a leur pooir. Et aucunes [125] foiz avient qu’il le lievent. Mais quant il ne le pueent relever, si s’en vont gemissant [126] et fai-[F° 58 b]sant leur duel, et le laissent. Et ceuls [127] qui sont repouz [128] près d’illuec saillent avant et les prennent par leur esforz [129] et par leur engins qu’il [130] ont. Et ainsi prent l’en les olyfanz [ak].

Dedenz le flun d’Ynde qui a non Ganges vont les anguiles a granz rangiées [131], qui ont bien ·iii· ·c· piez de lonc ; et les menjue l’en bien, au [132] besoing [al].

Mainte autre beste perilleuse et hideuse [133] a en Ynde : dragons, serpenz [134] et autres diver-[F° 58 c]ses bestes qui ont piez et testes et [135] keues.

Illuec sont li basilique qui ont venimeus [136] regart ; et ocient les genz et les oisiaus et les bestes seulement de leur regart [am]. Il a teste de coc et cors de serpant [137] [an]. Nulle autre beste ne se prant [138] a lui. Il est rois de touz autres serpanz, ausi [139] comme est li lyons seur les autres [140] bestes. Il est blanc roié ça et la ; jamais n’avra herbe ne fruit en la terre par [141] ou il passera. Neïs li arbre [142] en perissent tuit qui i sont plantez [143]. Se [F° 58 d] il a mors beste [144] ou autre chose, jamais autre beste n’en osera aprouchier [ao].

Si ra en cele region maismes [145] [* 3] une autre maniere de serpanz [146] qui ont cornes de mouton [ap] ; une autre en y a qui a non aspis, qui ne puet estre pris ne enchantez, se n’est par douz chant ; car il en ot trop volentiers le son. Mais quant il ot le chant premierement, si boute sa keue en ses oreilles, qu’il ne l’oie [147], et se [F° 59 a] trait ensus du chant pour ce qu’il ne [148] soit deceüz [aq].

Autres serpanz y a qui ont non tygris, que l’en prent touz vis a force d’engins. Et de ceuls fait l’en le triacle qui desfait et oste autre venin [ar].

Si ra [149] une maniere de vers qui ont ·ii· bras [150] si lons et si divers que il abatent les olifanz [151] et tuent [as]. Cil serpenz [152] vit moult longuement. Et quant il est vieill et il se sent floibe [153] [* 4], si se confont per geunner [154], et se laisse a-[F° 59 b]famer [155] si durement que pou li remaint de son cors. Et puis se met parmi ·i· pertuis d’aucune pierre hors [156] moult estroit. Lors se met hors si a grant destrece [157] que sa pel i remaint toute entiere. Et puis li revient arreres une autre pel. Et ainsi reforme [158] son aage comme sage beste qu’ele est [159] [at].

Serpanz i ra assez d’autre maniere qui ont maintes [160] precieuses pierres [161] es testes et es ieulz, qui font maintes granz vertuz, qui les porte [F° 59 c] sus soi [162] et les peut [163] avoir [au].

Or vous [164] deviserons de [165] pierres qui la croissent et qui i sont.

  1. * Le scribe du ms. A écrit tantôt pueent, tantôt peuent. « Peueent » semble être un mélange des deux formes, isolé dans le ms. A, et pas confirmé.
  2. * Les autres ms. donnent eles, et non pas il comme aux fol. 30 a et 32 a.

    « Il » nom pl. fem. est confirmé par d’autres textes : cf. Suchier, Reimpredigt (Halle, 1879), p. XLIII ; Burguy I. 128.

  3. * « maismes » : En angn. ai pour ei est très commun (cf. Suchier, Altfr. Gr. p. 20, 28, 49) surtout devant le s. Ce changement est rendu d’autant plus probable ici que, pour le scribe de A, meïsmes était évidemment dyssyllabe : il l’épelle plus loin (f° 60 d) « mesmes. »
  4. * Les exemples de la conservation du premier l de flebilis sont nombreux et justifient l’orthographe du ms. A. Cf. aussi f° 113 a ; cf. Burguy t. III, p. 166.
  1. [F° 53 b59 c = Vers 2277-2565.]
  2. « En Ynde... dains. » Solin 52 ; Honorius Aug. I. 13.
  3. « Si i ra enquore... tuel. » Solin 52 ; Honorius Aug. I. 13.
  4. « et a les ieulz... l’autre. » Solin 52.
  5. « et a la voiz... homme. » Solin 52 ; Honorius Aug. I. 13.
  6. « Une autre beste... terre. » Solin 52 ; Honorius Aug. I. 13.
  7. « Si i resont... dompter. » Solin 52 ; Honorius Aug. I. 13.
  8. « Une autre maniere... lyon. » Solin 52 ; Honorius Aug. I. 13.
  9. « Et a keue... deveure. » Solin 52.
  10. « Si i ra bues... cornes. » Solin 52 ; Honorius Aug. I. 13.
  11. « Si i ra une autre beste... tranche par mi. » Isidore, Etym. XII. 2. 12 ; Solin 52 ; Honorius Aug. I. 13 ; Neckam II. 103. 104 ; Jacques de Vitry, Hist. Hieros. 88.
  12. « Et vous di... desdaing. » Isidore, Etym. XII. 2. 12 ; Solin 52 ; Neckam II. 103. 104 ; Jacques de Vitry, Hist. Hieros. 88.
  13. « Mais ele... dormant. » Isidore, Etym. XII. 2. 12 ; Neckam II. 103. 104 ; Jacques de Vitry, Hist. Hieros. 88.
  14. « En Ynde ra... tygres. » Solin 17 ; Isidore, Etym. XII. 2. 7 ; Jacques de Vitry, Hist. Hieros. 88, 86 ; Neckam, De Laud. IX.
  15. « Et courent... toutes vives. » Jacques de Vitry, Hist. Hieros. 88. 86 ; Neckam, De Laud. IX.
  16. « Si i ra enquore... a terre, » Solin 13 ; Isidore, Etym. XII. 2. 21 ; Neckam II. 140 ; Jacques de Vitry, o. c. 88.
  17. « Si i ra une petite... musqualiet. » Isidore, Etym. XII. 3. 4. V. Introduction p. 40.
  18. « Cele part... Alixandre. » Lettre d’ Alexandre à Aristote dans Pseudo-Callisthène (ed. Budge : Alexander the Great. Cambridge 1889, p. 104 s. ; aussi ed. Müller, Paris, 1877) ; Ranulph Higden, Polychronicon I. 11 (éd. Babington. Londres, 1865) ; Jacques de Vitry, o. c. 85. V. Introduction p. 40.
  19. « Une autre beste y a... en feu. » Isidore, Etym. XII. 4, 36 ; Jacques de Vitry, o. c. 89 ; Neckam I. 7.
  20. « Devers oriant... desfandent. » Solin 27 ; Isidore, Etym. XII. 2. 3 ; Neckam II. 148, 149 ; Jacques de Vitry, o. c. 88.
  21. « Quant cil... connoissent bien. » Jacques de Vitry 88.
  22. « Et la lyonnesse... declinant. » Solin 27 ; Jacques de Vitry 88.
  23. « Une autre beste... souventes foiz. » Solin 27 ; Isidore, Etym. XII. 2. 34 ; Jacques de Vitry 88.
  24. « Une autre beste... panthere. » Solin 17 ; Isidore, Etym. XII. 2, 8 ; Jacques de Vitry 88 ; Neckam II. 133.
  25. « Et naist... meurt sovent. » Solin 17 ; Jacques de Vitry 88 ; Neckam II. 133.
  26. « Et quant cele... la sentent. » Jacques de Vitry 88 ; Neckam II. 133.
  27. « Cele beste... descirées. » Isidore, Etym. XII. 28 ; Jacques de Vitry 88 ; Neckam II. 133.
  28. « Si y a une maniere... que ·iii· anz. » Honorius Aug. I. 19 ; Solin 45 ; Jacques de Vitry 88 ; Neckam II. 158.
  29. « Cele part... batailles. » Solin 25 ; Isidore, Etym. XII. 2. 14 ; Neckam I. 143, 144, 145, II. 9, 48 ; Jacques de Vitry 88.
  30. « Seur ces olyfanz... desus son dos. » Solin 25 ; Isidore XII. 2. 15 ; Neckam I. 143-145 ; II. 9, 48 ; Jacques de Vitry 88.
  31. « Si ont ·i· bouel... poi d’eure. » Neckam I. 143-145 ; II. 9, 48 ; Jacques de Vitry 88.
  32. « Les genz Alixandre... mal as houmes. » Jacques de Vitry 88.
  33. « Olyfant vont... s’entresaluassent. » Solin 25 ; Isidore, Etym. XII. 2. 16 ; Neckam I. 143-145 ; II. 9, 48 ; Jacques de Vitry 88.
  34. « Il sont de moult... est en lui. » Solin 25 ; Neckam I. 143-145 ; II. 9, 48 ; Jacques de Vitry 88.

    Ni Solin ni Neckam ne mentionnent le « drap linge ».

  35. « Il n’ont faons... cenz anz. » Solin 25 ; Isidore, Etym. XII. 2. 16 ; Neckam I. 143-145 ; II. 9, 48 ; Jacques de Vitry 88.
  36. « Il doute... as piez. » — Solin 25. (Au chapitre 21 Solin décrit un animal en Allemagne semblable à l’« alces » : « cujus suffragines, ut elephantis, flecti nequeunt : propterea non cubat, quum dormiendum est, tamen somnulentem arbor sustinet, quæ ad prope casuram secatur, ut fera, dum assuetis fulmentis innititur, faciat ruinam. Ita capitur. » Peut-être la source de A p. 118.) Le passage « Elle repont... as piez » ne se trouve pas dans Solin ; Isidore, Etym. XII. 2. 16 ; Neckam I. 143-145 ; II. 9, 48 ; Jacques de Vitry 88.
  37. « Quant il dort... prent l’en les olyfanz. » Neckam I. 143-145 ; II. 9, 48 ; Jacques de Vitry 88.

    Neckam mentionne comme source de A : Cassiodore. Variar. lib. X. 30 (Patrol. t. 69, col. 818).

  38. « Dedenz le flun... besoing. » Solin 52 ; Isidore, Etym. XII. 6. 41 ; Honorius Aug. I. 13.
  39. « Illuec sont... leur regart. » Solin 27 ; Isidore, Etym. XII. 4, 6 et 7 ; Neckam II. 120, 153 ; Jacques de Vitry 89.
  40. « Il a teste... serpant. »
  41. « Nulle autre... aprouchier. » Solin 27 ; Isidore, Etym. 4. 6, 7 ; Neckam II. 120, 153 ; Jacques de Vitry 89.
  42. « Si ra en cele... mouton. » Solin 27 ; Isidore, Etym. XII. 4. 18 ; Jacques de Vitry 89.
  43. « Une autre... deceüz. » Isidore, Etym. XII. 4. 15 ; Neckam II. 114, De Laud. IX. 289 ; Jacques de Vitry 89.
  44. « Autres serpanz... venin. » Neckam II. 108 ; Jacques de Vitry 89.
  45. « Si ra une maniere... tuent. » Solin 52 ; Isidore, Etym. XII. 4. 5, 4. 46 ; Honorius Aug. I. 13 ; Jacques de Vitry 89.
  46. « Cil serpenz... beste qu’ele est. » Isidore, Etym. XII. 4. 5, 4. 46 ; Jacques de Vitry 89.
  47. « Serpanz i ra... les peut avoir. » Solin 30 ; Neckam II. 146 ; Jacques de Vitry 89.
  1. — B : serpanz.
  2. — A : et de.
  3. — B : les.
  4. — B : cuises.
  5. — B : houme.
  6. — B : sangler.
  7. — B : et a la keue d’un...
  8. — B : dementres.
  9. — B : penible beste en yaue.
  10. — B : dès l’une des oreilles.
  11. — B : li.
  12. — B : omme. Si a ·iii· ordenances...
  13. — A : « en » manque.
  14. — B : scorpion.
  15. — B : oisiau.
  16. — B : on.
  17. — B : el.
  18. — A et B : monotheros ; C : monothoros.
  19. — B : d’olyfant.
  20. — B : truie.
  21. — B : longuer.
  22. — B : trenchant.
  23. — B : trenche.
  24. — B : s’ele est...
  25. — B : morir.
  26. — B : puet ; C : puest.
  27. — B : « prise » manque.
  28. — B : « la » manque.
  29. — B : et si...
  30. — B : fors.
  31. — A : ne...
  32. — B : aprouchier.
  33. — B : si très grant.
  34. — B : veneour.
  35. — B : jamès.
  36. — B : miroers.
  37. — B : et tant i vont qui brisent les miroers.
  38. — B : illuec.
  39. — B : cil.
  40. — B : aucune.
  41. — B : encore.
  42. — B : « unes » manque.
  43. — B : si ont en eles teles natures.
  44. — B : laisse.
  45. — B : seivent.
  46. — B : le.
  47. — B : aussi.
  48. — B : caintures.
  49. — A : peueent.
  50. — B : Li lyon sont devers...
  51. — B : « paistre » manque.
  52. — B : paistre.
  53. — B : resuscité.
  54. — B : ouvers.
  55. — B : le chacent pour prendre, il...
  56. — A : ocuevrent la trace ; B : cuevre la trace de ses piez a sa.
  57. — B : Il ne grevera ja homme s’il n’est courouciez ; et qui que l’assaille, il se desfent.
  58. — B : le.
  59. — B : devant, il le crient et le doute et le connoist.
  60. — B : la.
  61. — B : pourteure.
  62. — B : nulle.
  63. — A : « li » manque
  64. — B : ocist.
  65. — B : couleurs.
  66. — B : vers.
  67. — B : se ele fust.
  68. — B : alaigne.
  69. — B : souvent.
  70. — B : s’est.
  71. — B : s’en dort.
  72. — A : li.
  73. — B : si rent une si grant odeur et si...
  74. — B : acorent.
  75. — B : c’une seule foiz.
  76. — B : destresce.
  77. — B : despice ses meriz.
  78. — B : jamès.
  79. — B : ainsi si.
  80. — B : eles.
  81. — B : fors.
  82. — B : « quant » manque.
  83. — B : et plus fiers et plus fors et s’embatent.
  84. — B : olyfans se soloient.
  85. — B : combatre cil d’Ynde et cil de...
  86. — B : il.
  87. — B : « dont il menjuent » manque.
  88. — A : terre.
  89. — A : cerchiers ; B : encerchier.
  90. — B : plus qui ne...
  91. — B : fourmes d’ommes.
  92. — B : menoient.
  93. — A : pour combatren vers.
  94. — B : sus ces olifans.
  95. — B : por.
  96. — B : ceuls.
  97. — B : qui plains de feu estoient.
  98. — B : dampta.
  99. — B : olyfans.
  100. — B : ordenéement.
  101. — B : aussi comme se il.
  102. — B : « sus la dent de l’yvoire » manque.
  103. — B : le charbon.
  104. — B : pour.
  105. — B : tens... porte.
  106. — A : doute.
  107. — B : colevre.
  108. — B : li.
  109. — B : ocist.
  110. — B : « sanz jointes » manque.
  111. — B : il se dort.
  112. — B : veneor.
  113. — B : quoy.
  114. — B : et si le sient.
  115. — B : tant.
  116. — B : olyfans.
  117. — B : si s’apuie.
  118. — B : enscisez.
  119. — B : gemist.
  120. — B : aucune.
  121. — A : viennent autres foiz olyfanz ; B : viennent autre olyfant.
  122. — B : « le » manque.
  123. — B : puent.
  124. — A : « qui » manque.
  125. — B : aucune.
  126. — B : gemisant.
  127. — B : cels.
  128. — B : repost.
  129. — B : esfors.
  130. — B : que il.
  131. — B : anguilles a grant rengies.
  132. — B : a.
  133. — B : orrible.
  134. — B : serpanz.
  135. — B : es.
  136. — B : venimeux.
  137. — B : serpent.
  138. — B : prent.
  139. — B : aussi.
  140. — B : comment est li lyons de toutes autres...
  141. — B : terre la par...
  142. — b : arbres...
  143. — B : planté.
  144. — B : bestre.
  145. — B : msmes.
  146. — B : serpans.
  147. — B : oye.
  148. — B : ce qui ne.
  149. — B : venim. Si i ra.
  150. — B : braz.
  151. — B : olyfanz.
  152. — B : serpanz.
  153. — A : floibe ; B : fieble ; C : foible.
  154. — B : par geuner (« per » cf. note p. 66).
  155. — B : affamer.
  156. — B : hors d’aucune pierre.
  157. — B : a si grant destreice.
  158. — B : refourme.
  159. — B : quel est.
  160. — A : mātes ; B : mainte (l’orthographe ordinaire de A est maintes ; « mantes » ne se présente pas dans le texte ; nous résolvons l’abréviation ā par ain dans ce cas-ci).
  161. — B : precieuse pierre.
  162. — B : « sus soi » manque.
  163. — C : peüst.
  164. — A : Or vons.
  165. — B : des.

ii e [a].
Des pierres d’Ynde.

En Ynde croist li aymanz, une pierre [1] qui est plainne [2] de moult granz [3] vertuz. Car ele atrait [4] le [5] fer a li, et le ravist si durement que l’en ne l’en peut [6] oster par la vertu qui est en lui [7] [b]. Li dyamanz i croit [8] tout entier qui ne peut [9] estre despeciez ne usez en nulle maniere, se n’est par sanc de bouc tout chaut [c].

Si en y a [F° 59 d] d’autres qui sont de moult grant renon et de moult grant vertu que l’en apele esmeraudes. Eles confortent [10] la veüe a celui qui les regarde [11] [d].

Si y a une autre piere que l’en dit [12] escharboucle qui reluist par nuit ausi comme ·i· charbon ardant [e].

Si y a saphyrs qui ostent l’enfleure [13] des ieulz et sa rougeur [14] [f].

Si y a toupaces qui ont couleur [15] d’or, et rubiz qui mieux [16] valent assez que ne font les toupaces [17] [g]. Si [18] y a assez d’autres pierres qui ont [F° 60 a] en eles moult de bontez [19]. Mais qui savoir veult [20] leur bontez et leur vertuz [21], si lise dedenz le lapidaire. Si i trouvera leur nons et leur vertuz. Car ci n’en dirons [22] nous ore plus ; si vous dirons [23] après des contrées d’Ynde.

  1. [F° 59 c60 a = Vers 2566-2587.]
  2. « En Ynde... qui est en lui. » Solin 51 ; Isidore, Etym. XVI. 4. 1 ; Jacques de Vitry 91 ; Neckam II. 94, 98.
  3. « Li dyamanz... tout chaut. » Solin 52 ; Jacques de Vitry 91 ; Neckam II. 92.
  4. « Si en y a... qui les regarde. » Solin 15 ; Isidore, Etym. XVI. 7. 1 ; Jacques de Vitry 91 ; Neckam II. 91, 90 (De Beryllo) ; De Laud. VI. 153.
  5. « Si y a une autre... ardant. » Jacques de Vitry 91 ; Neckam, De Laud. VI. 241.
  6. « Si y a saphyrs... rougeur. » Jacques de Vitry 91 ; Neckam, De Laud. VI. 135.
  7. « Si y a toupaces... les toupaces. » Jacques de Vitry 91 ; Neckam, De Laud. VI. 193. 241.
  1. — B : « une pierre » manque.
  2. — B : plaine.
  3. — B : grant.
  4. — B : atraist.
  5. — A : ler.
  6. — B : ne le puet.
  7. — B : li.
  8. — B : croist.
  9. — B : puet.
  10. — A : ele confortent ; N : ele conforte ; B : et conforte ; G : ellez confortent.
  11. — N : qui la resgarde ; B : qui la regarde.
  12. — B : pierre que l’en apele.
  13. — B : ostent la rougeur et l’enfleure.
  14. — B : « et sa rougeur » manque.
  15. — B : coulor.
  16. — B : mieulz.
  17. — B : coupaces.
  18. — R : toupaces. Elle resiouist la veue et si la reconforte moult, et par especial a ceulx qui les portent. Si y a... [F° 61 a.]
  19. — B : boutez.
  20. — A : veue.
  21. — A : ver.
  22. — B : diron.
  23. — B : diron.


ii f [a].
Des contrées d’Ynde [1].

En Ynde a maintes granz contrées qui sont pueploiées [2] de genz et de grant plenté de bestes. Une en y a que l’en apele Perse. Et tient ·xxxiii· [3] regions. Dont la premiere est Perse, la ou ·i· art qui a a [F° 60 b] non nigromance [4] [* 1] fu premierement trouvée [b], qui fait metre [5] l’anemi en prison.

En cele contrée croist une poiz qui est si chaude qu’ele eschaude les mains a ceus [6] qui la tiennent, et vait croissant avoec la lune, et descroissant a son decours. Cil qui sont nigromancien [7] s’aident bien de cele poiz [c].

Et après est [8] une autre region qui est apelée Mesopothamie [9], ou Ninive, une cité de moult grant seignorie [10], est establie, qui a ·iii· [F° 60 c] journées [11] de lonc [d].

En Babiloine [12] a une tour qui fu faite par moult grant orgueill [13], dont li mur sont et granz et forz et hauz ; et a a non la tour Babel. Et a de haut tout environ ·iiii·m· pas jusques [14] en haut [e].

En la région de Caldée fu premierement trouvée astronomie [f].

En cele region est la terre de Sabbe, et puis Tarse [15] ; et Arrabe vient après. De ces ·iii· furent les trois rois seigneurs [16] qui alerent requerre Nostre Seigneur Jhesu Crist, [F° 60 d] quant il fu nez en terre, comme Diex qu’il estoit, si comme il le sorent par leur grant sens d’astronomie. La croist l’encens et le mierre [17]. Et si y a mainz pueples de diverses genz [g].

Si i est une grant province qui a a non Assire [h].

Et la region [18] de Fenice i est, qui prent son non d’un oisiau qui a non [19] fenix [i], dont il n’est adès que ·i· seul vif. Et quant il meurt [20], si en naist uns autres de lui mesmes [21] [j]. Il est granz et biaus [22] de grandeur et de corsa-[F° 61 a]ge [23]. Si a une creste [24] el chief a la manière d’un paon. Le [25] piz et la gorge li reluist et [26] rougoie ausi comme or, et est par dessus [27] le dos ausi vermeill comme rose. Et devers la keue est tout blou [28], ausi comme li ciels quant il est bien purs [k]. Et quant il est bien meürs [29] d’aage, si s’en vait en ·i· mont haut [30] et bel ou il se va renouveler. Seur cel mont [31] sourt une fontainne moult grant et moult large et moult clere. Et a desus ce-[F° 61 b]le [32] [* 2] fontainne ·i· arbre grant [33] et bel que l’en voit de moult loing [l]. Lors fait desus cel [34] [* 3] arbre son ny [35] et son sepulchre tout en mi l’arbre. Et le fait d’espices de si grant oudeur que l’en n’en porroit trover [36] nules [37] meilleurs. Puis se dresce dedenz son ny [38] quant il l’ [39] a tout parfait. Si muet et debat ses eles [40] vers le souleill [41] si forment et tant longuement que une grant chaleur li embat dedenz [42], qui l’esprent et art tot [43] entour, tant qu’il est [F° 61 c] touz ars et touz [44] en cendre. Et de cele poudre [45] renaist ·i· autre oisel [46] de sa samblance [m].

Après revient [47] Damas [n] ; et puis Anthioche ou il a maint chamuel [48] [o]. Puis vient Palatine et puis Samarie, et puis Sebaste [p], et puis Pentapolie [49], ou Sodome et Gomorre furent, ·ii· citez qui furent perilliées pour [50] les pechiez que l’en i faisoit [q].

Cele part est la Mer Morte qui ne porte en li [51] nulle riens vive [r]. Si i est une contrée que l’en apele Ys-[F° 61 d]mahelite, qui est habitée de ·xii· manieres [52] de genz [s]. Et puis vient Egypte la grant, ou nues ne pluies ne viennent nulles [53] foiz, et tient ·xxiiii· pueples [t].

Une autre region [54] y a, qui vient devers septentrion, ou il n’abite nul houme. Et n’i a que femmes [55] qui sont aussi [56] fieres comme lyons [57] [u]. Et se combatent encontres les hommes [58], quant mestiers [59] en est, et sont ausi armées comme chevaliers, et les tuent et abatent. Et ont les tresces [F° 62 a] par derrieres [60]. Si sont moult preuz en touz besoinz ; et les apele l’en Amazones. Et ont ps de leur terre houmes que eles vont requerre chascun an pour estre avoecques [61] eles [62] ·viii· jourz ou ·xv· ensamble, tant qu’il [63] leur samble qu’il ont engendré. Lors s’en departent de la terre et s’en vont. Et celes qui ont les anfanz, se ce est femele, si la retiennent avoec eles ; et se ce naist [64] malle, si le norrissent ·v· anz ou ·vi· ; et puis le gietent [65] hors [F° 62 b] de leur pays et de leur terre [v].

Si ra aillors [66] de moult beles dames qui en batailles et en estours usent toutes d’armes d’argent, pour defaute de fer dont eles n’ont point [w].

El bois d’Ynde sont autres fames qui ont les barbes si longues que eles leur aviennent jusques as mameles. Et se vivent de bestes sauvages, et se vestent des piaus des [67] bestes [x].

Si i sont houmes et femmes [68] touz nuz [69] et aussi [70] veluz comme bestes. Et sont habitanz en yaue [F° 62 c] et en terre. Et quant il voient les autres genz, si se fierent dedenz l’yaue, si qu’il n’aperent point dehors. Autres genz y a qui sont ausi veluz comme pors et gemissanz. Si sont autres femmes [71] qui sont pareles, qui [72] sont moult belles [73] et sont ausi blanches comme noif [74]. Mais eles ont les denz ausi comme chiens, et habitent bien en yaue [y].

Une autre grant regyon [75] y a, en la quele il a ·xliii· pueples. La sont li oiseil qui sont plain [F° 62 d] de deduiz [76], dont les pennes [77] reluisent par nuit ausi comme feu [z].

Li papegaut si [78] sont cele part, qui sont [79] tuit vert et reluisant comme paon, et ne sont pas [80] plus grant d’un jai. Dont li plus gentill [81], ce dit on, ont en [82] chascun des piez ·v· doiz, et li vilain n’en ont que ·iii· Si a la keue plus longue que n’a une pie [83], et a ·i· bec courbé, et a grant langue et fournie [84]. Qui l’a joene [85], il le puet faire parler as genz dedenz ·ii· anz [aa].

[F° 63 a] Un autre oisel y a qui a non pellican, qui est aussi comme touz chanuz. Quant il laisse ses poucins et il revient [86] pour paistre les, si comme il couvient, si les trueve [87] morz, ce li est avis. Lors fiche son bec en son piz, tant que li sans [88] en raie hors, dont il resuscite ses poucins [ab].

En Hermenie a unes genz qui ont touz les chevels blans [ac]. Cele part est ·i· haut mont [89] ou li arches Noë se reposa quant li deluges [90] fu passez [ad]. Après vient [F° 63 b] Aise la menour [91] qui est tout entour clouse [92] de mer, ou il a maintes regions [ae] dont nous ne dirons pas les nons [93] ci endroit. En ceste siet Dardane ; et Frise, la ou Paris ravi Helaine, dont Troie la Grant fu destruite qui est en la fin de Grece. Cele part est Lychaonie [af] et une autre cité qui Charie a non [94], ou uns granz flueves court qui a non Herme [95], dont la gravele est d’or luissant [96] [ag]. De cele part devers la fin nous vient la paillole qui est [F° 63 c] de fin or [ah].

Si a devers oriant d’autre part une maniere de gent qui descendirent de Juys [97], et sont unes genz vils et orz et puanz [98]. Si n’ont nulle femme [99] espouse ne amie, pour ce qu’il ne croient pas que femme se puisse tenir a ·i· homme seulement sanz aler a autre. Si n’ont cure de femme, fors tant qu’il puissent enfanz engendrer [ai].

Autres genz y a que l’en apele Barbarins ; et se [100] font apeler Jacobins, pour Jacob qui fu leur [F° 63 d] maistre. Et sont crestiens corrumpuz, pour les mariages qu’il font as sarrazins qui sont près d’euls. Cele gent pourprennent [101] bien ·xl· regnes en touz sens. Il ne croient pas confession a nul autre houme [102] fors que a Dieu. Et quant il se confessent a Dieu, si metent près d’euls feu et encens, et cuident que leur pensée [103] s’en aille en cele fumée vers Dieu [aj]. Mais il n’est pas ainsi comme [104] il le [105] croient ; ainz mescroient [106] saint [F° 64 a] Jehan Baptiste qui premierement les baptiza. Car il leur couvenoit avant dire touz leur pechiez a lui mesmes [107], et puis recevoient baptesme [108]. Dont saint [109] Jehans [110] meïsmes dist que, quant li hons dist ses pechiez a ·i· autre, cele vergoingne que il a de dire ses pechiez li est tournée en lieu de penitance et li est aleigence [111] de ses pechiez. Et se tient plus de pechier quant il set que savoir le couvient [112] a ·i· autre, ainz qu’il se puisse acorder vers No-[F° 64 b]stre Seingneur. Ce nous tesmoingne [113] saint Jehans Baptistes qui, par baptesme [114], nous rent quites envers Dieu de noz [115] pechiez, et que nous soions espurgiez par confession [ak]. Dont cele gent que je vous di sont [116] deceüz. Car il ont mauvaisement receü [117] ce que saint Jehans [118] leur ensaingna.
Cele part sont une autre gent crestiens qui croient mieulz en Dieu, et sont fort et puissant en bataille. Li sarrazin les doutent moult dure-[F° 64 c] ment et ne leur osent [119] riens mesfaire ; ainz leur sont debonnaires et douz. Cele gent si ont a non Georgiens ; bons crestiens sont, et si sont enclous tout environ de genz mescreanz et felons. Et sont apelé Georgien [120] pour ce que il apelent touz [121] jourz [122] saint George en batailles et en estors [123] encontre les sarrazins ; et si l’aorent [124] et aimment seur touz autres sainz. Si ont trestuit couronnes reses ; dont li clerc les ont reondes, et li lai [F° 64 d] les ont quarrées. Quant il vont aorer [125] le sepulchre, li sarrazin n’en osent prendre point [126] de paage, ne rien [127] seurvendre, qu’il doutent, quant il revendroient, qu’il ne le vendissent moult chier as autres [128]. Les gentix [129] dames du pais s’arment seur les [130] bons destriés couranz et se combatent as sarrazin [131] avoec les autres chevaliers de Georgie. Il ont auteles lois et autel language [132] comme ont [133] les Grejois [134] [al].

  1. — B : « Des contrées d’Ynde » manque.
  2. — b : pueploies.
  3. — V. Introduction p. 39 ; Arund. : ·xxxiiii· ; Addit. : ·xxiii· ; S : ·xxiiii· ; N : ·xxx· et trois ; A, B, C : ·xxxiii·.
  4. — B et N : nigrommance ; G : nygromance ; A : nigromanz.
  5. — B : « metre » manque.
  6. — B : ceuls.
  7. — B : nigrounancien.
  8. — B : Et après vient une... ; A : et aprei est...
  9. — B : Mesopotamie.
  10. — B : seingnorie.
  11. — B : jornées.
  12. — B : Babyloine.
  13. — B : orguill.
  14. — B : dusques.
  15. — B : Tharse.
  16. — B : seingneurs.
  17. — B : mirre.
  18. — B : terre.
  19. — B : un oisel qui a a non.
  20. — B : muert.
  21. — B : msmes.
  22. — B : biaux.
  23. — B : coursage.
  24. — B : creite.
  25. — B : li.
  26. — B : « reluist et » manque.
  27. — B : desus.
  28. — B : bloy.
  29. — B : meür.
  30. — B : en ·i· moult haut... (« mont » manque.)
  31. — B : moult.
  32. — A : cela.
  33. — A : « grant » manque.
  34. — A : cele.
  35. — B : ni.
  36. — B ; trouver.
  37. — B : nulles.
  38. — B : ni.
  39. — B : « l’ » manque.
  40. — B : elles.
  41. — B : soulleill.
  42. — B : dedenz le cors.
  43. — B : tout.
  44. — B : tout ars et tout...
  45. — B : Et de cele cendre et de cele poudre...
  46. — B : oisiau.
  47. — B : vient.
  48. — B : chamueill.
  49. — B : Penthapolie.
  50. — B : perillées par...
  51. — B : lie.
  52. — B : maniere.
  53. — B : viengnent nulle.
  54. — B : contrée.
  55. — B : fames.
  56. — B : ausi.
  57. — B : lions.
  58. — B : houmes.
  59. — B : mestier.
  60. — B : darrieres ; B : Elles portent belles tresches de leurs cheueulx qui leur pendent par derriere...
  61. — B : avoec.
  62. — B : euls.
  63. — B : qui.
  64. — B : et se ce est.
  65. — B : getent.
  66. — B : ailleurs.
  67. — B : de.
  68. — B : hommes et fames.
  69. — B : « nuz » manque.
  70. — B : ausi.
  71. — B : fames.
  72. — B : et qui.
  73. — A : bestes.
  74. — B : femmes velues pareillement comme les hommes, mais sont fort bestiales, et blanches sont comme nesge.
  75. — B : region.
  76. — A : plain deduiz (« de » manque) ; B : deduit.
  77. — B : pannes.
  78. — B : i.
  79. — A : soit.
  80. — A : par plus.
  81. — B : les plus gentils.
  82. — A : on non en.
  83. — R : Il a la queue plus longue que ung pié.
  84. — R : et a sa langue grande et fourgue.
  85. — B : jonne ; S : l’ajœne ; N : l’a jone.
  86. — B : reviet.
  87. — A : treieve ; B : trueve ; G : treuve.
  88. — B : sanc.
  89. — B : haut moult.
  90. — B : delugez.
  91. — B : meneur.
  92. — B : close.
  93. — A : nous. (Le manuscrit A a « no’ », l’abréviation ordinaire pour « -us » ; B donne « nōs » ; C : nomz. L’erreur dans le manuscrit A est évidente.
  94. — B : Lichaonie et une autre region qui a a non Charie.
  95. — B : grant.
  96. — B : luisant.
  97. — B : Juis.
  98. — B : et une gent vill et ort et puant (« sont » manque).
  99. — B : fame.
  100. — B : qui se (« et » manque).
  101. — B : porprennent.
  102. — B : homme.
  103. — B : pensées.
  104. — B : comment.
  105. — B : « le » manque.
  106. — B : « ainz mescroient » manque.
  107. — B : msmes.
  108. — B : « et puis recevoient baptesme » manque.
  109. — A : s’. (L’orthographe usuelle du manuscrit A est « saint » pour le nom. sing. m. : cf. f° 104 b « saint Pols », « saīt Denis » ; f° 69 d « saint Brandins ».
  110. — B : iehan.
  111. — B : aleiance.
  112. — B : convient.
  113. — B : Seigneur, et ce nous tesmoigne.
  114. — B : baptiesme.
  115. — B : a Dieu de non.
  116. — B : sunt.
  117. — B : retenu.
  118. — B : Jehan.
  119. — B : ossent.
  120. — B : apelez Georgiens.
  121. — A : tourz : cette forme est isolée dans le manuscrit A, cf. f° 31 a ; B : touz.
  122. — B : jours.
  123. — B : estours.
  124. — B : l’aourent.
  125. — B : aourer.
  126. — B : point prendre.
  127. — B : riens.
  128. — R : pour ce qu’ilz doubtent que, quant ilz repasseroient, qu’ilz ne les en paiassent chierement.
  129. — B : gentils.
  130. — B : leur.
  131. — B : sarrazins.
  132. — B : langage.
  133. — B : « ont » manque.
  134. — G : gregois.
  1. * L’orthographe du manuscrit A est peut-être due à la chute de l’e final si commune en angln. (cf. Suchier, St Auban p. 36, 52 (Halle, 1876) ; Stimming o. c. p. 182) « nigromanz est isolé dans A, et ne semble pas être confirmé par d’autres textes.
  2. * « cela » = celle : cette forme provençale ne peut se justifier ici. Elle est d’ailleurs isolée dans le manuscrit A.
  3. * « cele » acc. sing. m. est isolé dans le manuscrit A ; nous corrigeons « cel » malgré les nombreux exemples d’un e ajouté à la terminaison en angln. Cf. Stimming, o. c. p. 182, 183 ; Suchier, St Auban p. 39.
  1. [F° 60 a64 d = Vers 2588-2821.]
  2. « Dont la première... trouvée. » Isidore, Etym. XIV. 3. 12 ; Honorius Aug. I. 14 ; Gervaise de Tilbury o. c. II. 3 (vol. 2 p. 756, ed Leibnitz).
  3. « En cele... de cele poiz. » Solin 37 ; Honorius Aug. 1. 14 ; Gervaise de Tilbury II. 3.
  4. « Et après est une autre... journées de lonc. » Jonas III. 3 ; Honorius Aug. I. 15 ; Gervaise de Tilbury II. 3 (o. c. vol. II p. 756).
  5. « En Babiloine... jusques en haut. » Isidore (Patrol. t. 83, col. 1022) Chronicon 9 ; Honorius Aug. 1. 15 ; Gervaise de Tilbury II. 3 (o. c. vol. II p. 756).
  6. « En la region... astronomie. » Isidore, Etym. III. 25. 1 ; Honorius Aug. I. 15.
  7. « En cele region... de diverses genz. » V. Introduction p. 40 ; Psaume 72 ; Isidore, Etym. XIV. 3. 45, 15 ; Honorius A. I, 15.

    Ni Isidore, ni Honorius ne mentionnent les rois mages.

  8. « Si i est... non Assire. » Isidore, Etym. XIV. 3, 10 ; Honorius A. I. 16.
  9. « Et la region... non fenix. » Solin 33 ; Isidore, Etym. XIV. 3, 17 ; Honorius Aug. I. 16 ; Neckam I. 34, 35. V. Introduction p. 41.
  10. « dont il n’est... lui mesmes. » Solin 33 ; Neckam I. 34, 35.
  11. « Il est granz... bien purs. »
  12. « Et quant il... moult loing. »
  13. « Lors fait... sa semblance. »

    De ces trois paragraphes sur la Phénicie et le phénix, a se trouve dans Solin 33 ; c dans Isidore, Etym. XIV. 3, 17, XII. 7, 22 ; a, b, c dans Neckam I. 34, 35, et dans Jacques de Vitry 90. V. Introduction p. 41.

  14. « Après revient... Damas. » Honorius Aug. I. 16. 17.
  15. « et puis... chamuel. »
  16. « Puis vient... Sebaste. » Isidore, Etym. XIV. 3. 22 : « Samaria regio Palæstinæ ab oppido quodam nomen accepit, quod vocabatur Samaria, civitas quondam regalis in Israel, quæ nunc ab Augusti nomine Sebastia nuncupatur. » ; Honorius Aug. I. 16. 17.
  17. « et puis Pentapolie... faisoit. » Solin 35 ; Honorius Aug. I. 16. 17.
  18. « Cele part est la... riens vive. » Isidore, Etym. XIII. 19. 3 ; Honorius Aug. I. 17.
  19. « Si i est... de genz. » Genèse XVII. 20 ; XXV. 13 ; Honorius Aug. I. 17.
  20. « Et puis vient... pueples. » Isidore, Etym. XIV. 3. 27. Isidore mentionne seulement l’Égypte sans autres détails ; Honorius Aug. I. 18 ; Gervaise de Tilbury II. 3, vol. II p. 759.
  21. « Une autre région... lyons. » Solin 17 ; Isidore, Etym. IX, 2, 64 ; Honorius Aug. I. 19 ; Jacques de Vitry 92.
  22. « Et se combatent... de leur terre. » Isidore, Etym. IX. 2. 64 ; Jacques de Vitry 92.
  23. « Si ra aillors... n’ont point. » Jacques de Vitry. 92.
  24. « El bois d’Ynde... des bestes. » Jacques de Vitry 92.
  25. « Si i sont houmes... bien en yaue. » Jacques de Vitry 92.
  26. « Une autre grant... comme feu. » Solin 20 ; Honorius Aug. I. 19 (44 peuples).
  27. « Li papegaut... dedenz ·ii· anz. » Solin 51 ; Isidore, Etym. XII. 7. 24 ; Neckam I. 36, 38 ; Jacques de Vitry 90. Les passages « Dont li... que ·iii· » et « Qui l’a joene... ·ii· anz » ne se trouvent pas dans Isidore.
  28. « Un autre oisel... ses poucins. » Isidore, Etym. XII. 7. 26. Le passage « Un autre oisel... chanuz » ne se trouve pas dans Isidore ; Neckam I. 73, De Laud. II. 657 ; Jacques de Vitry, 90.
  29. « En Hermenie... chevels blans. » Isidore, Etym. XIV. 3. 34. (Albania) ; Honorius Aug. I. 19. (Albania).
  30. « Cele part est... fu passez. » Isidore, Etym. XIV. 3. 35 ; Honorius Aug. I. 19. Après le paragraphe sur l’arche de Noé, une nouvelle section du chapitre commence dans le manuscrit en vers.
  31. « Après vient... régions ». Orosius I. 2 ; Gervaise de Tilbury t. II p. 762, IL 6 ; Honorius Aug. I. 20.
  32. « En ceste siet... Lychaonie. » Isidore, Etym. XIV. 3. 41 ; — Honorius Aug. I. 21.
  33. « et une autre... luissant. » Honorius Aug. I. 21.
  34. « De cele... fin or. »
  35. « Si a devers... engendrer. » Jacques de V., Hist. Hieros. 82. V. Introduction p. 41.
  36. « Autres genz... vers Dieu. » Jacques de Vitry 76.
  37. « Mais il n’est... par confession. » Jacques de Vitry 76 ; Saint Matthieu III.
  38. « Dont cele gent... les Grejois. » Jacques de V. 80.

ii g [a].
Des poissons d’Ynde.

[F° 65 a] En la mer d’Ynde a une maniere de poissons qui ont en leur piaus peus si Ions [1], que les genz en font vesteüres pour euls vestir, quant il les ont pris [b].

Uns autres poissons i ra qui sont eschinuz [2] [* 1], qui n’ont mie plus d’un pié de lonc, qui ont tel vertu que quant li uns s’en [3] prent a une nef, ele ne puet aler avant [4] n’arieres [c].

Si i ra uns autres poissons que les genz apelent daufins ; que, quant la tempeste doit venir [F° 65 b] et les nés sont en perill [5] de noier, si s’aperent desus [6] l’yaue et se jeuent [7] as ondes [d].

Si ra en la mer ·i· poison [8] si grant et si merveilleus [e] qu’il [9] croist desus son dos terre et herbe, et samble que ce soit une grant ille [10]. Dont la gent qui vont par mer sont aucunes foiz deceüz ; car il cuident que ce soit terre. Si s’atraient cele part. Et quant il ont fait leur atrait de feu et de loges et de ce que mestiers leur est, comme cil qui cuident estre a [F° 65 c] terre, si alument lor [11] feu et font leur cuisine. Mais quant li poissons sent le feu, si s’esmuet si soudainement [12] et se fiert en parfont en l’yaue, si qu’il afonde tout, quanque il [13] a sus lui. Et ainsi [14] sont les nés paries [15] et les genz noiez qui cuidoient estre a sauveté [f].

Autres poissons y a qui ont tresces et cors de puceles jusques au nombrill, et, par desoz le nombrill [16], de poisson [17], et eles [18] d’oisiaus. Si est leur chant si biaus et si douz que ce est merveilles a oyr [19] ; et sont a-[F° 65 d]pelées seraines [20]. Si dient les uns que ce sont poissons ; les autres dient que ce sont oisiaus qui volent par mer [21]. Mais je ne vous en [22] dirai ore plus. Ainz parlerons des arbres d’Ynde.

  1. — B : si lons peus.
  2. — A : eschinuiz ; B : eschmuz ; C : eschinuz ; S : eschinus ; N : eschinuz.
  3. — B : « en » manque.
  4. — B : n’avant.
  5. — B : peril.
  6. — B : dedenz.
  7. — B : juent.
  8. — B : poisson.
  9. — B : qui.
  10. — B : ysle.
  11. — B : leur.
  12. — B : soudainement.
  13. — B : quanqu’il.
  14. — B : ainsinc.
  15. — B : peries.
  16. — A : « et par desoz le nombrill » manque.
  17. — B : poison.
  18. — A et B : et d’eles ; C : et d’ellez ; N : et d’elles. Sloan, Arundel et Harley : et eles...
  19. — B : oir.
  20. — B : serainnes.
  21. — B : par la mer.
  22. — A : « en » manque.
  1. * « eschinuiz » : ui = u est une forme graphique qui se trouve fréquemment dans les textes angln. Stimming en donne de nombreux exemples (o. c. p. 190, 192, 193). « Eschinuiz » est isolé dans le manuscrit A et nous ne pouvons pas confirmer ce mot sous cette forme par d’autres textes.
  1. [F° 64 d65 d = Vers 2822-2862.]
  2. « En la mer d’Ynde... les ont pris. » Jacques de V. 90.
  3. « Uns autres poissons... n’arieres. » Isidore, Etym. XII. 6 ; Jacques de V. 90 ; Neckam II. 34. 43.
  4. « Si i ra... as ondes. » Isidore, Etym. XII. 6 ; Jacques de V. 90 ; Neckam II. 27. 28.
  5. « Si ra en la mer... merveilleus » Isidore, Etym. XII, 6 ; Jacques de V. 90.
  6. « qu’il croist... a sauveté. » Jacques de V. 90.


ii h [a].
Des arbres d’Ynde [1].

En Ynde croist uns arbres moult granz et moult biaus et moult souef [2] flairanz, que l’en apele palmieres [3], qui portent dates. C’est ·i· fruit moult bon et moult sain [b]. Si i a uns pommiers qui sont si plain [4] de pommes longues qui ont moult bonne oudeur [5], et s’entre-[F° 66 a]tiennent bien ·c· en ·i· mont [6] ; dont les fueilles [7] qui naissent de ces pommiers ont ·ii· piez de lonc et ·i· pié [8] de lé [9] [c]. Autres pommes [10] y a, moult granz et moult grosses, ou le mors d’un homme apert dedenz atout les denz. Et les claime l’en pomes d’Adam [11], par [12] la raison que li mors pert en la poume [13] [d]. Autres arbres i sont qui portent pommes qui sont moult beles dehors, et dedenz si [14] est tout cendre [e].

Les vingnes i sont si portanz, que les gra-[F° 66 b]pes en [15] sont si granz, que dui homme en sont bien chargiez de porter ent [16] une seule a pié a leur cols [17] en ·i· tinel [f]. Si y a petiz arbruissiaus que l’en y saimme [18] chascun an, qui portent le coton. Si i croist unes canes granz qui sont par dedenz toutes plainnes [19] de çucre [g].

A l’un des chiés de Babyloinne [20] croist li basmes qui est moult chiers. Et le coultivent [21] li crestien qui sont prisonnier [22] en la terre. Et dient bien li sarrazin, qui souvent [F° 66 c] l’ont fait esprouver, que, quant il le font coultiver [23] a autres genz qu’a crestiens, qu’il ne portent [24] riens en l’année [h].

Et en cel champ, ou li basmes croist, dient qu’il sourt une fontainne ou nostre dame baingna son fill ; et de cele fontaine [25] est li basmes arrousez [26] ; ne ailleurs n’en peut [27] l’en point porter [28] qui porte fruit ne qui riens vaille [i].

En cele terre a uns autres arbres qui, en lieu de fueilles [29], portent une lainne dont l’en fait [F° 66 d] dras biaus et soutis ; de quoi [30] les genz font cotes et mantiaus dont il se vestent [j]. Si y sont autres arbres qui portent fruit moult souef flairant, qui repont son fruit par nuit en l’arbre, et revient au matin quant li soulaus [31] est levez [k].

Uns autres arbres i croissent [32] dont li charbons [33] qui en sont espris durent en leur cendre ·i· an entier sanz amenuisier ne sanz estaindre [l]. Si y a cedres et ebanus qui ne peuent [34] porrir, si comme l’en dit [m]. [F° 67 a] Autres arbres y a moult glorieus et moult bons, qui portent clos de girofle [35] et noz muguetes [36] et cubebes ; et de leur escorce est la canele, et de leur racines est li garingal et li cytoual et li gyngiembres [37] [n]. La croissent les bonnes espices [38] de toutes manieres. Noiz i croissent qui sont ausi grosses comme grosses poumes [39]. Et autres qui sont autresi grosses comme ·i· homme a la teste [o].

Des arbres qui sont en paradis ne savons [40] [F° 67 b] nous quel fruit il ont. Celui dont Eve ot si grant envie que ele en manja [41] outre le commandement de Dieu, y est [42]. Li autres est li arbres de vie dont nous avons parlé ci devant. Tant y a des autres arbres si bons et si delicieus, qu’i [43] samble que Diex soit laienz. Mais il y a si bone [44] garde que uns anges Nostre Seigneur en garde l’entrée, l’espée toute ardant en sa main, que nus ne s’en aille aprochant [45], ne beste, ne homme, ne mal esperit, pour son delit [F° 67 c] faire laienz [p]. Mais atant nous [46] en tairons ; si parlerons d’Europe [47] et de ses contrées.

  1. — B : « Des arbres d’Ynde » manque.
  2. — B : sœf.
  3. — B : palmiers.
  4. — B : plains.
  5. — B : odeur.
  6. — A : ·i· moult ; B, C, N ·i· mont.
  7. — B : fuilles.
  8. — B : « pié » manque.
  9. — B : large.
  10. — B : poumes.
  11. — B : poumes d’Adan.
  12. — B : pour.
  13. — B : pomme.
  14. — B : « si » manque.
  15. — B : i.
  16. — B : en.
  17. — B : couls ; C : apadue a leur col.
  18. — B : saime.
  19. — B : plaines.
  20. — B : Babyloine.
  21. — B : coutivent.
  22. — B : prisonniers.
  23. — B : quant il ont fait coultiver.
  24. — B : porte.
  25. — B : fontainne.
  26. — B : arousez.
  27. — B : ne puet.
  28. — B : planter.
  29. — A : feueilles.
  30. — B : coi.
  31. — B : soleus.
  32. — A, B, C : croissent ; S : sont ; Sloan : renest ; Harley : recrest ; Arund. : rescroist.
  33. — B : charbon.
  34. — A : peeunt ; B : puent ; C : peuent.
  35. — B : clous de gyrofle.
  36. — B : et noix muscades.
  37. — B : gyngebres.
  38. — A : espifes.
  39. — B : pommes.
  40. — B : savon.
  41. — B : menja.
  42. — A, N, B : « y est » manque ; C : de Dieu, y est.
  43. — B : qu’il.
  44. — B : bonne.
  45. — B : aprouchant.
  46. — A : nons.
  47. — B : de Europe.
  1. [F° 65 d67 c = Vers 2863-2936.]
  2. « En Ynde croist... moult sain. » Jacques de V. 86 ; Neckam II. 74.
  3. « Si i a uns... pié de lé. » Jacques de V. 86
  4. « Autres pommes... en la poume. » Albert le Grand, De veget (Opera omnia, Paris, 1891, vol. 10) VI. 1. 30 ; Jacques de V. 86.
  5. « Autres arbres... tout cendre. » Solin 35 ; Isidore, Etym. XIV. 3. 25 ; Jacques de V. 86.
  6. « Les vingnes... en ·i· tinel. » Nombres XIII. 23 ; Jacques de V. 87 (p. 175 [ed. Douai, 1597] : Vites etiam in partibus illis tantæ magnitudinis botros seu racemos producunt, quod plures homines in vecte vix unum possent sustinere).
  7. « Si y a petiz... de çucre. » Solin 24, 50 ; Jacques de V. 86.
  8. « A l’un des chiés... en l’année. » Jacques de V. 86.
  9. « Et en cel champ... riens vaille. » Jacques de V. 86.
  10. « En cele terre... il se vestent. » Solin 24. 50 ; Isidore, Etym. IX. 2. 40 ; Jacques de V. 86.
  11. « Si y sont... est levez. » Jacques de V. 86.
  12. « Uns autres... estaindre. »
  13. « Si y a cedres... comme l’en dit. » Isidore, Etym. XVII. 7. 33, 36 ; Jacques de V. 87 ; Neckam II. 83.
  14. « Autres arbres... gyngiembres. » Jacques de V. 86 (Douai, 1597, p. 172) : ...Quarum fructus sunt gariophili, nuces muscatu, cassia fistula, caldamomum, piper album... Sunt aliæ arbores quarum radices sunt zingiber, galanga et zedoaria, quæ vulgariter citouart appellatur ; Neckam, De Laud. VIII.
  15. « Et autres qui... a la teste, » Jacques de V. 87.
  16. « Des arbres... faire laienz. » Genèse III.


iii [a].
D’Europe [1] et de ses contrées.

Puis qu’Aise devisée avons, si vous deviserons d’Europe [2] legierement pour [3] tost finer. Car nous en oons parler souvent [4].

Li premiers lieus d’Europe [5], si est Romanie, et une partie de Constantinoble [6] ; Rethe, Corinte et [7] Macedoine, Thesale, Boeme et Saxoine [8] ; et Espire [9], une [10] moult sainne [11] terre. En cele terre sourt une [F° 67 d] fontainne ou l’en ne peut [12] estaindre tisons ardanz ne les charbons vis [b].

En Archadie [13] a une pierre que l’en ne peut [14] en nulle maniere du monde estaindre, puis que est [15] esprise, tant qu’ele est trestoute en [16] cendre [c].
Puis est Danemarche, et Hongrie, Osteriche ; et puis Germanie qui a maint regne vers occident. Si i est Soabe et Alemaingne [17], ou une eave sourt [18] qui a non Dunœ [19], qui s’espant et court par ·vii· flueves [d]. Si i est Yllande [20], Escoce [F° 68 a] et Angleterre [21], et toute France, et toute la terre qui est jusques as monz de mont Geu [22] [e]. Tant tient de lieu Europe. Or vous deviserons d’Aufrique.

  1. — B : de Europe.
  2. — B : de Europe.
  3. — B : por.
  4. — B : oions souvent parler.
  5. — B : de Europe.
  6. — B : Constentin noble ; S : Constentinnoble ; Harley : Constantinoble.
  7. — A : Rececorinde ; B : Retecorinde ; C : Retecorindet ; N : Retecorinde ; Arund : Rechecorinde ; Sloan : Rece Corinde ; Harley : Rethe Corinte.
  8. — A : Saproine (aussi B, C et N) ; Arund : Sarroine ; Sloan : Sapoine ; Harley : Saxoine.
  9. — A : et Pirre (« et Espire » a été préféré à cause du f° 81 c).
  10. — A, B, C : et une... Harley, Arund., N : « et » manque.
  11. — B : saine.
  12. — B : puet.
  13. — A : Achardie ; B, C : Archadie.
  14. — B : puet.
  15. — B : puis que ele est...
  16. — B : tant qu’ele soit toute arse et trestoute en...
  17. — B : Alemaine.
  18. — B : yaue court.
  19. — A : Dunde ; C : Dundæ ; B, Arund., B, N : Dunœ ; Harley : Denœ ; S : Dynœ.
  20. — A : Harley, R : Yllande ; B, Sloan : Yslande ; C, N : Illande ; S, Bruxelles 10971 : Irlande.
  21. — B : Angletere.
  22. — B : nions de mont Gieu.
  1. [F° 67 c68 a= Vers 2937-2960.]
  2. « En cele terre... charbons vis. » Honorius A. I. 27 (In Epiro est fons...) ; Neckam II. 6.
  3. « En Archadie... en cendre. » Solin 7 (asbesto nomen est) ; Isidore Etym. XVI. 4. 4 ; Neckam II. 86 : Honorius A. I. 27.
  4. « Si i est Soabe... flueves. » Honorius A. I. 24.
  5. « jusques... Geu. » V. Introduction p. 41.


iv [a].
D’Aufrique et de ses regions.

Après Europe est Aufrique. Si en est Libe [1] li premiers lieu, une terre moult riche et bien garnie. Après vient la terre de Surie, Jherusalem [2] et le pays [3] environ ; la terre la ou Diex fu mort [4] et vis. Et puis Grece [5], Lombardie, Toscane, Alixandre, Gascoingne, [F° 68 b] Espaingne [b] et mainz [6] autres bons [7] pays que je ne vous devise pas.

Si y a citez et regions qui prennent leur nons [8] de bestes qui habitent en cele terre. Si en ont [9] les citez formes [10] prises : Dont [11] Roume [12] a fourme de lyon, et Troie la grant fourme de cheval [c].
Ethyope siet vers la fin d’Aufrique, et prent la fin. En cel pays a unes genz qui sont plus noir [13] que poiz [14] ne arrement. Car il fait si chaut cele part qu’il [15] samble que la terre y [16] arde [d]. Dela Ethyope n’a [F° 68 c] riens fors que deserz et terre sanz nul bien, plainne de vermine et de bestes sauvages [e]. Et se termine vers la grant mer.

  1. Harley : Libie.
  2. — B : Jerusalem.
  3. — B : pais.
  4. — B : morz.
  5. — R : Grece, Cyppre, Sezille, Tocane, Naples, Lombardie, Alexandrie, Gascongne, Espaigne, Castelongue, Galice, Navaire, Portingal et plent d’aultres.
  6. — B : Espaigne et mains.
  7. — B : bon.
  8. — A : « nons » manque.
  9. — A : Si en nont.
  10. — B : fourmes.
  11. — A : Tont.
  12. — B : Romme.
  13. — B : noirs.
  14. — A : poiez ; « poiez » : cette forme est isolée dans le manuscrit A ; nous trouvons « poiz » f° 60 b.
  15. — B : qui.
  16. — B : i.
  1. [F° 68 a68 c = Vers 2961-2986.]
  2. « Et puis Grece... Espaingne. » V. Introduction p. 41 s.
  3. « Si y a citez... cheval. » Gervaise de T. (t. II p. 767) II. 9 ; Honorius Aug. I. 28
  4. « En cel pays... y arde » Jacques de V. 92
  5. « Dela Ethyope... sauvages. » Honorius Aug. I. 33.


v [a]
De [1] diverses ylles [2] de la mer.

Puis que nous avons descripte la terre et devisée, si devons enquerre des ylles de la [3] mer, de celes dont nous savons les nons [4], dont il en a maintes par la mer.

Une moult grant ylle, qui a a non Avidos, est contre Europe. Et puis Colcos, ou la toison d’or fu trouvée, si comme [F° 68 d] l’en raconte en l’estoire de Jason. Une autre en y a qui Naaron [5] a non. De cele fu nez mon seigneur saint Denis, qui fu [6] decollez [7] en France [b].

Contre Aise la grant en a cinquante quatre ; mès nous ne les vous devisons [8] pas toutes [c]. Une en y a qui a a [9] non Delos, qui aparut [10] premierement après le deluge, quant il descrut [d]. Une autre en y a qui a non Meloth. Et est ainsi apelée pour la grant [11] melodie que l’en y ot du douz chant des oisiaus [F° 69 a] qui la sont. Si i croist li marbres blans [e]. Si i est une vile [12] qui a non Psalmos, dont la royne [13] sebile fu, qui mainz moz [14] prophecia de Jhesu Crist, lonc tans avant ce que il nasquist [15] en terre, a Roume [16] ou ele fu mandée. En cele ylle [17] fu controuvée premierement la matere [18] de faire les poz [19] de terre que l’en fait enquore en mainz pays [20]. De cele fu Pythagoras [21], uns granz phylosophes [22] qui trouva les poinz et les cas de mu-[F° 69 b]sique [f].

En Aufrique en a une autre qui est apelée Sardainne [23], ou une herbe croist ; qui en menjue, si meurt [24] en riant [g]. Une autre en y a [25] qui a non Bosus, ou [26] il n’a serpant [27] ne vermine [h]. Si y a une [28] autre qui Coulombine [29] a non qui est toute plainne de vermine et de serpanz [i]. Si en y a une autre qui est moult longue et moult lée, qui a non Haleares. En cele ylle [30] fu premierement controvée la fonde [j]. Si i est l’ylle [31] de Meroes qui en [32] [F° 69 c] milieu du jour n’a point d’ombre. Si a ·i· puis en cele ylle [33], qui par droit nombre a ·vii· piez de lé et ·c· piez de parfont. Et i luist li solaus [34] jusques au [35] fonz [k]. Si en y a une autre qui a non Cylla [36], ou li cyclopien furent jadis [l].

Une autre ylle [37] a cele part si grant, si comme Platons nous tesmoingne, qui fu clers [38] de moult grant renommée, qu’en cele ylle [39] ot plus de pourpris que en toute Europe ne en [40] toute [F° 69 d] Aufrique. Mais ele fu puis si toute destruite et derompue, si comme Diex le voult, qui la fondi pour les pechez [41] des genz qui y habitoient. Et est la mer Betée la endroit [m].

Une autre ylle i est que [42] l’en ne puet veoir quant l’en i veult aler. Et aucune foiz la voit l’en, et [43] l’apele l’en l’ylle [44] perdue. Cele ylle [45] trouva saint Brandins qui vit dedenz maintes merveilles [46], si comme sa vie le devise [n]. Et qui le voudra savoir, si lise dedenz.

[F° 70 a] Par de ça ra mainte bonne ylle [47] : cele de Chipre y [48] est, et cele de Sezille [49], et autres assez qui sont par la mer [50], qu’il [51] ne couvient pas nommer ci endroit.

Si ne vous [52] merveilliez mie d’aucunes choses que vous avez oÿes, qui vous [53] samblent moult sauvages [54] et moult diverses. Car Diex, en cui [55] tuit li bien sont, a fait en terre [56] maintes merveilles dont l’en ne set enquerre raison. Et pour ce ne devons nous mescroire riens [F° 70 b] tant que l’en sache s’ele est voire ou fausse. Ce n’est pas maus [57] se li hons mescroit aucunes [58] foiz [59] choses [60] dont il ne sache la verité, mais que ce ne soit encontre la foi. Car bonne chose est a l’omme [61] entendre a ce qu’il puisse aprendre et savoir aucune chose dont il ne soit pas esbahiz quant il en orra parler, et dont il sache a [62] dire la verité. Car tout ausi comme il vous samble que ce est granz [63] merveilles que je vous conte ci, ausi resamble il a ceuls de [F° 70 c] la que les choses de ça sont moult diverses ; et moult s’en merveillent pour ce qu’il en ont poi [64] veü. Si ne se doit pas li hons merveillier se il ot a la foiz aucune chose ou il ne puisse entendre raison. Car touz jourz [65] doit li hons aprendre. Car il n’est nus [66] qui tout puisse savoir, fors Diex qui tout voit et tout set.

Li jaiant [67], qui sont en aucuns lieus ont moult grant merveille de nous, de ce que nous soumes si petit [68] envers euls. [F° 70 d] Ausi comme il nous samble de ceuls qui sont la moitié plus petit [69] de nous, si comme l’en nous [70] dit. Ce sont li pigmain qui n’ont que ·iii· piez de lonc. Ausi se merveillent il de ce que nous soumes si grant [71], et nous tiennent aussi pour jaianz [72]. Cil qui n’ont que ·i· œill et ·i· pié se merveillent moult de ce que nous en avons ·ii·. Ausi comme nous nous merveillons de ce qu’il n’en ont que ·i· Et ausi comme nous devisons leur [F° 71 a] bestes et les nommons par leur nons [73], ausi devisent il les nostres par les leur de cors et de membres. Si li centicores a piez de cheval, ausi ra li chevals piez de centicore. Et si poons enquore bien dire que li chevals a piez [74] de monotheros. Car il s’entreresamblent [75] de corsage [76]. Et ausi leur resamble il de noz [77] bestes que eles sont diverses de testes et de cors et des [78] membres.

  1. — B : des.
  2. — B : illes.
  3. — B : « la » manque.
  4. — A : nous.
  5. — A, B, N, R, Harley : Naaron ; Arundel : Varon ; C : Anon. V. Introduction p. 41 pour ce nom.
  6. — A : « fu » manque.
  7. — B : decolez.
  8. — B : deviserons.
  9. — B : « a »  manque.
  10. — B : apparut.
  11. — B : « grant » manque.
  12. — B : ysle.
  13. — B : rayne.
  14. — B : « moz » manque.
  15. — B : naqui.
  16. — B : Romme.
  17. — B : ysle.
  18. — B : matiere.
  19. — A : les porz.
  20. — B : mains pais.
  21. — B : Pithagoras.
  22. — B : philosophes.
  23. — B : Sardaine.
  24. — B : muert.
  25. — B : « en y a » manque.
  26. — B : Bosus en y a, ou...
  27. — B : serpent.
  28. — A : un autre ; B : une autre. (Quoique « ylle » ait les deux genres, le manuscrit A emploie toujours le féminin. Ce cas-ci est douteux, comme il ne s’agit, probablement que d’une élision devant la voyelle : un’autre.
  29. — B : Colombine.
  30. — B : ysle.
  31. — B : ysle.
  32. — b : el.
  33. — B : ysle.
  34. — B : Et il luist le souleill.
  35. — B : as.
  36. — B : un autre qui a a non Cilla.
  37. — B : ysle.
  38. — B : tesmoigne qui fu ·i· clerc.
  39. — B : que en cele ysle.
  40. — B : qu’en tote Europe n’en...
  41. — B : pechiez.
  42. — B : ysle y a que.
  43. — B : en.
  44. — B : ysle.
  45. — B : ysle.
  46. — B Brandains qui maintes merveilles vit dedenz.
  47. — B : ysle.
  48. — B : Chypre i.
  49. — B Sezile.
  50. — B : « qui sont par la mer » manque.
  51. — B : qui.
  52. — A : vons.
  53. — B « vous » manque.
  54. — B : sauvages a vous.
  55. — B : qui.
  56. — B : terres.
  57. — B : fausse ou voire. Ce ne pas mauls.
  58. — B : m’escroist aucune.
  59. — B : « foiz » manque.
  60. — B : chose.
  61. — B : l’oume.
  62. — B : « a » manque.
  63. — B : grans.
  64. — B : pou.
  65. — B : jours.
  66. — A : il n’est mis ; B : il n’est nus ; C : car y n’est nulz.
  67. — B : jaans.
  68. — B : sommes si petiz.
  69. — B : petiz.
  70. — B : l’en le nous.
  71. — B : granz.
  72. — B : jaans.
  73. — A : nous ; B : nons ; C : nomz.
  74. — B : cors.
  75. — B : s’entreressamblent.
  76. — B : coursage.
  77. — B : nos.
  78. — B : de.
  1. [F° 68 c71 a = Vers 2987-3106.]
  2. « Une autre en y a... decollez en France. » Pline IV. 12. 22 ; Honorius Aug. I. 34. V. Introduction p. 42 s ; Isidore, Etym. XIV. 6. 27
  3. « Contre Aise la grant... pas toutes. » Isidore, Etym. XIV. 6. 20 (donne 53) ; Honorius Aug. I. 34
  4. « Une en y a... descrut. » Isidore, Etym. XIV. 6. 21 ; Honorius Aug. I. 34.
  5. « Une autre en y a... marbres blans. » Isidore, Etym. XIV. 6. 28 ; Honorius Aug. I. 34. V. Introduction p. 43.
  6. « Si i est une ylle... musique. » V. Introduction p. 43. Isidore, Etym. XIV. 6. 31. Honorius Aug. I. 34.
  7. « En Aufrique... si meurt en riant. » Vincent de Beauvais, Spec. Histor. I. 83 (Douai, 1624) ; Isidore, Etym. XIV. 6. 39 ; Honorius Aug. I. 36 ; Neckam II. 62.
  8. « Une autre en y a... vermine. » V. Introduction p. 43 ; Isidore, Etym. XIV. 6. 43 ; Honorius Aug. I. 36.
  9. « Si y a une autre... serpanz. » V. Introduction p. 43 ; Vincent de Beauvais (Colubraria), Spec. Hist. I. 83 ; Isidore XIV. 6. 43 ; Honorius Aug. I. 36.
  10. « Si en y a une autre... fonde. » V. de Beauvais, Spec. H. I. 83 ; Isidore, Etym. XIV. 6. 44 ; Honorius Aug. I. 36.
  11. « Si i est l’ylle... au fonz. » Pline II. 183 (Syene civitas) ; Gervaise de T. (t. II p. 759). II. 9 ; Honorius Aug. I. 36.
  12. « Si en y a une autre... jadis. » Isidore, Etym. XIV. 6. 32-33 ; Honorius Aug. I. 35.
  13. « Une autre ylle... la endroit. » Platon, Critias 113 e ; Timée 25 a ; Honorius Aug. I. 36 (mer Betée = Concretum Mare). V. Introduction p. 43.
  14. « Une autre ylle i est... le devise. » Gervaise de T. t. I, p. 919. II. 11 ; Honorius Aug. I. 36. V. Introduction p. 43.

    Le reste de ce chapitre est plus ou moins une traduction de Jacques de V. 92.


vi a [a].
Des diversitez qui sont en Europe et en Aufrique.

[F° 71 b] Nous avons maintes choses par de ça dont il n’ont par de la nulles. Il a devers Yllande seur [1] la mer uns oisiaus qui volent ; et croissent en [2] arbres par les bés ; et quant il sont presque meür [3], cil qui chieent a terre ne pueent vivre, et cil qui chieent [4] en yaue vivent [b].

En Yllande [5] a une grant ylle ou il n’a ne serpant ne male [6] beste. Qui porte de la terre de cele ylle en autre [7] terre, la vermine i est tantost morte [c].

Une [8] autre en i ra qui est bien loing en mer, ou nulles [9] femmes ne [F° 71 c] pueent demourer [10]. Neïs les oisiaus qui sont femeles [11] s’en traient en sus [d].

Si en y a une autre ou nulles [12] genz ne pueent mourir [13] en nul tans [14] du monde. Mais quant il sont si vieill et si crollant [15], et que les menbres leur duelent tant qu’il ne se pueent aidier ne euls soustenir, et que il [16] ont plus chier a mourir que a [17] vivre, si se font porter en une autre ylle pour mourir [18], outre cele qui a non Tylle [e]. Et li arbre qui sont [F° 71 d] en cele [19] ylle tiennent leur fueilles en verdure tout tans [20], et yver et esté. Cele part n’a que ·i· jour en l’an, dont la nuit dure ·vi· mois entiers toute obscure. Et puis vient li jours [21], qui autretant dure ·vi· mois, autresi luisant et cler [f].

Un autre leu [22] a en Yllande qui art comme feu nuit et jour, que en [23] apele le purgatoire saint Patrice. Si est si perilleus que se aucunes genz vont, qui ne soient bien confès et bien repentanz [24], tantost sont raviz et [F° 72 a] perduz, que l’en ne set [25] que il devienent [26]. Et se il est confès et repentanz, si vait [27] outre, et passe par [28] mainz tourmenz [29], et s’espurge de ses pechiez ; et que plus a fait de pechiez plus li sont grief li torment a passer. Et quant il est revenuz arrieres [30] de cele purgatoire, jamais ne li plaira chose qu’il voie au siecle, ne ne rira. Mais adès est en pleur et en gemissement [31] pour les pechiez que les genz font, et pour les maus qu’il [32] leur voit faire [g]. En [F° 72 b] cele [33] ylle a une grant montaingne de souffre [34] qui art de jourz et de nuit.

En Bretaingne si a, ce dit l’en, une fontaine [35] et ·i· perron [36] que, quant l’en giete l’yaue de cele fontainne [37] sus le perron, si commence a plouvoir, et a venter, et a tonner, et a espartir [h]. La endroit ot une maniere de genz [38] qui avoient keues par darrieres [39] [i].

Si ra l’en veïi en France une maniere de genz [40] qui furent cornuz [j].
Si ra unes femmes devers les monz de Mont Gieu qui ont boces souz les [F° 72 c] mantons [41] qui leur pendent jusqu’aus mammeles, et sont pour belles [42] tenues la endroit [k]. Autres genz y a qui ont granz boces seur [43] le dos, et sont ausi courbés comme [44] croces [l]. Et cil qui voient toutes ces choses souventes foiz ne s’en merveillent gaires. Si voit l’en aucunes foiz sourz et muez naistre, et genz qui ont nature d’omme et de femme. Et si ra l’en veü souvent aucunes [45] genz naistre sanz braz et sainz [46] [* 1] mains [47].

  1. — B : Yslande sur.
  2. — B : as.
  3. — B : meurs.
  4. — A : cil qu’il chieent ; B : cil qui chieent a terre ; C : cil qui cheent a terre ; A : « a terre ne pueent vivre, et cil qui chieent » manque ; B : ne pueent vivre, et cil qui chieent... ; C : ne peuent vivre, et cilz qui cheent...
  5. — B : Yslande.
  6. — B : serpanz ne malle.
  7. — B : en ·i· autre.
  8. — B : un.
  9. — B : nules.
  10. — B : demorer.
  11. — B : femmeles.
  12. — B : nules.
  13. — B : morir.
  14. — B : tens.
  15. — B : croulant.
  16. — B : qu’il.
  17. — B : morir qu’a.
  18. — B : morir.
  19. — B : icele.
  20. — B : « tout tans » manque.
  21. — B : le jour.
  22. — B : lieu.
  23. — B : que l’en.
  24. — B : repetanz.
  25. — B : soit.
  26. — B : deviengnent.
  27. — B : vet.
  28. — B : « par » manque.
  29. — B : tormenz.
  30. — B : arriere.
  31. — B : est en gemissemenz et en pluer.
  32. — B : mauls qui.
  33. — A : ce ; B : icele ; C : celle (« ce » = « cele » est un cas isolé dans le manuscrit A. Nous mettons « cele », la forme ordinaire du manuscrit).
  34. — B : sueffre.
  35. — B : fontainne.
  36. — B : pierron.
  37. — B : fontaine.
  38. — B : gent.
  39. — B : derrieres.
  40. — B : gent.
  41. — B : mentons.
  42. — B : beles.
  43. — B : sur.
  44. — B : comment.
  45. — B : d’aucunes.
  46. — B : sanz ; C : sens ; A : sainz.
  47. — B : mainz.
  1. * « Sainz » n’est pas isolé dans les ms. A : nous le trouvons déjà f° 20 d. Cette forme est confirmée par de nombreux exemples dans d’autres textes (cf. Burguy, II p. 364, Bartsch p. 62).
  1. [F° 71 a72 c = Vers 3107-3178].
  2. « Il a devers... en yaue vivent. » Jacques de V. 92 (In quibusdam partibus Flandriæ) ; Neckam I. 48 (De Bernekke) ; Giraldus Cambrensis, Topographia Hibern. I 15 (De bernacis) (Opera ed. Demock. Londres, 1861-91. 8° vol. 5).
  3. « En Yllande... tantost morte. » Jacques de V. 92 ; Neckam, De Laud. V. 884 ; Giraldus Camb. Top. Hib. I. 28-31.
  4. « Une autre en i ra... traient en sus. » Giraldus Camb., Top. Hib. II. 4.
  5. « Si en y a... qui a non Tylle. » Giraldus Camb., Top. Hib. II. 4.
  6. « Et li arbre... luisant et cler. » Solin 16 (De Hyperboreis) ; Honorius Aug. I. 31 ; Jacques de V. 92. V. Introduction p. 44.
  7. « Un autre leu... leur voit faire. » Neckam De Laud. V. 893. (Les passages « Si est si... devienent » et « Et quant il est... voit faire » ne se trouvent pas dans Neckam) ; Giraldus Camb., Top. Hib. II. 5 ; Jacques de V. 92.
  8. En Bretaingne... espartir. » Jacques de V. 92 ; Neckam II, 7 ; Giraldus Camb., Top. Hib. II. 1
  9. « La endroit... par darrieres. » V. Introduction p. 44 ; Jacques de V. 92 (in Majori Brittania).
  10. « Si ra l’en veü... furent cornuz. » Jacques de V. 92.
  11. « Si ra unes femmes... la endroit. » Jacques de V. 92. V. Introduction p. 44.
  12. « Autres genz y a... croces. » Jacques de V. 92.

vi b [a].
De la maniere des bestes.

[F° 72 d] Li gourpix [1] a tel maniere qu’il s’en vait as chans [2] et s’estent comme morz pour prendre les oisiaus [b].

Quant li cers veult renouveler son aage, si menjue aucune serpant [3] [c].

Se bouteriaus ou yraingne mort l’omme, li hons en prant [4] souvent la mort [d]. La salive d’oume geuné [5] tue communement l’yraingne et le bouterel.

Se uns leus [6] et uns hons s’entrevoient de loing, celui qui est premiers [7] veüz si enroe [e]. Li leus [F° 73 a] enporte la berbiz [8] sanz mal faire, qu’il [9] ne soit aparceüz [10], et puis la deveure en son repos quant il l’a portée jusques au [11] bois [f].

L’yraingne trait de ses entrailles le fill [12] dont ele fait ses trailles pour prendre les mouches que ele menjue [g].

Quant la singesse a ·ii· faons, si en aimme l’un plus que l’autre. Ele porte l’ainzné entre ses braz, et li autres la sieut a pié au mieulz [13] qu’il peut [14] [h].

Li chiens garde les biens son seigneur [15], qu’il n’ont garde d’ou-[F° 73 b] mes [16] ne de bestes. Et si reconnoist son seingneur, et l’aimme seur touz autres, et de si grant amour, que souvent avient qu’il ne le veult guerpir ne a droit ne a tort devant la mort. Et tant se dueldra de sa mort, qu’il en muert souventes foiz [i]. Si a en Angleterre en aucuns lieus une maniere de chiens qui vont querre les larrons la ou il les truevent [j].

La mustele, qui est petite beste, occit [17] le basilique et se combat tant [F° 73 c] a lui que ele l’a mort outréement. Ele remue si souvent les [18] faons d’un lieu en autre que a painnes les peut nus [19] trouver [k]. Li heriçons abat les pommes [20], et se toeille [21] dedenz, et les enbat [22] en ses aiguillons, et s’en va, si chargiez comme il peut [23], chantant et menant son deduit quant il se sent bien chargiez. Et, se aucune beste li veult mal faire, si se met en ·i· moncelet, piez et teste, et tient ses aiguillons entour sa pel, si que [24] nulle beste ne l’ose ato-[F° 73 d]chier pour les [25] espingnons [26] [l]. Li aigniaus [27], qui onques ne vit le leu, le doute et le fuit, et ne doute point autres bestes, et va hardiment [28] entre eles [m].

  1. — B : goupix.
  2. — B : chanz.
  3. — A : aucune serpant ; B : aucune serpant (« serpant » est tantôt masculin, tantôt féminin dans les manuscrits. Cette variation de genre est confirmée. Cf. f° 56 a).
  4. — B : prent.
  5. — B : d’omme geun.
  6. — B : lieus.
  7. — B : premier.
  8. — B : brebiz.
  9. — B : qui.
  10. — B : aperceüz.
  11. — B : as.
  12. — B : fil.
  13. — B : miex.
  14. — B : puet.
  15. — B : seingneur.
  16. — B : ommes.
  17. — B : ocit.
  18. — B : ses.
  19. — B : puet nus ; C : peust nulz.
  20. — B : poumes.
  21. — B : toueille.
  22. — B : embat.
  23. — B : puet.
  24. — B : ques.
  25. — B : atouchier pour ses.
  26. — B : espignons.
  27. — B : aigniaux.
  28. — B : hardiement.
  1. [F° 72 c73 d = Vers 3179-3231.]
  2. « Li gourpix... les oisiaus, » Jacques de V. 92 ; Neckam II. 125. Isidore, Etym. XII. 2. 29.
  3. « quant li cers... serpant. » Solin 19 ; Jacques de V. 92 ; Neckam II. 136. De Laud. IX. 133.
  4. « Se bouteriaus... la mort. » Jacques de V. 92.
  5. « Se uns leus... si enroe. » Jacques de V. 92 ; Isidore, Etym. XII, 2, 24 ; Neckam II. 153. De Laud. IX. 117. Ce passage manque dans le ms. en vers.
  6. « Li leus enporte... jusques au bois. » Jacques de V. 92.
  7. « L’yraingne... menjue. » Jacques de V. 92 ; Neckam II. 113.
  8. « Quant la singesse... qu’il peut. » Solin 27 ; Jacques de V. 92 ; Isidore, Etym. XII. 2. 31.
  9. « Li chiens garde... souventes foiz. » Jacques de V. 92 ; Isidore, Etym. XII, 2. 26 ; Neckam II. 157.
  10. « Si a en Angleterre... truevent. » Neckam II. 157.
  11. « La mustele... nus trouver. » Solin 27 ; Isidore, Etym. XII. 3. 3 ; Jacques de V.92 ; Neckam II. 123 ; Giraldus Cambr., Topog. Hib. I. 27.
  12. « Li heriçons abat... espingnons. » Jacques de V. 92.
  13. Li aigniaus... entre eles. » Jacques de V. 92.


vi c [a].
De la maniere des oisiaus [1].

Li aigles prent ses poucins par ses [2] ongles. Et celui qui se tient fermement aimme et le retient avoec lui. Et celui qui se tient foiblement [3] [* 1] laisse aler et ne s’en prent garde. Quant ele est vieille, si vole [4] si haut qu’ele [5] passe les nues en haut. Et tient tant sa veüe [F° 74 a] el souleill [6] que ele l’a toute pardue [7] et arse, et que ses pennes sont toutes brullées. Et lors chiet aval tout en ·i· mont en une eave que ele a avant choisie. Et ainsi a sa vie renouvelée. Et quant sont [8] bec est trop lonc, si le brise [9] a une dure [10] pierre et le raguise [b].

Quant la turterele a perdu son male [11] que ele a premierement conneü, jamais autre malle [12] n’avra, ne ne sera sus arbre vert. Ainz s’en vait par les arbres [F° 74 b] sés [13] touz jourz [14] gemissant [c].

L’ostruce menjue bien fer ; ne ja riens ne li grevera [15] [d].

Quant li hairons voit la tempeste venir [16], si s’enfuit en haut, et s’envole desus les nues pour eschiver [17] les pluies et la tempeste [18] [e]. Quant la choè trueve or ou [19] argent, si l’emble et le repont. Et qui ot sa voiz, il [20] samble qu’ele parole aucune foiz [f].

Li corbiaus si cuide estre li plus biaus oisiaus de touz les autres et li mieulz chantanz [21]. Se ses poucins sont [22] blanc, [F° 74 c] de riens qui soit jamais bien ne leur [23] fera, devant qu’il soient noir [g].

Et quant l’en regarde le paon, si tourne sa keue tout entour lui [24] pour ce que l’en loe sa biauté, et fait de tout son cors aussi [25] comme une roe, tant s’enorgueillist de sa biauté. Mais quant il regarde ses piez qui sont laiz [26], si laisse sa keue cheoir, ausi comme pour couvrir les [27] [h].

Li ostours et il espreviers si prennent leur proies en rivieres. Li domeches la [28] raporte a [F° 74 d] son seigneur qui l’a pris [i].

Li coulons est simples oisiaus, et se [29] norrist bien autrui pijons, et aparçoit [30] bien en l’eave [31], par l’ombre que il voit dedenz [32], quant li ostours le veult prendre [j].

La hupe est uns oisiaus crestez [33] qui en viltez et en ordure demeure plus volentiers que ailleurs. Qui une heure s’oindroit [34] de son sanc, et puis s’alast dormir, il li seroit maintenant avis en dormant que anemis vendroient devant lui qui estrangler [F° 75 a] le voudroient [k].

Li rousignols [35] muert souvent en chantant, et l’aloete bien souvent aussi. Li cignes [36] est touz blans par dehors, et par dedenz est touz noirs. Il chante souvent devant sa mort [l]. Ausi font mainte gent souvent.
De tels choses et de moult d’autres se merveilleroient moult de genz [37] qui riens ne avroient oÿ ne veü plus que nous ne faisons [38] ici. Car nous en [39] voions souvent d’aucunes de quoi l’en se merveilleroit moult, qui ne les a-[F° 75 b]roit [40] aprises a veoir.

  1. — B : oissiaus.
  2. — B : les.
  3. — A : ffoiblement ; B : fieblemcnt ; C : foiblement.
  4. — B : volle.
  5. — B : que ele.
  6. — B : soleill,
  7. — B : toute perdue ; C : perdue ; N : perdue.
  8. — A : sont ; B, C : son (« sont » [suum] : cf. p. 89, note).
  9. — B : bruise.
  10. — B : « dure » manque.
  11. — B : marle.
  12. — B : marle.
  13. — C : arbres secz touz ; R : par les arbres, ses amours continuellement gemissant.
  14. — B : jours.
  15. — B : ne ja ne li grevera riens ; C : grevera, et quant elle a pont sez œufz qui sunt mult groz, et elle lez voult couver, si lez enfouy dedanz sablon au ray du souleil, et la lez couve de son regart.
  16. — B : li hairons vait venir la tampeste.
  17. — B : eschevir.
  18. — B : tampeste.
  19. — B : et.
  20. — B : si.
  21. — B : chantant.
  22. — B : son.
  23. — B : lor.
  24. — B : li.
  25. — B : ausi.
  26. — B : si laiz.
  27. — B : chaoir, ausi con por couvir les.
  28. — B : le.
  29. — B : si (« se » = si : cette forme se présente souvent dans le manuscrit A. Cf. fos 6b, 6d, 7b, 7d, etc.
  30. — B : pigons, et si aperçoit.
  31. — B : l’yaue.
  32. — B : « que il voit dedenz » manque.
  33. — B : cretez.
  34. — B : s’oindrent.
  35. — B : roussignols.
  36. — B : cygnes.
  37. — B : gens.
  38. — B : faissons.
  39. — A : ne.
  40. — B : avroit.
  1. * « ffoiblement » : forme isolée dans le ms. A et que nous n’avons pu confirmer par d’autres textes. Peut-être faudrait-il lire « floiblement » : cf. f° 59 A. « Foible » est l’orthographe ordinaire dans le ms. A.
  1. [F° 73 d75 b = Vers 3232-3303.]
  2. « Li aigles prent... le raguise. » Isidore, Etym. XII. 7. 10-11 ; Jacques de V. 92 ; Neckam I. 23 ; Giraldus Camb., Topog. Hibern. I. 13.
  3. « Quant la turterele... gemissant. » Jacques de V. 92 ; Neckam I. 59.
  4. « L’ostruce... grevera. » Jacques de V. 92 ; Neckam I. 50 ; Isidore, Etym. XII. 7. 20.
  5. « Quant li hairons... la tempeste. » Jacques de V. 92 ; Neckam I. 63.
  6. « Quand la choè... aucune foiz. » Jacques de V. 92 (monedula) ; Isidore, Etym. XII. 7. 35.
  7. « Li corbiaus... il soient noir. » Jacques de V. 92 ; Neckam I. 61 ; II. 126 ; Isidore, Etym. XII. 7. 43.
  8. « Et quant l’en regarde... pour couvrir les. » Jacques de V. 92 ; Neckam I. 39.
  9. « Li ostours... qui l’a pris. » Jacques de V. 92 ; Neckam I. 24.
  10. « Li coulons... veult prendre. » Jacques de V. 92 ; Neckam I. 56.
  11. « La hupe... le voudroient. » Isidore Etym. XII. 7. 66 ; Jacques de V. 92.
  12. « Li cignes... sa mort. » Jacques de V. 92 ; Neckam I. 49 ; Isidore Etym. XII. 7. 18.

vii. [a]
Des diversitez [1] d’aucunes choses communes.

Moult de choses sont moult apertes, dont moult couvertes sont les raisons et dont les genz se merveillent moult pou, pour ce qu’il les [2] voient moult souvent.

Vif argent est de tele maniere qu’il soustient une pierre desus lui, ce que oile ne eave [3] ne porroit faire, car la pierre s’en iroit au fonz . La chalz vive a si tost la froide eave eschauffée [4], que l’en n’i porroit souffrir sa main [b]. Li rai du [F° 75 c] souleill [5] nercissent le cuir de l’oume et blanchissent [6] les toiles ; et la terre qui est mole font [7] dure ; et la cire qui est dure remetent et fondent [8] [c].

Si fait l’en de l’eave [9] froide en ·i· vaissel [10] de voirre [11] le feu encontre le soleill, et du cristal ausi [* 1] [d]. Et de hurter le fer a la pierre saut li feuz touz alumez.

Li venz, qui est froiz, esprant [12] le feu et l’enflambe [13], et le fait plus grant. Alaine d’omme [14], qui est chaude, refroidist [15] la chaude chose. Li airs refroide par mouve-[F° 75 d]menz, et l’yaue en [16] eschauffe [17] qui est froide.

La terre, qui est pesant et de ) nature, se tient el milieu de l’air sanz piler et sanz fondemant [18], seulement par sa nature. Et pour ce est fols [19] qui se merveille de chose que Diex face. Car nus n’a pooir de moustrer raison pour quoi [20] eles sont ou non. Car il n’est nulle [21] chose si petite dont l’en [22] puisse savoir la glose vraiment [23], comment ele est, fors tant comme il plaist a Nostre Seingneur.
[F° 76 a] Par clergie peut l’en bien savoir et entendre raison d’aucune chose ; et par nature, si que raisons [24] n’i set que reprendre, tant comme nus hons en puisse enquerre, qui oevre en terre par nature [* 2]. Mais nus si ne porroit savoir pour quoi [25] ne comment eles sont faites, et [26] ne porroit nus savoir certainement [27], fors Diex qui la raison en set et entent.

  1. — B : diversetez.
  2. — B : ce qui les.
  3. — B : cen que oille ne yaue.
  4. — B : yaue eschaufée.
  5. — B : soleill.
  6. — B : l’omme et blanchist.
  7. — B : fait.
  8. — B : remest et font.
  9. — B : l’yaue.
  10. — B : vaissiau.
  11. — B : verre.
  12. — B : esprent.
  13. — B : anflamble.
  14. — B : d’oume.
  15. — B : refroide.
  16. — B : « en » manque.
  17. — A : eschausfe ; B : eschaufe ; C : eschauffe.
  18. — B : fondement.
  19. — B : fouls.
  20. — B : quoy.
  21. — B : nule.
  22. — B : petite de quoy l’en...
  23. — B : vraiement.
  24. — B : raison.
  25. — B : savoir du tout pour quoy.
  26. — B : ce.
  27. — B : certainement.
  1. * « Si fait... ausi » : Tous les ms. en prose offrent la même leçon pour ce passage qui ne se trouve dans aucun des ms. en vers, soit de la première, soit de la seconde rédaction. Ce fait est si frappant qu’il semble justifier les conclusions suivantes : Gossouin, trouvant de la difficulté à traduire le passage du texte latin, s’est décidé à l’omettre. Plus tard, écrivant la rédaction en prose, il fait un essai peu réussi de traduction. Finalement l’auteur de la seconde rédaction en vers, Gossouin lui-même, ou Gautier ou un autre, se décide, vu l’obscurité du passage, à l’omettre définitivement.

    Le texte latin se trouve au ch. 93 de Jacques de Vitry :

    « Crystallus licet frigidus sit, aqua frigida conspersus ad solis radios, ignem ex se producit. » L’Image du Monde nous donne donc une traduction pas très correcte qui revient à ceci : « Si un vaisseau de verre ou de cristal rempli d’eau froide est exposé au soleil, il produira du feu. »

    Caxton adapte le texte français d’une manière ingénieuse : « Le soleil chauffe l’eau froide contenue dans un vaisseau ; avec du verre ou du cristal exposé au soleil on peut faire du feu. »

  2. * « Par clergie... terre par nature » : On peut comprendre et savoir la raison des choses par la science ; et (là où) l’on ne saurait en expliquer les raisons, quelles que soient les recherches de l’homme qui ne travaille sur cette terre qu’à l’aide de la nature, (on les comprend) par la nature.
  1. [F° 75 b76 a = Vers 3304-3348.]
  2. « La chalz vive... souffrir sa main. » Jacques de V. 93 ; Neckam II. 51.
  3. « Li rai du souleill... fondent. » Jacques de V. 93.
  4. « Si fait l’en de l’eave... cristal ausi. » Jacques de V. 93.

    Ce passage ne se trouve pas dans le ms. en vers, ni dans aucun des autres ms., soit de la première, soit de la seconde rédaction en vers.

    Le reste de ce chapitre est tiré de Jacques de Vitry. Gossouin ne paraît pas avoir employé d’autres sources.


viii [a].
Ou enfers siet et que ce est. [b]

Nous vous avons devisée la terre par dehors au mieulz [1] que [F° 76 b] nous poons. Or nous couvient [2] enquerre après quels lieus il a par dedenz la terre, se ce est [3] enfer ou paradis, et la quele chose vaut mieux [4] et la quele pis.

Cil lieus qui est enfermez en terre, je di que ce est [5] enfer. Car enfer ne porroit pas estre en l’air, n’en si noble lieu n’en ciel n’est il pas ; car trop est li lieus purs et nez. Et enfers [6] est laiz et oscurs, et plus pesant [7] que riens qui soit ; par quoi l’en puet bien entendre que il a fait son estre [F° 76 c] el plus bas lieu de la terre. Car en haut ne porroit il pas estre. Car il est contraires a paradis qui est el ciel lasus. Et pour ce s’est il trait ensus de lui, au plus qu’il peut [8]. Et est el milieu de la terre.

Je ne di pas qu’enfer ne soit aillieurs, quele part que ce soit. Car, après la mort, partout a painne et mal qui l’a deservi. Neïs s’il estoit mis desus le ciel, si avroit il enquore pis assez. Si comme il seroit d’aucun homme qui [F° 76 d] seroit en grant maladie, et se devroit mourir [9], et l’en le metoit en ·i· biau lieu, ou il eüst joie et soulaz ; tant seroit il plus tristres et plus dolanz quant il verroit qu’il ne se porroit aidier [10] ne jouer. Ausi seroit il de ces chaitis qui sont mis en enfer, que nous vous voulons ci deviser pour mieux [11] finer nostre livre.

Ore oiez, si vous deviserons comment enfer siet el milieu de la terre, et de quel nature il est, et des painnes dures [F° 77 a] que cil ont qui laienz sont mis. Vous avez bien oÿ et comment li ·iiii· element se [12] tiennent li uns en l’autre par nature ; si que la terre est en mi et se tient el milieu du firmament. Tout ausi a dedenz la terre ·i· lieu qui a non abisme et terre de perdicion. Itant vous di je de celui lieu qu’il est [13] plains de feu et de souffre [14] ; et est hideus et puanz, et plains d’ordure et de toute male aventure. Si est larges dedenz, et par desus est estroiz.

[F° 77 b] Quanqu’il chiet la dedenz font en une heure. Li sousfres, qui touz jourz art et font, destruit [15] tout et confont et art. Ne ja riens n’i ara [16] finement qu’il n’arde [17] touz jourz san [18] fin. Touz jourz art adès, et touz jourz renaist et ne puet morir quanque est mis la dedenz. Car cil lieus est de tele nature que quant plus art et plus dure longuement.

Cil lieus a touz les maus a sa partie. La tient la mort son estandart, qui envoie par tout [F° 77 c] le monde querre ceuls qui siens [19] sont, qui qu’en ait joie ne tristece. Laienz viennent touz les mauvais a porz.

Cil lieus a non terre de mort [20]. Car les ames qui la sont portées i sont a toz [21] jourz sanz fin. Toutes i muerent en vivant, et touz jorz [22] vivent en mourant [23]. La mort si est lor [24] vie et leur viande.

Mort les [25] tient adès en son commandement. Ce est li estans du feu qui font. Et tout ausi comme la pierre affonde [26] [F° 77 d] dedenz la mer, quant ele i est getée, et ne sera jamais veüe [27], ausi y affondent [28] les ames toutes au [29] fonz qui touz jourz ardent [30] et fondent. Ne pour ce ne fenissent mie ; ainz comperent leur folie nuit et jourz [31], et feront touz jourz sanz fin. Car chose qui soit esperitel ne puet jamais mourir [32], si qu’ele soit du tout morte. Mais la mort les conforte adès.

Ame ne puet mourir [33], puis qu’ele est hors de son cors. Ainz la couvient touz jourz languir. [F° 78 a] Ne jamais n’avront se mal non [34].

C’est la terre d’oblivion. Car l’en oublie touz ceus [35] qui la sont, ausi comme il oublierent [36] en cest siecle celui qui est plains [37] de pitié. Et pour ce les a il mis en oubli [38], si que jamais merci n’aront [39] en cele terre tenebreuse, hideuse et plainne de pueur et de douleur et d’angoisse et de tristece et de fain et de soif. Ne jamais nus ni avra leèce ne joie. Ce sont li jehenne [40] puant, une terre si ardant et si male que [F° 78 b] noustre feu [41] n’est que painture, envers celui, d’ardeur.

La sont li flueve [42] perilleus qui sont de feu et de glace, si hideus et si plains de venim [43] et d’ordes bestes, qui font si grant noise et si granz [44] molestes des ames qui la sont mises en cel abysme, que nus n’en diroit la milliesme partie.

En terre a moult d’autres lieus qui sont perilleus et orrible [45], que dedenz terre que en mer, et en maintes ylles qui par la mer sont, orribles de [F° 78 c] pueur et de feu et de soufre [46] ardant, qui moult sont penibles. Si y [47] a d’autres granz montaingnes de souffre [48] qui ardent nuit et jour, ou maintes ames ont grant encombrier et ardent touz jourz pour espurgier leur maus [49].

Si vous puet bien soutire [50] a tant a parler de ceste matire [51]. Car nus ne porroit [52] raconter le mal ne la paine [53] que mauvais homme receoit [54] quant il est partiz [55] de cest siecle. Car il va [56] touz jourz de mal en [F° 78 d] pis. Si nous en tairons ore atant que plus n’en dirons.
Et puis que nous avons devisé et descrit [57] l’un des elemenz, ce est [58] la terre, si dirons après du secont ; ce est l’yaue qui keurt [59] touz jourz. Et après si dirons de l’air, et puis del [60] feu, dont chacuns [61] a son lieu propre.

  1. — B : miex.
  2. — A : couvient ; B : convient. Le scribe de A écrit « couivient », le point sous l’i dénotant la suppression de la lettre. C’est le signe employé par le copiste dans ce but. Cf. f° 89 a n.
  3. — B : ce cest est.
  4. — B : miex.
  5. — B : c’est.
  6. — B : enfer.
  7. — B : pesanz.
  8. — B : puet.
  9. — B : morir.
  10. — B : soulacier.
  11. — B : por miex.
  12. — A : si.
  13. — B : qui est.
  14. — B : soufre.
  15. — B : et destruit.
  16. — B : avra.
  17. — B : qui n’arde.
  18. — B : sanz.
  19. — B : sien.
  20. — B : port. Cil lieus terre de mort a non.
  21. — B : touz.
  22. — B : jourz.
  23. — B : morant.
  24. — B : leur.
  25. — B : Mort si les.
  26. — B : afonde.
  27. — B : sera ja puis veüe.
  28. — B : afondent.
  29. — B : as.
  30. — A : ardenz ; B : ardent. Le changement de t en z se présente deux fois dans le manuscrit A : « ardenz », et « estoiz » f° 116 b. Ces formes sont isolées dans le manuscrit et ne sont pas confirmées.
  31. — B : jour.
  32. — B : jamès morir.
  33. — B : morir.
  34. — R : Ne jamaiz de lors qu’elle est en enfer n’aura si non tout mal.
  35. — B : ceuls.
  36. — B : oblierent
  37. — B : plain.
  38. — B : obli.
  39. — B : avront.
  40. — B : gehenne.
  41. — B : feus.
  42. — B : les flueves.
  43. — B : venin.
  44. — B : grant.
  45. — B : orribles.
  46. — B : suesfre.
  47. — B : « y » manque.
  48. — B : suesfre.
  49. — B : mauls.
  50. — B : soffire.
  51. — A : mat’e ; B : matiere. L’orthographe ordinaire de ce mot dans le manuscrit A est « matire » (f° 26 d, passim). Une seule fois nous trouvons « matere » (f° 34 a), et même ce cas est douteux, comme il s’agit aussi d’une abréviation. L’orthographe matere sans abréviation est toutefois confirmée deux fois p. 87.
  52. — B : ne vous porroit.
  53. — B : painne.
  54. — B : reçoit.
  55. — B : parti...
  56. — B : vait.
  57. — B : descript.
  58. — B : c’est.
  59. — b : c’est l’yaue qui court.
  60. — B : du.
  61. — B : chascun.
  1. [F° 76 A — 78 D = Vers 3349-3481.]
  2. Le chapitre sur l’enfer semble être l’ouvrage de Gossouin lui-même sans emploi direct de sources. Honorius Aug. (I. 37) lui a peut-être servi de base.


ix [a].
Comment l’yaue court par la terre.

L’yaue si est la mer parfonde qui tout le monde avironne. Et de [1] celui viennent les flueves qui keu-[F° 79 a]rent par la terre. Et vont tant leur cours qu’il revienent [2] arrieres en la mer, la dont il sont venu. Et ainsi s’en vait [3] la mer [4] adès tournoiant [5] et faisant son cours [6] en tele maniere que, tant comme l’yaue est plus legere [7] que la terre n’est, de tant se tient ele plus près de la [8] terre par desus. Ele depart et devise le pays et s’espant par toutes terres.

En mer s’esqueult [9] et s’espant par les fluns, et vait sourdant par la terre de lieu en autre, et par vainnes. [F° 79 b] Tout ausi comme li sans de l’oume [10] s’en vait par les vainnes du cors et s’en ist [11] hors par aucun lieu, tout ausi court l’yaue par les vainnes de la terre, et s’en sourt hors par les fontainnes [12] [b]. Dont il avient partout que, quant l’en chieve terre [13] loing ou près, soit en montaingne ou en valée, l’en trueve yaue, ou salée ou douce, ou d’autre maniere.

  1. — B : et puis de.
  2. — B : reviennent.
  3. — B : se vait.
  4. — B : « la mer » manque.
  5. — B : tourniant.
  6. — B : cors.
  7. — B : legiere.
  8. — B : « la » manque.
  9. — B : s’eskeult.
  10. — B : l’omme.
  11. — B : vait.
  12. — B : sourt par les fontainnes hors.
  13. — B : la terre ; A : chieve teree.
  1. [F° 78 d79 b = Vers 3482-3507.]
  2. « En mer s’esqueult... les fontainnes. » Honorius Aug. I. 5. Sydrach S. 131, 152.


x [a].
Comment l’yaue douce et salée, noire, chaude [1] et envenimée sourt.

[F° 79 c] Toutes yaues viennent de mer [2] ; et les douces et les salées, queles qu’eles [3] soient, toutes viennent de la mer et la s’en revont toutes. Dont aucuns porroit demander : « Puis que eles viennent toutes de la mer, comment ce est que yaue douce en vient ? » A ce respont ·i· des aucteurs [4], que l’yaue qui a son cours par la douce terre est douce ; et devient douce par la douceur de la terre qui li tolt [5] s’amertume par la na-[F° 79 d]ture de li. Car l’yaue qui est salée et amere, quant ele court par la douce terre, la douceur de la terre retient s’amertume et sa saleüre. Et ainsi devient douce l’yaue qui est salée et amere [b].

Autres yaues sourdent ameres et noires, que aucunes genz boivent pour guerir en lieu de poisons [6]. Et font moult granz purgations a aucunes genz souventes foiz. C’est une yaue qui sourt noire et clere ; si court par terre qui est amere et noire ; [F° 80 a] et est plainne de porreture moult grant. Si est merveilles que est sainne.

En autre lieu court [7] yaue chaude, si que l’en s’i eschauderoit bien, que l’en apele naturels bains [c]. S’en [8] a ·i· a Ais la Chapele ; et a Plommieres l’abaye [9], qui est en Loheraine, ·i· [10] autre ; et a Ais en Gascoingne ·i· autre. Car dedenz terre a maintes cavernes qui sont chaudes et ardanz comme feu. Et la terre a maintes vainnes qui sont toutes plainnes de sou-[F° 80 b] fre [11]. Si en vient aucunes foiz ·i· vent grant et fort qui s’ent [12] vient par l’yaue qui en sort [13]. Et se deboutent si forment que li souffres en esprant et art, ausi comme se [14] ce fust une fournaisse [15] ardant ; et l’yaue qui a son cours [16] par ces vainnes et par ces lieus devient ausi chaude comme feu. Et s’il avient que l’yaue saille par la endroit hors de la terre, ele s’en ist toute enflambée sourdant, et toute boillant ausi comme [F° 80 c] ampoise [d]. Mais que plus loing s’encourt d’illuec [17], de tant sourt ele [18] mains chaude et mains ardant. Et puet courre si loing que en la fin redevient toute froide. Car il n’est riens [19] si chauz [20] qui ne refroide, fors que li feus [21] d’enfer qui toz [22] jourz art et ardra sanz fin.
Dedenz terre a mainz autres lieus qui sont plains d’ordes bestes venimeuses, si que l’yaue qui vient par la en devient toute venimeuse, et sourt en [F° 80 d] aucun lieu seur terre. Mais [23] qui en boit, si va querre sa mort.

  1. — B : et chaude.
  2. — B : la mer.
  3. — B : que eles.
  4. — S : A ce vous respont Aristote et Platon...
  5. — B : qui li toust.
  6. — B : poissons.
  7. — B : sourt.
  8. — B : naturaus bains. Si en...
  9. — B : Ploumieres l’abeie...
  10. — Loherainne, en a ·i· ...
  11. — B : sueffre.
  12. — B : s’en
  13. — B : sourt.
  14. — B : « se » manque.
  15. — B : fornaise.
  16. — : cors.
  17. — B : iluec.
  18. — B : elle.
  19. — Les derniers mots du f° 72 d du manuscrit B sont : « il n’est riens ». Les premiers mots du f° 73 a sont : « cele yaue d’un puits ». Les fos 80 c à 81 c du manuscrit A manquent donc dans le manuscrit B. Les « variae lectiones » sont celles du manuscrit de la Bibliothèque Nationale « Nouvelles acquisitions françaises 6883 » désigné par N.
  20. — N : chaut.
  21. — N : le feu.
  22. — N : touz.
  23. — N : mès.
  1. [F° 79 b80 d = Vers 3508-3571.]
  2. « A ce respont... salée et amere. » Bède. De natura rerum 41 (Patrol. t. 90, col. 261. Paris, 1850) ; Honorius Aug. I. 46.
  3. « Autres yaues... naturels bains. » Honorius A. I. 48. Solin 4 et 5.
  4. « Car dedenz terre... ampoise. » Honorius A. I. 48. Sydrach Add. 134.


xi [a].
Des diverses fontainnes. [b]

Autres fontainnes [1] sont ailleurs qui muent leur couleurs moult [2] souvent. Et autres dont il vient miracles ; mais [3] l’en ne set pas bien dont ce est. En la terre de Samarie en a une qui se varie et change sa couleur ·iiii· foiz en l’an : premierement vert, et après sanguine ; et puis devient troble. Et puis [4] devient clere et nete et fine, si que [F° 81 a] l’en se delite en li regarder ; mais l’en n’en ose boivre.

Une autre en i ra qui sourt la semainne ·iii· jours [5] ou ·iiii· bonne et sainne [6] ; et les autres ·iii· jours [7] se tient toute [8] coie et toute seche.

Un flueve i ra qui court ·vi· jours [9] en la semainne, et au samedi ne se muet. Car [10] lors se rembat en terre quant vient au samedi.

Vers Acre si a une maniere de sablon, dont l’en fet [11] voirre bon et cler, a une glaire [12] de mer que l’en met avec-[F° 81 b]ques [13] pour rafermer [* 1].

En Egypte est la Rouge Mer, ou li fil [14] Israel passerent outre a seche terre pour venir en la Terre Sainte. Cele mer prent [15] son non de sa terre. Car ele est toute rouge au fonz et tout entour ; si que la mer en est toute rouge.

En Perse a ·i· flun [16] lonc et lé qui est de nuit si engelez que les genz y pueent [17] bien aler a pié. Et de jourz est clers et coranz [18].

Il a en Espire une fontainne [19] dont la matire est si merveilleuse que [F° 81 c] l’en i estaint brandons touz ardant [20] ; et puis les y [21] ralume l’en arrieres.

En Ethiope en a une autre qui par nuit a si grant chaleur que l’en n’en peut [22] point boivre. Et de jors [23] est si froiz que l’en y [24] engiele touz.

En Loherainne [25], près de Mez la cité, a une yaue qui court adès, que l’en cuist en granz paales [26], et devient sel bon et bel. Et fornist [27] cele yaue tout le pays [28] de sel. Et sourt cele yaue d’un puis [29] qui est ps d’illuec [30], que l’en apele « le puis [31] Davi. »

[F° 81 d] Si ra fontainnes cele part qui sont si chaudes que l’en s’i art [32] touz. Et en meïsmes cele place en sourt d’autres qui sont ausi froides comme glace. Illuec sont les bainz touz atrempez [33], mellez de froide yaue et de chaude. Et ceuls qui se baingnent en ces [34] bains, leur charneure en devient toute sainne. Si sont unes noires fontainnes que les genz tiennent pour sainnes, et en vont boivre pour poisons. Et en font souventes foiz granz purgations, [F° 82 a] plus granz [35] que d’une fort medecine que l’en prent pour soi medeciner [36].

Une en ra devers oriant, dont l’en fait feu grejois avoec autre chose que l’en i met ; qui est si chauz quant il est espris que l’en ne le peut estaindre d’yaues [37], fors d’aisill [38] ou d’orine ou de sablon. Li sarrazin vendent cele yaue moult chierement, plus que l’en ne fait bon vin.

Autres fontainnes sourdent en moult d’autres lieus qui guerissent du mal des ieuz [39] [F° 82 b] et de moult de plaies. Autres fontainnes sont qui rendent a houme [40] sont [41] memoire ; autres, obliance [42] ; autres qui refraingnent luxure, et autres qui l’engraingnent. Autres sont qui font enfanz porter as fames [43] qui nul n’en ont ; et autres qui les font brehaingnes, si qu’il [44] n’en pueent [45] nul porter.

Si sont fluns qui font les berbiz [46] noires ; et autres qui les font autresi [47] blanches comme lis. Si sont moult d’estans ou nulle riens qui soit [F° 82 c] ne peut [48] noer, ne homme, ne chien, ne autre beste, que tantost ne s’en aille au [49] fonz. Et autres sont ou nulle riens ne peut [50] affonder, ainz flote toz [51] jourz par desus.

Si sont unes autres fontainnes chaudes qui font aweugler [52] les larrons quant il se parjurent du meffait [53] qu’il ont fait de leur larrecin. Et se l’en li [54] met sus sanz raison, et il en boit, si voit mieux [55] que devant. De tels choses ne puet l’en [56] rendre raison, fors que nous devons entendre [F° 82 d] que ce est par miracle.

Si a fontainnes qui sont coies et cleres ; que, quant l’en fait desus li aucuns sons [57] de viele ou d’aucun estrument qui resonne en maniere de joie, si saut a granz [58] boillons et s’espant aval la voie. Autres fontainnes sont aillieurs [59] qui son [60] [* 2]moult perilleuses. Mais nous nous en tairons ore atant.
Si dirons de ce qu’il avient par l’yaue qui tient son cors [61] par dedenz la terre et par desus. Dont il avient souvent si [F° 83 a] grant crollement [62] que la terre s’esmuet si fort qu’il couvient cheoir ce qui [63] est desus, ja ne sera si fort tour [* 3].

  1. — N : fonteines.
  2. — N : coleurs mout.
  3. — N : mès.
  4. — N : trouble. Et après devient.
  5. — N : jourz.
  6. — N : bone et saine.
  7. — N : jourz.
  8. — N : tote.
  9. — N : jourz.
  10. — N : ne se muet. Si apele l’en cel flueve le Sabat. Car...
  11. — A : l’en faire.
  12. — N : glere ; C : glaire d’œuf ; Arund. 52 : glette ; Harley : gleste ; Sloan : glare ; Bruxelles 10971 : glete.

    Arund. et les autres mss. en vers :

    Droit vers Acre a ·i· sablon
    dont on fet voire cler et bon
    et d’alcune glette de mer
    c’om mesle avec pour le former.

  13. — N : aveques.
  14. — N : fill.
  15. — N : prant.
  16. — N : flum.
  17. — N : pouent.
  18. — N : cler et courent.
  19. — N : fontaine.
  20. — N : ardanz.
  21. — N : i.
  22. — N : puet.
  23. — N : jourz.
  24. — N : i.
  25. — N : Loheraine.
  26. — N : paailes.
  27. — N : fournist.
  28. — N : pais.
  29. — B : puiz.
  30. — B : iluec.
  31. — B : puiz.
  32. — B : l’en y art.
  33. — A : touz cha atrempez.
  34. — A : ces en bains.
  35. — B : grans.
  36. — B : por medecinez soi.
  37. — B : yaue.
  38. — B : « fors d’aisill » manque.
  39. — B : ieulz.
  40. — B : homme.
  41. — B : son memoire (« sont » : cf. note p. 89).
  42. — B : oubliance.
  43. — B : femmes.
  44. — B : « qil » = qu’il. (Sur « il » nom. pl. fem. cf. nots p. 83 et 116).
  45. — B : puent.
  46. — B : brebiz.
  47. — B : ausi.
  48. — B : puet.
  49. — B : as.
  50. — B : puet.
  51. — B : touz.
  52. — B : avveugler.
  53. — B : mesfait.
  54. — A : il
  55. — B : miex.
  56. — A : le ; « en » manque.
  57. — B : sonz.
  58. — B : grant.
  59. — B : ailleurs.
  60. — B : qui sont.
  61. — B : cours.
  62. — B : croillement.
  63. — B : que.
  1. * « Vers Acre... rafermer » : Ce passage est traduit du ch. 85 de Jacques de Vitry. Le texte latin pouvant aider à élucider le français, nous le reproduisons ici : « In Tyrensi autem et Acconensi territorio ex arenulis maris, ex sabulo videlicet et glarea marina subtili artificio vitrum efficitur purissimum. » (Glarea marina : glaire de mer, c’est-à dire du « gravier ».
  2. * « son » : cf. note p. 80. Ce cas n’est pas isolé et se retrouve f° 113 c. Il est confirmé par d’autres textes : Aliscans (Guessard, Paris, 1870) v. 396 « A la fontaine dont li rui son corant ». Passion du Christ (Bartsch) v. 20 « Vers nostre don son aproismad ». Chevalier du Papegau (Halle 1897) 57. 2 « et son entrés en une marche ».
  3. * « ja ne... tour » : même si c’était une tour de quelque force qu’elle fût.
  1. [F 80 D — 83 A = Vers 3572-3683.] Le ms. en vers n’a pas de chapitre spécial ici. Le chapitre suivant commence au vers 3684.
  2. La source du chapitre entier se trouve dans Jacques de Vitry (85). La même description se trouve aussi dans Neckam (II, 3, 7, 8), dans Isidore (Etym. XIII 13 et 14), et dans Solin (4, 5, 6, 7, 21, 29). Une description abrégée se trouve dans Sydrach Add. 155.


xii [a].
Comment la terre crolle [1] et fent.

Ore entendez donques du mouvement, que ce est, et comment la terre crolle [2] et fent, que aucunes genz apelent [3] « crolle », pour ce qu’il sentent la terre croller desouz leur piez. Et crolle si forment [4], et fent aucunes foiz, que maintes citez en sont fondues en terre, qui puis ne furent veües.

Et ce avient par les granz [F° 83 b] yaues qui vont par dedenz la terre ; si que par le deboutement des granz ondes naissent aucun vent es [5] cavernes qui sont souz [6] terre. Et li airs qui se serre dedenz, qui est enclos en grant destroit, se la terre est la endroit foible [7] que ele ne le puisse retenir, si s’uevre et fent la terre pour [8] l’air qui s’efforce a issir hors. Dont il est souvent avenu que viles et citez en sont fondues en abbysme [9].

Et se la terre est de tel force que ele ne fent ne [F° 83 c] ne crolle [10] par le deboutement des venz qui la dedenz [11] sont, si s’esmuet lors la terre [b] si durement que les granz murs et les hautes [12] tours qui sieent la endroit desus, si chieent [13] si soudainnement [14] jus a terre que ele assoume [15] et tue les genz qui dedenz sont, qui ne s’en estoient pas pourveüz, dont li pueples [16] qui demeure la endroit, qui ne sevent [17] pas a quele heure cele tempeste doit venir [* 1].

Li sage qui doutent a mourir [18] s’apare-[F° 83 d]illent contre la mort de querre acordance a Nostre Seigneur de leur pechiez selonc lor [19] loi et la creance que il ont, comme cil qui n’ont espace de vivre la ou il sont sains et haitiez [* 2].

Ainsi fait l’yaue le movement par quoi la terre fent et crolle.

xiii [c].
Comment la mer devient salée [d].

Or vous dirons ci après comment la mer devient salée, qui tant est amere que nus n’en puet [20] boivre [21].

Il avient par le souleill [22] d’en haut. Car il fait si [F° 84 a] trés grant chaut en aucun lieu que la mer i eschauffe [23] si durement que la terre, qui est desoz [24], atrait une moisteur amere qui li tolt [25] toute sa saveur. Car en la mer a moult de granz [26] montaingnes et de granz valées qui sont plainnes de granz amertumes. Et la terre qui est au [27] fonz escume pour le chaut du souleill [28] amont qui se melle avoec l’yaue parfont, si que il en trait sa saleüre amont par la grant chaleur du souleill [29], tant que ele [30] est [F° 84 b] mellée avoec l’autre [e]. Et ainsi devient la mer salée [31] avoec l’autre. Mais atant nous tairons des yaues. Si vous [32] dirons de l’air.

  1. * Le sens de la phrase depuis « tue » jusqu’à « venir » paraît être le suivant : « Elle tue les gens qui sont dedans (les tours), comme ils ne s’y attendaient pas et qu’ils ne savent pas à quelle heure cette tempête doit venir. Et avec eux (elle tue) le peuple qui demeure en cet endroit.

    La phrase « dont... endroit » est vraiment une parenthèse, telle qu’il s’en trouve beaucoup dans notre texte. Il ne peut être question d’erreur de copiste ici comme tous les ms. en prose ont la même leçon et qu’elle se retrouve dans les deux rédactions en vers.

    Sloan (1re réd. en vers) f° 83 D :

    que les gens assome et confunt
    qui pas proveü ne se sunt,
    dont li poples qui la demore,
    qui ne sevent pas a quel ore
    cele tempeste doit venir.

    Harley (2e réd. en vers) f° 53 A :

    que les genz assome et confont
    qui pas porveü ne s’en sont,
    dont li pueples qui la demore,
    qui ne sevent pas a quel hore
    cele tempeste doit venir.

  2. * « Li sage... haitiez ». Les sages qui craignent de mourir se préparent à la mort (en se réconciliant avec Dieu) (en cherchant le pardon de Dieu) pour leurs péchés selon leur loi et leur croyance, comme ceux qui n’ont que peu de temps à vivre quand ils sont sains, et bien portants.
  1. [F° 83 a83 d = Vers 3684-3725.]
  2. « Et ce avient... si s’esmuet lors la terre » Honorius Aug. I, 41, 42. Neckam II, 48. Sydrach Add. 148, S 133. Bède, De nat. rer. 49 (Patrol. t. 90, col. 275). Adélard de Bath Quæst. 50. « Qua de causa terremotus fiat ». Sénèque Quæst. Nat. 3, 6.
  3. [F° 83 d84 b = Vers 3726-3745.]
  4. Cette explication ne forme pas un chapitre séparé dans le ms. envers. Elle fait partie du chapitre précédent.
  5. « Il avient par le souleill... avoec l’autre. » V. Introduction p. 44, 45. Neckam II. 1. Honorius Aug. I. 45. Albert le Grand (Opera Omnia, Paris, 1890 t. 4) De Meteoris II. 3. 3. Bède, De nat. rer. 41 (Patrol. t. 90, col. 261). Sydrach Add. 133 ; S 130. Adélard de Bath. Quæst. 51 (Quare marina aqua salsa est). Sa théorie est la même que celle de Gossouin : i. e. la chaleur du soleil fait transpirer les montagnes au fond de la mer, et cette transpiration, mélangée à l’eau douce, produit l’eau salée. Adélard ajoute que l’eau de mer est plus salée en été qu’en hiver, la transpiration étant plus abondante à cause de la chaleur.
  1. — B : croille.
  2. — B : croille.
  3. — B : apele.
  4. — B : fourment.
  5. — B : aucuns venz as.
  6. — B : soz.
  7. — B : fieble.
  8. — B : por.
  9. — B : abysme.
  10. — B : ne fent ne crolle.
  11. — B : « dedenz » manque.
  12. — B : que les hauz murs et les granz et les hautes.
  13. — B : chient.
  14. — B : soudainement.
  15. — B : assomme.
  16. — B : le pueple.
  17. — B : seivent.
  18. — B : morir.
  19. — B : leur.
  20. — B : ne puet. « En » manque.
  21. — B : boire.
  22. — B : soleill.
  23. — B : la mer y eschaufe ; C : eschauffe ; A : eschausfe.
  24. — B : desouz.
  25. — B : qui lui toult.
  26. — B : a de moult granz.
  27. — B : as.
  28. — B : soleill.
  29. — B : soleill.
  30. — B : qu’ele
  31. — A : « et ainsi devient la mer salée » se trouve écrit deux fois.
  32. — A : Si vons.


xiv [a].
De l’air et de sa nature.

Li airs est assis desus l’yaue, et est plus soustis [1] que l’yaue ne que [2] la terre ; et avironne la terre entour, et se donne si haut comme la nue puet plus monter. Cil airs si est li airs [3] espés qui nous avironne [4] en touz sens. Et par lui [5] vivons au-[F° 84 c]tresi comme li poissons vit de l’yaue, qui enz la trait et puis la giete hors [6]. Tout autresi nous pourfite [7] li airs ; car nous espirons hors et enz ; et nous tient la vie dedenz le cors. Car li hons morroit [8] plus tost sanz air que ne feroit li poissons sanz yaue, a cui la vie est moult tost fenie quant il en est hors.

Li airs si nous maintient la vie par la moisteur qui nest [9] de lui ; et, par l’espoisseté qui en lui est, soustient les [10] [F° 84 d] oisiaus volant [11] qui tant le debatent [12] de leur eles et l’esmuevent tant entour euls qu’il s’enbatent [13] dedenz et fichent, menant leur joie et leur deduit. Ainsi vont li oisel par l’air, volant, chantant, et loant leur creatour, ainsi [14] comme li poisson qui vont noant [15] par l’yaue.

Si vous en poez en tele maniere apercevoir [16] : Prenez une verge et la mouvez en l’air. Se vous la mouvez roidement, ele ploiera tantost. Et se li airs ne-[F° 85 a]stoit espés [17], ja la verge ne ploieroit [18] ; ainz se tendroit toute droite, ja si fort ne serait meüe [19] [b].

De cel air prennent leur habit es cors li maligne esperit. C’est anemis qui se met en samblance d’aucune chose, lors quant il se peut [20] aparoir en aucun lieu pour decevoir aucun homme ou pour faire issir de son sens, dont il est aucune foiz puissanz ; ou quant il se met par art de nigromance [21] en aucune samblance, en tele figure comme [F° 85 b] il veult [c]. Car il en set tant comme il en estuet. Mais c’est ·i· art qui donne la mort a celui qui s’i abandonne mauvaisement [22] ; car il ne set mot si est morz et dampnez en cors et en ame. Mais nous enquerrons ci après qu’il avient en l’air de la terre.

  1. [F° 84 b85 b = Vers 3746-3797.]
  2. « Li airs... ne seroit meüe. » Sydrach Add. 125. V. Introduction p. 45.
  3. « De cel air .. comme il veult. » Saint Augustin De Genesi ad litteram (Patrol. t. 34) liber III, ch. X. 14. « Dæmones aeria sunt animalia, quoniam corporum aeriorum natura vigent. »
  1. — B : soutis.
  2. — B : « que » manque.
  3. — A : « si est li airs » manque.
  4. — B : environne.
  5. — B : li.
  6. — B : fors.
  7. — B : porfite.
  8. — B : moroit.
  9. — B : naist.
  10. — B : soustient il les.
  11. — B : volanz.
  12. — A : debatant.
  13. — B : s’embatent.
  14. — B : loiant Nostre Seigneur, ausi.
  15. — B : noiant.
  16. — B : pouez apercevoir en tele maniere.
  17. — B : espois.
  18. — B : ploierent.
  19. — B : si forment ne seroit menée.
  20. — B : veult.
  21. — B : par l’art de nigroumance.
  22. — B : qui mauvaisement s’i abandonne.


xv a [a].
Comment nues, pluies [1] et gelées, nois, tempestes, tonnoirres et esparz [2] aviennent.

Or dirons [3] des nues que ce est, et de la pluie autresi [4]. Li solaus si est fondemenz [5] de toute chaleur et de touz tans. [6] [F° 85 c] Tout ausi comme li cuers de l’ome est fondement [7] de la chaleur qui habonde en lui, est li solaus [8] li cuers du monde et fondemanz [9] par la valeur qui est en lui de tote [10] naturel chaleur. Car par lui [11] vit quanque en [12] terre naist, si comme il plait [13] a Nostre Seigneur ; si comme vous orrez ci aps, se cest livre voulez près de vous tenir. Car il fait monter les nues en haut, et puis en fait la pluie avaler aval, si le vous mosterrai comment et bri-[F° 85 d]efment [14], par sa force.

Ore entendez en quele maniere : Quant li soulaus [15] espant ses rais par desus la terre et par desus ces marais, si la deseche [16] toute et en trait la moisteur qui s’en vait ammont [17]. Mais ce est [18] une moisteur soustille qui petit pert ; et a a non [19] vaspeur [20], et monte jusques en mi l’air. Si s’asamble et amoncele et demeure illuec. Et pou et pou i vient [21], tant que ele demeure [22] espesse et oscure [23], tant que ele nous [F° 86 a] tolt [24] la veüe du souleill [25]. Et tel chose est nue [b]. Mais ele n’a pas si grant oscurté [26] que ele nous toille la clarté du jour.

Et quant ele devient trop espesse, si en naist yaue qui vient a terre ; et la nue blanche demeure. Adonc luist li soulaus [27], qui est en haut, parmi la nue, se n’est [28] trop noire, ausi [29] comme parmi ·i· voirre. Et ausi comme d’une chandele [30] ardant dedenz [31] une lanterne, qui nous rent la clarté par dehors ; et si ne voions pas la chandoile. [F° 86 b] Ausi [32] luist li soulaus [33] parmi la nue qui est desouz lui ; et nous rent la clarté du jour, tant comme [34] il fait son tour tout [35] desus [36] la terre. Et la nue, qui touz jourz s’ [37] espoisse, s’asamble [38] près a près, tant que ele [39] devient noire et moiste. Lors en ist yaue qui s’en vient jusques a terre. Et ainsi nest [40] pluie.

Et quant ele est toute cheoite a terre, que [41] toute la moisteur se restanche, adonques pert la nue clere [42] et blanche qui est legiere et monte en haut, [F° 86 c] tant que ele defaut tote [43] en la fin, pour le chaut du soulleil [44] amont qui toute la desseche [45]. Lors revoit l’en l’air pur et cler, et le ciel ausi blou comme est azur.

De terre naist et pluie et nues, ausi comme d’un drap que l’en essuieroit au feu, qui seroit moilliez. Lors en ist une moisteur ausi comme fumée, et s’en vait contremont. Qui adonques tendroit sa main au desus de cele fumée, il sentiroit une vaspeur [46] qui toute sa main li amoi-[F° 86 d]stiroit [47]. Et s’ele [48] duroit longuement, il verroit [49] apertement que sa main li moilleroit [50] yaue [51] toute, et qu’il en cherroit [52] yaue. Et ausi [53] vous di je que en tele maniere naissent souvent pluies et nues. Et Diex les monteplie [54] moult [55] bien, quant il veult, pour faire croistre son bien qui est en terre.

xv b [c].
Des gelées et des nois.

Les granz nois et les granz gelées aviennent par les granz [56] froidures de l’air qui est froiz el milieu plus qu’il n’est ailleurs. [F° 87 a] Ausi comme vous veez touz jourz des montaingnes [57] qui sont en haut lieu, si comme en [58] ces mons de mont Gieu, et [59] en ces autres hautes montaingnes, que il y a plus de noif que il n’a es [60] lieus qui sont en plainne terre. Tout ce avient par la froidure de l’air qui a mains de chaleur en haut que en bas, pour ce qu’il est plus soutis que cil d’en bas [61] n’est. Et quant plus soutis est en haut, de tant retient il mains de chaleur. [F° 87 b] Mais que plus est li airs espés, de tant eschauffe [62] il plus tost la ou li solaus peut [63] venir. Dont l’en voit qu’il avient que fer et acier eschauffe [64] plus au souleill [65] que ne fait ne fust ne pierre. Car tant comme la chose est plus dure et de plus espesse [66] nature, de tant [67] s’i prent li feus [68] plus forment et plus tost qu’en celes qui mains ont [69] de force.

Autresi [70] vous di je de l’air qui est la sus en haut, qu’il est plus froiz que cil [71] de ça jus n’est, [F° 87 c] pour ce que il n’est pas si espés comme cil [72] qui est près de la terre, et pour le vent qui souvent i naist, qui le fait estre en mouvement. Car l’yaue qui court roidement eschauffe [73] mains que cele qui se tient coie : Autresi fet li airs [74] qui est en haut. Et par ce i naist la froidure qui engiele cele moisteur, tantost comme ele i est montée, et chiet toute engelée aval [d].

  1. [F° 85 b86 d = Vers 3798-3873.]
  2. « Quant li soulaus... tel chose est nue. » Sydrach Add. 126. S. 352.
  3. [F° 86 d87 c = Vers 3874-3909.] Le ms. en vers fait de XV b un chapitre séparé, et non pas une section de chapitre.
  4. « Tout ce avient... engelée aval. » Honorius Aug. I. 61. Sydrach S. 124. Neckam, De laud. IV 157, 188.
  1. — A : « pluies » manque.
  2. — B : espars.
  3. — B : Or vous dirons.
  4. — A : autre.
  5. — B : li souleuls si est fondement.
  6. — B : tant.
  7. — B : l’omme est fondemenz.
  8. — B : souleuls.
  9. — B : fondemenz.
  10. — B : toute.
  11. — B : par li.
  12. — B : quanqu’en.
  13. — B : plaist.
  14. — B : briésment.
  15. — B : souleuls.
  16. — B : desesche.
  17. — B : amont.
  18. — B : c’est.
  19. — B : et a non.
  20. — B : vaspour.
  21. — B : en i vient.
  22. — B : ele i demeure.
  23. — B : obscure.
  24. — B : toult.
  25. — B : soleill.
  26. — B : obscurté.
  27. — B : souleuls.
  28. — B : se adonc n’est.
  29. — B : aussi.
  30. — B : chandoille.
  31. — B : parmi.
  32. — B : Aussi.
  33. — B : souleuls.
  34. — B : comment.
  35. — A : il fait du sour tout.
  36. — B : il fait son tour de desus.
  37. — B : « s’ » manque.
  38. — B : s’assamble.
  39. — B : tant qu’ele.
  40. — B : naist.
  41. — B : terre, tant que.
  42. — B : toute clere.
  43. — B : desfaut toute.
  44. — B : soleil.
  45. — B : deseche.
  46. — B : vaspour.
  47. — B : amostiroit.
  48. — B : Et se ele.
  49. — A : il diroit.
  50. — B : moillerent.
  51. — B : « yaue » manque.
  52. — B : charroit.
  53. — B : aussi.
  54. — B : monteploie (« monteplie » : cette orthographe est confirmée ; cf. Froissart (Paris, 1869) p. 182 « monteplie ».
  55. — B : « moult » manque.
  56. — B : par la grant.
  57. — B : montaignes.
  58. — B : « en » manque.
  59. — R : en ces montagnes de Savoye et de Pieumont, et...
  60. — B : as.
  61. — B : d’embas.
  62. — B : eschaufe.
  63. — B : souleuls puet.
  64. — B : eschaufe ; A : eschausfe.
  65. — B : soleill.
  66. — B : espoise.
  67. — B :tan.
  68. — B : le feu.
  69. — B : qui ont mains.
  70. — B : Autressi.
  71. — B : que celui.
  72. — B : celui.
  73. — B : qui roidement court eschaufe ; A : eschausfe.
  74. — B : fet l’air.


xv c [a].
Des grelles [1] et des tempestes.

Par autretele [2] maniere ra-[F° 87 d]viennent en esté les granz grelles et les granz tempestes. Car en air [3] naissent aucun vent, dont il naist sovent grant froidure ; si que la moisteur, qui en l’air est née, se trait [4] a gelée, et assamble en l’air et amasse pour la chaleur qui la chace après et [5] li soulaus qui près la [6] serre ; et endurcist et chiet a terre [* 1]. Mais ele ne chiet pas si grosse a terre comme ele naist en haut. Car ele vient depeçant et amenuisant au cheoir. [F° 88 a] Et c’est la tempeste qui chiet souvent en esté, qui grieve a moult de choses [b].

  1. * « Si que... chiet a terre » : la moiteur qui naît en l’air se change en gelée, s’assemble en l’air et forme une masse à cause de la chaleur qui l’accompagne et du soleil

    qui en est proche. Alors elle durcit et tombe à terre.

  1. [F° 87 c88 a = Vers 3910-3923.] Le ms. en vers fait de XV c un chapitre séparé, et non pas une section de chapitre.
  2. « Car en air naissent... moult de choses. » Honorius Aug. I. 60. Sydrach S. 127. Neckam De laud. IV. 188.
  1. — B : gresles.
  2. — B : « autre » manque.
  3. — B : en l’air.
  4. — B : née de la terre, se traist.
  5. — B : « Et » manque.
  6. — B : le.


xv d [a].
Des esparz [1] et des tonnoirres [2].

En l’air aviennent moult de choses dont les genz ne parolent [3] gaires. Car il n’ont cure de teles choses dont il ne sevent a chief venir.

Ce qui fait la terre croller, et qui fait tonner les nues, et ce qui fait ouvrir la terre, ce fait les nues espartir. Si comme l’en voit quant il tonne. Car tonnoires et esparz [4] n’est que deboutement de venz qui s’en-[F° 88 b]trecontrent [5] desus les nues si durement, que en leur venue naist souvent aucuns feus en l’air. Et ce est foudre qui chiet en main lieu, que li vent destraingnent [6] si durement que les nues en fendent et derrompent ; et fait tonner et espartir. Et chiet aval par tel force, pour le vent qui le destraint si durement, que il confont quanqu’il ataint [b], si que il ne dure riens contre lui. Et est de si pesant nature que aucune foiz perce [F° 88 c] la terre jusques en mi. Et aucune foiz estaint ainçois, selonc ce qu’il ne poise pas tant, ne pas n’est de si fort [7] nature.

Car quant la nue est bien oscure [8] et espesse [9], et qu’il y a grant plenté d’yaue, si ne l’a pas [10] li feus si tost passée. Ainz estaint en la nue, pour [11] la grant plenté de pluie qui est dedenz, ainz qu’il la puisse trespercier ; si ne peut aprouchier [12] la terre. Mais a l’estaindre qu’il fet adonques en la nue, naist ·i· son si fort, que ce est merveilles a oÿr [13]. [F° 88 d] Et c’est li tonnoires [14], qui moult fait a douter. Tout autresi comme d’un fer chaut et ardant que l’en bouteroit en plainne cuve d’yaue, si en naist ·i· grant son ; ou quant l’en i estaint charbons [c].

Mais li esparz [15] du ton