L’Odalisque à Paris

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


L’Odalisque à Paris



À MADAME RIMSKI KORSAKOW


Est-ce un rêve ? Le harem s’ouvre,
Bagdad se transporte à Paris,
Un monde nouveau se découvre
Et brille à mes regards surpris.

Pardonnez mon luxe barbare,
Bariolé d’argent et d’or ;
J’ignorais tout, un maître avare
M’enfouissait comme un trésor.

À l’Orient mon élégance
Laissant son antique oripeau,
Saura bientôt faire une ganse
Et mettre un semblant de chapeau.

À tout retour je suis rebelle :
Qu’Osman cherche une autre houri !
Il est ennuyeux d’être belle,
Incognito, pour son mari !