L’Oiseau que j’attends

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  Les Contes

L’OISEAU QUE J’ATTENDS


ROMANCE


Les beaus soleils vont renaître
Et voici mille oiseaux
Pendant leur nid à la fenêtre,
Peuplant les bois, rasant les eaux.
Tous les matins un doux bruit d’ailes
Me réveille, et j’espère… hélas !
A mes carreaux, noirs hirondelles,
L’oiseau que j’attends ne vient pas.

L’ambition me fut comme.
Quand je vis l’aigle au large vol,
Un jour contempler de la nue
Les insectes poudreux du sol ;
Je vois à la tempête noire
L’aigle encore livrer des combats ;

Je le vois sans rêver la gloire :
L’oiseau que j’attends ne vient pas.

Voici le rossignol, qui cueille
Un brin d’herbe pour se nourrir,
Puis se cache au bois sous la feuille
Pour chanter un jour, et mourir :
Il chante l’amour… Ironie !
Oiseau moqueur, chante plus bas ;
Et qu’ai-je besoin d’harmonie ?
L’oiseau que j’attends ne vient pas.

Plus loin, le martinet des grèves,
Sur un beau lac d’azur et d’or,
Comme un poète sur ses rêves
Se berce, voltige et s’endort.
Dors et vole à ta fantaisie
Heureux frère ; devant mes pas,
Moi, j’ai vu fuir la poésie :
L’oiseau que j’attends ne vient pas.
Arrive enfin, je l’en supplie.
Noir messager dont Dieu se sert ;
Corbeau qui, sur les pas d’Élie,
Émiettais du pain au désert.

Portant la part que Dieu m’a faite,
Arrive, il est temps…; mais, hélas !
Mort sans doute avec le prophète,
L’oiseau que j’attends ne vient pas.