L’entrée d’Espagne/Laisse CCX

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄   Laisse CCIX Laisse CCX Laisse CCXI   ►
CCX[1]

Molt fu biaus chevaler Malgeris e rubeste,
Richemant fu armé, si avoit une sorveste
Trestoit ad or batue a ensegne de sa geste,
5065A baxalis plus noires qe carbons de foreste ;
Un autre merveilos en avoit sor sa teste :
Tiel ensaigne portoit ses primerans anceste
Qe soi meïsme oncis, cum Daires manifeste.
Le roy pont le cival plus isnel d’autre beste,
5070Deci qu’en la bataile François frein n’i areste,

E veit ferir Hestos, qe devant lui s’apreste ;
Le coup de l’amiraut ni fu mie de preste,
Mais fu cruaus e fiers e de si gran poeste
Qe li quens eu destrer li uns da l’autre moleste :
5075Vers senestre versa li uns, e l’autre sor destre.
Li roy broce sor lui, come lion campeste,
97 bEt a treite la spie, plein de scemblant silveste ;
La ensegne a le quens garde o la riche poeste,
Bien le retreit a home qe eüst gentils anceste.
5080« Rend toi », dit Malgeris, « qe autremant ne poit estre,
« Car n’ais daprés ta gent ni ton ancestre ;
« Se ne rend toi, couperai toi la teste. »


◄   Laisse CCIX Laisse CCX Laisse CCXI   ►
  1. — 5070 qa en la b. — 5073 fu et si manquent — 5078 o le q.