Laïcisée

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Laïcisée
Comœdian°2448 (p. 1-2).
FEUILLETON DE COMŒDIA DU LUNDI 15 JUIN 1914



“ LAICISÉE ”

Pièce en 1 acte, de M. Paul de Coubertin

----
PERSONNAGES

Mlle ALICE (Sœur PRUDENCE)
Le Directeur de l’Hospice.
L’Économe.

De nos jours, dans une hospice laïcisé. La scène représente le cabinet du Directeur.




SCÈNE PREMIÈRE
Le Directeur, l’Économe

Le Directeur. — Rien de nouveau, ce matin ?

L’Économe. — Rien, monsieur le directeur.

Le Directeur. — Ouf ! J’ai toujours peur quand je rentre comme cela, le matin… un peu en retard.

L’Économe. — Oh ! monsieur le directeur, vous pouviez être tranquille !

Le Directeur. — Oui. Je n’ignore pas que je puis avoir confiance en vous et je vous en suis gré, croyez-le bien. Vous me témoignez un dévouement…

L’Économe. — Comme à tous ceux qui vous ont précédé monsieur le directeur, comme à tous ceux qui vous succéderont. C’est la place qui veut cela.

Le Directeur. — Vous êtes ici depuis longtemps ?

L’Économe. — Vingt ans à la Saint-Martin prochaine.

Le Directeur, sévère. — Vous dites ?

L’Économe. — Je dis au 11 novembre prochain. Nous avons si longtemps vécu dans l’ambiance religieuse.

Le Directeur. — Hélas !

L’Économe. — Et depuis ce temps-là, il en est tant passé sous mes yeux, des directeurs, que s’il avait fallu n’écouter que mes sympathies ou mes antipathies — je ne dis pas cela pour monsieur le directeur — je n’aurais jamais eu fini de m’y reconnaître. Alors…

Le Directeur. — Alors ?

L’Économe. — Alors, j’ai pris le parti de faire comme s’il n’y en avait pas… On nous envoie si souvent des gens qui n’entendent rien au service… je ne dis pas cela pour monsieur le directeur…

Le Directeur. — Mais si, mais si ! Vous pouvez le dire.

L’Économe. — Quoique éminents sous d’autres rapports.

Le Directeur. — C’est trop !

L’Économe. — Non ! On nous envoie, dis-je, si souvent des incapables, que je fais mon possible pour masquer leurs absences.

Le Directeur. — C’est vrai ! Je l’avoue. Trop souvent je sacrifie mon devoir au plaisir d’aller à Paris…

L’Économe. — Vingt-cinq minutes d’express !

Le Directeur. — Eh oui ! Mais cette fois il ne s’agissait plus de Paris. Si je suis venu si tard ce matin, c’est parce que j’ai été retenu par une indisposition de mon plus jeune enfant.

L’Économe. — Rien de grave ?

Le Directeur. — Non, heureusement ! De la fièvre… mais à quatre ans, on tremble toujours.

L’Économe. — Je m’associe à vos inquiétudes, monsieur le directeur !

Le Directeur. — Merci ! Vous êtes le modèle des serviteurs de la démocratie…

L’Économe. — Monsieur le directeur est bien bon !

Le Directeur, continuant. — … de ces obscurs sous-ordres qui se sacrifient pour remplir ce devoir de solidarité, de fraternité : assurer aux membres vieux ou malades de la grande famille humaine, le repos qu’ils ont gagné…

L’Économe. — Vous parlez bien, monsieur le directeur.

Le Directeur. — Merci !

L’Économe. — Du reste, tous ceux qu’on nous a envoyés depuis quinze ans parlaient bien.

(Photos Brod.)
(Plaques « As de Trèfle ».)
Comoedia 2448 15 juin 1914 (page 1 crop).jpg
M. Paul de COUBERTIN

Le Directeur. — Parce qu’ils étaient, comme moi, les élus du libre suffrage de leurs concitoyens…

L’Économe. — C’est en effet ce qu’ils disaient tous.

Le Directeur. — La prochaine fois que je verrai le ministre, monsieur l’économe, je luis parlerai de vous.

L’Économe. — Si c’est encore le même… D’ailleurs, depuis le temps qu’on lui parle de moi au ministre… Mais, excusez-moi, monsieur le directeur, je voudrais, si vous le permettez, vous rendre compte de la journée d’hier.

Le Directeur, solennel. — Je vous écoute.

L’Économe. — À 3 h. 45 de l’après-midi, le numéro 36 s’est trouvé mal.

Le Directeur, distraitement. — Très bien.

L’Économe. — Non ! très mal !… Ah ! pardon !… L’interne de service était absent.

Le Directeur, sévère. — Et où était-il ?

L’Économe. — Monsieur le directeur ne l’a-t-il pas aperçu dans le train. Il a dû prendre le même…

Le Directeur. — Sans permission ?

L’Économe. — Cela, je l’ignore.

Le Directeur. — Continuez !

L’Économe. — Mlle Alice se trouvait heureusement là.

Le Directeur. — Cette femme est admirable !

L’Économe. — Oui, monsieur le directeur.

Le Directeur. — C’est à chaque instant qu’on est obligé de faire appel à son dévouement, et à quelque heure qu’on la fasse demander, elle est là !

L’Économe. — Elle a pris le bon moyen pour cela. Dès qu’elle est un peu préoccupée d’un malade, elle passe la nuit dans le corridor sur une chaise.

Le Directeur. — Je comprends que les malades en soient fous.

L’Économe. — C’est à qui sera soigné par elle.

Le Directeur. — Je vais demander pour elle au 14 juillet les palmes académiques.

L’Économe. — Monsieur le directeur est bien bon, mais je crois qu’il ferait mieux de s’épargner cette peine. Voici bien des fois que j’entends la même parole.

Le Directeur. — Oui, mais peut-être les autres n’y apportaient-ils pas le zèle que j’y déploierai. C’est à cela, monsieur l’économe, à cela seul : au zèle pour punir comme pour récompenser qu’on peut reconnaître les vrais serviteurs de la démocratie.

L’Économe. — Je sais, oui ; d’autres aussi ont dit cela, mais au dernier moment.

Le Directeur. — Ils ont échoué, mais moi je ne suis pas un des autres, je suis le propre neveu d’un ministre, et par ma femme, un peu parent de président du Conseil… et puis dignitaire de ma loge.

L’Économe. — C’est justement pour cela que je crains que vous ne réussissiez pas facilement… et même si j’osais, me permettre un conseil…

Le Directeur. — Osez, mon cher ami ; la vraie démocratie…

L’Économe. — Alors, je conseillerais à monsieur le directeur de s’abstenir. Page:Comoedia 2448 15 juin 1914.djvu/2