La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/Les Mangeux d’terre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les Mangeux d’terre


Je r’pass’ tous les ans quasiment
    Dans les mêm’s parages,
Et tous les ans j’trouv’ du chang’ment
    De d’ssus mon passage ;
À tous les coups c’est pas l’mêm’ chien
    Qui gueule à mes chausses ;
Et pis, voyons, si je m’souviens,
    Voyons : dans c’coin d’Beauce

Refrain

Y avait dans l’temps un bieau grand ch’min.
— Cheminot, cheminot, chemine ! —
À c’t’heur’ n’est pas pus grand qu’ma main.
Par où donc que j’chemin’rai d’main ?


En Beauc’vous les connaissez pas ?
    Pour que ren n’se parde,
Mang’rint on n’sait quoué, ces gâs-là,
    I’s mang’rint d’la marde !
Le ch’min c’était, à leu’ jugé,
    D’la bounn’ terr’ pardue :
À chaqu’labour i’s l’ont mangé
    D’un sillon d’charrue…

Z’ont groussi leu’s arpents goulus
    D’un peu d’glèb’ tout’ neuve ;
Mais l’pauv’ chemin en est d’venu
    Minc’ comme eun’ couleuv’e.
Et moué qu’avais qu’li sous les cieux
    Pour poser guibolle !…
L’chemin à tout l’mond’, nom de Guieu !
    C’est mon bien qu’on m’vole !

Z’ont semé du blé su l’terrain
    Qu’i’s r’tir’nt à ma route ;
Mais, si j’leu’s en d’mande un bout d’pain,
    I’s m’envoy’nt fair’ foute !

Et c’est p’t-êt’ben pour ça que j’voués,
    À m’sur’ que c’blé monte,
Les épis baisser l’nez d’vant moué
    Comm’ s’i’s avaient honte !

Ô mon bieau p’tit ch’min gris et blanc
    Su’ l’dos d’qui que j’passe !
J’veux pus qu’on t’serr’ coumm’ ça les flancs,
    Car, moué, j’veux d’l’espace !
Ousqu’est mes allumett’s ? A sont
    Dans l’fond d’ma pann’tière,
Et j’frai ben r’culer vos mouéssons,
    Ah ! les mangeux d’terre !

Dernier refrain

Y avait dans l’temps un bieau grand ch’min.
— Cheminot, cheminot, chemine ! —
À c’t’heur’ n’est pas pus grand qu’ma main.
J’pourrais bien l’élargir, demain !