Mozilla.svg

La Chanson de Roland/Joseph Bédier/La Chanson de Roland/Bilingue/251-291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  laisses 201 à 250. Parallèle.
Laisses 251 à 291
laisses 1 à 50.  ►


CCLI

Li amiralz chevalchet par le camp,
Si vait ferir le cunte Guneman.
3465Cuntre le coer li fruisset l’escut blanc,
De sun osberc li derumpit les pans,
Les dous costez li deseivret des flancs,
Que mort l’abat de sun cheval curant.
Puis ad ocis Gebuin e Lorant,
3470Richart le veill, li sire des Normans.
Paien escrient : « Preciuse est vaillant !
Ferez, baron, nus i avom guarant ! » AOI.

CCLI

L'ÉMIR chevauche par le champ. Il va frapper le comte Guineman. Il lui écrase son écu blanc contre le cœur, déchire les pans de son haubert, lui ouvre en deux la poitrine et l’abat mort de son cheval rapide. Puis il a tué Geboin et Lorant, et Richard le Vieux, le seigneur des Normands. Les païens s’écrient : « Précieuse vaut son prix. Frappez, païens, nous avons un garant ! »

CCLII

Ki puis veïst li chevaler d’Arabe,
Cels d’Occiant e d’Argoillie e de Bascle !
3475De lur espiez ben i fierent e caplent.
E li Franceis n’unt talent que s’en algent ;
Asez i moerent e des uns e des altres.
Entresqu’al vespre est mult fort la bataille ;

Des francs barons i ad mult gran damage ;
3480Doel i avrat, enceis qu’ele departed. AOI.

CCLII

IL fait beau voir les chevaliers d’Arabie, ceux d’Occiant, d’Argoille et de Bascle, comme ils frappent de leurs épieux ! Et, de leur part, les Français ne songent pas à rompre. Des Français, des païens, beaucoup meurent. Jusqu’au soir la bataille fait rage. Combien sont morts, des barons de France ! Que de deuils encore avant qu’elle s’achève.

CCLIII

Mult ben i fierent Franceis e Arrabit.
Fruissent cez hanstes e cil espiez furbit.
Ki dunc veïst cez escuz si malmis,
Cez blancs osbercs ki dunc oïst fremir
3485E cez escuz sur cez helmes cruisir,
Cez chevalers ki dunc veïst caïr
E humes braire, contre tere murir,
De grant dulor li poüst suvenir !
Ceste bataille est mult fort a suffrir.
3490Li amiralz recleimet Apolin
E Tervagan e Mahumet altresi :
« Mi damnedeu, jo vos ai mult servit ;
Tutes tes ymagenes ferai d’or fin... AOI.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . »
3495As li devant un soen drut, Gemalfin ;
Males nuveles li aportet e dit :
« Baligant, sire, mal estes oi baillit.
Perdut avez Malpramis, vostre filz,
E Canabeus, vostre frere, est ocis ;
3500A dous Franceis belement en avint.
Li empereres en est l’uns, ço m’est vis :
Granz ad le cors, ben resenblet marchis,
Blanche ad la barbe cume flur en avrill. »
Li amiralz en ad le helme enclin
3505E en après sin enbrunket sun vis.
Si grant doel ad sempres quiad murir,
Sin apelat Jangleu l’ultremarin.

CCLIII

FRANÇAIS et Arabes frappent à l’envi. Tant de hampes se brisent, tant d’épieux fourbis ! Qui aurait vu ces écus fracassés, qui aurait ouï ces blancs hauberts retentir, ces écus grincer contre les heaumes, qui aurait vu ces chevaliers choir et tant d’hommes hurler et mourir contre terre, il lui souviendrait d’une grande douleur. Cette bataille est lourde à soutenir. L’émir invoque Apollin et Tervagan et aussi Mahomet : « Mes seigneurs dieux, je vous ai longuement servis. Toutes vos images, je les ferai d’or pur… ! » Devant lui vient un sien fidèle, Gemalfin ; il lui apporte de males nouvelles. Il dit : « Baligant, sire, un grand malheur est venu sur vous. Malpramis, votre fils, vous l’avez perdu. Et Canabeu, votre frère, est tué. Deux Français ont eu l’heur de les vaincre. L’empereur est l’un des deux, je crois : c’est un baron de haute stature, qui semble puissant seigneur ; il a la barbe blanche comme fleur en avril. » L’émir baisse sa tête, que le heaume charge ; son visage s’assombrit, sa douleur est si forte qu’il en pense mourir. Il appela Jangleu d’Outremer.

CCLIV

Dist l’amiraill : « Jangleu, venez avant !
3510Vos estes proz e vostre saveir est grant ;
Vostre conseill ai..... tuz tens.
Que vos en semblet d’Arrabiz e de Francs ?
Avrum nos la victorie del champ ? »
E cil respunt : « Morz estes, Baligant !
Ja vostre deu ne vos erent guarant.
3515Carles est fiers e si hume vaillant ;
Unc ne vi gent ki si fust cumbatant.
Mais reclamez les barons d’Occiant,
Turcs e Enfruns, Arabiz e Jaianz.
Ço qu’estre en deit, ne l’alez demurant. »

CCLIV

L’ÉMIR dit : « Jangleu, avancez. Vous étes preux et de grande sagesse : toujours j’ai pris votre conseil. Que vous en semble, des Arabes et des Francs ? Aurons-nous la victoire dans cette bataille ? » Et il répond : « Vous êtes mort, Baligant ; vos dieux ne vous sauveront pas. Charles est fier, ses hommes sont vaillants. Jamais je ne vis engeance si hardie au combat. Mais appelez à votre aide les barons d’Occiant, Turcs, Enfruns, Arabes et Géants. Advienne que pourra. Ne tardez pas ! »

CCLV

3520Li amiraill ad sa barbe fors mise,
Altresi blanche cume flur en espine :
Cument qu’il seit, ne s’i voelt celer mie.
Met a sa buche une clere buisine,
Sunet la cler, que si paien l’oïrent ;
3525Par tut le camp ses cumpaignes ralient.
Cil d’Ociant i braient e hennissent,
Arguille si cume chen i glatissent ;
Requerent Franc par si grant estultie,
El plus espès ses rumpent e partissent.
3530A icest colp en jetent mort .VII. milie.

CCLV

L’ÉMIR a étalé sur sa brogne sa barbe, aussi blanche que fleur d’épine. Quoi qu’il doive arriver, il ne veut pas se cacher. Il embouche une buccine au timbre clair, en sonne si haut que ses païens l’entendirent. Par tout le champ ses troupes viennent au ralliement. Ceux d’Occiant braient et hennissent, ceux d’Argoille glapissent comme des chiens. Ils requièrent les Français, avec quelle témérité ! se jettent au plus épais, les rompent et les séparent. Du coup ils en jettent morts sept milliers.

CCLVI

Li quens Oger cuardise n’out unkes ;
Meillor vassal de lui ne vestit bronie.

Quant de Franceis les escheles vit rumpre,
Si apelat Tierri, le duc d’Argone,
3535Gefrei d’Anjou e Jozeran le cunte ;
Mult fierement Carlun en araisunet :
« Veez paien cum ocient voz humes !
Ja Deu ne placet qu’el chef portez corone,
S’or n’i ferez pur venger vostre hunte ! »
3540N’i ad icel ki un sul mot respundet ;
Brochent ad eit, lor cevals laissent cure,
Vunt les ferir la o il les encuntrent. AOI.

CCLVI

LE comte Ogier ne connut jamais la couardise ; jamais meilleur baron ne vêtit la brogne. Quand il vit se rompre les corps de bataille des Français, il appela Thierry, le duc d’Argonne, Geoffroi d’Anjou et le comte Jozeran. Très fièrement il exhorte Charles : « Voyez les païens, comme ils tuent vos hommes ! Ne plaise à Dieu que votre tête porte la couronne, si vous ne frappez sur l’heure pour venger votre honte ! » Il n’est personne qui réponde un seul mot. Tous donnent fortement de l’éperon, lancent à fond leurs chevaux, vont les frapper, où qu’ils les rencontrent.

CCLVII

Mult ben i fiert Carlemagnes li reis,
Naimes li dux e Oger li Daneis,
3545Geifreid d’Anjou, ki l’enseigne teneit.
Mult par est proz danz Ogers li Daneis :
Puint le ceval, laisset curre ad espleit,
Si vait ferir celui ki le dragun teneit,
Qu’Ambure cravente en la place devant sei
3550E le dragon e l’enseigne le rei.
Baligant veit sun gunfanun cadeir
E l’estandart Mahumet remaneir :
Li amiralz alques s’en aperceit
Que il ad tort e Carlemagnes dreit.
3555Paien d’Arabe s’en turnent.....
Li emperere recleimet ses Franceis :
« Dites, baron, por Deu, si m’aidereiz. »
Respundent Francs : « Mar le demandereiz.
Trestut seit fel ki n’i fierget a espleit ! » AOI.

CCLVII

CHARLEMAGNE le roi frappe merveilleusement, et Naimes le duc et Ogier le Danois, et Geoffroi d’Anjou, lui qui tenait l’enseigne. Et monseigneur Ogier le Danois est preux entre tous. Il broche son cheval, le lance à toute force et va frapper celui qui tenait le dragon, d’un tel coup qu’il renverse sur place devant lui Amboire et le dragon et l’enseigne du roi. Baligant voit son gonfanon abattu et l’étendard de Mahomet avili : alors l’émir commence à entrevoir qu’il a tort et que Charlemagne a droit. Les païens d’Arabie..... L’empereur invoque ses Français : « Dites, barons, pour Dieu, si vous m’aiderez ! » Les Français répondent : « Pourquoi le demander ? Félon qui ne frappera point à outrance ! »

CCLVIII

3560Passet li jurz, si turnet a la vespree.
Franc e paien i fierent des espees.
Cil sunt vassal ki les oz ajusterent.
Lor enseignes n’i unt mie ubliees :
Li amiralz « Preciuse ! » ad criee,
3565Carles « Munjoie ! » l’enseigne renumee.
L’un conuist l’altre as haltes voiz e as cleres.
En mi le camp amdui s’entr’encuntrerent,
Si se vunt ferir, granz colps s’entredunerent
De lor espiez en lor targes roees.
3570Fraites les unt desuz cez bucles lees ;
De lor osbercs les pans en desevrerent :
Dedenz cez cors mie ne s’adeserent.
Rumpent cez cengles e cez seles verserent,
Cheent li rei a tere.....
3575Isnelement sur lor piez releverent.
Mult vassalment unt traites les espees.
Cette bataille n’en ert mais destornee :
Seinz hume mort ne poet estre achevee. AOI.

CCLVIII

LE jour passe, la vêprée approche. Francs et païens frappent des épées. Ceux qui ont mis aux prises ces armées sont preux l’un et l’autre. Ils n’oublient pas leur cri d’armes. L’émir crie : « Précieuse ! », Charles : « Montjoie ! », l’enseigne renommée. À leurs voix hautes et claires, ils se sont reconnus. Au milieu du champ ils se joignent, se requièrent, s’entredonnent de grands coups d’épieux sur leurs targes ornées de cercles. Ils les brisent toutes deux au-dessous des larges boucles ; les pans des deux hauberts se déchirent, mais ils ne se sont pas atteints dans leur chair. Les sangles rompent, les selles versent, les deux rois tombent..... Ils se redressent vite debout. Ils dégainent hardiment leurs épées. Cette lutte ne sera pas entravée : sans mort d’homme elle ne peut s’achever.

CCLIX

Mult est vassal Carles de France dulce ;
3580Li amiralz, il nel crent ne ne dutet.
Cez lor espees tutes nues i mustrent,
Sur cez escuz mult granz colps s’entredunent,
Trenchent les quirs e cez fuz ki sunt dubles ;
Cheent li clou, si peceient les bucles ;
3585Puis fierent il nud a nud sur lur bronies ;
Des helmes clers li fuus en escarbunet.

Ceste bataille ne poet remaneir unkes,
Josque li uns sun tort i reconuisset. AOI.

CCLIX

IL est très vaillant, Charles de douce France, et l’émir ne le craint ni ne tremble. Ils dressent leurs épées toutes nues, et sur leurs écus s’entredonnent de grands coups. Ils en tranchent les cuirs et les ais, qui sont doubles ; les clous tombent, les boucles volent en pièces. Puis, à corps découvert, ils se frappent sur leurs brognes ; de leurs heaumes clairs des étincelles jaillissent. Cette lutte ne peut cesser que l’un des deux n’ait reconnu son tort.

CCLX

Dist l’amiraill : « Carles, kar te purpenses,
3590Si pren cunseill que vers mei te repentes !
Mort as mun filz, par le men esciente ;
A mult grant tort mun païs me calenges.
Deven mes hom [en fedeltet voeill rendre]
Ven mei servir d’ici qu’en Oriente. »
3595Carles respunt : « Mult grant viltet me semble.
Pais ne amor ne dei a paien rendre.
Receif la lei que Deus nos apresentet,
Chrestientet, e pui t’amerai sempres ;
Puis serf e crei le rei omnipotente. »
3600Dist Baligant : « Malvais sermun cumences ! »
Puis vunt ferir des espees qu’unt ceintes. AOI.

CCLX

L’ÉMIR dit : « Charles, rentre en toi-même : résous-toi à me montrer que tu te repens ! En vérité, tu m’as tué mon fils et c’est à très grand tort que tu revendiques mon pays. Deviens mon vassal..... Viens-t’en jusqu’en Orient, comme mon serviteur. » Charles répond : « Ce serait, à mon sens, faire une grande vilenie. À un païen je ne dois accorder ni paix ni amour. Reçois la loi que Dieu nous révèle, la loi chrétienne : aussitôt je t’aimerai ; puis sers et confesse le roi tout-puissant. » Baligant dit : « Tu prêches là un mauvais sermon ! » Alors ils recommencent à frapper de l’épée.

CCLXI

Li amiralz est mult de grant vertut.
Fier Carlemagne sur l’elme d’acer brun,
Desur la teste li ad frait e fendut ;
3605Met li l’espee sur les chevels menuz,
Prent de la carn grant pleine palme e plus :
Iloec endreit remeint li os tut nut.
Carles cancelet, por poi qu’il n’est caüt ;
Mais Deus ne volt qu’il seit mort ne vencut.
3610Seint Gabriel est repairet a lui,
Si li demandet : « Reis magnes, que fais tu ? »

CCLXI

L'ÉMIR est d’une grande vigueur. Il frappe Charlemagne sur son heaume d’acier brun, le lui brise sur la tête et le fend ; la lame descend jusqu’à la chevelure, prend de la chair une pleine paume et davantage ; l’os reste à nu. Charles chancelle, il a failli tomber. Mais Dieu ne veut pas qu’il soit tué ni vaincu. Saint Gabriel est revenu vers lui, qui lui demande : « Roi Magne, que fais-tu ? »

CCLXII

Quant Carles oït la seinte voiz de l’angle,
Nen ad poür ne de murir dutance ;
Repairet loi vigur e remembrance.
3615Fiert l’amiraill de l’espee de France,
L’elme li freint o li gemme reflambent,
Trenchet la teste pur la cervele espandre
E tut le vis tresqu’en la barbe blanche,
Que mort l’abat senz nule recouvrance.
3620« Munjoie ! » escriet pur la reconuisance.
A icest mot venuz i est dux Neimes :
Prent Tencendur, muntet i est li reis magnes.
Paien s’en turnent, ne voit Deus qu’il i remainent.
Or sunt Franceis a icels qu’il demandent.

CCLXII

QUAND Charles entend la sainte voix de l’ange, il ne craint plus, il sait qu’il ne mourra pas. Il reprend vigueur et connaissance. De l’épée de France il frappe l’émir. Il lui brise son heaume où flambent les gemmes, lui ouvre le crâne, et la cervelle s’épand, il lui fend toute la tête jusqu’à la barbe blanche, et sans nul recours l’abat mort. Il crie : « Montjoie ! » pour qu’on se rallie à lui. Au cri le duc Naimes est venu ; il prend Tencendur, le roi Magne y remonte. Les païens s’enfuient, Dieu ne veut pas qu’ils restent. Les Français sont parvenus au terme tant désiré.

CCLXIII

3625Paien s’en fuient, cum Damnesdeus le volt.
Encalcent Franc e l’emperere avoec.
Ço dist li reis : « Seignurs, vengez voz doels,
Si esclargiez voz talenz e voz coers,
Kar hoi matin vos vi plurer des oilz. »
3630Respondent Franc : « Sire, ço nus estoet. »
Cascuns i fiert tanz granz colps cum il poet.
Poi s’en estoerstrent d’icels ki sunt iloec.

CCLXIII

LES païens s’enfuient, car Dieu le veut. Les Francs, et l’empereur avec eux, les chassent. Le roi dit : « Seigneurs, vengez vos deuils, faites votre volonté et que vos cœurs s’éclairent, car j’ai vu ce matin vos yeux pleurer. » Les Francs répondent : « Sire, il nous faut ainsi faire ! » Chacun frappe à grands coups, tant qu’il peut. Des païens qui sont là, bien peu échappèrent.

CCLXIV

Granz est li calz, si se levet la puldre.
Paien s’en fuient e Franceis les anguissent ;
3635Li enchalz duret d’ici qu’en Sarraguce.
En sum sa tur muntee est Bramidonie,

Ensembl’ od li si clerc e si canonie
De false lei que Deus nen amat unkes :
Ordres nen unt ne en lor chefs corones.
3640Quant ele vit Arrabiz si cunfundre,
A halte voiz s’escrie : « Aiez nos, Mahum !...
E ! gentils reis, ja sunt vencuz noz humes,
Li amiralz ocis a si grant hunte ! »
Quant l’ot Marsilie, vers sa pareit se turnet,
3645Pluret des oilz, tute sa chere enbrunchet ;
Morz est de doel, si cum pecchet l’encumbret.
L’anme de lui as vifs diables dunet. AOI.

CCLXIV

LA chaleur est forte, la poussière s’élève. Les païens fuient et les Français les harcèlent. La chasse dure jusqu’à Saragosse. Au haut de sa tour Bramidoine est montée : avec elle ses clercs et ses chanoines de la fausse loi que jamais Dieu n’aima : ils ne se sont ni ordonnés ni tonsurés. Quand elle vit les Arabes en telle déroute, à haute voix elle s’écrie : « ..... Ah ! gentil roi, les voilà vaincus, nos hommes ! L’émir est tué, si honteusement ! » Quand Marsile l’entend, il se tourne vers la paroi, ses yeux versent des larmes, sa tête retombe. Il est mort de douleur, sous le fléau qui l’accable. Il donne son âme aux démons.

CCLXV

Paien sunt morz, alquant.....
E Carles ad sa bataille vencue.
3650De Sarraguce ad la porte abatue :
Or set il ben que n’est mais defendue.
Prent la citet, sa gent i est venue :
Par poestet icele noit i jurent.
Fiers est li reis a la barbe canue.
3655E Bramidonie les turs li ad rendues :
Les dis sunt grandes, les cinquante menues.
Mult ben espleitet qui Damnesdeus aiuet.

CCLXV

LES païens sont morts..... Et Charles a gagné sa bataille. Il a abattu la porte de Saragosse : il sait qu’elle ne sera pas défendue. Il se saisit de la cité ; ses troupes y pénètrent : par droit de conquête, elles y couchèrent cette nuit-là. Le roi à la barbe chenue en est rempli de fierté. Et Bramidoine lui a rendu les tours, les dix grandes, les cinquante petites. Qui obtient l’aide de Dieu achève bien ses tâches.

CCLXVI

Passet li jurz, la noit est aserie ;
Clere est la lune e les esteiles flambient.
3660Li emperere ad Sarraguce prise.
A mil Franceis funt ben cercer la vile,
Les sinagoges e les mahumeries ;
A mailz de fer e a cuignees qu’il tindrent,

Fruissent les ymagenes e trestutes les ydeles :
3665N’i remeindrat ne sorz ne falserie.
Li reis creit en Deu, faire voelt sun servise,
E si evesque les eves beneïssent,
Meinent paien entesqu’al baptisterie :
S’or i ad cel qui Carle cuntredie,
3670Il le fait pendre o ardeir ou ocire.
Baptizet sunt asez plus de .C. milie
Veir chrestien, ne mais sul la reïne.
En France dulce iert menee caitive :
Ço voelt li reis par amur cunvertisset.

CCLXVI

LE jour passe, la nuit est tombée. La lune est claire, les étoiles brillent. L’empereur a pris Saragosse : par mille Français on fait fouiller à fond la ville, les synagogues et les mahommeries. À coups de mails de fer et de cognées ils brisent les images et toutes les idoles : il n’y demeurera maléfice ni sortilège. Le roi croit en Dieu, il veut faire son service ; et ses évêques bénissent les eaux. On mène les païens jusqu’au baptistère ; s’il en est un qui résiste à Charles, le roi le fait pendre ou brûler ou tuer par le fer. Bien plus de cent mille sont baptisés vrais chrétiens, mais non la reine. Elle sera menée en douce France, captive : le roi veut qu’elle se convertisse par amour.

CCLXVII

3675Passet la noit, si apert le cler jor.
De Sarraguce Carles guarnist les turs ;
Mil chevalers i laissat puigneürs ;
Guardent la vile a oes l’empereor.
Muntet li reis e si hume trestuz
3680E Bradimonie, qu’il meinet en sa prisun ;
Mais n’ad talent que li facet se bien nun.
Repairez sunt a joie e a baldur.
Passent Nerbone par force e par vigur ;
Vint a Burdeles, la citet de.....
3685Desur l’alter seint Sevrin le baron
Met l’oliphan plein d’or e de manguns :
Li pelerin le veient ki la vunt.
Passet Girunde a mult granz nefs qu’i sunt ;
Entresqu’a Blaive ad cunduit sun nevold
3690E Oliver, sun nobilie cumpaignun,
E l’arcevesque, ki fut sages e proz.

En blancs sarcous fait metre les seignurs,
A Seint Romain : la gisent li baron.
Francs les cumandent a Deu e a ses nuns.
3695Carles cevalchet e les vals e les munz ;
Entresqu’a Ais ne volt prendre sujurn.
Tant chevalchat qu’il descent al perrun.
Cume il est en sun paleis halçur,
Par ses messages mandet ses jugeors,
3700Baivers e Saisnes, Loherencs e Frisuns ;
Alemans mandet, si mandet Borguignuns
E Peitevins e Normans e Bretuns,
De cels de France des plus saives qui sunt.
Des ore cumencet le plait de Guenelun.

CCLXVII

LA nuit passe, le jour se lève clair. Dans les tours de Saragosse Charles met une garnison. Il y laissa mille chevaliers bien éprouvés : ils gardent la ville au nom de l’empereur. Le roi monte à cheval ; ainsi font tous ses hommes et Bramidoine, qu’il emmène captive ; mais il ne veut rien lui faire, que du bien. Ils s’en retournent, pleins de joie et de fierté. Ils occupent Nerbone de vive force et passent. Charles parvient à Bordeaux, la cité renommée (?) : sur l’autel du baron saint Seurin, il dépose l’olifant, rempli d’or et de mangons ; les pèlerins qui vont là l’y voient encore. Il passe la Gironde sur les grandes nefs qu’il y trouve. Jusqu’à Blaye il a conduit son neveu, et Olivier, son noble compagnon, et l’archevêque, qui fut sage et preux. En de blancs cercueils il fait mettre les trois seigneurs, à Saint-Romain : c’est là qu’ils gisent, les vaillants. Les Français les remettent à Dieu et à ses Noms. Par les vaux, par les monts, Charles chevauche : jusqu’à Aix, il ne veut pas séjourner aux étapes. Tant chevauche-t-il qu’il descend au perron. Quand il est arrivé dans son palais souverain, il mande par messagers ses jugeurs, Bavarois et Saxons, Lorrains et Frisons ; il mande les Allemands, il mande les Bourguignons, et les Poitevins et les Normands et les Bretons, et ceux de France, qui entre tous sont sages. Alors commence le plaid de Ganelon.

CCLXVIII

3705Li empereres est repairet d’Espaigne
E vient a Ais, a meillor sied de France ;
Muntet el palais, est venut en la sale.
As li Alde venue, une bele damisele.
Ço dist al rei : « O est Rollant le catanie,
3710Ki me jurat cume sa per a prendre ? »
Carles en ad e dulor e pesance,
Pluret des oilz, tiret sa barbe blance :
Soer, cher’amie, d’hume mort me demandes.
Jo t’en durai mult esforcet eschange :
3715Ço est Loewis, mielz ne sai a parler ;
Il est mes filz e si tendrat mes marches. »
Alde respunt : « C’est mot mei est estrange.
Ne place Deu ne ses seinz ne ses angles
Après Rollant que jo vive remaigne ! »

3720Pert la culor, chet as piez Carlemagne,
Sempres est morte. Deus ait mercit de l’anme !
Franceis barons en plurent e si la pleignent.

CCLXVIII

L'EMPEREUR est revenu d’Espagne. Il vient à Aix, le meilleur siège de France. Il monte au palais, il est entré dans la salle. Voici que vient à lui Aude, une belle demoiselle. Elle dit au roi : « Où est-il, Roland le capitaine, qui me jura de me prendre pour sa femme ? » Charles en a douleur et peine. Il pleure, tire sa barbe blanche : « Sœur, chère amie, de qui t’enquiers-tu ? D’un mort. Je te ferai le meilleur échange. Ce sera Louis, je ne sais pas mieux te dire. Il est mon fils, c’est lui qui tiendra mes marches. » Aude répond : « Cette parole m’est étrange. À Dieu ne plaise, à ses saints, à ses anges, après Roland que je reste vivante ! » Elle perd sa couleur, choit aux pieds de Charlemagne. Elle est morte aussitôt : que Dieu ait pitié de son âme ! Les barons français en pleurent et la plaignent.

CCLXIX

Alde la bel’ est a sa fin alee.
Quidet li reis que el se seit pasmee ;
3725Pited en ad, sin pluret l’emperere ;
Prent la as mains, si l’en ad relevee.
Desur les espalles ad la teste clinee.
Quant Carles veit que morte l’ad truvee,
Quatre cuntesses sempres i ad mandees :
3730A un muster de nuneins est portee ;
La noit la guaitent entresqu’a l’ajurnee.
Lunc un alter belement l’enterrerent.
Mult grant honur i ad li reis dunee. AOI.

CCLXIX

AUDE la Belle est allée à sa fin. Le roi croit qu’elle est évanouie, il a pitié d’elle, il pleure. Il la prend par les mains, la relève ; sur les épaules, la tête retombe. Quand Charles voit qu’elle est morte, il mande aussitôt quatre comtesses. À un moutier de nonnes on la porte ; toute la nuit, jusqu’à l’aube, on la veille ; au long d’un autel bellement on l’enterre. Le roi l’a hautement honorée.

CCLXX

Li emperere est repairet ad Ais.
3735Guenes li fels, en caeines de fer,
En la citet est devant le paleis ;
A un’ estache l’unt atachet cil serf.
Les mains li lient a curreies de cerf ;
Tres ben le batent a fuz e a jamelz :
3740N’ad deservit que altre ben i ait ;
A grant dulur iloec atent sun plait.

CCLXX

L'EMPEREUR est rentré à Aix. Ganelon, le félon, en des chaînes de fer, est dans la cité, devant le palais. Contre un poteau des serfs l’ont attaché ; ils entravent ses mains par des courroies de cuir de cerf, ils le battent fortement de verges et de bâtons. Il n’a point mérité d’autres bienfaits. À grande douleur il attend là son jugement.

CCLXXI

Il est escrit en l’ancienne geste
Que Carles mandet humes de plusurs teres.
Asemblez sunt ad Ais, a la capele.

3745Halz est li jurz, mult par est grande la feste,
Dient alquanz del baron seint Silvestre.
Dès ore cumencet le plait et les noveles
De Guenelun, ki traïsun ad faite.
Li emperere devant sei l’ad fait traire. AOI.

CCLXXI

IL est écrit dans la Geste ancienne que de maints pays Charles manda ses vassaux. Ils sont assemblés à Aix, à la chapelle. C’est le haut jour d’une fête solennelle, celle, disent plusieurs, du baron saint Sylvestre. Alors commence le plaid et voici l’histoire de Ganelon, qui a trahi. L’empereur devant lui l’a fait traîner.

CCLXXII

3750« Seignors barons, » dist Carlemagnes li reis,
« De Guenelun car me jugez le dreit !
Il fut en l’ost tresqu’en Espaigne od mei,
Si me tolit .XX. milie de mes Franceis
E mun nevold, que ja mais ne verreiz,
3755E Oliver, li proz e li curteis ;
Les .XII. pers ad traït por aveir. »
Dist Guenelon : « Fel seie se jol ceil !
Rollant me forfist en or e en aveir,
Pur que jo quis sa mort e sun destreit ;
3760Mais traïsun nule n’en i otrei. »
Respundent Franc : « Ore en tendrum cunseill. »

CCLXXII

« SEIGNEURS barons, » dit Charlemagne, le roi, « jugez-moi Ganelon selon le droit. Il vint dans l’armée jusqu’en Espagne avec moi : il m’a ravi vingt mille de mes Français, et mon neveu, que vous ne reverrez plus, et Olivier, le preux et le courtois : les douze pairs, il les a trahis pour de l’argent. » Ganelon dit : « Honte sur moi, si j’en fais mystère ! Roland m’avait fait tort dans mon or, dans mes biens, et c’est pourquoi j’ai cherché sa mort et sa ruine. Mais qu’il y ait là nulle trahison, je ne l’accorde pas. » Les Francs répondent : « Nous en tiendrons conseil. »

CCLXXIII

Devant le rei la s’estut Guenelun.
Cors ad gaillard, el vis gente color ;
S’il fust leials, ben resemblast barun.
3765Veit cels de France e tuz les jugeürs,
De ses parenz .XXX. ki od lui sunt ;
Puis s’escriat haltement, a grant voeiz :
« Pur amor Deu, car m’entendez, barons !
Seignors, jo fui en l’ost avoec l’empereür,
3770Serveie le par feid e par amur.
Rollant sis niés me coillit en haür,

Si me jugat a mort e a dulur.
Message fui al rei Marsiliun ;
Par mun saveir vinc jo a guarisun.
3775Jo desfiai Rollant le poigneor
E Oliver e tuiz lur cumpaignun :
Carles l’oïd e si nobilie baron.
Venget m’en sui, mais n’i ad traïsun. »
Respundent Francs : « A conseill en irums. »

CCLXXIII

DEVANT le roi, Ganelon se tient debout. Il a le corps gaillard, le visage bien coloré : s’il était loyal, on croirait voir un preux. Il regarde ceux de France et tous les jugeurs, et trente de ses parents qui tiennent pour lui ; puis il s’écrie à voix haute et forte : « Pour l’amour de Dieu, barons, entendez-moi ! Seigneurs, je fus à l’armée avec l’empereur. Je le servais en toute foi, en tout amour. Roland, son neveu me prit en haine et me condamna à la mort et à la douleur. Je fus envoyé comme messager au roi Marsile : par mon adresse, je parvins à me sauver. Je défiai le preux Roland et Olivier, et tous leurs compagnons. Charles et ses nobles barons entendirent mon défi. Je me suis vengé, mais ce ne fut pas trahison. » Les Francs répondent : « Nous irons en tenir conseil. »

CCLXXIV

3780Quant Guenes veit que ses granz plaiz cumencet,
De ses parenz ensemble en i out trente.
Un en i ad a qui li altre entendent :
Ço est Pinabel, del castel de Sorence ;
Ben set parler e dreite raisun rendre ;
3785Vassals est bons por ses armes defendre. AOI.
Ço li dist Guenes : « En vos..... ami.....
Getez mei hoi de mort e de calunje ! »
Dist Pinabel : « Vos serez guarit sempres.
N’i ad Francès ki vos juget a pendre,
3790U l’emperere les noz dous cors en asemble,
Al brant d’acer que jo ne l’en desmente. »
Guenes li quens a ses piez se presente.

CCLXXIV

GANELON voit que commence son grand plaid. Trente de ses parents sont assemblés. Il en est un à qui s’en remettent les autres, c’est Pinabel, du château de Sorence. Il sait bien parler et dire ses raisons comme il convient. Il est vaillant, quand il s’agit de défendre ses armes. Ganelon lui dit : « Ami… reprenez-moi à la mort et à la honte ! » Pinabel dit : « Bientôt vous serez sauvé. S’il se trouve un Français pour juger que vous devez être pendu, que l’empereur nous mette aux prises tous deux, corps contre corps : mon épée d’acier lui donnera le démenti. » Ganelon le comte s’incline à ses pieds.

CCLXXV

Bavier e Saisnes sunt alet a conseill
E Peitevin e Norman e Franceis ;
3795Asez i ad Alemans e Tiedeis ;
Icels d’Alverne i sunt li plus curteis.
Pur Pinabel se cuntienent plus quei.
Dist l’un a l’altre : « Bien fait a remaneir !

Laisum le plait e si preium le rei
3800Que Guenelun cleimt quite ceste feiz,
Puis si li servet par amur e par feid.
Morz est Rollant, ja mais nel revereiz ;
N’ert recuvret por or ne por aveir :
Mult sereit fols ki... se cumbatreit. »
3805N’en i ad celoi nel graant e otreit,
Fors sul Tierri, le frere dam Geifreit. AOI.

CCLXXV

BAVAROIS et Saxons sont entrés en conseil, et les Poitevins, les Normands, les Français. Allemands et Thiois sont là en nombre ; ceux d’Auvergne y sont les plus courtois. Ils baissent le ton à cause de Pinabel. L’un dit à l’autre : « Il convient d’en rester là. Laissons le plaid, et prions le roi qu’il proclame Ganelon quitte pour cette fois ; que Ganelon le serve désormais en toute foi, en tout amour. Roland est mort, vous ne le reverrez plus ; ni or ni argent ne le rendrait. Bien fou qui combattrait Pinabel ! » Il n’en est pas un qui n’approuve, hormis Thierry, le frère de monseigneur Geoffroy.

CCLXXVI

A Charlemagne repairent si barun ;
Dient al rei : « Sire, nus vos prium
Que clamez quite le cunte Guenelun,
3810Puis si vos servet par feid e par amor.
Vivre le laisez, car mult est gentilz hoem.
Ja por murir n’en ert veüd gerun,
Ne por aveir ja nel recuverum. »
Ço dist li reis : « Vos estes mi felun. » AOI.

CCLXXVI

VERS Charlemagne ses barons s’en reviennent. Ils disent au roi : « Sire, nous vous en prions : proclamez quitte le comte Ganelon : puis, qu’il vous serve en tout amour et toute foi ! Laissez-le vivre, car il est très haut seigneur… Ni or ni argent ne vous rendrait Roland. » Le roi dit : « Vous êtes des félons. »

CCLXXVII

3815Quant Carles veit que tuz li sunt faillid,
Mult l’enbrunchit e la chere e le vis,
Al doel qu’il ad si se cleimet caitifs.
Ais li devant uns chevalers, Tierris,
Frere Gefrei, a un duc angevin.
3820Heingre out le cors e graisle e eschewid,
Neirs les chevels e alques bruns le vis ;
N’est gueres granz ne trop nen est petiz.
Curteisement a l’emperere ad dit :
« Bels sire reis, ne vos dementez si !
3825Ja savez vos que mult vos ai servit.

Par anceisurs dei jo tel plait tenir :
Que que Rollant a Guenelun forsfesist,
Vostre servise l’en doüst bien guarir.
Guenes est fels d’iço qu’il le traït ;
3830Vers vos s’en est parjurez e malmis.
Pur ço le juz jo a pendre e a murir
E sun cors metre.....
Si cume fel ki felonie fist.
S’or ad parent ki m’en voeille desmentir,
3835A ceste espee, que jo ai ceinte ici,
Mun jugement voel sempres garantir. »
Respundent Franc : « Or avez vos ben dit. »

CCLXXVII

QUAND Charles voit que tous lui ont failli, il baisse la tête douloureusement. « Malheureux que je suis ! » dit-il. Or voici venir devant lui un chevalier, Thierry, frère de Geoffroy, un duc angevin. Il a le corps maigre, grêle, élancé, les cheveux noirs, le visage assez brun. Il n’est pas très grand, mais non plus trop petit. Il dit à l’empereur, courtoisement : « Beau sire roi, ne vous désolez pas ainsi. Je vous ai longtemps servi, vous le savez. Pour mes ancêtres, je dois parler comme voici. Si même Roland eut des torts envers Ganelon, Roland était à votre service : c’en devait être assez pour le garantir. Ganelon est félon, en tant qu’il l’a trahi : c’est envers vous qu’il s’est parjuré et qu’il a forfait. C’est pourquoi je juge qu’il soit pendu et qu’il meure, et que son corps… soit traité comme celui d’un félon qui fit une félonie. S’il a un parent qui veuille m’en donner le démenti, je veux, de cette épée que j’ai ceinte, soutenir sur l’heure mon jugement. » Les Francs répondent : « Vous avez bien dit. »

CCLXXVIII

Devant lu rei est venuz Pinabel.
Granz est e forz e vassals e isnel ;
3840Qu’il fiert a colp, de sun tens n’i ad mais ;
E dist al rei : « Sire, vostre est li plaiz :
Car cumandez que tel noise n’i ait !
Ci vei Tierri, ki jugement ad fait.
Jo si li fals, od lui m’en cumbatrai. »
3845Met li el poign de cerf le destre guant.
Dist li empereres : « Bons pleges en demant. »
.XXX. parenz li plevissent leial.
Ço dist li reis : « E jol vos recrerai. »
Fait cels guarder tresque li dreiz en serat. AOI.

CCLXXVIII

DEVANT le roi Pinabel s’est avancé. Il est grand et fort, vaillant et agile ; celui qu’un de ses coups atteint a fini son temps. Il dit au roi : « Sire, c’est ici votre plaid : commandez donc qu’on n’y fasse pas tant de bruit. Je vois céans Thierry, qui a jugé. Je fausse son jugement et je combattrai contre lui. » Il remet au roi, en son poing, un gant de peau de cerf, le gant de sa main droite. L’empereur dit : « Je demande de bons otages. » Trente parents s’offrent en loyale caution. Le roi dit : « À mon tour, je vous cautionnerai. » Il les met sous bonne garde, jusqu’à ce qu’il soit fait droit.

CCLXXIX

3850Quant veit Tierri qu’or en ert la bataille,
Sun destre guant en ad presentet Carle.
Li emperere li recreit par hostage,

Puis fait porter .IIII. bancs en la place :
La vunt sedeir cil kis deivent cumbatre.
3855Ben sunt malez, par jugement des altres,
Sil purparlat Oger de Denemarche ;
E puis demandent lur chevals e lur armes. AOI.

CCLXXIX

QUAND Thierry voit qu’il y aura bataille, il présente à Charles son gant droit. L’empereur donne caution pour lui, puis il fait porter quatre bancs sur la place. Là ceux qui doivent combattre vont s’asseoir. Au jugement de tous, ils se sont provoqués selon les règles. C’est Ogier de Danemark qui a porté le double défi. Puis ils demandent leurs chevaux et leurs armes.

CCLXXX

Puis que il sunt a bataille justez,
Ben sunt cunfès e asols e seignez ;
3860Oent lur messes e sunt acuminiez ;
Mult granz offrendes metent par cez musters.
Devant Carlun andui sunt repairez.
Lur esperuns unt en lor piez calcez,
Vestent osberc blancs e forz e legers,
3865Lur helmes clers unt fermez en lor chefs,
Ceinent espees enheldees d’or mier,
En lur cols pendent lur escuz de quarters,
En lur puinz destres unt lur trenchanz espiez,
Puis sunt muntez en lur curanz destrers.
3870Idunc plurerent .C. milie chevalers
Qui pur Rollant de Tierri unt pitiet.
Deus set asez cument la fins en ert.

CCLXXX

PUISQU’ILS sont prêts à s’affronter en bataille, ils se confessent ; ils sont absous et bénis. Ils entendent leurs messes et reçoivent la communion. Ils laissent aux églises de très grandes offrandes. Puis, tous deux reviennent devant Charles. Ils ont chaussé leurs éperons, ils revêtent des hauberts blancs, forts et légers, lacent sur leurs têtes leurs heaumes clairs, ceignent des épées dont la garde est d’or pur, suspendent à leurs cous leurs écus à quartiers, saisissent de leurs poings droits leurs épieux tranchants, puis se mettent en selle sur leurs destriers rapides. Alors pleurèrent cent mille chevaliers, qui, pour l’amour de Roland, ont pitié de Thierry. Quelle sera la fin, Dieu le sait bien.

CCLXXXI

Dedessuz Ais est la pree mult large.
Des dous baruns justee est la bataille.
3875Cil sunt produme e de grant vasselage
E lur chevals sunt curanz e aates.
Brochent les bien, tutes les resnes lasquent,
Par grant vertut vait ferir l’uns li altre.
Tuz lur escuz i fruissent e esquassent,

3880Lur osbercs rumpent e lur cengles depiecent,
Les alves turnent, les seles cheent a tere.
.C. mil humes i plurent, kis esguardent. AOI.

CCLXXXI

SOUS Aix la prairie est très large : là sont mis aux prises les deux barons. Ils sont preux et de grande vaillance, et leurs chevaux sont rapides et ardents. Ils les éperonnent bien, lâchent à fond les rênes. De toute leur vigueur, ils vont s’attaquer l’un l’autre. Les écus se brisent, volent en pièces, les hauberts se déchirent, les sangles éclatent, les troussequins versent, les selles tombent à terre. Cent mille hommes pleurent, qui les regardent.

CCLXXXII

A tere sunt ambdui li chevaler.
Isnelement se drecent sur lur piez.
3885Pinabels est forz e isnels e legers.
Li uns requiert l’altre, n’unt mie des destrers.
De cez espees enheldees d’or mer
Fierent e caplent sur cez helmes d’acer ;
Granz sunt les colps as helmes detrencher.
3890Mult se dementent cil franceis chevaler.
« E ! Deus, » dist Carles, « le dreit en esclargiez ! »

CCLXXXII

LES deux chevaliers sont tombés contre terre. Rapidement, ils se redressent debout. Pinabel est fort, agile et léger. Ils se requièrent l’un l’autre ; ils n’ont plus leurs destriers. De leurs épées aux gardes d’or pur, ils frappent et refrappent sur leurs heaumes d’acier : les coups sont forts, à fendre les heaumes. Grande est l’angoisse des chevaliers français : « Ah ! Dieu, » dit Charles, « faites resplendir le droit ! »

CCLXXXIII

Dist Pinabel : « Tierri, car te recreiz !
Tes hom serai par amur e par feid,
A tun plaisir te durrai mun aveir,
3895Mais Guenelun fai acorder al rei ! »
Respont Tierri : « Ja n’en tendrai cunseill.
Tut seie fel, se jo mie l’otrei !
Deus facet hoi entre nus dous le dreit ! » AOI.

CCLXXXIII

PINABEL dit : « Thierry, rends-toi ! Je serai ton vassal en toute foi, en tout amour ; à ton plaisir je te donnerai de mes richesses ; mais trouve pour Ganelon un accord avec le roi ! » Thierry répond : « Je ne tiendrai pas long conseil. Honte sur moi si j’y consens en rien ! Qu’entre nous deux, en ce jour, Dieu montre le droit ! »

CCLXXXIV

Ço dist Tierri : « Pinabel, mult ies ber,
3900Granz ies e forz e tis cors ben mollez ;
De vasselage te conoissent ti per :
Ceste bataille car la laisses ester !
A Carlemagne te ferai acorder ;
De Guenelun justise ert faite tel

3905Jamais n’ert jur que il n’en seit parlet.
Dist Pinabel : « Ne placet Damnedeu !
Sustenir voeill trestut mun parentet ;
N’en recrerrai pur nul hume mortel ;
Mielz voeill murir qu’il me seit reprovet. »
3910De lur espees cumencent a capler
Desur cez helmes, ki sunt a or gemez :
Cuntre le ciel en volet li fous tuz clers.
Il ne poet estre qu’il seient desevrez :
Seinz hume mort ne poet estre afinet. AOI.

CCLXXXIV

THIERRY dit : « Pinabel, tu es très preux, tu es grand et fort, tes membres sont bien moulés, et tes pairs te connaissent pour ta vaillance : renonce donc à cette bataille ! Je te trouverai un accord avec Charlemagne. Quant à Ganelon, justice sera faite de lui, et telle qu’à jamais, chaque jour il en sera parlé. » Pinabel dit : « Ne plaise au Seigneur Dieu ! Je veux soutenir toute ma parenté. Je ne me rendrai pour nul homme qui vive. J’aime mieux mourir qu’en subir le reproche. » Ils recommencent à frapper des épées sur leurs heaumes, qui sont incrustés d’or. Contre le ciel volent claires, les étincelles. Les séparer, nul ne pourrait. Ce combat ne peut finir sans qu’un homme meure.

CCLXXXV

3915Mult par est proz Pinabel de Sorence,
Si fiert Tierri sur l’elme de Provence :
Salt en li fous, que l’erbe en fait esprendre.
Del brant d’acer la mure li presentet.
Desur le frunt li ad faite descendre,
3920Par mi le vis.....
La destre joe en ad tute sanglente,
L’osberc del dos josque par sum le ventre.
Deus le guarit, que mort ne l’acraventet. AOI.

CCLXXXV

PINABEL de Sorence est de très grande prouesse. Sur le heaume de Provence, il frappe Thierry : le feu jaillit, l’herbe s’enflamme. Il lui présente la pointe de sa lame d’acier. Elle descend sur son front..... Il en a la joue droite toute sanglante et tout sanglant le haubert, dans le dos et au long de la poitrine. Dieu le protège, Pinabel ne l’a pas renversé mort.

CCXXXVI

Ço veit Tierris que el vis est ferut :
3925Li sancs tuz clers en chiet el pred herbus.
Fiert Pinabel sur l’elme d’acer brun,
Jusqu’al nasel li ad frait e fendut,
Del chef li ad le cervel espandut,
Brandit sun colp, si l’ad mort abatut.
3930A icest colp est li esturs vencut.

Escrient Franc : « Deus i ad fait vertut !
Asez est dreiz que Guenes seit pendut
E si parent, ki plaidet unt pur lui. » AOI.

CCLXXXVI

THIERRY voit qu’il est blessé au visage. Son sang tombe clair sur l’herbe du pré. Il frappe Pinabel sur son heaume d’acier brun, le brise et le fend jusqu’au nasal, fait couler du crâne la cervelle ; il secoue sa lame dans la plaie et l’abat mort. Par ce coup sa bataille est gagnée. Les Francs s’écrient : « Dieu y a fait miracle ! Il est bien droit que Ganelon soit pendu, et ses parents qui ont répondu pour lui. »

CCLXXXVII

Quant Tierris ad vencue sa bataille,
3935Venuz i est li emperere Carles,
Ensembl’od lui de ses baruns ad quatre,
Naimes li dux, Oger de Danemarche,
Geifrei d’Anjou e Willalme de Blaive.
Li reis ad pris Tierri entre sa brace,
3940Tert lui le vis od ses granz pels de martre,
Celes met jus, puis li afublent altres ;
Mult suavet le chevaler desarment.
Munter l’unt fait en une mule d’Arabe ;
Repairet s’en a joie e a barnage ;
3945Vienent ad Ais, descendent en la place.
Dès ore cumencet l’ocisiun des altres.

CCLXXXVII

QUAND Thierry eut gagné sa bataille, l’empereur Charles vint vers lui. Quatre de ses barons l’accompagnent, le duc Naimes, Ogier de Danemark, Geoffroy d’Anjou et Guillaume de Blaye. Le roi a pris Thierry dans ses bras ; des grandes peaux de son manteau de martre, il lui essuie la face, puis rejette le manteau : on lui en met un autre. Très tendrement on désarme le chevalier, on le monte sur une mule arabe ; on le ramène avec joie et en bel arroi. Les barons rentrent dans Aix, mettent pied à terre sur la place. Alors commence la mise à mort des autres.

CCLXXXVIII

Carles apelet ses cuntes e ses dux :
« Que me loez de cels qu’ai retenuz ?
Pur Guenelun erent a plait venuz,
3950Pur Pinabel en ostage renduz. »
Respundent Franc : « Ja mar en vivrat uns ! »
Li reis cumandet un soen veier, Basbrun :
« Va, sis pent tuz a l’arbre de mal fust !
Par ceste barbe dunt li peil sunt canuz,
3955Se uns escapet, morz iez e cunfunduz. »
Cil li respunt : « Qu’en fereie jo el ? »
Od .C. serjanz par force les cunduit.

.XXX. en i ad d’icels ki sunt pendut.
Ki hume traïst sei ocit e altroi. AOI.

CCLXXXVIII

CHARLES appelle ses ducs et ses comtes : « Que me conseillez-vous à l’égard de ceux que j’ai retenus ? Ils étaient venus au plaid pour Ganelon ; ils se sont rendus à moi comme otages de Pinabel. » Les Francs répondent : « Pas un n’a le droit de vivre. » Le roi appelle Basbrun, un sien voyer : « Va, et pends-les tous à l’arbre au bois maudit. Par cette barbe dont les poils sont chenus, s’il en échappe un seul, tu es mort et venu à ta perte. » Il répond : « Que puis-je faire d’autre ? » Avec cent sergents il les emmène de vive force : ils sont trente, qui furent tous pendus. Qui trahit perd les autres avec soi.

CCLXXXIX

3960Puis sunt turnet Bavier e Aleman
E Peitevin e Bretun e Norman.
Sor tuit li altre l’unt otriet li Franc
Que Guenes moerget par merveillus ahan.
Quatre destrers funt amener avant,
3965Puis si li lient e les piez e les mains.
Li cheval sunt orgoillus e curant :
Quatre serjanz les acoeillent devant
Devers un’ ewe ki est en mi un camp.
Guenes est turnet a perdiciun grant ;
3970Trestuit si nerf mult li sunt estendant
E tuit li membre de sun cors derumpant :
Sur l’erbe verte en espant li cler sanc.
Guenes est mort cume fel recreant.
Hom ki traïst altre nen est dreiz qu’il s’en vant.

CCLXXXIX

ALORS s’en furent Bavarois et Allemands et Poitevins et Bretons et Normands. Tous sont tombés d’accord, et les Français les premiers, que Ganelon doit mourir en merveilleuse angoisse. On amène quatre destriers, puis on lui attache les pieds et les mains. Les chevaux sont ardents et rapides : devant eux, quatre sergents les poussent vers une jument, qui est au milieu d’un champ. Ganelon est venu à sa perdition. Tous ses nerfs se distendent, tous les membres de son corps se brisent, sur l’herbe verte son sang se répand clair. Ganelon est mort de la mort qui sied à un félon prouvé. Quand un homme en trahit un autre, il n’est pas juste qu’il s’en puisse vanter.

CCXC

3975Quant li empereres ad faite sa venjance,
Sin apelat ses evesques de France,
Cels de Baviere e icels d’Alemaigne :
« En ma maisun ad une caitive franche.
Tant ad oït e sermuns e essamples
3980Creire voelt Deu, chrestientet demandet.
Baptizez la, pur quei Deus en ait l’anme. »
Cil li respundent : « Or seit fait par marrenes ! »
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

As bainz ad Ais mult sunt granz les c....
3985La baptizent la reïne d’Espaigne :
Truvé li unt le num de Juliane.
Chrestiene est par veire conoisance.

CCXC

QUAND l’empereur eut pris sa vengeance, il appela ses évêques de France, ceux de Bavière et ceux d’Allemagne : « En ma maison j’ai une noble prisonnière. Elle a entendu tant de sermons et de paraboles qu’elle veut croire en Dieu et demande à se faire chrétienne. Baptisez-la, pour que Dieu ait son âme. » Ils répondent : « Qu’on lui donne des marraines ! » […] Aux bains d’Aix…, ils baptisèrent la reine d’Espagne ; ils lui ont trouvé pour nom Julienne. Elle s’est faite chrétienne par vraie connaissance de la sainte loi.

CCXCI

Quant l’emperere ad faite sa justise
E esclargiez est la sue grant ire.
3990En Bramidonie ad chrestientet mise,
Passet li jurz, la nuit est aserie.
Culcez s’est li reis en sa cambre voltice.
Seint Gabriel de part Deu li vint dire :
« Carles, sumun les oz de tun emperie !
3995Par force iras en la tere de Bire,
Reis Vivien si succuras en Imphe,
A la citet que paien unt asise :
Li chrestien te recleiment e crient. »
Li emperere n’i volsist aler mie :
4000« Deus, » dist li reis, « si penuse est ma vie ! »
Pluret des oilz, sa barbe blanche tiret.
Ci falt la geste que Turoldus declinet.

CCXCI

QUAND l’empereur eut fait justice et apaisé son grand courroux, il a fait chrétienne Bramidoine. Le jour s’en va, la nuit s’est faite noire. Le roi s’est couché dans sa chambre voûtée. De par Dieu, saint Gabriel lui vient dire : « Charles, par tout ton empire, lève tes armées. Par vive force tu iras en la terre de Bire, tu secourras le roi Vivien dans sa cité d’Imphe, où les païens ont mis le siège. Là les chrétiens t’appellent et te réclament. » L’empereur voudrait ne pas y aller : « Dieu ! » dit-il, « que de peines en ma vie ! » Ses yeux versent des larmes, il tire sa barbe blanche.

Ci falt la geste que Turoldus declinet.


______


◄  laisses 201 à 250. Présentation bilingue laisses 1 à 50.  ►