La Chanson de Roland/Joseph Bédier/La Chanson de Roland/Sequence/001-050

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄  laisses 251 à 291. Séquence.
Laisses 1 à 50
laisses 051 à 100.  ►




I


CARLES li reis, nostre emperere magnes,
Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne :
Tresqu’en la mer cunquist la tere altaigne.
N’i ad castel ki devant lui remaigne ;
5Mur ne citet n’i est remés a fraindre,
Fors Sarraguce, ki est en une muntaigne.
Li reis Marsilie la tient, ki Deu nen aimet.
Mahumet sert e Apollin recleimet :
Nes poet guarder que mals ne l’i ateignet. aoi.


I


LE roi Charles, notre empereur, le Grand, sept ans tout pleins est resté dans l’Espagne : jusqu’à la mer il a conquis la terre hautaine. Plus un château qui devant lui résiste, plus une muraille à forcer, plus une cité, hormis Saragosse, qui est dans une montagne. Le roi Marsile la tient, qui n’aime pas Dieu. C’est Mahomet qu’il sert, Apollin qu’il prie. Il ne peut pas s’en garder : le malheur l’atteindra.




II

10
LI reis Marsilie esteit en Sarraguce.
Alez en est en un verger suz l’umbre.
Sur un perrun de marbre bloi se culchet ;
Envirun lui plus de vint milie humes.
Il en apelet e ses dux e ses cuntes :

15« Oez, seignurs, quel pecchet nus encumbret.
Li empereres Carles de France dulce
En cest païs nos est venuz cunfundre.
Jo nen ai ost qui bataille li dunne,
Ne n’ai tel gent ki la sue derumpet.
20Cunseilez mei cume mi savie hume,
Si me guarisez e de mort et de hunte ! »
N’i ad paien ki un sul mot respundet,
Fors Blancandrins de Castel de Valfunde.


II


LE roi Marsile est à Saragosse. Il s’en est allé dans un verger, sous l’ombre. Sur un perron de marbre bleu il se couche ; autour de lui, ils sont plus de vingt mille. Il appelle et ses ducs et ses comtes : « Entendez, seigneurs, quel fléau  nous frappe. L’empereur Charles de douce France est venu dans ce pays pour nous confondre. Je n’ai point d’armée qui lui donne la bataille ; ma gent n’est pas de force à rompre la sienne. Conseillez-moi, vous, mes hommes sages, et gardez-moi et de mort et de honte ! » Il n’est païen qui réponde un seul mot, sinon Blancandrin, du château de Val-Fonde.




III


Blancandrins fut des plus saives paiens ;
25De vasselage fut asez chevaler,
Prozdom i out pur sun seignur aider,
E dist al rei : « Ore ne vus esmaiez !
Mandez Carlun, a l’orguillus e al fier,
Fedeilz servises e mult granz amistez.
30Vos li durrez urs e leons e chens,
Set cenz camelz e mil hosturs muers,
D’or e d’argent .IIII.C. muls cargez,
Cinquante carre qu’en ferat carier :
Ben en purrat luer ses soldeiers.
35En ceste tere ad asez osteiet ;
En France, ad Ais, s’en deit ben repairer.
Vos le sivrez a la feste seint Michel,
Si recevrez la lei de chrestiens,
Serez ses hom par honur e par ben.
40S’en volt ostages, e vos l’en enveiez,
U dis u vint, pur lui afiancer.
Enveiuns i les filz de noz muillers :
Par num d’ocire i enveierai le men.

Asez est melz qu’il i perdent lé chefs
45Que nus perduns l’onur ne la deintet,
Ne nus seiuns cunduiz a mendeier ! » AOI.


III

Entre les païens Blancandrin était sage : par sa vaillance, bon chevalier ; par sa prudhomie, bon conseiller de son seigneur. Il dit au roi : « Ne vous effrayez pas ! Mandez à Charles, à l’orgueilleux, au fier, des paroles de fidèle service et de très grande amitié. Vous lui donnerez des ours et des lions et des chiens, sept cents chameaux et mille autours sortis de mue, quatre cents mulets d’or et d’argent chargés, cinquante chars dont on formera un charroi : il en pourra largement payer ses soudoyers. Mandez-lui qu’en cette terre assez longtemps il guerroya ; qu’en France, à Aix, il devrait bien s’en retourner ; que vous l’y suivrez à la fête de saint Michel ; que vous y recevrez la loi des chrétiens ; que vous deviendrez son vassal en tout honneur et tout bien. Veut-il des otages, or bien, envoyez-en, ou dix ou vingt, pour le mettre en confiance. Envoyons-y les fils de nos femmes : dût-il périr, j’y enverrai le mien. Bien mieux vaut qu’ils y perdent leurs têtes et que nous ne perdions pas, nous, franchise et seigneurie, et ne soyons pas conduits à mendier. »




IV

Dist Blancandrins : « Pa ceste meie destre
E par la barbe ki al piz me ventelet,
L’ost des Franceis verrez sempres desfere.
50 Francs s’en irunt en France, la lur tere.
Quant cascuns ert a sun meillor repaire,
Carles serat ad Ais, a sa capele,
A seint Michel tendrat mult halte feste.
Vendrat li jurz, si passerat li termes,
55N’orrat de nos paroles ne nuveles.
Li reis est fiers e sis curages pesmes :
De nos ostages ferat trecher les testes.
Asez est mielz qu’il i perdent les testes
Que nus perduns clere Espaigne, la bele,
60Ne nus aiuns les mals ne les suffraites ! »
Dient paien : « Issi poet il ben estre ! »


IV

Blancandrin dit : « Par cette mienne dextre, et par la barbe qui flotte au vent sur ma poitrine, sur l’heure vous verrez l’armée des Français se défaire. Les Francs s’en iront en France : c’est leur pays. Quand ils seront rentrés chacun dans son plus cher domaine, et Charles dans Aix, sa chapelle, il tiendra, à la Saint-Michel, une très haute cour. La fête viendra, le terme passera : le roi n’entendra de nous sonner mot ni nouvelle. Il est orgueilleux et son cœur est cruel : de nos otages il fera trancher les têtes. Bien mieux vaut qu’ils y perdent leurs têtes, et que nous ne perdions pas, nous, claire Espagne la belle, et que nous n’endurions pas les maux et la détresse ! » Les païens disent : « Peut-être il dit vrai ! »




V

Li reis Marsilie out sun cunseill finet,
Sin apelat Clarin de Balaguet,
Estamarin e Eudropin, sun per,
65E Priamun e Guarlan le barbet
E Machiner e sun uncle, Maheu,
E Joüner e Malbien d’ultremer
E Blancandrins, por la raisun cunter.
Des plus feluns dis en ad apelez :
70« Seignurs baruns, a Carlemagnes irez.

Il est al siege a Cordres la citet.
Branches d’olives en voz mains porterez,
Ço senefiet pais e humilitet.
Par voz saveirs sem puez acorder,
75 Jo vos durrai or e argent asez,
Teres e fiez tant cum vos en vuldrez. »
Dient paien : « De ço avun nus asez ! » AOI.


V

Le roi Marsile a tenu son conseil. Il appela Clarin de Balaguer, Estamarin et son pair Eudropin, et Priamon et Guarlan le barbu, et Machiner et son oncle Maheu, et Joüner et Malbien d’outre-mer, et Blancandrin, pour leur dire sa pensée ; des plus félons, il en a pris dix à part : « Vers Charlemagne, seigneurs barons, vous irez. Il est devant la cité de Cordres, qu’il assiège. Vous porterez en vos mains des branches d’olivier, ce qui signifie paix et humilité. Si par adresse vous pouvez trouver pour moi un accord, je vous donnerai de l’or et de l’argent en masse, des terres et des fiefs tant que vous en voudrez. » Les païens disent : « C’est nous combler ! »




VI

Li reis Marsilie out finet sun cunseill,
Dist a ses humes : « Seignurs, vos en ireiz.
80Branches d’olive en voz mains portereiz,
Si me direz a Carlemagne le rei
Pur le soen Deu qu’il ait mercit de mei.
Ja einz ne verrat passer cest premer meis
Que jel sivrai od mil de mes fedeilz,
85Si recevrai la chrestiene lei,
Serai ses hom par amur e par feid.
S’il voelt ostages, il en avrat par veir. »
Dist Blancandrins : « Mult bon plait en avreiz. » AOI.


VI

Le roi Marsile a tenu son conseil. Il dit à ses hommes : « Seigneurs, vous irez. Vous porterez des branches d’olivier en vos mains, et vous me direz au roi Charlemagne qu’au nom de son Dieu il me fasse merci ; qu’il ne verra point ce premier mois passer que je ne l’aie rejoint avec mille de mes fidèles ; que je recevrai la loi chrétienne et deviendrai son homme en tout amour et toute foi. Veut-il des otages, en vérité, il en aura. » Blancandrin dit : « Par là vous obtiendrez un bon accord. »




VII

Dis blanches mules fist amener Marsilies,
90Que li tramist li reis de Suatilie.
Li frein sunt d’or, les seles d’argent mises.
Cil sunt muntez ki le message firent,
Enz en lur mains portent branches d’olive.
Vindrent a Charles, ki France ad en baillie :
95Nes poet guarder que alques ne l’engignent. AOI.


VII

Marsile fit amener dix mules blanches, que lui avait envoyées le roi de Suatille. Leurs freins sont d’or ; les selles serties d’argent. Les messagers montent ; en leurs mains ils portent des branches d’olivier. Ils s’en vinrent vers Charles, qui tient France en sa baillie. Charles ne peut s’en garder : ils le tromperont.




VIII

Li empereres se fait e balz e liez :
Cordres ad prise e les murs peceiez,
Od ses cadables les turs en abatied ;
Mult grant eschech en unt si chevaler
100D’or e d’argent e de guarnemenz chers.
En la citet nen ad remés paien
Ne seit ocis u devient chrestien.
Li empereres est en un grant verger,
Ensembl’ od lui Rollant e Oliver,
105Sansun li dux e Anseïs li fiers,
Gefreid d’Anjou, le rei gunfanuner,
E si i furent e Gerin e Gerers ;
La u cist furent, des altres i out bien :
De dulce France i ad quinze milliers.
110Sur palies blancs siedent cil cevaler,
As tables juent pur els esbaneier
E as eschecs li plus saive e li veill,
E escremissent cil bacheler leger.
Desuz un pin, delez un eglenter,
115Un faldestoed i unt fait fut d’or mer :
La siet li reis ki dulce France tient.
Blanche ad la barbe e tut flurit le chef,
Gent ad le cors e le cuntenant fier :
S’est kil demandet, ne l’estoet enseigner.
120E li message descendirent a pied,
Sil saluerent par amur e par bien.


VIII

L’empereur s’est fait joyeux ; il est en belle humeur : Cordres, il l’a prise. Il en a broyé les murailles, et de ses pierrières abattu les tours. Grand est le butin qu’ont fait ses chevaliers, or, argent, précieuses armures. Dans la cité plus un païen n’est resté : tous furent occis ou faits chrétiens. L’empereur est dans un grand verger : près de lui, Roland et Olivier, le duc Samson et Anseïs le fier, Geoffroi d’Anjou, gonfalonier du roi, et là furent encore et Gerin et Gerier, et avec eux tant d’autres : de douce France, ils sont quinze milliers. Sur de blancs tapis de soie sont assis les chevaliers ; pour se divertir, les plus sages et les vieux jouent aux tables et aux échecs, et les légers bacheliers s’escriment de l’épée. Sous un pin, près d’un églantier, un trône est dressé, tout d’or pur : là est assis le roi qui tient douce France. Sa barbe est blanche et tout fleuri son chef ; son corps est beau, son maintien fier : à qui le cherche, pas n’est besoin qu’on le désigne. Et les messagers mirent pied à terre et le saluèrent en tout amour et tout bien.




IX

Blancandrins ad tut premereins parled
E dist al rei : « Salvet seiez de Deu,

Le glorius que devuns aürer !
125Iço vus mandet reis Marsilies li bers :
Enquis ad mult la lei de salvetet.
De sun aveir vos voelt asez duner,
Urs e leuns e veltres enchaignez,
Set cenz cameilz e mil hosturs muez,
130D’or e d’argent .IIII. cenz muls trussez,
Cinquante care que carier en ferez ;
Tant i avrat de besanz esmerez
Dunt bien purrez voz soldeiers luer.
En cest païs avez estet asez ;
135En France ad Ais devez bien repairer.
La vos sivrat, ço dit, mis avoez. »
Li empereres tent ses mains vers Deu,
Baisset sun chef, si cumencet a penser. AOI.


IX

Blancandrin parle, lui le premier. Il dit au roi : « Salut au nom de Dieu, le Glorieux, que nous devons adorer ! Entendez ce que vous mande le roi Marsile, le preux. Il s’est bien enquis de la loi qui sauve, aussi vous veut-il donner de ses richesses à foison, ours, et lions, et lévriers enchaînés, sept cents chameaux et mille autours sortis de mue, quatre cents mulets, d’or et d’argent troussés, cinquante chars dont vous ferez un charroi, comblés de tant de besants d’or fin que vous en pourrez largement payer vos soudoyers. En ce pays vous avez fait un assez long séjour. En France, à Aix, il vous sied de retourner. Là vous suivra, il vous l’assure, mon seigneur. » L’empereur tend ses mains vers Dieu, baisse la tête et se prend à songer.




X

Li empereres en tint sun chef enclin.
140De sa parole ne fut mie hastifs,
Sa custume est qu’il parolet a leisir.
Quant se redrecet, mult par out fier lu vis ;
Dist as messages : « Vus avez mult ben dit.
Li reis Marsilies est mult mis enemis :
145De cez paroles que vos avez ci dit,
En quel mesure en purrai estre fiz ?
— Vos par hostages », ço dist li Sarrazins,
« Dunt vos avrez u dis u quinze u vint.
Pa num d’ocire i metrai un mien filz
150E sin avrez, ço quid, de plus gentilz.
Quant vus serez el palais seignurill,
A la grant feste seint Michel del Peril,

Mis avoez la vos sivrat, ço dit.
Enz en voz bainz que Deus pur vos i fist,
155La vuldrat il chrestiens devenir. »
Charles respunt : « Uncore purrat guarir. » AOI.


X

L’empereur garde la tête baissée. Sa parole jamais ne fut hâtive. Telle est sa coutume, il ne parle qu’à son loisir. Quand enfin il se redressa, son visage était plein de fierté. Il dit aux messagers : « Vous avez très bien parlé. Mais le roi Marsile est mon grand ennemi. De ces paroles que vous venez de dire, comment pourrai-je avoir garantie ? — Par des otages, » dit le Sarrasin, « dont vous aurez ou dix, ou quinze ou vingt. Dût-il périr, j’y mettrai un mien fils, et vous en recevrez, je crois, de mieux nés encore. Quand vous serez en votre palais souverain, à la haute fête de saint Michel du Péril, là vous suivra, il vous l’assure, mon seigneur. Là, en vos bains, que Dieu fit pour vous, il veut devenir chrétien. » Charles répond : « Il peut encore parvenir au salut. »




XI

Bels fut li vespres e li soleilz fut cler.
Les dis mulez fait Charles establer.
El grant verger fait li reis tendre un tref,
160Les dis messages ad fait enz hosteler ;
.XII. serjanz les unt ben cunreez ;
La noit demurent tresque vint al jur cler.
Li empereres est par matin levet,
Messe e matines ad li reis escultet.
165Desuz un pin en est li reis alez,
Ses baruns mandet pur sun cunseill finer :
Par cels de France voelt il del tut errer. AOI.


XI

La vêprée était belle et le soleil clair. Charles fait établer les dix mules. Dans le grand verger il fait dresser une tente. C’est là qu’il héberge les dix messagers ; douze sergents prennent grand soin de leur service. Ils y restent cette nuit tant que vint le jour clair. De grand matin l’empereur s’est levé : il a écouté messe et matines. Il s’en est allé sous un pin ; il mande ses barons pour tenir son conseil : en toutes ses voies il veut pour guides ceux de France.




XII

Li empereres s’en vait desuz un pin,
Ses baruns mandet pur sun cunseill fenir,
170Le duc Oger e l’arcevesque Turpin,
Richard li velz e sun nevold Henri
E de Gascuigne li proz quens Acelin,
Tedbald de Reins e Milun sun cusin,
E si i furent e Gerers e Gerin ;
175Ensembl’ od els li quens Rollant i vint
E Oliver, li proz e li gentilz ;
Des Francs de France en i ad plus de mil ;
Guenes i vint, ki la traïsun fist.
Des ore cumencet le cunseill que mal prist. AOI.


XII

L’empereur s’en va sous un pin ; pour tenir son conseil il mande ses barons : le duc Ogier et l’archevêque Turpin, Richard le Vieux et son neveu Henri, et le preux comte de Gascogne Acelin, Thibaud de Reims et son cousin Milon, Vinrent aussi et Gerier et Gerin ; et avec eux le comte Roland y vint, et Olivier, le preux et le noble ; des Francs de France ils sont plus d’un millier ; Ganelon y vint, qui fit la trahison. Alors commence le conseil qui prit male fin.




XIII

« Seignurs barons, » dist li emperere Carles,
180« Li reis Marsilie m’ad tramis ses messages.
De sun aveir me voelt duner grant masse,
Urs e leuns e veltres caeignables,
Set cenz cameilz e mil hosturs muables,
185Quatre cenz muls cargez de l’or d’Arabe,
Avoec iço plus de cinquante care.
Mais il me mandet que en France m’en alge :
Il me sivrat ad Ais, a mun estage,
Si recevrat la nostre lei plus salve ;
190Chrestiens ert, de mei tendrat ses marches ;
Mais jo ne sai quels en est sis curages. »
Dient Franceis : « Il nus i cuvent guarde ! » AOI.


XIII

« Seigneurs barons, » dit l’empereur Charles, « le roi Marsile m’a envoyé ses messagers. De ses richesses il veut me donner à foison, ours et lions, et lévriers bons à mettre en laisse, sept cents chameaux et mille autours mués, quatre cents mulets chargés d’or d’Arabie, et en outre plus de cinquante chars. Mais il me mande que je m’en aille en France : il me suivra à Aix, en mon palais, et recevra notre loi, qu’il avoue la plus sainte ; il sera chrétien, c’est de moi qu’il tiendra ses marches. Mais je ne sais quel est le fond de son cœur. » Les Français disent : « Méfions-nous ! »




XIV

Li empereres out sa raisun fenie.
Li quens Rollant, ki ne l’otriet mie,
195En piez se drecet, si li vint cuntredire.
Il dist al rei : « Ja mar crerez Marsilie !
Set anz ad pleins qu’en Espaigne venimes ;
Jo vos cunquis e Noples e Commibles,
Pris ai Valterne e la tere de Pine
200E Balasgued e Tuele e Sezilie :
Li reis Marsilie i fist mult que traïtre.
De ses paiens enveiat quinze,
Chascuns portout une branche d’olive,
Nuncerent vos cez paroles meïsme.
205A voz Franceis un cunseill en presistes,
Loerent vos alques de legerie ;

Dous de voz cuntes al paien tramesistes,
L’un fut Basan e li altres Basilies ;
Les chef en prist es puis desuz Haltilie.
210Faites la guer cum vos l’avez enprise,
En Sarraguce menez vostre ost banie,
Metez le sege a tute vostre vie,
Si vengez cels que li fels fist ocire ! » AOI.


XIV

L’empereur a dit sa pensée. Le comte Roland, qui ne s’y accorde point, tout droit se dresse et vient y contredire. Il dit au roi « Malheur si vous en croyez Marsile ! Voilà sept ans tout pleins que nous vînmes en Espagne. Je vous ai conquis et Noples et Commibles ; j’ai pris Valterne et la terre de Pine et Balaguer et Tuele et Sezille. Alors le roi Marsile fit une grande trahison : de ses païens il en envoya quinze, et chacun portait une branche d’olivier, et ils vous disaient toutes ces mêmes paroles. Vous prîtes le conseil de vos Français. Ils vous conseillèrent assez follement : vous fîtes partir vers le païen deux de vos comtes, l’un était Basan et l’autre  Basille ; dans la montagne, sous Haltilie, il prit leurs têtes. Faites la guerre comme vous l’avez commencée ! Menez à Saragosse le ban de votre armée ; mettez-y le siège, dût-il durer toute votre vie, et vengez ceux que le félon fit tuer. »




XV

Li emperere en tint sun chef enbrunc,
215Si duist sa barbe, afaitad sun gernun,
Ne ben ne mal ne respunt sun nevuld.
Franceis se taisent, ne mais que Guenelun.
En piez se drecet, si vint devant Carlun,
Mult fierement cumencet sa raisun
220E dist al rei : « Ja mar crerez bricun,
Ne mei ne altre, se de vostre prod nun !
Quant ço vos mandet li reis Marsiliun
Qu’il devendrat jointes ses mains tis hom
E tute Espaigne tendrat par vostre dun,
225Puis recevrat la lei que nus tenum,
Qui ço vos lodet que cest plait degetuns,
Ne li chalt, sire, de quel mort nus muriuns.
Cunseill d’orguill n’est dreiz que a plus munt ;
Laissum les fols, as sages nus tenuns ! » AOI.


XV

L’empereur tient la tête baissée. Il lisse sa barbe, arrange sa moustache, ne fait à son neveu, bonne ou mauvaise, nulle réponse. Les Français se taisent, hormis Ganelon. Il se dresse droit sur ses pieds, vient devant Charles. Très fièrement il commence. Il dit au roi : « Malheur, si vous en croyez le truand, moi ou tout autre, qui ne parlerait pas pour votre bien ! Quand le roi Marsile vous mande que, mains jointes, il deviendra votre homme, et qu’il tiendra toute l’Espagne comme un don de votre grâce, et qu’il recevra la loi que nous gardons, celui-là qui vous conseille que nous rejetions un tel accord, peu lui chaut, sire, de quelle mort nous mourrons. Un conseil d’orgueil ne doit pas prévaloir. Laissons les fous, tenons-nous aux sages ! »




XVI

230 Après iço i est Neimes venud,
Meillor vassal n’aveit en la curt nul,
E dist al rei : « Ben l’avez entendud :
Guenes li quens ço vus ad respondud ;

Saveir i ad, mais qu’il seit entendud.
235Li reis Marsilie est de guere vencud :
Vos li avez tuz ses castels toluz,
Od voz caables avez fruiset ses murs,
Ses citez arses e ses humes vencuz.
Quant il vos mandet qu’aiez mercit de lui,
240Pecchet fereit ki dunc li fesist plus.
U par ostage vos en voelt faire soürs,
Ceste grant guerre ne deit munter a plus. »
Dient Franceis : « Ben ad parlet li dux. » AOI.


XVI

Alors Naimes s’avança ; il n’y avait en la cour nul meilleur vassal. Il dit au roi : « Vous l’avez bien entendue, la réponse que vous fit Ganelon ; elle a du sens, il n’y a qu’à la suivre. Le roi Marsile est vaincu dans sa guerre ; tous ses châteaux, vous les lui avez ravis ; de vos pierrières vous avez brisé ses murailles ; vous avez brûlé ses cités, vaincu ses hommes. Aujourd’hui qu’il vous mande que vous le receviez à merci, lui en faire pis, ce serait péché. Puisqu’il veut vous donner en garantie des otages, cette grande guerre ne doit pas aller plus avant. » Les Français disent : « Le duc a bien parlé ! »




XVII

« Seignurs baruns, qui i enveieruns,
245En Sarraguce, al rei Marsiliuns ? »
Respunt dux Neimes : « Jo irai, par vostre dun !
Livrez m’en ore le guant e le bastun. »
Respunt li reis : « Vos estes saives hom.
Par ceste barbe e par cest men gernun,
250Vos n’irez pas uan de mei si luign.
Alez sedeir, quant nuls ne vos sumunt !


XVII

« Seigneurs barons, qui y enverrons-nous, à Saragosse, vers le roi Marsile ? » Le duc Naimes répond : « J’irai, par votre congé : livrez-m’en sur l’heure le gant et le bâton. » Le roi dit : « Vous êtes homme de grand conseil ; par cette mienne barbe, vous n’irez pas de si tôt si loin de moi. Retournez vous asseoir, car nul ne vous a requis !




XVIII

Seignurs baruns, qui i purruns enveier,
Al Sarrazin ki Sarraguce tient ? »
Respunt Rollant : « Jo i puis aler mult ben !
255— Nu ferez certes, » dist li quens Oliver.
« Vostre curages est mult pesmes e fiers :
Jo me crendreie que vos vos meslisez.
Se li reis voelt, jo i puis aler ben. ».
Respunt li reis : « Ambdui vos en taisez !

260Ne vos ne il n’i porterez les piez.
Par ceste barbe que veez blancheier,
Li duze per mar i serunt jugez ! »
Franceis se taisent, as les vus aquisez.


XVIII

Seigneurs barons, qui pourrons-nous envoyer au Sarrasin qui tient Saragosse ? » Roland répond : « J’y puis aller très bien. — Vous n’irez certes pas, » dit le comte Olivier. « Votre cœur est âpre et orgueilleux, vous en viendriez aux prises, j’en ai peur. Si le roi veut, j’y puis aller très bien. » Le roi répond : « Tous deux, taisez-vous ! Ni vous ni lui n’y porterez les pieds. Par cette barbe que vous voyez toute blanche, malheur à qui me nommerait l’un des douze pairs ! » Les Français se taisent, restent tout interdits.




XIX

Turpins de Reins en est levet del renc
265 E dist al rei : « Laisez ester voz Francs !
En cest païs avez estet set anz,
Mult unt oüd e peines e ahans.
Dunez m’en, sire, le bastun e le guant
E jo irai al Sarazin espan,
270Sin vois vedeir alques de sun semblant. »
Li empereres respunt par maltalant :
« Alez sedeir desur cel palie blanc !
N’en parlez mais, se jo nel vos cumant ! » AOI.


XIX

Turpin de Reims s’est levé, sort du rang, et dit au roi : « Laissez en repos vos Francs ! En ce pays sept ans vous êtes resté : ils y ont beaucoup enduré de peines, beaucoup d’ahan. Mais donnez-moi, sire, le bâton et le gant, et j’irai vers le Sarrasin d’Espagne : je vais voir un peu comme il est fait. » L’empereur répond, irrité : « Allez vous rasseoir sur ce tapis blanc ! N’en parlez plus, si je ne vous l’ordonne ! »




XX

« Francs chevalers, » dist li emperere Carles,
275« Car m’eslisez un barun de ma marche,
Qu’a Marsiliun me portast mun message. »
Ço dist Rollant : « Ço ert Guenes, mis parastre. »
Dient Franceis : « Car il le poet ben faire.
Se lui lessez, n’i trametrez plus saive. »
280 [301] E li quens Guenes en fut mult anguisables.
De sun col getet ses grandes pels de martre
E est remés en sun blialt de palie.
Vairs out les oeilz e mult fier lu visage ;
Gent out le cors e les costez out larges ;
285 [306]Tant par fut bels tuit si per l’en esguardent.
Dist a Rollant : « Tut fol, pur quei t’esrages ?

Ço set hom ben que jo sui tis parastres,
Si as juget qu’a Marsiliun en alge.
Se Deus ço dunet que jo de la repaire,
290 [311]Jo t’en muvra un si grant contraire
Ki durerat a trestut tun edage. »
Respunt Rollant : « Orgoill oi e folage.
Ço set hom ben n’ai cure de manace.
Mai saives hom il deit faire message :
295 [316]Si li reis voelt, prez sui por vus le face ! » AOI.


XX

« Francs chevaliers, » dit l’empereur Charles, « élisez-moi un baron de ma terre, qui puisse porter à Marsile mon message. » Roland dit : « Ce sera Ganelon, mon parâtre. » Les Français disent : « Certes il est homme à le faire ; lui écarté, vous n’enverrez pas un plus sage. » Et le comte Ganelon en fut pénétré d’angoisse. De son col il rejette ses grandes peaux de martre ; il reste en son bliaut de soie. Il a les yeux vairs, le visage très fier ; son corps est noble, sa poitrine large : il est si beau que tous ses pairs le contemplent. Il dit à Roland : « Fou ! Pourquoi ta frénésie ? On le sait bien que je suis ton parâtre et voici que tu m’as marqué pour aller vers Marsile. Si Dieu donne que je revienne de là-bas, je te ferai tel dommage qui durera aussi longtemps que tu vivras ! » Roland répond : « Ce sont propos d’orgueil et de folie. On le sait bien, je n’ai cure d’une menace ; mais pour un message il faut un homme de sens : si le roi veut, je suis prêt : je le ferai à votre place. »




XXI

Guenes respunt : « Pur mei n’iras tu mie !
Tu n’ies mes hom ne jo ne sui tis sire.
Carles comandet que face sun servise :
En Sarraguce en irai a Marsilie.
300 [321]Einz i frai un poi de legerie
Que jo n’esclair ceste meie grant ire. »
Quant l’ot Rollant, si cumençat a rire. AOI.


XXI

Ganelon répond : « Tu n’iras pas à ma place ! Tu n’es pas mon vassal, je ne suis pas ton seigneur. Charles commande que je fasse son service : j’irai à Saragosse, vers Marsile ; mais avant que j’apaise ce grand courroux où tu me vois, j’aurai joué quelque jeu de ma façon. » Quand Roland l’entend, il se prend à rire.




XXII

Quant ço veit Guenes qu’ore s’en rit Rollant,
Dunc ad tel doel pur poi d’ire ne fent ;
305 [326]A ben petit que il ne pert le sens,
E dit al cunte : « Jo ne vus aim nient :
Sur mei avez turnet fals jugement.
Dreiz emperere, veiz me ci en present :
Ademplir voeill vostre comandement..


XXII

Quand Ganelon voit que Roland s’en rit, il en a si grand deuil qu’il pense éclater de courroux ; peu s’en faut qu’il ne perde le sens. Et il dit au comte : « Je ne vous aime pas, vous qui avez fait tourner sur moi cet injuste choix. Droit empereur, me voici devant vous : je veux accomplir votre commandement.




XXIII

310 [292] En Sarraguce sai ben qu’aler m’estoet. AOI.
Hom ki la vait repairer ne s’en poet.

Ensur que tut si ai jo vostre soer,
Sin ai un filz, ja plus bels n’en estoet.
Ço est Baldewin, » ço dit, « ki ert prozdoem.
315 [297]A lui lais jo mes honurs e mes fieus.
Guadez le ben, ja nel verrai des oilz. »
Carles respunt : « Tro avez tendre coer.
[300]Puis quel comant, aler vus en estoet. »


XXIII

J’irai à Saragosse ! Il le faut, je le sais bien. Qui va là-bas n’en peut revenir. Sur toutes choses, rappelez-vous que j’ai pour femme votre sœur. J’ai d’elle un fils, le plus beau qui soit. C’est Baudoin, dit-il, qui sera un preux. C’est à lui que je lègue mes terres et mes fiefs. Prenez-le bien sous votre garde, je ne le reverrai de mes yeux. » Charles répond : « Vous avez le cœur trop tendre. Puisque je le commande, il vous faut aller. »




XXIV

Ço dist li reis : « Guenes, venez avant, AOI.
320 [281]Si recevez le bastun e lu guant.
Oït l’avez, sur vos le jugent Franc.
— Sire, » dist Guenes, « ço ad tut fait Rollant !
Ne l’amerai a trestut mun vivant,
Ne Oliver, por ço qu’il est si cumpainz,
325 [286]Li duze per, por ço qu’il l’aiment tant.
Desfi les en, sire, vostre veiant. »
Ço dist li reis : « Trop avez mal talant.
Or irez vos certes, quant jol cumant.
— Jo i puis aler, mais n’i avrai guarant. AOI.
330 [291]Nu l’out Basilies ne sis freres Basant. »


XXIV

Le roi dit : « Ganelon, approchez et recevez le bâton et le gant. Vous l’avez bien entendu : les Francs vous ont choisi. — Sire, » dit Ganelon, « c’est Roland qui a tout fait ! Je ne l’aimerai de ma vie, ni Olivier, parce qu’il est son compagnon, ni les pairs, parce qu’ils l’aiment tant. Je les défie, sire, sous votre regard ! » Le roi dit : « Vous avez trop de courroux. Vous irez certes, puisque je le commande. — J’y puis aller, mais sans nulle sauvegarde, tout comme Basille et son frère Basant. »




XXV

331 Li empereres li tent sun guant, le destre ;
Mais li quens Guenes iloec ne volsist estre :
Quant le dut prendre, si li caït a tere.
Dient Franceis : « Deus, que purrat ço estre ?
335De cest message nos avendrat grant perte.
— Seignurs, » dist Guenes, « vos en orrez noveles ! »


XXV

L’empereur lui tend son gant, celui de sa main droite. Mais le comte Ganelon eût voulu n’être pas là. Quand il pensa le prendre, le gant tomba par terre. Les Français disent : « Dieu ! quel signe est-ce là ? De ce message nous viendra une grande perte. — Seigneurs, » dit Ganelon, « vous en entendrez des nouvelles ! »




XXVI

« Sire, » dist Guenes, « dunez mei le cungied.
Quant aler dei, n’i ai plus que targer. »
Ço dist li reis : « Al Jhesu e al mien ! »
340De sa main destre l’ad asols e seignet,
Puis li livrat le bastun e le bref.


XXVI

« Sire, » dit Ganelon, donnez-moi votre congé. Puisqu’il me faut aller, je n’ai que faire de plus m’attarder. » Et le roi dit : « Allez, par le congé de Jésus et par le mien ! » De sa dextre il l’a absous et signé du signe de la croix. Puis il lui délivra le bâton et le bref.




XXVII

Guenes li quens s’en vait a sun ostel,
De garnemenz se prent a cunreer,
De ses meillors que il pout recuvrer :
345Esperuns d’or ad en ses piez fermez,
Ceint Murglies, s’espee, a sun costed ;
En Tachebrun, sun destrer, est munted ;
L’estreu li tint sun uncle Guinemer.
La veïsez tant chevaler plorer,
350Ki tuit li dient : « Tant mare fustes ber !
En la cort al rei mult i avez ested,
Noble vassal vos i solt hom clamer.
Ki ço jugat que doüsez aler
Par Charlemagne n’ert guariz ne tensez.
355Li quens Rollant nel se doüst penser,
Que estrait estes de mult grant parented. »
Enprès li dient : « Sire, car nos menez ! »
Ço respunt Guenes : « Ne placet Damnedeu !
Mielz est que sul moerge que tant bon chevaler.
360En dulce France, seignurs, vos en irez :
De meie part ma muiller saluez,
E Pinabel, mun ami e mun per,

E Baldewin, mun filz que vos savez ;
E lui aidez e pur seignur le tenez. »
365Entret en sa veie, si s’est achiminez. AOI.


XXVII

Le comte Ganelon s’en va à son campement. Il se pare des équipements les meilleurs qu’il peut trouver. A ses pieds il a fixé des éperons d’or, il ceint à ses flancs Murgleis, son épée. Sur Tachebrun, son destrier, il monte ; son oncle, Guinemer, lui a tenu l’étrier. Là vous eussiez vu tant de chevaliers pleurer, qui tous lui disent : « C’est grand’pitié de votre prouesse ! En la cour du roi vous fûtes un long temps, et l’on vous y tenait pour un noble vassal. Qui vous marqua pour aller là-bas, Charles lui-même ne pourra le protéger ni le sauver. Non, le comte Roland n’eût pas dû songer à vous : vous êtes issu d’un trop grand lignage. » Puis ils lui disent : « Sire, emmenez-nous ! » Ganelon répond : « Ne plaise au Seigneur Dieu ! Mieux vaut que je meure seul et que vivent tant de bons chevaliers. En douce France, seigneurs, vous rentrerez. De ma part saluez ma femme, et Pinabel, mon ami et mon pair, et Baudoin, mon fils… Donnez-lui votre aide et le tenez pour votre seigneur. » Il entre en sa route et s’achemine.




XXVIII

Guenes chevalchet suz une olive halte,
Asemblet s’est as sarrazins messages,
Mais Blancandrins ki envers lu s’atarget ;
Par grant saveir parolet li uns a l’altre.
370Dist Blancandrins : « Merveilus hom est Charles,
Ki cunquist Puille e trestute Calabre !
Vers Engletere passat il la mer salse,
Ad oes seint Perre en cunquist le chevage :
Que nus requert ça en la nostre marche ? »
375Guenes respunt : « Itels est sis curages.
Jamais n’ert hume ki encuntre lui vaille. » AOI.


XXVIII

Ganelon chevauche sous de hauts oliviers. Il a rejoint les messagers sarrasins et Blancandrin, qui s’attarde avec lui. Tous deux conversent par grande ruse. Blancandrin dit : « C’est un homme merveilleux que Charles ! Il a conquis la Pouille et toute la Calabre ; il a passé la mer salée et gagné à saint Pierre le tribut de l’Angleterre : que vient-il encore chercher ici, dans notre pays ? » Ganelon répond : « Tel est son plaisir. Jamais homme ne le vaudra. »




XXIX

Dist Blancandrins : « Francs sunt mult gentilz home
Mult grant mal funt e cil duc e cil cunte
A lur seignur, ki tel cunseill li dunent :
380Lui e altrui travaillent e cunfundent. »
Guenes respunt : « Jo ne sai veirs nul hume,
Ne mès Rollant, ki uncore en avrat hunte.
Er matin sedeit li emperere suz l’umbre,
Vint i ses niés, out vestue sa brunie,
385E out predet dejuste Carcasonie ;
En sa main tint une vermeille pume :
Tenez, bel sire, dist Rollant a sun uncle,
De trestuz reis vos present les curunes.

Li soens orgoilz le devreit ben cunfundre,
390Kar chascun jur de mort s’abandunet.
Seit ki l’ociet, tute pais puis avriumes. » AOI.


XXIX

Blancandrin dit : « Les Francs sont gens très nobles. Mais ils font grand mal à leur seigneur, ces ducs et ces comtes qui le conseillent comme ils font : ils l’épuisent et le perdent, lui et d’autres avec lui. » Ganelon répond : « Ce n’est vrai, que je sache, de personne, sinon de Roland, lequel, un jour, en pâtira. L’autre matin, l’empereur était assis à l’ombre. Survint son neveu, la brogne endossée, qui des abords de Carcasoine ramenait du butin. A la main il tenait une pomme vermeille : « Prenez, beau sire, dit-il à son oncle : de tous les rois je vous donne en présent les couronnes. » Son orgueil est bien fait pour le perdre, car chaque jour il s’abandonne à la mort. Vienne qui le tue : nous aurions paix plénière ! »




XXX

Dist Blancandrins : « Mult est pesmes Rollant,
Ki tute gent voelt faire recreant
E tutes teres met en chalengement !
395Par quele gent quiet il espleiter tant ? »
Guenes respunt : « Par la franceise gent.
Il l’aiment tant ne li faldrunt nient ;
Or e argent lur met tant en present,
Muls e destrers e palies e guarnemenz ;
400L’emperere meïsmes ad tut a sun talent :
Cunquerrat li les teres d’ici qu’en Orient. » AOI.


XXX

Blancandrin dit : « Roland est bien digne de haine, qui veut réduire à merci toute nation et qui prétend sur toutes les terres. Pour tant faire, sur qui donc compte-t-il ? » Ganelon répond : « Sur les Français ! Ils l’aiment tant qu’ils ne lui feront jamais faute. Il leur donne à profusion or et argent, mulets et destriers, draps de soie, armures. A l’empereur même il donne tout ce qu’il veut [?] : il lui conquerra les terres d’ici jusqu’en Orient. »




XXXI

Tant chevalcherent Guenes e Blancandrins
Que l’un a l’altre la sue feit plevit
Que il querreient que Rollant fust ocis.
405Tant chevalcherent e veies e chemins
Qu’en Sarraguce descendent suz un if.
Un faldestoet out suz l’umbre d’un pin ;
Envolupet fut d’un palie alexandrin :
La fut li reis ki tute Espaigne tint ;
410Tut entur lui vint milie Sarrazins,
N’i ad celoi ki mot sunt ne mot tint,
Pur les nuveles qu’il vuldreient oïr.
Atant as vos Guenes e Blanchandrins.


XXXI

Tant chevauchèrent Ganelon et Blancandrin qu’ils ont échangé sur leur foi une promesse : ils chercheront comment faire tuer Roland. Tant chevauchèrent-ils par voies et par chemins qu’à Saragosse ils mettent pied à terre, sous un if. A l’ombre d’un pin un trône était dressé, enveloppé de soie d’Alexandrie. Là est le roi qui tient toute l’Espagne. Autour de lui vingt mille Sarrasins. Pas un qui sonne mot, pour les nouvelles qu’ils voudraient ouïr. Voici que viennent Ganelon et Blancandrin.




XXXII

Blancandrins vint devant Marsiliun,
415Par le puign tint le cunte Guenelun,
E dist al rei : « Salvez seiez de Mahum
E d’Apollin, qui seintes leis tenuns !
Vostre message fesime a Charlun.
Ambes ses mains en levat cuntremunt,
420Loat sun Deu, ne fist altre respuns.
Ci vos enveiet un sun noble barun
Ki est de France, si est mult riches hom :
Par lui orrez si avrez pais u nun. »
Respunt Marsilie : « Or diet, nus l’orrum ! » AOI.


XXXII

Blancandrin est venu devant Marsile ; il tient par le poing le comte Ganelon. Il dit au roi : « Salut, au nom de Mahomet et d’Apollin, de qui nous gardons les saintes lois ! Nous avons fait votre message à Charles. Vers le ciel il éleva ses deux mains, loua son Dieu, ne fit autre réponse. Il vous envoie, le voici, un sien noble baron, qui est de France et très haut homme. Par lui vous apprendrez si vous aurez la paix ou non. » Marsile répond : « Qu’il parle, nous l’entendrons ! »




XXXIII

425Mais li quens Guenes se fut ben purpenset.
Par grant saver cumencet a parler
Cume celui ki ben faire le set,
E dist al rei : « Salvez seiez de Deu,
Li glorius, qui devum aürer !
430Iço vus mandet Carlemagnes li ber,
Que recevez seinte chrestientet ;
Demi Espaigne vos voelt en fiu duner.
Se cest’ acorde ne vulez otrier,
Pris e liez serez par poested ;
435Al siege ad Ais en serez amenet,
Par jugement serez iloec finet ;
La murrez vus a hunte e a viltet. »
Li reis Marsilies en fut mult esfreed.
Un algier tint, ki d’or fut enpenet ;
440Ferir l’en volt, se n’en fust desturnet. AOI.


XXXIII

Or le comte Ganelon y avait fort songé. Par grand art il commence, en homme qui sait parler bien. Il dit au roi : « Salut, au nom de Dieu, le Glorieux, que nous devons adorer ! Voici ce que vous mande Charlemagne, le preux : recevez la sainte loi chrétienne, il veut vous donner la moitié de l’Espagne en fief. Si vous ne voulez pas accepter cet accord, vous serez pris et lié de vive force ; à la cité d’Aix vous serez emmené ; là, par jugement, finira votre vie : vous mourrez de mort honteuse et vile. » Le roi Marsile a frémi. Il tenait un dard, empenné d’or. Il veut frapper, mais on l’a retenu.




XXXIV

Li reis Marsilies ad la culur muee,
De sun algeir ad la hanste crollee.
Quant le vit Guenes, mist la main a l’espee,
Cuntre dous deie l’ad del furrel getee,
445Si li ad dit : « Mult estes bele e clere !
Tant vus avrai en curt a rei portee !
Ja nel dirat de France li emperere
Que suls i moerge en l’estrange cuntree,
Einz vos avrunt li meillor cumperee ! »
450Dient paien : « Desfaimes la mellee ! »


XXXIV

Le roi Marsile a changé de couleur. Il darde son javelot. Quand Ganelon le voit, il met la main à son épée. Il l’a tirée du fourreau la longueur de deux doigts. Il lui dit : « Vous êtes très belle et claire. Si longtemps en cour royale je vous aurai portée ! Il n’aura point sujet, l’empereur de France, de dire que je suis mort, seul en la terre étrangère, sans que les plus vaillants vous aient achetée à votre prix. » Les païens disent : « Empêchons la mêlée ! »




XXXV

Tant li preierent li meillor Sarrazin
Qu’el faldestoed s’es Marsilies asis.
Dist l’algalifes : « Mal nos avez baillit,
Que li Franceis asmastes a ferir.
455Vos doüssez esculter e oïr.
— Sire, » dist Guenes, « mei l’avent a suffrir.
Jo ne lerreie, por tut l’or que Deus fist
Ne por tut l’aveir ki seit en cest païs,
Que jo ne li die, se tant ai de leisir,
460Que Charles li mandet, li reis poesteïfs,
Par mei li mandet sun mortel enemi. »
Afublez est d’un mantel sabelin,
Ki fut cuvert d’un palie alexandrin :
Getet le a tere, sil receit Blancandrin :
465Mais de s’espee ne volt mie guerpir ;
En sun puign destre par l’orie punt la tint.
Dient paien : « Noble baron ad ci ! » AOI.


XXXV

Tant l’ont prié les meilleurs Sarrasins que sur son trône Marsile s’est rassis. L’Algalife dit : « Vous nous mettiez en un mauvais pas, quand vous vouliez frapper le Français : vous le deviez écouter et entendre. — Sire », dit Ganelon, « ce sont choses qu’il convient que j’endure. Mais je ne laisserais pas, pour tout l’or que fit Dieu, ni pour toutes les richesses qui sont en ce pays, de lui dire, si j’en ai le loisir, ce que Charles, le roi puissant, lui mande, lui mande par moi, comme à son mortel ennemi. » Il portait un manteau de zibeline, recouvert de soie d’Alexandrie. Il le rejette, et Blancandrin le reçoit ; mais son épée, il n’a garde de la lâcher. En son poing droit, par le pommeau doré, il la tient. Les païens disent : « C’est un noble baron ! »




XXXVI

Envers le rei s’est Guenes aproismet,
Si li ad dit : « A tort vos curuciez,
470Quar ço vos mandet Carles, ki France tient,
Que recevez la lei de chrestiens ;
Demi Espaigne vus durat il en fiet,
L’altre meitet avrat Rollant, sis niés :
Mult orguillos parçuner i avrez !
475Si ceste acorde ne volez otrier,
En Sarraguce vus vendrat aseger.
Par poestet serez pris e liez ;
Menet serez dreit ad Ais le siet.
Vus n’i avrez palefreid ne destrer,
480Ne mul ne mule que puissez chevalcher ;
Getet serez sur un malvais sumer.
Par jugement iloec perdrez le chef.
Nostre emperere vus enveiet cest bref. »
El destre poign al paien l’ad livret.


XXXVI

Ganelon s’est avancé vers le roi. Il lui dit : « Vous vous irritez à tort, puisque Charles, qui règne sur la France, vous mande ceci : recevez la loi des chrétiens, il vous donnera en fief la moitié de l’Espagne. L’autre moitié, Roland l’aura, son neveu : vous partagerez avec un très orgueilleux voisin. Si vous ne voulez pas accepter cet accord, le roi viendra vous assiéger dans Saragosse : de vive force vous serez pris et lié : vous serez mené droit à la cité d’Aix ; vous n’aurez pour la route palefroi ni destrier, mulet ni mule, que vous puissiez chevaucher ; vous serez jeté sur une mauvaise bête de somme ; là, par jugement, vous aurez la tête tranchée. Notre empereur vous envoie ce bref. » Il l’a remis au païen, dans sa main droite.




XXXVII

485Marsilies fut esculurez de l’ire,
Freint le seel, getet en ad la cire,
Guardet al bref, vit la raisun escrite :
« Carle me mandet, ki France ad en baillie,
Que me remembre de la dolur e de l’ire,
490Ço est de Basan e de sun frere Basilie
Dunt pris les chefs as puis de Haltoïe ;
Se de mun cors voeil aquiter la vie,
Dunc li envei mun uncle l’algalife ;
Altrement ne m’amerat il mie. »

495Après parlat ses filz envers Marsilies
E dist al rei : « Guenes ad dit folie.
Tant ad erret nen est dreiz que plus vivet.
Livrez le mei, jo en ferai la justise. »
Quant l’oït Guenes, l’espee en ad branlie ;
500Vait s’apuier suz le pin a la tige.


XXXVII

Marsile a blêmi de courroux. Il rompt le sceau, en jette la cire, regarde le bref, voit ce qui est écrit : « Charles me mande, le roi qui tient la France en sa baillie, qu’il me souvienne de sa douleur et de sa colère pour Basan et son frère Basille de qui j’ai pris les têtes aux monts de Haltoïe ; si je veux racheter ma vie, que je lui envoie mon oncle l’Algalife ; sans quoi, jamais il ne m’aimera. » Alors le fils de Marsile prit la parole. Il dit au roi : « Ganelon a parlé en fou. Il en a trop fait : il n’a plus droit à vivre. Livrez-le moi, je ferai justice. » Quand Ganelon l’entend, il brandit son épée, va sous le pin, s’adosse au tronc.




XXXVIII

Enz el verger s’en est alez li reis,
Ses meillors humes en meinet ensembl’od sei,
E Blancandrins i vint, al canud peil,
E Jurfaret, ki est ses filz e ses heirs,
505E l’algalifes, sun uncle e sis fedeilz.
Dist Blancandrins : « Apelez le Franceis :
De nostre prod m’ad plevie sa feid. »
Ço dist li reis : « E vos l’i ameneiz. »
Guenelun prist par la main destre ad deiz,
510Enz el verger l’en meinet josqu’al rei.
La purparolent la traïsun seinz dreit. AOI.


XXXVIII

Marsile s’est retiré dans le verger. Il a emmené avec lui ses meilleurs vassaux. Et Blancandrin y vint, au poil chenu, et Jurfaret, qui est son fils et son héritier, et l’Algalife, son oncle et son fidèle. Blancandrin dit : « Appelez le Français : il nous servira, il me l’a juré sur sa foi. » Le roi dit : « Amenez-le-donc. » Et Blancandrin l’a pris par la main droite et le conduit par le verger jusqu’au roi. Là ils débattent la laide trahison.




XXXIX

« Bel sire Guenes, » ço li ad dit Marsilie,
« Jo vos ai fait alques de legerie,
Quant por ferir vus demustrai grant ire.
515Guaz vos en dreit par cez pels sabelines,
Melz en valt l’or que ne funt cinc cenz livres :
Einz demain noit en iert bele l’amendise. »
Guenes respunt : « Jo nel desotrei mie.
Deus, se lui plaist, a bien le vos mercie » ! AOI.


XXXIX

« Beau sire Ganelon, » lui dit Marsile, « je vous ai traité un peu légèrement quand, en ma colère, je faillis vous frapper. Je vous le gage par ces peaux de martre zibeline, dont l’or vaut plus de cinq cents livres : avant demain soir je vous aurai payé une belle amende. » Ganelon répond : « Je ne refuse pas. Que Dieu, s’il lui plaît, vous en récompense ! »




XL

520Ço dist Marsilies : « Guenes, par veir sacez,
En talant ai que mult vos voeill amer.
De Carlernagne vos voeill oïr parler.
Il est mult vielz, si ad sun tens uset ;
Men escient dous cenz anz ad passet.
525Par tantes teres ad sun cors demened,
Tanz colps ad pris sur sun escut bucler,
Tanz riches reis cunduiz a mendisted :
Quant ert il mais recreanz d’osteier ? »
Guenes respunt : « Carles n’est mie tels.
530N’est hom kil veit e conuistre le set
Que ço ne diet que l’emperere est ber.
Tant nel vos sai ne preiser ne loer
Que plus n’i ad d’onur e de bontet.
Sa grant valor, kil purreit acunter ?
535De tel barnage l’ad Deus enluminet
Meilz voelt murir que guerpir sun barnet. »


XL

Marsile dit : « Ganelon, sachez-le, en vérité, j’ai à cœur de beaucoup vous aimer. Je veux vous entendre parler de Charlemagne. Il est très vieux, il a usé son temps ; à mon escient il a deux cents ans passés. Il a par tant de terres mené son corps, il a sur son bouclier pris tant de coups, il a réduit tant de riches rois à mendier : quand sera-t-il las de guerroyer ? » Ganelon répond : « Charles n’est pas celui que vous pensez. Nul homme ne le voit et n’apprend à le connaître qui ne dise : L’empereur est un preux. Je ne saurais le louer et le vanter assez : il y a plus d’honneur en lui et plus de vertus que n’en diraient mes paroles. Sa grande valeur, qui pourrait la décrire ? Dieu fait rayonner de lui tant de noblesse ! Il aimerait mieux la mort que de faillir à ses barons. »




XLI

Dist li païens : « Mult me puis merveiller
De Carlemagne, ki est canuz e vielz !
Men escientre dous cenz anz ad e mielz.
540Par tantes teres ad sun cors traveillet,
Tanz cols ad pris de lances e d’espiez,
Tanz riches reis cunduiz a mendistiet :
Quant ert il mais recreanz d’osteier ?
— Ço n’iert, » dist Guenes, « tant cum vivet sis niés :
545N’at tel vassal suz la cape del ciel.
Mult par est proz sis cumpainz, Oliver ;

Les .XII. pers, que Carles ad tant chers,
Funt les enguardes a .XX. milie chevalers.
Soürs est Carles, que nuls home ne crent. » AOI.


XLI

Le païen dit : « Je m’émerveille, et j’en ai bien sujet. Charlemagne est vieux et chenu ; à mon escient il a deux cents ans et mieux ; par tant de terres il a mené son corps à la peine, il a pris tant de coups de lances et d’épieux, il a réduit à mendier tant de riches rois : quand sera-t-il recru de mener ses guerres ? — Jamais, » dit Ganelon, « tant que vivra son neveu. Il n’y a si vaillant que Roland sous la chape du ciel. Et c’est un preux aussi qu’Olivier, son compagnon. Et les douze pairs, que Charles aime tant, forment son avant-garde avec vingt mille chevaliers. Charles est en sûreté, il ne craint homme qui vive. »




XLII

550Dist li Sarrazins : « Merveille en ai grant
De Carlemagne, ki est canuz e blancs !
Mien escientre plus ad de. II.C. anz.
Par tantes teres est alet cunquerant,
Tanz colps ad pris de bons espiez trenchanz,
555Tanz riches reis morz e vencuz en champ :
Quant ier il mais d’osteier recreant ?
— Ço n’iert, » dist Guenes, « tant cum vivet Rollant :
N’ad tel vassal d’ici qu’en Orient.
Mult par est proz Oliver, sis cumpainz ;
560Li .XII. per, que Carles aimet tant,
Funt les enguardes a .XX. milie de Francs.
Soürs est Carles, ne crent hume vivant. » AOI.


XLII

Le Sarrasin dit : « Je m’émerveille grandement. Charlemagne est chenu et blanc ; à mon escient il a deux cents ans et plus ; par tant de terres il a passé en les conquérant, il a pris tant de coups de bonnes lances tranchantes, il a tué et vaincu en bataille tant de riches rois : quand sera-t-il recru de guerroyer ? — Jamais », dit Ganelon, « tant que Roland vivra. Il n’y a pas si vaillant d’ici jusqu’en Orient. Il est très preux aussi, son compagnon Olivier. Et les douze pairs, que Charles aime tant, forment son avant-garde avec vingt mille Français. Charles est en sûreté ; il ne craint homme vivant. »




XLIII

« Bel sire Guenes, » dist Marsilies li reis,
« Jo ai tel gent, plus bele ne verreiz ;
565Quatre cenz milie chevalers puis aveir.
Puis m’en cumbatre a Carle e a Franceis ? »
Guenes respunt : « Ne vus a ceste feiz !
De voz paiens mult grant perte i avreiz.
Lessez la folie, tenez vos al saveir.
570L’empereür tant li dunez aveir
N’i ait Franceis ki tot ne s’en merveilt.
Par .XX. hostages que li enveiereiz
En dulce France s’en repairerat li reis ;

Sa rereguarde lerrat derere sei.
575Iert i sis niés. li quens Rollant, ço crei,
E Oliver, li proz e li curteis.
Mort sunt li cunte, se est ki mei en creit.
Carles verrat sun grant orguill cadeir ;
N’avrat talent que ja mais vus guerreit. » AOI.


XLIII

« Beau sire Ganelon, » dit le roi Marsile, « j’ai une armée, jamais vous ne verrez plus belle ; j’y puis avoir quatre cent mille chevaliers : puis-je combattre Charles et les Français ? « Ganelon répond : « Pas de si tôt ! Vous y perdriez de vos païens en masse. Laissez la folie ; tenez-vous à la sagesse ! Donnez à l’empereur tant de vos biens qu’il n’y ait Français qui ne s’en émerveille. Pour vingt otages que vous lui enverrez, vers douce France le roi repartira. Derrière lui il laissera son arrière-garde. Son neveu en sera, je crois, le comte Roland, et aussi Olivier, le preux et le courtois : ils sont morts, les deux comtes, si je trouve qui m’écoute. Charles verra son grand orgueil choir ; l’envie lui passera de jamais guerroyer contre vous. »




XLIV

580« Bel sire Guenes. . . . . . . . .
Cum faitement purrai Rollant ocire ? »
Guenes respont : « Ço vos sai jo ben dire.
Li reis serat as meillors porz de Sizer ;
Sa rereguarde avrat detrés sei mise ;
585Iert i sis niés, li quens Rollant, li riches,
E Oliver, en qui il tant se fiet.
.XX. milie Francs unt en lur cumpaignie.
De voz paiens lur enveiez .C. milie :
Une bataille lur i rendent cil primes ;
590La gent de France iert blecee e blesmie ;
Nel di por ço, des voz iert la martirie.
Altre bataille lur livrez de meïsme :
De quel que seit Rollant n’estoerdrat mie.
Dunc avrez faite gente chevalerie ;
595N’avrez mais guere en tute vostre vie. AOI.


XLIV

« Beau sire Ganelon, [...] comment pourrai-je faire périr Roland ? » Ganelon répond : « Je sais bien vous le dire. Le roi viendra aux meilleurs Ports de Cize : derrière lui il aura laissé son arrière-garde. Son neveu en sera, le puissant comte Roland, et Olivier, en qui tant il se fie, et en leur compagnie vingt mille Français. De vos païens envoyez-leur cent mille, et qu’ils leur livrent une première bataille. La gent de France y sera meurtrie et mise à mal, et il y aura aussi, je ne dis pas, grande tuerie des vôtres. Mais livrez-leur de même une seconde bataille : qu’il tombe dans l’une ou dans l’autre, Roland n’échappera pas. Alors vous aurez accompli une belle chevalerie, et de toute votre vie vous n’aurez plus la guerre.




XLV

Chi purreit faire que Rollant i fust mort,
Dunc perdreit Carles le destre braz del cors,
Si remeindreient les merveilluses oz ;
N’asemblereit jamais Carles si grant esforz ;

600Tere Major remeindreit en repos. »
Quan l’ot Marsilie, si l’ad baiset el col,
Puis si cumencet a venir ses tresors. AOI.


XLV

Qui pourrait faire que Roland y fût tué, Charles perdrait le bras droit de son corps. C’en serait fait des armées merveilleuses. Charles n’assemblerait plus de si grandes levées : la Terre des Aïeux resterait en repos ! » Quand Marsile l’entend, il l’a baisé au cou ; puis.... (?)




XLVI

Ço dist Marsilies : « Qu’en parlereient . . . . .
Cunseill n’est proz dunt hume . . . . . . .
605La traïsun me jurrez de Rollant.
Ço respunt Guenes : « Issi seit cum vos plaist ! »
Sur les reliques de s’espee Murgleis
La traïsun jurat e si s’en est forsfait. AOI.


XLVI

Marsile dit : « […] Un accord ne vaut guère, si […] Vous me jurerez de trahir Roland. » Ganelon répond : « Qu’il en soit comme il vous plaît ! » Sur les reliques de son épée Murgleis, il jura la trahison ; et voici qu’il a forfait.




XLVII

Un faldestoed i out d’un olifant.
610Marsilies fait porter un livre avant :
La lei i fut Mahum e Tervagan.
Ço ad juret li Sarrazins espans,
Se en rereguarde troevet le cors Rollant,
Cumbatrat sei a trestute sa gent
615E, se il poet, murrat i veirement.
Guenes respunt : « Ben seit vostre comant ! » AOI.


XLVII

Il y avait là un siège, tout d’ivoire. Marsile fait apporter un livre : la loi de Mahomet et de Tervagan y est écrite. Il jure, le Sarrasin d’Espagne, que, s’il trouve Roland à l’arrière-garde, il combattra avec toute sa gent, et, s’il peut, Roland mourra là. Ganelon répond : « Puisse votre volonté s’accomplir ! «




XLVIII

Atant i vint uns paiens, Valdabruns.
Icil en vait al rei Marsiliun.
Cler en riant l’ad dit a Guenelun :
620« Tenez m’espee, meillur n’en at nuls hom ;
Entre les helz ad plus de mil manguns.
Par amistiez, bel sire, la vos duins

Que nos aidez de Rollant le barun,
Qu’en rereguarde trover le poüsum.
625— Ben serat fait, » li quens Guenes respunt ;
Puis se baiserent es vis e es mentuns.


XLVIII

Alors vint un païen, Valdabron. Il s’approche du roi Marsile. En riant clair il dit à Ganelon : « Prenez mon épée, nul n’en a de meilleure : la garde, à elle seule, vaut plus de mille mangons. Par amitié, beau sire, je vous la donne, et vous nous aiderez en sorte que nous puissions trouver à l’arrière-garde le preux Roland. — Ce sera fait, » répond le comte Ganelon. Puis ils se baisèrent au visage et au menton.




XLIX

Après i vint un paien, Climorins.
Cler en riant a Guenelun l’ad dit :
« Tenez mun helme, unches meillor ne vi…,
630Si nos aidez de Rollant li marchis,
Par quel mesure le poüssum hunir.
— Ben serat fait, » Guenes respundit ;
Puis se baiserent es buches e es vis. AOI.


XLIX

Après s’en vint un païen, Climorin. En riant clair il dit à Ganelon : « Prenez mon heaume, jamais je ne vis le meilleur […], et aidez-nous contre le marquis Roland, en telle guise que nous puissions le honnir. — Ce sera fait, » répondit Ganelon. Puis ils se baisèrent sur la bouche et au visage.




L

Atant i vint la reïne Bramimunde :
635« Jo vos aim mult, sire, » dist ele al cunte,
« Car mult vos priset mi sire e tuit si hume.
A vostre femme enveierai dous nusches,
Bien i ad or, matices e jacunces :
Eles valent mielz que tut l’aveir de Rume.
640Vostre emperere si bones n’en out unches. »
Il les ad prises, en sa hoese les butet. AOI.


L

Alors s’en vint la reine Bramimonde : « Je vous aime fort, sire, » dit-elle à Ganelon, « car mon seigneur vous prise grandement, et tous ses hommes. A votre femme j’enverrai deux colliers : ils sont tout or, améthystes, hyacinthes ; ils valent plus que toutes les richesses de Rome ; votre empereur jamais n’en eut de si beaux. » Il les a pris, il les boute en son houseau.



◄  laisses 251 à 291. Présentation en séquence laisses 051 à 100.  ►