La Chanson de Roland/Léon Gautier/Édition critique/Laisse 153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Laisse 152 Laisse 153 Laisse 154  ►

CLIII

2035 Einz que Rollanz se seit apercéut, À peine Roland a-t-il repris ses sens,
De pasmeisun guariz ne revenuz, À peine est-il guéri et revenu de sa pâmoison,
Mult grant damage li est aparéut : Qu’il s’aperçoit de la grandeur du désastre.
Mort sunt Franceis, tuz les i ad perdut Tous les Français sont morts, il les a tous perdus,
Seinz l’Arcevesque e seinz Gualter de l’ Hum. Excepté deux, l’Archevêque et Gautier de l’Hum.
2040 Repairez est de la muntaigne jus, Celui-ci est descendu de la montagne
A cels d’Espaigne mult s’i est cumbatut, Où il a livré un grand combat à ceux d’Espagne.
Mort sunt si hume, si’s unt païen vencut ;
Tous ses hommes sont morts sous les coups des païens vainqueurs.
Voeillet o nun, desuz cez vals s’en fuit Bon gré, mal gré, il erre en fuyant dans cette vallée.
E si recleimet Rollant qu’il li aïut :
Et voilà qu’il appelle Roland : « À mon aide ! à mon aide ! »
2045 « Gentilz quens, sire, vaillanz hom, ù es tu ? « Hé ! s’écrie-t-il, noble comte, vaillant comte, où es-tu ?
« Unkes nen oi poür là ù tu fus. « Dès que je te sentais là, je n’avais jamais peur.
« Ço est Gualters, ki cunquist Maëlgut, « C’est moi, c’est moi, Gautier, qui vainquis Maëlgut ;
« Li niés Droün, à l’ veill e à l’ canut. « C’est moi, le neveu du vieux Dreux, de Dreux le chenu ;
« Pur vasselage suleie estre tis druz.
« C’est moi que mon courage avait rendu digne d’être ton ami de tous les jours.
2050 « Ma hanste est fraite e percez mis escuz, « Voici que ma lance est rompue, mon écu percé,
« E mis osbercs desmailez e rumpuz ; « Mon haubert en lambeaux,
« Par mi le cors d’ oit lances sui feruz ; « Et j’ai huit lances dans le corps.
« Sempres murrai, mais cher me sui vendut. » « Je vais mourir, mais je me suis chèrement vendu. »
A icel mot l’ad Rollanz entendut ; À ce mot, Roland l’a entendu ;
2055 Le cheval brochet, si vient poignanz vers lui. Aoi. Il pique son cheval et galope vers lui.


◄  Laisse 152 Laisse 153 : notes et variantes Laisse 154  ►


Vers 2035.Ainz que. On ne trouve qu’une fois ainz dans le texte de la Bodléienne. Einz est partout ailleurs la forme employée par le scribe. (Vers 688, 1037, 1690, 1804, 1900, 2939, 3043, 3394.)

Vers 2036.Pasmeisuns. O. Erreur évidente.

Vers 2038.Morz. O. Pour le cas sujet, mort.

Vers 2039.Senz. O. Senz ne se trouve que dans deux vers de la Chanson ; partout ailleurs, c’est seinz. (Vers 511, 1607, 1775, 3579, 3718, 3914.) ═ Lire Gualtier.

Vers 2040. — D’après la théorie des assonances en ier (note du vers 1500), lire plutôt repairiez. ═ Des muntaignes. O. Pour la mesure, il faut de la muntaigne, que Venise VII et Versailles s’accordent d’ailleurs à nous donner.

Vers 2041.Cumbatuz. O. Pour le r. s., cumbatut.

Vers 2044.E n’est pas dans le manuscrit.

Vers 2045.Ies. O. V. la note du vers 648. ═ Jantiz honz, sire, que es-tu devenuz. (Lyon.)

Vers 2047.Gualter. O. Pour le cas sujet, il faut Gualtiers. ═ Marlaguz. Lyon. ═ Dans la Keiser Karl Magnus’s Kronike, Gautier est appelé Volter, et est présenté comme le fils de la sœur de l’Archevêque. « Les chrétiens étaient là tous tués, dit l’auteur danois, excepté Roland, Turpin, Volter et Irot (?). Le vieux Irot dit à Roland : « Secours-moi. Je n’ai jamais eu peur dans aucun combat avant celui-ci. » Roland se retourna, et commençait à combattre quand Volter et Irot furent tués. »

Vers 2048. — Lire viell. O. V. la note du vers 171, en la faisant concorder avec celle du vers 1500.

Vers 2049.Tun drut. O. Il faut, pour le cas sujet, tis druz.

Vers 2050.Percet mun escut. O. Pour la même raison, il faut perciez mis escuz. ═ Pour perciez, voir la note du vers 1500, qui s’applique à ce mot, lequel se trouve uniquement, comme assonance, dans les laisses en ier.

Vers 2051.Desmailet e rumput. O. Le cas sujet exige Desmailez e rumpuz.

Vers 2052. — Ce vers est horriblement mutilé dans le manuscrit. IIot une lance ferut. Encore les mots une et ferut ont-ils été ajoutés en interligne. Mu. a reconstitué la vraie leçon, d’après les textes heureusement interprétés de Venise IV (Par me le cors de lance son feru), de Paris (Par mi le cors sui en VII lieus ferus), de Versailles (Par mi le cors o lances mes cosuz). Mais Mu. n’a pas connu le texte de Lyon, qui est le plus clair : De quatre espiez feruz. ═ Ferut. O. Pour le cas sujet, il faut feruz.

Vers 2053.Chier vaut mieux que cher. V. la note du vers 1500.

Vers 2054.At. O. V. la note du vers 2.

Vers 2055.Poignant. O. Il faut, pour le cas sujet, un z au lieu du t.

◄  Laisse 152 Laisse 153 Laisse 154  ►