25%.png

La Chanson de Roland/Manuscrit d’Oxford/Transcription Wikisource

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(p. 1r-72v).

IC  arleſ lireiſ noſtre emp̱e magneſ
Set anz tuz pleinſ ad eſtet en eſpaigne
Treſquen la mer c̄quiſt la tere altaigne.
Ni ad caſtel ki deuant lui remaigne.
5M ur ne citet ni eſt remeſ a fraindre.
Forſ ſarraguce ki eſt en une muntaigne.
Li reiſ marſilie la tient ki deu nen aimet.
Mahumet ſert ⁊ apollin recleimet
Neſ poet guarder q̃ malſ ne li ateignet. aoi.
10IIL  i reiſ marſilie eſteit en ſarraguce.
Alez en ÷ en un uerger ſuz lumbre
Sur un p̱run de marbre bloi ſe culchet
Enuirun lui pluſ de uint milie humeſ.
Il en apelet ⁊ ſeſ dux ⁊ ſeſ cunteſ
15O ez ſeignurſ quel pecchet nuſ encūbret
Li epeſ carleſ de france dulce
En ceſt paiſ noſ ÷ uenuz cunfundre.
Jo nen ai oſt q̃ bataille li dunne
Ne nai tel gent ki la ſue derupet.
20Cunſeilez mei cume mi ſauie hume
Si me guariſez ⁊ de mort de hunte.
Ni ad paien ki un ſul mot reſpundet
Forſ blancandrinſ de caſtel de ualfunde.
IIIB  lancandrinſ fut deſ pluſ ſaiueſ paienſ
25De uaſſelage fut aſez cheualer
Ꝓzdom i out pur ſun ſeignur aider
Ediſt al rei ore ne uuſ eſmaiez
Mandez carlun al orguilluſ ⁊ al fier

F edeilz ſeruiſeſ ⁊ mult granz amiſtez
30V oſ li durrez urſ ⁊ leonſ ⁊ chenſ.
S et cenz camelz ⁊ mil hoſturſ muerſ·
D or ⁊ d’argent .iiii.c. mulſ cargez,
C inq̃nte carre quen ferat carier.
B en en purrat luer ſeſ ſoldeierſ·
35E n ceſte tere ad aſez oſteiet.
E n france ad aiſ ſen deit ben repairer·
V oſ le ſiurez a la feſte ſeint michel.
S i receurez la lei de chreſtienſ.
S erez ſeſ hom par hoñ ⁊ par ben.
40S en uolt oſtageſ ⁊ uoſ len enueiez.
U diſ u uint pur lui afiancer.
E nueiuſ i leſ filz de noz muillerſ. par nũ d’ocire i en-
A ſez eſt melz quil i p̱dent le chefſ. Y ueierai le men.
45Q ue nuſ p̱dunſ l’onur ne la deintet
N e nuſ ſeiunſ cunduiz a mendeier aoi.
IVD  iſt blancandrinſ pa ceſte meie deſtre
⁊ par la barbe ki al piz me uentelet,
L oſt deſ franceiſ uerrez ſemp̱ſ deſfere.
50F rancſ ſen irunt en france la lur tere.
Q uant caſcunſ ert a ſun meillor repaire.
C arleſ ſerat ad aiſ a ſa capele.
A ſeint michel tendrat mult halte feſte.
V endrat li iurz ſi paſſerat li termeſ
55N orrat de noſ paroleſ ne nuueleſ.
L i reiſ ÷ fierſ ⁊ ſiſ curageſ peſmeſ
D e noz oſtageſ ferat trecher leſ teſteſ.

A ſez eſt mielz, quil i pdent leſ teſteſ,
Q ue nuſ pdunſ clere eſpaigne la bele
60N e nuſ aiunſ leſ malſ ne leſ ſuffraiteſ.
D ient paien iſſi poet il ben eſtre.
VL  i reiſ marſilie out ſun cunſeill finet.
S in apelat clarin [---] de balaguet.
E ſtamarin ⁊ Eudropin, ſun per.
65E p̃amun ⁊ guarlã le barbet.
E machiner ⁊ ſun uncle maheu
⁊ iouner ⁊ malbien dultremer.
⁊ blancandrinſ por la raiſun cunter.
D eſ pluſ felunſ díſ en ad apelez.
70S eigñſ barunſ a carlemagneſ irez.
I l eſt al ſiege a cordreſ la citet.
B rancheſ doliueſ en uoz mainſ porterez.
bP ar uoz ſaueirſ ſem puez acorder.
aC o ſenefiet paiſ ⁊ humilitet.
75J o uoſ durrai or ⁊ argent aſez
T ereſ ⁊ fiéz tant cũ uoſ en uuldrez.
D ient paien de co auũ nuſ aſez. aoi
VIL  i reiſ marſilie out finet ſun cunſeill.
D iſt a ſeſ humeſ ſeigñſ uoſ en ireiz
80B rancheſ doliue en uoz mainſ portereiz
S i me direz a carlemagne le rei.
P ur le ſoen Deu quil ait m(er)ercit de mei.
J a einz ne uerrat paſſer ceſt pmer meiſ.
Q ue iel ſiurai od mil de meſ fedeilz.
85S i receurai la chreſtiene lei.

[S]erai ſeſ hõ par amur ⁊ par feid.
Sil uoelt oſtageſ il en aurat par ueir.
Diſt blancandrinſ mult bon plait en aureiz. aoi.
VIID  iſ blancheſ muleſ fiſt amener marſilieſ.
90Que li tramiſt li reiſ de suatilie.
Li frein ſũt dor leſ ſeleſ dargent miſeſ.
Cil ſunt muntez ki le meſſage firent.
Enz en lur mainſ portent brancheſ doliue.
Vindrent a charleſ ki france ad en baillie.
95Neſ poet guarder q̃ alq̃ſ ne lengignent. aoi.
VIIIL  i empereſ ſe fait ⁊ balz ⁊ liez.
Cordreſ ad p̃ſe ⁊ leſ murſ peceiez.
Od ſeſ cadableſ leſ turſ en abatied.
Mult grant eſchech en unt ſi cheualer
100Dor ⁊ dargent ⁊ de guarnemenz cherſ
En la citet nen ad remeſ paien,
Ne ſeit ociſ u deuient chreſtien.
Li emperereſ eſt en un grant uerger,
Enſembl od lui Rollant et oliuer
105Sanſun li dux e anſeiſ li fierſ
Gefreid d anjou le rei gunfanuner,
E ſi i furent e gerin et gererſ,
La u ciſt furent, deſ altreſ i out bien :
De dulce france i ad quinze millierſ.
110Sur palieſ blancſ ſiedent cil ceualer,
Aſ tableſ juent pur elſ eſbaneier
E aſ eſchecſ li pluſ ſaiue e li ueill,
E eſcremiſſent cil bacheler leger.

Desuz un pin delez un eglenter
115Un faldestoed i unt fait tut d or mer,
La siet li reis, ki dulce france tient.
Blanche ad la barbe e tut flurit le chef,
Gent ad le cors e le cuntenant fier,
S’est, kil demandet, ne l estoet enseigner.
120E li message descendirent a pied,
Sil saluerent par amur e par bien.
IXB  lancandrins ad tut premereins parled,
E dist al rei : « Salvez seiez de Deu
Le glorius, que de[v]u[n]s aürer !
125Iço vus mandet reis Marsilies, li bers :
Enquis ad mult la lei de salvetez ;
De sun aveir vos voelt asez duner,
Urs e leuns e veltres enchaignez,
Set cenz cameilz e mil hosturs muez,
130D’or e d’argent .IIII. cenz muls trussez,
Cinquante care, que carier en ferez ;
Tant i avrat de besanz esmerez
Dunt bien purrez voz soldeiers luer.
En cest païs avez estet asez ;
135En France, ad Ais, devez bien repairer ;
La vos sivrat, ço dit mis avoez. »
Li empereres tent (…) ses mains vers Deu,
Baisset sun chef, si cumencet a penser. AOI.
XL  i empereres en tint sun chef enclin ;
140De sa parole ne fut mie hastifs :
Sa custume est qu’il parolet a leisír.

Quant se redrecet, mult par out fier lu vis ;
Dist as messages : « Vus avez mult ben dit.
Li reis Marsilies est mult mis enemis.
145De cez paroles que vos avez ci dit,
En quel mesure en purrai estre fiz ? »
— « Voet par hostages, » ço dist li Sarrazins,
« Dunt vos avrez ú dis ú quinze ú vint.
Pa[r] num de ocire i metrai un mien filz,
150E sin avrez, ço quid, de plus gentilz.
Quant vus serez el palais seignurill,
A la grant feste seint Michel del Peril,
Mis avoez la vos sivrat, ço dit ;
Enz en voz bainz que Deus pur vos i fist,
155La vuldrat il chrestiens devenir. »
Charles respunt : « Uncore purrat guarir. » AOI.
XIB  els fut li vespres e li soleilz fut cler.
Les dis mulez fait Char[l]es establer,
El grant verger fait li reis tendre un tref,
160Les dis messages ad fait enz hosteler ;
.XII. serjanz les unt ben cunreez.
La noit demurent tresque vint al jur cler.
Li empereres est par matin levet ;
Messe e matines ad li reis escultet.
165Desuz un pin en est li reis alez,
Ses baruns mandet pur sun cunseill finer :
Par cels de France voelt il del tut errer. AOI.
XIIL  i emper[er]es s’en vait desuz un pin.
Ses baruns mandet pur sun cunseill fenir :

170Le duc Oger, (e) l’arcevesque Turpin,
Richard li Vélz e sun nev[old] Henri,
E de Gascuigne li proz quens Acelin
Tedbald de Reins e Milun, sun cusin ;
E si i furent e Gerers e Gerin ;
175Ensembl’ od els li quens Rollant i vint,
E Oliver, li proz e li gentilz ;
Des Francs de France en i ad plus de mil.
Guenes i vint, ki la traïsun fist.
Des ore cumencet le cunseill que mal prist. AOI.
180XIII S  eignurs barons, dist li emperere Carles,
« Li reis Marsilie m’ad tramis ses messages ;
De sun aveir me voelt duner grant masse,
Urs e leuns e veltres caeignables,
Set cenz cameilz e mil hosturs muables,
185Quatre cenz mulz cargez del ór d’Arabe,
Avoec iço plus de cinquante care ;
Mais il me mandet que en France m’en alge :
Il me sivrat ad Aís, a mun estage,
Si recevrat la nostre lei plus salve ;
190Chrestiens ert, de mei tendrat ses marches ;
Mais jo ne sai quels en est sis curages. »
Dient Franceis : « Il nus i cuvent guarde ! » AOI.
XIVL  i empereres out sa raisun fenie.
Li quens Rollant, ki ne l’otriet mie,
195En piez se drecet, si li vint cuntredire.
Il dist al rei : « Ja mar crerez Marsilie.
Set anz [ad] pleins, que en Espaigne venimes ;

Jo vos cunquis e Noples e Commibles,
Pris ai Valterne e la tere de Pine
200E Balasgued e Tuele e Sezilie.
Li reis Marsilie i fist mult que traïtre :
De ses pai[ens il vus] enveiat quinze,
Cha(n)cuns portout une branche d’olive ;
Nuncerent vos cez paroles meïsme.
205A vos Franceis un cunseill en presistes :
Loerent vos alques de legerie.
Dous de voz cuntes al paien tramesistes,
L’un fut Basan e li altres Basilies ;
Les chef en prist es puis desuz Haltilie.
210Faites la guer[re] cum vos l’avez enprise :
En Sarraguce menez vostre ost banie,
Metez le sege a tute vostre vie,
Si vengez cels que li fels fist ocire ! » AOI.
XVL  i empe[re]re en tint sun chef enbrunc,
215Si duist sa barbe, afaitad sun gernun,
Ne ben ne mal ne respunt sun nevuld.
Franceis se taisent ne mais que Guenelun,
En piez se drecet, si vint devant Carlun,
Mult fierement cumencet sa raisun,
220E dist al rei : « Ja mar crerez bricun,
Ne mei ne altre, se de vostre prod nun.
Quant ço vos mandet li reis Marsiliun,
Qu’il devendrat jointes ses mains tis hom,
E tute Espaigne tendrat par vostre dun,

Puis recevrat la lei que nus tenum,
Ki ço vos lodet que cest plait degetuns,
Ne li chalt, sire, de quel mort nus muriuns.
Cunseill d orguill n’est dreiz que a plus munt,
Laissun les fols, as sages nus tenuns. » AOI.
230XVIA  pres iço i est Neimes venud ;
Meillor vassal n’aveit en la curt nul,
E dist al rei : « Ben l’avez entendud,
Guenes li quens ço vus ad respondud,
Saveir i ad, mais qu’il seit entendud.
235Li reis Marsilie est de guere vencud :
Vos li avez tuz ses castels toluz,
Od voz caables avez fruiset ses murs,
Ses citez arses e ses humes vencuz ;
Quant il vos mandet, qu’aiez mercit de lui,
240Pecchet fereit, ki dunc li fesist plus,
U par ostage vos (en) voelt faire soürs ;
Ceste grant guerre ne deit munter a plus. »
Dient Franceis : « Ben ad parlet li dux. » AOI.
« XVIIS  eignurs baruns, qui i enveieruns
245En Sarraguce al rei Marsiliuns ? »
Respunt dux Neimes : « Jo irai par vostre dun !
Livrez m’en ore le guant e le bastun. »
Respunt li reis : « Vos estes saives hom ;
Par ceste barbe e par cest men gernun,
250Vos n’irez pas uan de mei si luign.

Alez sedeir, quant nuls ne vos sumunt. »
« XVIIIS  eignurs baruns, qui i purruns enveier
Al Sarrazin ki Sarraguce tient ? »
Respunt Rollant : « Jo i puis aler mult ben ! »
255– « Nu ferez certes ! » dist li quens Oliver ;
« Vostre curages est mult pesmes e fiers ;
Jo me crendreie, que vos vos meslisez.
Se li reis voelt, jo i puis aler ben. »
Respunt li reis : « Ambdui vos en taisez !
260Ne vos ne il n’i porterez les piez.
Par ceste barbe que veez [blancheier],
Li duze per mar i serunt jugez ! »
Franceis se taisent : as les vus aquisez.
XIXT  urpins de Reins en est levet del renc,
265E dist al rei : « Laisez ester voz Francs !
En cest païs avez estet set anz ;
Mult unt oüd e peines e ahans.
Dunez m’en, sire, le bastun e le guant,
E jo irai al Sarazin en Espaigne,
270Sin vois vedeir alques de sun semblant. »
Li empereres respunt par maltalant :
« Alez sedeir desur cel palie blanc !
N’en parlez mais, se jo nel vos cumant ! » AOI.
« XXF  rancs chevalers, » dist li emperere Carles,
275« Car m’eslisez un barun de ma marche,
Qu’a Marsiliun me portast mun message. »
Ço dist Rollant : « Ço ert Guenes, mis parastre. »
Dient Franceis : « Car il le poet ben faire ;

Se lui lessez, n’i trametrez plus saive. »
280E li quens Guenes en fut mult anguisables ;
De sun col getet ses grandes pels de martre,
E est remes en sun blialt de palie.
Vairs out [les oilz] e mult fier lu visage,
Gent out le cors e les costez out larges ;
285Tant par fut bels tuit si per l’en esguardent.
Dist a Rollant : « Tut fol, pur quei t’esrages ?
Ço set hom ben que jo sui tis parastres ;
Si as juget qu’a Marsiliun en alge !
Se Deus ço dunet que jo de la repaire,
290Jo t’en muvra[i] un si grant contr[a]ire
Ki durerat a trestut tun edage. »
Respunt Rollant : « Orgoill ói e folage.
Ço set hom ben, n’ai cure de manace ;
Mai[s] saives hom, il deit faire message :
295Si li reis voelt, prez sui por vus le face. »
XXIG  uenes respunt : « Pur mei n’iras tu mie ! AOI.
Tu n’ies mes hom ne jo ne sui tis sire.
Carles comandet que face sun servise :
En Sarraguce en irai a Marsilie ;
300Einz i f[e]rai un poi de [le]gerie,
Que jo n’esclair ceste meie grant ire. »
Quant l’ot Rollant, si cumençat a rire. AOI.
XXIIQ  uant ço veit Guenes que ore s’en rit Rollant,
Dunc ad tel doel pur poi d’ire ne fent,
305A ben petit que il ne pert le sens ;
E dit al cunte : « Jo ne vus aim nient ;

Sur mei avez turnet fals jugement.
Dreiz emperere, veiz me ci en present,
Ademplir voeill vostre comandement. »
310« XXIIIE  n Sarraguce sai ben, [qu’]aler m’estoet. AOI.
Hom ki la vait, repairer ne s’en poet.
Ensurquetut si ai jo vostre soer,
Sin ai un filz, ja plus bels n’en estoet :
Ço est Baldewin, » ço dit, « ki ert prozdoem.
315A lui lais jo mes honurs e mes fieus.
Gua[r]dez le ben, ja nel verrai des oilz. »
Carles respunt : « trop avez tendre coer.
Puisquel comant, aler vus en estoet. »
XXIVÇ  o dist li reis : « Guenes venez avant. AOI.
320Si recevez le bastun e lu guant.
Oït l’avez, sur vos le jugent Franc. »
– « Sire, » dist Guenes, « ço ad tut fait Rollant !
Ne l’amerai a trestut mun vivant,
Ne Oliver, por ço qu’il est si cumpainz ;
325Li duze per, por [ço] qu’il l’aiment tant,
Desfi les ci, sire, vostre veiant. »
Ço dist li reis : « Trop avez maltalant.
Or irez vos certes, quant jol cumant. »
– « Jo i puis aler, mais n’i avrai guarant : AOI.
330Nu l’out Basilies ne sis freres Basant. »
XXVL  i empereres li tent sun guant le destre ;
Mais li quens Guenes iloec ne volsist estre :
Quant le dut prendre, si li caït a tere.

Dient Franceis : « Deus ! que purrat ço estre ?
335De cest message nos avendrat grant perte. »
– « Seignurs » dist Guenes, « vos en orrez noveles ! »
« XXVIS  ire, » dist Guenes, « dunez mei le cungied ;
Quant aler dei, n’i ai plus que targer. »
Ço dist li reis : « Al Jhesu e al mien ! »
340De sa main destre l’ad asols e seignet,
Puis li livrat le bastun e le bref.
XXVIIG  uenes li quens s’en vait a sun ostel,
De guarnemenz se prent a cunreer,
De ses meillors que il pout recuvrer :
345Esperuns d’or ad en ses piez fermez,
Ceint Murglies, s’espee, a sun costed ;
En Tachebrun, sun destrer est munted ;
L’estreu li tint sun uncle Guinemer.
La veïsez tant chevaler plorer,
350Ki tuit li dient « Tant mare fustes, ber !
En (la) cort al rei mult i avez ested,
Noble vassal vos i solt hom clamer.
Ki ço jugat, que doüsez aler
Par Charlemagne n’er(cs) guariz ne tensez.
355Li quens Rollant nel se doüst penser,
Que estrait estes de mult grant parented. »
Enpres li dient : « Sire, car nos menez ! »
Ço respunt Guenes : « Ne placet Damnedeu !
Mielz est que sul moerge que tant bon chevaler.
360En dulce France, seignurs, vos en irez :
De meie part ma muiller saluez,

E Pinabel, mun ami e mun per,
E Baldewin, mun filz que vos savez,
E lui aidez e pur seignur le tenez. »
365Entret en sa veie, si s’est achiminez. AOI.
XXVIIIG  uenes chevalchet suz une olive halte,
Asemblet s’est as sarrazins messag[es].
Mais Blancandrins ki envers lu s’atarget ;
Par grant saveir parolet li uns a l’altre.
370Dist Blancandrins : « Merveilus hom est Charles,
Ki cunquist Puille e trestute Calabre ;
Vers Engletere passat il la mer salse,
Ad oes seint Perre en cunquist le chevage :
Que nus requert ça en la nostre marche ? »
375Guenes respunt : « Itels est sis curages,
Jamais n’ert hume ki encuntre lui vaille. » AOI.
XXIXD  ist Blancandrins : « Francs sunt mult gentilz home ;
Mult grant mal funt e [cil] duc e cil cunte
A lur seignur, ki tel cunseill li dunent :
380Lui e altrui travaillent, e cunfundent. »
Guenes respunt : « Jo ne sai veirs nul hume,
Ne mes Rollant, ki uncore en avrat hunte.
Er matin sedeit li emperere suz l’umbre ;
Vint i ses nies, out vestue sa brunie,
385E out predet dejuste Carcasonie ;
En sa main tint une vermeille pume :
« Tenez bel sire, » dist Rollant a sun uncle,
« De trestuz reis vos present les curunes. »
Li soens orgoilz le devreit ben cunfundre,
390Kar chascun jur de mort [il] s’abandunet.

Seit, ki l’ociet, tute pais puis avriúmes. » AOI.
XXXD  ist Blancandrins : « Mult est pesmes Rollant,
Ki tute gent voelt faire recreant,
E tutes teres met en chalengement !
395Par quele gent quiet il espleiter tant ? »
Guenes respunt : « Par la franceise gent.
Il l’a[i]ment tant ne li faldrunt nient ;
Or e argent lur met tant en present,
Muls e destrers, e palies e guarnemenz ;
400L’emperere meïsmes ad tut a sun talent.
Cunquerrat li les teres d’ici qu’en Orient. » AOI.
XXXIT  ant chevalcherent Guenes e Blancandrins,
Que l’un a l’altre la sue feit plevit,
Que il querreient, que Rollant fust ocis.
405Tant chevalcherent e veies e chemins,
Que en Sarraguce descendent suz un if.
Un faldestoet out suz l’umbre d’un pin ;
Esvolupet fut d’un palie alexandrin :
La fut li reis ki tute Espaigne tint ;
410Tut entur lui vint milie Sarrazins.
N’i ad celoi ki mot sunt ne mot tint,
Pur les nuveles qu’il vuldreient oïr.
Atant as vos Guenes e Blanchandrins.
XXXIIB  lancandrins vint devant l’empereür ;
415Par le puig[n] tint le cunte Guenelun,
E dist al rei : « Salvez seiez de Mahun
E d’Apollin, qui seintes leis tenuns !
Vostre message fesime[s] a Charlun.
Ambes ses mains en levat cuntre munt,

420Loat sun Deu, ne fist altre respuns.
Ci vos enveiet un sun noble barun,
Ki est de France, si est mult riches hom :
Par lui orrez si avrez pais u nun. »
Respunt Marsilie : « Or diet, nus l’orrum ! » AOI.
425XXXIIIM  ais li quens Guenes se fut ben purpenset.
Par grant saver cumencet a parler
Cume celui ki ben faire le set,
E dist al rei : « Salvez seiez de Deu
Li Glorius, qui devum aürer !
430Iço vus mandet Carlemagnes, li ber,
Que recevez seinte chrestientet ;
Demi Espaigne vos voelt en fiu duner.
Se cest acorde ne vulez otrier,
Pris e liez serez par poested ;
435Al siege ad Ais en serez amenet,
Par jugement serez iloec finet ;
La murrez vus a hunte e a viltet. »
Li reis Marsilies en fut mult esfreed.
Un algier tint, ki d’or fut enpenet,
440Ferir l’en volt, se n’en fust desturnet. AOI.
XXXIVL  i reis Marsilies ad la culur muee ;
De sun algeir ad la hanste crollee.
Quant le vit Guenes, mist la main a l’espee,
Cuntre dous deie l’ad del furrer getee,
445Si li ad dit : « Mult estes bele e clere !
Tant vus avrai en curt a rei portee !
Ja nel dirat de France li emperere,
Que suls i moerge en l’estrange cuntree,

Einz vos avrunt li meillor comperee. »
450Dient paien : « Desfaimes la mellee ! »
XXXVT  uit li preierent li meillor Sarrazin,
Qu’el faldestoed s’es[t] Marsilies asis.
Dist l’algalifes : « Mal nos avez baillit,
Que li Franceis asmastes a ferir ;
455Vos le doüssez esculter e oïr. »
– « Sire, » dist Guenes, « mei l’avent a suffrir ;
Jo ne lerreie, por l’or que Deus fist
Ne por tut l’aveir, ki seit en cest païs,
Que jo ne li die, se tant ai de leisir,
460Que Charles li mandet, li reis poesteïfs,
Par mei li mandet, sun mortel enemi. »
Afublez est d’un mantel sabelin,
Ki fut cuvert d’une palie alexandrin.
Getet le a tere, sil receit Blancandrin ;
465Mais de s’espee ne volt mie guerpir ;
En sun puign destre par l’orie punt la tint.
Dient paien : « Noble baron ad ci ! » AOI.
XXXVIE  nvers le rei s’est Guenes aproismet,
Si li ad dit : « À tort vos curuciez,
470Quar ço vos mandet Carles, ki France tient,
Que recevez la lei de chrestiens ;
Demi Espaigne vus durat il en fiet.
L’altre meitet avrat Rollant, sis nies :
Mulz orguillos parçuner i avrez !
475Si ceste acorde ne volez otrier,
En Sarraguce vus vendrat aseger ;
Par poestet serez pris e liez ;
Menet serez... [tut] dreit ad Ais le siet :

Vus n’i avrez palefreid ne destrer,
480Ne mul ne mule que puissez chevalcher ;
Getet serez sur un malvais sumer.
Par jugement iloec perdrez le chef.
Nostre emperere vus enveiet cest bref. »
El destre poign al paien l’ad liv(e)ret.
485XXXVIIM  arsilies fut esculurez de l’ire ;
Freint le seel, getet en ad la cire,
Guardet al bref, vit la raisun escrite :
« Carle me mandet, ki France ad en baillie,
Que me remembre de la dolur e (de) l’ire,
490Ço est de Basan e de sun frere Basilie,
Dunt pris les chefs as puis de Haltoíe ;
Se de mun cors voeil aquiter la vie,
Dunc li envei mun uncle, l’algalife ;
Altrement ne m’amerat il mie. »
495Apres parlat ses filz envers Marsilies,
E dist al rei : « Guenes ad dit folie ;
Tant ad erret nen est dreiz que plus vivet.
Livrez le mei, jo en ferai la justise. »
Quant l’oït Guenes, l’espee en ad branlie ;
500Vait s’apuier suz le pin a la tige.
XXXVIIIE  nz el verger s’en est alez li reis,
Ses meillors humes enmeinet ensembl’od sei :
E Blancandrins i vint, al canud peil,
E Jurfaret, ki est ses filz e ses heirs,
505E l’algalifes, sun uncle e sis fedeilz.
Dist Blancandrins : « Apelez le Franceis,
De nostre prod m’ad plevie sa feid. »

Ço dist li reis : « E vos l’i ameneiz. »
E Guenes (l’)ad pris par la main destre ad deiz,
510Enz el verger l’en meinet josqu’al rei.
La purparolent la traïson seinz dreit. AOI.
« XXXIXB  el sire Guenes, » ço li ad dit Marsilie,
« Jo vos ai fait alques de legerie,
Quant por ferir vus demustrai grant ire.
515Guaz vos en dreit par cez pels sabelines ;
Melz en valt l’or que ne funt cinc cenz livres :
Einz demain noit en iert bele l’amendise. »
Guenes respunt : « Jo nel desotrei mie.
Deus se lui plaist, a bien le vos mercie ! » AOI.
520XLÇ  o dist Marsilies : « Guenes par veir sacez,
En talant ai que mult vos voeill amer,
De Carlemagne vos voeill oïr parler.
Il est mult vielz, si ad sun tens uset ;
Men escient dous cenz anz ad passet.
525Par tantes teres ad sun cors demened,
Tanz [colps] ad pris sur sun escut bucler,
Tanz riches reis cunduit a mendisted :
Quant ert il mais recreanz d’osteier ? »
Guenes respunt : « Carles n’est mie tels.
530N’est hom kil veit e conuistre le set
Que ço ne diet que l’emperere est ber.
Tant nel vos sai ne preiser ne loer
Que plus n’i ad d’onur e de bontet.
Sa grant valor, kil purreit acunter ?
535De tel barnage l’ad Deus enluminet,
Meilz voelt murir que guerpir sun barnet. »

XLID  ist li paiens : « Mult me puis merveiller
De Carlemagne, ki est canuz e vielz !
Men escientre dous cenz anz ad e mielz.
540Par tantes teres ad sun cors traveillet,
Tanz colz ad pris de lances e d’espiet,
Tanz riches reis cunduiz a mendistiet :
Quant ert il mais recreanz d’osteier ? »
– « Ço n’iert, » dist Guenes : « tant cum vivet sis niés :
545N’at tel vassal suz la cape del ciel.
Mult par est proz sis cumpainz Oliver.
Les.XII. pers, que Carles ad tant chers,
Funt les enguardes a.XX. milie chevalers.
Soürs est Carles, que nuls home ne crent. » AOI.
550XLIID  ist li Sarrazins : « Merveille en ai grant
De Carlemagne, ki est canuz e blancs !
Mien escientre plus ad de.II.C. anz.
Par tantes teres est alet cunquerant,
Tanz colps ad pris de bons espiez trenchanz,
555Tanz riches reis morz e vencuz en champ :
Quant ier il mais d’osteier recreant ? »
– « Ço n’iert, » dist Guenes, « tant cum vivet Rollant :
N’ad tel vassal d’ici qu en Orient.
Mult par est proz Oliver, sis cumpainz ;
560Li.XII. per, que Carles aimet tant,
Funt les enguardes a.XX. milie de Francs,
Soürs est Carlles, ne (cre) crent hume vivant. » AOI.
« XLIII  Bel sire Guenes » dist marsilies li reis,
« Jo ai tel gent, plus bele ne verreiz ;

Quarte cenz milie chevalers puis aveir.
Puis m’en cumbatre a Carlles e a Franceis ? »
Guenes respunt : « Ne vus a ceste feiz !
De voz paiens mult grant perte i avreiz.
Lessez (la) folie, tenez vos al saveir.
570L’empereür tant li dunez aveir,
N’i ait Franceis ki tot ne s’en merveilt.
Par.XX. hostages que li enveiereiz
En dulce France s’en repairerat li reis ;
Sa rereguarde lerrat derere sei :
575Iert i sis nies, li quens Rollant, (…) ço crei,
E Oliver, li proz e li curteis.
Mort sunt li cunte, se est ki mei en creit.
Carlles verrat sun grant orguill cadeir ;
N’avrat talent, que ja mais vus guerreit. » AOI.
580« XLIVB  el sire Guenes,[ » ço dist li reis Marsilies,]
« Cum faitement purrai Rollant ocire ? »
Guenes respont : « Ço vos sai jo ben dire.
Li reis serat as meillors porz de Sizer ;
Sa rereguarde avrat detres sei mise ;
585Iert i sis nies, li quens Rollant, li riches,
E Oliver, en qui il tant se fiet ;
.XX. milie Francs unt en lur cumpaignie.
De voz paiens lur enveiez.C. milie :
Une bataille lur i rendent cil primes ;
590La gent de France iert blecee e blesmie ;
Nel di por ço, des voz iert la martirie.
Altre bataille lur livrez de meïsme :
De quel que seit Rollant n’estuertrat mie.

Dunc avrez faite gente chevalerie ;
595N’avrez mais guere en tute vostre vie. » AOI.
« XLVC  hi purreit faire, que Rollant i fust mort,
Dunc perdreit Carles le destre braz del cors,
Si remeindreient les merveilluses óz ;
N’asemblereit jamais Carles si grant esforz ;
600Tere Major remeindreit en repos. »
Quan l’ot Marsilie, si l’ad baiset el col,
Puis si cumencet a venir ses tresors. AOI.
XLVIÇ  o dist Marsilies : « Qu’en parlereient il plus ?
Cunseill n’est proz dunt hume n’est sevus.
605La traïsun me jurrez de Rollant si illi est. »
Ço respunt Guenes : « Issi seit cum vos plaist ! »
Sur les reliques de s’espee Murgleis,
La traïsun jurat, e si s’en est forsfait. AOI.
XLVIIU  n faldestoed i out d’un olifant ;
610Marsilies fait porter un livre avant :
La lei i fut Mahum e Tervagan.
Ço ad juret li Sarrazins espans :
Se en rereguarde troevet le cors Rollant,
Cumbatrat sei a trestute sa gent,
615E, se il poet, murrat i veirement.
Guenes respunt : « Ben seit vostre comant ! » AOI.
XLVIIIA   tant i vint uns paiens, Valdabruns :
Icil en vait al rei Marsiliun ;
Cler en riant l’ad dit a Guenelun :
620« Tenez m’espee, meillur n’en at nuls hom ;
Entre les helz ad plus de mil manguns.

Par amistiez, bel sire, la vos duins,
Que (v)[n]os aidez de Rollant le barun,
Qu’en rereguarde trover le poüsum. »
625– « Ben serat fait, » li quens Guenes respunt.
Puis se baiserent es vis e es mentuns.
XLIXA  pres i vint un paien, Climorins.
Cler en riant a Guenelun l’ad dit :
« Tenez mun helme, unches meillor ne vi.
630Si nos aidez de Rollant li marchis,
Par quel mesure le poüssum hunir. »
– « Ben serat fait, » Guenes respundit.
Puis se baiserent es buches e es vis. AOI.
LA   tant i vint la reine Bramimunde.
635« Jo vos aim mult, sire, » dist ele al cunte,
« Car mult vos priset mi sire e tuit si hume.
A vostre femme enveierai dous nusches ;
Bien i ad or, matices e jacunces :
Eles valent mielz que tut l’aveir de Rume,
640Vostre emperere si bones n’en out unches. »
Il les ad prises, en sa hoese les butet, AOI.
LIL  i reis apelet Malduit sun tresorer :
« L’aveir Carlun est il apareillez ? »
E cil respunt : « Oïl, sire, asez bien :
645.VII.C. cameilz, d’or e argent cargiez,
E.XX. hostages, des plus gentilz desuz cel. » AOI.
LIIM  arsilies tint Guen[elun] par l’espalle ;
Si li ad dit : « Mult par ies ber e sage.
Par cele lei que vos tenez plus salve,

650Guardez de nos ne turnez le curage.
De mun aveir vos voeill dunner grant masse :
.X. muls cargez del plus fin or d’Arabe ;
Jamais n’iert an, altretel ne vos face.
Tenez les clefs de ceste citet large,
655Le grant aveir en presentez al rei Carles,
Pois me jugez Rollant a rereguarde.
Sel pois trover a port ne a passage,
Liverrai lui une mortel bataille. »
Guenes respunt : « Mei est vis que trop targe ! »
660Pois est munted, entret en sun veiage. AOI.
LIIIL  i empereres aproismet sun repaire.
Venuz en est a la citet de Galne.
Li quens Rollant il l’ad e prise e fraite ;
Puis icel jur en fut cent anz deserte.
665De Guenelun atent li reis nuveles,
E le treüd d’Espaigne, la grant tere.
Par main en l’albe, si cum li jurz esclairet,
Guenes li quens est venuz as herberges. AOI.
LIVL  i empereres est par matin levet ;
670Messe e matines ad li reis escultet.
Sur l’erbe verte estut devant sun tref.
Rollant i fut e Oliver li ber,
Neimes li dux e des altres asez.
Guenes i vint, li fels, li parjurez.
675Par grant veisdie cumencet a parler,
E dist al rei : « Salvez seiez de Deu !
De Sarraguce ci vos aport les clefs ;

Mult grant aveir vos en faz amener,
E.XX. hostages ; faites les ben guarder !
680E si vos mandet reis Marsilies li ber,
De l’algalifes nel devez pas blasmer,
Kar a mes oilz vi.IIII.C. milie armez,
Halbers vestuz, alquanz healmes fermez,
Ceintes espees as punz d’or neielez,
685Ki l’en cunduistrent tresqu’en la mer :
De Marcilie s’en fuient por la chrestientet,
Que il ne voelent ne tenir ne guarder.
Einz qu’il oüssent.IIII. liues siglet,
Sis aquillit e tempeste e ored :
690La sunt neiez, jamais nes en verrez ;
Se il fust vif, jo l’oüsse amenet.
Del rei paien, sire, par veir creez,
Ja ne verrez cest premer meis passet
Qu’il vos sivrat en France le regnet,
695Si recevrat la lei que vos tenez,
Jointes ses mains iert vostre comandet ;
De vos tendrat Espaigne le regnet. »
Ço dist li reis : « Graciet en seit Deus !
Ben l’avez fait, mult grant prod i avrez. »
700Par mi cel ost funt mil grailles suner ;
Franc desherbergent, funt lur sumers trosser :
Vers dulce France tuit sunt achiminez. AOI.
LVC  arles li magnes ad Espaigne guastede
Les castels pris, (...) les citez violees.
705Ço dit li reis que sa guere out finee.

Vers dulce France chevalchet l’emperere.
Li quens Rollant ad l’enseigne fermee
En sur un tertre cuntre le ciel levee.
Franc se herbergent par tute la cuntree.
710Paien chevalchent par cez greignurs valees,
Halbercs vestuz e tres bien fermeez
Healmes lacez e ceintes lur espees,
Escuz as cols e lances adubees.
En un bruill par sum les puis remestrent,
715.IIII.C. milie atendent l’ajurnee.
Deus ! quel dulur que li Franceis nel sevent ! AOI.
LVIT  resvait le jur, la noit est aserie.
Carles se dort, li empereres riches.
Sunjat qu’il eret al greignurs porz de Sizer,
720Entre ses poinz teneit sa hanste fraisnine.
Guenes li quens l’ad sur lui saisie ;
Par tel air l’at estrussee e brandie,
Qu’envers le cel en volent les escicles.
Carles se dort, qu’il ne s’esveillet mie.
725LVIIA  pres iceste altre avisiun sunjat :
Qu’il en France ert, a sa capele, ad Ais,
El destre braz li morst uns vers si mals.
Devers Ardene vit venir uns leuparz,
Sun cors demenie mult fierement asalt.
730D’enz de la sale uns veltres avalat,
Que vint a Carles le galops e les salz,
La destre oreille al premer uer trenchat,
Ireement se cumbat al lepart.

Dient franceis que grant bataille iad.
735Il ne sevent liquels dels la veintrat.
Carles se dort mie ne sesveillat. AOI.
LVIIIT  resvait la noit y aper la clere albe.
Par mi cel host suvēnt e menu reguarded
Li emperes mult fieremt chevalchet.
740« Seignurs barons, » dist li emperere Carles,
« Veez les porz e les destreiz passages :
Kar me jugez, ki ert en la rereguarde. »
Guenes respunt : « Rollant cist miens fillastre :
N’avez baron de si grant vasselage. »
745Quant l’ot li reis, fierement le reguardet,
Si li ad dit : « Vos estes vifs diables.
El cors vos est entree mortel rage.
E ki serat devant mei en l’ansguarde ? »
Guenes respunt : « Oger de Denemarche :
750N’avez barun, ki mielz de lui la facet. »
LIXL  i quens Rollant quant il s’oït juger, AOI.
Dunc ad parled a lei de chevaler :
« Sire parastre, mult vos dei aveir cher :
La rereguarde avez sur mei jugiet.
755N’i perdrat Carles, li reis ki France tient,
Men escientre palefreid ne destrer,
Ne mul ne mule que deiet chevalcher,
Ne n’i perdrat ne runcin ne sumer,
Que as espees ne seit einz eslegiet. »
760Guenes respunt : « Veir dites, jol sai bien. » AOI.
LXQ  uant ot Rollant, qu’il ert en la rereguarde,

Ireement parlat a sun parastre :
« Ahi ! culvert, malvais hom de put aire,
Qui[d]ás, le guant me caïst en la place,
765Cume fist a tei le bastun devant Carle ? » AOI.
« LXID  reiz emperere, » dist Rollant le barun,
« Dunez mei l’arc, que vos tenez el poign.
Men escientre nel me reproverunt
Que il me chedet, cum fist a Guenelun
770De sa main destre, quant reçut le bastun. »
Li empereres en tint sun chef enbrunc,
Si duist sa barbe, e detoerst sun gernun ;
Ne poet muer que des oilz ne plurt.
LXIIA  npres iço i est Neimes venud :
775Meillor vassal n’out en la curt de lui ;
E dist al rei : « Ben l’avez entendut ;
Li quens Rollant, il est mult irascut.
La rereguarde est jugee (…) sur lui :
N’avez baron ki jamais la remut.
780Dunez li l’arc que vos avez tendut,
Si li truvez ki tres bien li aiut ! »
Li reis li dunet, e Rollant l’a reçut.
LXIIIL  i empereres apelet ses nies Rollant :
« Bel sire nies, or savez veirement,
785Demi mun host vos lerrai en present.
Retenez les, ço est vostre salvement. »
Ço dit li quens : « Jo n’en ferai nient ;
Deus me cunfunde, se la geste en desment !

.XX. milie Francs retendrai ben vaillanz.
790Passez les porz trestut soürement :
Ja mar crendrez nul hume a mun vivant ! »
LXIVL  i quens Rollant est muntet el destrer. AOI.
Cuntre lui vient sis cumpainz Oliver ;
Vint i Gerins e li proz quens Gerers,
795E vint i Otes, si i vint Berengers,
E vint i Astors e Anseïs li veillz ;
Vint i Gerart de Rossillon li fiers ;
Venuz i est li riches dux Gaifiers.
Dist l’arcevesque : « Jo irai, par mun chef ! »
800– « E jo od vos, » ço dist li quens Gualters ;
« Hom sui Rollant, jo ne li dei faillir. »
Entr’e[l]s eslisent.XX. milie chevalers. AOI.
LXVL  i quens Rollant Gualter de l’Húm apelet :
« Pernez mil Francs de France, nostre tere,
805Si purpernez les deserz e les tertres,
Que l’emperere nis un des soens n’i perdet. » AOI.
Respunt gualter : « Pur vos le dei ben faire. »
Od mil Franceis de France, la lur tere,
Gualter desrenget les destreiz e les tertres,
810N’en descendrat pur malvaises nuveles,
Enceis qu’en seient. VII.C. espees traites.
Reis Almaris, del regne de Belferne
Une bataille lur livrat le jur pesme.
LXVIH  alt sunt li pui e li val tenebrus,
815Les roches bises, les destreiz merveillus.

Le jur passerent Franceis a grant dulur ;
De.XV. lius en ot hom la rimur.
Puis que il venent a la Tere Majur,
Virent Guascuigne, la tere lur seignur.
820Dunc le remembret des fius e des honurs,
E des pulcele e des gentilz oixurs :
Cel nen i ad ki de pitet ne plurt.
Sur tuz les altres est Carles anguissus :
As porz d’Espaigne ad lesset sun nevold.
825Pitet l’en prent, ne poet muer n’en plurt. AOI.
LXVIIL  i.XII. per sunt remes en Espaigne.
.XX. milie F(r)rancs unt en lur cumpaigne,
N’en unt poür ne de murir dutance.
Li emperere s’en repairet en France ;
830Suz sun mantel en fait la cuntenance.
Dejuste lui li dux Neimes chevalchet
E dit al rei : « De quei avez pesance ? »
Carles respunt : « Tort fait kil me demandet !
Si grant doel ai ne puis muer nel pleigne.
835Par Guenelun serat destruite France,
Enoit m’avint un avisiun d’angele,
Que entre mes puinz me depeçout ma hanste,
Chi ad juget mis nes a (la) rereguarde.
Jo l’ai lesset en une estrange marche !
840Deus ! se jol pert, ja n’en avrai escange ! » AOI.
LXVIIIC  arles li magnes ne poet muer n’en plurt.
.C. milie Francs pur lui unt grant tendrur,
E de Rollant merveilluse poür.

Guen[e]s li fels en ad fait traïsun :
845Del rei paien en ad oüd granz duns,
Or e argent, palies e ciclatuns,
Muls e chevals e cameilz e leuns.
Marsilies mandet d’Espaigne les baruns,
Cuntes, vezcuntes e dux e almaçurs,
850Les amirafles e les filz as cunturs :
.IIII.C. milie en ajustet en.III. jurz.
En Sarraguce fait suner ses taburs ;
Mahumet levent en la plus halte tur.
N’i ad paien nel prit e nel aort.
855Puis si chevalchent, par mult grant cuntençun,
La Tere Certeine e les vals e les munz :
De cels de France virent les gunfanuns.
La rereguarde des.XII. cumpaignuns
Ne lesserat bataille ne lur dunt.
860LXIXL  i nies Marsilie, il est venuz avant,
Sur un mulet od un bastun tuchant.
Dist a sun uncle belement en riant :
« Bel sire reis, jo vos ai servit tant,
Sin ai oüt e peines e ahans,
865Faites batailles e vencues en champ !
Dunez m’un feu, ço est le colp de Rollant ;
Jo l’ocirai a mun espiet trenchant.
Se Mahumet me voelt estre guarant,
De tute Espaigne aquiterai les pans
870Des porz d’Espaigne entresqu’a Durestant.
Las serat Carles, si recrerrunt si Franc ;

Ja n’avrez mais guere en tut vostre vivant. »
Li reis Marsilie l’en ad dunet le guant. AOI.
LXXL  i nies Marsilies tient le guant en sun poign,
875Sun uncle apelet de mult fiere raisun :
« Bel sire reis, fait m’avez un grant dun.
Eslisez mei.XII. de voz baruns,
Sim cumbatrai as.XII. cumpaignuns. »
Tut premerein l’en respunt Falsaron,
880Icil ert frere al rei Marsiliun :
« Bel sires nies, e jo e vos [í]irum.
Ceste bataille veirement la ferum :
La rereguarde de la grant host Carlun,
Il est juget que nus les ocirum. » AOI.
885LXXIR  eis Corsalis, il est de l’altre part :
Barbarins est e mult de males arz.
Cil ad parlet a lei de bon vassal :
Pur tut l’or Deu ne volt estre cuard […]
As vos poignant Malprimis de Brigant :
890Plus curt a piet que ne fait un cheval.
Devant Marsilie cil s’escriet mult halt :
« Jo cunduirai mun cors en Rencesvals ;
Se truis Rollant, ne lerrai que nel mat ! »
LXXIIU  ns amurafles i ad de Balaguez :
895Cors ad mult gent e le vis fier e cler ;
Puis que il est sur un cheval muntet,
Mult se fait fiers de ses armes porter ;
De vasselage est il ben alosez ;
Fust chrestiens, asez oüst barnet.

900Devant Marsilie cil en est escriet :
« En Rencesvals irai mun cors juer !
Se truis Rollant, de mort serat finet,
E Oliver e tuz les.XII. pers.
Franceis murrunt a doel e a viltiet.
905Carles li magnes velz est e redotez :
Recreanz ert de sa guerre mener,
Si nus remeindrat Espaigne en quitedet. »
Li reis Marsilie mult l’en ad merciet. AOI.
LXXIIIU  ns almaçurs i ad de Moriane ;
910N’ad plus felun en la tere d’Espaigne.
Devant Marsilie ad faite sa vantance :
« En Rencesvals guierai ma cumpaigne,
.XX. milie ad escuz e a lances.
Se trois Rollant, de mort li duins fiance.
915Jamais n’ert jor que Carles ne se pleignet. » AOI.
LXXIVD  ’altre part est Turgis de Turteluse :
Cil est uns quens, si est la citet sue.
De chrestiens voelt faire male vode.
Devant Marsilie as altres si s’ajust,
920Ço dist al rei : « Ne vos esmaiez unches !
Plus valt Mahum que seint Perre de Rume !
Se lui servez, l’onur del camp ert nostre.
En Rencesvals a Rollant irai juindre,
De mort n’avrat guarantisun pur hume.
925Veez m’espee, ki est e bone e lunge :
A Durendal jo la metrai encuntre ;
Asez orrez, laquele irat desure.

Franceis murrunt, si a nus s’abandunent ;
Carles li velz avrat e deol e hunte :
930Jamais en tere ne portera curone. »
LXXVD  e l’altre part est Escremiz de Valterne :
Sarrazins est, si est sue la tere.
Devant Marsilie s’escriet en la presse,
« En Rencesvals irai l’orgoill desfaire.
935Se trois Rollant, n’en porterat la teste,
Ne Oliver, ki les altres cadelet ;
Li.XII. per tuit sunt jugez a perdre ;
Franceis murrunt e France en ert deserte,
De bons vassals avrat Carles suffraite. » AOI.
940LXXVID  ’altre part est uns paiens, Esturganz ;
Estramariz i est, un soens cumpainz :
Cil sunt felun, traïtur suduiant.
Ço dist Marsilie : « Seignurs, venez avant !
En Rencesvals irez as porz passant,
945Si aiderez a cunduire ma gent. »
E cil respundent : « (Sire,) a vostre comandement !
Nus asaldrum Oliver e Rollant ;
Li.XII. per n’avrunt de mort guarant.
Noz espees sunt bones e trenchant ;
950Nus les feruns vermeilles de chald sanc.
Franceis murrunt, Carles en ert dolent.
Tere Majur vos metrum en present.
Venez i, reis, sil verrez veirement :
L’empereor vos metrum en present. »
955LXXVIIC  urant i vint Margariz de Sibilie ;

Cil tient la tere entre[s]qu’as Cazmarine.
Pur sa beltet dames li sunt amies :
Cele nel veit vers lui ne s’esclargisset ;
Quant ele le veit, ne poet muer ne riet ;
960N’i ad paien de tel chevalerie.
Vint en la presse, sur les altres s’escriet
E dist al rei : « Ne vos esmaiez mie !
En Rencesvals irai Rollant ocire,
Ne Oliver n’en porterat la vie ;
965Li.XII. per sunt remes en martirie.
Veez m’espee, ki d’or est enheldie :
Si la tramist li amiralz de Primes.
Jo vos plevis qu’en vermeill sanc ert mise.
Franceis murrunt e France en ert hunie ;
970Carles li velz a la barbe flurie,
Jamais n’ert jurn qu’il n’en ait doel e ire.
Jusqu’a un an avrum France saisie ;
Gesir porrum el burc de seint Denise. »
Li reis paiens parfundement l ’enclinet. AOI.
975LXXVIIID  e l’altre part est Chernubles de Munigre ;
Jusqu’a la tere si chevoel li balient ;
Greignor fais portet par giu, quant il s’enveiset,
Que.IIII. mulez ne funt, quant il sumeient.
Icele tere, ço dit, dun il esteit,
980Soleill n’i luist, ne blet n’i poet pas creistre,
Pluie n’i chet, rusee n’i adeiset,
Piere n’i ad que tute ne seit neire.

Dient alquanz que diables i meignent.
Ce dist Chernubles : « Ma bone espee ai ceinte ;
985En Rencesvals jo la teindrai vermeille.
Se trois Rollant li proz enmi ma veie,
Se ne l’asaill, dunc ne faz jo que creire,
Si cunquerrai Durendal od la meie.
Franceis murrunt e France en ert deserte. »
990A icez moz li.XII. [per] s’alient ;
Itels.C. milie Sarrazins od els meinent,
Ki de bataille s’argüent,e hasteient :
Vunt s’aduber desuz une sapide.
LXXIXP  aien s’adubent des osbercs sarazineis,
995Tuit li plusur en sunt (saraguzeis) dublez en treis,
Lacent lor elmes mult bons sarraguzeis,
Ceignent espees de l’acer vianeis ;
Escuz unt genz, espiez valentineis,
E gunfanuns blancs e blois e vermeilz.
1000Laissent les mulz e tuz les palefreiz,
Es destrers muntent, si chevalchent estreiz.
Clers fut li jurz e bels fut li soleilz :
N’unt guarnement que tut ne reflambeit.
Sunent mil grailles por ço que plus bel seit :
1005Granz est la noise, si l’oïrent Franceis.
Dist Oliver : « Sire cumpainz, ce crei,
De Sarrazins purum bataille aveir. »
Respont Rollant : « E ! Deus la nus otreit !
Ben devuns ci estre pur nostre rei :
1010Pur sun seignor deit hom susfrir destreiz

E endurer e granz chalz e granz freiz,
Sin deit hom perdre e del quir e del peil.
Or guart chascuns que granz colps (l’)[i] empleit,
Que malvaise cançun de nus chantet ne seit !
1015Paien unt tort e chrestiens unt dreit ;
Malvaise essample n’en serat, ja de mei. » AOI.
LXXXO  liver est desur un pui haut muntez,
Guardet su destre par mi un val herbus,
Si veit venir cele gent paienur,
1020Sin apelat Rollant, sun cumpaignun :
« Devers Espaigne vei venir tel bruur,
Tanz blancs osbercs, tanz elmes flambius !
Icist ferunt nos Franceis grant irur.
Guenes le sout, li fel, li traïtur,
1025Ki nus jugat devant l’empereür. »
– « Tais Oliver, » li quens Rollant respunt,
« Mis parrastre est, ne voeill que mot en suns. »
LXXXIO  liver est desur un pui muntet ;
Or veit il ben d’Espaigne le regnet
1030E Sarrazins, ki tant sunt asemblez.
Luisent cil elme, ki ad or sunt gemmez,
E cil escuz e cil osbercs safrez
E cil espiez, cil gunfanun fermez.
Sul les escheles ne poet il acunter ;
1035Tant en i ad que mesure n’en set.
E lui meïsme en est mult esguaret.
Cum il einz pout, del pui est avalet,
Vint as Franceis, tut lur ad acuntet.

LXXXIID  ist Oliver : « Jo ai paiens veüz :
1040Unc mais nuls hom en tere n’en vit plus.
Cil devant sunt.C. milie ad escuz
Helmes laciez e blancs osbercs vestuz
Dreites cez hanstes, luisent cil espiet brun.
Bataille avrez, unches mais tel ne fut.
1045Seignurs Franceis, de Deu aiez vertut !
El camp estez, que ne seium vencuz ! »
Dient Franceis : « Dehet ait ki s’en fuit !
Ja pur murir ne vus en faldrat uns. » AOI.
LXXXIIID  ist Oliver : « Paien unt grant esforz,
1050De noz Franceis m’i semblet aveir mult poi !
Cumpaign Rollant, kar sunez vostre corn :
Si l’orrat Carles, si returnerat l’ost. »
Respunt Rollant : « Jo fereie que fols !
En dulce France en perdreie mun los.
1055Sempres ferrai de Durendal granz colps ;
Sanglant en ert li branz entresqu’a l’or.
Felun paien mar i vindrent as porz :
Jo vos plevis, tuz sunt jugez a mort. » AOI.
« LXXXIVC  umpainz Rollant l’olifan car sunez :
1060Si l’orrat Carles, ferat l’ost returner,
Succurrat nos li reis od tut sun barnet. »
Respont Rollant : « Ne placet Damnedeu
Que mi parent pur mei seient blasmet
Ne France dulce ja cheet en viltet !
1065Einz i ferrai de Durendal asez,

Ma bone espee que ai ceint al costet :
Tut en verrez le brant ensanglentet.
Felun paien mar i sunt asemblez :
Jo vos plevis, tuz sunt a mort livrez. » AOI.
1070– « LXXXVC  umpainz Rollant, sunez vostre olifan :
Si l’orrat Carles, ki est as porz passant.
Je vos plevis, ja returnerunt Franc. »
– « Ne placet Deu, » ço li respunt Rollant,
« Que ço seit dit de nul hume vivant,
1075Ne pur paien, que ja seie cornant !
Ja n’en avrunt reproece mi parent !
Quant jo serai en la bataille grant
E jo ferrai e mil colps e.VII. cenz,
De Durendal verrez l’acer sanglent.
1080Franceis sunt bon, si ferrunt vassalment,
Ja cil d’Espaigne n’avrunt de mort guarant. »
LXXXVID  ist Oliver : « D’iço ne sai jo blasme ?
Jo ai veüt les Sarrazins d’Espaigne,
Cuverz en sunt li val e les muntaignes
1085E li lariz e trestutes les plaignes.
Granz sunt les oz de cele gent estrange ;
Nus i avum mult petite cumpaigne. »
Respunt Rollant : « Mis talenz en est graigne.
Ne placet Damnedeu ne ses angles
1090Que ja pur mei perdet sa valur France !
Melz voeill murir que huntage me venget.
Pur ben ferir l’emperere plus nos aimet. »
LXXXVIIR  ollant est proz e Oliver est sage ;

Ambedui unt me[r]veillus vasselage.
1095Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
Bon sunt li cunte e lur paroles haltes.
Felun paien par grant irur chevalchent.
Dist Oliver : « Rollant, veez en alques !
1100Cist nus sunt pres, mais trop nus est loinz Carles.
Vostre olifan, suner vos nel deignastes ;
Fust i li reis, n’i oüssum damage.
Guardez amunt devers les porz d’Espaigne :
Veeir poez, dolente est la rereguarde ;
1105Ki ceste fait, jamais n’en ferat altre. »
Respunt Rollant : « Ne dites tel ultrage !
Mal seit del coer ki el piz se cuardet !
Nus remeindrum en estal en la place ;
Par nos í ert e li colps e li caples. » AOI.
1110LXXXVIIIQ  uant Rollant veit que la bataille serat,
Plus se fait fiers que leon ne leupart.
Franceis escriet, Oliver apelat :
« Sire cumpainz, amis, nel dire ja !
Li emperere, ki Franceis nos laisat,
1115Itels.XX. milie en mist a une part
Sun escientre n’en i out un cuard.
Pur sun seignur deit hom susfrir granz mals
E endurer e forz freiz e granz chalz,
Sin deit hom perdre del sanc e de la char.
1120Fier de [ta] lance e jo de Durendal,
Ma bone espee, que li reis me dunat.

Se jo i moert, dire poet ki l’avrat
(E purrunt dire) que ele fut a noble vassal. »
LXXXIXD  ’altre part est li arcevesques Turpin,
1125Sun cheval broche e muntet un lariz,
Franceis apelet, un sermun lur ad dit :
« Seignurs baruns, Carles nus laissat ci ;
Pur nostre rei devum nus ben murir.
Chrestientet aidez a sustenir !
1130Bataille avrez, vos en estes tuz fiz,
Kar a voz oilz veez les Sarrazins.
Clamez vos culpes, si preiez Deu mercit !
Asoldrai vos pur voz anmes guarir.
Se vos murez, esterez seinz martirs,
1135Sieges avrez el greignor pareïs. »
Franceis de[s]cendent, a tere se sunt mis,
E l’arcevesque de Deu les beneïst :
Par penitence les cumandet a ferir.
XCF  ranceis se drecent, si se metent sur piez.
1140Ben sunt asols e quites de lur pecchez,
E l’arcevesque de Deu les ad seignez ;
Puis sunt muntez sur lur curanz destrers.
Adobez sunt a lei de chevalers
E de bataille sunt tuit apareillez.
1145Li quens Rollant apelet Oliver :
« Sire cumpainz, mult ben le saviez
Que Guenelun nos ad tuz espiez ;
Pris en ad or e aveir e deners.
Li emperere nos devreit ben venger.
1150Li reis Marsilie de nos ad fait marchet ;

Mais as espees l’estuvrat esleger. » AOI.
XCIA  s porz d’Espaigne en est passet Rollant
Sur Veillantif, sun bun cheval curant.
Portet ses armes, mult li sunt avenanz,
1155Mais sun espiet vait li bers palmeiant,
Cuntre le ciel vait la mure turnant,
Laciet en su un gunfanun tut blanc ;
Les renges li batent josqu’as mains.
Cors ad mult gent, le vis cler e riant.
1160Sun cumpaignun apres le vait sivant,
E cil de France le cleiment a guarant.
Vers Sarrazins reguardet fierement
E vers Franceis humeles e dulcement,
Si lur ad dit un mot curteisement :
1165« Seignurs barons, suef pas alez tenant !
Cist paien vont grant martirie querant.
Encoi avrum un eschec bel e gent :
Nuls reis de France n’out unkes si vaillant. »
A cez paroles vunt les oz ajustant. AOI.
1170XCIID  ist Oliver : « N’ai cure de parler.
Vostre olifan ne deignastes suner,
Ne de Carlun mie vos n’en avez.
Il n’en set mot, n’i ad culpes li bers.
Cil ki la sunt ne funt mie a blasmer.
1175Kar chevalchez a quanque vos puez !
Seignors baruns, el camp vos retenez !
Pur deu vos pri, ben seiez purpensez
De colps ferir, de receivre e (de) duner !

L’enseigne Carle n’i devum ublier. »
1180A icest mot sunt Franceis escriet.
Ki dunc oïst « Munjoie » demander,
De vasselage li poüst remembrer.
Puis si chevalchent, Deus ! par si grant fiertet !
Brochent ad ait pur le plus tost aler,
1185Si vunt ferir, que fereient il el ?
E Sarrazins nes unt mie dutez ;
Francs e paiens, as les vus ajustez.
XCIIIL  i nies Marsilie, il ad a num Aelroth ;
Tut premereins chevalchet devant l’ost.
1190De noz Franceis vait disant si mals moz :
« Feluns Franceis, hoi justerez as noz,
Traït vos ad ki a guarder vos out.
Fols est li reis ki vos laissat as porz.
Enquoi perdrat France dulce sun los,
1195Charles li magnes le destre braz del cors. »
Quant l’ot Rollant, Deus ! si grant doel en out !
Sun cheval brochet, laiset curre a esforz,
Vait le ferir li quens quanque il pout.
L’escut li freint e l’osberc li desclot,
1200Trenchet le piz, si li briset les os,
Tute l’eschine li desevret del dos,
Od sun espiet l’anme li getet fors,
Enpeint le ben, fait li brandir le cors,
Pleine sa hanste del cheval l’abat mort,
1205En dous meitiez li ad briset le col ;

Ne leserat, ço dit, que n’i parolt :
« Ultre culvert ! Carles n’est mie fol,
Ne traïsun unkes amer ne volt.
Il fist que proz qu’il nus laisad as porz :
1210Oí n’en perdrat France dulce sun los.
Ferez i, Francs, nostre est li premers colps !
Nos avum dreit, mais cist glutun unt tort. » AOI.
XCIVU  n duc i est, si ad num Falsaron :
Icil er[t] frere al rei Marsiliun ;
1215Il tint la tere Datliun e Balbiun.
Suz cel nen at plus encrisme felun.
Entre les dous oilz mult out large le front,
Grant demi pied mesurer i pout hom.
Asez ad doel quant vit mort sun nevold,
1220Ist de la prese, si se met en bandun,
E se s’escriet l’enseigne paienor ;
Envers Franceis est mult cuntrarius :
« Enquoi perdrat France dulce s’onur ! »
Ot le Oliver, sin ad mult grant irur ;
1225Le cheval brochet des oriez esperuns,
Vait le ferir en guise de baron.
L’escut li freint e l’osberc li derumpt,
El cors li met les pans del gunfanun,
Pleine sa hanste l’abat mort des arçuns ;
1230Guardet a tere, veit gesir le glutun,
Si li ad dit par mult fiere raison :
« De voz manaces, culvert, jo n’ai essoign.
Ferez i, Francs, kar tres ben les veincrum ! »

– « Munjoie ! » escriet, ço est l’enseigne Carlun. AOI.
1235XCVV  ns reis i est, si ad num Corsablix :
Barbarins est, d’un estra[n]ge païs.
Si apelad les altres Sarrazins :
« Ceste bataille ben la puum tenir,
Kar de Franceis i ad asez petit.
1240Cels ki ci sunt devum aveir mult vil ;
Ja pur Charles n’i ert un sul guarit :
Or est le jur qu’els estuvrat murir. »
Ben l’entendit li arc[e]vesques Turpin.
Suz ciel n’at hume que [tant] voeillet haïr ;
1245Sun cheval brochet des esperuns d’or fin,
Par grant vertut si l ’est alet ferir.
L’escut li freinst, l’osberc li descumfist,
Sun grant espiet par mi le cors li mist,
Empeint le ben, que mort le fait brandir,
1250Pleine sa hanste l’abat mort el chemin.
Guardet arere, veit le glutun gesir,
Ne laisserat que n’i parolt, ço dit :
« Culvert paien, vos i avez mentit !
Carles, mi sire, nus est guarant tuz dis ;
1255Nostre Franceis n’unt talent de fuïr.
Voz cumpaignuns feruns trestuz restifs ;
Nuveles vos di : mort vos estoet susfrir.
Ferez, Franceis ! Nul de vus ne s’ublit !
Cist premer colp est nostre, Deu mercit ! »
1260– « Munjoie ! » escriet por le camp retenir.
XCVIE  ngelers fiert Malprimis de Brigal ;

Sis bons escuz un dener ne li valt :
Tute li freint la bucle de cristal,
L’une meitiet li turnet cuntreval ;
1265L’osberc li rumpt entresque a la charn,
Sun bon espiet enz el cors li enbat.
Li paiens chet cuntreval a un quat ;
L’anme de lui en portet Sathanas. AOI.
XCVIIE   sis cumpainz Gerers fiert l’amurafle :
1270L’escut li freint e l’osberc li desmailet,
Sun bon espiet li me(n)t en la curaille,
Empeint le bien, par mi le cors li passet,
Que mort l’abat el camp, pleine sa hanste.
Dist Oliver : « Gente est nostre bataille ! »
1275XCVIIIS  ansun li dux, (il) vait ferir l’almaçur :
L’escut li freinst, ki est a flurs e ad ór,
Li bons osbercs ne li est guarant prod,
Trenchet li le coer, le firie e le pulmun,
Que l’abat [mort], qui qu’en peist u qui nun.
1280Dist l’arcevesque : « Cist colp est de baron ! »
XCIXE   Anseïs laiset le cheval curre,
Si vait ferir Turgis de Turteluse ;
L’escut li freint desuz l’oree bucle,
De sun osberc li derumpit les dubles,
1285Del bon espiet el cors li met la mure,
Empeinst le ben, tut le fer li mist ultre,
Pleine sa hanste el camp mort le tresturnet.
Ço dist Rollant : « Cist colp est de produme ! »
CE  t Engelers li Guascuinz de Burdele

1290Sun cheval (…) brochet, si li laschet la resne,
Si vait ferir Escremiz de Valterne :
L’escut del col li freint e escantelet,
De sun osberc li rumpit la ventaille,
Sil fiert el piz entre les dous furceles,
1295Pleine sa hanste l’abat mort de la sele ;
Apres li dist : « Turnet estes a perdre ! » AOI.
CIE   Gualter fie[r]t un paien, Estorgans,
Sur sun escut en la pene devant,
Que tut li trenchet le vermeill e le blanc ;
1300De sun osberc li ad rumput les pans,
El cors li met sun bon espiet tre[n]chant,
Que mort l’abat de sun cheval curant.
Apres li dist : « Ja n’i avrez guarant ! »
CIIE   Berenger, il fiert Astramariz :
1305L’escut li freinst, l’osberc li descumfist,
Sun fort escut par mi le cors li mist,
Que mort l’abat entre mil Sarrazins.
Des.XII. pers li.X. en sunt ocis ;
Ne mes que dous n’en i ad remes vifs ;
1310Ço est Chernubles e li quens Margariz.
CIIIM  argariz est mult vaillant chevalers,
E bels e forz e isnels e legers.
Le cheval brochet, vait ferir Oliver :
L’escut li freint suz la bucle d’or mer,
1315Lez le costet li conduist sun espiet.
Deus le guarit, qu’el(l) cors ne l’ad tuchet.
La hanste fruisset, mie n’en a(d)[b]atiet.

Ultre s’en vait, qu’il n’i ad desturber ;
Sunet sun gresle pur les soens ralier.
1320CIVL  a bataille est merveilluse e cumune.
Li quens Rollant mie ne s’asoüret,
Fiert de l’espiet tant cume hanste li duret ;
A.XV. cols l’ad fraite e […] perdue,
Trait Durendal, sa bone espee nue,
1325Sun cheval brochet, si vait ferir Chernuble :
L’elme li freint u li carbuncle luisent,
Trenchet la cors e la cheveleüre,
Si li trenchat les oilz e la faiture,
Le blanc osberc, dunt la maile est menue,
1330E tut le cors tresqu’en la furcheüre,
Enz en la sele, ki est a or batue ;
El cheval est l’espee aresteüe,
Trenchet l’eschine, hunc n’i out quis [joi]nture,
Tut abat mort el pred sur l’erbe drue ;
1335Apres li dist : « Culvert, mar i moüstes !
De Mahumet ja n’i avrez aiude.
Par tel glutun n’ert bataille oi vencue. »
CVL  i quens Rollant par mi le champ chevalchet,
Tient Durendal, ki ben trenchet e taillet,
1340Des Sarrazins lur fait mult grant damage.
Ki lui veïst l’un geter mort su[r] l’altre,
Li sanc tuz clers gesir par cele place !
Sanglant en ad e l’osberc e [la] brace,
Sun bon cheval le col e les [es]palles.
1345E Oliver de ferir ne se target,

Li.XII. per n’en deivent aveir blasme,
E li Franceis i fierent e si caplent.
Moerent paien e alquanz en i pasment.
Dist l’arcevesque : « Ben ait nostre barnage ! »
1350– « Munjoie ! » escriet, ço est l’enseigne Carle. AOI.
CVIE   Oliver chevalchet par l’estor,
Sa hanste est frait, n’en ad que un trunçun,
E vait fer(en)[ir] un paien, Malun :
L’escut li freint, ki est ad or e a flur,
1355Fors de la teste li met les oilz ansdous,
E la cervele li chet as piez desuz ;
Mort le tresturnet od tut.VII.C. des lur.
Pois ad ocis Turgis e Esturguz ;
La hanste briset e esclicet josqu’as poinz.
1360Ço dist Rollant : « Cumpainz, que faites vos ?
En tel bataille n’ai cure de bastun ;
Fers e acers i deit aveir valor.
U est vostre espee, ki Halteclere ad num ?
D’or est li helz e de cristal li punz. »
1365– « Ne la poi traire, » Oliver li respunt,
« Kar de ferir oi jo si grant bosoign. » AOI.
CVIID  anz Oliver trait ad sa bone espee,
Que ses cumpainz Rollant li ad tant demandee,
E il li ad cum chevaler mustree.
1370Fiert un paien, Justin de Val Ferree :
Tute la teste li ad par mi sevree,
Trenchet le cors e [la] bronie safree,
La bone sele, ki a ór est gemmee,

E al ceval a l’eschine trenchee ;
1375Tut abat mort devant loi en la pree.
Ço dist Rollant : « Vos receif jo, frere !
Por itels colps nos eimet li emperere. »
De tutes parz est « Munjo[i]e » escriee. AOI.
CVIIIL  i quens Gerins set el ceval Sorel
1380E sis cumpainz Gerers en Passecerf,
Laschent lor reisnes, brochent amdui a ait,
E vunt ferir un paien, Timozel,
L’un en l’escut e li altre en l’osberc,
Lur dous espiez enz el cors li unt frait,
1385Mort le tresturnent tres enmi un guaret,
Ne l’oï dire ne jo mie nel sai
Liquels d’els dous en fut li plus isnels.
Esprieres icil fut filz Burdel,
..........................
1390E l’arcevesque lor ocist Siglorel,
L’encanteür ki ja fut en enfer :
Par artimal l’i cundoist Jupiter.
Ço dist Turpin : « Icist nos ert forsfait. »
Respunt Rollant : « Vencut est le culvert.
1395Oliver, frere, itels colps me sunt bel ! »
CIXL  a bataille est aduree endementres.
Franc e paien merveilus colps i rendent.
Fierent li un, li altre se defendent.
Tant hanste i ad e fraite e sanglente,
1400Tant gunfanun rumpu e tant enseigne !
Tant bon Franceis i perdent lor juvente !
Ne reverrunt lor meres ne lor femmes,

Ne cels de France ki as porz les atendent. AOI.
Karles li magnes en pluret, si se demente.
1405De ço qui calt ? N’en avrunt sucurance.
Malvais servis[e] le jur li rendit Guenes,
Qu’en Sarraguce sa maisnee alat vendre ;
Puis en perdit e sa vie e ses membres ;
El plait ad Ais en fut juget a prendre,
1410De ses parenz ensembl’od lui tels trente
Ki de murir nen ourent esperance. AOI.
CXL  a bataille est merveilluse e pesant ;
Mult ben i fiert Oliver e Rollant,
Li arcevesques plus de mil colps i rent,
1415Li.XII. per ne s’en targent nient,
E li Franceis i fierent cumunement.
Moerent paien a miller(e)[s] e a cent ;
Ki ne s’en fuit de mort n’i ad guarent ;
Voillet o nun, tut i laisset sun tens.
1420Franceis i perdent lor meillors guarnemenz ;
Ne reverrunt lor peres ne lor parenz
Ne Carlemagne, ki as porz les atent.
En France en ad mult merveillus turment ;
Orez i ad de tuneire e de vent,
1425Pluies e gresilz desmesureement ;
Chiedent i fuildres e menut e suvent,
E terremoete ço i ad veirement.
De seint Michel de(l) P(aris)[eril] josqu’as Seinz
Des Besençun tresqu’as [port] de Guitsand
1430N’en ad recet dunt del mur ne cravent.

Cuntre midi tenebres i ad granz ;
N’i ad clartet, se li ciels nen i fent.
Hume nel veit,ki mult ne s espaent.
Dient plusor : « Ço est li definement,
1435La fin del secle ki nus est en present. »
Il nel sevent, ne dient veir nient :
Ço est li granz dulors por la mort de Rollant.
CXIF  ranceis i unt ferut de coer e de vigur ;
Paien sunt morz a millers e a fuls :
1440De cent millers n’en poent guarir dous.
Rollant dist : « Nostre hume sunt mult proz :
Suz ciel n’ad home plus en ait de meillors. »
Il est escrit en la Geste Francor
Que vassals ad li nostre empereür.
1445Vunt par le camp, si requerent les lor,
Plurent des oilz de doel e de tendrur
Por lor parenz par coer e par amor.
Li reis Marsilie od sa grant ost lor surt. AOI.
CXIIM  arsilie vient par mi une valee
1450Od sa grant ost que il out asemblee.
.XX. escheles ad li reis anumbrees.
Lacent cil’elme as perres d’or gemmees,
E cil escuz e cez bronies sasfrees ;
.VII. milie graisles i sunent la menee :
1455Grant est la noise par tute la contree.
Ço dist Rollant : « Oliver, compaign, frere,
Guenes li fels ad nostre mort juree ;
La traïsun ne poet estre celee ;

Mult grant venjance en prendrat l’emperere.
1460Bataille avrum e forte [e] aduree,
Unches mais hom tel ne vit ajustee.
Jo i ferrai de Durendal, m’espee,
E vos, compainz, ferrez de Halteclere.
En tanz lius les avum nos portees !
1465Tantes batailles en avum afinees !
Male chançun n’en deit estre cantee. » AOI.
CXIIIM  arsilies veit de sa gent le martirie,
Si fait suner ses cors e ses buisines,
Puis si chevalchet od sa grant ost banie.
1470Devant chevalchet un Sarrasin, Abisme :
Plus fel de lui n’out en sa cumpagnie.
Te(t)ches ad males e mult granz felonies ;
Ne creit en Deu, le filz sainte Marie ;
Issi est neirs cume peiz ki est demise ;
1475Plus aimet il traïsun e murdrie
Qu’(e) il ne fesist trestut l’or de Galice ;
Unches nuls hom nel vit juer ne rire.
Vasselage ad e mult grant estultie :
Por ço est drud al felun rei Marsilie ;
1480Sun dragun portet a qui sa gent s’alient.
Li arcevesque ne l’amerat ja mie ;
Cum il le vit, a ferir le desiret.
Mult quiement le dit a sei meïsme :
« Cel Sarraz[in] me semblet mult herite :
1485Mielz est mult que jo l’alge ocire.
Unches n’amai cuard ne cuardie. » AOI.


CXIVL  i arcevesque cumencet la bataille.
Siet el cheval qu’il tolit a Grossaille,
Ço ert uns reis qu’l ocist en Denemarche.
1490Li destrers est e curanz e aates,
Piez ad copiez e les gambes ad plates,
Curte la quisse e la crupe bien large,
Lungs les costez e l’eschine ad ben halte,
Blanche la cue e la crignete jalne
1495Petites les oreilles, la teste tute falve ;
Beste nen est nule ki encontre lui alge.
Li arcevesque brochet par tant grant vasselage :
Ne laisserat qu’Abisme nen asaillet ;
Vait le ferir en l’escut amiracle :
1500Pierres i ad, ametistes e topazes,
Esterminals e carbuncles ki ardent ;
En Val Metas li dunat uns diables,
Si li tramist li amiralz Galafes.
Turpins i fiert, ki nient ne l’esparignet,
1505Enpres sun colp ne quid que un dener vaillet,
Le cors li trenchet tres l’un costet qu’a l’altre,
Que mort l’abat en une voide place.
Dient Franceis : « Ci ad grant vasselage !
En l’arcevesque est ben la croce salve. »

Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/55 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/56 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/57 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/58 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/59 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/60 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/61 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/62 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/63 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/64 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/65 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/66 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/67 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/68 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/69 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/70 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/71 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/72 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/73 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/74 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/75 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/76 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/77 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/78 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/79 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/80 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/81 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/82 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/83 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/84 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/85 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/86 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/87 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/88 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/89 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/90 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/91 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/92 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/93 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/94 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/95 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/96 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/97 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/98 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/99 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/100 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/101 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/102 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/103 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/104 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/105 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/106 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/107 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/108 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/109 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/110 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/111 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/112 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/113 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/114 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/115 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/116 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/117 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/118 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/119 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/120 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/121 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/122 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/123 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/124 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/125 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/126 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/127 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/128 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/129 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/130 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/131 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/132 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/133 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/134 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/135 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/136 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/137 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/138 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/139 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/140 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/141 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/142 Page:La Chanson de Roland - MS Oxford.djvu/143