La Chanson des gueux/La gloire des insectes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


VIII

LA GLOIRE DES INSECTES


C’est avril. C’est midi. La terre a mis son châle
De verdure et de fleurs au dessin ondoyant,
Et le ciel tend sur elle un dais de velours pâle
Que le soleil retient d’un clou d’or flamboyant.

La nature fredonne un vieux chant de nourrice
Et brode une layette en merveilleux festons ;
Car elle sent les fruits germer dans sa matrice
Et le lait de la sève arrondir ses tétons.

Nous, ses fils orgueilleux, les chefs de la famille,
Nous croyons être seuls bercés sur ses genoux.
Nous oublions toujours que son giron fourmille
De plus petits enfants aussi choyés que nous.

Si parfois nous pensons à nos frères, les brutes,
Qui devraient être rois étant les premiers nés,
C’est pour nous souvenir qu’après d’ardentes luttes
Nous volâmes leur droit d’aînesse à ces aînés.


Si nous pensons aux soins que prend d’eux la nature,
C’est pour nous figurer qu’à nous, ses Benjamins,
Comme une ménagère apprêtant la pâture
Elle veut les offrir engraissés par ses mains.

Mais quant au peuple obscur des petits, des insectes,
Qu’elle les aime ou non, nul ne veut le savoir.
Poussière d’avortons nés de larves infectes,
Nous les méprisons trop pour chercher à les voir.

Or, comme je rêvais ainsi, couché dans l’herbe,
Voulant que de moi seul la nature eût souci,
Tandis que je cuvais le vin de ma superbe,
Une petite voix m’a bourdonné ceci :

*

————Es-tu poète ? Mets ensemble
————Le plus clair cristal, qui te semble
——————Un pleur du ciel,
————L’opale dont l’éclat se gaze
————Sous un lait trouble, la topaze
——————Couleur de miel,

————L’émeraude qui dans sa flamme
————A l’air de faire brûler l’âme
——————Du printemps vert,
————L’escarboucle de sang trempée
————Pareille à la goutte échappée
——————D’un cœur ouvert,


————Le saphir sombre qui scintille
————Plus que les yeux bleus d’une fille
——————Près d’un amant,
————Mets le roi de toutes ces pierres,
————Devant qui tu clos tes paupières,
——————Le diamant,

————Que pour toi ce trésor s’arrange
————En une mosaïque étrange
——————Aux tons divers,
————Que ces belles choses sans nombre
————De leurs feux illuminent l’ombre.
——————De tous tes vers,

————Combine d’une main savante,
————Imagine, compose, invente,
——————Refais, refonds,
————Sers-toi des poinçons et des limes,
————Et que tes dessins soient sublimes
——————Et soient profonds,

————Quand ton œuvre sera finie,
————Malgré l’effort de ton génie,
——————Tous tes cadeaux
————Ne pourront remplacer encore
————Ceux dont la nature décore
——————Mon petit dos.


————Je fais mon nid dans une feuille.
————Un enfant, pour peu qu’il le veuille,
——————Du bout du doigt
————Peut briser ma feuille et ma vie.
————Pourtant je suis digne d’envie,
——————Même pour toi.

————La nature, la mère auguste,
————N’est pas une marâtre injuste
——————Comme tu dis,
————Et pour d’autres que pour les hommes
————Elle a fait du monde où nous sommes
——————Un paradis.

————À qui donc sont les bois, la mousse,
————Les champs, les prés, le grain qui pousse,
——————L’herbe qui poind ?
————Est-ce à toi, né dans une ville,
————À toi dont la charogne est vile
——————Et ne sert point ?

————Ou bien aux bêtes mes compagnes,
————Les seuls hôtes qui des campagnes
——————Soient coutumiers,
————Elles qui vivent des prairies
————Et qui les font toutes fleuries
——————De leurs fumiers ?


————Ou bien est-ce à moi, le gueux libre,
————Soûl d’azur et dont l’aile vibre
——————En plein soleil,
————Moi qui l’été m’amuse et rôde,
————Qui l’hiver sous la terre chaude
——————Dors mon sommeil,

————Et qui cours joyeux par la plaine,
————Mangeant à ma guise, sans peine
——————Et sans remords,
————Suivant la Mort épouvantable
————Qui partout dresse sur ma table
——————La chair des morts ?

————Lorsque je vis à ne rien faire,
————Toi, tu travailles, pauvre hère,
——————Jusqu’au tombeau.
————La sueur te brûle et te sale.
————Ton corps est laid, ton corps est sale.
——————Moi je suis beau.

*

Et je vis, sur ma main, bourdonnant de colère,
Un être merveilleux et pourtant tout petit.
Ce rien du tout luisait comme un spectre solaire.
C’était un scarabée. Il eut peur et partit.