Le Lion et le Rat

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis La Colombe et la Fourmi)
Aller à : navigation, rechercher

Claude Barbin & Denys Thierry (pp. 109-112).

Chauveau - Fables de La Fontaine - 02-11.png




XII.

Le Lion & le Rat.


XI.

La Colombe & la Fourmy.




Il faut autant qu’on peut obliger tout le monde.
On a ſouvent beſoin d’un plus petit que ſoy.

De cette verité deux Fables feront foy,
Tant la choſe en preuves abonde.
Entre les pattes d’un Lion,
Un Rat ſortit de terre aſſez à l’étourdie.
Le Roy des animaux en cette occaſion
Montra ce qu’il eſtoit, & luy donna la vie.
Ce bienfait ne fut pas perdu.
Quelqu'un auroit-il jamais crû
Qu’un Lion d’un Rat eût affaire ?
Cependant il avint qu’au ſortir des foreſts,
Ce Lion fut pris dans des rets,
Dont ſes rugiſſemens ne le pûrent défaire.
Sire Rat accourut ; & fit tant par ſes dents,
Qu’une maille rongée emporta tout l’ouvrage.
Patience & longueur de temps
Font plus que force ny que rage.


L’autre exemple eſt tiré d’animaux plus petits.
Le long d’un clair ruiſſeau beuvoit une Colombe :
Quand ſur l’eau ſe panchant une Fourmy y tombe.
Et dans cet Ocean l’on euſt vû la Fourmy
S’efforcer, mais en vain, de regagner la rive.
La Colombe auſſi-toſt uſa de charité.
Un brin d’herbe dans l’eau par elle eſtant jetté,
Ce fut un promontoire où la Fourmy arrive.
Elle ſe ſauve ; & là-deſſus
Paſſe un certain Croquant qui marchoit les pieds nus.
Ce Croquant par hazard avoit une arbaleſte.

Dés qu’il void l’Oiſeau de Venus
Il le croit en ſon pot, & déja luy fait feſte.
Tandis qu’à le tuer mon Villageois s’appreſte,
La Fourmy le picque au talon.
Le Vilain retourne la teſte.
La Colombe l’entend, part, & tire de long.
Le ſouper du Croquant avec elle s’envole :
Point de Pigeon pour une obole.