La Contre-Guérilla française au Mexique, souvenirs des terres chaudes/01

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
LA
CONTRE-GUERILLA FRANCAISE
AU MEXIQUE
SOUVENIRS DES TERRES CHAUDES

I.
LA GUERRE DE PARTISANS DANS L'ETAT DE VERA-CRUZ

En France comme au Mexique, on a beaucoup parlé de ce corps irrégulier qui porte aujourd’hui le nom de contre-guérilla française. La contre-guérilla, il faut le dire, a versé beaucoup de sang dans les états où elle a guerroyé, Vera-Cruz et Tamaulipas ; mais elle en a perdu beaucoup aussi. On saura mieux plus tard si elle a rendu des services au milieu de ses luttes et de ses souffrances de chaque jour. Pour nous, en retraçant le passé de ce corps de partisans d’après quelques notes dignes de foi, comme aussi d’après nos propres souvenirs d’officier de la contre-guérilla, nous n’avons qu’un but, celui de dire la vérité sur un nouvel épisode de l’histoire militaire de notre temps.

A ce point de vue tout spécial de l’histoire militaire, le rôle de la contre-guérilla française au Mexique offre plus d’un incident qu’il importe de ne pas négliger. En général, l’art de la guerre est régi par des lois fixes, déterminées, qui ne se modifient que lentement sous l’action des nouvelles découvertes ou du perfectionnement des armes à feu à longue portée. Les corps réguliers qui composent les armées sont les instrumens naturels de la stratégie, et grâce aux principes de tactique militaire ils doivent, après des marches et des contre-marches savantes, arriver à heure dite et à point nommé sur les vastes champs de bataille de l’Europe. Dans ce duel en champ clos, les masses concentrées s’entre-choquent : c’est Austerlitz ou Waterloo ; mais il est des temps et des pays où la lutte prend forcément un autre caractère. L’ennemi, qui se sent incapable de résister en ligne aux troupes aguerries, abandonne brusquement les voies tracées par la grande guerre, il éparpille ses forces ; servi par sa connaissance exacte des lieux, il profite des moindres accidens de terrain. Si le climat est dans certaines zones malsain pour l’assaillant, il y appelle la défense et se fait insaisissable, tout en harcelant son adversaire. La guerre de partisans est inaugurée. C’est alors que les corps réguliers, grosses machines difficiles à mouvoir, cèdent la place à des corps irréguliers qui ont leur raison d’être dans leur indépendance même et leur légèreté.

La conquête de l’Algérie a produit les tirailleurs algériens et les spahis. La Crimée a vu naître nos bachi-bozouks de la Dobrutscha, trop cruellement décimés par les maladies [1]. Au Sénégal, en Chine et en Cochinchine, les contingens français se sont adjoint des troupes auxiliaires spéciales. La création d’une contre-guérilla au Mexique était donc recommandée par des exemples justement célèbres et nécessitée de plus par l’état du pays. Au Mexique comme autrefois en Espagne, dès l’arrivée des Français, des guérillas ou bandes de partisans s’étaient levées sur tous les points du territoire. L’armée française n’en marcha pas moins sur Puebla ; mais les guérillas augmentaient en nombre et en audace. On fit alors appel aux hommes de bonne volonté de toutes nations, surtout aux Mexicains et aux Français ; les contre-guérillas se levèrent à leur tour. Une mission difficile était confiée à leur courage et à leur dévouement : l’extinction du banditisme, qui aujourd’hui encore désole le Mexique sous le prétendu drapeau de l’indépendance. Les atrocités qu’on allait avoir à punir n’avaient rien de commun avec la défense toujours légitime d’un peuple contre l’invasion étrangère ; elles devaient être poursuivies sans pitié ni merci.


I

Le territoire de l’empire mexicain se divise, on le sait, en trois zones distinctes. La première, connue sous le nom de terres chaudes (terras calientes), comprend tout le littoral de la mer, et s’enfonce d’une vingtaine de lieues environ dans l’intérieur du pays. Baignées du côté de l’Océan par le golfe du Mexique, et sur le versant opposé par les eaux du Pacifique, ces terres chaudes, dont le niveau dépasse à peine celui de la mer, ne méritent que trop bien leur nom ; c’est un séjour brûlant, exposé sans défense à toute la furie du soleil, et d’une insalubrité proverbiale qu’entretiennent à la fois les miasmes des marécages et la végétation luxuriante des forêts vierges. — La seconde zone comprend les terres tempérées (terras templadas), qui s’élèvent peu à peu en gravissant les premières pentes de la chaîne des Cordillères, et dont les riches cultures réunissent les produits du midi de l’Europe aux fruits des tropiques. — Enfin les terres froides (terras frias) appartiennent aux hauts plateaux qui s’étendent depuis le pic d’Orizaba jusqu’au pic de Colima. De ces deux points culminans, qui dominent les deux versans opposés du Mexique, se découvrent les deux mers qui baignent ses rives. Sur ces hauts plateaux sont bâties les villes principales, Mexico, Puebla et Guadalajara. On y retrouve toutes les essences d’arbres qui caractérisent les contrées septentrionales.

En 1862, lorsque pour appuyer les réclamations de leurs nationaux les flottes alliées de l’Angleterre, de l’Espagne et de la France se dirigèrent vers le Mexique, c’est au port de Vera-Cruz, situé au fond du golfe, qu’elles vinrent débarquer. On sait qu’après la rupture de la convention de la Soledad, qui entraîna la retraite des forces anglaises et espagnoles, le petit corps expéditionnaire français resta seul pour attaquer la république mexicaine, défendue par son président Juarès. Nos troupes se mirent en marche, s’éloignèrent des terres chaudes tout en conservant leurs communications en arrière avec Vera-Cruz, le port de ravitaillement, traversèrent la zone tempérée, et gravirent les terres froides à travers les escarpemens des Cumbres jusqu’au plateau d’Anahuac, où la ville de Puebla se préparait à repousser les Français. Soixante lieues séparent Puebla de la Vera-Cruz. Le 5 mai 1862, la division française du général de Lorencez soutenait une lutte héroïque sous les murs de Puebla, et, après avoir escaladé sous la mitraille les hauteurs des forts Guadalupe et Loreto, accablée par le nombre et par un effroyable orage, elle battait en retraite. Pour venger l’échec du 5 mai, le gouvernement impérial faisait partir aussitôt un corps d’armée de trente mille hommes, sous les ordres du général Forey, chargé d’aller planter le drapeau national dans la capitale même du Mexique.

Au mois d’octobre 1862, le général Forey arrivait de France et prenait le commandement de l’expédition ; mais lorsqu’il eut porté ses deux divisions françaises sur les hauts plateaux pour préparer le siège de la ville de Puebla, il devint évident qu’une guerre de partisans, organisée par les juaristes dans les terres chaudes, allait se poursuivre à côté de la guerre régulière, et qu’elle exigerait de notre part l’emploi de moyens exceptionnels. Le terrain choisi par les bandes des partisans mexicains était un heureux point de ralliement. Les terres chaudes, le long du parcours suivi par l’armée française, étaient couvertes de bois et de broussailles favorables aux embuscades. Les ardeurs d’un climat embrasé et nouveau pour nos soldats décimaient les escortes d’infanterie et de cavalerie chargées de protéger les convois, embourbés souvent dans des chemins impraticables. Les traînards, accablés par la soif ou épuisés par la marche, étaient achevés par les guérilleros, qui bientôt massacraient les voyageurs et les femmes après les avoir cruellement outragés.

Le 14 février 1863, après avoir repoussé une attaque des lanciers rouges, éclaireurs de l’armée mexicaine descendus de la ville de Tepeaca, la division Douay campait échelonnée sur le plateau d’Anahuac. De l’autre côté de la Sierra-Malinche au front neigeux [2], la division Bazaine couvrait toutes les pentes de la route de Perote [3]. Les avant-postes des deux divisions françaises veillaient dans le silence de la nuit. Ce même soir, à vingt lieues en arrière de l’armée, sur la route de la Vera-Cruz à Puebla, il y avait bal. Les salons de M. de Saligny, ministre de France, séjournant à Orizaba, étaient en fête. Pendant les danses, le général Forey, commandant en chef de l’armée du Mexique, se détacha de son état-major et s’approcha du colonel Du Pin, récemment arrivé de France. — Colonel, lui dit-il, les terres chaudes sont infestées de bandits : nos convois sont journellement attaqués, les voyageurs sont dévalisés ou assassinés ; les communications sont trop souvent coupées. J’ai jeté les yeux sur vous pour nous débarrasser de ces brigands. Je vous donne le commandement des contre-guérillas des terres chaudes. Il s’agit d’assurer la sécurité du pays et la marche des convois de l’armée pendant que je serai occupé au siège de Puebla, que je vais entreprendre prochainement. — Le colonel Du Pin demanda au général ses instructions. On lui donnait pleins pouvoirs ; il n’avait qu’à poursuivre à outrance les bandits et à purger le pays. Le bal continuait cependant : au son des notes languissantes de la havanaise, les couples se croisaient sans cesse ; parmi les belles Mexicaines qui s’abandonnaient à l’enivrement de la valse, plusieurs eussent pâli si l’ordre tombé des lèvres du général en chef avait frappé leurs oreilles, Une contre-guérilla française venait en effet d’être décrétée, et peut-être y avait-il ce soir-là dans les salons du ministre de France quelques chefs de guérillas travestis en galans cavaliers, dont les têtes, souriantes en cette nuit de fête, devaient plus tard grimacer au bout d’une branche.

Depuis le mois de février 1863 jusqu’au mois de mars 1865, le colonel Du Pin est resté à la tête de la contre-guérilla. Chacun a pu le voir au Mexique coiffé d’un vaste sombrero, vêtu d’une pelisse de colonel rouge ou noire, chaussé de bottes jaunes à l’écuyère avec éperons du pays, portant huit ou neuf décorations sur la poitrine, un revolver au côté, un sabre éprouvé pendu à sa selle. Il fallait un homme de forte trempe, un officier infatigable, pour mener à bien l’organisation de la contre-guérilla. Les divers éléments appelés à composer le nouveau corps de partisans étaient épars sur plusieurs points. Les Mexicains Murcia, Llorente et Figarero, transfuges ralliés à la cause française, opéraient pour leur compte avec de petites bandes dans les environs de la Soledad. Quant au corps principal des contre-guérillas dites mexicaines, il était stationné à Medellin, à quelques lieues de Vera-Cruz. M. de Stœklinen avait été le chef jusqu’alors. M. de Stœklin, Suisse d’origine, avait, au début de l’expédition de 1862, organisé spontanément une petite troupe restée indépendante, quoiqu’attachée à la cause française, et composée d’aventuriers de toutes les nations. Doué d’un grand courage personnel, il entraînait facilement ses hommes dans les bois de Vera-Cruz, et ses premières incursions furent heureuses ; mais, lorsque sa troupe vint à grossir, ses qualités militaires ne furent plus à la hauteur du commandement qui lui était confié. Quelques opérations importantes, où il déploya le plus brillant courage, restèrent sans succès et compromirent son autorité. Son mépris pour les ordres d’officiers français dont il relevait lui porta le dernier coup. La démission qu’il offrit fut acceptée ; mais il reçut en même temps la croix de la Légion-d’honneur. Un an plus tard, dans une charge où il fut abandonné des Mexicains qu’il menait au feu, M. de Stœklin tomba criblé de blessures et mourut en brave.

Le 20 février, le colonel Du Pin arrivait à Medellin pour prendre possession de son nouveau commandement. Ce fut un curieux spectacle que la revue de cette cavalerie et de cette infanterie sans uniformes. La troupe sous les armes, fièrement déguenillée, attendait rangée dans un coral [4]. Toutes les nations du monde semblaient s’être là donné rendez-vous : Français, Grecs, Espagnols, Mexicains, Américains du nord et du sud, Anglais, Piémontais, Napolitains, Hollandais et Suisses se coudoyaient. On ne pouvait pas dire que chaque pays avait envoyé à cette bizarre exposition les types les plus remarquables de sa race. Presque tous ces hommes avaient quitté leur patrie pour courir après une fortune toujours fugitive. On y trouvait le matelot désillusionné de la mer, le négrier de La Havane ruiné par le typhus destructeur de sa cargaison, l’écumeur de mer ancien compagnon du flibustier Walker, le chercheur d’or échappé d’Hermosillo aux balles qui avaient frappé Raousset-Boulbon, le chasseur de bisons venu des grands lacs, le manufacturier de la Louisiane ruiné par les Yankees. Cette bande d’aventuriers ignorait la discipline : officiers et soldats se grisaient sous la même tente ; les coups de revolver sonnaient souvent le réveil. Quant au costume, si cette troupe eût défilé, clairons en tête, sur les boulevards de Paris, on eût cru assister au passage d’une ancienne bande de truands exhumés du fond de la Cité. Le quartier, situé au bas de la rivière, entouré d’une palissade en bois dur à travers laquelle une charrette attelée aurait pu aisément se faire jour, était un cloaque infect où les hommes ne trouvaient même pas d’abri pendant les pluies de l’hivernage.

En quelques jours, des carabines rayées, des pistolets, des sabres, des effets de campement, furent distribués aux soldats. La route de la Soledad n’était rien moins que sûre, il fallait tenter au plus tôt une sortie pour la dégager ; mais les chevaux manquaient : aucune remonte ne fonctionnait faute de fonds. Il fallait pourtant faire flèche de tout bois et parer aux difficultés. L’alcade de Medellin fut mandé et sommé de trouver les piastres nécessaires, sous la condition qu’elles seraient fidèlement remboursées trois jours après sur la solde de la troupe. L’alcade se retrancha derrière une impuissance absolue ; mais, au moment de rentrer dans sa maison, il s’aperçut que sa porte venait de recevoir une garde d’honneur de dix cavaliers, dont le chef lui remit respectueusement un papier au sceau du commandement. Une heure lui était accordée pour faire ses préparatifs de départ : il lui était octroyé quelques mois de loisirs au fort de Saint-Jean-d’Ulloa, si renommé pour sa salubrité ! Une demi-heure s’était à peine écoulée, que les fonds publics, qu’on savait cachés dans sa maison, étaient versés à la caisse de la remonte. Ceci donne la mesure de la bonne volonté que les autorités mexicaines nommées par nous apportaient dans leur service. Trois jours après, l’argent fut rendu, au grand ébahissement de l’alcade, peu habitué à trouver chez les fonctionnaires mexicains une fidélité aussi scrupuleuse en matière de deniers publics.

La difficulté pour se remonter ne consistait pas seulement dans le manque d’argent. Les propriétaires des haciendas ou fermes voisines ne voulaient pas se défaire de leurs chevaux, de peur de se compromettre aux yeux des guérilleros, qu’ils redoutaient bien plus que les Français. Chaque cheval porte en quelque sorte son certificat d’origine imprimé sur sa cuisse par le fer du propriétaire. Il fallut déclarer aux hacenderos que, s’ils ne voulaient pas vendre leurs chevaux aux Français, on irait les prendre dans leurs habitations ou dans leurs pâturages, mais sans les payer. De cette façon, ils auraient réellement cédé à la force devant une razzia de guerre, et leur responsabilité serait à l’abri des représailles des guérillas. Cette menace, appuyée d’un exemple chez le plus gros propriétaire, suffit pour faire affluer les chevaux dans Medellin.

Les maisons de Medellin se groupent sur la rive droite du Rio-de-Jamapa, à trois lieues de Vera-Cruz. Un chemin de fer relie au port cette ville de jeux et de plaisirs, toute parfumée d’orangers. La sécurité des routes pour les joueurs favorisés de la fortune y est malheureusement moins grande qu’à Bade. Medellin est entourée de tous côtés de ces bois épais et odorans dont la végétation luxuriante annonce déjà les forêts vierges des plateaux du Chiquihuite. Sa garnison se composait alors, outre la contre-guérilla, d’une compagnie d’infanterie de marine et d’une vingtaine de fantassins du commandant mexicain Llorente. Toutes les nuits pourtant, la ville était attaquée par les guérillas, qui s’abritaient pour tirer derrière des haies de verdure. Dès que les balles venaient siffler aux oreilles des habitans, toutes les portes se fermaient, et la garnison ne bougeait pas de ses positions. Le système de guerre fut changé : on résolut de passer de la défensive à l’offensive.

Le 3 mars 1863, à la tombée de la nuit, un Espagnol, du nom de Perez Lorenzo, se présentait à la grand’garde. De grosses larmes coulaient de ses yeux ; sa figure pâle et maigre accusait la douleur. Il demanda à être reçu en particulier par le colonel. A peine introduit dans sa tente : « Veux-tu me venger ? lui dit-il. J’avais une maisonnette entourée de jardins dont je portais les fruits à Vera-Cruz et à Medellin ; j’avais une jeune femme de dix-huit ans que j’avais aimée et épousée à La Havane ; elle était enceinte de six mois. Hier, la guérilla commandée par don Juan Pablo, lieutenant des bandes de Jamapa, est entrée dans ma maison, m’a attaché à un poteau ; ils ont violé ma femme, et après lui avoir ouvert le ventre ils m’ont jeté à la face mon enfant à peine formé. Comprends-tu, colonel, pourquoi je ne me suis pas tué ? » Les larmes de l’Espagnol s’étaient taries, son regard était fixe. Lorenzo resta jusqu’à minuit enfermé avec le colonel dans sa tente ; dix minutes après sa sortie, trente cavaliers et trente fantassins attendaient des ordres en silence. Lorenzo, les mains liées derrière le dos crainte de surprise ou de trahison, servit de guide, la petite colonne se mit en route, et par un sentier de bêtes fauves se dirigea sur les ranchos [5] voisins de l’arroyo de Cañas, où se retirait quelquefois don Juan Pablo. La nuit était affreuse, il tombait une pluie torrentielle ; les visages et les mains se déchiraient aux épines du chemin. A trois heures du matin, on se précipita sur les cases ; tout était désert. Pourtant au pied d’un lit s’élevait un amas de laine fraîchement remuée, les matelas parurent suspects ; on fouilla, et grâce à la pointe du sabre qui piqua dans les chairs on trouva deux lieutenans de Juan Pablo, son beau-frère Juan Lopez et son cousin Omata. Ils faisaient tous deux partie de la bande qui la veille avait assassiné l’Espagnole. Les ranchos furent livrés aux flammes et les deux prisonniers furent passés par les armes. C’était la première carte de visite de la contre-guérilla française aux bandits des terres chaudes. A six heures du matin, la petite colonne était rentrée à Medellin sans que les habitans eussent eu avis de sa sortie.

Chaque jour, de Medellin on poussait de légères reconnaissances dans toutes les directions ; c’était désormais la guerre de partisans. Opérer par petits groupes, voir de ses propres yeux, se tenir toujours au courant des mouvemens les plus secrets de l’ennemi, déjà mieux servi que nous par les indigènes, parcourir de grandes distances en peu de temps, tomber à l’improviste sur les retraites les plus cachées, tel était le nouveau service inauguré, et qui allait former de véritables partisans, reliés à l’armée régulière par une discipline plus ferme et cette assurance d’un appui réciproque qui donne de l’audace.

Le 7 mars, du côté de Puente-Morone, un individu à cheval, à la vue de nos cavaliers débouchant subitement dans un sentier, prit la fuite à toute bride. Malgré la vitesse de son cheval, il fut arrêté. Il était porteur d’un passeport parfaitement en règle que lui avait délivré le jour même la préfecture politique de Vera-Cruz. Rien ne ressemble à un honnête homme comme un voleur. L’exhibition empressée de ses papiers fit pourtant naître quelques soupçons. Après qu’il eut été vainement fouillé, il fut déshabillé, et un soldat découvrit sous l’aisselle du bras gauche un gros paquet de capsules de guerre soigneusement caché. Le fugitif, amené à Medellin malgré ses protestations d’homme de bien, fut reconnu comme membre de la guérilla de Jamapa commandée par Antonio Diaz. Pio Quinto (c’était son nom) avait guerroyé longtemps avec les Indiens pintos [6] pour et contre le féroce Alvarez, le vieux chef d’Acapulco connu sur tout le littoral du Pacifique. Pio Quinto jouissait d’une belle réputation de coupeur de grands chemins. La qualité d’honnête homme, qu’il invoquait fit qu’on lui posa cette alternative : ou être pendu sans confession à un arbre de son choix, comme faisant partie d’une bande de braves gens pris en flagrant délit d’espionnage et de commerce de munitions de guerre, ou conduire nos soldats la nuit suivante vers la retraite de ses dignes compagnons. A ce prix, la vie lui était assurée, mais rien de plus. La crainte de mourir sans confession lui fit agréer la seconde proposition ; le désir même d’obtenir un peu plus que la vie lui arracha une confidence. Pio Quinto déclara que la nuit suivante il devait y avoir à Rodeo de Palmas une grande partie de monte, et que les principaux guérilleros s’y étaient donné rendez-vous. Avant d’arriver à ce point, ajoutait-il, le chemin menait à Rincon de Pañas, où serait sans faute embusqué un avant-poste de l’ennemi.

Ce même soir, Medellin s’amusait ; toute la société de la ville était invitée à une grande réunion ; par ordre, tous les officiers de la contre-guérilla y allèrent danser. L’ordre fut exécuté avec d’autant plus d’entrain que les Mexicaines se montraient depuis peu aussi gracieuses qu’élégantes, et que, selon toute probabilité, les guérillas paieraient les violons. A minuit, un cavalier vint annoncer au colonel que tout était prêt. Sans perdre de temps, ce dernier regagnait au galop, près du débarcadère du chemin de fer, une colonne légère composée de quarante cavaliers, de cinquante fantassins et de vingt fusiliers de marine. En écartant les branches, on entra sous bois, puis on trouva un défilé sinueux ; on était forcé de marcher un par un, sans fumer. Des arbres fraîchement coupés barraient de distance en distance le sentier, déjà trop étroit. On pouvait d’un moment à l’autre tomber dans une embuscade ; les hommes étaient peu faits encore à ces expéditions nocturnes où l’imagination grandit toujours le danger. Malgré les obstacles, tout marcha avec ordre. A deux heures du matin, on avait parcouru trois lieues. La cavalerie, lancée au galop, se précipita si rapidement sur Rincon de Pañas, qu’elle surprit, appuyée sur son fusil, une vedette qui n’eut pas le temps de faire feu. Les deux cases qui servaient de ranchos furent entourées, et presque aussitôt l’infanterie y entrait au pas de course. La première recherche n’amena d’autre découverte que celle d’une Indienne qui se tenait fièrement debout au milieu de la case, une torche de résine à la main, sans autre vêtement qu’une splendide crinoline. L’éclat de ses yeux indiquait qu’elle n’avait pas été surprise dans son sommeil malgré ce costume tout au moins léger. Un soldat, soupçonnant quelque ruse, plongea sa baïonnette dans la crinoline. Tout d’un coup à travers la fente se dressa, en faisant un bond comme un chat-tigre, un Mexicain richement vêtu de cuir et d’argent, armé d’un revolver. Au même moment, au dehors, entre les deux cases, se passait une scène digne du pinceau de Salvator Rosa. Notre nouvelle recrue, Perez Lorenzo, à la faible lueur d’un rayon de lune, avait reconnu dans la vedette enlevée sous les armes Luis de Léon, sergent de guérilleros, un des assassins de sa femme. Luis de Léon se cachait sous un faux nom. Lorenzo frotta brusquement une allumette et plaça la lumière sous la face du bandit. Le misérable avait cinq pieds huit pouces, et Lorenzo l’avait vite reconnu. Un ancien guérillero converti depuis peu, Joachim Florès, fut toutefois appelé pour constater l’identité de l’assassin. Joachim le réduisit vite au silence en accusant sa propre complicité dans trois meurtres récens commis par Luis de Léon. La lune brillait sous la feuillée, un arbre décharné était voisin : à l’aide d’un nœud coulant, le bandit fut enlevé. Lorenzo regarda longtemps une masse sombre s’agiter en l’air dans les dernières convulsions. Le souvenir de sa femme lui pesait moins : elle était vengée ; le lendemain, il disparut.

Restait l’homme de la crinoline. Deux fantassins le traînèrent devant le colonel Du Pin. Il fut constaté que c’était Julio Cara Rubio, adjoint à l’alcade de Jamapa. Ce chef, doué d’une agilité extraordinaire, glissa comme une anguille entre les mains des soldats. Se faufilant entre les jambes des chevaux, il prit la fuite. Il reçut en passant un coup de sabre et un coup de baïonnette. Deux nouveaux engagés, peu habitués à ce genre d’opérations nocturnes, firent feu sur lui. Il se précipita dans la rivière ; arrivé au fort du courant, affaibli par ses blessures, il fut entraîné et disparut dans un tourbillon. La salle de jeu était à 400 mètres de là. Les coups de fusil des deux maladroits avertirent les joueurs, qui se dispersèrent en toute hâte dans les bois. Le but principal de la sortie était manqué ; mais Pio Quinto eut la vie sauve. La colonne rentrait à cinq heures dix matin à Medellin ; la fête de nuit durait encore. Les invités furent surpris de voir défiler la troupe, qu’ils croyaient endormie dans son quartier.

Plusieurs petites expéditions conduites avec succès eurent encore lieu autour de Medellin. La ville désormais reposait tranquille : les avant-postes étaient respectés, et la sécurité des routes était rétablie dans un rayon de quatre à cinq lieues. Les guérillas avaient compris que le temps des rapines faciles était passé et que la fantasia à coups de fusil autour des faubourgs avait ses dangers. Ils songèrent alors à se réunir pour offrir des centres de résistance plus sérieux. C’était un grand pas vers la pacification du pays, car il était désirable d’avoir affaire à une troupe assez forte pour attendre ou offrir le combat, plutôt que d’être obligé de mettre chaque jour une partie de ses forces en mouvement à la poursuite de cinq ou six ennemis presque insaisissables.


II

Trois points de concentration furent choisis par les guérillas mexicaines, qui dès ce jour s’abritèrent sous le titre mensonger de forces libérales. Les villes de Jamapa, à quatre lieues de Medellin, sur la même rivière (le rio de Jamapa), de Cotastla, à deux marches de la Soledad, enfin de Tlaliscoya, au sud, à deux fortes étapes de Medellin, dont elle est séparée par deux rivières larges et profondes [7], s’organisèrent pour la résistance.

La contre-guérilla avait eu pour premier chef un homme d’une grande audace ; le succès de M. de Stœklin eût été assuré, s’il avait eu l’entente des opérations militaires. Il s’agissait maintenant d’apprendre à cette troupe ce dont elle était capable après une réorganisation conforme aux principes de la guerre. Le 16 mars, à cinq heures du soir, la population de Medellin, groupée sous les arcades et les orangers, voyait se former en ligne sur la place de l’église soixante-dix fantassins et quatre-vingts cavaliers de la contre-guérilla, précédés par vingt-six éclaireurs mexicains du commandant Murcia. Ces troupes prirent la route de Jamapa. Depuis deux ou trois jours, on avait fait à dessein circuler le bruit que cette petite localité aurait les honneurs de la première attaque. Après une lieue parcourue, on fit halte sous prétexte d’attendre le retour des espions, et à une heure du matin, après cette feinte, on rentrait dans ses quartiers.

Le lendemain 17, après avoir passé la rivière de l’Atoyac au point du jour à Paso-del-Toro, on se dirigeait vers l’hacienda de Mandigue. Les guides qui marchaient à la tête de la colonne connaissaient mal le pays ou avaient intérêt à nous égarer, car Mandigue n’est qu’à huit lieues de Medellin, et pourtant à deux heures de l’après-midi ces guides déclarèrent qu’il y avait encore quatre heures de marche. La chaleur était torride ; depuis le passage de l’Atoyac, traversé au soleil levant, pas une goutte d’eau. L’infanterie, encore peu habituée à la marche dans ces sables des terres chaudes, était épuisée et haletante ; les plus jeunes avaient l’écume à la bouche. On touchait à un désastre. Les officiers, pour redonner du courage aux soldats, mirent pied à terre et prirent la tête de la troupe ; les cavaliers cédèrent leurs montures aux traînards les plus fatigués. Vers quatre heures et demie, un puits délabré contenant un peu d’eau fut signalé : c’était la terre pour les naufragés. Après une halte d’une heure, où la soif avait été modérément apaisée, on se remit en route, et à huit heures du soir on arrivait à Mandigue. Cette hacienda, enfermée par une ceinture verdoyante de bananiers et de citronniers, est riche en ressources du pays. Trois bœufs rapidement abattus et dépecés, grillés sur les braises ardentes en plein vent, firent les frais d’un splendide repas arrosé de larges tasses de café indigène aux senteurs parfumées. Un beau ciel étoile servit de tente ; la paille de maïs, ramassée dans les sillons, offrait un lit plein de fraîcheur. Le bivouac fut bientôt silencieux, et la nuit répara les forces des hommes, si gravement éprouvées par la marche de la veille.

L’attaque de Tlaliscoya était préparée par cette pointe en pays ennemi : c’était, des trois centres occupés par les forcés libérales, le plus difficile, à enlever ; mais, aussi cette position commandait militairement les deux autres. Deux chemins se présentaient pour l’attaque. Le premier, passant par Rancho-de-Plata, demandait deux jours de marche ; de plus, avant d’arriver à la ville, il fallait traverser un bois épais et profond. Les guérillas y avaient intercepté la route sur une longueur de 400 mètres par des abatis de bois dur, derrière lesquels ils avaient placé des barricades de distance en distance. Le second tracé était plus court : on comptait six lieues à peine ; mais on devait traverser deux rivières rapides, qui n’étaient guéables en aucune saison.

Le 18 mars, à dix heures du matin, la colonne légère fut passée en revue devant le péristyle de l’hacienda. Le colonel déclara que, vu les difficultés du second tracé, il se rendrait à Tlaliscoya par Rancho-de-Plata. Tous les habitans de l’hacienda et ceux des ranchos voisins assistaient à la réunion ; les guides étaient commandés ; plusieurs espions partirent immédiatement pour avertir l’ennemi du projet de départ et de direction. Le but était atteint : les espions avaient été trompés ; aussitôt trente cavaliers se portèrent à fond de train vers la première rivière appelée Rio-de-Pozuelo, pour surprendre le bateau qui servait au passage. Le maître de Mandigue se proposa lui-même pour guide. La mission des trente cavaliers fut promptement remplie, et à une heure du soir deux brigadiers apportèrent la nouvelle qu’on s’était emparé du bateau.

Quatorze fantassins, encore sous le coup des insolations de la veille et trop faibles pour suivre le mouvement, se barricadèrent dans l’hacienda, prêts à toute surprise. La colonne se mit en marche et n’arriva qu’à quatre heures du soir sur le bord du premier cours d’eau. On organisa rapidement le va-et-vient ; l’opération était délicate, car un petit canot, creusé dans un tronc d’arbre, ne pouvait contenir que sept ou huit hommes. L’infanterie passa la première, et les plus valides furent dépêchés sans retard au pas de course pour tâcher de surprendre les bateaux de la seconde rivière. Pendant ce temps, la cavalerie hâtait à son tour son mouvement : il fallut desseller les chevaux, qui suivirent à la nage l’embarcation emportant les cavaliers.

Les hommes d’infanterie partis en éclaireurs se dérobaient sous bois, l’œil au guet, interrogeant les moindres éclaircies, cherchant à découvrir la rive de l’autre fleuve qui les séparait de Tlaliscoya. A un détour, le panorama changea brusquement. A 10 mètres au-dessous du chemin rongé par les eaux, dans un lit taillé à pic, ombragée de hautes futaies, roulait une rivière large de 120 mètres ; elle grondait au loin, grossie par les pluies de la montagne. Au bas d’une rampe, véritable escalier de chèvres, la petite baie, réservée d’ordinaire aux canots, était vide et solitaire ; le courant venait s’y briser en rejaillissant. A peine les têtes des Français eurent-elles paru au sommet de la berge escarpée, qu’elles furent accueillies par une vive fusillade partie de la rive opposée et dirigée par l’ennemi, caché derrière des barricades de balles de coton. Deux blessés tombèrent sur les feuilles mortes dont le sol était couvert. Au bruit des détonations et des clameurs des guérillas se mêlaient les cris sardoniques d’une nuée de perroquets à l’éclatant plumage, saluant le coucher du soleil et voletant à travers le feuillage aux mille nuances. Les nouveaux engagés, qui voyaient le feu pour la première fois, tiraient un peu au hasard et sans bien ajuster. Défense leur fut faite de brûler une cartouche. Quelques bons tireurs seuls, choisis et embusqués dans les touffes d’aloès, ripostèrent à l’ennemi avec précision. Les chants de triomphe cessèrent bientôt sur la rive opposée. Plusieurs partisans avaient été atteints de balles coniques qui ne pardonnent guère ; parmi eux, un cavalier à l’allure hardie, monté sur une belle jument alezane, fut renversé : une balle s’était aplatie sur la plaque de son ceinturon. A peine remis du choc, il remonta hardiment en selle ; sa monture fut tuée. Une minute après, il accourait sur un brillant étalon noir et lâchait de pied ferme son coup de carabine. La réponse à son défi fut aussi rapide que la pensée ; une balle française lui brisa l’épaule et le jeta à terre. Sa chute fut le signal de la déroute ; les embuscades les plus rapprochées de la rivière furent désertées, et beaucoup de guérilleros furent tués en traversant les éclaircies. Cet audacieux partisan qui venait de payer chèrement sa bravade était don Miguel de Cuesta, commandant en second les bandes libérales. Il survécut à sa blessure, et on le vit plus tard se rallier à l’intervention. Il faut remarquer à ce propos que le Mexicain, aussi habile à faire le coup de feu qu’à manier sa monture, parade volontiers sans peur devant les balles ; l’arme blanche exerce moins de séduction sur son tempérament.

Faute de canots, le passage n’était pas possible. L’ordre de la retraite fut donné au moment où la cavalerie avait déjà traversé le premier cours d’eau. Le maître du bateau, qui paraissait intelligent, déclara que la rivière qui couvre la ville pouvait être franchie à cheval à deux lieues en amont. Sur la promesse de quatre onces d’or (320 francs), il consentit à servir de guide. A la chute du jour, la cavalerie se mit en mouvement dans la direction du gué ; à neuf heures et demie du soir, l’infanterie devait reprendre ses positions de la journée et ouvrir son feu sur la ville par-dessus le fleuve, de manière à faire croire à une nouvelle attaque de front.

Les difficultés de cette marche de nuit furent extraordinaires. Le temps venait de changer brusquement ; des rafales de vent s’engouffrant dans les broussailles annonçaient un coup de norte [8]. Pas une étoile au ciel. La lune dans son plein, voilée par les gros nuages courant à toute vitesse, ne jetait sous bois qu’une lueur blafarde : à ses pâles rayons, on eût pu voir les cavaliers, courbés sur leurs chevaux pour éviter les tourbillons de sable soulevés par la tempête, glisser inquiets et en silence à travers des fourrés presque impénétrables. On quittait à tous momens les sentiers frayés pour éviter les ranchos, dont les habitans auraient éventé notre marche en lançant dans l’espace quelques notes gutturales, signal toujours convenu avec les guérillas. Parfois on se frayait un chemin à coups de machete [9], et les loups des prairies hurlaient en s’appelant, les chevreuils effarouchés bondissaient devant les chevaux, qui se cabraient dans l’obscurité sous leurs cavaliers. Bientôt les ombres de la nuit grandirent sous les arbres à caoutchouc au noir feuillage. Les cavaliers distinguaient à peine ceux de leurs compagnons qui les précédaient. Au passage de l’un de ces ravins profonds et sinueux qu’on nomme des barrancas, deux pelotons s’égarèrent, et la cavalerie se trouva réduite à vingt-six cavaliers de Murcia, plus quarante contre-guérillas. Il n’y avait pas à hésiter cependant, et l’on continua de s’avancer. Soudain, vers neuf heures, une fusillade très bien nourrie éclate dans le voisinage. On croit au massacre des deux pelotons égarés, tombés sans doute dans une embuscade. Le colonel Du Pin, voyant que le trouble gagne déjà sa poignée d’hommes, fait mettre pied à terre, visite toutes les armes, s’assure qu’on a enlevé les capsules, et défend, sous peine de mort, de tirer un coup de feu, quoi qu’il arrive ; puis on marche, le sabre au poing, avec les plus déterminés, du côté de la fusillade. L’alerte fut de courte durée : arrivée sur un point culminant, la cavalerie aperçut les lueurs de la fusillade dans le lointain ; l’écho, au milieu du silence de la nuit, avait trompé les oreilles les mieux exercées. C’était l’infanterie qui, dans sa fausse attaque, devançant l’heure convenue, avait ouvert le feu trop tôt. La colonne reprit la route du gué, et l’on se remit en selle. Cette fausse alerte sauva la cavalerie, car on sut plus tard que, près du point où l’on avait changé de route pour se porter au secours des deux pelotons qu’on croyait massacrés, nous attendait une forte embuscade ennemie qui, prévenue subitement de l’arrivée des Français, s’était crue découverte, tournée déjà peut-être. Au même moment, des signaux annonçaient aux Mexicains embusqués l’approche du détachement égaré, et la fusillade engagée sous Tlaliscoya mettait en fuite la guérilla, convaincue que la ville assiégée allait être attaquée par des troupes supérieures en nombre.

Une demi-heure après, le Rio-Blanco fut traversé au gué appelé Callejon-dii-la-Lecheria. On déboucha bientôt sur la route, à 400 mètres en arrière des abatis d’arbres gardés par une portion des « forces libérales. » A quelque distance de la ville, l’ordre est donné de mettre le sabre à la main et d’aborder la position à fond de train. Les cavaliers partent de toute la vitesse de leurs chevaux, et en quelques minutes, au milieu de cris sauvages, tombent à revers sur les guérillas, qui, épouvantées de cette apparition inattendue, lâchent leur décharge et s’enfuient de toutes parts, abandonnant sur place armes, chevaux et drapeaux. Nos fantassins, continuant leur fusillade de la rive opposée, blessent un de leurs camarades, et ne cessent le feu qu’à l’appel de la trompette sonnant la fanfare de la contre-guérilla.

Avant cette attaque, malgré la violence du coup de norte, toutes les maisons de Tlaliscoya étaient illuminées à giorno sur la face opposée à la rivière. Comme par enchantement, à l’entrée des assaillans, toutes les lumières s’éteignirent, et les portes se fermèrent. La menace de mettre le feu à la ville, communiquée par un sereno (veilleur de nuit), produisit un effet magique : les portes s’ouvrirent d’elles-mêmes. On était maître de Tlaliscoya ; mais la position était très aventurée, car la guérilla qui avait défendu Tlaliscoya, forte au moins de deux cent cinquante hommes sous les ordres du colonel Gomez, pouvait d’un moment à l’autre, prévenue par la population du petit nombre des assaillans, faire un retour offensif. Le moindre désordre parmi les vainqueurs pouvait causer un désastre, d’autant plus qu’il n’y avait pour le moment aucun appui à espérer de l’infanterie et du détachement de cavalerie égaré, dont on était séparé par une large rivière, sans moyens de communication. Les boutiques, qui avaient ouvert de nouveau leurs comptoirs, regorgeaient de liqueurs de toute espèce. Les officiers réunirent leurs hommes, leur révélèrent le danger de la situation en faisant appel à leur énergie. Promesse fut faite de ne boire que les liqueurs de distribution régulière. Le serment fut scrupuleusement tenu ; il y allait du salut commun. On choisit d’abord sur la rive du fleuve une maison capable, par sa construction, de résister à un assaut, et où les chevaux pourraient s’abriter dans un coral sans crainte de ces incendies qui sont une manœuvre de guerre fort en faveur parmi les Mexicains. Les notables de la ville y furent mandés poliment, ainsi que le maître de la maison, José-Maria Billegas. Ordre leur fut intimé de pourvoir sur-le-champ à une réquisition de vivres et de fourrages pour deux cents chevaux et quatre cents hommes. Ce chiffre, grossi à dessein, fit quelque impression. Une partie des notables fut retenue en otages, l’autre courut à Tlaliscoya pour assurer l’exécution des ordres. La menace de fusiller ceux qui n’obéiraient pas dans le plus bref délai eut pour premier résultat l’envoi presque immédiat de quantités considérables de maïs et de paille : les tortillas (crêpes de maïs), le pain et la viande toute cuite suivirent de près. La petite troupe française était à dessein disséminée par groupes à chaque ouverture de la maison du notable Billegas. Il importait de lui persuader qu’il aurait un grand nombre de bouches à nourrir. Hommes et chevaux firent bonne chère, la litière fut moelleuse pour tous. Le surplus des vivres, grâce à l’obscurité, fut jeté à la rivière.

Il était urgent néanmoins de se mettre en communication avec les troupes restées sur la rive gauche. Un cavalier, fort nageur [10], s’offrit pour aller porter des ordres et chercher des nouvelles. La joie fut grande quand il revint nous apprendre que le détachement égaré dans les forêts avait fini par se réunir à l’infanterie. Malheureusement le chef de cette dernière troupe n’avait pas compris ses instructions ; à la première faute d’une attaque prématurée s’était jointe une imprudence des plus graves. Au lieu de faire tirer à courts intervalles quelques coups de fusil pour tenir l’ennemi en éveil sur ses barricades, on avait exécuté des feux aussi nourris que ceux des Mexicains. Les cartouchières ne contenaient plus que quinze ou vingt cartouches. D’un moment à l’autre, on pouvait être attaqué par des forces considérables : les contingens voisins de Santa-Anna, de Tlacotalpan, du Miadero, du Conejo, villages dont les dispositions hostiles étaient connues, prévenus par leurs avanzadas (vedettes) et la fusillade, ne viendraient-ils pas grossir la guérilla de Tlaliscoya ? Le manque de munitions donnait à songer. Les sentinelles furent doublées ; mais il devenait indispensable de se procurer sans retard des bateaux pour communiquer avec l’autre rive du torrent et pouvoir au besoin battre en retraite ou appeler à soi toutes ses forces. Les notables affirmèrent que les guérillas avaient emmené avec eux tous les bateaux. Il fut décidé que, le lendemain matin à cinq heures, les deux canots affectés d’ordinaire au passage de la rivière seraient avec leurs bateliers devant les degrés de la maison de Billegas. La liberté fut rendue à deux des notables, avec mission d’aller en personne à la découverte. Si à l’heure dite les deux notables, connus pour amis des guérillas, n’étaient pas de retour, leurs maisons seraient incendiées ; puis, de demi-heure en demi-heure, chacun des quatre notables restés à Tlaliscoya serait fusillé. Chaque demi-heure de retard en outre coûterait 1,000 piastres (5,000 francs) aux habitans. Ces dispositions prises, les officiers, qui depuis le matin n’avaient ni bu ni mangé, songèrent aux affaires sérieuses, c’est-à-dire au souper. Il était déjà deux heures du matin. Billegas offrit galamment à ses hôtes un repas vraiment royal et tout gratuit. Sans nul doute, cette table somptueusement servie était destinée aux chefs des guérillas, dont le quartier-général avait été, quelques jours auparavant, installé en face, dans un café appartenant au noble amphitryon. On y avait trouvé des soucoupes pleines de poudre et de capsules, Avant de faire honneur aux plats, on invita Billegas a les déguster le premier ; il y avait lieu de craindre qu’un peu de poison ne fût mêlé aux sauces. Une fois cette formalité accomplie, les vins généreux circulèrent, et la santé de la France fut portée par tous les convives, par Billegas lui-même, qui ne se permit aucune hésitation.

Vers trois heures du matin, on entendit une bande affolée de cavaliers traverser la ville au galop. C’étaient les fuyards de la fameuse embuscade qui rejoignaient leurs compagnons d’armes épars aux quatre vents. A cinq heures, les deux embarcations si bien cachées par les guérillas étaient amarrées devant la maison de Billegas ; à sept heures, toutes nos troupes s’étaient ralliées dans la ville. Dès le matin, on recueillit les armes abandonnées par l’ennemi dans sa déroute. Le butin se composa de quatre-vingt-quatorze fusils, de quelques lances, du drapeau de la cavalerie, brodé or et argent, du guidon de l’infanterie, d’un tambour d’origine américaine, d’un trombone et de la canne de commandement de l’alcade, chef politique et militaire selon l’habitude des temps de guerre au Mexique. Le pillage, quels qu’en fussent le prétexte et la forme, fut sévèrement interdit. Sous la conduite d’officiers spécialement désignés, les perquisitions commencèrent et amenèrent la saisie chez les principaux habitans de plus de 400 kilogrammes de poudre, de balles et de plomb en énorme quantité, de capsules de guerre et de moules faits pour fondre seize balles d’un coup. Les munitions inutiles furent jetées à la rivière ; les autres rendirent grand service.

ta ville de Tlaliscoya est assez vaste. Elle forme un grand demi-cercle dont la base repose sur la rivière ; elle est entourée de bois presque impénétrables. Lors des grandes crues, les eaux jaunâtres du, torrent viennent battre les pignons des maisons, construites en pierre volcanique, qui bordent la rive. L’église, de belle et ancienne construction, a été respectée par les guerres civiles ; de vieilles fresques à l’intérieur rappellent les peintures murales du midi de l’Espagne. Tlaliscoya était gardée avant l’arrivée des Français par une haie de cabanes en bambou qui servaient de postes aux guérillas. De ces postes, les habitans, pour peu qu’ils fussent parcimonieux envers les bandits, étaient couchés en joue, et payaient cher la protection d’amis toujours armés qui, au moindre danger, disparaissaient dans les forêts, dont seuls ils connaissaient les sentiers sinueux.

A l’extrémité ouest de Tlaliscoya s’élève une riche fabrique de coton, fondée par une compagnie américaine ; les murailles, hautes de 6 mètres sur un développement de 80 en longueur, sont à l’abri de, toutes les attaques, grâce à une épaisseur qui égale celle des couvens de construction espagnole dont le siège de Puebla devait offrir quelques échantillons dignes de la colère de nos boulets rayés. La fabrique de coton ne compte que deux portes, dont l’une s’ouvre sur la ville et l’autre sur le rio. Dès que la troupe des contre-guérillas eut été toute réunie, elle fut massée dans ce vaste bâtiment. La journée s’y passa fort calme. Les magasins contenaient quatre cents barils de farine, des quantités considérables de sucre et de café, et plusieurs milliers de balles de coton, sans compter celles dont l’ennemi s’était servi pour construire ses barricades. Ces richesses accumulées mirent un peu en éveil l’appétit des soldats, forcés de respecter une consigne sévère : pour des estomacs affamés, la tentation était forte ; mais la surveillance des chefs calma toutes les convoitées. Quant à la maison de Billegas, devenue le quartier-général, sur la parole donnée par le maître lui-même qu’elle ne renfermait ni armes ni munitions, on s’était dispensé par politesse d’y faire aucune perquisition. Le hasard fit tomber entre les mains d’un cavalier un sabre et un fusil qu’il reconnut pour avoir appartenu à son frère, tué deux mois auparavant dans une embuscade. Les notables, réunis par ordre, durent interroger Billegas sur la provenance de ces armes, et après une constatation publique de mensonge le condamnèrent eux-mêmes comme receleur à 500 piastres d’amende, qui furent séance tenante distribuées à la troupe.

A l’approche de la nuit, les officiers furent prévenus que le lendemain matin, au point du jour, on irait attaquer Passo-Santa-Anna ; les troupes reçurent une ration de vin et les vivres nécessaires pour le départ. Les chevaux restèrent sellés. A sept heures du soir, le curé de Tlaliscoya fut appelé et invité à désigner, parmi les cases de bambou adossées au bois, celles qui étaient reconnues comme postes de guérillas. Une quarantaine de cases devint la proie des flammes. Si les habitans de la ville avaient été sages, cet incendie pouvait leur assurer la sécurité en les délivrant de cette pression continue exercée sur eux par les fusils braqués à travers les meurtrières des cases de bambou ; mais au Mexique, depuis la chute de la vice-royauté, on était habitué à voir une bande de quarante coquins armés jeter la terreur dans une ville de cinquante mille âmes et la rançonner sans qu’aucune résistance se produisit. En janvier 1864, lorsque les forces d’Arteaga s’enfuyaient devant la petite colonne du général Bazaine, arrivant à marche forcée aux portés de Guadalajara, n’avons-nous pas entendu des Mexicaines raconter, devant leurs maris et leurs frères impassibles, que depuis trois mois elles n’osaient plus descendre de leurs maisons dans les rues de la ville, craignant d’être dépouillées de leurs bijoux en plein jour, ou entraînées à la montagne faute d’une rançon immédiatement payée ! Guadalajara est la seconde ville du Mexique, et la bande de l’assassin Rojas intimidait quatre-vingt mille âmes ! Il y avait d’ailleurs trop d’élémens d’hostilité réunis à Tlaliscoya pour que des conseils de paix pussent s’y faire entendre. Depuis la première descente des troupes alliées à Vera-Cruz, Tlaliscoya servait de centre à la réunion des mécontens et des bandits qui, sous le drapeau de l’indépendance, se livraient au pillage. Tous les notables étaient Espagnols, à l’exception d’un seul Mexicain nommé Arrechebalete. Ces dignes fonctionnaires trônaient tous dans leurs tiendas (boutiques d’épicerie et débits de liqueurs), où, à l’abri de leur nationalité. ils fournissaient aux guérillas, dont ils devenaient les receleurs et les commissionnaires en gros, des armes et des munitions de guerre. La position de Tlaliscoya, déjà très forte en tout temps, à cause des bois épais et des deux rios qui la couvrent, est plus redoutable encore pendant l’hivernage : presque tout le terrain qui, s’étend entre cette ville et l’hacienda de Mandigue n’est alors qu’un vaste étang boueux. En présence des difficultés d’une occupation permanente et du défaut de communications, cette place forte eût dû, pour la sûreté des terres chaudes, être impitoyablement rasée. Cette mesure rigoureuse était d’autant plus nécessaire que Tlaliscoya touche presque à Passo-Santa-Anna, le seul point guéable sur le Rio-Blanco de la mer à Omealca. La proximité de ce seul gué établit des relations constantes avec Tlacotalpan, le Miadero, le Conejo et toute la côte du sud jusqu’à Minatitlan, localités très hostiles, et auxquelles Tlaliscoya assurait un ravitaillement et un excellent centre de défense. La mort récente du brave officier supérieur Maréchal, commandant supérieur de Vera-Cruz, qui succomba glorieusement, le 2 mars 1865, dans une embuscade près de Medellin, n’a fait que trop bien comprendre ce qu’a de favorable au banditisme des terres chaudes cette position de Tlaliscoya. Le colonel Du Pin, qui avait résolu la destruction de cette place, céda aux prières du commandant Murcia, qui répondit de la fidélité de Tlaliscoya. La ville fut sauvée, mais elle paya bientôt sa dette de gratitude par la trahison.

La nuit du 21 au 22 mars 1863 offrait à Tlaliscoya un aspect presque féerique. Les rues, l’église et les maisons étaient illuminées au bruit des boîtes d’artifice tirées en l’honneur de l’intervention et des Français. Non moins galans pour leurs ennemis, les Français illuminaient aussi. Les flammes pétillantes des cases de bambou incendiées s’élançaient en gerbes de toutes couleurs à traversées branches des vieux géans de la forêt. L’horizon était gros de nuages, et parfois la rafale se mêlait à la fête et promenait la flamme, comme une torche, sur les lauriers-roses et les mimosas aux parfums enivrans. Les sentinelles, abritées derrière les troncs d’arbres, pouvaient entendre le bruissement des serpens à sonnettes se glissant dans les hautes fougères. Peu à peu les débris fumans ne jetèrent plus qu’une lueur incertaine. Les buissons et les sentiers s’étaient emplis de bruits confus et étranges annonçant l’approche du danger. Quelques éclaireurs partirent à la découverte et revinrent presque aussitôt. Nous apprîmes par eux que l’ennemi, encore invisible, avançait, se multipliant de minute en minute, et prenait ses positions pour envelopper la ville au point du jour.

La situation était critique : allait-on se lancer à travers des broussailles inconnues sur des forces supérieures ? L’offensive est souvent heureuse ; puis le devoir était de courir à l’hacienda de Mandigue pour sauver les quatorze retardataires qui s’y étaient renfermés et dont on allait être coupé. Valait-il mieux traverser la rivière en face d’un ennemi nombreux et sur des coquilles de noix, malgré l’impétuosité du torrent ? Ce parti était hardi ; mais les grandes ombres de la nuit promettaient le succès sans perte d’hommes, si la partie était bien jouée. On commença par éteindre tous les feux : à deux heures du matin, le colonel éveilla lui-même deux escouades d’infanterie, qui traversèrent rapidement le courant. Une d’elles resta sur la rive gauche du Rio-Blanco ; la seconde se porta au pas de course au Rio-de-Pozuelo, afin de s’emparer du bateau. Aussitôt après le transport des blessés de la veille, la cavalerie commença son passage. Cette opération, difficile de jour, était encore plus périlleuse à ce moment ; mais la disposition des lieux la favorisait. Pendant que les troupes sortaient successivement pour s’embarquer, sans souffler mot, par la porte débouchant sur la rivière, de petites patrouilles d’infanterie défilaient par la porte opposée donnant sur la ville, et faisaient des rondes à 2 ou 300 mètres de distance. L’ennemi, embusqué dans les bois, au bruit de ces marches cadencées sur les dalles, ne pouvait guère soupçonner que le reste de la colonne traversât au même moment la rivière, Dans la crainte de retards fâcheux, les chevaux furent lancés à la nage tout harnachés. L’infanterie suivit. Quelques selles tournèrent, des sangles se rompirent ; cinq chevaux et un homme furent noyés ; mais un peu après trois heures tout était passé sur la rive gauche. Pour enlever à l’ennemi les moyens de poursuite, les embarcations furent coulées. — Le second passage s’accomplit d’une façon non moins heureuse. Le batelier qui avait fidèlement servi la contre-guérilla et ses deux fils furent largement récompensés : ils refusèrent l’offre de suivre la colonne, et voulurent rester dans leur maison. Deux jours après, leurs trois corps se balançaient au même arbre : sous la plante des pieds presque carbonisés, on remarquait quelques restes d’un feu mal éteint. Les libéraux de retour s’étaient vengés.

A cinq heures du matin, après avoir traversé les bois qui couvrent la rive gauche du Rio-de-Pozuelo sur une largeur de 3 kilomètres, notre colonne marchait en plaine sur Mandigue. Le drapeau rouge, enlevé aux guérillas, flottait déployé en tête de la cavalerie. les premiers rayons d’un beau soleil levant, reflétés à travers une couronne de nuages par les neiges éternelles du grand pic d’Orizaba, dissipaient les fatigues de la nuit. Nos poitrines respiraient plus à l’aise. Chacun à son tour, d’une voix mâle, entonnait un refrain du pays qu’on répétait en chœur. Évoqué par ces accens du nord ou du midi, plus d’un souvenir de la patrie absente se retraçait dans le lointain, et rappelait parfois de douces heures aux pauvres aventuriers. D’autres plus insoucians, blasés d’ailleurs sur les marguerites effeuillées aux heures de rêverie, fouillaient les broussailles et les touffes de grandes herbes, le fusil à la main, à la poursuite d’un lapin ou d’un dindon sauvage destiné à faire le soir es délices du bivouac. Les écloppés, le cigare à la bouche, mêlés aux cavaliers qui traînaient leurs chevaux fatigués par la bride, flânaient en attendant l’arrivée de l’arrière-garde.

Soudain éclate une décharge en tête de colonne au milieu d’un nuage de poussière ; les refrains commencés meurent sur les lèvres des chanteurs, et les retardataires retrouvent des forces pour serrer les rangs. Celait un assez nombreux parti de cavaliers de Tlaliscoya, sorti la veille de Jamapa, où il était allé au secours d’Antonio Diaz, qui redoutait l’attaque annoncée des Français. Ces partisans revenaient en toute hâte défendre leur ville, dont ils avaient appris la situation critique par un courrier des notables. A la vue de la contre-guérilla, trompés de loin par le drapeau rouge déployé en tête, ils avaient cru rencontrer la troupe du colonel Gomez. La bande imprudente, lancée au galop, donna tête baissée dans notre avant-garde, et se dispersa sous la fusillade comme une volée d’étourneaux en s’enfuyant à toute vitesse, non sans laisser quelques hommes sur le terrain.

A dix heures du matin, notre colonne retrouvait à l’hacienda de Mandigue les quatorze des siens qu’elle avait laissés en arrière ; rien ne les avait inquiétés. L’occupation de Tlaliscoya, due à un heureux coup de main tenté avec une poignée d’hommes, produisit un grand effet dans les terres chaudes. Les guérillas comprenaient déjà que les difficultés de terrain et de climat ne les défendaient plus des attaques des Français, de ces surprises de nuit que les Mexicains goûtent médiocrement, et où le vaincu n’a qu’un espoir, celui de périr, car ils avaient déjà trop cruellement appris aux Européens à ne plus faire de prisonniers. Le 22 mars, on était de retour à Medellin. On s’arrête malgré soi à cette date mémorable du 22 mars, pleine de grands souvenirs pour l’armée du Mexique. Ce même jour, à quarante lieues de distance, le canon vengeur de la trahison du 5 mai, commençait à gronder sous les murs de Puebla, déjà témoins de l’héroïsme chevaleresque du général de Lorencez et de son petit corps d’armée. Ce même jour, pour célébrer dignement l’ouverture du siège, le 3e chasseurs d’Afrique, entraîné par son vaillant colonel, aujourd’hui le général du Barrail, enfonçait en un choc terrible les régimens de cavalerie mexicaine venus de bien loin, du Nuevo-Leon et du Cohahuila, dans les champs de Chollula. Pour la contre-guérilla, le 22 mars n’évoque pas d’aussi grands souvenirs. Ce jour-là, il fut convenu qu’elle resterait pour quelque temps à Medellin, sans rien tenter encore contre Jamapa et Cotastla. Sans doute la prise de Jamapa et de Cotastla était d’un grave intérêt pour l’avenir des terres chaudes ; mais les communications de la Vera-Cruz avec Puebla exigeaient une grande sécurité pour les convois de vivre, d’argent et de munitions, qui, malgré des efforts inouïs, montaient lentement au plateau d’Anahuac. Il fallait se tenir prêt à déjouer une attaque sur Medellin, la Tejeria ou le chemin de fer. En un pareil moment, le succès d’une pareille attaque pouvait avoir de graves conséquences. C’est par ordre supérieur que l’expédition projetée contre Jumapa et Cotastla fut ajournée.


III

Bien que la troupe fût immobilisée à Medellin, d’où la surveillance était facile, chaque nuit amenait une sortie partielle à quelques lieues de distance. Il était important d’ailleurs de tenir la contre-guérilla en haleine, et d’en éloigner cette oisiveté compagne inséparable de l’indiscipline et des fièvres meurtrières du pays.

Qu’on nous permette d’entrer ici dans quelques vues générales sur le corps que nous n’avons jusqu’ici montré qu’en action. C’est dans les jours de repos que l’on pouvait le mieux étudier les conditions qui convenaient au commandement d’une pareille troupe. L’aventurier qui entre dans une guérilla arrive d’ordinaire tout formé pour le service militaire. C’est un homme qui a quitté jeune encore sa patrie, qui a visité plusieurs pays et s’est habitué de bonne heure au danger. Le caractère de l’aventurier varie à l’infini : l’un est avide d’or, l’autre a soif de plaisirs ; un troisième est poussé par le désir de se faire un nom, qui sait même ? de conquérir un trône. Tous ont, sans exception, de grands défauts, des vices mêmes ; mais d’aucun d’eux on ne peut dire qu’il est le premier venu. Les réunir, les organiser, les discipliner et les faire mouvoir n’est pas chose facile : c’est une affaire de tact, d’autorité, de justice et d’audace. Le chef doit compter avec mille aspirations diverses et inspirer une confiance sans réserve. Le grand défaut d’un corps d’aventuriers est que ces hommes ne servent ni un gouvernement ni une patrie ; ils ne combattent pas pour une idée : ils ont pourtant le même drapeau, celui de l’inconnu, et cette bannière merveilleuse, aux mille couleurs de l’espérance, doit toujours flotter à leur tête.

Qu’on n’aille pas croire que les corps de partisans supportent mal la discipline. S’ils sont incapables de s’asservir à tous ces règlemens minutieux grâce auxquels nos escadrons, nos régimens, se meuvent comme de grosses machines de guerre et se décomposent dans tous leurs rouages, ils savent du moins comprendre et pratiquer cette sérieuse et solide discipline qui relie les combattans au moment du danger en un seul faisceau. C’est dans les entreprises hasardeuses, éloignées des opérations principales, que ces corps francs, habitués à savoir se suffire et se contenter de peu, révèlent toute leur valeur. La force de ces vrais satellites d’une armée est dans leur excessive mobilité de jour et de nuit. Si le danger séduit les imaginations ardentes, le métier d’avant-postes, d’éclaireurs, d’explorateurs dans les pays inconnus, dépourvus de ressources, où l’ennemi se fait insaisissable, est leur lot indiqué. L’intelligence et l’audace individuelles ont alors un vaste champ devant elles. Si un coup est manqué, l’échec subi n’est jamais complet et ne compromet en rien la réputation de l’armée.

On s’est beaucoup élevé contre la solde extraordinaire allouée aux troupes de cette nature ; mais, à bien examiner, coûtent-elles beaucoup plus cher que les corps réguliers ? Les aventuriers sont d’ordinaire doués d’une santé robuste, déjà éprouvée et soutenue par une grande énergie de caractère. La nostalgie, qui frappe si rapidement le soldat à l’étranger, les épargne. Leur mouvement perpétuel combat les germes des épidémies, les exhalaisons malsaines, meurtrières pour d’autres, et le séjour des terres chaudes, funestes même aux naturels, a donné des chiffres éloquens en faveur de la résistance du partisan à un climat meurtrier [11]. A compter le nombre des combattans sous les armes, quelle différence de pertes dans l’armée régulière ! Sous le feu, leurs instincts énergiques se centuplent à la pensée qu’ils n’ont aucun secours à attendre, et qu’il n’y a ni trêve ni merci à espérer ; necessitas est maximum telum. Aussi les imaginations sont toujours en éveil. La gaîté régnait particulièrement à ce bivouac de Medellin, où chacun racontait les scènes piquantes de ses beaux jours passés. Que de beaux rêves au coin du feu, sous des avalanches de pluie, autour de la gamelle traditionnelle pleine de punch brûlant ! Il ne faut pas oublier que les ambulances, les magasins d’habillement, de harnachement, les moyens de transport si onéreux pour l’état, étaient in.connus à la contre-guérilla, qui devait pourvoir à tout avec ses propres ressources.

A côté des jours de loisir, cette vie de bivouac avait ses jours d’émotion. Rien n’était négligé pour déjouer par une active surveillance les manœuvres de l’ennemi. A trois kilomètres de Medellin, dans une clairière reculée, au bord d’un marais, s’élevait, à l’ombre des bananiers, une case couverte de roseaux, habitée à certaines époques par deux Mexicains, le père et le fils, nommés Muños. A la suite d’une expédition nocturne, ils furent tous deux saisis et amenés à Medellin. Cette visite domiciliaire fit découvrir plusieurs rifles chargés à balles et une carabine rayée enlevée à notre infanterie de marine. Les deux accusés, ainsi que plusieurs de leurs camarades, servaient d’espions et de receleurs aux guérillas des ranchos voisins. Déjà plusieurs de ces espions avaient été surpris, envoyés à Vera-Cruz et mis à la disposition des autorités mexicaines. Bien entendu, une fois arrivés à Saint-Jean-d’Ulloa, ils s’échappaient, grâce au bon concours des employés, séduits par quelques gratifications. Le colonel résolut cette fois de faire un exemple sévère. Il fut donc annoncé au roulement du tambour que le 28 mars les deux Muños, convaincus de culpabilité par la cour martiale, seraient pendus à l’arbre centenaire dont le feuillage immense abrite la place de Medellin. Aussitôt les autorités de la ville et les notables vinrent protester de l’innocence des deux condamnés et demander une grâce qui leur fut poliment refusée. Le soir, ce fut le tour des dames. Un meeting émaillé de mantilles noires et de rebozos (écharpes) fièrement jetés sur de belles épaules se présenta au quartier-général : les ambassadeurs en jupons parurent trop dangereux, et la crainte de la séduction leur ferma les portes du chef français, dont la réputation de galanterie subit un rude échec.

Le 28 au matin, au milieu d’un océan de sombreros (chapeaux du pays en paille ou feutre à larges bords chamarrés d’or ou d’argent, enrichis quelquefois de perles fines), l’arbre de la place fut orné en grande pompe de deux cordes neuves. Ces sinistres préparatifs furent le signal d’une démonstration sans exemple dans le pays. Une foule de plus de quatre cents Mexicains déboucha devant la tente du colonel aux cris mille fois répétés de vive l’intervention ! vive l’empereur des Français ! vivent les Français ! Ces hurrahs formidables, auxquels venait de se résigner l’orgueil mexicain, touchèrent notre commandant, et grâce de la vie fut accordée aux deux coquins. Ils l’avaient bien gagnée, car toute la population venait de se compromettre décidément pour le nouvel ordre de choses. Aussi peu à peu le vide se fit-il à cinq ou six lieues à la ronde de Medellin, qui commença de respirer en paix par suite du pronunciamiento des afrancesados (partisans des Français). Depuis quelque temps, le contingent espagnol avait beaucoup grossi dans la contre-guérilla. Plusieurs mécontens, originaires de La Havane, regrettaient le commandement plus facile de leur ancien chef Stœklin. Un complot fut organisé : il avait pour but de massacrer dans la nuit du 6 avril tous les officiers français, de s’emparer de la caisse et de passer aux bandes ennemies avec armes et bagages. Deux Grecs dévoués, enrôlés depuis la création du corps, anciens écumeurs de l’Archipel, surprirent le secret dans une partie de monte où les têtes s’étaient échauffées en présence de gros enjeux, et vinrent le livrer aussitôt à l’autorité. Le lendemain, dans la nuit du 5 avril, trois Espagnols, les premiers fauteurs de la conspiration, furent enlevés sans bruit, jetés aux ceps, et de là dirigés sur le fort de Saint-Jean-d’Ulloa. Le silence fut gardé sur leur sort ; le mystère de leur disparition subite frappa de terreur les autres conjurés, et tout rentra dans l’ordre.

Le moment d’agir était revenu cependant pour la contre-guérilla. Depuis quelques jours, la ville de Vera-Cruz vivait dans l’appréhension continuelle d’une attaque. Le 6 avril, le camp du chemin de fer de la Loma était assailli et détruit par la bande d’Honorato Dominguez, renforcée de tous les pirates des environs, dont le nombre s’élevait à près de trois cents. La dévastation des chantiers fut complète. La plume se refuse à retracer les atrocités dignes des cannibales qui marquèrent l’invasion de ces prétendus soldats de la liberté et de l’indépendance dans le camp des travailleurs : des femmes furent éventrées ; le boulanger, surpris au moment ou il pétrissait le pain, eut la tête tranchée à coups de machete, et les bourreaux, ivres de liqueurs fortes et de pillage, continuèrent à pétrir eux-mêmes la farine avec le sang de ce malheureux. Le 7 avril au soir, des ordres arrivaient à Medellin. La contre-guérilla des terres chaudes devait partir en toute hâte pour aller protéger les travaux de la voie ferrée, qu’il fallait reprendre à tout prix. Le 8 au matin, elle se mit en route ; à midi, on entrait à Jamapa, où la cavalerie mettait en déroute un parti de guérillas en leur tuant quelques fuyards. C’était une troupe de lanceros nouvellement levés : dans leur empressement à monter à cheval, ils oublièrent quelques lances, sans doute trop incommodes pour la course.

Jamapa, centre assez important au point de vue politique, décoré sur les cartes du nom pompeux de ville, est une bourgade composée d’une trentaine de cases en bambou. C’était la résidence du fameux Antonio Diaz, alcade, chef politique et militaire de tout ce cantonnement. Sa correspondance fut saisie : on y trouva deux lettres de l’alcade de Medellin qui donnèrent une triste opinion de la fidélité de ce fonctionnaire, rallié en apparence à l’intervention. Jamapa a la forme d’une bouteille allongée, large d’environ 70 mètres sur 250 de longueur. Le fond de la bouteille est adossé au Rio-Jamapa. Le village, enveloppé de bois d’une végétation tropicale, est traversé par deux sentiers en croix. Vers trois heures du soir, un cri d’alerte est poussé par une grand’garde qui a failli être enlevée : la chasse est lancée à travers halliers et broussailles. Ce sont les lanceros qui ont fait un retour offensif. On les poursuit de près : depuis une demi-heure, ils galopent à l’horizon à toute vitesses quelques efforts encore, on va les atteindre, la pointe dans le dos. Soudain le cri : halte ! se fait entendre chez les Français. Une immense barranra coupe le sentier ; l’ennemi s’est dérobé par une autre route. Au bord du ravin se dresse une grande tienda isolée. Les portes sont closes, on les enfonce. Quel spectacle pour des cavaliers altérés ! Sur une vaste table de bois, trente-huit tasses de café bien sucré fument encore. Sur le feu chante une grande marmite de riz entremêlé de quartiers de volailles et de raisins secs. Le chiffre des lanceros était donc clairement écrit sur la table ; c’étaient trente-huit convives que l’on venait de mettre en fuite.

La position de Jamapa était périlleuse à occuper après le soleil couché à cause de son épaisse ceinture de broussailles. On y passai pourtant la nuit ; les sentinelles se cachèrent dans les hautes herbes, de manière à tout entendre et découvrir sans être vues. L’ordre fut donné de n’user que de l’arme blanche en cas d’attaque, et chacun s’endormit jusqu’au matin. Le réveil fut éclairé par l’incendie du village désert, qu’on livra aux flammes. Tous les ranchos rencontrés sur la route jusqu’à la Tejeria eurent le même sort. Parmi les ranchos brûlés était celui de Rodeo de Palmas. Dans son coral, on trouva suspendus à un arbre les crânes blanchis de nos soldats égorgés à Rio-de-Piedras. Ces exécutions énergiques, si même on ne les considère pas comme de justes représailles des horreurs de la Loma, étaient nécessaires : la mauvaise saison approchait, et il fallait enlever à l’ennemi tous les abris, qui lui sont aussi indispensables qu’aux Européens pendant la saison de l’hivernage dans les terres chaudes.

A onze heures du matin, la colonne débouchait à la Tejeria. Le 11 au soir, elle s’établissait au camp de la Loma, près du chemin de fer. Le 12, avant le jour, on tombait déjà sur le rancho de Mata-Mari a, à deux lieues de distance, où quinze guérilleros surpris payaient de leur vie leur complicité dans l’attentat du 6 avril. Le Mexicain Outrera, régisseur de la ferme, y était fait prisonnier. Il invoqua sa parenté avec le colonel Figarero, chef d’une de nos contre-guérillas mexicaines ; mais deux lettres dont il était porteur, signées par Honorato Dominguez et Marco Heredia, qui commandaient les fameuses bandes, trahirent sa culpabilité et lui ouvrirent les portes du fort Saint Jean-d’Ulloa. Dans le coral attenant à la ferme, on eut la bonne fortune de mettre la main sur trente sept chevaux, la plupart sellés. Ils devaient servir à remonter la contre-guérilla et à combler les vides opérés par les dernières, marches. Avant de rien tenter au loin, il fallait surveiller les ateliers du chemin de fer qui étaient infestés de bandits. Le directeur du camp des travailleurs de la Loma avait cru faire acte d’habile politique en traitant avec de grands égards les chefs de guérillas. Il avait été involontairement la première cause de la fameuse attaque du 6 avril 1863. La veille de cette attaque, il recevait à sa table Honorato Dominguez et plusieurs de ses compagnons. On y sablait assez agréablement le champagne. Le lendemain, les convives de la veille profitaient de la courte absence des troupes pour mettre à feu et à sang les chantiers de leur amphitryon.

A cette époque, un changement venait de s’opérer dans le commandement supérieur de Vera-Cruz. Ce cercle important était confié à un officier d’une rare capacité : le colonel Labrousse, homme de guerre qui avait appris son métier dans un long séjour en Afrique [12], notamment à Laghouat, où il avait exercé la première autorité. Le nouveau commandant de Vera-Cruz inaugura bien vite un système d’administration qui, par des mesures énergiquement combinées avec la contre-guérilla placée dans son ressort, ramena la sécurité sur le parcours de la Soledad. Les cachots de Saint-Jean-d’Ulloa regorgèrent de vagabonds, de coupeurs de route, dont les cours militaires avaient constaté les crimes ; les travaux malsains du port firent justice d’un bon nombre de ces misérables. Des fractions désignées de la contre-guérilla faisaient tour à tour sur tous les chemins et les marchés le métier de gendarmerie volante, métier rendu plus facile par l’obligation récemment décrétée du passe-port dûment légalisé chez les officiers français placés à la tête des différens petits centres des terres chaudes.

Le 14 avril, un immense convoi militaire, composé de munitions de guerre et de 4 millions en or destinés aux troupes campées sous Puebla, se mit en route pour la Soledad. On parlait vaguement d’une forte attaque de l’ennemi au Rio-de-Piedras, déjà célèbre par la destruction d’un convoi en 1861. Pas un cavalier ne fut signalé sur les crêtes, et la contre-guérilla, après avoir achevé son parcours d’escorte, rentra sous bois dans la direction de Paso-Narangas (Pas-des-Oranges). Après un léger engagement, on parvint le 16, à la tombée de la nuit, à un vaste carrefour hanté par les bûcherons et les charbonniers. Un cours d’eau était tout près ; les feux de cuisine furent bientôt allumés. La journée de marche avait été accablante : l’étape poudreuse, inondée de lumière, avait fatigué les paupières des marcheurs ; mais la pureté de l’atmosphère et le rayonnement de la voûte céleste annonçaient pour le lendemain un ciel de plomb. Pour éviter les ardeurs du jour, à minuit on leva le bivouac, en prenant la direction de San-Juan-de-Istancia. La colonne s’engagea bientôt, sous les hautes futaies, dont les toucans au bec démesuré et au plumage irisé troublaient seuls la solitude par leur vol effarouché. Un tapis de feuilles mortes et légèrement humides amortissait le bruit de la marche ; les mouches à feu voltigeaient dans l’ombre en traçant leur sillon de lumière. Les impressions ressenties sous ces arceaux de verdure étaient vraiment d’une singulière douceur. Après une heure de marche, on fit la première halte. Soudain, dans le calme des bois, s’élevèrent les accents d’une musique pleine de langueur et de folie tour à tour. Chacun rêvait déjà aux enchantemens de la forêt d’Armide ; mais le charme fut bientôt rompu. On part au pas de course ; la fusillade éclate, les avanzadas des guérillas jettent le cri d’alarme. Aussitôt brusque changement à vue comme dans un ballet d’opéra. Une immense tienda, richement illuminée, contenant des vivres préparés pour plus de deux cents hommes, apparaît dans la clairière : c’est une salle de bal. Une vingtaine de joyeuses filles, presque toutes jolies, faisaient les honneurs de la fête si violemment troublée. Abandonnées par leurs valseurs mis en fuite, elles réservent un charmant accueil aux Français au retour de la poursuite. L’arrière-salle regorgeait de provisions de toute nature. C’était l’entrepôt des bandits. De ce rendez-vous général situé à 6 kilomètres de la route de Vera-Cruz et nommé la Cañada, ils épiaient nos convois et les attaquaient dans les occasions favorables. Une demi-heure fut accordée aux femmes galantes pour charger leur butin sur leurs épaules, et le repaire avec son mobilier et ses ballots de soieries enlevés aux négocians des hauts plateaux fut livré aux flammes. Seuls les instrumens de musique avaient été épargnés par le feu, car une heure s’était à peine écoulée qu’un modeste concert préludait dans la broussaille, à une centaine de mètres du bivouac. Sans doute les danseuses s’étaient attardées en chemin et avaient tourné la tête en arrière, comme Eve disant adieu au paradis perdu. Il faut l’avouer pour leur excuse, les bandits, quoique aimables, étaient déjà fort loin, et puis la contre-guérilla comptait dans son sein quelques virtuoses distingués aussi bien que des talens chorégraphiques connus jadis au quartier latin.

Aux premiers rayons du soleil, on se remit en route. L’un des trompettes, marchant en tête, emportait sur son cheval la plus jolie de ces Mexicaines, touchée sans doute du talent musical de son chevalier errant. La menace de la prison décida le vainqueur à se séparer de sa conquête. Vers huit heures du matin, on entrait à San-Juan-de-Istancia, belle hacienda bâtie en granit rouge et qui appartenait au général Zenobio, l’un de nos plus ardens ennemis. Cent cinquante guérilleros y étaient cantonnés la veille, mais ils avaient pris la route de la montagne à la vue des flammes qui dévoraient la Cañada. San-Juan subit le même sort ; les murs calcinés restèrent debout pour raconter un jour l’histoire des terres chaudes. L’église seule fut épargnée. Les vases sacrés et les ornemens venaient d’être enlevés par les fuyards, qui, en se retirant, avaient mis le feu a des monceaux de maïs. On rentrait à huit heures du soir au camp du chemin de fer, et la lecture du courrier d’Europe arrivé le matin fît oublier la fatigue.

Cette petite sortie eut l’avantage de refouler au loin les bandits, qui, privés de leurs abris d’hivernage et de leurs magasins de vivres, furent obligés de se retirer à six lieues plus loin. Depuis cette époque du reste jusqu’à l’attaque du train de chemin de fer où succomba le brave commandant Ligier, ils ne tentèrent plus d’incursion sérieuse entre la Soledad et Vera-Cruz. Quelques jours après, on détruisit le Rancho-Espinal, grande ferme située sur la gauche de la route de la mer à la Soledad, et qui de son côté jouait le même rôle que la Cañada.

Jusqu’à la fin du mois d’avril, les courses nombreuses opérées dans les environs de la ligne ferrée prouvèrent que l’ennemi s’était lassé ; mais ce long séjour de la Loma avait été ruineux pour la cavalerie. Chaque jour, les chevaux faisaient cinq lieues pour aller à l’abreuvoir, et le maïs, complètement avarié par les charançons, eût été une maigre pitance, si à chaque sortie les cavaliers, armés de faucilles, n’avaient ramassé des provisions de vert et de roseaux. Le 1er mai, l’administration du chemin de fer se transporta, pour les besoins de l’exploitation, à la Pulga, camp occupé encore le printemps dernier par cette héroïque troupe d’égyptiens qui, par sa tenue et sa discipline, honore son pays [13]. Le 1er mai, la contre-guérilla allait s’établir à la Soledad.

IV.

Dès l’installation de la contre-guérilla française à la Soledad, un nouveau rôle allait commencer pour elle. Après avoir jusque-là vécu presque indépendante, elle allait occuper le même bivouac que les compagnies de la légion étrangère, composées aussi de soldats venus de tous les coins de l’Europe pour servir sous le drapeau de la France. Ses mouvemens seraient de plus en plus subordonnés aux opérations de l’armée régulière, dont elle assurerait les communications avec la Vera-Cruz en escortant les convois de vivres ou d’armes, et en faisant une guerre sans merci aux bandits des terres chaudes. Dans ce bourg de la Soledad, dont le nom rappelle une tentative diplomatique restée sans résultat, la troupe arrivée de Medellin allait connaître la vie des camps sous une forme à la fois plus large et plus sévère.

Quelques mois auparavant, la Soledad était un misérable pueblo (village), formé de quelques maisons en plâtre peintes à la détrempe en rouge ou en bleu, couvertes de chaume et à moitié détruites. A droite, sur les rives escarpées du Jamapa, s’élevait une petite église en bois, blanchie à la chaux. Un peu en avant, la posada, délabrée et sale comme les auberges mexicaines, se décorait du nom de casa de las diligencias (maison des diligences), pour attirer les voyageurs amenés chaque jour par les voitures de Vera-Cruz, d’affreux véhicules rouges d’origine américaine, où, grâce aux cahots, au soleil et à la poussière, on endurait tous les supplices de la question. Sur la place du marché, déserte comme le village, on voyait encore plantés en terre les débris des parasols de palmier qui servaient d’abri pendant les fortes chaleurs aux Indiens vendant les produits de leurs jardins. Tous ces détails, qui donnaient à la Soledad une physionomie si humble et si rustique, avaient à peu près disparu au mois de mai 1863, et la petite bourgade offrait dès cette époque toute l’animation d’un poste militaire. Un fortin bien armé dominait les environs. Au bord du Jamapa, l’administration française avait installé son hôpital, si nécessaire aux nombreuses victimes des terres chaudes laissées en arrière par les régimens et les détachemens qui montaient successivement sur les hauts plateaux. En face s’étaient établis les magasins de ravitaillement ; çà et là, sous les grands arbres, les soldats avaient planté leurs tentes, et dans le lointain, cachés sous les bosquets de verdure, les postes avancés surveillaient les routes, sillonnées par les attelages et les troupeaux de mules des arrieros emportant les approvisionnemens de l’armée à Orizaba. La contre-guérilla devait trouver à la Soledad l’occasion de montrer qu’elle ne manquait pas plus de patience que de bravoure. Aux courses lointaines et rapides, aux excursions dans des régions inconnues, succédait le service de patrouilles et d’escortes. Le siège de Puebla avançait : le 8 mai, le combat de San-Lorenzo, si brillamment livré par le général Bazaine, mettait en déroute les forces du général Comonfort, qui tenaient la campagne autour de la place. L’armée d’Ortega, renfermée dans ses positions, perdait tout espoir de secours en voyant son convoi de ravitaillement tomber entre les mains des assiégeans. Pour arriver à ce résultat, le quartier-général avait appelé à lui, en les faisant remonter sur les plateaux, une partie des détachemens laissés en arrière pour la protection de nos communications avec la mer. De plus le commandant Bruat, de la marine impériale, était descendu du cerro San-Juan avec une force respectable et un gros convoi pour chercher en toute hâte à Vera-Cruz de nouveaux moyens de destruction plus puissans, les canons rayés de 30 de la flotte. Les terres chaudes, par suite de tous ces mouvemens de troupes, étaient moins solidement occupées, et pourtant il fallait à tout prix défendre la route de la Soledad dans les deux directions de la mer et des montagnes. La contre-guérilla eut ainsi sa part de surveillance sur les deux routes.

Le 8 mai au soir, un grand convoi d’artillerie, remontant de Vera-Cruz et composé de quatre-vingt-quatre voitures chargées de matériel et de munitions, arrivait à la Soledad. Des charrettes du commerce et près de deux mille mulets, portant les provisions des cantiniers civils, s’étaient joints au convoi militaire. Le bruit courait que les « libéraux » avaient résolu de tenter une diversion en faveur de Puebla en attaquant le convoi dans les terres chaudes, où les broussailles sont plus propices aux surprises. Toutes les guérillas et les troupes régulières de Huatusco et Tehuacan [14] devaient l’assaillir en même temps entre Palo-Verde et les pentes boisées du Chiquihuite, Les précautions nécessaires furent prises. Le 9 mai au matin, tout se mit en route sous les ordres du colonel de la contre-guérilla, qui formait l’escorte, avec six compagnies d’infanterie et deux obusiers de montagne. Le coup d’œil était curieux. Sur la route sinueuse de la Soledad au Chiquihuite, les éclaireurs marchaient sous bois à plus d’une lieue sur les deux flancs. Les hauteurs dénudées de Palo-Verde et de tous les points culminans se couronnaient successivement de troupes prêtes à se porter en tête ou en queue du convoi, qui marchait lentement, mais convenablement massé. Les lourds chariots soulevaient des nuages de poussière. Les arrieros, armés de leurs longs fouets, montés sur le limonier de gauche, tout en causant avec leurs femmes assises nonchalamment sur le timon, la cigarette aux lèvres ou la face voilée comme les Mauresques, conduisaient leurs douze mules à grandes guides, et parfois, les lançant au trot, les dirigeaient dans les ornières avec autant d’élégance que de sûreté. Sur le flanc de la colonne, les majordomes aux vestes de cuir brodées d’argent et aux riches sombreros passaient au galop, excitant les retardataires de leurs cris aigus : macho ! (mulet), mille fois répétés. On s’attendait à une chaude attaque, et le voyage cependant s’acheva sans encombre. A six heures du soir, les feux de bivouac s’allumaient à Paso-Ancho [15] ; l’ennemi n’avait pas donné signe de vie. Le 10 mai, le Chiquihuite était heureusement atteint, et après un jour de repos la contre-guérilla rentrait à la Soledad, où presque aussitôt ses rangs se grossirent d’une centaine de nouveaux engagés volontaires.

Les libérés français de tous les régimens faisant partie de l’expédition du Mexique, renvoyés dans leurs foyers, avaient gagné Vera-Cruz. Ils étaient impatiens de se rembarquer pour l’Europe ; mais la date du départ des navires de l’état, attendus en rade ou retenus par les exigences du service, n’était pas certaine. Les congédiés, lassés par l’oisiveté, attirés par la solde élevée de 30 piastres (150 francs) accordée par mois à la troupe du colonel Du Pin en terres chaudes, signèrent des engagemens d’un an. Ce fut là le premier élément de discipline militaire dont s’enrichit la contre-guérilla, et qui lui promit pour l’avenir de véritables recrues. En effet, depuis cette époque, l’exemple fut suivi par bon nombre des libérés descendant des plateaux, et le recrutement fut désormais assuré.

Jusqu’à cette époque, les troupes de la contre-guérilla avaient manqué d’uniformes. Comme dans les armées de la première république française, chaque soldat prenait le vêtement qu’il pouvait se procurer selon ses moyens, quand il n’avait pas recours à la razzia. Sous tous les rapports, cette irrégularité était préjudiciable à la discipline du corps, à son bon ordre sous la tente et à son amour-propre au feu, car dans l’armée le costume a une immense influence et joue un grand rôle, grâce à la responsabilité du numéro de l’arme et à l’émulation. Cet état de choses cessa heureusement. De nombreuses caisses d’habillemens et de chaussures arrivant des ateliers de France furent débarquées à la Soledad ; Dès lors la tenue se composa de grands chapeaux de paille du pays à larges bords, de pelisses en drap rouge, à tresses noires et à boutons de cuivre, de ceintures rouges, de pantalons de toile, de grandes bottes à l’écuyère pour les cavaliers, de souliers et de guêtres pour l’infanterie. A partir de ce moment, les Mexicains désignèrent nos guérilleros sous le nom de colorados (les rouges). La contre-guérilla n’avait pas été la première à recevoir un surnom. Après le combat d’Atlisco, livré en mai 1863, à douze lieues de Puebla, par le 3e chasseurs d’Afrique, les cavaliers de Porphirio Diaz, devenu plus tard le héros d’Oajaca, avaient laissé aux chasseurs, dont les sabres les avaient cruellement maltraités, le titre glorieux de carniceros azules (les bouchers bleus).

Puebla venait cependant de succomber. L’armée faite prisonnière avait été en grande partie incorporée dans les rangs de la division du général Marquez, notre allié depuis l’ouverture des hostilités. Quant aux officiers mexicains, leur internement en France et à la Martinique avait été décidé ; ils se mirent en route pour l’Europe vers la fin de mai. Pendant leur séjour à Orizaba, au mépris de leur capitulation, une grande partie d’entre eux, leur général en chef Ortega en tête, parvint à s’échapper. Au point de vue de l’honneur militaire comme au point de vue du devoir, le général Ortega commit une grosse faute. La France était assez généreuse pour lui faire un accueil exceptionnel. Sa défense l’avait honoré, sa fuite produisit une triste impression : l’insuccès de sa campagne de recrutement entreprise plus tard aux États-Unis a dû le lui prouver. Pour les officiers, l’idée d’un exil à la Martinique les avait glacés de terreur. Mille fables absurdes se débitaient parmi eux sur les tortures qui les attendaient dans notre colonie des Antilles. Beaucoup de ces officiers improvisés, galonnés sur toutes les coutures, manquaient d’éducation et trahissaient leur ignorance par une crédulité ridicule. Quoi qu’il en soit, le convoi de prisonniers mexicains repartit fort diminué d’Orizaba, et les chefs d’escorte eurent mission de redoubler de surveillance. La contre-guérilla reçut de son côté l’ordre de monter le 4 juin à Paso-Ancho, pour recevoir le convoi et l’accompagner à la Soledad.

Les Mexicains échappés d’Orizaba s’étaient enfuis dans toutes les directions des terres chaudes. Tlaliscoya sur la gauche et Huatusco sur la droite étaient leurs points de ralliement. Un peu plus à droite, les juaristes avaient réoccupé la ville de Jalapa, traversée en janvier 1863 par la division Bazaine. Le 1er juin, les Indiens, en venant au marché de la Soledad, signalèrent des mouvemens de bandes ennemies dans plusieurs directions. Le colonel Gomez était sorti de Tlaliscoya, qui avait fait un nouveau pronunciamiento contre l’intervention, avec de l’infanterie et deux cents chevaux, pour inquiéter le flanc droit du convoi de prisonniers. La contre-guérilla partit le soir à marches forcées pour attaquer Gomez, en décrivant à travers les bois un demi-cercle vers Paso-Ancho, lieu de rendez-vous assigné pour le 4 juin.

Toute la nuit on marcha. Les renseignemens recueillis en route apprenaient que l’ennemi s’était concentré à la Catalana. On fit donc une diversion de ce côté. A mesure qu’on avançait, on surprenait de petits groupes de cavaliers qui se ralliaient vers ce dernier point, et qui, serrés de trop près par les contre-guérillas, se jetaient dans la broussaille en abandonnant leurs chevaux. Cette façon de se dérober en guerre est commune aux Mexicains, qui, sitôt qu’ils sont hors d’atteinte, remplacent aisément la monture abandonnée en attrapant, à l’aide du lasso [16], les chevaux sauvages, toujours nombreux dans les bois. Vers le lever du soleil, on n’était plus qu’à quatre lieues de la Catalana ; mais un ruisseau, le rio del Estero, barrait la route. Le lit vaseux du rio était impraticable : les bêtes enfonçaient jusqu’au poitrail le long de la berge trompeuse, cachée par les bambous et les volubilis en fleur. Il fallut se rabattre sur Paso-Ancho, où, le 4 juin au soir, la contre-guérilla reçut enfin la garde des officiers mexicains de Puebla, qui arrivèrent le 6 à la Soledad, sans avoir été secourus par leurs compagnons d’armes.

Le 12 juin, une grande nouvelle, apportée par la diligence de Puebla, dont les voyageurs avaient été dévalisés sur le parcours de Cordova, se répandit dans le petit camp de la Soledad. Grâce à une marche rapide, l’armée française avait escaladé le Popocatepetl [17] malgré les amas d’arbres jetés sur la route par les libéraux battant en retraite, et était entrée à Mexico sans coup férir. Bien des imaginations ce jour-là traversèrent l’Océan et revirent la France. La guerre n’était-elle pas terminée du coup ? La fuite de Juarès ne le frappait-elle pas de déchéance ou d’impuissance définitive aux yeux mêmes de ses fidèles ? Les bandes des terres chaudes, découragées par ce dernier abandon, n’allaient-elles pas déposer les armes ? Les illusions furent de courte durée, car les régions comprises entre la Vera-Cruz et la Soledad recommencèrent à remuer. Néanmoins la prise de Mexico rendit plus de liberté aux chefs de nos postes militaires. En outre il devenait plus facile de soumettre les rebelles, grâce à l’arrivée de la saison de l’hivernage, où les abris sont nécessaires aux habitans, qui ne peuvent résister en plein air aux aguaceros, avalanches d’eau qui s’abattent sur le Mexique depuis le mois de juin. Les bras étaient nécessaires aux semailles du maïs, et, pour éviter la famine, le Mexicain des terres chaudes devait rester attaché à son sol durant le temps des travaux agricoles.

A peine la nouvelle de l’entrée à Mexico fut-elle confirmée, que la contre-guérilla leva le camp. Une expédition sur la ville juariste de Cotastla venait d’être décidée. Cent cavaliers et cent trente fantassins se mirent en route au soleil couchant. San-Miguel, à quatre lieues de la Soledad, fut la première étape. Non loin de San-Miguel, il y avait un village nommé Cueva-Pintada (la caverne bigarrée), connue par le concours prêté à des massacres qui avaient enlevé à la légion étrangère une de ses compagnies au mémorable combat de Camaron [18]. On marcha sur ce village, et malgré les coups de fusil d’un gros parti de cavaliers qui s’était retiré derrière une vaste barranca pour surprendre la colonne, la Cueva-Pintada fut réduite en cendres. Les propriétaires des maisons qui recélaient les effets enlevés aux victimes de Camaron furent emmenés prisonniers. Après un tel exemple, on crut pouvoir obtenir la reddition volontaire de Cotastla. Une lettre du colonel Du Pin plaça le commandant de cette place, don Hilario Osorio, dans la nécessité de choisir entre l’amnistie la plus large pour le passé ou une guerre à outrance. Une femme servit de courrier. Le lendemain, l’intrépide amazone, montée sur un bel étalon, amenait au camp le plénipotentiaire d’Osorio, qui acceptait l’amnistie. La colonne se dirigea aussitôt sur Cotastla. L’Atoyac, grossi par les pluies de l’hivernage, était effrayant dans sa course, et roulait avec bruit des blocs de rochers détachés de la montagne. Malgré d’immenses difficultés, toute la troupe, après quelques pertes de chevaux entraînés par le torrent, termina son passage à la lueur de grandes branches résineuses allumées sur la berge. Le curé, entouré d’Indiennes chargées d’enfans qu’elles portaient sur les reins enroulés dans un pli du rebozo, attendait le chef français sur la rive. On pénétra dans la ville ; elle était déserte. Sur la place, un débit de liqueurs tenu par un Espagnol était seul ouvert.

Cotastla est la plus ancienne ville des terres chaudes, qu’elle domine politiquement. Une centaine de maisons de bambous, une chapelle délabrée, une maison de pierre, une fontaine tarie et un marché couvert en chaume, flanqué de quatre ou cinq bancs de maçonnerie peints en rouge, voilà cette ville. Comme tous les centres de la zone du littoral, elle est bordée de bois et forme presque entonnoir, grâce aux mamelons et aux gorges d’aspect sauvage dont elle est cernée. L’isolement de Cotastla, sa sombre ceinture de broussailles presque impénétrables, le silence de la ville et l’absence de tous les hommes qui avaient évacué les maisons pour courir au large, conseillaient des mesures de prudence pour la nuit. On n’alluma pas de feux de bivouac, et les cavaliers couchèrent sur la place à la tête de leurs chevaux, la bride passée dans le bras. Vers le 15 juin, dans la soirée, des Indiens porteurs de dindes et de grandes jattes pleines de graisse vinrent s’installer près du marché. Ils avaient tout l’air, à voir leurs yeux inquiets, d’émissaires chargés d’examiner les allures des Français et de s’assurer de leurs bonnes dispositions, ils demandèrent en échange de leurs marchandises des prix fabuleux qui furent payés intégralement. Ce dernier procédé leur sembla de bon augure, et quand ils se retirèrent le soir, riches de piastres facilement gagnées, ils firent un adieu cordial. Le 16, avant les premières lueurs du matin, les maisons de Cotastla s’animèrent, et le chef Osorio, précédé par le curé, suivi de tous les notables, se présenta chez le commandant français pour le remercier d’avoir épargné sa femme et ses filles, restées dans la ville. Une allocution des plus conciliantes adressée par le chef de la contre-guérilla à l’alcade offrant sa soumission fit bon effet sur les assistans. Le lendemain, la population, avisée de la conduite des Français, rentrait en masse. Un marché considérable étalait sur la place tous les fruits des terres chaudes. Les approvisionnemens pour la troupe abondaient, et la concurrence, en face des piastres bien sonnantes, avait créé des tarifs raisonnables [19]. A midi, dans la salle et sous les arcades de la municipalité, tous les habitans se réunirent d’eux-mêmes pour nommer un nouvel alcade. Le nom d’Osorio était dans toutes les bouches, sur l’avis même de l’autorité française ; mais le chef mexicain, avec une grande loyauté, déclara, séance tenante, « qu’il refusait pareil honneur, ses convictions libérales étant contraires à l’intervention ; » il ajouta « qu’il avait engagé sa parole de soldat de ne plus servir contre les Français. » Il tint parole. Le vote fut favorable à l’ancien alcade, don Juan Dominguez, que Cotastla s’était donné avant le débarquement des flottes alliées. Le 18 juin, un banquet réunit les fonctionnaires et les notables de Cotastla aux officiers de la contreguérilla. On jura fidélité aux ordres du général en chef, et le soir on se sépara.

Aussitôt après la prise de Cotastla, la colonne expéditionnaire reçut l’ordre de se rendre à Cordova, où elle devait se remonter en chevaux. Au moment du départ, un habitant de Cotastla eut à se plaindre de mauvais traitemens exercés sur lui par un colorado. Justice fut rendue. Le coupable fut condamné aux ceps. La ville s’était engagée à le ramener à Cordovadès qu’il aurait subi sa peine ; elle tint sa promesse : quelques jours après, une bande d’habitans armés sortit de Cotastla pour ramener le soldat brutal à Cordova avec les plus grands égards.

La marche sur Cordova ne fut guère favorisée au début. Les premières journées (19 et 20 juin) furent marquées par des pluies torrentielles. Tous les ruisseaux étaient gonflés, et les chemins de traverse étaient défoncés ou changés en lacs. Un seul incident fut à noter dans ces deux jours, — la visite de la colonne en marche à un curé qui avait fait échapper devant notre cavalerie des partisans mexicains réunis au rancho de San-Juan de la Punta. Cet excellent ecclésiastique, décrié à dix lieues à la ronde, tenait boutique de liqueurs, et, tout en les débitant à un prix élevé, chaque samedi il grisait les guérillas, qu’il dépouillait ensuite de leur argent dans une partie de monte. La séance de jeu durait deux ou trois jours de suite. Le curé reçut le sage avis de renoncer à son commerce, de moins fréquenter les guérillas, et de travailler à sa propre conversion avant de songer à celle de ses paroissiens.

Un des plus beaux spectacles des terres chaudes, c’est le panorama de la montagne du Chiquihuite. On arrive au pont jeté sur le torrent du même nom après avoir traversé une région aride et monotone. Une fois le pont franchi, on voit l’horizon bleuâtre, fuyant dans les gorges de la forêt vierge du Chiquihuite, se parer de teintes merveilleuses, blanchi parfois par les vapeurs qui s’élèvent légèrement des bois. La route, taillée dans le roc, gravit le flanc de la montagne. Le torrent roule avec fracas ses eaux glaciales et limpides, qui s’en vont jaillissant de cascade en cascade à l’ombre des cocotiers et des bambous. Partout c’est un splendide fouillis de verdure et de fleurs, où se donnent rendez-vous les plus brillans oiseaux de la création, depuis l’oiseau-mouche jusqu’au guacamayas (gros perroquet) à la queue traînante. Le touriste qui s’arrête au haut de la pente pour reprendre haleine peut jeter un regard en arrière : de là il découvre, quand les terres chaudes ne sont pas voilées de brouillards, trente lieues de pays jusqu’aux bords du golfe du Mexique.

La grande route, qui monte assez rapidement du Chiquihuite à Cordova, est par les beaux temps d’un parcours facile. On a quitté à peine les terres chaudes, on est déjà en terre tempérée. Sur les penchans des montagnes, arrosées par de nombreuses sources, fleurissent les caféiers aux baies rougissantes, — dans les bas-fonds les bananiers, — à mi-pente les plantations de coton. Le chemin de Cordova serpente dans les bois. A une lieue de la ville se dresse, comme une sentinelle avancée, un roc volcanique, couronné d’arbres magnifiques, qui commande le défilé. C’était jadis le refuge de tous les bandits, qu’il était impossible d’y poursuivre sous les énormes blocs de pierre qu’ils faisaient rouler pour leur défense.

Le 20 juin, un peu après midi (c’est toujours vers trois heures que les orages commencent à gronder dans le ciel du Mexique), une pluie torrentielle inondait la vallée de Cordova. Les échos du tonnerre roulaient majestueusement de montagne en montagne. Cavaliers et fantassins étaient trempés jusqu’aux os, et les chevaux, aveuglés par l’averse, avançaient avec peine sur la route où, l’été dernier encore, dans des circonstances pareilles, on a vu se noyer des mulets avec leur charge. Enfin apparut à un détour du chemin la garrita de Cordova. La garrrita, peinte en rouge et en blanc, est le bureau d’octroi et de douane placé à un kilomètre de chaque ville, que les contrebandiers savent si bien éviter, grâce à la complicité payée des agens. C’est un bâtiment à trois ou quatre arcades. Au-dessus et au centre se détache l’écusson national, qui porte l’aigle du Mexique reposant sur des feuilles de nopal et écrasant un serpent dans son bec et ses serres. Un quart d’heure après, la contre-guérilla, passant à travers les attelages embourbés dont la route était encombrée, entrait à Cordova, où elle séjourna, pour se reposer de ses rudes fatigues, jusqu’au 25 juin.

Cordova, la première ville après Vera-Cruz que le voyageur rencontre sur la route de Mexico, est admirablement située en terre tempérée. Le climat, quoique toujours imprégné d’une chaleur humide pendant l’hivernage, est agréable le reste de l’année. De rians jardins, désertés encore en 1863, entourent la ville, excepté du côté d’Orizaba, où elle est dominée par les bois. Elle compte aujourd’hui deux ou trois mille âmes ; elle en comptait douze mille avant les dernières révolutions. Un des principaux habitans, riche à millions, grâce à ses caféières, qui couvrent tout le flanc droit de la montagne, profita du séjour des officiers français pour les inviter à une petite fête de famille. Après être allé faire ses études de droit et de médecine en France, malgré sa grosse fortune il était revenu au pays natal tenir une petite boutique d’épiceries. Dans son salon d’une élégance toute mexicaine, il y avait quatre pendules dorées ; pas une ne marquait l’heure. Les huit jeunes filles de la maison chantèrent au piano, le fils accompagna ses sœurs sur la flûte. Le concert se termina par une distribution de tasses de chocolat toujours admirablement préparé au Mexique, où les indigènes font une immense consommation de cacao, et de grands verres d’eau glacée. Les femmes, dont plusieurs étaient jolies, bien parées, quoique ne portant pas de bas [20], couvertes de magnifiques cheveux épars sur leurs épaules, fumaient la cigarette assises en rond, et leurs petites lèvres aux dents blanches laissèrent échapper après la collation, selon l’habitude du pays, ces légers bruits du gosier que l’urbanité française condamne, mais qui sont très bien reçus par les Espagnols et les Arabes quand ils veulent faire honneur à leurs convives ou à leurs hôtes. La meilleure société de Mexico a plus tard, au contact des officiers français légèrement surpris, modifié cette coutume un peu primitive.


V

Cinq jours de repos passés à Cordova furent utiles à la contre-guérilla. Pendant ce temps, elle fit les préparatifs nécessaires pour mener à bonne fin diverses opérations projetées contre deux villes juaristes, Coscomatepec et Huatusco. En cas de succès, la tournée devait durer deux ou trois semaines. Le 25 juin, après le coucher de la lune, la colonne expéditionnaire se mit en route, forte de cent cavaliers et de cent fantassins, éclairés par la petite contre-guérilla mexicaine de Cordova du commandant Vasquez, ralliée à nos armes. Après une heure de marche, on rencontra une barranca d’une immense profondeur, mais si étroite que le son arrivait d’une berge à l’autre. Une partie de l’infanterie, baïonnette au canon, s’engagea dans les pentes rapides et sinueuses au gouffre, dont les siècles ont creusé le lit souterrain, ravagé par les eaux. La cavalerie mit pied à terre, et malgré tous les éboulemens de cailloux croulans sous les fers des chevaux, on parvint à l’autre pente, pleine de difficultés dans les escarpemens. A mi-chemin, l’infanterie se massa sans bruit ; trois quien viva (qui vive !) pleins d’angoisse furent lancés dans l’espace. Le silence seul répondit. Les fantassins grimpaient toujours. Un cri d’alerte fut poussé. Une vaste barricade dominant le défilé s’éclaira de mille lueurs, et malgré les décharges de mousqueterie plongeante, la barricade, abordée de front, fut enlevée. Les défenseurs, poursuivis pendant trois kilomètres jusqu’au village de Tomatlan, laissant bonne partie des leurs massacrés à l’arme blanche, s’enfuirent dans les bois après une résistance qui leur coûta cher. La contre-guérilla éprouva aussi quelques pertes : le sergent-major de l’infanterie eut le ventre traversé d’une horrible blessure. Il était temps d’arriver à Tomatlan ; ce village, quelques jours auparavant, s’était rallié à l’intervention. Le soir même, des contingens de Huatusco faisaient irruption sur ce petit centre en criant vengeance. L’engagement de nuit l’avait sauvé du pillage. Le 26, on arrivait à Coscomatepec [21] sans combat. La population ne bougea point. Le préfet politique et militaire, à qui on avait offert l’amnistie, avait refusé de traiter avec los invasores (les envahisseurs) ; il était parti. L’attitude de ce fonctionnaire avait heureusement désorganisé la défense.

Toutes ces contrées comprises entre Cordova, Jalapa et Perote [22] sont radicalement hostiles à l’étranger. Aussi la soumission de la ville de Huatusco était-elle d’une importance capitale pour la sécurité des terres chaudes ; mais avec une poignée d’hommes, à dix-huit lieues de Cordova, l’entreprise était périlleuse, d’autant plus qu’à partir de Coscomatepec, tous les points en arrière étaient occupés par les forces libérales. La colonne n’en partit pas moins, elle traversa de jour une seconde barranca ; plusieurs légères escarmouches eurent lieu dans le trajet, mais les lanceros [23] se retirèrent de hauteur en hauteur, lâchant toujours pied. A quelque distance de Huatusco, ils prirent le trot et disparurent à l’horizon. Vers midi, la colonne entrait à Huatusco au son de toutes les cloches. Au Mexique, tous les partis vainqueurs ont l’honneur du repique (carillon des cloches) : cela est de fondation ; il n’y aurait pas de triomphe complet sans une série de carillons déchirans pour les oreilles les moins délicates. Les rues et les places de la ville étaient absolument désertes. La population féminine, entassée dans l’église, priait et tremblait. Le curé, entouré de cinq ou six étrangers qui demandaient aussi protection au saint lieu, attendaient dans la sacristie. L’alcade s’était enfui avec tous les hommes en état déporter les armes ; la population fut invitée à nommer le 29 un nouvel alcade, et une proclamation fut affichée sur les murs pour rassurer les habitans sur leur sort et celui de leurs biens. Le même soir, l’avant-garde des libéraux, sortis en masse de Jalapa et Perote pour défendre Huatuseo menacé, avait déjà fait son apparition à Elotepec, village indien distant de la ville de 40 kilomètres. Huatuco était trop vaste pour être défendu par une petite troupe, grâce à ses jardins ouverts sur toutes les faces. Le seul moyen d’arrêter le mouvement de l’ennemi était d’aller l’attaquer avant que ses rangs fussent trop compactes. Dans la nuit du 28 juin, deux officiers de fortune renommés dans la contre-guérilla pour leur hardiesse et leur sang-froid, Sudrie et Perret, bravant les mauvais chemins et les difficultés des pentes, tentèrent, à la tête d’un détachement d’élite, un vigoureux coup de main sur les avant-postes ennemis qu’ils culbutèrent. La rencontre, qui eut lieu à l’arme blanche au ravin nommé barranca del Diabolo sous les rayons de la lune, fut sanglante. Cet heureux fait d’armes, qui coûta trente-cinq tués et quarante-six blessés aux libéraux, retarda leur projet d’assaut sur Huatusco. Le 29 juin, l’élection de l’alcade accusa clairement l’esprit d’hostilité de cette ville ; les électeurs furent peu empressés, et les candidats nommés refusèrent tous l’honneur dangereux de s’allier à la cause française. En présence de semblables dispositions et devant les forces qui grossissaient à Elotepec, on dut évacuer la place, et, malgré les prières d’une partie de la population désespérée, la contre-guérilla rentra dans Coscomatepec, où deux compagnies du 7e de ligne étaient venues appuyer la colonne. Malgré tous les motifs plausibles qui conseillaient l’abandon de Huatusco, cette opération ainsi terminée fut une faute. Huatusco était un point important dont on savait la population en hostilité ouverte avec les idées françaises. Il valait mieux ne pas y entrer, si on ne devait pas s’y maintenir. Cette manière d’opérer, trop souvent répétée dans la guerre du Mexique en 1863 et 1864, n’a servi qu’à prolonger la résistance de plusieurs centres importans.

A peine l’évacuation de Huatusco était-elle accomplie, que les libéraux vinrent l’occuper avec deux pièces d’artillerie, et s’y livrèrent à toute sorte d’excès. La barranca qui traverse Coscomatepec fut solidement fortifiée par six cents soldats réguliers, et le quartier-général du chef Gamacho s’établit au rancho de Tlaltingo, qui domine la barranca et en commande la sortie. La contre-guérilla française envoya en hâte un détachement chercher des renforts à la Soledad, et, ainsi affaiblie, s’installa, faisant face à l’ennemi, à Coscomatepec, où elle éleva des ouvrages de défense. Les quatre rues débouchant aux angles de la place furent coupées et barricadées. L’église de Coscomatepec, où l’on accumula les munitions, l’eau et les vivres pour dix jours de résistance, devint un formidable réduit. Sa vaste terrasse, protégée par des rangs superposés d’adobes (tuiles du pays en terre séchée au soleil), et sa tour carrée, qui sert de mirador, (observatoire) se couvrirent de tireurs embusqués, dont les projectiles menaçaient la plaine. Quelques heureuses sorties, grâce à la grande portée de nos carabines, refroidirent un peu l’ardeur de l’ennemi. Le drapeau rouge qui flottait à 1,800 mètres au-dessus du quartier-général de Tlaltingo servit souvent de point de mire aux balles des contre-guérillas, quand l’état-major ennemi se mettait en observation autour du rancho, ou quand la cavalerie des libéraux venait y parader. Le 16 juillet enfin, deux compagnies du 7e de ligne vinrent à Coscomatepec relever la contre-guérilla, qui se rendit à Orizaba pour rentrer le 21 juillet au camp de la Soledad. Une lettre du général en chef, complimentant la contre-guérilla sur sa conduite malgré l’inutile tentative sur Huatusco, décida le 12 juillet sa réorganisation. Le colonel Du Pin et le commandant supérieur de Vera-Cruz devaient arrêter immédiatement la nouvelle composition du corps et la soumettre à la sanction du quartier-général à Mexico.

A ce moment, les populations de l’état de Vera-Cruz semblaient presque pacifiées. Sous les pluies de l’hivernage, le maïs avait grandi, le temps des semailles avait rendu les rebelles moins turbulens ; mais vers la fin de juillet, époque à laquelle les cultures n’ont plus besoin des bras des travailleurs, de nouveaux indices de mouvemens hostiles éclatèrent dans les terres chaudes et les terres tempérées. Presque toutes les villes avaient entendu l’appel de deux chefs de bandes, Milan et Cuellar, dont la cavalerie était considérable, et qui dominaient tout le pays jusqu’à la position de Puente-Nacional [24]. Pendant une opération combinée entre les commandans supérieurs de Vera-Cruz et d’Orizaba pour enfermer les libéraux dans un cercle de fer et réoccuper Huatusco, la contre-guérilla reçut ordre de se porter à San-Miguel, d’où ses reconnaissances protégeraient efficacement la ville de Cotastla, restée fidèle, et que menaçait un parti ennemi ; mais presque aussitôt une mission plus urgente obligea la contre-guérilla, relevée de ses positions, à se rendre à marches forcées sur la Soledad. Un convoi de 12 millions de francs destinés à l’armée française, entrée à Mexico, montait à Cordova, et une forte escorte était nécessaire. Le 15 juillet, ce convoi, suivi de deux compagnies du train d’artillerie arrivant de France avec un bon nombre d’équipages, se mit en route, protégé par la contre-guérilla et deux compagnies du 7e de ligne. Pendant une journée de marche jusqu’à Camaron, Honorato Dominguez, à la tête de six cents guérilleros mexicains, déroba sa marche sous bois, dans l’espoir de trouver une occasion favorable. A la vue des précautions prises, il renonça à son projet d’enlèvement. Pourtant les difficultés immenses du trajet eussent dû l’amorcer, car les routes étaient complètement défoncées, les boues arrêtaient les chariots, et mille fois, surtout depuis le Chiquihuite jusqu’à Cordova, il fallut tripler les attelages pour les retirer des cloaques et des fossés où ils versaient. Le 21 août, le convoi entrait sain et sauf à Cordova, d’où la contre-guérilla redescendit vers la Soledad. A peine était-elle revenue à son ancien campement, que la nouvelle de la dévastation de Cotastla par les bandes de Tlaliscoya et de Passo-Santa-Anna parvint au colonel. L’alcade Dominguez avait pris la fuite, plusieurs fonctionnaires avaient été pendus, et les maisons des gens compromis étaient incendiées. Cotastla fut réoccupée aussitôt par deux compagnies de la légion étrangère. Après avoir fait le service d’escorte et de convoi jusqu’au 20 septembre, après avoir rendu bonne justice à plusieurs bandits tombés dans ses ambuscades, la contre-guérilla reçut l’ordre de quitter la Soledad pour s’établir au village de Camaron. Elle ne put laisser qu’un faible détachement au camp qu’elle allait quitter.

Les travaux du chemin de fer de Vera-Cruz à Mexico, tant de fois repris et abandonnés depuis dix ans, étaient l’objet de la préoccupation de l’autorité française, car de la rapidité de ces constructions dépendaient la facilite des transports nécessaires à l’armée et la salubrité des divers détachemens envoyés en terre chaude, ou à Vera-Cruz même, pour faire monter les convois jusqu’à Orizaba. Cette entreprise avait malheureusement rencontré d’immenses difficultés. Sans compter l’ardeur du soleil, les miasmes qui frappaient les travailleurs, les attaques continuelles des guérillas avaient plus d’une fois éloigné les bras des ateliers. Le plus grand obstacle du tracé venait au reste de la hauteur des berges du Jamapa, que la voie ferrée devait traverser près de la Soledad. Le tablier de l’ancien pont, brûlé par les libéraux, était en reconstruction, et au-dessus du nouveau tablier, destiné aux voitures et aux piétons, commençaient à se dresser les échafaudages nécessaires à la superposition d’un hardi viaduc. Les remblais s’étaient élevés à leur tour sur la rive droite, et les terrassemens de la Soledad au Chiquihuite avaient été entrepris. C’est alors que la contre-guérilla dut se rendre à Camaron, à 20 kilomètres de la Soledad, pour protéger les nouveaux chantiers. Elle s’y installa le 19 septembre.

Camaron ne comptait plus qu’une maison à longue façade, à rez-de-chaussée et à cour intérieure sur le côté droit de la route. C’est derrière les murs de cette maison que s’étaient abrités les libéraux pour l’attaque de la compagnie de la légion étrangère retranchée dans les deux maisons situées en face, de l’autre côté du chemin. Aujourd’hui les rails de la voie ferrée traversent les fondations des deux maisons, détruites par l’incendie qu’y alluma l’ennemi. A quelques mètres de là se dresse une croix élevée sur la tombe des soldats de la légion étrangère massacrés le 2 mai 1863. Le premier travail de la contre-guérilla fut de fortifier le poste de Camaron. Des parapets en terre et en pierre furent construits pour abriter les défenseurs en cas de surprise. L’entrée principale fut couverte par un talus et des tonneaux remplis de terre. Les bois trop voisins furent coupés dans un rayon de plusieurs hectares pour dégager le terrain, mettre le quartier à l’abri de l’incendie, et pour allumer les feux de bivouac par les nuits humides. A peine les contre-guérillas y furent-ils installés que des maisons de bois s’y élevèrent par enchantement. A l’exemple de la Soledad, qui était devenue un gros bourg, et qui plus tard reçut de l’empereur Maximilien, à son débarquement, le nom de « Villa-Maréchal, » en souvenir des services rendus par le commandant supérieur de ce nom, Camaron se changea en un village animé. En un clin d’œil, les cantiniers, les maîtres de café, presque tous Américains d’origine, les Indiens des environs, y accoururent avec leurs marchandises, leurs liqueurs et leurs fruits. Tout d’ailleurs était hors de prix, et de simples cabanes, couvertes de grandes herbes du pays apportées à dos de mulet par les indigènes, construites en planches à peine rabotées et en pieux mal équarris, coûtèrent à leurs propriétaires 2 et 300 piastres (1,000 ou 1,500 francs) ; mais chaque industriel savait que la prochaine station de la voie ferrée après l’achèvement du pont de la Soledad s’arrêterait à Camaron, et que les voyageurs, trop heureux d’y trouver un morceau de pain et un toit de chaume, paieraient leur halte à prix d’or. Camaron offrait vraiment le coup d’œil de ces colonies nées d’hier dans les forêts vierges de l’Amérique du Nord sous la cognée des Yankees. Pendant l’hivernage, la chaleur est torride à Camaron ; les partisans français construisirent eux-mêmes de grands abris aérés pour les chevaux, qui souvent périssent d’insolation à cette époque, s’ils ne sont pas protégés par la fraîcheur des bois et le feuillage des arbres.

Dès les premiers jours de son installation à Camaron, un détachement de la contre-guérilla eut un sérieux engagement. Un convoi parti de la Soledad pour ce nouveau poste militaire, où il amenait trois voitures de provisions, du matériel pour le génie et les ouvriers du chemin de fer, s’était mis en route escorté de cinq fantassins et de vingt-deux cavaliers. A deux lieues de la Soledad, cette poignée d’hommes, trompés par les renseignemens des Indiens et croyant la route sûre, s’engagea dans un fourré près de Loma Alta. Tout d’un coup, la guérilla du bandit Honorato Dominguez, suivie d’un escadron régulier sorti de Jalapa, entoura les malheureux en les accablant d’injures. Une lutte désespérée, où le chef du détachement fut tué du premier coup, commença entre les trois cents cavaliers et les vingt-six contre-guérillas. Les cinq fantassins, formés en petit carré, marchaient adossés les uns aux autres. L’un d’eux, le sergent Soliman, ancien turco, d’une force et d’une bravoure herculéennes, faisait le vide autour de lui en portant de terribles coups de crosse. Malgré tout, il tomba, ils tombèrent tous ; mais leurs corps étaient entourés de plus d’un cadavre ennemi. Les cavaliers, aveuglés par les lances et les coups de feu des Mexicains, chargèrent à plusieurs reprises. A chaque rencontre, ils étaient décimés. Deux seulement purent se faire jour par une trouée sanglante. L’un de ces cavaliers, nommé Abila, de la Martinique, se traîna dans les broussailles jusqu’à la Soledad, où il arriva la tête hachée d’un coup de sabre et l’épaule droite fracassée. Il a cependant survécu à ses blessures.

Une des incursions de la contre-guérilla donna lieu à une scène émouvante. Dans une course faite du côté de Cotastla, qui réclamait sans cesse l’appui des Français, fut fait prisonnier un certain Molina au moment où il facilitait la fuite des guérillas réunies dans sa tienda en coupant avec un machete les longes des chevaux attachés au coral pour hâter le départ des cavaliers surpris. La boutique de Molina servait de repaire à tous les bandits, qui y apportaient leur part de butin. Molina était connu comme très riche ; il achetait aux bandits les dépouilles des convois enlevés, les payait à vil prix, et les faisait revendre le plus cher possible sur les marchés de Vera-Cruz et d’Orizaba. On fouilla sa maison ; des lettres significatives établirent sa complicité avec les juaristes. Le colonel Du Pin condamna Molina et l’un de ses parens, son complice reconnu, à être fusillés séance tenante. La femme de Molina était présente à l’arrêt, elle demanda grâce ; mais le colonel ne pouvait l’accorder, et les deux coupables tombèrent sous ses yeux. Elle resta froide et impassible. La troupe se remit en route. Lorsque le colonel Du Pin fut à cheval, la femme de Molina se campa fièrement devant sa monture, et, la main levée, lui cria : « Avant huit jours, colonel, tu mourras ! » puis elle disparût, éclatant en sanglots.

Le 29 septembre, le colonel se rendit à Vera-Cruz pour y toucher la solde de sa troupe à l’intendance. Le 1er octobre au matin, il repartait en secret pour la Soledad. Il avait eu soin d’annoncer à haute voix la veille son départ par le train de deux heures du soir. Le même jour, à trois heures, le train du chemin de fer tombait, au milieu des bois de la Pulga, dans une affreuse embuscade. La locomotive était renversée sur les rails ; les voitures s’entassaient les unes sur les autres. Du haut des deux berges de la voie ferrée, les guérillas mexicaines faisaient un feu plongeant sur les wagons et les voyageurs. La cavalerie ennemie débouchait des deux côtés de la voie. Le chef de bataillon Ligier, commandant supérieur de la Soledad, fut tué. Égyptiens et Français résistèrent héroïquement : mais il resta sur place beaucoup de blessés et de cadavres. Les blessés recueillis le soir racontaient que partout éclatait ce cri de vengeance lorsque les guérillas fouillaient les corps : donde es este misérable Du Pin ? (où donc est ce misérable Du Pin ?). La veuve de Molina n’avait rien épargné, on le voit, pour réaliser ses menaces. Cette attaque, dit-on, lui coûta une somme considérable.

Les ressources étaient rares à Camaron. L’administration militaire n’avait pu encore y installer les magasins où la contre-guérilla devait prendre des denrées contre remboursement. Chaque jour, nos hommes, obligés de se suffire, montaient à cheval, et tout en donnant la chasse aux bandits, chassaient les taureaux sauvages. Quand la course devenait trop périlleuse, à la vue des guérillas toujours en éveil, on jetait par terre les animaux essoufflés qu’on dépeçait dans la broussaille, et chaque cavalier rapportait un quartier de viande saignante attaché sur le devant de sa selle.

Telles étaient les fatigues et les émotions de la contre-guérilla française dans les premiers jours de l’automne de 1864 au bivouac de Camaron, quand on apprit que le général Bazaine venait d’être promu au commandement en chef de l’armée du Mexique. C’était pour la contre-guérilla une nouvelle ère qui allait commencer.


Cte E. DE KÉRATRY.


  1. Voyez, sur les bachi-bozoucks de la Dobrutscha, la Revue du 15 octobre 1859.
  2. Pic très élevé qui se dresse en avant de Puebla.
  3. Ville située en avant de Puebla.
  4. Enceinte palissée pour les animaux.
  5. Habitations rurales.
  6. Ainsi nommés à cause de leurs taches de lèpre.
  7. Tlaliscoya est une vieille ville espagnole qui exerce une grande influence politique sur les localités voisines.
  8. Grandes rafales venant du nord qui désolent trop souvent la plage de Vera-Cruz.
  9. Le machete est un grand couteau à large lame fortement emmanchée.
  10. Ce cavalier, nommé Dumont, a donné depuis trois ans mille preuves de dévouement et d’audace ; il est aujourd’hui officier dans la contre-guérilla.
  11. Après quelques mois de campagne, les régimens comptaient vingt indisponibles sur cent. C’est à peine si la contre-guérilla française en a jamais compté cinq sur cent.
  12. Le colonel Labrousse avait le droit de rêver une brillante carrière. Hélas ! quelques mois après, le vomito comptait une victime de plus. La marine et l’armée, pas plus que les services administratifs et financiers, n’oublieront les sables de Sacrificios et le campo-santo de Vera-Cruz, car elles peuvent appeler avec orgueil ces deux campos-santos les champs d’honneur du dévouement et du devoir.
  13. Depuis 1863, date de leur arrivée au Mexique à titre d’auxiliaires, ces braves enfans du désert africain ont eu le cœur aussi vaillant devant le feu que devant les fièvres, et les services qu’ils renflent dans les postes les plus malsains des terres chaudes ont droit à la gratitude du Mexique et de la France. Leur costume tout blanc, d’une exquise propreté, est bien connu dans l’état de Vera-Cruz, et inspire une grande terreur aux bandes mexicaines.
  14. Villes juaristes situées l’une au nord, l’autre au sud de la route de Mexico, à une vingtaine de lieues dans l’intérieur des terres chaudes.
  15. Gite d’étape sur la route de Puebla.
  16. On le sait, le lasso est une grande corde tressée en cuir ou en fil d’aloès, terminée par un nœud coulant destiné à saisir l’animal qu’on poursuit à la course.
  17. Le pic le pus élevé du Mexique, qui domine d’un coté la vallée de Puebla et de l’autre celle de Mexico.
  18. C’est au bourg de Camaron que le 2 mai 1863 une compagnie de la légion étrangère fut massacrée après une lutte héroïque soutenue contre les troupes juaristes.
  19. Bien sonnantes est le mot, car au Mexique, par suite de la grande quantité de fausse monnaie qui inonde le pays, pas un débitant ou négociant ne reçoit un petit ou gros paiement sans faire rebondir les piastres sur son comptoir, et notre amour-propre à dû céder devant cette mesure générale de prévoyance.
  20. Encore aujourd’hui beaucoup de Mexicaines appartenant à la classe moyenne (medio pelo) conservent les jambes nues ou de longs pantalons fort disgracieux flottant jusque sur la chaussure.
  21. Bourgade d’origine indienne peuplée aujourd’hui surtout de métis.
  22. Ville fortifiée, située sur l’autre route de Puebla, d’où le sommet du pic voisin, qui a la forme d’un coffre, a pris le nom de « coffre de Perote. »
  23. La cavalerie mexicaine était composée surtout de lanciers. Il est regrettable que la France n’ait pas opposé à ces régimens mexicains des lanciers français, qui eussent rendu de grands services. La France n’a envoyé contre la cavalerie mexicaine que des hussards et des chasseurs de France et d’Afrique.
  24. Très beau pont construit par les Espagnols près de Jalapa.