La Cousine Bette

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

index


La Cousine Bette
1847



Chapitres I à X
I - X | XI - XX | XXI - XXX | XXXI - XL | XLI - L | LI - LX | LXI - LXX | LXXI - LXXX | LXXXI - XC | XCI - C | CI - CX | CXI - CXX | CXXI - CXXX | CXXXI - fin



Sommaire :

  • I. Où la passion va-t-elle se nicher ?
  • II. De beau-père à belle-mère
  • III. Josépha
  • IV. Attendrissement subit du parfumeur
  • V. Comment on peut marier les belles filles sans fortune
  • VI. Le capitaine perd la bataille
  • VII. Une belle vie de femme
  • VIII. Hortense
  • IX. Un caractère de vieille fille
  • X. L’amoureux de Bette
  • XI. Entre vieille et jeune fille
  • XII. M. Le Baron Hector Hulot d’Ervy
  • XIII. Le Louvre
  • XIV. Où l’on voit que les jolies femmes se trouvent sous les pas des libertins comme les dupes vont au-devant des fripons
  • XV. Le ménage Marneffe
  • XVI. La mansarde des artistes
  • XVII. Histoire d’un exilé
  • XVIII. Aventure d’une araignée qui trouve dans sa toile une belle mouche trop grosse pour elle
  • XIX. Comment on se quitte au treizième arrondissement
  • XX. Une de perdue, une de retrouvée
  • XXI. Le roman de la fille
  • XXII. Laissez faire les jeunes filles
  • XXIII. Une entrevue
  • XXIV. Où le hasard, qui se permet souvent des romans vrais, mène trop bien les choses pour qu’elles aillent longtemps ainsi
  • XXV. Stratégie de Marneffe
  • XXVI. Terrible indiscrétion
  • XXVII. Confidences suprêmes
  • XXVIII. Transformation de la Bette
  • XXIX. De la vie et des opinions de M. Crevel
  • XXX. Suite du précédent
  • XXXI. Dernière tentative de Caliban sur Ariel
  • XXXII. La vengeance manquée
  • XXXIII. Comment se font beaucoup de contrats de mariage
  • XXXIV. Un magnifique exemplaire de séide
  • XXXV. Où la queue des romans ordinaires se trouve au milieu de cette histoire trop véridique, assez anacréontique et terriblement morale
  • XXXVI. Les deux nouvelles mariées
  • XXXVII. Réflexions morales sur l’immoralité
  • XXXVIII. Où l’on voit l’effet des opinions de Crevel
  • XXXIX. Le bel Hulot démantelé
  • XL. Une des sept plaies de Paris
  • XLI. Espérances de la cousine Bette
  • XLII. A quelles extrémités les libertins réduisent leurs femmes légitimes
  • XLIII. La famille attristée
  • XLIV. Le dîner
  • XLV. Un revenant à revenu
  • XLVI. A quel âge les hommes à bonnes fortunes deviennent jaloux
  • XLVII. Une première scène de haute comédie féminine
  • XLVIII. Scène digne des loges
  • XLIX. Deuxième scène de haute comédie féminine
  • L. Crevel se venge
  • LI. La petite maison du sieur Crevel
  • LII. Deux confrères de la grande confrérie des confrères
  • LIII. Deux vrais enragés buveurs
  • LIV. Autre vue d’un ménage légitime
  • LV. Ce qui fait les grands artistes
  • LVI. Effet de la lune de miel dans les arts
  • LVII. De la sculpture
  • LVIII. Où l’on voit la puissance de ce grand dissolvant social, la misère
  • LIX. Considérations sur les mouches
  • LX. Une belle entrée
  • LXI. Des Polonais en général et de Steinbock en particulier
  • LXII. Commentaires sur l’histoire de Dalila
  • LXIII. Jeune, artiste et Polonais que vouliez-vous qu’il fit ?
  • LXIV. Retour au logis
  • LXV. Le premier coup de poignard
  • LXVI. La première querelle de la vie conjugale
  • LXVII. Un soupçon suit toujours le premier coup de poignard
  • LXVIII. Un enfant trouvé
  • LXIX. Second père de la chambre Marneffe
  • LXX. Différence entre la mère et la fille
  • LXXI. Troisième père de la chambre Marneffe
  • LXXII. Les cinq pères de l’église Marneffe
  • LXXIII. Exploitation au père
  • LXXIV. Un triste bonheur
  • LXXV. Quels ravages font les madame Marneffe au sein des familles
  • LXXVI. Résumé de l’histoire des favorites
  • LXXVII. Audace d’un des cinq pères
  • LXXVIII. Autre sommation
  • LXXIX. La porte au nez
  • LXXX. Un réveil
  • LXXXI. Son, recoupe et recoupette
  • LXXXII. Opération chirurgicale
  • LXXXIII. Réflexions morales
  • LXXXIV. Fructus Belli, tout retombe sur le ministère de la guerre
  • LXXXV. Autre désastre
  • LXXXVI. Autre toilette
  • LXXXVII. Une courtisane sublime
  • LXXXVIII. Crevel professe
  • LXXXIX. Où la fausse courtisane se révèle une sainte
  • XC. Autre guitare
  • XCI. Un trait du maréchal Hulot
  • XCII. La mercuriale du prince
  • XCIII. Très court duel entre le maréchal Hulot, comte de Forzheim, et Son Excellence monseigneur le maréchal Cottin, prince de Wissembourg, duc d’Orfano, ministre de la guerre.
  • XCIV. Théorie des canards
  • XCV. La mercuriale du frère
  • XCVI. Un bel enterrement
  • XCVII. Départ du père prodigue
  • XCVIII. Où Josépha disparaît
  • XCIX. Une agrafe
  • C. Le legs du Maréchal
  • CI. Grands changements
  • CII. L’Epée de Damoclès
  • CIII. L’ami du baron Hulot
  • CIV. Le vice et la vertu
  • CV. Liquidation de la maison Thoul et Bijou
  • CVI. L’ange et le démon chassant de compagnie
  • CVII. Autre démon
  • CVIII. La police
  • CIX. Changement du père Thoul en père Thorec
  • CX. Une scène de famille
  • CXI. Une autre scène de famille
  • CXII. Effet de chantage
  • CXIII. Combabus
  • CXIV. Un dîner de lorettes
  • XV. Où l’on voit Mme Nourrisson à l’ouvrage
  • CXVI. Ce qu’est une petite maison en 1840
  • CXVII. Dernière scène de haute comédie féminine
  • CXVIII. La vengeance tombe sur Valérie
  • CXIX. Le frère quêteur
  • CXX. Propos de médecin
  • CXXI. Le doigt de Dieu et celui du Brésilien
  • CXXII. Le dernier mot de Valérie
  • CXXIII. Les derniers mots de Crevel
  • CXXIV. Un des cotés de la spéculation
  • CXXV. Où l’on ne dit pas pourquoi tous les fumistes de Paris sont Italiens
  • CXXVI. La nouvelle Atala tout aussi sauvage que l’autre et pas aussi catholique
  • CXXVII. Continuation du précédent
  • CXXVIII. Une reconnaissance
  • CXXIX. Le dernier mot d’Atala
  • CXXX. Retour du père prodigue
  • CXXXI. Eloge de l’oubli
  • CXXXII. Un dénouement atroce, réel et vrai