La Dernière Lettre de Louis XVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Dernière lettre de Louis XVI
20 Janvier 1793


20 Janvier 1793

Je demande un délai de trois jours pour pouvoir me préparer à paraître devant la présence de Dieu. Je demande pour cela de pouvoir voir librement la personne que j'indiquerai aux commissaires de la Commune, et que cette personne soit à l'abri de toutte inquiétude et de toutte crainte pour cet acte de charité qu'elle remplira auprès de moi. Je demande d'estre délivré de la surveillance perpétuelle que le Conseil Général a établi depuis quelques jours.

Je demande dans cet intervalle à pouvoir voir ma famille quand je le demanderai et sans témoins. Je désirerois bien que la Convention Nationale s'occupat tout de suite du sort de ma famille, et qu'elle lui permit de se retirer librement et convenablement où elle le juge utile à propos.

Je recommende à la bienfaisance de la Nation touttes les personnes qui m'étoient attachés, il y en a beaucoup qui avoient mis toutes leur fortune dans leurs charges, et qui n'aient plus d'appointements doivent estre dans le besoin, et mesme de celles qui ne vivoient que de leurs appointements. Dans les pensionnaires il y a beaucoup de vieillards de femmes et d'enfants qui n'avoient que cela pour vivre. A la Cour du Temple le janvier 1793.

Signé : LOUIS.

Voir aussi :
Décrets de la Convention nationale signifiés à Louis Capet, dernier roi des Français, le 20 janvier 1793, lus au roi par Grouvelle, secrétaire du Conseil exécutif provisoire, avant que le condamné tire son portefeuille glissé dans sa poche, et les y range, pour remettre en échange ladite « Dernière Lettre » à Garat, ministre de la Justice, chargé de la communiquer à la Convention nationale.