La Figure de proue/Rencontre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Fasquelle (p. 99-100).

Rencontre

L’aventure à travers les pays parcourus.
Les plaines sans verdure où, nue et torse, brille
La Medjerda, comme une anguille,
        Dans la douleur du soleil cru ;

        Les jardins des villes arabes
Et d’autres ; les cités en ruine ou debout,
Carthage trois fois morte où l’orge garde un goût
        Des cendres immémoriales ;

        La forêt des pays Kroumirs
Où nous galopions, une rose à l’oreille,
        Sur nos belles mules pareilles.
Nous délivrant de tout, même du souvenir ;


        L’aurore couleur d’abricot,
Le midi, le couchant, la lune ronde et haute
        Sur ces forêts où, côte à côte,
Nous vivions glorieux, seuls avec notre écho ;

        Les soirs d’immense rêverie
Sur le plus haut des monts du pays vert et roux,
        Lorsque, du fond de l’Algérie,
Les sommets successifs déferlaient contre nous ;

Tout cela qui berçait notre vie ineffable,
Pour un moment, en moi, fut comme n’étant plus.
Le jour que, sans savoir, nous sommes descendus
À Tabarka, ville marine dans le sable,

        Parce que la mer s’y répand
        Verte, lumineuse et foncée,
Et qu’au cœur du large bleu-paon,
Toute mon âme s’est en silence élancée
Vers plus loin, vers plus beau, vers plus pur, vers plus grand,
Où nous n’atteindrons pas, même par la pensée…