La Gloire du Verbe/La Peur D'Aimer

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Gloire du verbe : 1885-1890
Librairie de l’Art indépendant.

LA PEUR D'AIMER


A José Maria de Hérédia.




La Bête monstrueuse et le bon Chevalier
Ont lutté tout le jour : le dragon mort distille
Un suprême venin sur le sable infertile.
Et le triomphateur entre dans le hallier.

Il va, les yeux hagards d'un songe familier :
Là-bas, le palais d'or miraculeux rutile
Et la Princesse rêve, en sa grâce inutile,
A l'amant inconnu qui la doit éveiller.


Mais lorsque le vainqueur de l'hydre et des licornes
Vit, après le bois sombre et les escaliers mornes,
La vierge aux cheveux blonds comme un soleil d'Avril

Dans la jeune splendeur de sa puberté mûre,
L'angoisse de l'amour mordit son cœur viril
Et sa chair de héros trembla, sous son armure.