Mozilla.svg

La Grève des femmes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chants révolutionnairesAu bureau du Comité Pottier (p. 37-38).



LA GRÈVE DES FEMMES



À Édouard Hachin (Lice chansonnière).


Il surgit une autre Pucelle.
Insurgeant la femme, elle dit :
« Jusqu’à la paix universelle
» Tenons l’amour en interdit.

» À bas la guerre ! en grève ! en grève !
» La femme doit briser le glaive.
» Nargue à l’époux, nargue à l’amant !
» Jusqu’au désarmement :
» Les femmes sont en grève !

» Cœurs dévoués, brunes ou blondes,
» Que le sang versé révolta ;
» Ô citoyennes des deux mondes,
» Faisons notre grand coup d’État !

» Puisque la guerre inassouvie
» Entasse morts et mutilés,
» Nous, sur les portes de la vie,
» Dès ce soir posons les scellés !

» Ce noble but, chastes coquettes,
» Nous l’atteindrons les bras croisés !
» En rayant le droit de conquêtes,
» En rayant le droit aux baisers !


» Monsieur, je suis votre servante,
» Exercez-vous au chassepot !
» Le lit conjugal est en vente
» Pour cause de refus d’impôt.

» Épouses, mères, que nous sommes,
» Laissons ces héros maugréer.
» Tous ceux qui massacrent les hommes
» Ne sont pas dignes d’en créer.

» Quoi ! mettre au monde et, folle et fière,
» Allaiter mes bébés joufflus,
» Pour les jeter dans la carrière
» Quand leurs aînés n’y seront plus ?

» S’il faut recruter vos milices,
» Fécondez tigresse ou guenon :
» Nous ne sommes plus vos complices
» Pour fournir la chair à canon.

» Dieu de paix, bénis ce chômage,
» Et, pour l’honneur des temps nouveaux,
» Nous ferons l’homme à ton image…
» À la reprise des travaux.

» À bas la guerre ! en grève ! en grève !
» La femme doit briser le glaive.
» Nargue à l’époux, nargue à l’amant !
» Jusqu’au désarmement :
» Les femmes sont en grève ! »


Paris, 1867.