La Grande Révolution/XIV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

P.-V. Stock (p. 122-127).

XIV

SOULÈVEMENTS POPULAIRES


Paris, en déjouant les plans de la Cour, avait porté un coup mortel à l’autorité royale. D’autre part, l’apparition du peuple en guenilles dans les rues, comme force active de la Révolution, donnait un nouveau caractère, une nouvelle tendance égalitaire à tout le mouvement. Les riches, les puissants comprirent parfaitement le sens de ce qui s’était accompli à Paris durant ces journées, et l’émigration, des princes d’abord, puis des favoris, des accapareurs, accentuait la victoire. La Cour cherchait déjà l’appui de l’étranger contre la France révolutionnaire.

Cependant, si le soulèvement se fût borné à la capitale, la Révolution n’eût jamais pu se développer au point d’aboutir bientôt à l’écroulement des anciens privilèges. L’insurrection au centre avait été nécessaire pour frapper le gouvernement central, l’ébranler, démoraliser ses défenseurs. Mais pour détruire la force du gouvernement dans les provinces, pour frapper l’ancien régime dans ses attributions gouvernementales et ses privilèges économiques, il fallait le large soulèvement du peuple — dans les villes, les bourgs et les hameaux. C’est précisément ce qui se produisit dans le courant de juillet, sur de vastes étendues de la France.

Les historiens, qui tous, sciemment ou non, ont suivi de très près les Deux amis de la liberté, ont généralement représenté ce mouvement des villes et des campagnes, comme une conséquence de la prise de la Bastille. La nouvelle de ce succès aurait soulevé les campagnes. Les châteaux furent brûlés, et ce soulèvement des paysans sema tant de terreurs, que le 4 août les nobles et le clergé abdiquèrent leurs droits féodaux.

Cependant, cette version n’est vraie qu’à demi. En ce qui concerne les villes, il est exact qu’un grand nombre de soulèvements urbains eurent lieu sous l’influence de la prise de la Bastille. Les uns, comme celui de Troyes le 18 juillet, de Strasbourg le 19, de Cherbourg le 21, de Rouen le 24, de Maubeuge le 27, suivirent de près le soulèvement de Paris, tandis que les autres continuèrent pendant les trois ou quatre mois suivants, — jusqu’à ce que l’Assemblée nationale eût voté la loi municipale du 14 décembre 1789, qui légalisait la constitution d’un gouvernement municipal de la bourgeoisie, favorisé par une très grande indépendance vis-à-vis du gouvernement central.

Mais en ce qui concerne les paysans, il est évident qu’avec la lenteur des communications à cette époque, les vingt jours qui se passèrent entre le 14 juillet et le 4 août, sont absolument insuffisants pour expliquer l’effet de la prise de la Bastille sur les campagnes et le contre-coup de l’insurrection des paysans sur les décisions de l’Assemblée nationale. Au fait, concevoir les événements de cette façon, c’est rapetisser la profonde portée du mouvement dans les campagnes.

Le soulèvement des paysans pour l’abolition des droits féodaux et la reprise des terres communales, enlevées aux communes villageoises depuis le dix-septième siècle par les seigneurs laïques et ecclésiastiques, — c’est l’essence même, c’est le fond de la grande Révolution. Là-dessus vient se greffer la lutte de la bourgeoisie pour ses droits politiques. Sans cela la Révolution n’eût jamais eu la profondeur qu’elle atteignit en France. Ce grand soulèvement des campagnes qui commença dès janvier 1789 (et même dès 1788) et qui dura cinq années fut ce qui permit à la Révolution d’accomplir l’immense travail de démolition que nous lui devons. C’est ce qui la mit à même de planter les premiers jalons d’un régime égalitaire, de développer en France l’esprit républicain, que rien n’a pu étouffer depuis, et de proclamer les grands principes de communisme agraire que nous allons voir surgir en 1793. Ce soulèvement, enfin, c’est ce qui fait le caractère propre de la Révolution française et ce qui la distingue profondément de la Révolution de 1648-1657 en Angleterre.

Là aussi, la bourgeoisie abattit, dans le courant de ces neuf années, le pouvoir absolu de la royauté et les privilèges politiques de la camarilla. Mais, à côté de cela, ce qui fait le trait distinctif de la Révolution anglaise, c’est les luttes pour le droit de chaque individu de professer la religion qu’il lui plaira, d’interpréter la Bible selon sa conception personnelle, d’élire ses propres pasteurs, — bref, le droit de l’individu au développement intellectuel et religieux qui lui conviendra. C’est encore le droit d’autonomie de chaque paroisse et, par conséquent, de l’agglomération urbaine. Mais les paysans anglais ne se soulevèrent pas aussi généralement que ce fut fait en France, pour abolir les redevances féodales et les dîmes, ou pour reprendre les terres communales ; et si les bandes de Cromwell démolirent un certain nombre de châteaux qui représentaient de vraies forteresses de la féodalité, ces bandes ne s’attaquèrent malheureusement ni aux prétentions féodales des seigneurs sur la terre, ni même au droit de justice féodale que les seigneurs exerçaient sur leurs vassaux. C’est ce qui fait que la Révolution anglaise, alors qu’elle conquit des droits précieux pour l’individu, ne détruisit pas le pouvoir féodal du seigneur : elle ne fit que le modifier, tout en lui conservant ses droits sur les terres — droits qui persistent jusqu’à nos jours.

La Révolution anglaise constitua sans doute le pouvoir politique de la bourgeoisie ; mais ce pouvoir ne fut obtenu qu’en le partageant avec l’aristocratie foncière. Et si la Révolution donna à la bourgeoisie anglaise une ère de prospérité pour son commerce et son industrie, cette prospérité fut obtenue à la condition que la bourgeoisie qui en profiterait ne s’attaquerait pas aux privilèges fonciers des nobles. Au contraire, elle aida ceux-ci à les accroître, du moins en valeur. Elle aida les seigneurs à s’emparer légalement des terres communales au moyen du bornage (les Enclosure Acts), ce qui réduisit la population agricole à la misère, la mit à la merci du seigneur et en força une grande partie à émigrer vers les villes, où les prolétaires furent mis en coupe réglée par les bourgeois industriels. La bourgeoisie anglaise aida aussi la noblesse à faire de ses immenses domaines fonciers, non seulement une source de revenus, souvent fabuleux, mais aussi un moyen de domination politique et juridique locale, en rétablissant sous de nouvelles formes le droit de justice des seigneurs. Elle l’aida enfin à décupler ses revenus, en lui laissant (par l’effet d’une législation encombrante sur les ventes des terres) le monopole de la terre, dont le besoin se faisait sentir de plus en plus au sein d’une population dont l’industrie et le commerce allaient toujours en croissant.

On sait aujourd’hui que la bourgeoisie française, surtout la haute bourgeoisie industrielle et commerciale, voulait imiter la bourgeoisie anglaise dans sa révolution. Elle aussi aurait volontiers pactisé avec la royauté et la noblesse, afin d’arriver au pouvoir. Mais elle n’y réussit pas, parce que la base de la Révolution française était heureusement bien plus large qu’en Angleterre. En France, le mouvement ne fut pas seulement un soulèvement pour conquérir la liberté religieuse, ou bien la liberté commerciale et industrielle pour l’individu, ou bien encore pour constituer l’autonomie municipale entre les mains de quelques bourgeois. Ce fut surtout un soulèvement des paysans : un mouvement du peuple pour rentrer en possession de la terre et la libérer des obligations féodales qui pesaient sur elle ; et alors même qu’il y avait en cela un puissant élément individualiste — le désir de posséder la terre individuellement — il y avait l’élément communiste : le droit de toute la nation à la terre, — droit que nous verrons proclamer hautement par les pauvres en 1793.

Voilà pourquoi ce serait réduire étrangement la portée du soulèvement agraire de l’été de 1789 que de le représenter comme un épisode de courte durée, provoqué par l’enthousiasme de la prise de la Bastille.