75%.png

La Guerre du Paraguay et les Institutions des états de la Plata

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
LA
GUERRE DU PARAGUAY
ET
LES INSTITUTIONS DES ETATS DE LA PLATA

Au milieu même des préoccupations causées par les affaires européennes, on ne saurait s’empêcher d’accorder quelque attention aux événemens dont le bassin de la Plata est le théâtre. En dépit de troubles trop fréquens, ces pays ont acquis déjà au point de vue commercial une importance réelle [1], et semblent commencer à se.rendre compte des causes qui entravent un plus complet développement. Il leur est donc permis d’espérer un meilleur avenir, et peut-être viendra-t-il un jour où ils agiront à leur tour sur les destinées du monde. L’Europe ne peut d’ailleurs rester indifférente au sort des émigrans français, allemands, suisses ou italiens, établis en assez grand nombre au Brésil, dans l’Uruguay, dans la confédération argentine ; à ces divers points de vue, il n’est pas superflu de suivre les péripéties de la lutte soutenue par le Paraguay contre le Brésil et ses alliés, et de rechercher si le but que poursuivent les belligérans doit avoir quelque influence sur les intérêts politique » ou commerciaux. La Revue a donné [2] des détails sur l’aspect physique et l’histoire politique de ces contrées. Elle a exposé les incidens de la guerre civile qui, après avoir sévi dans la Bande-Orientale en 1863 et amené l’intervention armée du Brésil, se terminait par le triomphe du général Florès à Montevideo. Depuis cette époque, une nouvelle guerre a éclaté. N’ayant à l’origine d’autre motif que des revendications de territoires et des questions de navigation, elle a depuis changé de caractère : il s’agit aujourd’hui de renverser le président du Paraguay, de donner à ce pays une liberté qu’il ne semble pas réclamer, et des institutions analogues à celles des états voisins. Si l’importance d’une lutte se mesure à l’acharnement des combattans et à l’étendue des pertes, on trouvera peut-être, même après le récit des batailles de Custozza, de Sadowa et de Lissa, encore quelque intérêt à suivre les opérations militaires entreprises au même moment sur l’autre hémisphère dans des conditions bien différentes de celles que présentent les guerres européennes.


I

En jetant les yeux sur la carte de l’Amérique du Sud, on est frappé de la disproportion qui paraît exister entre les forces respectives des belligérans ; on s’étonne que le Paraguay ait osé provoquer la lutte, et plus encore qu’il n’ait pas déjà été écrasé. Toutefois il ne sera pas malaisé de voir que l’infériorité du Paraguay n’est pas aussi grande qu’on pourrait le supposer tout d’abord, et que les moyens offensifs dont les alliés disposent ne dépassent guère ceux dont il peut user pour sa défense, il existe une intime corrélation entre l’organisation politique et sociale d’une nation et sa puissance militaire. Un examen de la situation intérieure spéciale à chacun des états engagés dans la guerre montrera comment le gouvernement du Paraguay s’est trouvé, pendant quelque temps, seul en mesure de disposer de forces relativement considérables. On sait comment la république argentine, arrêtée jadis dans son essor par sa dépendance aux lois de sa métropole, et depuis par une longue série d’agitations intérieures ; n’a pu tirer parti d’aucune des conditions favorables qui lui étaient naturellement assurées, la richesse du sol, l’avantage d’une heureuse situation, la salubrité du climat. C’est à peine si sur une superficie de 2,362,000 kilomètres carrés (quatre ou cinq fois celle de la France) elle compte 1,200,000 habitans [3]. L’expérience a montré qu’une société politiquement organisée n’existe dans des conditions régulières et n’emploie utilement la totalité de ses forces qu’autant que le territoire occupé est en rapport avec lé nombre de ses membres. Quand la population est trop clair-semée sur un espacé trop étendu, la nation perd une partie des efforts et des moyens d’action dont elle bénéficierait en se condensant dans des limites plus étroites. Ce vice d’organisation, que l’on rencontre plus ou moins dans tous les états de l’Amérique du Sud, et qui remonte aux premiers temps de la conquête et aux accidens de la colonisation, annihile en partie les ressources de la confédération argentine comme celles du Brésil. L’empire brésilien représente à lui seul plus des deux cinquièmes du continent sud-américain ; il offre sur l’Atlantique un développement de côtes d’environ 4,400 kilomètres ; il pénètre dans l’intérieur à une profondeur de plus de 2,000, et sur cette immense superficie de 7,516,840 kilomètres carrés (quatorze fois environ celle de la France) se trouve disséminée une population que l’on estime atteindre à peine aujourd’hui 8 millions d’âmes [4]. Encore fait-on entrer dans ce chiffre près de 2 millions de noirs esclaves, qui, à certains égards, ne sauraient être regardés comme citoyens actifs. Ces pays présentent ainsi ce spectacle sans précédens de nations qui, après s’être assimilé au même degré que, les peuples les plus policés et les plus anciennement constitués tous les élémens de la civilisation et du progrès, se trouvent pourtant à peu près dans les mêmes conditions géographiques que les tribus sauvages qu’elles ont remplacées.

Depuis l’émancipation, les divers gouvernemens qui se sont succédé dans la république argentine, ainsi que la monarchie héréditaire du Brésil, se sont préoccupés d’une situation aussi anormale. L’exemple des États-Unis du Nord leur indiquait le remède. Ils ont donc cherché à détourner à leur profit le courant d’émigration qui emporte, année moyenne, plus de 200,000 individus hors d’Europe [5]. La confédération argentine n’a réussi encore à attirer chez elle depuis 4840 qu’une moyenne de 7 à 8,000 émigrans par an, la plupart Basques ou Italiens, qui viennent volontiers accroître la population industrielle ou commerçante des villes, mais se soucient peu d’entreprendre des travaux de culture ou de défrichement. Sur 100,000 individus [6], chiffre auquel on fixe à peu près le nombre des étrangers établis en 1862 dans la confédération, 70,000 au moins résident à Buenos-Ayres ou dans les environs. Sans en être encore à repousser les bras qui se mettent au service des manufactures et du commerce, la confédération aurait plus d’intérêt à acquérir une population sédentaire, accoutumée aux travaux des champs, prête à se répandre dans la campagne pour relier entre eux les centres déjà habités. C’est la situation politique du pays qui apparaît toujours comme un obstacle beaucoup trop sérieux.

Sollicité à la fois sur tous les points du globe où l’homme manque à la terre, en Algérie, en Australie, aux États-Unis comme au Mexique et dans toute l’Amérique du Sud, l’émigrant fixe son choix sur les pays qui lui offrent à la fois, avec la richesse du sol et la salubrité du climat, la liberté de tirer à son gré parti de son industrie et une sécurité suffisante pour ne pas craindre de perdre le fruit de son travail au milieu de révolutions auxquelles il demeure indifférent. L’histoire de la république argentine n’est que le récit d’une suite de désordres qui viennent plus encore des défauts d’une organisation vicieuse que du fait même des hommes. On sait les résultats fâcheux que des institutions empruntées aux États-Unis, mais appliquées dans des conditions différentes, ont produits dans la Plata. On connaît les luttes intestines qui, même après la chute de Rosas, ont déchiré le pays, la séparation de Buenos-Ayres du reste de la confédération, les guerres qui l’ont contrainte à y rentrer, l’agitation constante des provinces, la division qui règne entre les partis. On a vu combien le pouvoir était faible, de combien de défiances il était entouré, quels obstacles il avait à vaincre pour réaliser ses meilleures intentions. Cette situation n’a été de nature ni à augmenter par l’émigration le chiffre de la population, ni à développer la puissance et la prospérité de la république. On doit néanmoins rendre justice aux efforts que tente le gouvernement du général Mitre pour faire cesser le désordre, et aux résultats incontestables que son administration prudente obtient depuis deux ans. Quelques personnages importans, le général Urquiza à leur tête, semblent rompre avec le passé, et tenir à honneur de concourir à la pacification. Aussi, dans les quatre premiers mois de 1866 et malgré la guerre étrangère, la confédération a-t-elle reçu 4,780 émigrans européens.

De même que la confédération argentine, le Brésil souffre de l’insuffisance de la population, et voit l’immensité même du territoire devenir un obstacle à l’emploi de toutes ses ressources. Dans ces derniers temps, et sans prendre garde que ce même état de choses se rencontre dans les pays voisins, on a voulu en rejeter la faute sur les institutions propres à l’empire, on a même cru avoir à blâmer les républiques qui acceptaient son alliance [7]. Si pourtant on étudie la constitution du Brésil, on y verra que, tout en conservant une monarchie héréditaire, elle a su donner de véritables garanties à toutes les libertés désirables, qu’elle est basée sur la souveraineté et la représentation nationale, que le vote, bien qu’à deux degrés, appartient en somme à la presque universalité des citoyens, que les attributions du pouvoir législatif sont suffisamment étendues, puisqu’à lui seul appartient l’initiative en matière d’impôts et de recrutement. Une large part a été faite à la décentralisation, indispensable jusqu’à un certain point dans un empire aussi vaste. Des conseils provinciaux élus décident de tout ce qui concerne les questions d’administration et de finances spéciales à chaque province, et les délégués du pouvoir exécutif, gouverneurs ou autres, disposant, comme il est juste, de la force publique, ont seulement à veiller à l’exécution de ces décisions.

En réalité, le Brésil paraît dans une situation meilleure que celle de presque tous ses voisins. Ses engagemens financiers fidèlement remplis ne l’exposent pas, comme la plupart des républiques amer ricaines, à des réclamations continuelles de la part des gouvernemens étrangers, et lui assurent un crédit sérieux. Au commencement d’août 1866, sur la place de Londres et malgré la crise, le 4 1/2 pour 100 brésilien était coté de 70 à 71 fr. On voit enfin l’exportation brésilienne en Angleterre, qui était en 1854 de 2,083,589 liv. sterling [8], augmenter graduellement pour atteindre en 1864 le chiffre de 7,019,992 livres, et l’importation anglaise, qui était en 1854 de 3,011,822 livres, arriver en 1863 à 4,082,641 livres. Durant la même période, l’exportation argentine en Angleterre, qui était en 1854 de 1,285,186 livres, a atteint en 1859 1,663,792 liv., pour retomber en 1864 à 1,183,181 livres. L’importation anglaise dans la confédération argentine, qui en 1854 était de 1,229,690 liv., n’est remontée en 1864 qu’à 1,348,122 liv. L’exportation du Brésil en France en 1864 s’est élevée au chiffre de 85,876,698 francs. Elle a été en 1858 de 21,255,401 francs. L’importation de France au Brésil était en 1864 de 129,220,266 fr., en 1858 de 67,747,989 fr. La confédération argentine a exporté en France en 1864 pour 41,512,000 fr., en 1858 pour 17,200,000 francs ; elle a importé de France en 1864 pour 51,910,115 fr., en 1858 pour 18,900,000 fr. La population du Brésil, qui comptait en 1830 moins de 6 millions d’âmes [9], est bien près d’atteindre, en 1862, 8 millions. Cette augmentation provient en partie de l’excédant des naissances, en partie de l’émigration européenne. Les Indiens que le gouvernement est parvenu à faire vivre près de la civilisation, cantonnés dans des villages (aldeas), où ils s’occupent de quelques travaux de culture, étaient à peine en 1856 au nombre de 30,000. On a renoncé, après des essais qui ont mal réussi, à faire venir des colons chinois. Enfin, depuis que l’exercice rigoureux du droit de visite non moins que les efforts du gouvernement lui-même, ont amené la suppression de la traite, la population noire, décimée d’ailleurs par l’invasion du choléra, a plutôt diminué qu’augmenté. Seul entre tous les peuples civilisés, le Brésil hésite encore à abolir définitivement l’esclavage, et le maintien de cette institution lui a enlevé bien des sympathies. Le Brésil se trouve pourtant placé dans des conditions particulières dont il y aurait lieu de lui tenir compte. La population indigène de race portugaise est habituée à s’occuper dans les villes de négoce et d’industrie. Elle répugne absolument à se charger des travaux agricoles, dangereux pour la santé des blancs, surtout dans les provinces qui avoisinent l’équateur. L’élément étranger, provenant de l’émigration européenne, peu nombreux d’ailleurs, peut encore moins s’y astreindre, surtout dans les parties chaudes, sans courir risque de la vie. Depuis la suppression de la traite et la diminution du nombre des esclaves qui en a été la conséquence, le prix des substances alimentaires a augmenté progressivement, et le Brésil est aujourd’hui contraint de tirer de l’étranger une partie de son alimentation. Les frais de cette importation ne peuvent être couverts que par les revenus du café et du sucre [10] ; mais ces produits, ne se trouvant précisément que dans les provinces les plus chaudes, rendent indispensable le travail des noirs.

Quand en 1853 la confédération argentine a décrété l’abolition complète de l’esclavage, elle se trouvait dans de tout autres conditions. Les noirs n’y étaient qu’en très petit nombre. Le produit de leur travail ne comptait pas parmi les revenus nécessaires. Le Brésil au contraire paraît avoir un intérêt capital à ne pas en être privé, et malheureusement on a trop lieu de craindre qu’une fois émancipés, les noirs n’envisagent la liberté comme un droit absolu à la paresse. Il est vrai que le Brésil est coupable de n’avoir pas cherché à sortir de cette fâcheuse nécessité, en essayant au moins d’introduire chez lui, non plus à titre de colons libres ; mais comme ouvriers payés, les travailleurs ou coulies que l’Inde anglaise fournit à d’autres pays. Il lui faut absolument songer à remédier enfin à ce danger de voir l’abolition de l’esclavage, quand elle ne pourra plus être retardée, modifier instantanément le régime économique dans l’empire tout entier. En attendant, et dans les conditions actuelles, si l’on songe au chiffre de la population blanche, on comprend que le Brésil hésite à adopter une mesure commandée il est vrai par l’humanité, mais qui peut faire courir aujourd’hui de grands risques à sa prospérité et même à sa sécurité. Ces observations n’ont pas pour but de défendre l’institution de l’esclavage ; elles peuvent faire comprendre la situation particulière dans laquelle le Brésil est placé. L’expérience faite dans les colonies anglaises et françaises s’est opérée dans des conditions trop différentes pour servir de leçon. L’émancipation récente des noirs dans les anciens états esclavagistes de l’Amérique du Nord fournira un plus utile enseignement. Est-il interdit d’en attendre le résultat ? Cependant, loin de songer à une propagande esclavagiste, le Brésil cherche les moyens d’arriver sans danger à l’émancipation. En 1865, les chambres ont eu à s’occuper d’un projet de loi tendant à déclarer libres les enfans nés d’esclaves. Ces enfans seraient élevés sur la. terre où ils sont nés, ils y prendraient l’habitude du travail. Peut-être cette combinaison conserverait-elle en effet à l’état les bras dont il ne saurait se passer. On pourrait aussi examiner un système qui, attribuant à l’esclave une partie de la plus-value produite par son travail sur la terre qu’il cultive, et lui conférant le droit légal et absolu de racheter sa liberté avec le fruit de ses économies, l’intéresserait à la prospérité publique, et lui donnerait l’habitude et le désir de l’épargne avec le sentiment de la propriété.

Quoi qu’il en soit, le moyen le plus sûr de lever les obstacles qui retardent l’abolition de l’esclavage, c’est d’augmenter la population blanche. A ce point de vue, plus encore que la confédération argentine, le Brésil a besoin de l’émigration ; il faut dire, puisqu’il s’agit d’apprécier les ressources et l’avenir des états engagés aujourd’hui dans une même querelle, que si les difficultés ne viennent pas, comme dans la république argentine, de la situation politique, elles tiennent à des conditions physiques contre lesquelles il sera peut-être plus malaisé de réagir. Au lieu des plaines qui s’étendent sur la rive droite de la Plata, le colon qui veut défricher se trouve, au-delà des tropiques, en présence de forêts immenses sillonnées de montagnes et de vallées profondes où les débris de milliers d’êtres accumulés dans des terrains marécageux exhalent au sein d’une chaleur torride des miasmes insalubres. La fièvre jaune, qui a paru pour la première fois au Brésil en novembre 1849, paraît s’y être établie à l’état endémique. Il est vrai qu’elle a également visité les provinces de la Plata, et qu’elle semble beaucoup moins redoutable au Brésil, surtout dans les parties méridionales, qu’à la Vera-Cruz et aux Antilles. Les conditions climatériques se modifieront d’ailleurs à mesure que la culture en s’étendant empêchera les détritus de toute sorte de pourrir sur le sol et les fleuves de se répandre périodiquement dans les vallées. L’île de Sainte-Catherine fournit un exemple d’une transformation de ce genre [11]. Actuellement le laboureur européen ne peut s’établir sans danger qu’au-dessous du 22e degré de latitude sud. La province de Matto-Grosso, où le terrain est sec en beaucoup d’endroits et où l’élévation du sol tempère la chaleur, celles de São-Paulo et de Santa-Catharina, et surtout celle du Rio-Grande-do-Sul, où les forêts moins profondes sont coupées par de vastes plaines, semblent seules aptes à recevoir utilement la colonisation européenne.

C’est donc dans les provinces les plus méridionales de l’empire, enclavées dans le bassin de la Plata et avoisinant les républiques. de l’Uruguay, du Paraguay et la confédération argentine, que le Brésil place, l’espoir de sa grandeur future. On conçoit ainsi l’importance qu’il attache à toutes les questions qui en intéressent le repos et la prospérité. On distingue le mobile auquel il a obéi lorsque, craignant la contagion du désordre et la propagande révolutionnaire, il s’est ingéré dans les affaires intérieures de la république orientale ; on comprend aussi pourquoi sa politique a eu de tout temps pour objectif principal le cours de la Plata et de ses affluens, le Parana, le Paraguay, l’Uruguay, et comment la possession des rives de ces fleuves a été l’objet de tant de prétentions rivales. Un coup d’œil sur la géographie du bassin de la Plata en donnera facilement l’intelligence. Le Parana et le Rio-Paraguay, sortant tous deux du plateau central du Brésil, se dirigent sensiblement vers le sud-ouest, le premier en traversant les provinces brésiliennes de Matto-Grosso, de Goyaz et de São-Paulo, la république du Paraguay et le territoire argentin des Missions, le second. en passant par la province de Matto-Grosso, et en séparant la république argentine de celle du Paraguay. Tous deux se rejoignent à 270 lieues de l’Océan, à la hauteur de Corrientès. Grossi des eaux du Rio-Paraguay, le Parana continue sa course à travers le territoire argentin. A 70 lieues de la côte, il rencontre l’Uruguay, qui, sorti de la province brésilienne de Santa-Catharina, a coulé du nord au sud, longeant à gauche la province du Rio-Grande et la république de l’Uruguay, à droite la confédération argentine. Les deux fleuves, réunis sous le nom de Rio-de-la-Plata, séparent alors la république argentine de l’Uruguay, et versent leurs eaux à la mer par une embouchure large de 35 lieues.

Dans l’espace compris entre le Parana et le Rio-Paraguay s’étend la république du Paraguay, qui borde la rive droite du Parana en face des provinces brésiliennes de Matto-Grosso et de São-Paulo et du territoire de Corrientès, et la rive gauche du Paraguay vis-à-vis la confédération argentine. Tandis que la confédération dispose sans interruption d’une voie fluviale qui traverse son territoire dans sa plus grande étendue, le Brésil reste privé d’un pareil avantage. Aussi eût-il eu tenu à posséder au moins la rive gauche de l’embouchure avec le beau port de Montevideo, rival souvent heureux de celui de Buenos-Ayres, ainsi que tout le cours de l’Uruguay, déversoir naturel des produits de la province du Rio-Grande. Le roi Jean IV profita en effet de la lutte entre l’Espagne et les colonies de la Plata pour annexer au Brésil, encore dépendant de la couronne de Portugal, la bande orientale tout entière ; mais la haine nationale, qui au Nouveau-Monde plus encore qu’en Europe existe entre les populations espagnoles et portugaises, et l’appui que Montevideo reçut alors des Argentins devenus indépendans ne lui laissèrent pas longtemps sa précieuse conquête. En 1829, l’état oriental recouvra son autonomie, et le Brésil parut s’y résigner, se réservant de veiller à ce que jamais une réunion à la confédération argentine ne mît entre les mains du même gouvernement les deux rives de la Plata. Du moins tenait-il à conserver sur le plus long parcours possible la navigation du haut Parana et du haut Paraguay, grâce auxquels les provinces du centre de l’empire pouvaient remplacer par le cabotage les voies de communication artificielles qui leur manquent encore. Là il eut à compter avec l’état du Paraguay. Celui-ci, situé au centre du continent, sans autre accès à l’Océan que par les fleuves, prétendait, de même que le Brésil et pour des raisons plus plausibles encore, s’approprier les territoires bordant la rive droite du Parana jusqu’au Rio-Ivenheima et les terres de la rive gauche du Rio-Paraguay jusqu’au fort Olympo. La navigation du Rio-Paraguay, plus facile que celle du Parana, avait, encore à ses yeux un intérêt d’autant plus grand que l’Assomption, la ville capitale et le principal centre de commerce, est assise sur les bords de ce fleuve. Il réclamait en même temps de la confédération argentine une partie du territoire des Missions à la jonction du Parana et du Rio-Paraguay. Les revendications de territoire entre ces trois états, possédant chacun tant d’espaces encore déserts, n’ont en effet de véritable objet qu’à cause de la possession des voies fluviales enclavées. Une convention entre les quatre gouvernemens riverains qui eût assuré la liberté constante et absolue de la navigation eût sauvegardé tous les intérêts et terminé les querelles. On crut réussir en ce qui concernera portion du fleuve enfermée dans les territoires orientaux et argentins. Des traités conclus en 1853 avec la France et l’Angleterre en ont stipulé la libre navigation. Il fut moins facile de s’accorder avec le Paraguay. Chacun apportait dans les négociations d’égales défiances et d’inconciliables prétentions. Chacun, sachant que les traités ne sont pas toujours observés, tenait à conserver en sa possession les portions de territoire qui le rendaient maître de la navigation. Néanmoins depuis 1859 le Brésil semblait s’être désintéressé des affaires de la Plata. Les autres états s’occupaient de leur situation intérieure, quand au mois de mai 1863 le général Flores, parti de Buenos-Ayres avec trois compagnons, vint débarquer sur le territoire oriental, où, rejoint bientôt par ses partisans, il entama contre le gouvernement une lutte qui devait avoir de si graves conséquences. Comment une insurrection qui n’intéressait en apparence que l’état oriental fit-elle sortir le Brésil de son repos et amenât-elle une conflagration générale sur les bords de la Plata ? C’est ce qu’un retour sur les événemens antérieurs permettra peut-être de concevoir, autant dû moins qu’il est possible de suivre l’enchaînement de la politique dans ces pays où les entraînemens spontanés et irréfléchis de l’opinion ont plus encore qu’ailleurs une influence considérable sur la conduite des affaires.

Avec une population de 132,000 âmes d’après le recensement officiel de 1852, dont 28,000 étrangers répandus sur une superficie d’environ 6,000 milles carrés [12], l’état oriental, tout en adoptant des institutions républicaines calquées sur la constitution argentine, conserva l’unité à laquelle l’avait habitué la domination espagnole, et, ne formant qu’une seule province, n’eut pas à se préoccuper des difficultés du régime fédéraliste. Toutefois, et bien que l’exiguïté relative du territoire présentât moins d’obstacles à la vigilance du gouvernement, les tendances décentralisatrices, inhérentes aux institutions et au caractère national, ne tardèrent pas à se produire, servant de prétexte aux ambitions personnelles et aux luttes de partis. La guerre contre Rosas créa encore de nouveaux motifs de discorde. Les uns parurent disposés à accueillir l’alliance du dictateur de Buenos-Ayres, les autres la repoussèrent avec acharnement. Telle fut l’origine des deux partis qui, sous le nom de blanquillos et de colorados, divisent aujourd’hui la république. Autant qu’il est permis d’en juger au milieu de la confusion des idées et de l’agitation, des esprits, les premiers fortifieraient volontiers le pouvoir exécutif, les seconds en subordonneraient toujours l’action à l’initiative des assemblées délibérantes. Quoi qu’il en soit, après la chute de Rosas, le parti colorado, celui qui avait persisté à se défendre, et que dirigeait le colonel, depuis général Florès, conserva naturellement le pouvoir ; mais les dissensions intérieures reparurent bientôt. Le Brésil se souvint que de l’état oriental était parti le signal de l’insurrection qui, de 1835 à 1844, établit dans la province du Rio-Grande un gouvernement républicain défendu par quelques étrangers, par Garibaldi notamment. Il offrit son intervention, qui fut acceptée, et une garnison brésilienne maintint la paix à Montevideo (mai 1854). Le départ des soldats impériaux fut suivi d’une insurrection générale, Florès se vit contraint de fuir (août 1855), les plus exaltés entre les colorados furent expulsés. La protection brésilienne leur avait valu la perte de leur popularité ; ils se tournèrent du côté de Buenos-Ayres, qui, séparée à ce moment de la confédération argentine, songeait à former avec Montevideo un état fédéralisé maître des deux grands ports de la Plata, dont il eût monopolisé le commerce à son profit. Mal accueillie du parti au pouvoir, cette idée ne fut acceptée que par quelques exilés colorados. Aussi, quand en 1858 le général César Diaz sortit de Buenos-Ayres pour renverser le président oriental Pereira, l’escadre brésilienne, interceptant les communications, l’empêcha-t-elle de recevoir aucun secours de la rive argentine. Néanmoins le Brésil était mécontent de la façon dont on ajournait à Montevideo les ratifications du traité de 1851 et la solution de ses réclamations. Quand le général Florès reparut dans l’Uruguay, le gouvernement brésilien ne songea tout d’abord qu’à maintenir la tranquillité dans ses provinces et à s’assurer de la neutralité absolue de Buenos-Ayres. L’envoi de M. Loureiro auprès du général Mitre en 1863 n’eut probablement pas d’autre but. Des incidens nouveaux modifièrent la situation.

Bien que le général Florès ne reçût de la confédération aucun appui officiel, la ville de Buenos-Ayres au moins l’accompagnait de ses vœux. Soit que le gouvernement national fût trop faible pour s’y opposer, soit qu’il y mît une certaine complaisance, il paraît hors de doute qu’il arriva du territoire argentin aux insurgés des secours d’armes, de vivres et même d’hommes. Le gouvernement oriental s’en émut, et à la suite de certains actes hostiles suivis de représailles immédiates les Argentins établirent une escadrille en face de l’îlot de Martin-Garcia. La possession de cette petite île, très rapprochée de la côte orientale et longue à peine de deux milles, est d’une importance capitale au point de vue de la navigation dans la Plata. Située à l’endroit où les canaux du fleuve se resserrent, elle domine complètement la passe de l’ouest, la seule où les bâtimens d’un fort tonnage puissent s’engager, et deviendrait facilement une position militaire redoutable. Durant les guerres de Rosas, quelques batteries assez mal armées y suffirent pour maintenir le blocus du Parana et de l’Uruguay. Le traité du 10 juillet 1853 entre la France, l’Angleterre et la confédération argentine reçut même une clause portant que l’île ne pourrait appartenir qu’à un état ayant adhéré au principe de libre navigation. Depuis 1852, Martin-Garcia était occupée par quelques soldats argentins ; néanmoins la présence d’une escadrille excita de vives réclamations de la part de Montevideo. Le Paraguay, commençant à sortir de l’immobilité et de l’isolement où l’avaient tenu ses deux premiers présidens, protesta de son côté contre un acte qu’il considérait comme une atteinte à la liberté du fleuve. Le gouvernement argentin cependant ne prenait souci que de l’attitude du Brésil, dont il craignait les desseins sur la bande orientale autant que l’empire redoutait ses projets d’union avec Montevideo. Il proposa de laisser la solution du conflit à l’arbitrage impérial, espérant ainsi empêcher toute action isolée et paralyser toute intention de conquête, s’il en eût réellement existé. Montevideo refusa l’arbitrage. Dès lors la confédération, sans s’inquiéter du Paraguay, maintint son escadrille à Martin-Garcia, et, tout en protestant officiellement de sa neutralité, ne dissimula plus ses sympathies pour Florès.

En présence de cette situation nouvelle, le Brésil avait le choix entre deux partis, ou bien soutenir contre Florès et les Argentins le gouvernement blanquillo, ou bien sympathiser avec l’insurrection colorado et accepter la communauté d’action que proposait Buenos-Ayres. L’attitude de la province jadis rebelle du Rio-Grande détermina sa conduite. Parmi les réclamations que le gouvernement brésilien présentait depuis 1856 au cabinet oriental, la plupart intéressaient cette province, qui demandait en outre l’accomplissement des promesses relatives aux frontières et à la navigation de l’Uruguay, dont le Brésil, en 1851, avait fait le prix de son alliance contre Rosas. Florès y comptait donc de nombreux partisans et en recevait des secours en hommes et en argent. Au commencement de la session législative de 1864, les députés du Rio-Grande interpellèrent violemment le gouvernement sur son attitude dans la question orientale, et, sans aller encore jusqu’à exiger une alliance déclarée avec Florès, le sommèrent d’obtenir, fût-ce par la force, le redressement de tous leurs griefs. Sans trop s’irriter d’avoir la main forcée, le gouvernement promit d’agir. De ce moment, les événemens se hâtent. Buenos-Ayres, qui s’inquiète alors de la situation qu’elle a eu partie créée, essaie sincèrement cette fois d’amener une pacification qui ne laissera plus de prétexte à l’intervention ; mais il est déjà trop tard. L’armée brésilienne se joint aux partisans colorados (novembre 1864), tandis que l’escadre établit un blocus bientôt converti en bombardement. Le Salto et Paysandu tombent, Montevideo est investi (janvier 1865), et Florès ne tarde pas à y rentrer en vertu d’un traité qui lui rend le pouvoir, tandis que l’armée brésilienne reste campée sous les murs de la ville (20 février 1865).

La confédération argentine n’avait qu’à accepter le fait accompli ; mais il n’en était pas de même pour le Paraguay, dont le nouveau président, don Solano Lopez, redoutait avant tout une entente entre le Brésil et la confédération, avec lesquels il était déjà en conflit. Attribuant au Brésil le projet de s’établir en maître dans l’Uruguay et ne supposant pas aux Argentins des vues moins intéressées, le général Lopez se crut fondé à penser que les deux états méditaient de se partager la navigation de la Plata et de ses affluens. Il regarda l’intervention à Montevideo comme un premier pas dans cette voie, et fit savoir à Rio-Janeiro qu’il considérerait comme un cas de guerre l’entrée des troupes brésiliennes dans l’Uruguay. Passant sans autre déclaration de la menace à l’exécution, il commença les hostilités en saisissant dans le port de l’Assomption un navire brésilien qui venait d’y entrer (novembre 1864) et en envahissant le Matto-Grosso. Puis, comme la confédération argentine lui refusait le passage pour secourir le parti blanquillo de Montevideo, dont il s’était fait le protecteur, il jeta brusquement ses soldats dans la ville de Corrientès (14 avril 1865), et s’empara de deux bâtimens argentins à l’ancre dans le port. Le président du Paraguay entamait ainsi de propos délibéré la guerre contre ses deux voisins, auxquels, ainsi qu’il devait s’y attendre, le nouveau gouvernement installé à Montevideo par l’armée brésilienne ne tardait pas à se joindre. Le 1er mai 1865, un traité signé à Buenos-Ayres confirma l’alliance du Brésil, de la confédération argentine et de l’Uruguay contre le gouvernement du Paraguay. Les alliés s’engageaient à respecter le territoire paraguayen, moins les parties contestées ; mais ils s’obligeaient à poursuivre la guerre tant que le général Lopez conserverait le pouvoir. Malgré le peu de connaissance que l’on a de l’histoire intérieure du Paraguay, il faut essayer d’examiner si réellement les ressources du pays permettaient au président de concevoir quelques espérances.


II

L’état du Paraguay, sous le nom de république et malgré l’apparence de certaines institutions constitutionnelles, vit en réalité sous un pouvoir entièrement despotique. Avec le titre modeste de président, le chef de l’état tient dans ses mains tous les rouages du gouvernement et de l’administration. Il choisit et révoque à son gré tous ceux qui tiennent les emplois publics, même les magistrats. Il a le commandement de l’armée, dont les officiers de tout grade restent toujours à sa discrétion. Il fait la paix et la guerre. Il édicte des lois qui, s’il le veut, n’émanent que de lui ; il fixe lui-même la quotité, l’assiette et la répartition des impôts, perçus soit en espèces, soit en nature. Parfois il convoque sous le nom de congrès national une sorte d’assemblée délibérante et consent à lui demander une approbation qui n’est jamais refusée ; mais ces réunions ne sont pas périodiques, le président seul en détermine l’opportunité. Les lois pénales comme les lois civiles ne fonctionnent qu’à son gré. L’état a monopolisé jusqu’au commerce et à l’industrie. L’esclavage a été supprimé en 1848, mais pour l’avenir seulement : les enfans d’esclaves naissent libres, leurs pères restent esclaves jusqu’à leur mort. L’institution devenait inutile, puisque le travail de tous était désormais enrégimenté et soumis à une sévère discipline. Un tel système de gouvernement n’est inscrit dans aucune constitution. Jadis un président a reçu la dictature par une sorte de vote national. Il en a usé pour créer l’état de choses qui vient d’être exposé. La nation s’y est facilement pliée, et aujourd’hui l’habitude de la soumission est assez complète pour que la volonté de celui qui gouverne ou l’intervention étrangère puissent seules désormais mettre des bornes à ce pouvoir exorbitant. Ce n’est pas sans étonnement que l’on voit à côté des populations argentines, si turbulentes et si peu disposées à l’obéissance, un peuple, soumis autrefois comme elles à la domination espagnole et qui l’a secouée à la même époque, accepter sans impatience le joug de l’absolutisme le plus complet. Ce contraste ne s’explique que par la différence des races et par suite du caractère et des sentimens. Les premiers Espagnols qui pénétrèrent dans la Plata remontèrent à la recherche de l’or les fleuves Paraguay et Parana, leur premier établissement se fit à l’Assomption ; mais, quand il fut avéré que l’or ne se rencontrait pas dans ces régions, les nouvelles expéditions, sans avancer aussi loin, ne dépassèrent guère Buenos-Ayres ou tout au plus Corrientes. Les familles d’origine européenne demeurées à l’Assomption, presque sans relations avec la mère-patrie, abdiquèrent peu à peu les préjugés de la couleur, et se rapprochèrent des populations indiennes du voisinage. C’était une race de mœurs douces et tranquilles, d’habitudes pacifiques et nonchalantes. En butte aux attaques de tribus plus belliqueuses, elle-même sollicita le secours des Espagnols contre des voisins dangereux. Des rapports intimes s’établirent, et insensiblement il se forma une population métisse où les Espagnols, bien moins nombreux, finirent par se confondre presque entièrement avec les Indiens. D’autres tribus indigènes vinrent probablement se joindre à ce peuple, qui ne leur était plus étranger. La destruction des établissemens des jésuites accrut encore l’élément indien. Les anciens habitans des Missions, fuyant de nouveaux maîtres, furent heureux de s’établir au Paraguay auprès d’hommes de leur race. La population paraguayenne resta donc presque en totalité composée d’Indiens. La langue parlée en fournit la preuve. L’espagnol, réservé pour les actes officiels, cède dans la vie habituelle la place au guarani, qui s’est conservé comme le véritable idiome national. Ce fait établit, ce semble, la prédominance de l’élément indigène. C’est donc, on peut le dire, une partie de la race peuplant autrefois l’Amérique du Sud, qui, par un exemple unique, se constitue en nation au Paraguay. A ce titre, son histoire peut attirer la curiosité, et la guerre actuelle, où elle se trouve de nouveau en face des anciens conquérans, munie cette fois des armes qu’elle leur a empruntées, mérite de fixer l’attention.

Cette population, mélangée à peine de sang espagnol, conserva le caractère et les instincts primitifs : horreur du travail, disposition à l’obéissance, indifférence complète pour les nouveautés politiques ou gouvernementales, dont la portée lui échappait. Aussi, quand arrivèrent les événemens de 1810, les Espagnols, qui se trouvaient en petit nombre à l’Assomption, furent-ils seuls à s’en préoccuper. Réunis en congrès, ils proclamèrent leur indépendance ; mais Buenos-Ayres, prétendant faire du Paraguay une province de la confédération, refusa de la reconnaître. Effrayés de cette menace et sentant le besoin d’organiser les élémens épars de la nation, ils confièrent à l’un d’eux, le docteur Francia, une dictature qui, établie d’abord pour cinq ans, devint ensuite définitive (1816). Francia commença par isoler complètement le pays, en interdit l’abcès aux étrangers et défendit à tout Paraguayen d’en sortir. Dans le mystère et le silence, il se mit à former une petite armée d’Indiens toujours soumis, avec laquelle il dompta la résistance de ceux qui s’opposèrent d’abord à ses vues. Une fois maître absolu, il se trouva en face d’une population peu intelligente, ayant peu de besoins, ennemie du travail régulier. Il avait tout à créer. Eclairé par l’exemple des jésuites, dont les établissemens avaient longtemps prospéré, et adoptant leur système avec moins de douceur toutefois, il imposa aux habitans le travail commun, le seul auquel on pût d’abord les astreindre. Il exigea des redevances, payées le plus souvent en nature, car l’argent était rare et ne circulait pas. Pour tirer parti de ces denrées qu’il recevait à titre d’impôt, l’état dut se faire lui-même commerçant. Pour fixer les Indiens au sol, on les força d’élever des habitations réunies en village. L’état devint entrepreneur et industriel. La tâche journalière de chacun fut réglée. Il ne pouvait être question de liberté personnelle, de garanties sociales. Chaque individu ne fut qu’un membre d’une immense communauté, où sa personnalité disparut, et à laquelle il dut compte de son temps et de ses facultés. Francia mourut en 1842. Son successeur, don Antoine Lopez, tout en conservant à l’intérieur le même système de gouvernement, se sentit assez fort pour le modifier quant aux relations extérieures. Sous Francia, un seul point était ouvert au commerce avec le Brésil, Itapua, sur le Parana. Don A. Lopez songea bientôt à s’ouvrir les fleuves. Menacé par Rosas, il entra dans l’alliance de Corrientès et du Brésil. Son armée, déjà organisée, lui permettait d’être moins timide. L’indépendance du Paraguay fut enfin reconnue en 1852. Aussi le fils de A. Lopez, le général Solano Lopez, qui lui succéda en octobre 1862, entra-t-il plus résolument dans cette voie. Sans cesser de concentrer tous les pouvoirs politiques et sociaux dans ses mains, sans tolérer encore ni journaux ni manifestation libre de l’opinion, il semble néanmoins montrer quelques dispositions à initier sans secousse le pays à la vie politique. Avant de commencer les hostilités, il a exposé les motifs de sa conduite devant le congrès national, dont il a demandé l’approbation pour l’émission d’un papier-monnaie. Il a pourtant rencontré certains symptômes d’opposition. On a parlé d’un complot dirigé par un ecclésiastique, le père Maïz, d’une conspiration où l’on aurait cherché à soulever quelques nègres encore esclaves, et dans laquelle des étrangers, des Français, auraient été compromis : il a même été question de mésintelligence dans la famille du président ; mais l’absence de toute publicité rend difficile de recueillir à cet égard autre chose que de vagues indications. Quoi qu’il en soit, ces tentatives n’ont pas trouvé grand appui dans le Pays, et leurs auteurs les expient probablement au fond de quelque prison. De même que ses prédécesseurs, le président tient peu à attirer les étrangers. C’est pourtant de l’extérieur qu’il fait venir les ouvriers employés à l’arsenal et aux manufactures d’armes de l’Assomption, les mécaniciens de ses bateaux à vapeur, les ingénieurs qui dirigent les travaux du chemin de fer. Des médecins et des pharmaciens anglais, appelés pour soigner les soldats et diriger l’hôpital, sont également autorisés à visiter toutes les classes de la population. Enfin quelques jeunes gens du pays ont été envoyés en France et en Angleterre pour étudier les services publics. Les discussions de frontières avec les états voisins, le désir de maintenir la liberté de navigation, ont déjà modifié complètement les rapports internationaux du pays. Le Paraguay, absolument fermé il y a vingt-cinq ans, possède aujourd’hui entre l’Assomption et Buenos-Ayres une ligne de vapeurs dont le service est parfaitement organisé. Il a un commerce d’exportation estimé en 1863 à 8 millions, et il importe pour une somme à peu près égale. Enfin don Solano Lopez a manifesté l’intention de prendre part à l’exposition française de 1867, et il cherche les moyens de faire parvenir à Paris, malgré le blocus du Parana, les échantillons des produits de son pays. Si, laissant de côté la question du système inauguré par le docteur Francia, on se borne à constater ce qu’il a produit, on ne peut qu’être frappé du résultat obtenu. Que l’on songe aux élémens qu’il a fallu mettre en œuvre. La population du Paraguay est aujourd’hui infiniment plus dense que celle des pays voisins. Estimée à 100,000 âmes au commencement de ce siècle, elle serait aujourd’hui, suivant M. Du Graty [13], de 1,450,000 âmes, suivant M. Martin de Moussy, de 350,000 environ, suivant M. le lieutenant de vaisseau Mouchez, de 800,000 [14]. Le chiffre de M. Du Graty paraît exagéré. M. Martin de Moussy, dans ses calculs très justes d’ailleurs, semble pourtant n’avoir pas tenu compte de la puissance d’attraction que ce peuple de race indienne doit exercer à mesure qu’il s’organise sur les tribus errantes des territoires environnans. Le gouvernement, laissant une partie du pays encore déserte, a cherché habilement à concentrer la population sur un espace assez restreint. Ainsi, tandis que plus de deux millions d’Indiens errent dans les forêts du Brésil et dans les déserts de la confédération argentine, sans cesse menaçans et refusant de s’assimiler aucun des élémens de la civilisation européenne, les Indiens du Paraguay, devenus sédentaires, cultivent, travaillent et prennent toutes les allures d’une nation organisée. C’est là un résultat auquel on ne saurait trop applaudir. La culture fait des progrès ; les produits qu’elle fournit suffisent à l’alimentation du pays ; le gouvernement lui accorde des primes d’encouragement ; le tabac du Paraguay commence à être connu [15] ; l’exportation de la yerbamate, herbe odorante analogue au thé, donne un revenu de près de 5 millions. Le président avait réussi en 1863 à faire planter 16,600,000 pieds de cotonniers, produisant environ 4,000 balles. Les environs de l’Assomption possèdent déjà quelques routes carrossables ; le chemin de fer de l’Assomption à Villa-Rica est presque terminé. Enfin, depuis 1856, le Paraguay a émis 200,000 piastres fortes (à 5 fr. 10 c.) environ en monnaie de papier, et ce papier est resté au pair du métallique, contrairement au papier argentin, qui subit une énorme dépréciation. Il est vrai que le papier paraguayen n’a guère cours qu’à l’Assomption.

C’est le propre des gouvernemens absolus de chercher à développer la force militaire. Les dictateurs du Paraguay n’y manquèrent pas. Par leurs soins, des manufactures d’armes et des fonderies de canons existent à l’Assomption sous la direction d’ouvriers étrangers. Des forts ont été construits sur la frontière, entre autres la forteresse considérable d’Humayta, et celle d’Itapiru au confluent du Parana et du Rio-Paraguay. La race indienne, disposée à l’obéissance passive, sobre, patiente et méprisant la mort, fournit de bons soldats. En 1862, le général Lopez disposait, d’après la carte de M. Mouchez, de 15 à 18,000 hommes parfaitement disciplinés et tout prêts à combattre pour lui à l’intérieur comme à l’extérieur. En attendant, il les utilisait dans les travaux du chemin de fer. Sa marine se composait de 10 petits vapeurs en bois, construits presque tous dans le port de l’Assomption et propres seulement à la navigation fluviale. Dès que les prétentions de Buenos-Ayres sur l’île de Martin-Garcia firent pressentir la tournure que prendraient les événemens, M. Lopez prit ses dispositions pour agir. L’armée ne dépendait que de lui. N’ayant aucun contrôle à subir, il pouvait l’organiser à son gré, l’augmenter sans autre limite que le chiffre de la population. Une levée générale de tous les hommes en état de servir fut ordonnée et opérée avec une grande rigueur. Les nouvelles recrues se réunissaient dans un camp près de l’Assomption, où elles étaient exercées au maniement des armes. De là on les envoyait soit à Cerro-Leon, sur le haut Paraguay, soit sous les murs de Humayta. En 1864, l’armée dut compter de 40 à 42,000 hommes immédiatement disponibles. Le recrutement continua cependant, et, au dire de témoins oculaires, on enrôla jusqu’à des adolescens de seize ans. Les troupes sont organisées sur le modèle des armées européennes. Elles paraissaient assez bien équipées à l’ouverture des hostilités ; mais, autant qu’on en peut juger à distance, les cadres et les officiers leur manquaient, ce qui s’explique par l’état moral de la population. Elles se composaient de 40 bataillons d’infanterie de 700 hommes chacun, formant un total de 28,000 hommes, de 32 régimens de cavalerie de 500 hommes, soit 16,000 hommes, de 3,000 artilleurs avec 120 pièces de canon. Quant aux finances, le président n’avait pas à s’en préoccuper, le soldat ne touchant d’autre paie que la nourriture et l’équipement. Enfin il possédait 18 vapeurs de petite dimension, mais armés d’une forte artillerie. Aussi put-il, le 4 décembre 1864, jeter subitement dans la province de Matto-Grosso 10,000 hommes qui, remontant le Rio-Paraguay escortés de chalands chargés de vivres, s’avancèrent jusqu’à Cuyaba, capitale de la province.

Les institutions militaires d’une nation procèdent toujours de son organisation politique et sociale. On doit donc s’attendre à trouver de notables différences entre ce qui vient d’être dit du Paraguay et ce qui existe dans les trois états alliés. Chez ces derniers, la composition, le mode de formation de l’armée, le nombre d’hommes sous les drapeaux, tout est réglé par la loi. La crainte de porter atteinte à la liberté individuelle y a fait reculer devant l’idée d’imposer par une conscription permanente l’obligation du service militaire. En temps ordinaire, l’armée se recrute par les engagemens volontaires. Ce système, qui a, entre autres inconvéniens, celui d’imposer au trésor des dépenses considérables hors de proportion avec les ressources effectives qu’il procure, est adopté au Brésil aussi bien que dans les républiques argentine et orientale. Toutefois les différences qui existent dans la forme même du gouvernement de chacun de ces états ne laissent pas subsister une analogie complète dans les institutions militaires.

Au Brésil, c’est aux chambres seules qu’appartient l’initiative en matière de recrutement ; mais, une fois le mode adopté, le chiffre des hommes à tenir sous les armes fixé et le budget de la guerre réglé, le reste est du ressort du pouvoir exécutif. C’est lui seul qui préside à la formation des divers corps, qui veille au service de chaque arme, à tout ce qui concerne l’équipement et l’entretien des arsenaux. L’armée brésilienne, en 1864, comptait environ 25,000 hommes ainsi répartis : 16,000 hommes d’infanterie, partagés en 21 régimens ; 4,500 de cavalerie, formant 6 régimens ; 3,500 d’artillerie, dont 1 régiment d’artillerie monté, plus 1 régiment du génie. Ce chiffre est peu considérable sur une population libre de 6 millions d’âmes (les noirs esclaves ne servent pas) ; mais on a tenu à n’enlever que le moins de bras possible à l’agriculture et à l’industrie. L’empire entretient aussi une école militaire et une école d’application pour l’instruction des jeunes officiers sur le modèle des écoles européennes. Le budget de la guerre pour 1861-1862, y compris les dépenses d’administration, montait à 33,495,117 francs, — dont 18,271,254 francs pour le personnel de l’armée proprement dite, et 5,280,470 francs pour le matériel. — Le budget de 1863-1864 a été à très peu de chose près le même. L’empire possède des manufactures d’armes et de poudre et une fonderie de canons.

En temps de paix, l’armée, disséminée dans les provinces, qui forment autant de subdivisions militaires, y maintient l’ordre public. L’immense étendue de l’empire et l’absence sur beaucoup de points de routes praticables rendent difficile en cas de guerre la rapide concentration des troupes. Les provinces ne peuvent d’ailleurs pas rester entièrement dégarnies. Le chiffre des hommes prêts à entrer immédiatement en campagne est donc fort inférieur à celui qui vient d’être indiqué. Après que les hostilités contre Montevideo eurent été décidées, il fallut un temps assez long pour amener à la frontière les 10,000 hommes qui rejoignirent le général Florès, et pour les pourvoir d’un matériel suffisant. Dès cette époque, on augmenta le chiffre des engagemens volontaires en offrant des primes plus élevées (mai 1864). En temps de guerre, on a recours à la mobilisation d’une partie déterminée de la garde nationale. Ce n’est en somme autre chose que le recrutement forcé appliqué pendant un temps limité. On évalue à 25,000 hommes le nombre des gardes nationaux qui peuvent être immédiatement mobilisés. Cette mesure, autorisée par les chambres à la fin de 1864, fut mise à exécution dès que le Paraguay eut commencé les hostilités ; on réunit ainsi 15,000 hommes. Ce sont les délégués militaires et civils du pouvoir exécutif qui surveillent ce recrutement ; les conseils provinciaux n’ont pas à y intervenir. Il y a dans chaque chef-lieu de province un commandant militaire supérieur, un état-major complet, une garnison qui fournit les cadres dans lesquels sont versées les nouvelles recrues. Le commandement des gardes nationaux mobilisés reste confié à des officiers pris dans l’armée ou sortant de l’école militaire. Quand les événemens exigent de la célérité, ce système n’est pas sans inconvénient ; outre la lenteur avec laquelle s’opère la réunion des recrues au milieu d’une population extrêmement disséminée, il faut encore du temps pour faire l’éducation des nouveaux soldats ; enfin les hommes, venus de provinces éloignées et peu habitués au métier des armes, supportent souvent avec peine le changement de vie et de climat. Le corps de santé de l’armée et les hôpitaux semblent assez bien organisés. Ce service entrait dans le budget de 1863-1864 pour 1,600,000 francs environ. Des chirurgiens militaires sont attachés à chaque corps. L’intendance, établie sur le modèle de l’intendance française, fonctionne régulièrement. Ces élémens réunis ont permis au Brésil d’envoyer successivement du mois de décembre 1864 au mois de juillet 1866, et sans dégarnir complètement les provinces, plus de 50,000 hommes sur le théâtre de la guerre, dont, à vrai dire, il a supporté à peu près tout le poids.

La marine brésilienne offrait, au commencement des hostilités, des ressources plus immédiatement disponibles ; c’est le concours de la flotte qui a seul permis de poursuivre la lutte. En 1862, elle se composait de 60 navires, 31 à voiles et 29 à vapeur. Le budget, y compris les frais d’administration, était fixé à 19 millions de francs environ, dont 3,500,000 francs pour la réserve des arsenaux, et 5,977,632 francs pour l’amélioration et l’entretien du matériel. Ce dernier chiffre a progressivement augmenté dans les deux budgets suivans. Depuis le conflit avec l’Angleterre, le gouvernement brésilien a en effet cherché à transformer rapidement son matériel. Le nombre des navires à vapeur s’est accru ; des bâtimens cuirassés, corvettes ou avisos, ont été commandés en France et aux États-Unis ; les chantiers de Rio ont mis eux-mêmes à flot une corvette cuirassée. Depuis le commencement de la guerre, ces mêmes chantiers ont fourni cinq autres bâtimens cuirassés d’un faible tirant d’eau, construits spécialement pour la navigation des fleuves. Les forêts du Brésil fournissent les matériaux nécessaires. aux constructions navales, mais le manque de voies de communication en rend l’emploi assez difficile. Ce sont toujours les conditions, physiques et la disproportion entre le nombre des bras et l’étendue du territoire qui, au point de vue politique comme au point de vue militaire, s’opposent à la mise en œuvre des ressources dont l’empire dispose. Au commencement de 1865, la flottille employée dans les rivières contre le Paraguay se composait de 17 chaloupes canonnières, dont 4 cuirassées, montées par 4,000 marins environ et armées de 77 bouches à feu.

Les ressources militaires de la confédération argentine sont fort inférieures à celles du Brésil. En 1864, l’armée argentine ne comptait que 6,200 hommes, divisés presque également en bataillons et compagnies d’infanterie, armés de fusils à percussion, et en régimens de dragons et de grenadiers à cheval, tous armés du sabre et de la lance, arme nationale à laquelle les dragons joignent en outre la carabine. Il existait aussi quelques compagnies d’artillerie munies de pièces de campagne de petit calibre. L’armée, recrutée par les engagemens volontaires, contient dans ses rangs un assez grand nombre d’étrangers, Français et Irlandais surtout, attirés par l’appât des primes d’engagement. Le service militaire est aussi parfois imposé à titre de punition pour certains délits plus ou moins graves. Les troupes sont sous les ordres du gouvernement national, siégeant à Buenos-Ayres ; mais ni le président de la république, ni le ministre de la guerre ne sont libres de l’organiser à leur gré. Ils ne peuvent nommer les officiers supérieurs. Toute nomination, à partir du grade de colonel, doit être approuvée par les chambres. Ces dernières sont également en droit d’instituer des commissions d’inspection indépendantes du pouvoir exécutif et chargées de contrôler le personnel, ce qui diminue d’autant l’autorité nécessaire au commandement supérieur. Tout citoyen argentin de dix-sept à quarante-cinq ans, sauf quelques exceptions spécifiées, fait partie de la garde nationale. Une portion de cette garde est sujette à la mobilisation : c’est ce qu’on appelle les milices. Cette mesure, ordonnée par le gouvernement national, c’est-à-dire par le président de la république avec autorisation des chambres, est exécutée par les gouvernemens provinciaux, qui peuvent ainsi la retarder ou l’éluder. Bien que la confédération soit partagée en cinq subdivisions militaires, commandées chacune par un brigadier-général, il n’existe pas, à proprement parler, de lieu disposé pour recevoir et former les nouvelles recrues en dehors du petit camp de San-José, près du fleuve Uruguay. En temps ordinaire, l’armée de ligne est disséminée le long des frontières, dans quelques fortins destinés à tenir les Indiens en respect. Au moment où s’ouvrirent les hostilités contre le Paraguay, les gardes nationales mobilisées, sans instruction préalable, sans cadres organisés, durent entrer immédiatement en campagne. Elles y apportèrent un esprit d’insubordination assez peu compatible avec des opérations militaires. Quelques jours après leur arrivée au camp, au mois de juillet 1865, celles de l’Entre-Rios et de Corrientès, sous les ordres du général Urquiza, se débandèrent et désertèrent en masse. Au mois de décembre 1865, le général Mitre dut interdire par un ordre du jour sévère toute discussion politique au camp ; pourtant les troupes argentines étaient contenues par le voisinage de l’armée brésilienne, beaucoup plus docile. Pendant la guerre contre Rosas en 1852 et plus tard en 1859, il y eut de 25 à 50,000 Argentins sous les armes ; mais c’étaient surtout des bandes de partisans, des cavaliers gauchos, comme on les appelle dans le pays, qui, sans s’astreindre au service régulier, tenaient la campagne pendant quelques jours et se débandaient après une bataille ou quelque pillage. De pareils élémens, bons peut-être pour la guerre civile, ne pouvaient être employés utilement dans une campagne régulière contre un ennemi étranger.

Depuis quelques années, on a créé au collège de l’Uruguay une sorte d’école militaire destinée à former de jeunes officiers. Cette institution est encore à l’état d’essai. Les officiers qui commandent les gardes nationaux mobilisés sont choisis parmi eux, et n’ont probablement guère plus d’instruction que les soldats. La confédération ne possède ni arsenaux, ni fonderie de canons, ni manufacture d’armes. Le service de santé, celui des intendances ne sont pas organisés. C’est la charité privée à peu près seule qui a pris soin des malades et des blessés pendant la guerre. On a organisé, à Buenos-Ayres des quêtes en leur faveur, et sur le champ de bataille ce sont presque uniquement les chirurgiens attachés à l’armée brésilienne qui sont restés chargés des ambulances. Avec une organisation aussi imparfaite, l’armée absorbe pourtant plus de la moitié du budget de la république, environ 3 millions de piastres, c’est-à dire plus de 15 millions de francs. Il est vrai que, par une conséquence des guerres civiles et des changemens de gouvernement, le chiffre de l’état-major est énorme, et que la solde de ces officiers de tout grade, la plupart sans emploi, entre pour une très grande partie dans les dépenses militaires. Un message du vice-président de la république du 1er mai 1866 fixe à 25,000 le nombre des soldats argentins qui jusqu’à cette époque avaient pris part à la guerre. Cette allégation semble exagérée. Il ne paraît pas que le contingent argentin, qui eut, il est vrai, à pourvoir à d’assez fortes pertes, ait jamais dépassé 10,000 hommes ; il est actuellement bien au-dessous de ce chiffre.

Il n’existe pas de marine militaire. La confédération a simple ment converti quelques vapeurs de commerce en navires de guerre assez mal armés. Elle a trouvé facilement des équipages parmi les nombreux mariniers, les Italiens surtout, qui font le cabotage sur les rives du Parana et de l’Uruguay ; Le rôle de cette flottille s’est borné à transporter des troupes et du matériel, et à exécuter quelques sondages.

La république orientale n’a pas, à proprement parler, d’armée régulière. Quelques centaines d’hommes seulement avaient été demandés sous les gouvernemens précédens aux engagemens volontaires. Le budget de la guerre est pourtant relativement considérable, mais il sert surtout à entretenir un nombre exorbitant d’officiers sans troupes. La garde nationale mobilisée fournit seule les éléments de l’armée. Elle fut réorganisée par un décret du général Florès du 8 mai 1865. Les mêmes défauts qui viennent d’être signalés pour Buenos-Ayres se retrouvent à Montevideo. Toutefois le général Florès recruta d’abord avec assez de facilité le contingent oriental de 1,500 fantassins et de 3 ou 4,000 cavaliers qu’il s’était engagé à fournir. Les partisans colorados qui venaient de faire la guerre avec lui le suivirent dans cette nouvelle campagne, et y déployèrent comme lui une grande bravoure. Ils formèrent constamment l’avant-garde et furent cruellement éprouvés ; mais on ne put les remplacer par de nouvelles recrues. Celles-ci désertaient soit en arrivant, soit même en chemin. Au mois d’août 1866, le contingent oriental au Paraguay comptait à peine deux ou trois cents hommes.


III

Ce qui vient d’être dit montre que le président du Paraguay était seul en mesure d’entrer en campagne. Quand le 4 décembre 1864 ses troupes envahirent le Matto-Grosso, elles trouvèrent la province presque sans défense. Quelques hommes seulement restaient dans la forteresse de Coïmbra et dans les postes fortifiés d’Albuqierque, Corumba et Dourado, le long du fleuve Paraguay. Ces petites places se rendirent l’une après l’autre ; toutefois la courte résistance qu’elles opposèrent donna le temps de concentrer à Cuyaba, chef-lieu du Matto-Grosso, quelques centaines de gardes nationaux et les compagnies de ligne qui tenaient garnison dans les provinces voisines de São-Paulo et de Goyaz. Du reste Cuyaba ne fut pas menacée. Le général Lopez eût pu s’en tenir là. Il se trouvait en possession des territoires contestés, et le Brésil, empêché par la neutralité de la confédération argentine de l’attaquer au sud par terre, eût été singulièrement embarrassé pour prendre l’offensive du côté du nord. La population brésilienne se montrait, il est vrai, surtout à Rio, très disposée à la guerre. Le chiffre des engagemens volontaires, rapidement augmenté, portait déjà l’armée à plus de 30,000 hommes. Un décret de janvier 1865 mobilisa 15,000 gardés nationaux sans que les chambres, favorables à la guerre, fissent aucune difficulté pour autoriser l’application de ce mode de recrutement, qui opéra concurremment avec les engagemens volontaires. Les chambres votèrent aussi d’enthousiasme un emprunt de 120 millions de francs. L’empereur s’occupa lui-même de remplir les arsenaux, dont les ressources ne suffisaient plus à équiper une armée portée à plus du double de l’effectif ordinaire ; mais tous ces préparatifs demandaient du temps. Une partie de l’armée brésilienne disponible était encore retenue dans l’Uruguay. On s’inquiétait surtout des difficultés que présenterait le transport des troupes à travers les déserts et les forêts presque inconnues de São-Paulo et du Matto-Grosso, quand, outre son artillerie, il lui faudrait traîner derrière elle les vivres nécessaires. Le président Lopez se chargea lui-même d’aplanir ces difficultés en forçant la république argentine à sortir de la neutralité.

Le prétexte et probablement le véritable but de la guerre entreprise par le président du Paraguay, c’était le maintien contre le Brésil, du gouvernement de Montevideo et la défense de la libre navigation de la Plata. La diversion opérée sur le haut Paraguay n’étant pas de nature à inquiéter assez immédiatement le Brésil pour que son armée abandonnât Montevideo, il fallait se décider soit à diriger une attaque plus directe contre le centre de l’empire, soit à venir combattre les Brésiliens dans la Bande-Orientale. Il était donc indispensable de traverser le territoire argentin. La route du nord-ouest au sud-est longeant le cours du Parana, presque impraticable pour l’armée brésilienne, l’était également pour les Paraguayens. Le président Lopez demanda le 24 janvier 1865 à Buenos-Ayres le passage par le territoire des Missions jusqu’à l’Uruguay. On le lui refusa. Le 18 mars, M. Lopez fit voter par le congrès de l’Assomption la déclaration de guerre à la confédération argentine, et, dès le 14 avril l’avant-garde de l’armée paraguayenne, réunie au nombre de 30,000 hommes environ sur la rive droite du Parana, auprès du confluent de ce fleuve avec le Rio-Paraguay, dans le camp retranché d’Itapiru, passa sur la rive gauche, entra sans coup férir dans Corrientès, tandis que quatre vapeurs paraguayens pénétraient dans le port et y saisissaient deux vapeurs argentins.

La brusque attaque de Corrientès ne causa pas à Buenos-Ayres moins d’émotion que l’invasion du Matto-Grosso n’en avait excité à Rio-Janeiro. Un décret du gouvernement ordonna la mobilisation de vingt-neuf bataillons de gardes nationales, chacun de 500 hommes. Les gouvernemens provinciaux s’empressèrent de donner leur adhésion à cette mesure. Des listes d’engagemens volontaires s’ouvrirent partout. On rappela en toute hâte les troupes de ligne qui garnissaient les frontières, sauf à les remplacer contre les Indiens par des gardes nationales. Les négociations politiques. entamées avec le Brésil et le nouveau gouvernement de Montevideo ayant abouti à un traité d’alliance signé le 1er mai 1865, des négociations ultérieures déterminèrent la quotité du contingent à fournir par chacun des-alliés, et fixèrent le rendez-vous général à la Concordia, village argentin de l’Entre-Rios, situé sur la rive droite de l’Uruguay, à quatre-vingts lieues de l’embouchure. Ce fut sur ce point que les troupes argentines eurent ordre de se diriger à mesure qu’elles se formaient. Les corps brésiliens qui se trouvaient déjà dans l’Uruguay, très éprouvés par la maladie, durent se réorganiser et se compléter près des ports du Salto et de Paysandu, sur la rive gauche de l’Uruguay, de manière à présenter un effectif de 15 à 20,000 hommes. Un autre corps brésilien d’environ 10,000 hommes, partie garde nationale mobilisée, partie engagés volontaires, se formait en même temps dans la province du Rio-Grande, et on cherchait à rassembler près de Rio-Janeiro une réserve de 20,000 hommes. De son côté, le général Florès recrutait à Montevideo les 5,000 hommes qu’il devait fournir et les dirigeait à mesure sur la Concordia.

L’escadre brésilienne, sous le commandement supérieur de l’amiral baron de Tamandaré, dont une partie se trouvait déjà dans le Parana depuis le mois d’avril, se mit immédiatement en mouvement. Dès les premiers jours de mai 1865, la première division, sous les ordres du commandant Barroso et composée de neuf vapeurs, dont un cuirassé, arriva devant Corrientès, et établit un blocus rigoureux un peu au-dessous du port, là où les eaux du fleuve n’étaient pas trop basses pour empêcher les manœuvres. Une flottille de canonnières brésiliennes entrait en même temps dans le fleuve Uruguay pour protéger le point de ralliement des alliés à la Concordia. Enfin le général argentin Paunero, à la tête d’environ 1,500 hommes de troupes de ligne, presque tous Français ou Irlandais, transportés par la marine brésilienne jusqu’à Corrientès, essaya le 25 mai de reprendre la ville par un coup de main. Appuyé par le feu des navires brésiliens, il réussit à y pénétrer et à s’y maintenir un jour ; mais il fut forcé de l’évacuer le lendemain devant des forces supérieures.

En effet, le corps paraguayen d’environ 10,000 hommes qui avait le premier passé le Parana, prenant pour base d’opérations la ville de Corrientès, s’était dirigé vers l’angle opposé du quadrilatère formé par l’Uruguay et le coude du Parana, quadrilatère qui comprend les provinces argentines de l’Entre-Rios et des Missions. Il avait pour objectif la province brésilienne du Rio-Grande-do-Sul, où il devait pénétrer en traversant l’Uruguay près de la frontière orientale où ce fleuve n’est distant que de dix-huit lieues environ du fleuve Parana. Un autre corps paraguayen, et c’était celui même dont l’approche décidait la retraite du général Paunero, composé de 10,000 hommes environ, devait suivre à partir de Corrientès le cours du Parana et s’avancer vers l’embouchure de l’Uruguay. Le reste de l’armée paraguayenne demeurée sur la rive droite du Parana, soit à Humayta, soit dans le camp retranché d’Itapiru, servirait de réserve pour renforcer tour à tour l’un et l’autre corps. Le maréchal [16] Lopez dut aussi faire entrer dans ses plans le concours qu’il comptait trouver parmi les ennemis du gouvernement argentin, surtout chez les populations entrerianes. Il se trompait à cet égard : loin de l’aider, les provinces de l’Entre-Rios envoyèrent, sous les ordres du général Urquiza, leur contingent au camp de la Concordia. Il est vrai qu’il ne tarda pas à déserter en masse, mais sans pour cela prêter un appui actif à l’invasion.

La grande difficulté pour les troupes envahissantes dut être de se procurer les moyens de vivre dans ces contrées peu peuplées et mal cultivées. Le maréchal Lopez avait sévèrement défendu le pillage dans l’Entre-Rios, probablement pour ne pas mécontenter une population qu’il espérait toujours se rallier. On doit dire à la louange de l’armée paraguayenne que ses ordres à cet égard furent presque partout exécutés fidèlement. Le corps paraguayen traversant l’Entre-Rios remonta probablement le coude du Parana jusqu’à l’endroit où il est le moins éloigné de l’Uruguay, et put être suivi sur le fleuve par des chalands chargés de vivres. Sa marche fut donc assez rapide. Arrivé devant l’Uruguay, il se sépara en deux divisions : la première, de 6 à 7,000 hommes, traversa le fleuve le 10 juin, pénétra dans San-Borja, abandonnée par ses habitans, puis, descendant la rive gauche, entra dans Itaqui et vint assiéger Uruguyana, point extrême touchant la frontière orientale. Elle s’empara de cette ville au bout de quelques jours. La seconde division, forte de 3,500 hommes à peu près, restée sur la rive droite, la descendait parallèlement pour conserver le libre passage du fleuve et marcher vers la Concordia à la rencontre du corps venant du Parana, avec lequel elle eût attaqué le camp des alliés ; mais le corps du Parana, sous les ordres du général Roblès, ne poursuivait que lentement le général Paunero en retraite sur la Concordia. Après être entré à Goya et à Bellavista, il suspendit sa marche, arrêté probablement par la difficulté de vivre. En effet, l’escadre brésilienne, établie devant Corrientès, empêchait les chalands paraguayens de descendre le Parana avec le matériel et les subsistances. Elle menaçait même de couper, si les eaux venaient à monter, les communications avec la rive droite et le camp d’Itapiru. Il importait au maréchal Lopez de forcer le blocus et de dégager le fleuve. Le 11 juin, la flottille paraguayenne, composée de 8 vapeurs, tous en bois, mais munis d’une artillerie de gros calibre, et de 6 chalands, également armés de forts canons, vint attaquer la division brésilienne, forte de 9 canonnières, dont une cuirassée, qui commandait le cours du fleuve. L’infériorité de ses forces navales avait suggéré au maréchal Lopez l’idée assez ingénieuse d’établir sur la côte 26 pièces d’artillerie attelées, disposées en batteries volantes, qui, suivant toutes les évolutions de l’escadre, couvrirent de leurs feux les navires brésiliens. Le combat fut long et très acharné. Les Paraguayens, qui se battaient pour la première fois, montrèrent une extrême bravoure. Le succès des Brésiliens fut dû surtout au commandant Barroso, qui, usant de la supériorité d’évolutions du navire cuirassé qu’il montait, et imaginant une manœuvre pratiquée depuis avec un égal succès par l’amiral autrichien Tegethoff à Lissa, se lança à toute vapeur sur l’escadre paraguayenne, et, abordant successivement quatre navires ennemis par le travers, les coula tous quatre du choc. Le reste de l’escadrille, aux trois quarts désemparé, dut regagner le fleuve Paraguay et chercher un abri sous les canons d’Humayta. Telle fut l’issue du combat du Riachuelo. L’attaque vigoureuse des Paraguayens et les feux partis de terre avaient causé aux Brésiliens des pertes sensibles ; mais le but du maréchal Lopez n’était pas atteint : le blocus était maintenu, et le corps d’armée du Parana demeurait sans vivres et menacé de se voir couper sur ses derrières, si l’escadre brésilienne dépassait Corrientès. Dans ces conditions, loin de songer à s’avancer vers la Concordia et l’Uruguay, on dut se replier vers Corrientès. Le général Roblès, à qui on reprochait la lenteur de sa marche, fut destitué et mis en jugement. La retraite de son corps d’armée eut de fâcheuses conséquences pour le corps opérant sur l’Uruguay.

L’armée alliée avait fini par s’organiser à la Concordia. Bien que les gardes nationales argentines et les renforts brésiliens n’arrivassent que lentement, bien que le contingent levé dans l’Entre-Rios se fût débandé et dispersé quelques jours après son arrivée au camp, elle comptait à la fin de juin 15,000 Brésiliens, 4 ou 5,000 Orientaux et 6,000 Argentins, en tout 25,000 hommes environ. Aux termes du traité du 1er mai, la guerre ayant lieu sur le territoire argentin, le général Mitre avait le commandement en chef de toute l’armée. Le commandement spécial des troupes brésiliennes était confié au général Osorio ; le général Florès commandait les Orientaux. L’empereur dom Pedro II lui-même quitta Rio pour diriger en personne la défense du Rio-Grande. Il arriva dans cette province le 20 juillet avec ses deux gendres, le comte d’Eu et le duc de Saxe, les généraux Cabrai et de Beaurepaire-Rohan, et le ministre de la guerre. Sa présence sembla donner plus d’activité aux mouvemens des alliés. D’ailleurs, une fois le corps paraguayen du Parana rentré à Corrientès, on n’avait plus à s’occuper que d’arrêter le corps de l’Uruguay. Le général Florès, qui commandait l’avant-garde de l’armée, quitta la Concordia au commencement d’août, remontant la rive droite de l’Uruguay avec 8,000 hommes environ, 5,000 Orientaux et une division brésilienne de 3,000 hommes. Le corps argentin du général Paunero, débouchant enfin après une marche très pénible des bas-fonds marécageux et des forêts de palmiers qui couvrent une partie de la province de Corrientès et de l’Entre-Rios, ne tarda pas à le rejoindre portant ses forces à plus de 9,000 hommes et 36 canons. Il rencontra, le 13 août, près du village argentin Restauracion, sur la rivière Yatay, la division paraguayenne de 3,500 hommes qui descendait la rive droite du fleuve, sous les ordres du major Duarte. L’action s’engagea aussitôt. Elle fut très vive, et malgré la disproportion des forces les Paraguayens, entourés de tous côtés, écrasés par l’artillerie, n’ayant ni canons ni cavalerie, refusèrent de se rendre, et se défendirent en désespérés. Au dire des bulletins alliés, ils laissèrent 1,000 morts sur le champ de bataille. Le reste se dispersa ou fut fait prisonnier. Les alliés ne perdirent que deux cent cinquante hommes [17].

Après la prise d’Uruguyana, la deuxième division paraguayenne voulait continuer sa marche sur la rive gauche. La déroute du major Duarte, qu’elle n’avait pu secourir, lui fit rebrousser chemin. Menacée de front par le général Mitre, qui avait quitté la Concordia avec 18,000 hommes environ pour marcher à sa rencontre, sur ses derrières par le corps brésilien formé dans le Rio-Grande, de flanc par les canonnières brésiliennes avec leur artillerie à grande portée, qui essayaient de remonter l’Uruguay ; isolée sur le territoire ennemi, sans bases d’opérations, sans vivres, elle se rejeta dans Uruguyana. Le général Mitre l’y suivit. A la fin d’août, la place se trouva assiégée, et le général Florès, repassant sur la rive gauche de l’Uruguay, compléta l’investissement. Le colonel Estigarribia, qui commandait les Paraguayens, refusa d’abord de se rendre au général en chef Mitre. On s’attendait à une défense vigoureuse. L’arrivée de l’empereur au camp, le 11 septembre, avec toute sa maison militaire, changea les dispositions du colonel paraguayen. Le 18 septembre, il rendit la place à l’empereur dom Pedro lui-même, lui livrant, sans avoir tenté une sortie ni essuyé une attaque, 6,000 prisonniers, 5 canons, 9 drapeaux et 5,000 armes à feu. C’est le seul acte de faiblesse que l’on puisse reprocher aux troupes paraguayennes durant toute la guerre. On a parlé de trahison. Le manque de vivres et l’irrésolution naturelle chez des officiers qu’un pouvoir absolu n’a pas accoutumés à savoir prendre une décision suffisent pour l’expliquer. Le maréchal Lopez s’est plaint, et avec raison, paraît-il, de la manière dont ses soldats prisonniers auraient été traités par les alliés. Au Brésil, on les aurait employés aux travaux les plus pénibles ; dans les républiques, on fit plus encore ; on les incorpora de force dans des bataillons formés de prétendus réfugiés ou exilés paraguayens. La plupart moururent de misère et de nostalgie, quelques-uns désertèrent et purent regagner leur pays. Cette conduite barbare et contraire à toute morale contraste avec l’humanité que le président du Paraguay semble avoir témoignée à l’égard des prisonniers alliés.

La destruction totale du corps de l’Uruguay, la réunion des forces alliées, la tranquillité des populations argentines rendaient désormais impraticable le plan de campagne médité par le maréchal Lopez. Déjà l’escadre brésilienne essayait de dépasser Corrientès. Contrainte de reculer devant les batteries élevées à Cuevas, elle menaçait de nouveau de forcer le passage. Le maréchal Lopez se décida donc à se retirer sur son territoire, où il attendrait l’ennemi. Le 21 octobre 1865, il évacua Corrientès ; le 4 novembre, après avoir démantelé les batteries de Cuevas, ses troupes étaient toutes rentrées au Paraguay, où il s’occupa de les réorganiser et de leur amener de nouvelles recrues. Aux termes du traité du 1er mai 1865, demeuré longtemps secret, les alliés s’étaient engagés à ne pas traiter de la paix tant que le président Lopez serait au pouvoir. Il était entendu que les territoires contestés seraient rendus au Brésil et à la république argentine, que le Paraguay, ainsi diminué, verrait ses forteresses rasées, ses arsenaux détruits et surtout ses institutions politiques complètement modifiées. Les alliés restaient décidés à désorganiser cette puissance militaire, qui venait de se révéler d’une façon redoutable entre les mains d’un pouvoir absolu, et dont le maintien les eût contraints de leur côté à entretenir des armées permanentes plus considérables. On remarquera qu’à Rio ce fut le parti libéral avancé, dont faisait partie le représentant brésilien auprès des deux républiques signataires du traité d’alliance, qui poussa le plus vigoureusement à la guerre malgré les dépenses qu’elle entraînait et les embarras du trésor. Aucun des partis qui ont lutté à Buenos-Ayres ne sembla non plus désapprouver la continuation des hostilités. Il fut donc résolu qu’on envahirait le territoire ennemi, et qu’une fois le président Lopez amené à merci, le Paraguay serait doté d’institutions politiques analogues à celles des républiques voisines. On ne s’inquiéta pas de chercher si ce changement radical conviendrait au tempérament du peuple paraguayen. S’il avait été facile au président Lopez de traverser le Parana et de jeter ses troupes sur la rive argentine sans défense, il était moins aisé pour les alliés de se frayer un accès jusqu’à lui. La pointe sud du Paraguay s’avance sous forme de triangle entre les fleuves Parana et Paraguay et se termine au confluent même, faisant presque face à la ville de Corrientès, située au sud sur la rive gauche du Parana. Des ouvrages d’art assez importans se joignent aux difficultés naturelles, et rendent le passage et le débarquement plus difficiles encore pour une armée. A six lieues de ce point, à un endroit où le Rio-Paraguay fait un brusque détour connu sous le nom de Vuelta d’Humayta, s’élève la forteresse considérable d’Humayta. Le lit du fleuve, très rétréci, n’a pas plus de 200 mètres de large. Sur toute l’étendue de la Vuelta, on a élevé des batteries casematées ou à barbettes, armées de 100 à 120 pièces de canons de gros calibre. Ces batteries sont reliées entre elles par des palissades à embrasures destinées à recevoir des pièces volantes. Ces ouvrages se présentent sur un front de 1,500 mètres d’étendue. Un peu plus près du confluent s’élève le fortin de Curupayti, destiné à couvrir les premiers ouvrages d’Humayta contre une attaque par terre. Une route tracée entre des terrains marécageux conduit de la forteresse à la rive droite du Parana, et aboutit à un camp retranché où l’armée paraguayenne se concentra lors de l’évacuation de Corrientès. Au-dessous du camp s’élève sur le Parana une série d’ouvrages en terre défendus par de l’artillerie, que l’on appelle le fort d’Itapiru. Le maréchal Lopez devait avoir au camp environ 25,000 hommes, et le recrutement, opérant toujours au Paraguay, lui amenait probablement encore des renforts.

L’armée alliée, déjà massée à la Concordia, se mit, dès les premiers jours de novembre, en marche vers Corrientès, où elle se trouva tout entière réunie au mois de décembre 1865. De nombreux renforts venus du Brésil, des gardes nationales argentines, une partie du contingent de l’Entre-Rios, l’avaient rejointe, et en portaient l’effectif à 50, 47 ou 40,000 hommes, suivant les versions. Un autre corps brésilien d’environ 12,000 hommes, sous les ordres du baron de Porto-Allegre, arriva plus tard, vers la fin de février 1866, à travers les anciennes missions corentines, au village de Candelaria, toujours sur la rive gauche du Parana, en face du bourg paraguayen d’Itapua, à 40 lieues environ de l’armée principale. Celle-ci, dépassant Corrientès, s’étendit presque jusqu’à Itati, en face même du fort d’Itapiru et du camp retranché paraguayen. L’avant-garde était formée par le contingent oriental, très réduit par les maladies, et qu’aucunes nouvelles recrues ne venaient renforcer. On lui avait adjoint une division brésilienne. Le général Florès, dont la bravoure et l’énergie eurent souvent occasion de se déployer pendant cette campagne, la commandait. L’armée brésilienne, qui devait être de plus de 25,000 hommes, formait le centre, sous les ordres du général Osorio. Le corps argentin restait à l’arrière-garde. Son chef direct, le général Mitre, conservait le commandement supérieur de l’armée. Pendant les mois de décembre et de janvier, l’été de ces régions, des pluies torrentielles tombent presque constamment, en même temps qu’il règne une chaleur souvent excessive. On conçoit ce que l’armée dut souffrir et ce qu’elle dut perdre de monde, campée sur un sol détrempé, dans les terrains marécageux qui s’étendent au-delà de Corrientès. Cependant l’inaction lui était imposée. L’escadre brésilienne, dont le concours était indispensable, ne pouvait encore agir. Le Parana forme devant Corrientès une immense nappe de plus d’une lieue d’étendue, mais de profondeur médiocre. Durant la saison des basses eaux, c’est-à-dire d’octobre à février, on y trouve à peine 2 mètres d’eau. En 1866, la crue que l’escadre, en partie échouée sur les sables de Corrientès, attendait pour se remettre à flot ne se produisit qu’au mois de mars.

Le maréchal Lopez ne laissa pas les alliés s’établir tranquillement en face d’Itapiru. A tout moment, des reconnaissances paraguayennes, portées sur des bateaux plats très en usage dans le pays, s’abritant derrière les îles du Parana et profitant de l’immobilité forcée de l’escadre, débarquaient sur la rive gauche, tenant en éveil les avant-postes des alliés, et enlevant des bestiaux. Le 31 janvier, une de ces reconnaissances, poussée avec une grande hardiesse, surprit les premières troupes argentines, et engagea une lutte dans laquelle la plus grande partie de l’arrière-garde alliée finit par être engagée, et subit des pertes assez fortes, surtout en officiers. C’est sur la garde nationale de Buenos-Ayres qu’était principalement tombé le poids de la journée, et plusieurs des jeunes gens tués ou blessés appartenaient aux meilleures familles. Aussi ce combat, dit de San-Cosmo, causa-t-il une grande sensation. Les journaux argentins ne se firent pas faute d’attaquer l’inaction du contingent brésilien, que la distance avait probablement empêché de prendre part à la lutte. On blâma l’immobilité de l’escadre, on l’imputa à l’absence de l’amiral Tamandaré et à la jalousie prétendue des officiers brésiliens, qui refusaient, dit-on, d’obéir au général en chef de l’armée. Il eût été plus simple de s’en prendre à la baisse des eaux. Le combat de San-Cosmo eut toutefois l’avantage d’engager les alliés à se garder avec plus de soin. Les expéditions paraguayennes sur la rive gauche devinrent moins faciles et moins fréquentes. Enfin, le 17 mars 1866, l’escadre brésilienne put se mettre en mouvement. Elle comptait 17 vapeurs, dont 4 cuirassés, avec 77 canons, et formait trois divisions. La première, composée de 7 canonnières à vapeur, dont 2 cuirassées, et de 6 transports, s’avança jusqu’au point qui fait face à Itapiru, le long des positions de la rive gauche occupées par les alliés. L’amiral Tamandaré la dirigeait lui-même. La seconde division, composée de 5 canonnières à vapeur, dont une cuirassée, s’établit à l’embouchure du Rio-Paraguay. La troisième, de 6 canonnières, dont une cuirassée, resta devant Corrientès. Ce n’était pas une manœuvre aisée que de faire traverser à une armée de 40,000 hommes un fleuve large de trois quarts de lieue, en présence d’une armée ennemie défendue par des positions assez fortes. Les opérations préliminaires commencèrent immédiatement au point dit le Paso de la Patria, situé un peu au-dessus du fort d’Itapiru, en face du camp retranché. Le fleuve est en cet endroit partagé par une île assez considérable appelée Isla-Grande. Trois vapeurs brésiliens et un argentin furent chargés de faire les sondages et d’étudier les positions ennemies sur la rive droite du Parana. Malgré la crue des eaux, les navires menaçaient à tout instant de s’ensabler. Un d’eux, l’Iraguary, s’échoua dès le premier jour. D’ailleurs les Paraguayens ne demeuraient pas immobiles. Outre que les batteries d’Itapiru inquiétaient dans un certain rayon la marche des navires brésiliens, le maréchal Lopez avait imaginé de faire construire des espèces de bateaux plats, sans fonds, composés de simples pièces de bois solidement ajustées, sur lesquelles reposait un canon de 68. Ces bateaux, appelés chatas dans le pays, où ils servent à descendre les rapides, sortant des nombreux canaux formés par les îles du fleuve, ne laissèrent pas que de causer assez de mal aux alliés. On peut se figurer la lenteur avec laquelle l’escadre dut agir, au milieu de bas-fonds inconnus, consultant incessamment la sonde, interrogeant l’épaisse verdure de chaque rive, dans la crainte d’en voir sortir à l’improviste quelque nouvel ennemi. Le 26 mars, un boulet de 68, pénétrant dans la tour du vapeur cuirassé Tamandaré, y tua quatre officiers, en blessa trois autres, parmi lesquels le commandant Maris y Barros, qui mourut quelques jours après, et atteignit également une vingtaine. d’hommes de l’équipage. L’escadre brésilienne détruisit plusieurs de ces chatas, mais il paraît que ce ne fut pas sans avoir, de son côté, deux vapeurs gravement avariés [18]. Elle eut aussi à se garer des brûlots et des torpilles qui la menacèrent plusieurs fois, mais, à ce qu’il semble, sans grand effet. Au commencement d’avril, les alliés étaient parvenus à établir sur l’Isla-Grande, en face d’Itapiru, une batterie qui se mit à canonner le campement paraguayen et le fort. Les Paraguayens essayèrent en vain de la faire taire. Débarqués dans l’île pendant la nuit du 10 avril, ils furent obligés de regagner la rive droite après avoir subi d’assez fortes pertes. Tout semblait se préparer pour le passage au Paso de la Patria. Le général brésilien Hornos, avec une division de 3,000 hommes, remontait même vers l’est au-dessus d’Itati, comme pour chercher un gué accessible à la cavalerie. Toute l’attention des Paraguayens se concentrait de ce côté, lorsque le 16 au matin, tandis que les batteries de l’Isla-Grande et l’escadre canonnaient vigoureusement Itapiru, les troupes brésiliennes qui formaient, le centre de l’armée alliée, au nombre d’environ 10,000 hommes embarqués sur des transports, prirent pied à une assez grande distance au-dessous, non sur la rive droite du Parana, mais sur la rive gauche du premier bras du Paraguay. En ce point, habilement choisi, les Brésiliens ne rencontrèrent que quelques piquets ennemis qui ne purent les empêcher ni de se former ni d’avancer dans la direction d’Itapiru, que l’escadre et les batteries continuaient à couvrir de boulets. Cette forteresse ne présenta bientôt plus qu’un monceau de ruines ; le camp menacé par derrière, canonné par devant, devenait intenable : il fut abandonné le 17 au matin.

Le 20 avril, l’armée alliée tout entière, comptant 35,000 hommes, dont 25,000, Brésiliens pour le moins et 140 pièces d’artillerie, avait passé sur le territoire ennemi. Elle restait sous le commandement supérieur du général Mitre, et devait se diriger soit sur Humayta, soit de préférence, si cette forteresse pouvait sans danger être laissée en arrière, droit sur l’Assomption. Le corps d’armée du baron de Porto-Allegre, fort de 12,000 hommes, comme on a dit plus haut, arrivé en face d’Itapua, après avoir franchi au prix de fatigues excessives les marécages et les forêts qui s’étendent le long du Parana, depuis Itati, et sur le territoire aujourd’hui dépeuplé des Missions, ne trouvant personne pour lui disputer le passage, s’apprêtait à traverser le Parana à son tour. On parlait aussi d’une attaque que 4 ou 5,000 hommes réunis à Cuyaba opéreraient par le nord en descendant le Rio-Paraguay vers l’Assomption. En attendant, l’armée alliée se trouvait à découvert au milieu des marais insalubres, désignés sous le nom d’esteros de nembucu, qui couvrent toute la pointe sud du Paraguay. Au bout de quelques jours, elle comptait déjà un grand nombre de soldats malades des fièvres dangereuses causées par les émanations. Les chevaux qu’elle avait pu débarquer périssaient par centaines. Il lui fallait songer à s’avancer au plus vite ; mais le maréchal Lopez n’était pas disposé à regarder la partie comme perdue. Après avoir évacué le camp retranché du Parana, il s’établit un peu plus loin, dans une bonne position couverte par un cours d’eau et flanquée de lagunes ou esteros d’un accès difficile. De là il surveillait les alliés. Le 2 mai à midi ; au moment de la sieste, 7 ou 8,000 Paraguayens se jettent dans l’Estero Bellaco sur les premières lignes alliées, composées d’une division brésilienne et du reste de la division orientale. Les alliés plient sous le choc et perdent même quatre canons. Les Paraguayens veulent profiter de leur avantage et les poursuivent. Ils sont attaqués de flanc par les troupes brésiliennes du maréchal Osorio [19], de front par celles qui avaient déjà cédé, et que le général Florès, avec une grande énergie, ramenait lui-même à l’attaque. A leur tour, ils sont forcés d’abandonner le champ de bataille, laissant 4,000 ou 1,200 morts ou blessés. La perte des alliés dut être de 8 à 900 hommes. La moitié de la petite division orientale, déjà si fort éprouvée, disparut. Elle ne formait plus que deux bataillons. L’un d’eux, celui de la Florida, eut 21 officiers hors de combat. D’autres escarmouches sans importance, qui suivirent le combat de l’Estero Bellaco, prouvèrent que les Paraguayens ne se lassaient pas, et suffirent pour retarder la marche des alliés. Enfin le 24 mai, au moment où ceux-ci débouchaient des marais près du lieu appelé Tuyuti, le maréchal Lopez les fit attaquer par son armée tout entière, forte d’environ 20,000 hommes. Les maladies et les pertes des jours précédens avaient réduit les alliés à 30,000 combattans, mais ils disposaient d’au moins 100 pièces d’artillerie. Les Paraguayens, espérant les couper, les attaquèrent à la fois sur les deux flancs avec une ardeur extraordinaire. La cavalerie paraguayenne se rua plusieurs fois jusqu’aux batteries brésiliennes malgré les feux qui la décimaient. Enfin, après une lutte acharnée, les Paraguayens, n’ayant pu enfoncer les lignés alliées, durent se replier. Toutefois cette violente attaque empêchait encore une fois les alliés d’avancer. On estime que le combat de Tuyuti coûta aux Paraguayens 4,500 morts ou blessés et prisonniers. Les alliés accusent de leur côté 3,409 hommes hors de combat, dont 672 tués. Ce serait une perte totale de 8,000 hommes, chiffre énorme sur 50,000 hommes engagés. Ce furent les Brésiliens et les Orientaux qui eurent encore cette fois à supporter presque tout le poids de la bataille. Le contingent oriental ne paraît pas maintenant compter plus de 2 à 300 hommes sur 5,000 partis de la Concordia. Les Paraguayens, au dire des bulletins alliés, combattent avec une grande bravoure. Ils ne laissent de prisonniers que les blessés. Ce qui est certain, c’est que les malades et les blessés brésiliens sont en si grand nombre que les hôpitaux ne suffisent plus à les contenir, et pourtant une grande partie sont morts en route sur les transports.

Après la bataille de Tuyuti, les alliés semblèrent se décider à s’arrêter, l’escadre, d’où ils tirent leurs approvisionnemens, ne pouvant avancer au milieu des obstacles de toute sorte, chaînes, barrages, bateaux échoués, dont on avait obstrué les bras du fleuve où elle devait s’engager. Les fonds du Parana sont encore très mal connus, et elle avait à opérer des sondages longs et difficiles. L’armée ne pouvait se séparer de l’escadre, et d’ailleurs elle manquait totalement de chevaux. Un décret du 7 juillet 1866 a ordonné à Buenos-Ayres l’expropriation, sauf une faible indemnité allouée aux propriétaires, de 5,000 chevaux et de 1,500 mulets pour le service de l’artillerie et du train. L’armée alliée, réduite, au dire de quelques officiers blessés rentrés à Buenos-Ayres, à 24,000 hommes, a dû prendre le parti de camper, se protégeant par des fortifications de campagne, contre lesquelles les Paraguayens ont découvert le 14 juin une batterie de grosses pièces qui a fait quelques ravages. Elle attendra probablement sous cet abri l’arrivée des bêtes de somme sans lesquelles l’artillerie ne pourrait suivre l’armée. On voit que les difficultés de cette guerre, où les alliés ont contre eux la ténacité de l’ennemi, des ouvrages d’art assez considérables, des obstacles naturels, tels que les mauvais terrains, la distance, les fleuves, enfin l’insalubrité du climat et le défaut d’approvisionnemens, seraient de force à éprouver sérieusement même des armées européennes.

Au moment où ce récit se termine, vers le 10 juillet 1866, l’armée alliée se tenait immobile, repoussant chaque jour les attaques des Paraguayens. Elle n’avait encore menacé ni Humayta ni même Curupayti ; elle allait être renforcée par le corps du baron de Porto-Allegre, qui avait passé le Parana à Itapua. La direction supérieure appartenait toujours au général Mitre ; mais le commandement des troupes brésiliennes, abandonné par le maréchal Osorio, venait d’être remis au général Polydoro. Le président du Paraguay, bien que, d’après certains dires, son armée ne compte plus guère que 15,000 hommes, ne parle pas encore de céder. Au Brésil du reste, on ne se montre pas davantage disposé à terminer la lutte avant que le programme tracé dans le traité du 1er mai 1865 ne soit entièrement accompli. Bien que les dépenses aient atteint un chiffre très considérable et dépassé de beaucoup les premières prévisions, et que l’on se préoccupe à Rio de la question financière et de la fâcheuse situation de la banque, on ne cesse pas de préparer des renforts en hommes et en matériel. Ce serait plutôt dans les républiques qu’on pourrait découvrir quelques symptômes de lassitude et de mécontentement, quoique jusqu’ici, au point de vue financier du moins, elles aient eu peu à souffrir, puisque le trésor brésilien leur a fait l’avance des frais nécessités par leurs dépenses militaires. De fait, les ressources que la guerre consomme à peu près stérilement seraient mieux employées par le Paraguay à poursuivre les améliorations intérieures et le développement moral de la population, — par le Brésil à faciliter l’exécution du plan proposé par le colonel Wood pour établir dans les provinces du sud tous ceux qui, dans les anciens états confédérés de l’Union américaine du nord, répugnent à se soumettre au gouvernement de Washington, — par la confédération argentine à coloniser le désert du Chaco et à en civiliser les nombreuses tribus indiennes, ainsi que deux voyageurs français, M. Amédée Jacques et M. le capitaine Page, le croient possible.

Si, en résumant les événemens de cette campagne, on évalue les ressources que chacun des états belligérans a pu mettre en œuvre, on jugera de l’influence que les institutions politiques ont exercée chez eux sur la force militaire. Les deux républiques n’ont pu fournir que des soldats braves et résolus, mais dépourvus du matériel suffisant, animés d’un esprit d’insubordination dont la désertion du contingent de l’Entre-Rios a fourni un exemple, et assez mal organisés pour se laisser surprendre par une armée inférieure en nombre au combat de San-Cosmo et à celui de l’Estero Bellaco. Le gouvernement constitutionnel du Brésil, soumis au contrôle parlementaire, assujetti à un certain mode de recrutement, limité dans ses dépenses par un budget fixe, ne s’est pas tout d’abord trouvé en mesure de prendre l’offensive ; mais l’unité de direction résultant de la stabilité du pouvoir lui avait préparé des élémens dont il a pu tirer parti. L’armée sur le pied de paix a fourni des cadres pour les nouvelles recrues. Les arsenaux, les fonderies, les manufactures qui existent depuis longtemps, ont livré un matériel très complet. Enfin une flotte bien entretenue a permis de transporter les troupes et leur a prêté un concours et un appui sans lesquels rien n’aurait pu se faire. Malgré des pertes considérables, les troupes brésiliennes ne semblent avoir montré aucun symptôme d’indiscipline ; ce sont elles qui ont accompli avec bonheur l’opération périlleuse du passage d’un grand fleuve, et qui à l’Estero Bellaco et à Tuyuti ont rétabli le combat, compromis d’abord malgré la bravoure du général Florès. Quant au président du Paraguay, le pouvoir absolu exercé sans contrôle, avec assez peu de souci de l’opinion publique pour ne publier aucun bulletin, aucune nouvelle de la guerre, lui a permis d’organiser une armée relativement nombreuse, bien équipée, fournie de tout le matériel nécessaire, et de la jeter à son heure sur tel point qui lui a convenu. Il faut remarquer pourtant qu’éloignés de sa présence, ses généraux, habitués à obéir, n’ont trouvé ni la décision, ni l’activité, ni la présence d’esprit nécessaires au commandement. Les opérations qu’il ne dirigeait pas ont été désastreuses. Aujourd’hui, poursuivi sur son territoire, ayant déjà dépensé une grande partie des ressources de son petit état, il imprime encore aux troupes qu’il commande lui-même une énergie surprenante ; il se défend sans insuccès et trouve d’ailleurs, dans les obstacles matériels contre lesquels les alliés ont à lutter, un auxiliaire qui double sa force.

Il est imprudent de préjuger l’avenir. Toutefois, sans chercher à prédire l’issue de la guerre, il est permis de prévoir dès à présent que la liberté, dont chacun des belligérans ne s’inquiète qu’au point de vue de ses intérêts particuliers, n’aura en somme rien à y gagner. Le dictateur absolu du Paraguay s’est fait deux fois l’agresseur pour maintenir à son profit le principe de la libre navigation ; mais son triomphe, en donnant le prestige de la victoire à une puissance militaire relativement considérable qui augmentera en même temps que la population, éveillerait peut-être chez lui de nouvelles convoitises, et deviendrait une menace pour les états voisins. Ceux-ci seraient conduits à accroître leurs années permanentes, à introduire chez eux un système militaire dangereux pour leurs institutions et incompatible avec les nécessités de leur situation. L’empire constitutionnel du Brésil semble plus soucieux d’acquérir pour lui-même le cours fies fleuves que d’en ouvrir l’accès aux autres nations. Les deux républiques qui ont uni leurs intérêts aux siens se donnent pour mission d’imposer à un peuple étranger des institutions conformes peut-être, à leurs antécédens et à leurs goûts, mais dont le Paraguay ne semble pas encore en état d’apprécier les mérites et de recueillir les avantages. Les événemens dans le Nouveau-Monde offrent donc un sujet d’études et de réflexions. On y voit les peuples défendre la liberté quand elle s’accorde avec leurs désirs et leurs intérêts, et déguiser sous les mots de droit, de justice et d’humanité, les succès qu’ils attendent parfois de la violence et de l’usurpation,


P. DUCHESNE DE BELLECOURT.


  1. Le commerce général du Brésil en 1864 avec la France a été de 198 millions. Il tient le 9e rang sur la liste par ordre d’importance, et précède les États-Unis. Le commerce général de la confédération argentine a été de 93 millions. Elle occupe le 15e rang, avant les Pays-Bas.
  2. Voyez la Revue du 15 février et du 15 novembre 1865.
  3. La France compte 230 habitans par mille carré ; la moyenne de l’Europe est estimée à 90 par mille carré. La confédération compte 1 3/4 habitant par mille carré.
  4. On évalue en outre la population indienne errant dans les forêts à 2 millions environ ; mais ces Indiens ne peuvent être comptés à aucun titre dans la population brésilienne.
  5. L’émigration a été en 1854 de 460,697 individus, en 1858 de 185,520. Elle a paru reprendre depuis 1860. De 1820 a 1855, les États-Unis ont reçu 4,207,624 émigrans.
  6. M. Martin de Moussy dit 120,000. (Description de la confédération argentine.)
  7. M. John Lelong, qui a longtemps habité ces pays, montre dans une brochure récemment publiée chez Dentu que les institutions politiques qui éloignent du Paraguay les républiques argentine et orientale ne sont pas un obstacle à une entente avec le Brésil.
  8. Statistical abstract for the united Kingdom. (Twelfth number.)
  9. Géographie Malte-Bran. — L’Empire du Brésil, par M. C. Barril, comte de La Hure ; Paris 1862.
  10. kil.
    Exportation moyenne annuelle du café brésilien de 1852 à 1858. 83,065,735
    « du sucre « 50,015,583
    Exportation du café en France de 1864, en chiffres ronds 44,000,000
    « du sucre 7,000,000


    Une circulaire anglaise établit pour la consommation du café dans le monde en 1859 les chiffres de 380 millions de kilogrammes, et pour la production dans la même année 348 millions de kilogrammes. Le Brésil en a fourni seul 173 millions de kilogrammes.

  11. Dans le courant du XVIIIe siècle, dom Pernetty. trouva l’Ile Sainte-Catherine couverte de forêts, enveloppée de brumes malsaines et d’exhalaisons fétides. L’ile a été défrichée depuis, et les voyageurs du XIXe siècle, en vantent le climat.
  12. Le Guide de Montevideo donne pour 1859 301,000 habitans, dont 45,000 à Montevideo. D’autres ouvrages disent 450,000 : ces chiffres semblent exagérés.
  13. Histoire du Paraguay, Paris 1862.
  14. Carte du Paraguay, 1862. Dépôts des cartes et plans de la marine.
  15. Le tabac du Paraguay a obtenu une médaille à l’exposition universelle de Londres.
  16. M. Lopez s’est vu décerner le titre de maréchal par le congrès réuni à l’Assomption le 5 mars 1865 après la déclaration de guerre à la république argentine.
  17. Il faut noter dès à présent que, durant toute la guerre, le président du Paraguay n’a publié aucun bulletin. Il n’y a pas de journaux à l’Assomption ; on est donc obligé de s’en tenir uniquement aux bulletins des alliés, dont il est à peu près impossible de contrôler les allégations.
  18. Il ne faut pas oublier qu’on n’a aucun bulletin ni aucun renseignement venus du Paraguay.
  19. Le général brésilien Osorio a été fait maréchal au commencement de l’année 1866.