La jeune Veuve

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis La Jeune Veuve)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fables, premier recueil : livres iv, v, viClaude Barbin & Denys Thierry (p. 227-230).

XXI.

La jeune Veuve.



LA perte d’un époux ne va point ſans ſoupirs.
On fait beaucoup de bruit, & puis on ſe conſole.
Sur les aiſles du Temps la triſteſſe s’envole ;
Le temps rameine les plaiſirs.
Entre la Veuve d’une année,
Et la Veuve d’une journée,
La difference eſt grande. On ne croiroit jamais
Que ce fuſt la meſme perſonne.
L’une fait fuïr les gens, & l’autre a mille attraits.
Aux ſoûpirs vrais ou faux celle-là s’abandonne :

C’eſt toujours meſme note, & pareil entretien :
On dit qu’on eſt inconſolable ;
On le dit, mais il n’en eſt rien ;
Comme on verra par cette Fable,
Ou plutoſt par la verité.
L’Epoux d’une jeune beauté
Partoit pour l’autre monde. A ſes coſtez ſa femme
Lui crioit : Attendſ-moy, je te ſuis ; & mon ame,
Auſſi-bien que la tienne, eſt preſte à s’envoler.
Le Mary fait ſeul le voyage.
La Belle avoit un pere homme prudent & ſage :
Il laiſſa le torrent couler.
A la fin, pour la conſoler,
Ma fille, luy dit-il, c’eſt trop verſer de larmes :

Qu’a beſoin le défunt que vous noyez vos charmes ?
Puiſqu’il eſt des vivans, ne ſongez plus aux morts.
Je ne dis pas que tout à l’heure
Une condition meilleure
Change en des nôces ces tranſports ;
Mais, aprés certain temps ſouffrez qu’on vous propoſe
Un époux beau, bien fait, jeune, & tout autre choſe
Que le défunt. Ah ! dit-elle auſſi-toſt,
Un Cloître eſt l’époux qu’il me faut.
Le pere luy laiſſa digerer ſa diſgrace.
Un mois de la ſorte ſe paſſe.
L’autre mois on l’employe à changer tous les jours
Quelque choſe à l’habit, au linge, à la coiffure.
Le deüil enfin ſert de parure,

En attendant d’autres atours.
Toute la bande des Amours
Revient au colombier, les jeux, les ris, la danſe,
Ont auſſi leur tour à la fin.
On ſe plonge ſoir & matin
Dans la fontaine de Jouvence.
Le Pere ne craint plus ce défunt tant chery.
Mais comme il ne parloit de rien à noſtre Belle,
Où donc eſt le jeune mary
Que vous m’avez promis, dit-elle ?