Mozilla.svg

La Marseillaise de 1884

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Achille Butruille
Littérature Contemporaine33 (p. 318-319).

LA MARSEILLAISE DE 1884

I

Pour défendre nos colonies,
L’honneur français, notre drapeau,
Nous vous quittons, mères chéries !
Nous partons tous sur ce vaisseau ! (bis)
Ne pleurez pas : non point de larmes !
Vos fils vont, en pays lointain,
Venger l’affront fait au Tonkin :
L’affront se venge par les armes !

refrain

Debout, soldats français ! nous serons triomphants !
Partons (bis), la République appelle ses enfants !

II

Depuis l’heure des avanies,
La France a lavé son drapeau :
Plus de traîtres, plus d’infamies !
Marchons sous l’étendard nouveau ! (bis)
Courage au cœur, ô jeune France !
Que ta valeur dans les combats
Marque en hauts faits tes premiers pas,
En attestant notre puissance !

III

Voici qu’un rayon d’espérance
Luit sur nos vastes horizons,
Et les ennemis de la France
Reculent devant nos canons ! (bis)
Peuple français que la victoire
Déchire le voile de deuil
Qui recouvrait dans un cercueil
Ton noble front fait pour la gloire !


IV

Si, sur cette terre étrangère,
Nous devons verser notre sang,
Nous attendrons l’heure dernière
En Français dignes de leur rang ! (bis)
Ô France, alors, dans ta mémoire,
Garde un fidèle souvenir
À tes fils qui surent mourir
Au loin, pour ton nom, pour ta gloire !

Achille Butruille.