La Marseillaise de la Courtille

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Ajouter un fac-similé pour vérification, — comment faire ?
Antoine Antignac

La Marseillaise de la Courtille


Air de La Marseillaise


1792


Refrain :

À table, citoyens,
Videz tous les flacons,
Buvez, mangez, qu'un vin bien pur
Humecte vos poumons !

- 1 -

Allons enfants de la Courtille,
Le jour de boire est arrivé,
C'est pour nous que le boudin grille,
C'est pour nous qu'on l'a conservé (bis)
Ne vois-tu pas dans la cuisine
Rôtir des Dindons et Gigots!
Ma foi, nous serions bien nigauds
Si nous leur faisions triste mine.

- 2 -

Tremblez Lapins, tremblez Volailles,
Ou bien prenez votre parti!
Ne tremblez que dans nos entrailles,
Pour apaiser notre appétit. (bis)
Tout est d'accord pour vous détruire,
Chasseurs et gloutons tour-à-tour,
Peut être viendra-t-il un jour
Où c'est vous qui nous ferez cuire.

- 3 -

Quoi des cuisines étrangères,
Viendraient gâter le gout français !
Leurs sauces fades ou légères
Aurait le veto sur nos mets (bis)
Dans nos festins quelle déroute !
Combien nous aurions à souffrir !
Nous ne pourrions plus nous nourrir
Que de fromage, ou de choucroute.

- 4 -

Amis, dans vos projets bachiques,
Sachez ne pas trop vous presser,
Épargnez ces poulets étiques,
Laissez-les du moins s'engraisser. (bis)
Mais ces chapons d'aristocrates,
Chanoines de la basse-cour,
Qu'ils nous engraissent à leur tour
Et n'en laissons rien que les pattes.

- 5 -

Amour sacré de la bombance,
Vient élargir notre estomac,
Quand on pense à panser sa panse
Peut-il consulter l’almanach. (bis)
Du plaisir de manger et boire
Nous te devons l’invention ;
Sauves-nous de l’indigestion
Pour que rien ne manque à ta gloire.