La Mort d’Achille et la dispute de ses armes/Epître

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

AU ROY.



SIRE,



Puis que toute la France delivrée de ſa crainte ſe jette aux pieds de V. M. pour luy teſmoigner qu’elle n’eſt pas m’eſcognoiſſante, je ſerois le ſeul coupable, ſi je n’augmentois cette honorable foulle de vos peuples qui porte ſi haut dans l’air le bruit des juſtes acclamations qu’elle donne à la derniere, & à la plus illustre de vos victoires, voyant comme elle déploye deſja ſes ailles pour voller de voſtre coſté. Et en effet, SIRE, quelques grandes, & quelques eſtonnantes qu’ayent eſté vos actions depuis que vous tenez ce magnifique Sceptre que le droit du ſang vous a mis en main, & que vos Royales vertus vous confirment tous les jours, V. M. ſembleroit n’avoir pas tout à fait travaillé pour ſon honneur, ſi elle n’avoit eu une plus ample matiere pour occuper ſa grandeur & ſa force : tantoſt elle s’emploioit à vaincre des Rebelles, tantoſt à ſoûtenir la foibleſſe de ſes Alliez contre la violence des Uſurpateurs, & tantoſt à réprimer l’inſolence & la perfidie d’un Voisin, & d’un Vaſſal ; Il eſtoit temps qu’elle fit parêtre que toutes ſes armes lui ſont égalemet avantageuſes, & qu’elle s’aide außi glorieuſement du bouclier que de l’epée : Et ç’a eſté en cette derniere guerre qu’elle en a donné, & en donne encore des preuves qui mettent ſa gloire au plus haut poinct qu’elle puiſſe eſtre, & qui font rougir l’Eſpagne de la honte, & de la vanité de ſes entrepriſes. Si les autres Monarques ont de l’aſſurance, & de la tranquilité dans leurs Etats, ils la tiennent moins d’eux meſmes que de leurs ſujets qui travaillent ſans ceſſe pour le ſalut & pour l’affermiſſement de leurs couronnes, mais au contraire le repos la ſeureté que nous avons ne vient pas tant de nous comme c’eſt un effet de voſtre agitation, & des dangers où V. M. s’expoſe tous les jours pour la conſervation de nos vies, & de nos biens : De façon que nous ne pourions nous diſpenſer de nos hommages legitimes à moins que d’ajouſter l’ingratidude à la deſobeïſſance, & d’offencer en voſtre perſonne le meilleur pere qu’ait jamais eu la Patrie, & le plus grand, & le plus vaillant Roy du monde ; Achile que je vous offre en toute humilité le confeſſeroit de ſa propre bouche ſs V. M. avoit beſoin des louanges d’un moindre qu’elle ; Je la ſuplie tres-humblement qu’il en ſoit veu de bon œil, & qu’elle pardonne à l’ambition de celuy qui l’oſe preſenter ; C’eſt,


SIRE,


de V. M.


Le tres-humble, tres obeïſſant, &

tres-fidelle ſcruiteur & ſubjet, 

De Bensseradde.