La Mort des yeux

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Édition du Feu.
À ma Mère, bien affectueusement,
je dédie ces pages de pitié et d’amour.


PREMIÈRE PARTIE

« Brille donc davantage intérieurement, ô céleste lumière ! que toutes les facultés de mon esprit soient pénétrées de tes rayons ; mets des yeux à mon âme ; écarte et disperse tous les brouillards, afin que je puisse voir et dire les choses invisibles aux yeux des Mortels ».

Milton (Le Paradis Perdu).

DEUXIÈME PARTIE

Je sens que je vais m’évanouir ; dites-leur de m’emporter…

Stendhal.