100%.png

La mort et le mourant

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis La Mort et le Mourant)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Fables, deuxième recueil : livres vii, viiiClaude Barbin et Denys Thierry3 (p. 93-98).


FABLE I.

La mort et le mourant.


LA mort ne ſurprend point le ſage ;

Il eſt toûjours preſt à partir,
S’eſtant ſceu luy-meſme avertir

Du temps où l’on ſe doit reſoudre à ce paſſage.
Ce temps, helas ! embraſſe tous les temps :
Qu’on le partage en jours, en heures, en momens,
Il n’en eſt point qu’il ne comprenne
Dans le fatal tribut ; tous ſont de ſon domaine ;
Et le premier inſtant où les enfans des Rois
Ouvrent les yeux à la lumiere,
Eſt celuy qui vient quelquefois
Fermer pour toûjours leur paupiere.
Défendez-vous par la grandeur,
Alleguez la beauté, la vertu, la jeuneſſe,
La mort ravit tout ſans pudeur.
Un jour le monde entier accroiſtra ſa richeſſe.
Il n’eſt rien de moins ignoré,
Et puis qu’il faut que je le die,

Rien où l’on ſoit moins preparé.
Un mourant qui contoit plus de cent ans de vie,
Se plaignoit à la mort que précipitamment
Elle le contraignoit de partir tout à l’heure,
Sans qu’il eût fait ſon teſtament,
Sans l’avertir au moins. Eſt-il juſte qu’on meure
Au pied levé ? dit-il : attendez quelque peu.
Ma femme ne veut pas que je parte ſans elle ;
Il me reſte à pourvoir un arriere-neveu ;
Souffrez qu’à mon logis j’ajouſte encore une aiſle.
Que vous êtes preſſante, ô Deeſſe cruelle !
Vieillard, luy dit la mort, je ne t’ay point ſurpris.
Tu te plains ſans raiſon de mon impatience.

Eh n’as-tu pas cent ans ? trouve-moy dans Paris
Deux mortels auſſi vieux, trouve-m’en dix en France.
Je devois, ce dis-tu, te donner quelque avis
Qui te diſpoſaſt à la choſe :
J’aurois trouvé ton teſtament tout fait,
Ton petit fils pourveu, ton baſtiment parfait ;
Ne te donna-t-on pas des avis quand la cauſe
Du marcher & du mouvement,
Quand les eſprits, le ſentiment,
Quand tout faillit en toy ? Plus de gouſt, plus d’oüie :
Toute choſe pour toy ſemble eſtre évanoüie :
Pour toy l’aſtre du jour prend des ſoins ſuperflus :

Tu regretes des biens qui ne te touchent plus.
Je t’ay fait voir tes camarades,
Ou morts, ou mourans, ou malades.
Qu’eſt-ce que tout cela, qu’un avertiſſement ?
Allons vieillard, & ſans replique ;
Il n’importe à la republique
Que tu faſſes ton teſtament.
La mort avoit raiſon : Je voudrois qu’à cet âge
On ſortiſt de la vie ainſi que d’un banquet,
Remerciant ſon hoſte, & qu’on fiſt ſon paquet ;
Car de combien peut-on retarder le voyage ?
Tu murmures vieillard ; voy ces jeunes mourir,
Voy les marcher, voy les courir

A des morts, il eſt vray, glorieuſes & belles,
Mais ſures cependant, & quelquefois cruelles.
J’ay beau te le crier ; mon zele eſt indiſcret :
Le plus ſemblable aux morts meurt le plus à regret.