La Petite Fadette/20

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Calmann-Lévy (p. 169-183).
◄  XIX.
XXI.  ►



XX


Landry écoutait toujours la petite Fadette avec une grande contention d’esprit, et sans trouver à redire à aucune de ses raisons. En dernier lieu, la manière dont elle parla de son petit frère le sauteriot, lui fit un effet, comme si, tout d’un coup, il se sentait de l’amitié pour elle, et comme s’il voulait être de son parti contre tout le monde.

— Cette fois-ci, Fadette, dit-il, celui qui te donnerait tort serait dans son tort le premier ; car tout ce que tu as dit là est très bien dit, et personne ne se douterait de ton bon cœur et de ton bon raisonnement. Pourquoi ne te fais-tu pas connaître pour ce que tu es ? on ne parlerait pas mal de toi, et il y en a qui te rendraient justice.

— Je te l’ai bien dit, Landry, reprit-elle. Je n’ai pas besoin de plaire à qui ne me plaît point.

— Mais si tu me le dis à moi, c’est donc que…

Là-dessus Landry s’arrêta, tout étonné de ce qu’il avait manqué de dire ; et, se reprenant :

— C’est donc, fit-il, que tu as plus d’estime pour moi que pour un autre ? Je croyais pourtant que tu me haïssais à cause que je n’ai jamais été bon pour toi.

— C’est possible que je t’aie haï un peu, répondit la petite Fadette ; mais si cela a été, cela n’est plus à partir d’aujourd’hui, et je vas te dire pourquoi, Landry. Je te croyais fier, et tu l’es ; mais tu sais surmonter ta fierté pour faire ton devoir, et tu y as d’autant plus de mérite. Je te croyais ingrat, et, quoique la fierté qu’on t’a enseignée te pousse à l’être, tu es si fidèle à ta parole que rien ne te coûte pour t’acquitter ; enfin, je te croyais poltron, et pour cela j’étais portée à te mépriser ; mais je vois que tu n’as que de la superstition, et que le courage, quand il s’agit d’un danger certain à affronter, ne te fait pas défaut. Tu m’as fait danser aujourd’hui, quoique tu en fusses bien humilié. Tu es même venu, après vêpres, me chercher auprès de l’église, au moment où je t’avais pardonné dans mon cœur après avoir fait ma prière, et où je ne songeais plus à te tourmenter. Tu m’as défendue contre de méchants enfants, et tu as provoqué de grands garçons qui, sans toi, m’auraient maltraitée. Enfin, ce soir, en m’entendant pleurer, tu es venu à moi pour m’assister et me consoler. Ne crois point, Landry, que j’oublierai jamais ces choses-là. Tu auras toute ta vie la preuve que j’en garde une grande souvenance, et tu pourras me requérir à ton tour, de tout ce que tu voudras, dans quelque moment que ce soit. Ainsi, pour commencer, je sais que je t’ai fait aujourd’hui une grosse peine. Oui, je le sais, Landry, je suis assez sorcière pour t’avoir deviné, encore que, ce matin, je ne m’en doutais point. Va, sois certain que j’ai plus de malice que de méchanceté, et que, si je t’avais su amoureux de la Madelon, je ne t’aurais pas brouillé avec elle, comme je l’ai fait en te forçant à danser avec moi. Cela m’amusait, j’en tombe d’accord, de voir que, pour danser avec une laideron comme moi, tu laissais de côté une belle fille ; mais je croyais que c’était seulement une petite piqûre à ton amour-propre. Quand j’ai peu à peu compris que c’était une vraie blessure dans ton cœur, que malgré toi, tu regardais toujours du côté de Madelon, et que son dépit te donnait envie de pleurer, j’ai pleuré aussi, vrai ! j’ai pleuré au moment où tu as voulu te battre contre ses galants, et tu as cru que c’étaient des larmes de repentance. Voilà pourquoi je pleurais encore si amèrement quand tu m’as surprise ici, et pourquoi je pleurerai jusqu’à ce que j’aie réparé le mal que j’ai causé à un bon et brave garçon comme je connais à présent que tu l’es.

— Et, en supposant, ma pauvre Fanchon, dit Landry, tout ému des larmes qu’elle recommençait à verser, que tu m’aies causé une fâcherie avec une fille dont je serais amoureux comme tu dis, que pourrais-tu donc faire pour nous remettre en bon accord ?

— Fie-toi à moi, Landry, répondit la petite Fadette. Je ne suis pas assez sotte pour ne pas m’expliquer comme il faut. La Madelon saura que tout le tort est venu de moi. Je me confesserai à elle et je te rendrai blanc comme neige. Si elle ne te rend pas son amitié demain, c’est qu’elle ne t’a jamais aimé et…

— Et que je ne dois pas la regretter, Fanchon ; et comme elle ne m’a jamais aimé, en effet, tu prendrais une peine inutile. Ne le fais donc pas, et console-toi du petit chagrin que tu m’as fait. J’en suis déjà guéri.

— Ces peines-là ne guérissent pas si vite, répondit la petite Fadette ; et puis, se ravisant : — Du moins à ce qu’on dit, fit-elle. C’est le dépit qui te fait parler, Landry. Quand tu auras dormi là-dessus, demain viendra et tu seras bien triste jusqu’à ce que tu aies fait la paix avec cette belle fille.

— Peut-être bien, dit Landry, mais, à cette heure, je te baille ma foi que je n’en sais rien et que je n’y pense point. Je m’imagine que c’est toi qui veux me faire accroire que j’ai beaucoup d’amitié pour elle, et moi, il me semble que si j’en ai eu, c’était si petitement que j’en ai quasiment perdu souvenance.

— C’est drôle, dit la petite Fadette en soupirant ; c’est donc comme ça que vous aimez, vous, les garçons ?

— Dame ! vous autres filles, vous n’aimez pas mieux ; puisque vous vous choquez si aisément et que vous vous consolez si vite avec le premier venu. Mais nous parlons là de choses que nous n’entendons peut-être pas encore, du moins toi, ma petite Fadette, qui vas toujours te gaussant des amoureux. Je crois bien que tu t’amuses de moi encore à cette heure, en voulant arranger mes affaires avec la Madelon. Ne le fais pas, te dis-je, car elle pourrait croire que je t’en ai chargée, et elle se tromperait, Et puis ça la fâcherait peut-être de penser que je me fais présenter à elle comme son amoureux attitré ; car la vérité est que je ne lui ai encore jamais dit un mot d’amourette, et que, si j’ai eu du contentement à être auprès d’elle et à la faire danser, elle ne m’a jamais donné le courage de le lui faire assavoir par mes paroles. Par ainsi, laissons passer la chose ; elle en reviendra d’elle-même si elle veut, et si elle n’en revient pas, je crois bien que je n’en mourrai point.

— Je sais mieux ce que tu penses là-dessus que toi-même, Landry, reprit la petite Fadette. Je te crois quand tu me dis que tu n’as jamais fait connaître ton amitié à la Madelon par des paroles ; mais il faudrait qu’elle fût bien simple pour ne l’avoir pas connue dans tes yeux, aujourd’hui surtout. Puisque j’ai été cause de votre fâcherie, il faut que je sois cause de votre contentement, et c’est la bonne occasion de faire comprendre à Madelon que tu l’aimes. C’est à moi de le faire et je le ferai si finement et si à propos, qu’elle ne pourra point t’accuser de m’y avoir provoquée. Fie-toi, Landry, à la petite Fadette, au pauvre vilain grelet, qui n’a point le dedans aussi laid que le dehors ; et pardonne-lui de t’avoir tourmenté, car il en résultera pour toi un grand bien. Tu connaîtras que s’il est doux d’avoir l’amour d’une belle, il est utile d’avoir l’amitié d’une laide ; car les laides ont du désintéressement et rien ne leur donne dépit ni rancune.

— Que tu sois belle ou laide, Fanchon, dit Landry en lui prenant la main, je crois comprendre déjà que ton amitié est une très bonne chose, et si bonne, que l’amour en est peut-être une mauvaise en comparaison. Tu as beaucoup de bonté, je le connais à présent ; car je t’ai fait un grand affront auquel tu n’as pas voulu prendre garde aujourd’hui, et quand tu dis que je me suis bien conduit avec toi, je trouve, moi, que j’ai agi fort malhonnêtement.

— Comment donc ça, Landry ? Je ne sais pas en quoi…

— C’est que je ne t’ai pas embrassée une seule fois à la danse, Fanchon, et pourtant c’était mon devoir et mon droit, puisque c’est la coutume. Je t’ai traitée comme on fait des petites filles de dix ans, qu’on ne se baisse pas pour embrasser, et pourtant tu es quasiment de mon âge ; il n’y a pas plus d’un an de différence. Je t’ai donc fait une injure, et si tu n’étais pas si bonne fille, tu t’en serais bien aperçue.

— Je n’y ai pas seulement pensé, dit la petite Fadette ; et elle se leva, car elle sentait qu’elle mentait, et elle ne voulait pas le faire paraître. Tiens, dit-elle en se forçant pour être gaie, écoute comme les grelets chantent dans les blés en chaume ; ils m’appellent par mon nom, et la chouette est là-bas qui me crie l’heure que les étoiles marquent dans le cadran du ciel.

— Je l’entends bien aussi, et il faut que je rentre à la Priche ; mais avant que je te dise adieu, Fadette, est-ce que tu ne veux pas me pardonner ?

— Mais je ne t’en veux pas, Landry, et je n’ai pas de pardon à te faire.

— Si fait, dit Landry, qui était tout agité d’un je ne sais quoi, depuis qu’elle lui avait parlé d’amour et d’amitié, d’une voix si douce que celle des bouvreuils qui gazouillaient en dormant dans les buissons paraissait dure auprès. Si fait, tu me dois un pardon, c’est de me dire qu’il faut à présent que je t’embrasse pour réparer de l’avoir omis dans le jour.

La petite Fadette trembla un peu ; puis, tout aussitôt reprenant sa bonne humeur :

— Tu veux, Landry, que je te fasse expier ton tort par une punition. Eh bien ! je t’en tiens quitte, mon garçon. C’est bien assez d’avoir fait danser la laide, ce serait trop de vertu que de vouloir l’embrasser.

— Tiens ! ne dis pas ça, s’exclama Landry en lui prenant la main et le bras tout ensemble ; je crois que ça ne peut être une punition de t’embrasser… à moins que la chose ne te chagrine et ne te répugne, venant de moi…

Et quand il eut dit cela, il fit un tel souhait d’embrasser la petite Fadette, qu’il tremblait de peur qu’elle n’y consentît point.

— Écoute, Landry, lui dit-elle de sa voix douce et flatteuse, si j’étais belle, je te dirais que ce n’est le lieu ni l’heure de s’embrasser comme en cachette. Si j’étais coquette, je penserais, au contraire, que c’est l’heure et le lieu, parce que la nuit cache ma laideur, et qu’il n’y a ici personne pour te faire honte de ta fantaisie. Mais, comme je ne suis ni coquette ni belle, voilà ce que je te dis : Serre-moi la main en signe d’honnête amitié, et je serai contente d’avoir ton amitié, moi qui n’en ai jamais eu, et qui n’en souhaiterai jamais d’autre.

— Oui, dit Landry, je serre ta main de tout mon cœur, entends-tu, Fadette ? Mais la plus honnête amitié, et c’est celle que j’ai pour toi, n’empêche point qu’on s’embrasse. Si tu me dénies cette preuve-là, je croirai que tu as encore quelque chose contre moi.

Et il tenta de l’embrasser par surprise ; mais elle y fit résistance, et, comme il s’y obstinait, elle se mit à pleurer en disant :

— Laisse-moi, Landry, tu me fais beaucoup de peine.

Landry s’arrêta tout étonné, et si chagriné de la voir encore dans les larmes, qu’il en eut comme du dépit.

— Je vois bien, lui dit-il, que tu ne dis pas la vérité en me disant que mon amitié est la seule que tu veuilles avoir. Tu en as une plus forte qui te défend de m’embrasser.

— Non, Landry, répondit-elle en sanglotant ; mais j’ai peur que, pour m’avoir embrassée la nuit, sans me voir, vous ne me haïssiez quand vous me reverrez au jour.

— Est-ce que je ne t’ai jamais vue ? dit Landry impatienté ; est-ce que je ne te vois pas, à présent ? Tiens, viens un peu à la lune, je te vois bien, et je ne sais pas si tu es laide, mais j’aime ta figure, puisque je t’aime, voilà tout.

Et puis il l’embrassa, d’abord tout en tremblant, et puis, il y revint avec tant de goût qu’elle en eut peur, et lui dit en le repoussant :

— Assez ! Landry, assez ! on dirait que tu m’embrasses de colère ou que tu penses à Madelon. Apaise-toi, je lui parlerai demain, et demain tu l’embrasseras avec plus de joie que je ne peux t’en donner.

Là-dessus, elle sortit vitement des abords de la carrière, et partit de son pied léger.

Landry était comme affolé, et il eut envie de courir après elle. Il s’y reprit à trois fois avant de se décider à redescendre du côté de la rivière. Enfin, sentant que le diable était après lui, il se mit à courir aussi et ne s’arrêta qu’à la Priche.

Le lendemain, quand il alla voir ses bœufs au petit jour, tout en les affenant et les câlinant, il pensait en lui-même à cette causerie d’une grande heure qu’il avait eue dans la carrière du Chaumois avec la petite Fadette, et qui lui avait paru comme un instant. Il avait encore la tête alourdie par le sommeil et par la fatigue d’esprit d’une journée si différente de celle qu’il aurait dû passer. Et il se sentait tout troublé et comme épeuré de ce qu’il avait senti pour cette fille, qui lui revenait devant les yeux, laide et de mauvaise tenue, comme il l’avait toujours connue. Il s’imaginait par moment avoir rêvé le souhait qu’il avait fait de l’embrasser, et le contentement qu’il avait eu de la serrer contre son cœur, comme s’il avait senti un grand amour pour elle, comme si elle lui avait paru tout d’un coup plus belle et plus aimable que pas une fille sur terre.

« Il faut qu’elle soit charmeuse comme on le dit, bien qu’elle s’en défende, pensait-il, car pour sûr elle m’a ensorcelé hier soir, et jamais dans toute ma vie, je n’ai senti pour père, mère, sœur ou frère, non pas, certes, pour la belle Madelon, et non pas même pour mon cher besson Sylvinet, un élan d’amitié pareil à celui que, pendant deux ou trois minutes, cette diablesse m’a causé. S’il avait pu voir ce que j’avais dans le cœur, mon pauvre Sylvinet, c’est du coup qu’il aurait été mangé par la jalousie. Car l’attache que j’avais pour Madelon ne faisait point de tort à mon frère, au lieu que si je devais rester seulement tout un jour affolé et enflambé comme je l’ai été pour un moment à côté de cette Fadette, j’en deviendrais insensé et je ne connaîtrais plus qu’elle dans le monde. »

Et Landry se sentait comme étouffé de honte, de fatigue et d’impatience. Il s’asseyait sur la crèche de ses bœufs, et avait peur que la charmeuse ne lui eût ôté le courage, la raison et la santé.

Mais, quand le jour fut un peu grand et que les laboureurs de la Priche furent levés, ils se mirent à le plaisanter sur sa danse avec le vilain grelet, et ils la firent si laide, si mal élevée, si mal attifée dans leurs moqueries, qu’il ne savait où se cacher, tant il avait de honte, non seulement de ce qu’on avait vu, mais de ce qu’il se gardait bien de faire connaître.

Il ne se fâcha pourtant point, parce que les gens de la Priche étaient tous ses amis et ne mettaient point de mauvaise intention dans leurs taquineries. Il eut même le courage de leur dire que la petite Fadette n’était pas ce qu’on croyait, qu’elle en valait bien d’autres, et qu’elle était capable de rendre de grands services. Là-dessus on le railla encore.

— Sa mère, je ne dis pas, firent-ils ; mais elle, c’est un enfant qui ne sait rien, et si tu as une bête malade, je ne te conseille pas de suivre ses remèdes, car c’est une petite bavarde qui n’a pas le moindre secret pour guérir. Mais elle a celui d’endormir les gars, à ce qu’il paraît, puisque tu ne l’as guère quittée à la Saint-Andoche, et tu feras bien d’y prendre garde, mon pauvre Landry ; car on t’appellerait bientôt le grelet de la grelette, et le follet de la Fadette. Le diable se mettrait après toi. Georgeon viendrait tirer nos draps de lit et boucler le crin de notre chevaline. Nous serions obligés de te faire exorciser.

— Je crois bien, disait la petite Solange, qu’il aura mis un de ses bas à l’envers hier matin. Ça attire les sorciers, et la petite Fadette s’en est bien aperçue.